Vous êtes sur la page 1sur 46

Le commerce international

Éléments à considérer
◆ Pays
– Us et coutumes des pays
– Le système juridique et éthique
– Le monde économique (taxes et accords)
– La distance géographique
– Le système douanier (dédouanement)
◆ Commerce
– Paiement - Le crédit documentaire
– Le taux de change
– L’origine d’un bien
– Incoterms et transport
– Assurances
– Transitaire
– Emballage et inspections des marchandises
Pays
US et Coutumes
◆ Dates d’anniversaire revêtant un sens politique, historique
ou autres
◆ Langue
◆ Valeurs
◆ Structure des gouvernements
◆ Protection du public (Santé Canada, etc.)
◆ Systèmes d’éducation
◆ Constitution
◆ Travail
◆ Autres
Éthique
◆ Comment pouvons-nous intervenir auprès
d’un fournisseur qui embauche des enfants
de moins de 12 ans en Thaïlande ?
Combattre les faibles coûts
de main-d’oeuvre
Pays Taux horaire en 2003
(secteur manufacturier)
Bulgarie 0,60$
Chine 0,70$
Mexique 1,80$
Brésil 4,50$
Taïwan 5,00$
Hong Kong 5,60$
Singapour 7,60$
Angleterre 16,00$
Etats-Unis 19,10$
Allemagne 28,80$
Douanes internationales
Document Canadienne Américaine
Facture commerciale Toujours
Déclaration Si machandise entre aux USA,
d’exportation coût 2000 $ et plus
Connaissement
Permis d’importation
Transit & Exportation
Liste de colisage
Certificat d’origine Pour les produits qui répondent
aux règles d’origine
Certificat d’origine Règles Aléna Règles Aléna
général form “A”
Certificat d’assurance Basé sur les termes de vente Basé sur les termes de vente
Incoterm/Contrat Incoterm/Contrat
Certificats (emballage & Peut être demandé par Peut être demandé par
inspection) l’acheteur l’acheteur
Procédure de réclamation
◆ Examiner les marchandises dès leur arrivée (pour les expéditions en
conteneur, vérifier le numéro du scellé et assurez-vous que ce numéro est
identique à celui inscrit sur les documents)
◆ Ne pas signer de reçu de livraison “clean”
◆ Garder une copie du reçu de livraison
◆ Aviser la compagnie d’assurance et le transporteur immédiatement
◆ Garder les marchandises disponibles pour l’inspecteur
◆ Présenter un avis au(x) transporteur(s) et toutes les parties en cause
◆ Garder tous les documents pertinents pour la compagnie d’assurance
◆ Demander des instructions à votre souscripteur
Commerce
Les principales méthodes de paiements
court terme en commerce international
Élevé Pré-paiement
Crédit documentaire confirmé/assuré

Affacturage
Risque

Lettre de crédit de soutien


i t é
uid Crédit documentaire
Liq q ue
Ris Encaisement documentaire
Compte ouvert
Compte ouvert à terme
Faible Élevé
Source : Banque Nationale du Canada
Méthodes de paiements
Le crédit documentaire
◆ Ils répondent aux Règles et Usances Uniformes
relatives aux Crédits Documentaires (RUU)
codifiées par la Chambre de Commerce
International (CCI)
◆ En émettant un RUU, les banques ne sont pas liées
aux contrats commerciaux conclus entre l’acheteur
et le vendeur. L’engagement des banques se
limite à s’assurer de la conformité et de la
compatibilité des documents exigés en vertu du
crédit documentaire.
Source : Banque Nationale du Canada
Déroulement d’une transaction avec lettre de crédit

D $$
Vendeur / Acheteur /
P Transporteur P
Expéditeur Consignataire
D $$ $$ D
$$
Banque négociatrice D Banque émettrice

Légende
D = Documents
P = Produit
$$ = Monnaie
Séquence des événements
(exemple : transport maritime)

◆ L’acheteur fait émettre une lettre de ◆ Le vendeur regroupe les documents


crédit par la banque émettrice et les remet à la banque négociatrice
◆ La banque émettrice avise la banque ◆ La banque négociatrice remet les
négociatrice documents à la banque émettrice
◆ La banque négociatrice avise le ◆ La banque émettrice libère les fonds
vendeur à la banque émettrice
◆ Le vendeur examine avec son ◆ L’acheteur récupère les documents
transitaire la lettre de crédit de la banque émettrice
◆ Le vendeur prépare l’expédition et ◆ La marchandise arrive à destination
obtient les documents sauf celui du ◆ L’acheteur remet le document de
transport transport original au transporteur
◆ Le vendeur remet la marchandise au (unique au transport maritime)
transporteur
◆ Le transporteur remet la marchandise
◆ Une fois à bord, le transporteur émet le
à l’acheteur
document de transport
◆ La marchandies quitte le port d’origine
vers le port de destination
Source : Fritz StarberInc.
Crédit documentaire
◆ La banque émettrice payera, au nom de
l’acheteur, la somme de $$$ suivant
certaines instructions et sur présentation de
différents documents.
◆ L’acheteur se doit de donner la liste des
documents requis pour finaliser la
transaction.
Le crédit documentaire
◆ Instructions ◆ Documentation
– Date d’expiration – Connaissement maritime
– Date d’expédition – Lettre de transport aérien
– Mode de transport – Document de transport
– Respect du pavillon – Liste de colisage
– Nom du transporteur – Certificat d’origine
– Délais de transit – Certificat d’assurance
– Transbordement – Certificat d’analyse
– Expéditions partielles – Certificat d’inspection
– Incoterms – Autres certificats
– Port de chargement – Facture commerciale
– Port de déchargement – Traite bancaire
Source : Fritz Starber Inc.
Forme de crédit
documentaires
◆ La lettre de crédit révocable : la banque émettrice
d’une lettre de crédit révocable peut la modifier ou
l’annuler en tout temps, sans avoir avisé le
bénéficiaire.
◆ La lettre de crédit irrévocable : c’est un engagement
ferme et la banque ne peut pas modifier ou l’annuler
sans le consentement de toutes les parties.
◆ La lettre de crédit irrévocable et confirmée : une
seconde banque vient confirmer l’émission d’un crédit
documentaire.
Source : Banque Nationale du Canada
Risques et gestion des
risques de change
◆ Cas de l’importateur : Graindor (société européenne)
achète à Butterfly (société américaine) des graines de
tournesol pour fabriquer de l’huile. La remise de prix faite
par Butterfly est de 1000 $US la tonne. Le paiement est
prévu 60 jours fin de mois. Cours au moment de
l’acceptation de l’offre : 1 EUR = 1 $US
– Réévaluation du $US par rapport à l’EUR ⇒ perte
– Dévaluation du $US par rapport à l’EUR ⇒ gain

Source : Nadia Isaac, 2002


Risques et gestion des
risques de change (suite)
◆ Cas de l’exportateur : Graindor exporte de l’huile vers
les États-Unis. Elle conclut un contrat de 5000 $US avec
la société GoodMorning payable dans 30 jours. Cours de
change : 1EUR = 1 USD
– Si réévaluation du $US par rapport à l’EUR : gain
– Si dévaluation du $US par rapport à l’EUR : perte

Source : Nadia Isaac, 2002


Risques et gestion des
risques de change (suite)
◆ Le risque de change sur la transaction
◆ Le risque de conversion
◆ Le risque économique

◆ Les contrats de change à terme


◆ La compensation
◆ Les options sur les devises
Taux de change
Pour protéger la valeur des bénéfices attendus, une conversion
rapide des taux de change est recommandée.

Formules pour escompte


(Tint. origine - Tint. destination) * Nbre jours * Taux “spot”
365 X 100

Tint. origine = Taux d’intérêt du pays d’origine


Tint. destination = Taux d’intérêt du pays de destination
Taux “Spot” = Coût de l’argent du pays d’origine
Taux de change
Exemple de mise en situation : le 1er décembre, vous concluez
un achat d’une machine italienne. Le montant de la facture
s’élève à 57 k €, payable le 1er mars (90 jours). Vous souhaitez
connaître immédiatement la valeur de ce paiement en $ CAN.

Résultats
Taux intérêts € = Bons du trésor pour 90 jours = 4,12 %
Taux intérêts canadien = Bons du trésor pour 90 jours = 3,0 %
Taux “Spot” = valeur de l’argent au 1er décembre = 0.6621 €
((4.12 % - 3,0 %) * 90 jours * 0.6621) / (365 * 100) = 0,001828
Résultat : 57 k € / (0,6621 - 0,001828) = 86 328,06 $ CAN
Source : Banque Nationale du Canada
Origine d’un bien
◆ Identification
◆ Contenu et valeur monétaire
Considérations tarifaires dans
une zone de libre-échange
◆ Méthode de calculs de la valeur transactionnelle
TVR = VT - VMN x 100
VT
◆ TVR = la teneur en valeur régionale, exprimée en
pourcentage
◆ VT = la valeur transactionnelle du produit ajustée en
fonction d’une base FAB (voir la section des Incoterms)
◆ VMN = la valeur des matières non originaires utilisées par
le producteur dans la production du produit
Considérations tarifaires dans
une zone de libre-échange (suite)
◆ Méthode du coût net
TVR = CN - VMN x 100
CN
◆ TVR = la teneur en valeur régionale, exprimée en
pourcentage
◆ CN = le coût net du produit
◆ VMN = la valeur des matières non originaires utilisées par
le producteur dans la production du produit
Exercice
◆ Elios est un fabricant mexicain de fauteuils de cinéma qu’il
vend à un distributeur du Texas. Arrivés chez le distributeur,
les fauteuils coûtent 50$, soit 3$ de transport (de l’usine au
distributeur). La marge bénéficiaire est de 5$. Il y a pour
19,50$ de pièces non d’origine. Il y a aussi 2$ de promotion
et 2,50$ de frais d’intérêt (20% sont inadmissibles).

◆ Elios doit-elle payer des frais de douanes?


Incoterms
◆ Origine en 1936
◆ Amendements en 1953, 1967, 1976, 1980,
1990 et 2000
◆ Problèmes
– Variances selon les pays
– Définitions vagues
– Différentes opinions au lieu de destination
Incoterms
◆ Considèrent trois éléments :
– Points de transfert de la marchandise
– Transfert des différents coûts
– Transfert du risque
◆ Majoritairement séparés en 4 groupes
– Groupe E : EXW
– Groupe F : FCA, FAS, FOB
– Groupe C : CFR, CIF, CPT, CIP
– Groupe D : DAF, DES, DEQ, DDU, DDP
Les trois éléments importants
pour le choix d’un Incoterm
◆ Besoins du client
– Flexibilité
– Le client a toujours raison avec certaines restrictions
– Au Brésil, le terme DUU est impossible
◆ Le bon choix pour assurer une transaction profitable et
la garantie du paiement
– Transport des responsabilités
– FAS / FOB Port Nord-Américain
– Marché américain uniquement (FOB origine/destination)
◆ Le “sur mesure” entre un vendeur et un acheteur
– Tout est permis
– Instructions spécifiques
Incoterms Terminologie Signification
EXW EX-Works À l’usine (nom de la ville)
FCA Free-CArrier Franco transporteur (nom de la ville)
FAS Free Alongside Ship Franco le long du navire (port
d’embarquement convenu)
FOB Free On Board Franco à bord (port d’embarquement
convenu)
CFR Cost and FReight Coût et fret (port de destination convenu)
CIF Cost, Insurance and Coût, assurance et fret (lien de destination
Freight convenu)
CPT Carriage Paid To Port payé jusqu’à (lieu de destination
convenu)
CIP Carriage and Insurance Port payé, assurance comprise, jusqu’à
Paid (point de destination convenu)
DAF Delivered at Frontier Rendu frontière (lieu convenu)
DES Delivered Ex Ship Rendu au débarquement (port de destination
convenu)
DEQ Delivered Ex Quay Rendu à quai, droits acquittés (port de
destination convenu)
DDU Delivered Duty Unpaid Rendu droits non acquittés (lieu de
destination convenu)
DDP Delivered Duty Paid Rendu droits acquittés (lieu de destination
convenu)
Source : Gestion des approvisionnements et des stocks, Paul Fournier et Jean-Pierre Ménard, gaëtan morin, éditeur, page 314
Assurances
Police d’assurance cargo Coût
• Avaries particulières Montant $ / 100 $ de valeur
•Avaries générales Calculer sur la valeur
•Autres clauses C.I.F. + 10 %
•Franchises
Exemple :
• Prime : 0,25 $ / 100 $
Limite de responsabilité • Valeur : 10 000 $
•Maritime : 1000 $ US / colis • Transport : 2 000 $
•Air : 20 $ US / kilo • C.I.F. : 12 000 $
•Rail : 0,92 US / lb • C.I.F. + 10 % : 13 200 $
•Routier : 4,41 $ / kilo (Canada) et • 13 200 $ / 100 $ : 132
1,50 $ US / lb (USA) • 0,25 $ * 132 = 33,00 $
Source : Fritz Starber Inc.
Rôle d’un transitaire
◆ Étude
◆ Négociations
◆ Prévisions
◆ Réservations
◆ Organisation
◆ Exécution
◆ Suivi
◆ Distribution
◆ Récapitulation
Évolution du rôle du transitaire
◆ 1960
– Utilisation de transporteurs maritimes, aériens
– Introduction du multi-modalisme
– Utilisation de multiples courtiers en douane
– Utilisation des services de transport interne
◆ 1970
– Utilisation de transitaires multiples
– Utilisation de multiples courtiers en douane
– Utilisation des systèmes internes / information
– Utilisation des service de transport interne
Évolution du rôle du transitaire
◆ 1980
– Utilisation d’un seul transitaire
– Introduction des intégrateurs
– Utilisation de quelques courtiers en douane
– Utilisation d’une combinaison de systèmes internes et
externes
◆ 1990
– Utilisation de fournisseurs uniques, courtage en
douanes et transitaire
– Le transport devient une commodité
– Intégration des systèmes / EDI
Évolution du rôle du transitaire
◆ 2000 : multitudes de service disponibles
– Suivi des achats par ordinateurs
– La prise en charge des marchandises
– La cueillette des marchandises
– L’entreposage au départ, en transit ou à l’arrivée
– Le codage à barres ou le marquage de la marchandise
– La consolidation ou la déconsolidation des fournisseurs
– La consolidation des transports
– L’emballage ou le réemballage
– Production de documents
– La distribution
– Le suivi des inventaires
Exigences internationales
◆ Normes pour presque tout
– Vous assurez que les normes sont celles en vigueur
dans le pays visé.
– Conseil canadien des normes (CCN)
◆ Août 2003, norme phytosanitaire (NIMP 15 / ISPM 15)
pour la réglementation de matériaux d’emballage à base de
bois (initiée par l’Organisation des Nations Unies pour
l’alimentation et l’agriculture).
◆ Nouvelle réglementation sur le transport aux États-Unis.
Exigences internationales
(suite)
◆ Programme C-TPAT de la Customs and Border Protection.
Programme volontaire qui offre les avantages suivants :
– Nombre réduit d’inspection (voies réservées à certains
postes frontières)
– Accès à la liste des membres du C-TPAT
– Avantages liés à une sécurité renforcée
◆ PAPS (Pre-Arrival Processing System)
◆ Food and Drug Administration (loi sur le bioterrorisme)
Mouvement lors du transport
Coût
logistique Coût total
unitaire

Transport

Emballage

Assurance

Qualité de l’emballage
Source : Roques 2000
L’emballage peut réduire les
risques :
◆ Les chocs
◆ la compression
◆ les vibrations
◆ les variations de pression atmosphérique
◆ la pollution atmosphérique
◆ l’humidité
◆ l’oxydation
◆ les températures extrêmes
◆ les décharges d’électricité statique
◆ les contamination
Les principaux emballages
◆ Boîtes de carton ondulé
◆ Caisses
◆ Fûts, tonneaux et barils
◆ Sacs d’emballage double
◆ Containeurs
◆ Réfléchir aussi aux matériaux de remplissage et aux
moyens de fermeture de la boîte
Informations à fournir pour les
boîtes de carton
Exemples d’arrimage
Les Incoterms

A C B
Vendeur Transporteur Acheteur
Étiquetage
Étiquettes

Vous aimerez peut-être aussi