Vous êtes sur la page 1sur 17

Plan

Introduction

Chapitre 1 : les voies de recours ordinaires.

Section 1 : l'opposition
Section 2 : l'appel

Chapitre 2 : Les voies de recours extraordinaires.

Section 1:la tierce opposition


Section 2 : recours en révision
Section 3 : le pourvoi en cassation

Conclusion
On désigne par "voies de recours" l'ensemble des procédures destinées à
permettre un nouvel examen de la cause. Soit que la procédure ait été
Introduction irrégulièrement suivie, soit que le juge n'ait pas tenu compte d'un élément
de fait présenté par la partie, soit que le jugement n'ait pas été motivé ou
ait été insuffisamment motivé, soit qu'il contienne une erreur de droit. Le
recours est porté devant une juridiction hiérarchiquement supérieure à
celle qui a rendu la décision critiquée. Si la réformation est fondée sur un
moyen de droit et que le jugement de première instance est insusceptible
d'appel ou encore, si la violation de la loi est un reproche adressé à l'arrêt
d'une Cour d'appel, la compétence pour sanctionner le jugement ou l'arrêt,
appartient alors à la Cour de Cassation.
Au Maroc, les voies de recours sont au nombre de 5 et on classe ces voies
de recours en voie de réformation et rétractation ou en voies de recours
ordinaires ou extraordinaires.

A ce niveau, on distingue entre deux types de voies de recours :


les voies de recours ordinaires et celles extraordinaires.
Chapitre 1
les voies de recours
ordinaires
Qui ne sont autres que l’opposition
et l’appel.
Section 1  
L’opposition
1- Les conditions de l’opposition :

Il s’agit d’une voie de recours dirigée contre les jugements par défaut c a d
contre les décisions qui n’a donc pas été en mesure de présenter son point
de vue.

La partie défaillante demande donc à la juridiction qui a rendu la décision


par défaut de se rétracter pour cela une opposition sera formée par une
requête écrite ou par voie de déclaration verbale consignée par le greffe du
tribunal et contenant les moyens de l’opposant.

Le délai pour faire opposition est de 15 jours.


2- Les effets de l’opposition :

Section 1
L’opposition Effet suspensif :
Le délai d’opposition et la formation de ce recours suspendent l’exécution
sauf si la décision rendue est assortie de l’exécution provisoire.
Toutefois, si l’opposition suspend l’exécution, elle n’anéantit pas le
jugement, ce qui signifie que si l’opposition est rejetée, les actes qui ont été
faits antérieurement en exécution de ce jugement resteront valables.

Effet de rétractation :

Etant une voie de rétractation, l’opposition fait revenir le procès devant le


même tribunal qui a statué. Ce tribunal va donc statuer sur la recevabilité
de l’opposition, et c’est la décision rendue par opposition qui va, soit
anéantir le jugement par défaut ou bien qui va y apporter les modifications
jugées nécessaires
C’est une voie de recours ordinaire par laquelle la partie qui a succombé
devant le TPI s’adresse à une juridiction supérieure appelée cour d’appel
pour obtenir la réformation de la décision formée par le juge. Il faut
distinguer l’appel principal, qui est formé le premier par l’appelant (le
Section 2 demandeur) et l’appel incident qui émane du défendeur à l’appel principal.
L’appel 1- Les conditions d’appel :
L’appel est le droit dans tous les cas qui ne sont pas exceptés par la loi,
car il est une garantie d’une bonne administration de la justice qui
découle de la règle du double degré de juridiction. Le délai d’appel en
cas d’appel principal est de 30 jours, mais il peut être ramené à 15 jours
pour les ordonnances de référés ou les jugements statuant sur les
actions en faillite. Ces délais abrégés le sont en raison de l’urgence. Le
délai d’appel est triplé en faveur des parties qui n’ont ni domicile ni de
résidence au Maroc.

2- Les effets de l’appel :

Effet suspensif :

le délai d’appel et l’appel interjeté dans le délai légal sont suspensifs sauf
si l’exécution provisoire est ordonnée.
Effet dévolutif :
Section 2 par l’acte d’appel le procès tout entier est porté devant les juridictions
L’appel du second degré et tous les points de droit et de fait que le litige
comporte sont soumis à cette juridiction. Les juges d’appel ne peuvent
que confirmer ou infirmer le jugement attaqué, de même, la cour
d’appel est essentiellement liée par l’acte d’appel. En effet, la cour
d’appel est saisie du litige tel que celui-ci avait été soumis au premier
juge, ce qui signifie qu’on ne peut la saisir d’une prétention nouvelle et
donc à chaque fois que le but recherché en appel est en contradiction
avec celui soulevé en 1ère instance, la demande sera déclarée
irrecevable. Il est donc illogique de modifier les éléments du débat
judiciaire en formulant une prétention nouvelle. Par exemple ; ne sera
pas considéré comme demande nouvelle et comme prétention nouvelle
la demande découlant de la demande originale et tendant aux mêmes
fins ; exemple ; les parties peuvent demander à l’appui de la requête
d’appel, des intérêts, des loyers et autres accessoires déchus après le
jugement ou des DI pour le préjudice souffert après le jugement.
Chapitre 2
voies de recours
extraordinaires
Section 1
La tierce
Opposition Elle est ouverte aux personnes qui éprouvent un préjudice par l’effet d’un
jugement auquel elles n’ont été ni parties ni représentées et à l’égard
duquel elles sont tiers. Par exemple ; c’est le cas du vendeur d’un immeuble
qui va demander la résolution de la vente parce que l’acheteur n’a pas payé
le prix tout en revendant cet immeuble à un tiers : ce tiers dont les droits
peuvent être compromis par le jugement qui va annuler la forme pourra
donc former une tierce opposition contre cette décision. Quant aux
conditions de recevabilité, il faut avoir intérêt c’est-à-dire éprouver un
préjudice du fait du jugement ou du moins être menacé de le subir, être
tiers c’est-à-dire ni parties, ni représenté au procès.
La révision est ouverte pour la réparation d’une erreur de fait
commise au détriment d’une personne condamnée pour un crime ou
un délit.
Section 2 La révision n’est recevable qu’en l’absence de toute voie de recours ,
elle est faite dans les cas suivant :
Recours en
 Après une condamnation pour homicide en présence de
révision présomptions ou d’indices démontrant que la victime est en vie

 En cas de condamnation d’un autre accusé pour le même fait

 En cas de condamnation postérieure d’un témoin entendu, pour


faux témoignage
 En cas de présence de nouveaux éléments, pièces ou faits révélés,
établissant l'innocence du condamné. La révision peut être faite à
l’initiative de:
 Procureur général du roi près la CC d’office ou sur demande du
ministre de la justice

 Le condamné ou son représentant légal

 Le conjoint, enfants, parents héritiers et légataires du condamné


après sa mort
Ce pourvoi a pour objet de faire annuler par la cour suprême les décisions
rendues en dernier ressort en violation de la loi. La cour suprême ne juge
pas à nouveau l’affaire, mais elle renvoie si elle casse l’arrêt à une autre
Section 3 juridiction.
Le pourvoi
en cassation
1- Les causes d’ouvertures du pourvoi en cassation:

Violation de la loi interne, c’est-à-dire méconnaissance ou fausse


application de la loi marocaine dans le dispositif du jugement. Violation
d’une règle de procédure ayant causée préjudice à une partie (absence de
notification). Incompétence, ce peut être incompétence d’attribution ou
territoriale. L’excès de pouvoir, c’est le cas lorsque le juge a empiété sur les
attributions du pouvoir exécutif (c’est le cas lorsqu’il porte atteinte au droit
et à la liberté de la défense qui exige que la procédure soit contradictoire.
Le défaut de base légale ou de motif, absence de motivation des décisions
rendues ; en effet, toutes les décisions doivent constituer une application
régulière des textes en vigueur.
Section 3
2- Les conditions du pourvoi en cassation:
Le pourvoi
Toutes les décisions de l’ensemble des juridictions peuvent faire l’objet
en cassation d’un tel pourvoi si elles sont rendues en dernier ressort, de même lorsque
le procureur général du Roi près de la cour suprême apprend qu’une
décision a été rendue en violation des règles de procédure ou de loi et
aucune des parties ne s’est pourvue en cassation dans les délais il va
saisir la cour suprême. S’il y a cassation les parties ne peuvent s’en
prévaloir pour éluder les dispositions de la décision cassée, ce recours a
pour objet d’éviter tout en les sanctionnant les erreurs d’interprétation ou
d’application de la loi qui peuvent être commises par certains juges et ce
afin d’éviter que ne subsistent une jurisprudence contraire au texte en
vigueur.
3- Procédure et effets:

En ce qui concerne la procédure, les parties doivent obligatoirement avoir


Section 3 recours au ministère d’un avocat à la cour suprême.
Celui-ci introduit le pourvoi par une requête qu’il signe et dépose au greffe
Le pourvoi de la juridiction qui a rendu la décision attaquée ou directement au greffe
de la cour suprême.
en cassation La requête est accompagnée en expédition de la décision attaquée.
Le demandeur devra s’acquitter de la taxe judiciaire.
Le délai pour saisir la cour est de 30 jours à compter du jour de la
notification de la décision déférée.
En tout cas dès la formation du recours et transmission du dossier de
l’affaire par la juridiction , la procédure devant la cour suprême
s’enclenche. Le demandeur constitue un avocat agrée qui est chargé de
déposer la requête et le secrétaire greffier de cette juridiction va notifier le
pourvoi au défendeur.
Il en va de même pour la transmission du dossier par le premier président
au président de la chambre compétente qui désigne à son tour un
conseiller rapporteur chargé de la procédure.
Conclusion
En bref, Après que le jugement soit rendu, le justiciable ou la partie lésée
peut contester cette décision à travers des voies de recours. En d’autres
termes, les décisions judiciaires peuvent être enclenchées d’erreur ou
d’injustice. Par l’expression « le justiciable peut contester la décision
rendue », c’est-à-dire qu’il a la faculté de provoquer un nouvel examen du
procès.
Bibliographie
Les ouvrages :

Omar Alouane

AVOCAT AU BARREAU DE CASABLANCA


Droit de la famille, des personnes, et de la consommation, Droit des NTIC,
informatique, publicité et propriété intellectuelle, Droit public, urbanisme et
droit de l'environnement, Droit du travail et droit de la sécurité sociale,

Les Sites Web :

https://juris.ma/fr/blog/les-voies-d
https://www.google.com/amp/s/cours-de-droit.net/procedure-civile-
marocaine-a130779992/amp/
http://www.douane.gov.ma › ...PDF
FORMES, DELAIS ET EFFETS DES VOIES DE RECOURS L'exécution ...
https://adala.justice.gov.ma/produc/html/fr/87865.htm