Vous êtes sur la page 1sur 47

GEOLOGIE REGIONALE

M SEMCHAOUI A A
PARTIE I
LES GRANDS TRAITS DE LA
GÉOLOGIE ALGÉRIENNE
1 Introduction
L’Algérie fait partie de l’ensemble NW africain. Le schéma structural de cette zone renferme deux domaines principaux :

- Un domaine septentrional « la zone atlasique » : comportant :


 Atlas saharien au Sud qui se prolonge à l’Ouest (Maroc) par le Haut Atlas
marocain et à l’Est (Tunisie) par l’Atlas tunisien.
 Atlas tellien au Nord : domaine varié et très complexe qui se prolonge à
l’Ouest (Maroc) par le Rif et le Pré-Rif et à l’Est (Tunisie) par le Kroumirie et
Nefza.
 Hautes plaines (hauts plateaux) : entre les deux atlas (Chaine du Hodna à l’Est
et la Méséta oranaise à l’W) qui se prolonge au Maroc par Haut et moyen atlas
(Méséta marocaine)
Entre les ensembles Sud (plate-forme saharienne) et Nord (l’ensemble atlasique) il y a
l’accident de valeur continental est connue : Accident Sud Atlasique ou ASA qui va
d’Agadir (Maroc) jusqu’à Gabes (Tunisie) et passe en Algérie par Biskra et
Laghouat…

Un domaine méridional « le Sahara » 


où affleurent les socles précambriens du Hoggar et les Eglab et leur couverture
phanérozoïque.
Coupe Nord-Sud montrant les principales unités structurales de l'Algérie (Dessin de H. Haddoum, modifié)
CHAPITRE I:
LA GÉOLOGIE DU SAHARA 
(PRÉCAMBRIEN ET PALÉOZOÏQUE)
Craton Ouest Africain
(COA)
2 Craton Ouest Africain

Un craton est appelé aussi aire continentale, est une vaste portion stable du domaine continental par opposition aux zones
instables déformées (les orogènes). Il forme un élément de lithosphère continentale.

Un craton est composé d'une partie crustale de nature continentale, (croûte cratonique) et d'une partie dite lithosphérique , de
nature mantellique.

Le craton d'Afrique de l'Ouest est l'un des cinq cratons:


Le craton du socle Précambrien de l‘Afrique qui constituent la plaque africaine.
Le craton du Kalahari,
Le craton du  Congo,
Le métacraton du Sahara
Le craton de Tanzanie
2 Craton Ouest Africain
Le Craton Ouest Africain (COA) est considéré comme l’un des trois grands cratons africains. Il représente presque la
totalité de l’Afrique occidentale actuelle et est ceinturé par des chaînes constituées lors des orogenèses panafricaines (800 –
500 Ma) ou alors hercyniennes (Dévonien-Permien).
2 Craton Ouest Africain
Le Craton Ouest Africain (COA) est limité:
Au Nord, les chaînes de l’Ougarta (Algérie) et de l’Anti-Atlas (Maroc) qui représentent l’extrémité Nord du CAO.
Ces différentes chaînes dessinent un arc qui constitue la bordure septentrionale du Craton Ouest Africain

A l’Ouest, par les


A l’Est, l’orogenèse
chaînes poly-orogéniques
panafricaine caractérisée
panafricaines et
par la zone mobile de
hercyniennes : la chaîne
l'Afrique centrale « les
des Mauritanides, la
chaînes du Dahomey et
chaîne des Bassarides et
du Hoggar ».
la chaîne de Rockelides.
Ce domaine cratonique s’est formé et stabilisé au cours de l’orogenèse 2 Craton Ouest Africain
éburnéenne (environ 2 Ga).
Il est masqué par des bassins du Protérozoïques supérieur et du
paléozoïque :
Bassin de Tindouf au nord.
Bassin de Taoudeni au centre.
Bassin voltaien au sud.

Les terrains archéens du craton affleurent


dans deux dorsales ou boucliers :
La dorsale Reguibat au nord entre les
bassins de Tindouf et Taoudeni,
La dorsale de Man au sud,
Les fenêtres de faible extension, situées à
l'Est des Mauritanides (fenêtre de Kayes et
fenêtre de Kéniéba)
2 Craton Ouest Africain

Le COA regroupe deux boucliers formés par des roches métamorphiques et magmatiques et qui représentent les témoins
de deux anciennes chaînes de Montagnes, et d'une plateforme appelée plateforme saharienne, structurée en bassins
sédimentaires remplis de sédiments du Néoprotérozoïque et du Phanérozoïque.
Les deux boucliers sont séparés par le vaste bassin précambrien intrcratonique de Taoudeni.

Actuellement, ce domaine est limité au Nord par une ligne de suture appelée Accident Sud Atlasique.
Ce domaine correspond à la plate-forme saharienne dont les terrains sont d’âge Paléozoïque et des terrains plus anciens
affleurant en boutonnières d’âge antécambrien (Hoggar au centre et Eglab-Yetti à l’Ouest).
Le bouclier Reguibat affleure dans le Sud-Ouest algérien, où il est connu
3 Le massif Yetti-Eglab
(Bouclier Reguibat)
sous le nom du massif Yetti-Eglab. Il représente le témoin de la chaîne
(orogenèse) éburnéenne dont l'édification remonte à 2 Ga. Le massif des
Eglab-Yetti appartient au craton ouest africain.

Il est limitée par les bassins paléozoïques de Tindouf au Nord et celui de


Taoudenni au Sud. Deux domaines géographiques peuvent être
distingués à l'Ouest du méridien 6ø45' (Yetti) et à l'Est de ce même
méridien l'Eglab
3 Le massif Yetti-Eglab
(Bouclier Reguibat)

Le massif des Eglab 


Le domaine des Eglab est essentiellement composé :
De grands massifs granitiques (granites Aftout)
De roches volcaniques felsiques (Série des Eglab). Ces roches ne sont pas déformées, ni métamorphisées.
Des formations volcano-sédimentaires plissées (Série de Oued Souss)
De roches métamorphiques plus anciennes.

Les formations géologiques des Eglab sont regroupées en deux séries :


a.Les séries des Eglab, d’Aftout et d’Oued Souss appartiennent au Système Supérieur Reguibat (SSR)
b.Les séries plutono-métamorphiques foliées et verticalisées forment le Système de Base Reguibat (SBR) et apparaissent
en enclaves ou en fenêtres au sein des unités du SSR.
3 Le massif Yetti-Eglab
(Bouclier Reguibat)

Le massif du Yetti 
A l’Ouest, le massif du Yetti est constitué d’une terrane tectonique indépendant qui était initialement séparée de
celui des Eglab avant de se réunir vers 2 Ga, générant ainsi la collision continentale birrimienne (éburnéenne).
Ce massif est essentiellement composé :
De séries volcano-sédimentaires fortement plissées appartenant probablement au SBR,
Des granites tardifs appartenant au SSR.
3 Le massif Yetti-Eglab
(Bouclier Reguibat)
Les séries géologiques des Eglab-Yetti 
Système de Base Reguibat (SBR) :

Il montre une grande variété de roches du faible à moyen, parfois à fort degré de métamorphisme. Dans le massif des
Eglab, le SBR comprend :
La série de Chenachene-Erg Chech à l’Est.
 La série de Chegga à l’Ouest.
-Ces séries se composent de gneiss à biotite ou amphibole, d’amphibolites et de leptynites.
-Elles constituent le substratum des séries du Yetti et d’Akilet Deilel, ainsi que celle d’Oued Souss.
-Ce système comporte de rares reliques de roches archéennes composées de plagiogranites (orthogneiss) et d’amphibolites datés à 2,7 Ga
(Peucat et al., 2005).
- Les roches des séries de Chegga, Chenachene et Erg Chech ont été datés à 2,2 Ga et constituent le socle métamorphique des Eglab.

-La série méta volcano-sédimentaire du Yetti composée de quartzites, de schistes, de tufs acides et de rhyolites peu
métamorphisés. Elle appartient probablement au SBR).
Système Supérieur Reguibat (SSR)
3 Le massif Yetti-Eglab
(Bouclier Reguibat)
-La base du SSR contient des unités volcaniques et volcano-sédimentaires (série d’Oued Souss) qui reposent en discordance sur le
SBR.
-Ces unités ont été plissées avant la mise en place des granites Aftout et ont été charriées sur les séries du Yetti à l’Ouest.
-Ces unités sont connues sous le nom de séries d’Akilet Deilel (AD) à l’Ouest du massif des Eglab, et série d’Oued Souss (OS)
dans sa partie centrale et orientale.
-Ces unités sont composées de deux complexes stratigraphiques, l’un détritique avec conglomérats, grès, arkoses et schistes, et
l’autre volcanique, essentiellement composés par des ignimbrites, des rhyolites et rhyodacites, des brèches et des cinérites.
-Les unités magmatiques Aftout et Eglab couvrent les 2/3 de la superficie du massif des Eglab. Elles ne sont pas déformées et se
sont mises en place après le plissement et le métamorphisme de la série de Oued Souss.
-Du point de vue chronologique, le magmatisme post-orogénique Aftout-Eglab comprend :
Des plutons basiques et intermédiaires précoces et des roches volcaniques felsiques Aftout
Des granites Aftout et les gabbros associés (qui recoupent le faciès précedent)
Des roches volcaniques felsiques Eglab (ultra potassiques postorogéniques datées à 2,07 Ga).
-La série de Guelb el Hadid : série continentale détritique, composée d’arkoses, grès, quartzites roses, grès arkosiques et de
conglomérats. Déposés sur les granites Aftout, elle est contemporaine du volcanisme Eglab.
3 Le massif Yetti-Eglab
(Bouclier Reguibat)
3 Le massif Yetti-Eglab
(Bouclier Reguibat)
3 Le massif Yetti-Eglab
(Bouclier Reguibat)
L’orogenèse panafricaine et la
naissance du Bouclier Targui
« HOGGAR »
Le massif du Hoggar, appelé également Bouclier Targui, est situé au Sud
4 Le Bouclier Targui
« Hoggar »
de l’Algérie avec une superficie de plus de 500 000 Km2. Le Hoggar
forme un socle ancien dont l’histoire est complexe.

Il comprend essentiellement des formations archéennes,


paléoprotérozoïques et néoprotérozoïques surmontées en discordance par
des formations sédimentaires du bassin de Taoudeni.

Beaucoup de travaux et de recherches scientifiques ont été effectués au


niveau du Hoggar (Bouclier Targui). A titre d’exemple, on cite les
travaux de : Conrad Kilian (1932), M Lelubre (1952), J.M.L Bertrand,
R. Caby, M. Gravelle, L. Latouche….
4 Le Bouclier Targui
« Hoggar »
Conrad Kilian (1932) a subdivisé le Hoggar en deux séries séparées par une discordance :
Suggarienne : à la base, formée essentiellement de granito-gneiss de haut grade métamorphique (amphibolites faciès à
granulites faciès),
Pharusienne : au sommet (couverture peu ou pas métamorphique, essentiellement pélititique et volcano-sédimentaire).

J.M.L. Bertrand et R. Caby (1978) a proposé une nouvelle subdivision beaucoup plus claire, basée sur un découpage du
Hoggar en domaines structuraux séparés par des failles d’échelle lithosphérique N-S dont certaines se prolongent bien au-
delà du Hoggar. Ces trois domaines structuraux sont d’Ouest en Est :
Le Hoggar occidental : il regroupe : le rameau pharusien occidental, le môle In Ouzzal et le rameau pharusien central.
Le Hoggar central polycyclique ;
Le Hoggar oriental.
Le Hoggar, cette chaîne a été interprétée comme 4 Le Bouclier Targui
« Hoggar »
le résultat d’une collision entre le Craton ouest
africain, à l’Ouest et la zone mobile du Hoggar-
Dahomeyides à l’Est.
Donc : le bouclier Touareg constitue la zone
mobile entre le craton Ouest Africain et
l'hypothétique craton Est Africain.
Le Hoggar, l’Adrar des Iforas et l’Air,
constituant le Bouclier Touareg, représentent un
segment orogénique de la chaine plissée
panafricaine transsaharienne (Cahen et al 1984)
limité à l’Est et à l’Ouest par deux grandes
sutures panafricaines.
En 1994, Black et al ont introduit la notion de Terranes. 4 Le Bouclier Targui
« Hoggar »
Les terranes dans le Hoggar et l’Aïr sont définies comme des
blocs disparates limités par des failles d’échelle
lithosphérique, de lithologies et d’âges différents, à histoires
structurales et métamorphiques distinctes, et amalgamés au
cours de l’orogenèse panafricaine (620 ma).

A cet effet, Black et al pensent que le Hoggar est formé par


une amalgamation ou un ensemble de 23 terrains
mobiles à histoires géologiques différentes. Cette
amalgamation aurait été acquise au cours de l’orogenèse
panafricaine, dont la phase majeure a eu lieu à environ
620 ma.
4 Le Bouclier Targui
« Hoggar »
Orogenèses affectant le Hoggar 
Orogenèse Orogenèse ouzzalienne Orogenèse éburnéenne Orogenèse kibarienne Orogenèse panafricaine

Age Archéen – 3000Ma Vers 2000Ma Vers 1000Ma 650-550Ma


  Région Tanezrouft oriental à Edifie une chaine s’étalant du N Construit la grande chaine Conduit à la soudure des trois grands
  Adrar des Iforas au S à travers l’Afrique occidental, Kibara-Burundi cratons en un immense monobloc par la
Région depuis les Berbérides jusqu’au surrection des chaines pharusiennes et
Brésil dahomeyenne du Maroc au golfe de
Guinée et Katangienne du Mozambique à
l’Angola

  Métamorphisme dans le faciès Accident N-S et mise en place des Mise en place des pegmatites et Principale dans l’évolution de l’Afrique.
  granulite, gneiss, charnokites, intrusions granitiques légères déformations qui Réactivation du socle, mise en place des
  leptynites, quartzites et cipolins séparent le Suggarien du granites tardifs, découpant les formations
Résultat Pharusien encaissantes en dômes ou en anneaux
4 Le Bouclier Targui
« Hoggar »
Grands domaines géologiques du Hoggar :

La structure du Hoggar est caractérisée par la


manifestation de grands cisaillements
subméridiens d’ordre lithosphérique (4°50 et
8°30). Trois grandes subdivisions structurales
ont été proposées :
4 Le Bouclier Targui
« Hoggar »
    Hoggar occidental Hoggar central Hoggar oriental
Appellation   Chaîne Pharusienne Chaine polycyclique Chaine tiririnienne
Limite Ouest La suture avec le Craton Ouest Africain Accident 4°50 Accident 8°30.
Est Accident 4°50 Axe granitique d’HONAG ou accident 8°30  
Terranes Iskel (Isk); In Teidini (It); Tin-Zaoutène (Za); Laouni (La); Tefedest (Te); Azrou-n-Fad (Az); Barghot (Ba); Aouzeguer (Ao); Edembo (Ed);
Tirek (Tir); Ahnet (Ah); In-Ouzzal (Ou); Unité Egéré-Aleksod (Eg- AI); Sérouenet (Se); Tazat (Ta); Djanet (Dj).
granulite Iforas (Ugé); Tassendjanet (tas); Kidal Tchilit (Tch); Assodé-Issalane (As-Is).
(Ki); Tilemsi (Ti); Timetrine (Tim)
Caractéristiques Résulte de la collision, au panafricain (630- Polycyclique d’âge Eburnéen, Kibarien et caractérisé par la chaîne Tiririnienne d’âge
570Ma), entre le COA et le Bouclier Touareg. Panafricain panafricain tardif (580Ma), comprend le môle
Cette chaîne est composée d'un rameau d’Issalane, le sillon Tiririnien et la zone Djanet –
occidental et un rameau oriental qui sont séparés Tafassasset
par le môle d'In Ouzzal.
Lithologie - Granulitiques d’âge archéen (noyau archéen - Formation d’âge archéen (3,3 Ga) à - Des protolithes de socle archéen granito-
  du môle d’In Ouzzal) et protérozoïque paléoprotérozoïque et mésoprotérozoïque, affectées gneissique, constitués de méta-sédiments
par trois orogenèses (Eburnéenne : 2 Ga, Kibarienne
inférieur, (pélites, marbres), de méta-basites et
: 1 Ga et Panafricaine : 5600 Ma).
- Des formations rapportées au cycle migmatite ;
- Formations méta-sédimentaires avec d’épaisses
panafricain (Pharusien), recoupées par des séries de marbres, des méta-pélites, des méta- - Une série volcano-sédimentaire, des basaltes,
batholites granitiques, notamment dans le greywackes, méta-basites en contact tectonique avec des rhyodacites et des sédiments clastiques et
des gneiss et des granito-gneiss parfois pélites noires recristallisés dans le faciès schiste
rameau central où ils occupent plus de la
granulitiques. vert ;
moitié des affleurements. - Des lanières d’ophiolites et des granodiorites
- Des molasses (post-panafricaines), - Formation d’âge Mésoprotérozoïque est constituée
de marbres, cipolins, quartzites amphibolites et (725 Ma), qui recoupent les ensembles
- Des formations volcaniques (Méso- précédents.
micaschistes.
Cénozoïque). - De batholites généralement granitiques - Séries sédimentaires du Paléozoïque et du
- Une intense activité volcanique (Crétacé à Actuel). Méso-Cénozoïque et par d’importantes
manifestations volcaniques (Méso-Cénozoïque),
notamment dans le Tassili N’Ajjer.
4 Le Bouclier Targui
« Hoggar »
La plate forme saharienne
5 Plate-Forme Saharienne 
Les boucliers précédents (Hoggar et Eglab –Yatti) sont entourés de bassins sédimentaires, remplis de
sédiments :
 Néoprotérozoïque et du Paléozoïque : pour la couverture du bouclier Reguibat
Paléozoïque et Mésozoïque pour la couverture du bouclier Targui.

Cette couverture sédimentaire a subi les contrecoups de l'orogenèse hercynienne, une chaîne de Montagnes
édifiée beaucoup plus au Nord (Ougarta).
Ces séries sédimentaires sont déposées sur une surface de discordance ayant raviné le socle ancien
précambrien. Celle-ci a été édifiée à la fin du Paléozoïque-Cambrien inférieur.

C'est une surface d'érosion de la chaîne panafricaine : surface de pédiplaination (pénéplaination, en climat
chaud et sec), dont la genèse est liée à des séries sédimentaires continentales qu'on appelle séries
intermédiaires du Hoggar qui sont peu ou pas plissées.
5 Plate-Forme Saharienne 

Au-dessus de la discordance, les séries sédimentaires commencent par des formations continentales d'âge
cambrien supérieur : Les formations tassiliennes, d'où le nom de la surface Infra-tassilienne pour cette surface de
pédiplaination.

Peu importants sont les effets de la tectonique, panafricaine, calédonienne, hercynienne ou alpine dans ces zones
sahariennes, sauf dans les zones d'accidents majeurs ; la zone phanérozoîque du Sahara reste un domaine de vaste
plate-forme très peu déformée d'où le nom de Plate-forme saharienne (PFS). Elle est cependant affectée en
certaines zones de plissements importants (zone de suture entre le craton ouest africain et le Hoggar) et elle est
aussi structurée en môles et Grabben.
5 Plate-Forme Saharienne 
La chaîne de l’Ougarta se présente sous la forme d’un vaste 6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)
bombement anticlinal comportant en son cœur des affleurements
du socle Néoprotérozoïque appelés boutonnières, surmonté en
discordance par une couverture sédimentaire paléozoïque plissée.
A l’Ouest, elle marque la continuité de la chaîne de l’Anti Atlas
marocain d’orientation ENE-WSW.

Cette chaîne est située à l’aplomb de la ligne de suture


panafricaine séparant le domaine panafricain à l’Est (qui affleure
au Hoggar) du bouclier des Réguibat à l’Ouest.
6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)
Nord par Hammada de Guir et plateau de Kem Kem
Nord Est par le bassin
Nord Ouest: d’Abadla et le Grand Erg
Anti Atlas occidental
marocain

Est: Grand Erg Occidental,


bassin de Timimoun, de
Sbaâ

Sud Ouest:
bassin de
Tindouf

Sud: Erg Iguidi, Erg Chech


6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)
Socle de l’Ougarta 

Le socle Néoprotérozoïque de l’Ougarta est très érodé et a souvent une altitude plus basse que les terrains du
Paléozoïque qui le recouvre ; on parle alors de boutonnières (Fidel, 2003).
Dans l’Ougarta, le socle Néoprotérozoïque affleure dans de petites boutonnières sous une couverture paléozoïque.
Il regroupe les formations volcaniques et volcano-sédimentaires. Les roches volcaniques sont composées
principalement par des basaltes, des andésites, des rhyolithes et des dolérites.
Les affleurements du socle de l’Ougarta occupent les cœurs des anticlinaux mis à jour par le biais d’une forte
érosion.
Socle de l’Ougarta  6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)
Ces boutonnières du socle sont allongées selon la direction ougartienne, c'est-à-dire NW-SE. Au total, huit
affleurements ont été recensés sur l’ensemble de la chaîne de l’Ougarta :
La Saoura : Guettara, Bet Touaris, Bou Kbaisset et Sebkhat El Mellah
La Daoura : Col Robert, Draïssa, Kahel Tabalbala et Damrane.
Socle de l’Ougarta  6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)
D’une façon générale, le socle de l’Ougarta regroupe les formations volcaniques et volcano-sédimentaires
témoignant d'un volcanisme à prédominance explosive.
 Les formations volcano-clastiques :
Les formations volcano-sédimentaires, dont le matériel est en grande partie d'origine volcanique, sont considérées comme
étant des formations de flychs occupant la base de la série du socle et dont la puissance globale dépasse 2500 m. Il s’agit
d’une alternance rythmique : grauwackes, de pélites, de grauwackes à ciment carbonaté, de tufs, de grès, d’arkose et des
lentilles de conglomérat.
Ces dépôts sont intercalés d’une façon irrégulière avec des coulées basaltiques et andésitiques.
Par contre les calcaires de Hassi Khataâm observés à Damrane ont été assimilés aux calcaires à stromatolithes colléniformes
de Guettera, à ceux de conophytons du Hank (Bertrand-Sarfati et al, 1987) et à la série à stromatolithes de l’Ahnet (Caby,
1970 et Caby, 1983). Ces calcaires massifs bleutés correspondent donc à des niveaux précambriens les plus anciens dans
le faisceau de la Daoura (Chikkaoui et Donzeau, 1972).
Socle de l’Ougarta  6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)
 Les formations volcaniques :
Les volcanites occupent une position sommitale dans le complexe du socle de l’Ougarta. Les roches volcaniques
sont constituées par des faciès acides de nature rhyolitique (rouges violacées) et/ou ignimbritique et aussi par
des faciès intermédiaires à basiques : andésites, basaltes, dolérites et syénites. Elles présentent une puissance
de quelques dizaines à quelques centaines de mètres (Ait Kaci, 1990).
Couverture de l’Ougarta 
6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)
Paléozoïque 

 Le cambrien :

Le Cambrien est représenté par des formations détritiques reposent en


discordance sur le socle néoprotérozoïque. Trois principales séries ont
été déposées au cours du Cambrien :
 les conglomérats à la base, les arkoses et les quartzites au sommet.

 L’Ordovicien :

Les formations de l’Ordovicien sont gréseuses et quartzeuses alternant avec


des argiles parfois associées à des lentilles de carbonates.
L’Ordovicien terminal est marqué par une importante glaciation
représentée par de nombreux témoins en Afrique de l’Ouest (Arbey,
1968 ; 1971). Il s’agit de planchers glaciaires striés, de dépôts d’eskers,
de formations fluviatiles glaciaires et glacio-marines.
Couverture de l’Ougarta 
6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)
Paléozoïque 

 Le Silurien :

Cette série monotone silurienne appelée « la formation d’Oued Ali » est
pratiquement argileuse avec des passages de grès, de carbonates
fossilifères et de schistes bitumineux déposés dans un milieu
réducteur lié à une hausse du niveau marin.

 Le Dévonien :

La série dévonienne des monts de l’Ougarta est essentiellement argilo-


gréseuse intercalée avec des carbonates dont la puissance atteint les
1700 à 2000 m.
Couverture de l’Ougarta 
6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)
Paléozoïque 

présentation des formations paléozoïques de la chaîne de l’Ougarta : (a) le Cambrien de Draïssa, (b)
l’Ordovicien de l’Ougarta, (c) le Silurien de Tabalbala et (d) le Dévonien de l’Ougarta.
Couverture de l’Ougarta 
6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)
Paléozoïque 

 Le Carbonifère :

La plate-forme saharienne a été recouverte par une mer épicontinentale peu profonde lors du Carbonifère. Les
sédiments sont essentiellement des dépôts détritiques de la plate-forme proximale et distale : argileux, gréseux et
carbonatés.
 Le Permien :

Les terrains permiens ne sont pas définis dans les monts de l’Ougarta
Couverture de l’Ougarta 
6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)

 Le Mésozoïque : L’ère secondaire de la chaîne de l’Ougarta n’est représentée que par le Crétacé. Ces formations
commencent par un faciès conglomératique polygénique qui repose en discordance sur la couverture paléozoïque et même
sur les volcanites néoprotérozoïques.

 Le Cénozoïque : Il s’agit de formations néogènes représentées par la formation de la « Hamada » à faciès carbonaté et silteux
d’origine continentale et fluvio-lacustre.

 Le Quaternaire : Les formations du Quaternaires sont : des galets, des sables et des limons sableux.

 Le magmatisme tardif : Cet événement est lié à l’ouverture de l’océan atlantique au cours du Jurassique. Ce complexe
volcano-plutonique basique à acide se caractérise par des morphologies en dykes ou en sills qui intrudent carrément les
formations du socle et de la couverture paléozoïque.
Couverture de l’Ougarta 
6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)
Evolution tructurale de l’Ougarta  6 La chaine de l’Ougarta 
(chaine hercynienne)

Le contexte géodynamique de la chaîne de l’Ougarta est directement influencé par l’évènement


orogénique panafricain, qui a débuté au cours du Néoprotérozoïque et s’est amplifié et généralisé suite
à la phase hercynienne qui a structuré cette chaîne entre le Dévonien et le Permien.

L’évolution géodynamique de la marge Ouest africaine est étroitement liée aussi aux stades
d’évolution de l’ouverture océanique de l’Atlantique, ce qui rend l’environnement régional et
structural de l’Ougarta très complexe.
MERC
I