Vous êtes sur la page 1sur 11

Les politiques d’emploi ciblées

par âge seront–elles efficaces?

Jean-Olivier Hairault, Professeur Paris 1 et PSE,


chercheur associé à la Chaire
Chômage des jeunes et non-emploi des seniors
Problèmes d’emploi spécifiques ?

La France doit absolument résoudre le problème posé par


l’emploi des plus jeunes et des plus anciens.

Cette situation appelle-t-elle des politiques par âge,


spécifiques aux jeunes et aux seniors ou une réforme globale
du marché du travail ?

Cette question renvoie naturellement au diagnostic.

Le sous-emploi des jeunes et des seniors est-il la résultante


de causes spécifiques liées à ces classes d’âge ou la
résultante du fonctionnement global du marché du travail ?
Les contrats d’avenir : pour les jeunes non-diplômés

Les contrats d’avenir ont pour ambition de traiter le problème


d’emploi de certains jeunes (souvent en ZUS), en échec
éducatif, hors du système d’apprentissage et finalement hors
de l’emploi.

Emplois dans le secteur non marchand subventionnés à


hauteur de 75% du coût salarial au niveau du smic sur une
durée de 1 à 3 ans

Emplois dans des activités d'intérêt général et d'utilité sociale


susceptibles d'offrir des perspectives de croissance
Faire mieux que les emplois jeunes

Les contrats d'avenir tentent de tirer les enseignements des


"emplois jeunes" créés sous le gouvernement de Lionel Jospin.

Les jeunes issus des quartiers défavorisés et sans qualification


représentaient moins d'un cinquième des bénéficiaires.

Ces emplois jeunes ont trouvé un emploi en CDI, mais plus tard en
moyenne que leurs congénères (hors emploi jeunes). Les salaires
des emplois jeunes restent durablement inférieurs.

Contrats d’avenir sont « réservés » aux non diplômés dont les


opportunités marchandes sont très faibles
Les problèmes en suspens

Se donner les moyens de sélectionner et de repérer la


population ciblée

Quelle qualification à la fin des emplois d’avenir ?

L’avenir des secteurs d’avenir passe-t-il par les contrats


d’avenir ?

Quelles incitations à se former reste-t-il pour les jeunes qui


sont juste en dessous ou au niveau Bac?
Réponse plutôt adaptée à un problème d’emploi spécifique

Problème spécifique créé par notre système d’éducation en


incapacité de donner une formation minimale et professionnelle
à une part importante de notre jeunesse.

Il reste cependant que le nombre de jobs peu productifs va


encore augmenter en France, que les incitations à se former par
l’école et l’apprentissage vont diminuer.

Il faut en outre doter les jeunes dans les contrats d’avenir de


qualifications leur permettant une insertion pérenne.
Les jeunes et les seniors dans le secteur marchand: le
contrat génération

Au-delà de la population des jeunes sans diplômes, la plupart des


jeunes, y compris ceux dont le diplôme est supérieur au Bac, ont
des difficultés à entrer dans l’emploi en CDI.

Par ailleurs, les seniors en France ont un taux d’emploi


relativement faible.

plus de 300 salariés: le contrat de génération a vocation à se


substituer aux accords seniors de 2009

Moins de 300 salariés, recruter un jeune en CDI et garder un


senior ouvrira droit à une aide forfaitaire de deux fois 2000 euros
Un changement de mentalité salutaire

Les contrats de génération ont pour ambition de soutenir


de façon jointe l’emploi des seniors et des jeunes.

Pendant très longtemps, la puissance publique a favorisé


le retrait anticipé des seniors du marché du travail pour
faciliter l’entrée des jeunes sur le marché du travail.

Le contrat de génération qui lie le sort des jeunes et des


seniors a au moins le mérite de rompre avec cette
politique.
Des limites évidentes et un échec programmé (comme le
CDD senior en son temps)

Les effets d’aubaine

Le contrat de générations perpétue une vision négative du


travail des seniors

Le contrat de génération pêche en raison d’un diagnostic


erroné sur le sous-emploi des jeunes et des seniors : ces
populations sont en fait « les variables d’ajustement» de
notre modèle social.
Supprimer les « pré-retraites » et réforme globale

Les contrats de génération, en plus de leurs travers


spécifiques, ne s’attaquent pas aux facteurs fondamentaux à
l’origine du sous-emploi des jeunes et des seniors.

Concernant les seniors, réforme de l’assurance-chômage des


seniors, une certaine protection de l’emploi et augmentation
de l’âge de la retraite

Réforme globale du marché du travail: « Flexisécurité » ?


Les jeunes et les seniors diffèrent fondamentalement par le type
de capital humain et la distance à la retraite

Même dans un cadre rénové, il se peut que les entreprises


continuent à se séparer des jeunes en premier en cas de
difficultés : peu de capital humain spécifique est détruit.

Situation optimale? Les jeunes ont plus de capital humain


général pour retrouver un emploi.

En revanche, faire porter ces ajustements sur les seniors dont la


probabilité de retour en emploi est intrinsèquement difficile, c’est
instaurer de fait une inactivité précoce lourde à supporter pour les
comptes sociaux.

Vous aimerez peut-être aussi