Vous êtes sur la page 1sur 29

DEPARTEMENT D’ARCHITECTURE

3éme ANNEE LICENCE


SEMESTRE 5
COUR 1

L’ANALYSE URBAINE
« L’urbanisme ne doit prendre son crayon
qu’après avoir terminé son enquête de
monographie locale et l’avoir judicieusement
conduite: un bien posé et déjà prés d’étre
résolu….. »
RENE DANGER
Objectifs de l’analyse urbaine « le pourquoi »:

 Identifier les caractères fondamentaux


d’un territoire ( paysage, urbanisme et
architecture ).
 Montrer les évolutions du territoire
 Mettre en évidence les points forts à
valoriser et les problèmes à corriger.
 Conclure.
 Sur les premières orientations à
envisager, se donner les moyens d’une
prise de décision urbanistique efficace
et sereine, la méthode proposée se
présente sous forme de 3 étapes :
 1. Etablir un diagnostique du territoire
afin de bien le cerner en deuxième
temps.
 2. les enjeux et les problèmes de
l’assiéte choisie ( la synthèse ) dans une
perspective de consolidation et de
respect du patrimoine local et des
paysage identitaires.
 3. effectuer des choix d’intervention
selon les contraintes observées lors de
l’analyse et de la synthèse

 L’intervention urbanistique peut prendre


plusieurs formes :
 1.la réorganisation urbaine
 2. la rénovation urbaine
 3.la restructuration
 4. la restructuration urbaine
 5. la densification urbaine
 6. L’extension urbaine
 7. la réhabilitation urbaine
Les différentes approches d’analyses
urbaines:

1. L’approche pittoresque( Camillo sitte)


2. L’approche paysagère (KEVIN lynche)
3. L’approche typo-morphologique (structuraliste)
4. L’approche anthropologique (Edward Hall)
5. L’approche culturaliste (Norbert chultz)
6. L’approche systématique (synthèse) (Philipe
panerai)
Les outils d’analyse urbaine :

 Les plans (documents cartographiques)


 Photographies aérienne, photos stellite
 Les documents textuels(monographies,
étude, rapports, récits…)
 Les données statistique(démographie,
scolarisation, commerce, emploi,…)
 L’observation par le parcours urbain
(sortie sur terrain)
Les échelles d’analyses :
 La ville
 Le quartier
 Le site
Les dimensions d’analyse:

1. A l’échelle de la ville
2. A l’échelle du quartier
3. A l’échelle du site d’intervention
1. A l’échelle de la ville

 La dimension historique
 La dimension économique
 La dimension fonctionnelle ( fonctions urbaines) :
équipement à l’échelle de la ville
 La dimension morphologique : structure urbaine
 La dimension paysagère : parcours urbain : KEVIN
LYNCH
 La dimension sociale ( pratique sociales)
 L’analyses sensible: ambiance (lumiére, sons ….)
2. A l’échelle du quartier

 La dimension historique : vécu


 La dimension économique : activités,
valeur foncière
 La dimension fonctionnelle ( fonctions
urbaines) :
1. Equipements à l’échelle du quartier
2. Equipement à l’échelle du quartier
3. Equipement d’accompagnement
2. A l’échelle du quartier
 La dimension morphologique
• les voies
• Les découpages fonciers du tissu urbain:
1. Les ilots
2. Le parcellaire
3. Le bâti

 La dimension paysagère : le parcours dans la


quartier
 La dimension social ( pratiques sociales)
 L’analyses sensible: ambiance (lumière, sons ….)
3. A l’échelle du site d’intervention
 La dimension historique : vécu
 La dimension économique : activités, valeur foncière
 La dimension fonctionnelle ( fonctions urbaines) :
1. Equipement à l’échelle de la ville
2. Equipement à l’échelle du quartier
3. Equipement d’accompagnement
 La dimension morphologique
1. Forme
2. Limite
3. Superficie
 La dimension paysagère : le parcours , les façades urbaine,
traitements d’angle, silhouette urbaine
 La dimension social ( pratiques sociales)
 L’analyses sensible: ambiance (lumière, sons ….)
 Les echelles de présentations:
A. 1/1000 pour l’intervetion (plan de masse)
B. 1/500 & 1/200 échelle intermediaire
C. 1/100 Objet architectural
LES DIMENSIONS D’ANALYSE

- La dimension historique:

Il s’agit de comprendre et reconstituer l’histoire de l’objet


d’étude (ville, quartier en: Retraçant sa genèse et son
évolution suivant un schéma à rebours (du plus récent au
plus ancien)

Recherchant les traces (mémoire du lieu, occupation


successive): Permanence, superposition, addition,
interruption, découpage, table rase
- La dimension morphologique suivant les
différentes échelles :

1) A l’échelle de la ville :
La topographie, nature du sol, contraintes, servitudes
et configuration générale de la ville
Centre (centralité), périphérie, banlieue
Les quartiers et les entités urbaines 
Les Typologies : habitat individuel, collectif,
commerce
La Morphologie :
Leur géométrie : irrégulière, carrée,
rectangulaire, triangulaire
Leur dimensionnement
Leur topologie :Irrégulière, damier,
radioconcentrique, urbanisation
fonctionnaliste (système barre).
Le tracé urbain, la trame viaire, hiérarchie des voies

Tissu urbain: trame irrégulière, en damier,


radioconcentrique

Axes structurants
Les espaces publics : places, placettes, jardin,etc.
1) A l’échelle du quartier
La topographie,nature du sol, contraintes, servitudes et
configuration générale du quartier (coupe schématique
1/1000e, 1/2000e, 1/5000e.)
Les voies :
Réseau des voies, maillage
hiérarchie des voies : primaires, secondaires, tertiaires
Relation voies aux espaces publics (place, placette,
square, etc.)
Analyse des voies :
Profil en travers (Gabarit),
Espace de la voie :
Revêtements
Aménagements
plantations : les espèces d’arbres, arbustes, etc
circulations: piétons mécaniques
fonctions : résidentielle, commerciale, administrative, etc.
transport public : Bus, Tramway, etc.
Les découpages fonciers du tissu urbain :
Le réseau des voies délimitent le domaine du bâti
LES ILOTS:
Les ilots englobent :
Les édifices
Les jardins, les cours, les places, les placettes
Les terrains libres
Les chantiers
La lecture de l’aspect morphologique peut être faite suivant :
Leur géométrie : irrégulière, carrée, rectangulaire,
triangulaire
Leur dimensionnement
Leur topologie :(relation respective) Irrégulière, damier,
radioconcentrique, urbanisation fonctionnaliste
(système barre).
Les caractéristiques de l’ilot :
Une périphérie
Un cœur
LE PARCELLAIRE :

* L’importance de la parcelle dans l’organisation du tissu urbain


est primordiale. Elle est l’unité de base, elle est le support du
bâti, elle organise le rapport à la rue.
La lecture du parcellaire se fera suivant :
Dimensionnement
Géométrie
Topologie : leur disposition respective les unes par
rapport aux autres dans l’ilot(propriétés associatives
des parcelles)
Le rapport à la rue
Limites séparatives :
Règles de mitoyenneté
Alignement
LE BATI :
Dresser une Typologie (repérer, identifier, inventorier, classifier les
caractères généraux qui unissent un ensemble d’éléments par
rapport à des niveaux de lecture :
• / implantation (relation à la rue):
Isolé : objet détaché
En bande : longe la rue ou la place
Avec cour (introvertie):s’ouvre à l’intérieur
• Individuel, semi collectif, collectif
• Etat du bâti : bon, moyen, en ruine
• Façades Style architectural : art nouveau,
haussmannien, moderne
• Système constructif
• Textures
• Revêtement de façades
• Ornementations
• Volumes
• Ouvertures
• Toitures
• Eléments ponctuels
• Hauteurs, Etc.
- La dimension fonctionnelle (fonctions urbaines)

- La dimension paysagère(analyse pittoresque)


Les Vues panoramiques statiques : (l’observateur est à
l’extérieur du spectacle) : axonométrie, vue générale à vol
d’oiseau, carte postale, etc.
L’analyse paysagère est dynamique : l’observateur est dans
le paysage qui se présente à lui comme une suite de
tableau
Méthode (Kevin Lynche) : Il s’agit de l’analyse visuelle des éléments
marquants le paysage urbain :
1) Les parcours (paths) : (rue, ruelles, boulevards, avenus) qui peuvent être
discontinus mais qui présente un caractère, une qualité.
2) Les nœuds  (nodes) : ce sont les points stratégiques. Il y a soit convergence
de plusieurs parcours, soit point de rupture, ou point singuliers du tissu. Les
nœuds sont des points qui peuvent ne pas présenter des qualités
morphologiques importantes mais avec un vécu social intense.
3) Le secteur (district) : c’est une partie du territoire urbain identifié
globalement ; c’est une entité urbaine, de même typologie ou de typologie
hétérogène, Il peut se confondre avec un quartier, une partie d’un quartier,
ou à cheval sur deux. Il présente des limites lisibles.
4) Les limites (edges) : ce sont les bordures des secteurs, marquant visiblement
leur fin. Elle peuvent être : boulevard, parc, canal, viaduc, voie ferrée, relief
5) Les repères (landmarks) : des éléments construits,
- bâtiment exceptionnels, monuments, d’une forme particulière qui facilite
leur identification.
- Une place, un carrefour, un pont, un château d’eau, une montagne, etc.
Analyse séquentielle :
L’analyse consiste dans l’analyse visuelle :
- des formes urbaines (volumes, plans, lignes, points)
- des enveloppes architecturales (structures, textures, couleurs)
- la mémoire, la sensibilité de l’observateur participe à
l’appréhension du paysage.
1) a l’échelle du site d’intervention :

les limites
dimensions
surfaces
formes, configurations
orientation, ombrage, ensoleillement
environnement immédiat: hauteur du bâti,
mode d'implantation, typologie,

règlement d'urbanisme, limites séparatives, fond de parcelle,


 vents dominants, directions, fréquences, vitesse
 pluviométrie, températures, humidité relative,
heures d'ensoleillement
 topographie: pente, talus, courbes de niveau
 végétation: typologie, valeur, positionnement,
 accessibilité: mécanique et piétonne
 voiries, dimensionnement, gabarit, hiérarchies
(primaire, secondaire, tertiaire), circulation (flux,
nœuds,…)
 réseaux divers: AEP, eaux usées (EU) électricité,
gaz, téléphone
La dimension sociale (pratiques sociales)

 L’espace urbain est constitué


 d’un espace (physique, morphologique) et
 d’un lieu :(activités, perceptions, mémoires, symboles)
 Pratiques sociales : (travail, non-travail,
consommation, fréquentation, échange social,
socialisation, rites, représentations, appropriation, se
promener, faire du lèche-vitrine, concentration en
certains points
 L’analyse sensible (ambiances, sonores, lumière,
odeur)