Vous êtes sur la page 1sur 24

FSJES-Salé - Université Mohammed V

Master 1: management bancaire et finance internationale

La Théorie de la concurrence

• Préparé par: M.ABDELOUHAB ANAS • Encadré Par: M. Pr. HAMMES KHALID


Mlle GHANAMI SARRA

Année universitaire: 2019/2020


Plan
 Introduction :

I. La concurrence pure et parfaite


1. La définition de la concurrence pure et parfaite

2. Les conditions d’instalation de la concurrence pure et parfaite


3. Les avantages et inconvénients de la concurrence pure et parfaite

II. La concurrence imparfaite


4. Les Différentes situations de la concurrence imparfaite

5. Les conditions d’installation de la concurrence imparfaite


6. les conséquences de la concurrence imparfaite sur l’activité économique
 Conclusion :
Introduction :
 Définition de la concurrence en économie :

La concurrence en matière d'économie est une forme d'organisation sociale

des relations où domine un souci d'égalité des positions dans la relation

économique entre celui qui offre (vendeur) et celui qui demande (acheteur).
 La concurrence dans l’histoire de la pensée économique
Adam Smith dans la Richesse des Nations insiste sur deux aspects de la concurrence :

 de restreindre la concurrence dans certains secteurs en empêchant l’entrée de

concurrents (c’est ce que nous appelons de nos jours les barrières à l’entrée)

 de trop aider certains secteurs et d'y augmenter ainsi de façon non justifiée

économiquement le nombre d'acteurs. Smith pense notamment aux aides

données à certains enseignements qui conduisent selon lui à un trop grand

nombre d’ecclésiastiques et de gens de lettres.


Pour George Stigler, la position des économistes classiques peut être ainsi résumée :

« Chaque propriétaire d’une ressource productive cherchera à l’employer dans un

secteur où il espère que le retour sur investissement (return) sera le plus élevé. Il en

résulte qu’avec la concurrence chaque ressource sera distribuée dans tous les secteurs

de telle sorte que le taux de retour (ou profit) sera le même partout. »

Cela conduit John Stuart Mill à écrire en 1848 «qu’il ne peut y avoir deux prix sur le

même marché ».
I. La concurrence pure et parfaite :

1. La définition de la concurrence pure et parfaite :

La concurrence pure et parfaite (CPP) ou, tout simplement, la concurrence

parfaite, correspond à la théorie de la formation du prix élaborée

au XIXE siècle par les économistes néo-classiques.

La concurrence pure et parfaite est censée permettre l’équilibre sur tous les

marchés sous des conditions suffisantes très particulières.


I. La concurrence pure et parfaite :

A. L'atomicité du marché :
L'atomicité d'un marché se caractérise par la présence d'un grand nombre
d'offreurs et de demandeurs. Ces offreurs et ces demandeurs doivent être de
taille réduite ( « atomes »).
B. L'homogénéité du produit :
Tous les produits offerts sur le marché doivent être comparables ou
homogènes. En d'autres termes chacune des unités proposées par les offreurs
doit être totalement interchangeable.
I. La concurrence pure et parfaite :

C. Libre entrée sur le marché 


Dans cette hypothèse l'accès des offreurs ou des demandeurs sur un marché
doit être totalement libre. Toute réglementation imposant des conditions
préalables à l'exercice d'une activité est donc exclue.
D. La parfaite transparence du marché ou information parfaite
Suppose que les offreurs et les demandeurs soient parfaitement informés des
caractéristiques des produits et des prix auxquels ils sont proposés.
I. La concurrence pure et parfaite :

E. La libre circulation des facteurs de production 

Signifie que le capital et le travail doivent pouvoir se déplacer librement à la


recherche de la meilleure opportunité de rémunération.
I. La concurrence pure et parfaite :
3. Les avantages et inconvénients de la concurrence pure et parfaite
a. Les Avantages
 la concurrence pure et parfaite est associe au marché , une organisation qui permet
une production efficiente au niveau social. il n’existe pas de gaspillage de
ressources ; la production atteint son niveau le plus élevé à moindre cout.
 les prix, indicateurs de rareté relative par rapport aux désirs des individus, sont les
plus bas possibles puisque le profit économique devient nul en longue période et
que les consommateurs obtiennent alors les produits contre l’équivalant de leur
vraie valeur économique.
 la production étant standardisée, les producteurs n’ont pas besoin de mettre en place
une politique commerciale (publicité, promotions …) , ils sont assurés d’écouler
toute leur production au prix du marché .
I. La concurrence pure et parfaite :

b. les inconvénients :

 les conditions d’une concurrence pure et parfaite sont rarement attîntes en

dehors des marchés purement financiers et ceux des matières premières . un

type de vente sur lequel les conditions s’approchent du marché théorique , du

moins du côté des acheteurs .

 les producteurs ne se préoccupent que de leurs couts individuels de production,

incapables de prendre en compte certains problèmes comme les externalités

négatives, les couts sociaux etc.


I. La concurrence pure et parfaite :

 Les coûts de production doivent aussi être constants ou décroissants quand

les producteurs augmentent le nombre de bien fabriqués.

 selon l’hypothèse d’atomicité, les firmes sont par essence de petite

dimension , elles sont donc incapables de rechercher des effets d’échelle ou

de développer de nouvelles technologies couteuses en investissant dans la

recherche développent .
II. La concurrence imparfaite :
II. La concurrence imparfaite :

1. Les Différentes situations de la concurrence imparfaite :

A. Le monopole :

a. Définition:

(un offreur pour une infinité de demandeurs hypothèse d’atomicité non respecté, le

monopole désigne une structure du marché dans laquelle une seule entreprise fait face à

un grand nombre de demandeurs.


II. La concurrence imparfaite :

b. Les différents types de monopole:

 Le monopole naturel : dans le cas où une seule entreprise peut satisfaire

l’ensemble de la demande à moindre coût. L’entrée de nouveaux producteurs

sur le marché et la division des débouchés auraient pour effet, en raison de la

lourdeur des coûts fixes, d’élever les coûts unitaires.


Les Différentes situations de la concurrence imparfaite :

 Le monopole légal : voulu par les pouvoirs publics et réglementé par eux. Dans

ce cas, une entreprise obtient de la puissance publique une concession, c’est ‐à ‐dire

un contrat qui lui accorde le droit exclusif de vendre un bien ou un service ;

 ex : Maroc Telecom.

 Le monopole technique : dû à la détention par une entreprise d’un procédé ou

d’un brevet ou au contrôle exclusif d’une matière première dont il n’existe pas de

substitut. Entreprises pharmaceutiques innovations (permet de tenir une longueur

d’avance accord de tous les entrepreneurs).


Les Différentes situations de la concurrence imparfaite :

B. Les cas de concurrence limitée


 L’oligopole : un petit nombre d’offreurs pour une infinité de demandeurs.

Ex : constructeurs automobiles et d’ordinateurs, jeux vidéo.

 La concurrence monopolistique : structure de marché caractérisée par la


différenciation des produits (pas d’homogénéité) entraine une situation de monopole
le producteur peut faire son prix et, une situation de concurrence car les biens sont
substituables bien qu’ils le soient imparfaitement. Ex : les téléphones mobiles.
Les Différentes situations de la concurrence imparfaite :

• Le cartel : Un cartel correspond à une entente durable entre entreprises d’un

même secteur d’activité. Pour éviter une guerre des prix, les entreprises d’un même

secteur d’activité peuvent s’entendre sur les prix à pratiquer ou les quantités à offrir.

Le prix est supérieur au prix d’équilibre du marché de la concurrence parfaite. Pour

s’entendre, il faut que le nombre d’offreurs soit limité donc un marché

oligopolistique.
2. Les conditions d’installation de la concurrence imparfaite:

Un marché de concurrence pure et parfaite est un marché qui satisfait 5 conditions :


 Atomicité du marché,

 Homogénéité des produits,

 Transparence du marché,

 Libre entrée et libre sortie,

 Libre circulation des facteurs de production.

Il est très rare que toutes ces conditions soient respectées. Et, dès lors que l'un de ces
principes est transgressé, la concurrence devient imparfaite. De là résultent des
situations de marchés imparfaites, comme le monopole et l’oligopole.
3. Ses conséquences sur l’activité économique :
« la concurrence imparfaite permet d’augmenter la production et de développer de
nouvelles innovations».

La concurrence monopolistique
 En situation de concurrence monopolistique les firmes en concurrence proposent
des biens plus ou moins homogènes qui se différencient par la  qualité, une
caractéristique propre à un bien ou bien une publicité plus ou moins convaincante.
3. Ses conséquences sur l’activité économique :

 Le monopole existe à la condition qu’existent des économies d’échelle permettant

de produire à un cout unitaire faible inférieur au cout unitaire en situation de

concurrence parfaite. Cette baisse des couts de production entraine une hausse des

profits que l’on peut qualifier de surprofit puisque pour les classiques et les néo‐

classiques le profit ne devrait pas exister. On peut également souligner que

Schumpeter ainsi que ses successeurs remettent en cause la notion d’atomicité. En

effet, une grande firme peut être source d’efficience car elle génère des capitaux

plus importants nécessaires à l’innovation.


3. Ses conséquences sur l’activité économique :

 Une décélération de la croissance:


En situation de concurrence imparfaite les marchés sont limités. En effet on peut citer
le fait constaté par Samuelson : les entreprises deviennent price ‐maker notamment
lorsqu’il y a monopole. Ainsi afin de dégager une rente de monopole les entreprises
peuvent diminuer leur production pour augmenter leur prix et limiter ainsi le volume
des échanges. Cela entraine alors une baisse de bien être pour cet auteur.
Conclusion

Vous aimerez peut-être aussi