Vous êtes sur la page 1sur 14

Première partie

Les sujets du droit international


Qu’est ce qu’un sujet de droit international?

▬ Une entité dotée par les normes d’un ordre juridique déterminé d’un
ensemble de droits et d’obligations ainsi que des capacités nécessaires à leur
exercice.
→ Qualité réservée exclusivement à l’Etat souverain (au début)
→ Qualité élargie et affirmation explicite de l’existence d’une personnalité
juridique internationale au bénéfice des Organisations internationales .
Avis consultatif de la CIJ sur la réparation des dommages subis au service des Nations
Unies.
→ Le privilège étatique reste de mise car les OI même dotées d’une identité juridique, elles
demeurent des groupements d’Etats.
▬ Reconnaissance évolutive de la personnalité juridique internationale de l’individu-
personne physique ( certaines libertés et droits fondamentaux) avec saisine d’une
juridiction internationale ( régionale) / Mécanismes quasi-juridictionnels devant des
comités spécifiques des Nations Unies;
→ Affirmation progressive d’une responsabilité pénale internationale d’individus coupables
de crimes de génocide, de violations graves des lois et coutumes dans les conflits armés,
crimes contre l’humanité/ Désigner l’individu comme titulaire de droits mais aussi
d’obligations en DIP.

▬ Les entreprises transnationales, les mouvements de libération nationale « mesures de


personnalité »
A- L'Etat

1- L’Etat et la souveraineté

Une place privilégiée ( possède seul la souveraineté)

Plénitude des compétences susceptibles d’être dévolues à un sujet de droit international

Etat et souveraineté sont indissociables
1.1 Souveraineté et indépendance de l’Etat

L’indépendance comme condition et critère de la souveraineté

▬ Attribut de l’entité étatique


▬ Existence d’une dépendance à une autorité centrale

La souveraineté est la garantie de l’indépendance

▬ Obligation pour les Etats tiers à l’égard d’un Etat comme s’ils souhaitent eux-mêmes que
l’Etat agit à leur égard
▬ Ne pas s‘immiscer dans les affaires internes d’un Etat
1.2 Souveraineté et autonomie de l’Etat

Souveraineté

La réciprocité des droits et des Une garantie de l’indépendance au


Egale diffusion entre les Etats
intérêts moins sur le plan formel au moins)

Confirmation
Affaire Lotus, 1927, CPJI : « Le droit international régit les rapports entre Etats indépendants. Les règles de
droit liant les Etats procèdent donc de la volonté de ceux-ci ….les limitations de l’indépendance des Etats
ne se présument donc pas ».
1.2 Souveraineté et autonomie de l’Etat

Indifférence du DIP par rapport à :


Indifférence du droit international public

Forme politique
Résolution 2625 AGNU (Déclaration
relative aux principes du droit international
Nombre d’individus touchant les relations amicales et la
coopération entre les Etas)
constituant la population Structure géographique « Tout Etat a le droit inaliénable de choisir
son système politique, économique, social et
Ex: Principauté de Monaco/ continue ou discontinue culturel sans aucune forme d’ingérence de
La Chine la part d’un autre Etat »
A Nuancer aujourd’hui ( caractère
obligatoire du respect des droits de
l’homme)
2 L’acquisition de la Souveraineté

2.1 La formation de l’Etat

La fusion d’Etats

La sécession La scission
2.2 Conditions juridiques de l’indépendance

Des « faits juridiques » : Population – Territoire – Gouvernement

▬ Une simple déclaration d’indépendance pour établir l’existence d’un nouvel Etat n’est
pas suffisante
Avis consultatif de la CIJ, 2010, au sujet de la conformité au droit international de la
déclaration unilatérale d’indépendance relative au Kosovo.
☼ Le cas de la Palestine , Etat observateur à l’ONU depuis 1992 et membre de l’UNESCO
depuis 2011
3 La Reconnaissance

Qu’est ce que la Reconnaissance en droit international?


C’est l’expression unilatérale de la volonté d’un Etat de reconnaitre comme valide et
opposable à son égard un fait ou une situation juridique donnés.

▬ C’est l’acte par lequel un Eta admet qu’une entité tierce déterminée réunit bien les dits
éléments nécessaires à la possession d’une personnalité juridique internationale dans
l’ordre international.
3.1 Les types de Reconnaissance

Individuelle ou collective
Explicite ou implicite 1- Les EUA ont reconnu
« de jure » ou « de facto »
1- De type solennel, l’Etat d’Israel 12 jours après
1- Définitive et produit la
exprès sa création.
totalité des effets de la
2- Due au comportement 2- L’AGNU a reconnu le
Reconnaissance Soudan du Sud et a été admis
d’un organe, passation
2- Provisoire et révocable le 14 juillet 2011 alors qu’il a
d’un accord international
avec effets limités déclaré son indépendance le
Mission diplomatique
9 juillet de la même année
3.2 Les effets de la Reconnaissance
Déclaratif
Constitutif

Condition objective
( territoire, population et gouvernement)

Se rapporte à l’opposabilité de cette existence à


l’Etat reconnaissant
Reconnaissance nécessaire pour établissement des relations diplomatiques

- Ce n’est pas que l’Etat est reconnu par l’Etat B qu’il va être reconnu par les autres
- L’Etat reconnaissant ne peut plus contester la réalité d’un nouvel Etat souverain
- Même si l’Etat n’est pas reconnu, tout Etat est tenu de respecter certaines obligations envers
lui
( Intégrité territoriale, non ingérence, non intervention)
3.3 Le caractère discrétionnaire de la Reconnaissance
▬ « Il n’existe pas en droit international classique d’obligations de reconnaissance »
Institut de droit international (1936), Résolution de Bruxelles.
▬ La Reconnaissance est nourrie d’opportunités politiques
▬ Interdiction de la Reconnaissance des situations acquises par l’usage de la force armée
CPJI, « Nulle acquisition territoriale obtenue par la menace ou l’emploi de la force ne
sera reconnue comme légale »
EX:
1- Les EUA et le Japon ( Refus des EUA de reconnaitre le territoire de Mandchoukono
annexé de force par les japonais à leur territoire, refus soutenu par la SDN) / Refus
soutenu par le principe éminent du non recours à la force dans les RI
2- Refus du Conseil de sécurité ( Résolution 662) de l’annexion forcée du Koweït par
l’Irak
▬ Subordination de la Reconnaissance au respect des droits de l’homme , l’Etat de droit,
de la démocratie.
→ Principe de la conditionnalité politique de la Reconnaissance
Ex: Les Etats européens face aux républiques issues de l’ancienne fédération de la
Yougoslavie.

Vous aimerez peut-être aussi