Vous êtes sur la page 1sur 51

Module : langues et Communication

La communication
La Communication Non Verbale (CNV)
La communication verbale (CV)

Pr. AAZIM Jalila Achouaq


Enset – Université Mohammed V Rabat

Année universitaire 2019-2020


• La communication non verbale (CNV)
• La communication verbale (CV)
• Pour s’exprimer et transmettre un message, plusieurs moyens de
communication peuvent être utilisés. Il existe deux modes de communication
bien distincts : la communication verbale et non verbale.
• Comment savons-nous si nous utilisons plutôt la communication verbale que
la communication non verbale lorsque nous nous exprimons devant nos
collègues, face à notre employeur, face à nos collègues, en famille ou entre
amis ?
• Comment distinguer efficacement un type de communication verbale ou
non verbale ?
• L’une volontaire, acquise (parole), et l’autre innée (comportement du
corps)
 La communication verbale est acquise dès la naissance (pleurs et cris) alors
que les différents langages corporels (non verbaux) apparaissent de façon
involontaire, évoluant avec l’âge et le temps. L’apprentissage de l’utilisation
des verbes commence ensuite dès le plus jeune âge par les parents et par les
professeurs de l’école primaire.
 Pour la communication non verbale, l’évolution de la gestuelle continue de
Part de types de communication

Le langage du corps représente 93 % de la communication humaine

Visuel

Ton de la voix

Mots prononcés
La Communication Non Verbale
Plan de l’exposé
1ère partie : Qu’est-ce que la Communication Non Verbale (CNV) ?
- Définition
- Importance et rôle de la Communication Non-Verbale (CNV)

2ème partie : Les principales théories de la Communication Non Verbale


- La kinésique
- La posturo-mimo gestuelle
- L’espace

3ème partie : Les composantes et les fonctions de la Communication Non Verbale


- Les gestes
- Les postures
- Le visage et les mimiques
- Le regard
- Les signes vocaux
- Les territoires
4ème partie : Comment maitriser la Communication Non Verbale (CNV) ?
1ère partie : Qu’est-ce que la CNV ?
Définition
La communication non verbale
c’est apercevoir l’indicible pour
entendre les non-dits. Pascal lefeuvre
(1963)

La chose la plus importante en


communication c’est d’entendre ce
qui n’est pas dit . Peter Druker

Elle s’applique aux gestes, à la posture, l’orientation du corps, la


singularité somatique naturelle ou artificielle, voire à des
organisations d’objets, des rapports de distance entre les individus,
grâce auxquels une information est émise. J. Corrase 1980
1ère partie : Qu’est-ce que la CNV ?
Définition

La Psychologie
L'éthologie L'anthropologie
(études des
émotions)

La CNV
La CNV

Les
L'ethnologie
Neurosciences
La sociologie
1ère partie : Qu’est-ce que la CNV
Synérologie ?
Savoir décoder le langage corporel de la personne en face de vous, vous octroie un atout
considérable pour rester maître de la relation qui peut s’établir entre vous et votre
interlocuteur.
Chaque gestuel inconscient signifie un message secret
 Quand vous faites face à une autre personne, au-delà de ses paroles et des mots utilisés,
sachez que :
- Son corps par ses attitudes, ses mimiques, son gestuel inconscient «parle».
-Son comportement physique vous assigne des “messages” sur ses vraies intentions.
C’est en les décodant que vous parviendrez à découvrir qui est la vraie personne en face
de vous.

Importance Rôle
Capte l’attention Peut remplacer la CV
Favorise la compréhension Relie deux Etres
permet l’adaptation indépendants
2ème partie : Les principales théories de la
CNV
• Le kinésique : C’est l’étude systématique des
faits gestuels. (l’observation pour créer un
système de gestes).
• La posturo-mimo-gestuelle : elle est basée sur
les concepts de l’interactivité et de la
multicanalité.
• L’espace : la distance est un outil complexe et
élaboré. On en distingue l’intime, le personnel,
le social et le public.
3ème partie : Les composantes et les fonctions de la CNV
Les composantes

Visage et mimiques

Postures

Positionnement par rapport


à l’interlocuteur
Gestes
3ème partie : Les composantes et les fonctions de la CNV
Les composantes
• Sans utilisation de la parole, la communication Non Verbale passe principalement par le canal
visuel en stimulant la perception, l’attention, la mémorisation…

• Elle repose sur le langage corporel dans son ensemble : gestes, postures, expressions du corps,
mais aussi du visage (haussement de sourcils, grimace,..), ou manifestations physiologiques.
les changements biométriques inconscients (rougeur, dilatation pupille,..)

• Mais la communication non verbale ne s'arrête pas seulement au corps en lui-même.

• Il existe de nombreux signes dits non verbaux, utilisés par la communication non verbale : les
tenues vestimentaires, la façon de se maquiller et de se coiffer, l'élocution, le ton de la voix...

La communication non verbale permet bien souvent, après analyse, d'établir des vérités, de
trouver chez son interlocuteur des traits comportementaux, qui ne sont pas exprimés par la
parole.
3ème partie : Les composantes et les fonctions de la CNV
Les fonctions
• Fonction sémantique : elle surgit lorsque le signe non verbal est lui-même
référent ou influe sur la signification des signes verbaux simultanés. En
effet, le signe non verbal peut exister de façon indépendante, contredire,
amplifier et modifier des composantes verbales et non verbales.

• Fonction syntaxique : elle permet de distinguer le signe non verbal qui


influe sur la production et la coordination des signes verbaux concomitants
ou ultérieurs ainsi que des signes non verbaux.

• Fonction pragmatique : elle montre que le signe renseigne sur l'état d'esprit
et la personnalité du locuteur ou du récepteur. Le signe non verbal a sa
fonction pragmatique qui lui est propre même s'il est souvent corrélé aux
propositions verbales.

• Fonction dialogique : elle s’intéresse au système formé par les


interlocuteurs lors d'une conversation, à leur relation et à la régulation des
échanges.
Comment maitriser la CNV ?
• Vérifier et adapter son apparence vestimentaire aux
situations.
• Apprendre à contrôler :
– son regard,
– sa tête et ses expressions faciales,
– sa posture,
– son toucher,
– sa voix est le comportement vocal.
– Sa distanciation : intime, personnelle, sociale et publique
Comment maitriser la CNV ?
Comportement vocal

La voix porte les mots et véhicule les émotions. Elle se caractérise par :

• Le volume : fort, moyen, faible : il dépend de la quantité d’air inspirée, de la


pratique d’une bonne respiration abdominale et d’une synchronisation entre
respiration et parole.
• La hauteur : aigue, médium, grave : elle dépend du placement de la voix et
du registre d’intonation utilisé.
• Le timbre : clair, moyen, rauque : Il dépend d’un souffle énergique, d’une
bonne ouverture de la mâchoire et d’une bonne prononciation des voyelles.
• L’intonation : neutre, expressive. Elle dépend d’une implication réelle et
d’une   « théâtralisatrion  » de la parole.
• Le débit : rapide, moyen, lent. Il dépend d’une bonne régulation du souffle
et d’une bonne articulation
Comment maitriser la CNV ?
Comportement vocal

•Trouver le bon volume


L’intensité de la voix est la puissance avec laquelle on parle.
•Trouver le bon registre
Parler haut est fatiguant à la fois pour l’orateur et pour le public. Une voix bien placée est une voix qui ne
fatigue pas. La voix traduit nos émotions.
•Moduler le timbre de la voix
Pour renforcer la perception d’un mot, d’une expression, on utilise des tons différents. Ne pas enchaîner la
phrase suivante sur le même ton, sous peine de se fatiguer rapidement, ainsi que de fatiguer l’auditoire.
•Régler le débit
Le débit est la vitesse à laquelle on parle. Les débits lent et rapide sont à éviter.
•Maîtriser les silences
•Il permet de régler le débit, de respirer, de se recentrer sur ses émissions.
•Il ne faut pas confondre  » silence  » et  » blanc  » ! Le silence doit être volontaire et maîtrisé.
•Articuler pour une bonne diction
•L’articulation ponctue le discours, donne le sens et la valeur à nos propos.
•La compréhension de votre message dépend de votre articulation.
Comment maitriser la CNV ?
Cas d’entretien d’embauche
 Serrer la main du recruteur de manière adéquate
mais quand il la tend. 
 Utilisez la technique du miroir pour imiter la
gestuelle du recruteur.
 Garder ses mains à découvert.
 Tenter de contrôler ses tics nerveux.
 Faire attention à sa posture.
 Maintenir le contact visuel.
 Faire attention à ses expressions faciales.
Comment maitriser la CNV ?
Cas de conduite en réunion
Éviter les signes de nervosité
Décontracté ? assuré ? en position de force ? rassurant ? Le fait de déterminer clairement
votre intention vous aidera à mieux adapter votre posture. Si vous voulez paraître assuré et
sûr de vous par exemple, prenez garde à vous tenir droit, à occuper généreusement
l’espace à votre disposition, et à privilégier des mouvements amples.
Adopter la bonne distance corporelle :
Il faut prêter une attention toute particulière à cette dimension afin de ne pas mettre son
interlocuteur mal à l’aise, soit en ne respectant pas la distance physique qu’il souhaite
maintenir soit en réagissant mal à ses accolades ou poignées de main.
Moduler sa voix
Autre élément important en communication non verbale : la voix. Il est essentiel de savoir
maîtriser sa voix, son débit et son ton. Travaillez dans un premier temps votre respiration
– une bonne respiration se fait par le ventre – afin de stabiliser votre débit et entrainez-
vous à bien articuler chaque mot. Un peu de lecture quotidienne à voix haute peut
facilement vous aider à avoir un débit régulier et une voix posée.
Garder le sourire :
Sourire est une véritable priorité. Il paraîtrait même qu’il serait beaucoup plus fréquent de
mieux se souvenir des personnes souriantes et des messages qu’elles souhaitaient nous
transmettre.
En résumé
•   « Ce n’est pas l’esprit qui est dans le corps, c’est l’esprit qui
contient le corps et qui l’enveloppe tout entier  » Paul Claudel

• Ce que les mots ne disent pas, le corps l’exprime.


• Notre corps trahit nos mots. Une expression d’un visage, le
débit d’une parole, nos mimiques, un comportement agité ou
en retrait, etc. donnent une quantité d’informations sur la
façon dont l’auditoire nous perçoit et entend notre discours.
En résumé
• Les bons gestes sont ceux qui véhiculent d’une
manière congruente le message, c’est-à-dire la
force, la conviction que vous donnez à vos propos. Se
préparer à communiquer libère également les gestes.

• Il est important d’identifier les gestes qui parasitent


notre communication, de comprendre leur
mécanisme et d’en analyser les effets sur le message
transmis.
La Communication Verbale (CV)
Plan de l’exposé
1ère partie : Qu’est-ce que la Communication Verbale ?
- Définition
- Importance et rôle de la Communication Verbale (CV)

2ème partie : Les principaux modèles de la Communication Verbale


- Le modèle de Shannon
- Le modèle de Winner
- le modèle de Weaver
- L e modèle de Jakobson

4ème partie : Comment maitriser la Communication Verbale (CV) ?

3ème partie : Cas pratiques de la CV


- Synthèse de trois textes (écrit)
- Pitch (oral)
1ère partie : Qu’est-ce que la communication verbale ?

La communication verbale utilise le VERBE :


c’est une façon structurée d’entrer en relation
avec autrui dans le but d'exprimer une idée, un
besoin, un désir, etc. Elle s'effectue par la
parole, qui constitue l'ensemble de mots d’un
langage donné mais aussi par l’écrit.
1ère partie : Qu’est-ce que la communication verbale ?
La communication verbale écrite

• 500 000 ans entre l’invention du langage et celle de l’écriture.


• 5000 ans entre l’écriture et l’imprimerie, puis celle du téléphone (1876) puis de
la radio (1899).
• 40 ans plus tard, la télévision.
• Encore 40 ans, le « multimédia » et les «NTIC ».
• L’écriture est une véritable révolution pour l’humanité. Elle a permis de codifier
les connaissances, d’accéder à une certaine abstraction qui n’était pas permise
par la transmission orale. Moyen aussi de transmission des connaissances et des
croyances par delà les distances, les frontières et le temps.
• Le livre et la presse sont aussi des vecteurs de mutation sociale.
• Transformations culturelles possibles grâce aux livres depuis le 16ème siècle «
A Chaque grande étape de l’histoire des communications, l’humanité semble
faire un bond en avant. » J.F. Dortier.
1ère partie : Qu’est-ce que la communication verbale ?

La communication verbale écrite


Résultats de toutes ces évolutions :
• D’une part, la formation des Sciences de
l’Information et de la Communication (SIC),
71ème section du Conseil supérieur des
universités.
• D’autre part, l’éclosion d’une idéologie de la
« société de communication ».
1ère partie : Qu’est-ce que la communication verbale ?
La communication verbale écrite

• Communication verbale écrite:  utilisant des supports externes à la


mémoire humaine, l’écrit ( papier, page virtuelles) se développe
exponentiellement grâce aux médias modernes, aux smartphones, aux
tablettes, aux applications et aux outils de communication sans cesse
renouvelés.
• Dans la vie professionnelle comme dans la vie privée, il est normal pour la
plupart des gens d’écrire plusieurs messages Whatsapp, Facebook et/ou
Instagram, Twitter ou Reddit.
• Dans l’entreprise, cette tendance se poursuit avec des outils de
communication modernes et des applications pour les employés.
• Par rapport à la communication orale, tous les aspects non verbaux tels que
la hauteur, le langage corporel, etc. sont éliminés dans la communication
exclusivement écrite, de sorte qu’une forte réduction du canal ait lieu.
Origine de la discipline

En France, les SIC sont composées de deux


courants:
les sciences de l'information (documentation,
bibliologie, bibliothéconomie...) + les sciences
de la communication (études des médias,
culture, société).
Les grandes théories de la communication
Apport de Shannon

• Présentation : Claude
Shannon (1916-2001) est un
chercheur intégré dans les
laboratoires de recherche de
Bell à New York, société
active de la télégraphie et la
téléphonie ; ingénieur
électricien et
mathématicien.
Les grandes théories de la communication
Schéma de shannon

Le schéma modélise la communication entre machines.


Ce schéma est la traduction « civile » d'un schéma préalable, utilisé
dans le contexte militaire :

source → encodeur → signal → décodeur → destinataire, dans un


contexte de brouillage.
Explications du schéma
• Émetteur, canal et récepteur = « intermédiaires techniques »

• Bruit = toute source d'interférence susceptible de détériorer le signal


est donc d'affecter la communication.

• Caractéristiques du schéma : structure linéaire unidirectionnelle ; la


communication est décomposée en étapes, en séquences de
processus qui s’enchaînent.

→ la communication ainsi modélisée place en tête des


préoccupations la lutte contre le bruit, dans le but d'améliorer la
fiabilité de la transmission, et ensuite de pouvoir réduire la
redondance (portions superflues, inutiles parce que répétitives du
message) et ainsi augmenter les capacités et les débits de
transmission.
Remarques sur le schéma
• Adéquat à décrire la communication entre machines, ce
schéma modélise imparfaitement la communication
humaine. Pourtant, son succès est foudroyant, et il a participé
largement à la création d'un champ disciplinaire, les sciences
de l'information et de la communication SIC.
• Il est à noter que ce schéma dit canonique donne une
consistance et une apparence de scientificité.
Les grandes théories de la communication
Apport de Wiener

• Présentation de N. Wiener :
(1894 – 1964) mathématicien
américain, théoricien et
chercheur en mathématiques
appliquées, il incarne le père
fondateur de la science générale
des systèmes mieux connue sous
l’appellation de cybernétique
qu’il définit dans son ouvrage
«Cybernetics or control and
communication in the animal and
the machine » (1948)
Apport de Wiener au modèle de la
communication
•  Il a ajouté le feedback ou processus de régulation.
• L'approche cybernétique d'un "système" consiste en une
analyse globale des éléments en présence et surtout de
leurs interactions.

• Les éléments d'un système sont en interaction réciproque.


L'action d'un élément sur un autre entraîne en retour une
réponse (rétroaction ou "feedback") du second élément
vers le premier. On dit alors que ces deux éléments sont
reliés par une boucle de feedback (ou boucle de
rétroaction).
Apport de Wiener au modèle de la
communication
• Wiener distingue 2 types de feedback :
• feedback positif : il conduit à accentuer un
phénomène (Réactions de B renforcent
l’attitude A).
• feedback négatif : régulation, amortit le
phénomène (Réactions de B conduisent A à se
corriger).
Les grandes théories de la communication
Apport de Warren Weaver

• Présentation : Warren
Weaver (1896-1978) est un
mathématicien, philosophe
de la communication.
Il a « humanisé » le schéma
purement technique de
Shannon.
Modèle présenté dans
l’ouvrage « Théories
mathématiques de la
communication » (1949) de
Shannon et Weaver.
Apport de Warren Weaver
• Il a humanisé le schéma de Shannon
• Il complète le schéma de Shannon en y introduisant un
récepteur sémantique entre le récepteur technique (qui
transforme les signaux en message) et le destinataire.

• Ce récepteur soumet le message à un second décodage,


destiné à mettre un sens sur les mots reconstitués, à
accorder les caractères sémantiques des messages avec les
possibilités sémantiques des destinataires. De même,
Weaver suggère d'insérer entre source et émetteur un
paramètre supplémentaire qualifié de bruit sémantique,
rendant compte de phénomènes de perturbations ou de
distorsion de signification.
Apport de Warren Weaver (suite)
Apport de Warren Weaver
• Bruit sémantique : tout élément susceptible de perturber le
codage, le décodage et le décodage sémantique (fatigue,
distraction, maladie, préjugés…)

• Aussi, Weaver introduit « les trois niveaux des problèmes de


communication » :
• technique : précision de transmission des symboles de la
communication
• sémantique : les symboles véhiculent-ils la signification
désirée ?
• efficacité : influence sur les comportements et attitudes.
Élément du schéma : message
• Le message : ensemble de signes. Il implique donc
un codage par l'émetteur, et un décodage par le
récepteur (d'où la nécessité d'un code commun).

Emetteur codage message décodage Récepteur

• La théorie de l'information vise à déterminer


mathématiquement le taux d’informations transmis dans la
communication d’un message par un canal de
communication, notamment en présence de parasites appelés
bruits.Il fut repris par Roman Jakobson pour étayer la théorie
linguistique.
Les grandes théories de la communication
Apport de Roman Jakobson

• Roman Ossipovitch
Jakobson ( 23 octobre 1896
à Moscou - 18 juillet 1982 à
Boston) fut un penseur
russe qui devint l'un des
linguistes les plus influents
du XXe siècle en posant les
premières pierres du
développement de l'analyse
structurelle du langage, de
la poésie et de l'art.
Schéma de Jakobson
Message au sens linguistique

• Un message est dit « verbal » lorsqu'il est fait


dans une symbolique écrite ou orale,
impliquant une concision et des normes
communes (une langue, un langage). Cela
inclut l'écriture, la langue des signes, la voix...
L'art de conceptualiser ce message dans un
langage afin de minimiser les interférences est
appelé rhétorique.
Message au sens linguistique
Il est dit « non verbal » lorsqu'il se base sur la
compréhension implicite (culturelle souvent) de
gestes, de couleur, ou d'odeur, non
conceptualisé par un langage. Dans toutes ces
situations, émetteur et récepteur doivent
partager le même code, afin que le message soit
compréhensible.
La communication selon Jakobson
• D'après Jakobson, « le langage doit être
étudié dans toutes ses fonctions ». C'est-à-dire
que le linguiste doit s'attacher à comprendre à
quoi sert le langage, et s'il sert à plusieurs
choses. « Pour donner une idée de ses
fonctions, un aperçu sommaire portant sur les
facteurs constitutifs de tout procès
linguistique, de tout acte de communication
verbale, est nécessaire ».
Facteurs constitutifs de
la communication verbale
• Le message lui-même ;
• « Le destinateur , Emetteur;
• Le destinataire , Récepteur

• « Pour être opérant, le message requiert d'abord un contexte auquel


il renvoie (c'est ce qu'on appelle aussi, dans une terminologie
quelque peu ambiguë, le "référent", contexte saisissable par le
destinataire, et qui est soit verbal, soit susceptible d'être verbalisé » ;
• « le message requiert un code, commun, en tout ou au moins en
partie, au destinateur et au destinataire (ou, en d'autres termes, à
l'encodeur et au décodeur du message) » ;
• « le message requiert un contact, un canal physique et une
connexion psychologique entre le destinateur et le destinataire,
contact qui leur permet d'établir et de maintenir la communication ».
Fonctions du langage selon Jakobson

Les fonctions du langage sont les suivantes :

• Fonction expressive (expression des sentiments du


locuteur),

• fonction conative (fonction relative au récepteur),

• fonction phatique (mise en place et maintien de la


communication).
Fonctions du langage selon Jakobson
• fonction référentielle (le message renvoie au monde
extérieur) guide, repère
• fonction métalinguistique (le code lui-même devient objet
du message)
Les mots grammaire, verbe, nom, et adjectif peuvent être utilisé
de façon métalinguistique. Par exemple, nom désigne tantôt le
mot par lequel on appelle une personne : nom propre ex : dans
« ce nom ne m'est pas étranger » ou « quel est votre nom de
famille ? » mais quand nom désigne la nature grammaticale d'un
mot, comme par exemple dans « en français, le nom précède en
général le verbe », le mot nom est un terme métalinguistique.

• fonction poétique (la forme du texte devient l'essentiel


du message)
Les fonctions du langage se résument ainsi :

•  fonction expressive (expression des sentiments du locuteur)


•  fonction conative (fonction relative au récepteur)
•  fonction phatique (mise en place et maintien de la
communication)
•  fonction référentielle (le message renvoie au monde
extérieur)
•  fonction métalinguistique (le code lui-même devient objet
du message)
•  fonction poétique (la forme du texte devient l'essentiel du
message)
Fonctions du langage selon Jakobson

Il considère d'ailleurs que ces fonctions « ne


s'excluent pas les unes les autres, mais que
souvent elles se superposent ». Le langage peut
ainsi servir à plusieurs choses à la fois :
maintenir le contact (fonction phatique) tout en
prenant pour objet le code du message (fonction
métalinguistique), par exemple, dans « as-tu
entendu ce que je t'ai dit ?.
3ème partie : Comment maitriser la CV ?
Savez-vous qu’une bonne communication
verbale peut contribuer au développement personnel ? 

A l’oral comme à l’écrit le pitch, l’exposé, la lecture massive mais régulière à haute et à
voix basse développe les compétences du pratiquant de la communication verbale.

- Le pitch : un discours oral pendant quelques minutes pour convaincre (1 minute).


Savoir présenter une idée, un projet, un nouveau produit/service en seulement quelques
minutes n'est pas si aisé qu'il n'y parait. Il faut savoir être concis tout en étant clair et
précis et surtout être capable de capter l'attention de ses interlocuteurs dès les
premières secondes afin de suffisamment piquer leur curiosité pour qu'ils adhèrent au
discours et le retiennent...
Il s'agit donc d'un exercice délicat auquel il est indispensable de se préparer avant d'en
maîtriser tous les aspects et en tirer pleinement tous les bénéfices.

- Rédiger (une synthèse) : le travail de synthèse développe les capacités intellectuelles


de l’apprenant.