Vous êtes sur la page 1sur 123

CH2: MODÉLISATION DES

SYSTÈMES D’INFORMATION
SOMMAIRE
II. Modélisation des SI
1.Définitions
2.Méthodes de modélisation
3.La méthode merise
3.1. Le modèle conceptuel de flux (MCF)
3.2. Le modèle conceptuel de traitement (MCT)
3.3. Le modèle organisationnel des traitements (MOT)
3.4. Le modèle conceptuel de donnée (MCD)
3.5. Le modèle logique de donnée (MLD)
4.Les diagrammes UML
4.1. Diagramme de cas d’utilisation
4.2. Diagramme de séquence
4.3. Diagramme de classe
4.4. Diagramme d’activité
5.Modéliser avec du BPMN
INTRODUCTION À LA MODÉLISATION DES SI
DÉFINITIONS

Concevoir un système d’information?


 Une réflexion sur l’ensemble de l’organisation à mettre en place,

✔ On s’appuie sur un modèle défini comme la représentation


schématique d’un processus ou d’une démarche raisonnée.
Définitions:
• La modélisation consiste à créer une représentation abstraite et virtuelle d’une réalité
de manière à faire ressortir les points auxquels on s’intéresse.
• Un processus est une succession d’activités interactives mobilisant des ressources
pour aboutir à un but/résultat.
• Un processus est activé par des éléments déclencheurs appelés « données d’entrée »
qu’il transforme en « donnée de sortie »
INTRODUCTION À LA MODÉLISATION DES SI
DÉFINITIONS

L’approche de la gestion d’une organisation par les processus


consiste à:
• Identifier les processus de l’entreprise,
• Identifier les interactions existantes avec les autres processus,
• Fixer des objectifs,
• Définir des points à surveiller et à mesurer,
• Analyser l’efficacité du processus et ses disfonctionnements,
• Améliorer le fonctionnement du processus.
INTRODUCTION À LA MODÉLISATION DES SI
DÉFINITIONS

Avantages d’un approche de gestion par processus


• Décrire le fonctionnement de l’organisation,
• Expliquer la contribution des activités de gestion à la réalisation des
objectifs
• Impliquer les différents acteurs de l’organisation,
• Détecter les points critiques pour décider des actions correctives à
entreprendre.
MÉTHODES DE MODÉLISATION

Les méthodes de modélisation :


On aborde les méthodes de modélisation
suivantes
 La méthode merise (Méthode d’Étude et de réalisation
Informatique pour les Systèmes d’Entreprise)
 Méthode UML (Unified Modeling Language)
 Le BPMN (Business Process Model and Notation)
LA MÉTHODE MERISE

La méthode Merise:
Définition:
• C'est une méthode de conception, de développement et de réalisation de projets
informatiques créée en 1978-1979. Elle est la méthode la plus utilisée en France.
• Elle est basée sur la séparation des données et des traitements, séparation qui
assure la longévité du modèle.
Les niveaux d’abstraction:
La méthode repose sur quatre niveaux d'abstraction :
 le niveau conceptuel ;
 le niveau organisationnel ;
 le niveau logique ;
 le niveau physique.
Les modèles de la méthode Merise
Niveau Flux Traitement Données
Conceptuel MCF : Modèle MCT: Modèle MCD : Modèle
Ce qu'il faut faire Quoi? Conceptuel de Flux Conceptuel des Conceptuel des
Relations entre le domaine Traitements données ou Modèle
et le reste du SI Activité du domaine sans entité-association
préciser les ressources ou Signification des
leur organisation informations sans
contraintes techniques,
organisationnelles ou
économiques

Organisationnel MOF : Modèle MOT : Modèle MOD : Modèle


La manière de faire Qui, Organisationnel des Organisationnel des Organisationnel des
où, quand ?
flux Traitements Données
Relations entre les acteurs Fonctionnement du Signification des
domaine avec les Informations avec
ressources utilisées et leur contraintes techniques,
organisation organisationnelles ou
économiques.
Les modèles de la méthode Merise (suite)
Niveau Flux Traitement Données
Logique MLT: Modèle MLD : Modèle
Choix des moyens et des Logique des Logique des données
ressources
Comment?
Traitements ou Modèle
Fonctionnement du relationnel
domaine avec les Description des données
ressources utilisées et leur en tenant compte de leurs
organisation informatique conditions d’utilisation et
des techniques de
mémorisation

Physique MPT : Modèle MOD : Modèle


Les moyens de le faire Physique des Physique des
Comment
Traitements Données
Architecture technique des Description de la ou des
programmes bases de données dans la
syntaxe du SGBDR.

À chaque niveau, le SI est représenté par un modèle formalisé.


Ces modèles s'enchaînent dans un ordre précis, en démarrant par
le modèle de flux. 
NB: Le domaine d’étude est une sous-partie de l'activité
d'une organisation pour laquelle les processus seront
décrits. 
LA MÉTHODE MERISE
LES ÉTAPES DE LA MODÉLISATION

Les étapes de la modélisation:


 La modélisation du Si permet d'évaluer si une
informatisation d'un ou de la totalité des traitements est
opportune. 
 Les étapes de la modélisation du SI se réalisent en
cascade. C'est-à-dire que les modèles s'enchaînent les
uns après les autres.
LA MÉTHODE MERISE
LES ÉTAPES DE LA MODÉLISATION

Les étapes de la modélisation (suite):


Système d'information
Expression des besoins 
manuel 
Modèle conceptuel de flux (MCF) 

Modèle conceptuel des traitements (MCT) Modèle conceptuel de données (MCD)

Modèle organisationnel des traitements (MOT) Modèle relationnel


MCD validé 
ou MLD 
Modèle physique des traitements (MPT)
Modèle physique des données (MPD) 

Système d'information
automatisé 
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE FLUX (MCF)

Le Modèle conceptuel de flux (MCF):


Dans la méthode Merise, le premier niveau à développer est le niveau conceptuel
Définition:
• Le modèle conceptuel de flux représente les flux d'informations entre les acteurs.
• le Diagramme de flux est une représentation graphique des acteurs et des flux échangés.
Les étapes:
Pour l‘élaborer, il faut procéder par étapes : 
• inventorier les règles de gestion (qui sont les éléments de description globale du
fonctionnement de l'organisation) ; 
• déterminer le domaine d'étude et ses activités ; 
• déterminer les acteurs externes et les éventuels domaines connexes ; élaborer le modèle
de flux de niveau 0 (ou modèle de contexte) ; 
• élaborer le modèle de flux de niveau 1 ; 
• enfin élaborer le modèle de flux d’information de niveau 2.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE FLUX (MCF)

Le Modèle conceptuel de flux (MCF) (suite):


Rappel de notions:
• le domaine est une sous-partie de l'activité d'une organisation pour
laquelle les processus seront décrits ;
 Exemple:
 Domaines fonctionnels: crédits, titres, épargne, ressources humaines, comptabilite,...
 Domaines d’étude: instruction d’un prêt, remboursement anticipé
• un processus est une succession d'activités interactives mobilisant des
ressources pour aboutir à un résultat;
• une activité est l’ensemble des tâches réalisées de façon autonome par un
même acteur lors d'une étape du déroulement du processus. 
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE FLUX (MCF)

Le Modèle conceptuel de flux (MCF) (suite):


Les niveaux de représentation du modèle de flux :
• Au niveau du modèle de flux de niveau 0, apparaissent le domaine d'étude,
les acteurs externes, les flux d'information échangés entre domaine d'étude et
acteurs externes et les éventuels domaines connexes. 
• Le modèle de flux de niveau 1 permet de repérer les processus au sein du
domaine d'étude. Enfin, dans le modèle de flux de niveau 2, les opérations (au
sein d'un processus) sont précisées. 
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE FLUX (MCF)

Le Modèle conceptuel de flux (MCF) (suite):


Symbolique:

Élément Symbole
Flux d’information entre les acteurs
externes et le domaine d’étude
Autres flux d’information
Domaine d’étude

Acteur externe
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE FLUX (MCF)

Le Modèle conceptuel de flux (MCF) (suite):


Exemple:
1. Un assuré demande à souscrire une police d’assurance. Sa demande est alors
prise en charge par un rédacteur,
2. Le service encaissement reçoit le règlement de l’assuré,
3. Un assuré peut signaler ultérieurement, (au rédacteur ) toute modification dans
son statut (adresse, voiture, etc),
4. Quand un accident survient, l’assuré le déclare auprès du secrétariat, lequel
construit le dossier sinistre et le transmet à un inspecteur,
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE FLUX (MCF)

Le Modèle conceptuel de flux (MCF) (suite):


Exemple (suite):
5. Si le dossier est grave, l’inspecteur se contente de le transmettre au siège, sinon,
il charge un expert de la mission d’instruction du dossier
6. L’expert transmet alors son rapport, et l’inspecteur entame les négociations avec
la compagnie adverse
7. Il transmet l’information au rédacteur pour la mise à jour du bonus-malus
8. Le rédacteur demande la situation de l’assuré au service encaissement;
9. À l’échéance, le rédacteur informe le service quittancement, le service envoie un
avis à l’assuré, lequel envoie son règlement et reçoit ensuite une quittance.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE FLUX (MCF)

Le Modèle conceptuel de flux (MCF) (suite):


Exemple (suite): Graphe acteurs-flux
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE TRAITEMENTS (MCT)

Le Modèle Conceptuel de Traitements (MCT):


Répondre à la question QUOI faire par rapport à un évènement.
Présentation:
• ce modèle est réalisé à l'aide du modèle conceptuel de flux.
• il est généralement défini comme la représentation schématique de l'activité
d‘un système d'information sans faire référence à des choix organisationnels
ou à des moyens d'exécution.
• il permet de définir ce qui doit être fait mais ne dit pas quand, comment ni où.
..
• on s’intéresse aux opérations en dehors de toute mise en oeuvre
organisationnelle.
• il représente l’enchaînement des traitements réalisés.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE TRAITEMENTS (MCT)

Le Modèle Conceptuel de Traitements (MCT):


La représentation graphique du MCT:
• Un événement représente un changement dans l'univers extérieur au
système d'information, c’est dans le système d’information lui-
même. 
• Un processus est un sous-ensemble de l'activité de l'entreprise, cela
signifie que l‘activité d l’entreprise est constituée d'un ensemble de
processus. Un processus est lui-même composé d traitements
regroupés en ensembles appelés opérations. 
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE TRAITEMENTS (MCT)

Le Modèle Conceptuel de Traitements (MCT):


La représentation graphique du MCT (suite):
• Une opération est un ensemble d'actions exécutées par le système
suite à un événement, ou à une conjonction d'événements. Cet
ensemble d'actions est ininterruptible, c‘est-à-dire que le événements
ne sont pas pris en compte tant que l'opération n'a pas été accomplie. 
• La synchronisation d’une opération définit une condition booléenne
sur les événements contributifs devant déclencher une opération. il
s'agit donc de conditions au niveau des événements régie: par une
condition logique réalisée grâce aux opérateurs ou, et, non. 
• Une règle d'émission est la condition à laquelle est soumise l'émission
des résultats. 
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE TRAITEMENTS (MCT)

Le Modèle Conceptuel de Traitements (MCT):


La représentation graphique du MCT (suite):

Événement Événement
déclencheur 1 déclencheur 2

Synchronisation

Opération conceptuelle

Règle Règle
d’émission 1 d’émission 2

Événement Événement
Résultant 1 Résultant 2
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE TRAITEMENTS (MCT)

Le Modèle Conceptuel de Traitements (MCT):


Comment réaliser un MCT:
1. Réaliser le graphe des flux (représentation des acteurs, événements et
résultats externes
2. Pour chaque événement, recenser les opérations déclenchées, et/ou les
événements internes produits.
3. Regrouper dans une même opération tous les traitements qui ont les
mêmes déclencheurs dans une unité de temps, avec la même
synchronisation

NB: Règles de validation


 Une opération ne peut pas être interrompue par l’attente d’un événement
externe.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE TRAITEMENTS (MCT)

Le Modèle Conceptuel de Traitements (MCT):


Exemple:
Réapprovisionnement
auprès fournisseur (b) Commande
Commande
en attente (c)
client (a)

(a) OU (b et c)

CONTRÔLE MAGASIN

DISPONIBLE PAS DISPONIBLE

Commande à Bon de
livrer au client commande
REAP
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE ORGANISATIONNEL DE TRAITEMENTS (MOT)

Le Modèle Organisationnel de Traitements (MOT):


Définition:
• Le modèle organisationnel des traitements (MOT) décrits les propriétés
des traitements non traitées par le modèle conceptuel de données, à
savoir: le temps, les ressources et le lieu.
La représentation:
• Le formalisme de ce modèle n’est pas strict.
• Il peut être présenté sous forme de tableau:

Procédure Temps Poste de travail


début durée lieu responsable ressource
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE ORGANISATIONNEL DE TRAITEMENTS (MOT)

Le Modèle Organisationnel de Traitements (MOT):


La représentation (suite):
• …
• Il peut être représenté également comme un MCT « amélioré ».
Dans les deux cas, il doit répondre aux questions suivantes:
• qui exécute le traitement?
• Quand une opération est-elle déclenchée?
• Comment le traitement est-il réalisé?
 Il peut être manuel (M),
 automatique (A): c-à-d sans intervention humaine,
 conversationnel (C): c-à-d qui repose sur un dialogue homme-machine interactif.
• A quelle périodicité ?
 journalière (J),
 Hebdomadaire (H),
 Mensuelle (M)…
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE ORGANISATIONNEL DE TRAITEMENTS (MOT)

Le Modèle Organisationnel de Traitements (MOT):


Récapitulatif:

MOT = MCT + lieu + moment + nature

Qui exécute
l’opération ?
Acteurs Quand exécute-t-on Manuelle ou
l’opération ? Automatique ou
Agencement temporel Interactive ?
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE ORGANISATIONNEL DE TRAITEMENTS (MOT)

Le Modèle Organisationnel de Traitements (MOT):


La représentation (suite):
Entité
Événement Événement
déclencheur 1 déclencheur 2 État avant État après

Création Entité

Libellé opération Nature Traitement Périodicité Interrogation État avant État après

Descriptif de l’opération: Mise à Entité


- jour
- État avant État après

Suppression Entité
Résultat 1 Résultat 2
État avant État après
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE ORGANISATIONNEL DE TRAITEMENTS (MOT)

Le Modèle Organisationnel de Traitements (MOT):


Exemple:
 Le comité d'entreprise d'une société offre la possibilité aux enfants des
salaries des places dans des villages de vacances.
 Début Janvier, les Ressources Humaines calcule des « points », fonction du
salaire de chaque salarié et de la composition de la famille (nombre
d'enfants, handicap, âge).
 Les salariés établissent des fiches de vœux qu'ils adressent au comité
d'entreprise avant le 10 Mars. Les fiches sont alors saisies et traitées dans
leur intégralité le 15 mars en traitement par lots.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE ORGANISATIONNEL DE TRAITEMENTS (MOT)

Le Modèle Organisationnel de Traitements (MOT):


Exemple (suite):
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE ORGANISATIONNEL DE TRAITEMENTS (MOT)

Le Modèle Organisationnel de Traitements (MOT):


Exemple (suite):
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Démarche d’analyse: approche du monde réel


Première étape du processus de modélisation du monde réel:
 Recueillir les informations
 Transcrire sous une forme conduisant à un passage aisé au modèle.

 le modèle entité-association : ou encore Modèle Conceptuel de


Données
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Démarche d’analyse: approche du monde réel


Objectif:
 Comment appréhender et simplifier le monde réel, par nature complexe, pour réaliser
une modélisation ?
Processus d’itératif: processus d’itératif pour construire la structure de la base de
données par raffinements successifs ceci se traduit par des allers-retours entre
ces différentes étapes de la conception
Phase importante:
 réaliser des entretiens, généralement codifiés, avec les utilisateurs: une analyse du
discours pour en extraire l’information utile que l’on resitue dans le contexte de
l’organisation en général.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Démarche d’analyse: approche du monde réel


L’expression des besoins repose sur la formulation du problème à l’aide
de phrases simples qui décrivent la réalité à modéliser « sujet-verbe-
complément »
1. Décrire les liens entre les objets du monde réel (une action ou une
propriété)
 Exemple : Un lecteur emprunte un livre. Un livre est écrit par un
auteur.
2. la manière dont ces objets sont reliés.
 Exemple : Un lecteur est considéré comme lecteur s’il a au moins déjà
emprunté un livre. Un livre peut être emprunté par plusieurs lecteurs.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Démarche d’analyse: mise en œuvre


Comment procéder intuitivement pour obtenir ces phrases ?
 faire l’inventaire des objets tangibles ou perçus du monde réel
 on cherche à exprimer le (ou les) lien(s) qui permet(tent) de les
associer.
Exemple : modéliser une activité de location de DVD
 les objets que l’on peut appréhender immédiatement sont les DVD et
les clients
 les liens entre ces objets: un client réserve un DVD ou qu’un client
loue un DVD, etc.
 identifier les objets moins faciles à percevoir directement : les
fournisseurs, les acteurs, les réalisateurs…
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Démarche d’analyse: mise en œuvre


Pour obtenir ce résultat, se poser quelques questions afin de:
 Décrivez l’activité globalement, en termes simples, sans entrer dans
les détails, pour identifier les objets et leurs liens éventuels.
 Indiquez quelles sont les « procédures » utilisées dans l’activité pour
caractériser les liens entre les objets. Les procédures permettent
d’énoncer les contraintes qui seront intégrées ensuite dans la base de
données.
Notion de temps: une base de données modélise des actions qui ont
lieu durant une période de temps.
 « un livre peut être emprunté plusieurs fois », il est évident qu’un
livre ne peut être emprunté par deux personnes simultanément
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)
Démarche d’analyse: cas pratique
On considère la modélisation très schématique du fonctionnement d’un
hôtel. Quelle(s) phrase(s) simple(s) décri(ven)t l’activité de l’hôtel ?
Première approche avec cette phrase : « Un hôtel loue des chambres à des
clients qui effectuent des réservations. »
 Après analyse : Un client loue une chambre ; un client réserve une chambre.
Les deux objets du monde réel – la chambre et le client –
Caractérisation des liens :
 Une chambre peut n’avoir jamais été louée ni réservée
 Un client est inséré dans le système d’informations à partir du moment où il a
effectué soit une réservation soit une location
 Un client peut réserver ou louer plusieurs chambres
 Une chambre peut être réservée ou louée plusieurs fois, mais pas pendant la
même période de temps
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Démarche d’analyse: cas pratique


Enfin, on décrit les données des objets et des liens:
 Un client est caractérisé par son nom, son adresse et son numéro de
téléphone.
 Une chambre est caractérisée par son numéro, un nombre de places,
son tarif journalier et la présence ou non d’un cabinet de toilettes.
 Une location est caractérisée par une date de début, un nombre de
jours et les consommations annexes (petits déjeuners, téléphone…).
 Une réservation est caractérisée par une date de début, un nombre de
jours et le versement d’une avance éventuelle.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Modélisation par le modèle entité-association


Après le recueil d’informations: on dispose d’un ensemble de phrases simples qui
expriment les besoins décrivant la réalité à modéliser
une représentation : vue d’ensemble des données et des liens qui les caractérisent, il s’agit
du Modèle Conceptuel des Données (MCD)
 Le formalisme entité-association
 utilise une représentation graphique sous forme de diagrammes.
 Les entités sont les objets concrets ou abstraits du monde réel
 Les associations représentent le lien entre ces entités
 « sujet-verbe-complément »: Les sujets et les compléments sont les entités, et le verbe
modélise l’association
 Les entités sont composées de champs de données que l’on nomme attributs, Un attribut,
ou un ensemble d’attributs, doit être choisi comme identifiant de l’entité. Souvent on
introduit artificiellement un attribut (simple ou juxtaposé) pour identifier une entité
 On représente une entité par un rectangle qui contient le nom de l’entité et ses attributs
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Le formalisme entité-association
 Les associations représentent les liens qui existent entre les entités
 il n’est pas nécessaire de disposer d’un identifiant pour une association
 Lorsque les entités sont associées par deux, elles sont qualifiées de binaires
 il est possible d’en associer plus de deux ; les associations sont alors non plus binaires,
mais n-aires (où n est le nombre d'entités associées)
 On représente une association par un ovale qui contient le nom de l’association et ses
attributs.

 Il peut également y avoir plus d’une association entre deux entités


 Association réflexive
Personne
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Modélisation par le modèle entité-asociation: cardinalités


Les cardinalités décrivent les caractéristiques de l’association entre les entités
 On utilise deux nombres qui représentent les valeurs minimales et maximales pour
caractériser l’association. Il s’agit du nombre d’occurrences minimales et maximales des
entités impliquées dans l’association
 une association binaire sera caractérisée entièrement par quatre nombres et donc chaque entité
participe de manière différente à l’association
Les cardinalités peuvent prendre les valeurs suivantes :
 De un à un, notée 1,1. Une brosse à dents possède en théorie un (1) et un (1) seul propriétaire.
 De un à plusieurs, notée 1,n. Un livre a au moins un (1) auteur ; il peut en posséder plusieurs
(n). On ne considère pas les ouvrages anonymes.
 Optionnel, notée 0,1. Une personne est célibataire (0) ou mariée (légalement…) à une (1) autre
personne au plus.
 De zéro à plusieurs, notée 0,n. Un appartement peut être libre (0) ou habité éventuellement par
plusieurs habitants (n).
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Modélisation par le modèle entité-association: cardinalités


Dans l’exemple de l’hôtel précédent, l’analyse préalable permet de déduire les
propriétés suivantes:
 Un client loue au minimum une (1) chambre ; il peut en louer plusieurs (n). La
cardinalité est donc de 1,n.
 Une chambre peut être louée plusieurs fois (n) et elle peut ne pas être occupée (0). La
cardinalité est donc de 0,n.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Modélisation par le modèle entité-association : cas d’étude « casse »


Deux entités du monde réel sont identifiées : les personnes et les voitures.
Une voiture est caractérisée par sa marque, son type, sa couleur.
Une personne est caractérisée par son nom, son âge, sa ville, son sexe.
L’action modélisée est la vente, caractérisée par le prix de la vente et sa date.
Une personne peut acheter une ou plusieurs voitures.
 Une voiture peut être vendue ou non.
Recherche des identifiants: aucun attribut ni ensemble d’attributs ne permet de
définir sans ambiguïté un identifiant.
Recherche des cardinalités: Les cardinalités sont déduites des deux dernières
phrases
1,n. Pour « une personne peut acheter plusieurs (n) voitures ou une (1) ».
0,1. Pour « une voiture peut être vendue une seule fois (1) ou jamais (0) ».
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Évolution du modèle: qualité des attributs


les attributs des entités et des associations doivent posséder des qualités générales dont le
choix est guidé par des règles simples:
 ne retenir/ stocker que les attributs strictement nécessaires: la tendance des utilisateurs
est en général de prévoir le plus d’attributs possible (juste au cas où),
 Le choix s’effectuera en tenant compte des fonctionnalités attendues du système
d’information par élimination systématique des données non utiles
 Ne pas retenir les attributs qui peuvent être déduits d’autres attributs (soit par le calcul
ou par un lien sémantique entre plusieurs attributs)
 Le chiffre d’affaires peut être calculé à partir du prix de vente et de la quantité.
 Une référence peut être construite à partir du nom du produit et du fournisseur.
 réduire la place occupée ainsi que les risques d’incohérence
 les noms des attributs doivent être « parlants »: utiliser des noms de grande taille si cela
facilite la compréhension du rôle de l’attribut dans l’entité (‘Numéro_Série’ plutôt qu’un
attribut ‘ns’)
Faciliter la compréhension générale du modèle et son utilisation future dans le SGBD
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Évolution du modèle: réorganisation des entités


Le processus itératif pour élaborer le modèle conceptuel peut conduire à un redécoupage des entités ou à
leur fusion.
On considère l’exemple de la bibliothèque de prêt: « Un lecteur emprunte un livre. »
 deux entités ‘lecteur’ et ‘livre’ liées par l’association ‘emprunte’
 Un lecteur est caractérisé classiquement par son nom, son prénom et son adresse auxquels on ajoute un attribut
numéro de lecteur qui sera utilisé comme identifiant (correspond au code barre de la catre du lecteur).
 Un livre est caractérisé par son titre, son auteur, son numéro ISBN, son éditeur. Le numéro ISBN est ici un
identifiant pour l’entité puisqu’il est unique.
 L’association ‘emprunte’ a pour attribut la date d’emprunt.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Évolution du modèle: réorganisation des entités


Que se passe-t-il si l’on possède plusieurs exemplaires du même ouvrage ?
 Le numéro ISBN n’est plus identifiant puisqu’il est le même pour chacun des
exemplaires.
Solution : ajouter un numéro supplémentaire unique pour chaque livre (c'est la notion de
cote dans une bibliothèque)
Inconvénient: on répète les informations communes aux différents ouvrages (titre,
auteur…) à chaque exemplaire.
Solution: Séparer l’entité ‘livre’ en deux entités ‘livre’ et ‘ouvrage’ (entité abstraite)
L’activité de la bibliothèque est alors décrite par deux phrases :
 Un lecteur emprunte un exemplaire.
 Un livre représente un exemplaire
d’un ouvrage.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Que se passe-t-il si l’ouvrage possède plusieurs auteurs ?


Une solution simpliste: prévoir un champ par auteur supplémentaire
(‘auteur2’, ‘auteur3’, ‘auteur4’, ...etc.)
 Si seulement dix livres sur un million possèdent plusieurs auteurs
 Si un livre possède un nombre d’auteurs supérieur au nombre de champs
prévus
 Si l’on considère qu’un auteur peut avoir écrit plusieurs ouvrages
(redondance et/ou incohérence)
La solution correcte: créer une entité supplémentaire pour ces attributs
qui sont sémantiquement de même type.  entité auteur qui
contiendra un numéro d’auteur (identifiant), son nom et son prénom
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Évolution du modèle: réorganisation des entités


Que se passe-t-il si un auteur emprunte un livre ?
Un auteur peut également emprunter un livre et revêtir par
conséquent le rôle de l’emprunteur (provoque de la redondance
et peut générer des incohérences).
la solution consiste à fusionner les entités ‘lecteur’ et ‘auteur’ qui
ont la même structure en une entité unique ‘personne’.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Évolution du modèle: Récap


On a identifié ainsi dans cette étude de cas plusieurs situation qui ont
nécessité la réorganisation des entités obtenues lors de la première
analyse :
 Si l’on repère à l’intérieur d’une entité des attributs qui représentent un
ensemble logique (mis en valeur dans l’exemple par un défaut d’identifiant
pour un livre), on sépare ces attributs dans une entité supplémentaire. (ISBN et
Cote dans l’entité ouvrage)
 Si des attributs dans une même entité possèdent une sémantique identique
(auteurs, numéros de téléphone multiples), on crée une entité
supplémentaire pour séparer ces attributs. Cette entité sera associée à celle
dont proviennent les attributs à l’origine. (entité auteur)
 Si des entités ont la même structure (et représentent le même type d’objet),
on les fusionne et l’on conserve les associations qui existaient avant la fusion.
(lecteur et auteur  personne)
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Évolution du modèle: Élimination et fusion d’associations


La réorganisation d’associations
 qui n’ont pas de raison d’être
 par une fusion des associations
 par leur intégration dans les entités.
Élimination d’associations:
 Cas d’un achat effectué sur Internet
1. Avec une carte bancaire
 Une facture (numéro de facture, montant et date) est réglée par une carte (numéro, type , date
de validité et propriétaire): une facture est payée par une et une seule carte et une carte peut
servir à régler plusieurs factures
2. Avec une e-carte bancaire
 Une e-carte est une carte « virtuelle » associée à une véritable carte bancaire, valable pour une
seule transaction.
 Les cardinalités deviennent alors de type 1-1 (pure bijection) des deux côtés: une e-carte ne
permet de régler qu’une et une seule facture
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Évolution du modèle: Élimination et fusion d’associations


Fusion d’associations
 Il est possible de fusionner plusieurs associations ayant le même rôle sémantique.
Exemple:
 activité liée à l’exécution de morceaux de jazz en quartet (groupe de quatre musiciens) :
 Pour un morceau donné, le premier musicien joue la partie de basse, le deuxième
celle de batterie, le troisième celle de piano et le quatrième celle de saxophone

Ça ne sera pas le cas pour les associations : ‘compose’ ou


‘arrange’ entre les entités ‘musicien’ et ‘morceau’
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Exercice 1:
On considère l’entité ci-après, elle décrit des salles de cinémas. Les
attributs de cette entité sont les suivants :
 nom de la salle ;
 nom du cinéma;
 ville du cinéma;
 nombre de places ;
 taille de l’écran.

Que proposez-vous comme identifiant pour cette entité ?


LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Solution de l’exercice 1:
un identifiant possible serait la combinaison ‘Nom du
cinéma & Nom de la salle Ville du cinéma’. Il est peu
probable en effet que la même ville dispose de
plusieurs cinémas du même nom… encore que ce soit
du domaine du possible.
il est préférable de créer un champ identifiant de toutes
pièces qui identifiera la salle
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Exercice 2:
On veut modéliser l’activité de vente de billets pour un théâtre.
1. Quelles phrases vont nous permettre d’identifier les entités et
la manière dont elles sont associées ?
2. Proposez les attributs que vous utiliseriez pour décrire ces
entités et leurs associations ainsi que les identifiants de chaque
entité.
3. Que se passe-t-il si le prix du billet varie pour chaque séance
et en fonction de la place ?
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Solution de l’exercice 2:
1. Les éléments qui s’imposent intuitivement sont les spectateurs et la pièce
jouée. La phrase qui représente le lien entre ces entités peut être de la forme
: « les spectateurs achètent un billet pour une pièce ».
2. deux entités ‘spectateur’ et ‘pièce’ liées par l’association ‘achat’.
L’entité ‘spectateur’ contient les attributs nom, numéro de téléphone. On
crée un identifiant ‘numero_client’
L’entité ‘pièce’ comprend un titre, l’auteur, le metteur en scène et le prix
d’une place (on suppose que toutes les places sont au même prix)
L’association a pour attributs la date et le numéro de siège. Ces attributs
sont en effet caractéristiques de l’action d’achat et non pas du spectateur ou
de la pièce
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Solution de l’exercice 2:
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Solution de l’exercice 2:
3. Si le prix des places varie pour chaque séance, il est
non plus une caractéristique de la pièce, mais de
l’achat. L’attribut ‘prix’ devient un attribut de
l’association ‘achat’. Il n’y a jamais de solution
unique en base de données. On aurait pu, par
exemple, utiliser une entité ‘billet’ liée aux deux
entités ‘spectateur’ et ‘pièce’.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Exercice 3:
On considère le schéma entité-association, muni de ses cardinalités, qui décrit une
partie de l’organisation de séminaires
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE CONCEPTUEL DE DONNÉE (MCD)

Solution de l’exercice 3:
Un séminaire traite d’un thème et d’un seul (cardinalité 1-1). Un
thème peut être traité par aucun séminaire ou par plusieurs
(cardinalité 0-n).
Un séminaire a un intervenant au minimum (cardinalité 1-n). Un
intervenant peut intervenir dans plusieurs séminaires ou
aucun (cardinalité 0-n).
Un séminaire a toujours un responsable et un seul (cardinalité 1-
1). Un intervenant peut n’être responsable d’aucun séminaire
ou l’être de plusieurs (cardinalité 0-n).
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

1. le concept :modèle relationnel de Codd


2. les méthodes de passage du modèle
conceptuel de données (entité association) au
modèle relationnel (un ensemble de relations)
3. Les formes normales pour contrôler la
qualité des relations produites
4. Logique du premier ordre
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Le concept: Modèle Logique ou relationnel


Le modèle relationnel ?
 la notion de relation mathématique entre des éléments de deux ensembles:
=> Chacun des éléments (Ens 1) peut prendre des valeurs dans l’ensemble défini (Ens 2)
 Ens 1 (réfrigérateur, cuisinière, hotte, robot, lave-vaisselle)
 Ens 2 (rouge, bleu, vert, jaune, blanc, noir, rose, jaune)
En total on peut avoir 40 Possibilités
 Une relation est totalement décrite par :
 le schéma relationnel;
 les domaines des différents champs ;
 les tuples (lignes) qui la constituent.
=> On représente une relation par une table
 Dans le modèle relationnel, la relation est l’élément fondamental.
 Toutes les opérations sur une ou plusieurs relations retourneront une relation.
 Un ensemble de relations reliées entre elles par des liens sémantiques constitue une base de données.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Le concept: Clé d’une relation


 Clé d’une relation :
 un champ, ou un ensemble de champs, qui permet d’identifier précisément un
enregistrement: clé primaire de la relation.

 Une relation peut comprendre plusieurs clés possibles : les clés candidates
 Doit être unique pour chacun des enregistrements de la relation
 Tenir en compte l’évolution des données pour le choix de la clé (deux réfrigérateurs
de couleurs différentes)
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Le concept: Cohérence des données et contraintes d’intégrité


Contraintes d’intégrité: restrictions sur le contenu des données pour garantir la
cohérence des données de l’ensemble des relations constitutives de la base de
données
Cette vérification de cohérence se situe à plusieurs niveaux:
 adapter le contenu des champs par rapport au sens des données dans le monde réel :
contrainte de domaine ou cohérence sémantique (Ex: 0 < âge < 120)
 préserver la cohérence du contenu de l’ensemble des relations qui sont liées: les champs
qui lient les relations entre elles doivent être cohérents pour garantir la jointure
 éliminer les problèmes d’incohérence dus à la redondance : en effet la duplication des
données rend délicates la maintenance et l’évolution de la relation. (modification en
cascade très délicate en présence de redondance)
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Opérations du modèle relationnel


La manipulation des données dans le modèle relationnel:
 à l’aide d’opérations formelles => concepts mathématiques
 théorie des ensembles: l’algèbre relationnelle portant sur une ou plusieurs relations
(ou tables)
Catégories d'opérations:
 les opérations classiques issues de la théorie des ensembles (union, intersection,
différence) ;
 les opérations plus spécifiques du monde relationnel (projection, sélection, jointure):
opérations fondamentales de l’algèbre relationnelle ;
 les opérations de types calcul et agrégats (ni ensemblistes, ni relationnelles)
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Opérations du modèle relationnel: Opérations ensemblistes


Union: la mise en commun des enregistrements de chaque relation. Les enregistrements
identiques ne sont intégrés qu’une seule fois.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Opérations du modèle relationnel: Opérations ensemblistes


Différence: désigner les enregistrements qui appartiennent à une relation sans
appartenir à l’autre.
Intersection: désigne les enregistrements qui sont communs aux deux relations
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Opérations du modèle relationnel: Opérations ensemblistes


Produit cartésien: Le produit cartésien permet la combinaison des enregistrements de
deux relations sans tenir aucun compte du contenu des données
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Opérations du modèle relationnel: Opérations relationnelles


Projection: consiste à extraire certains champs de la relation, ce qui donne à cette
dernière un degré inférieur à la relation de départ.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Opérations du modèle relationnel: Opérations relationnelles


Sélection ou restriction: La sélection consiste à extraire les enregistrements de la relation.
On utilise des critères pour caractériser les enregistrements sélectionnés.

Jointure: l’opération fondamentale de l’algèbre relationnelle qui permettra d’exprimer le


sens du lien entre les relations dans le monde réel. La liaison entre les relations
s’effectue par le contenu commun d’un champ
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Opérations du modèle relationnel: Calculs et agrégats


Règle importante: tout ce qui peut se calculer ne doit pas être stocké
Éviter la perte de place et l’incohérence
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Passage du modèle conceptuel au relationnel: Règles générales


Formalisme pour analyser le monde réel et le représenter en modèle conceptuel:
 entité association
Règles simples pour passer de ces modèles à un ensemble de relations qui sera utilisable
directement dans le SGBD.
 C’est le schéma relationnel ou le modèle logique des données
Deux grandes règles générales s’appliquent toujours:
 Une entité devient une relation composée des champs de l’entité. La clé de cette relation est la
même que celle de l’entité.
 Une association devient une relation composée des deux clés des entités associées

Les entités ‘voiture’ et ‘personne’ deviennent les


relations :
- voiture(NumVoit, Marque, Type, Couleur)
- personne(NumAch, Nom, Age, Ville, Sexe).
L’association se transforme en relation: vente(DateVent, Prix, NumAch, NumVoit).
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Passage du modèle conceptuel au relationnel: Règles générales


Activité d’organisation de séminaires:
 Un séminaire est animé par un ou plusieurs intervenants.
 Un séminaire ne possède qu’un seul responsable.
Deux associations existent entre les deux entités ‘Séminaires’ et ‘Intervenant’ : ‘Anime’ et
‘Est_responsable’. Les attributs utilisés pour les entités et les associations sont visibles sur le
modèle entité-association
Si l’on applique les règles générales, on obtient quatre relations :
 Intervenant(NumInter, NomInter, TelInter)
 Seminaire(NumSem, DateSem, Prix, NbeJour)
 Anime(NumInter, NumSem, NbeHeure, SalaireHor)
 Est_responsable(NumInter, NumSem, Prime)
"Glissement" des éléments de l’association:
 Seminaire_Res(NumSem, DateSem, Prix, NbeJours, Prime, NumInter)
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Exercice 1:
Considérons la relation Film(Prix, Format, Type, Nombre).
1. Supposons que le prix d’un film ne doit pas dépasser les 1000 et le nombre ne
doit pas dépasser non plus les 10000, proposez des contraintes d’intégrité pour
chaque champ.
2. On suppose que l’on ajoute un champ ‘Numéro_Film’ qui correspond à son
identifiant dans une relation descriptive qui est un catalogue de films. Que
proposez-vous comme contrainte pour ce champ ?
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Solution de l’exercice 1:
On peut proposer par exemple que que le prix doit être compris entre 0 et 1 000, et
le nombre entre 0 et 10 000. Ainsi, le prix ne peut pas être de -100 et le nombre
ne peut pas être -9000.
Pour les champs de type caractère comme ‘Format’ et ‘Type’, il semble que les
valeurs puissent être incluses dans des ensembles énumérés. Le format peut être
compris dans l’ensemble (3 :4,16 :9) et le type dans l’ensemble
(‘Couleur’,’Noir/Blanc’, 3D, 4K, 5K) .
Le contenu du champ ‘Numéro_Film’ peut être défini par rapport au contenu du
champ correspondant dans la relation ‘catalogue’. càd on ne peut pas saisir un
numéro de films qui ne se trouverait pas dans le catalogue.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Exercice 2:
Exprimez l’intersection entre deux relations à partir des opérations d’union et de
différence. Donnez-en une illustration avec ses deux relations
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Solution de l’exercice 2:
ma_cuisine ∩ sa_cuisine = ma_cuisine – (ma_cuisine – sa_cuisine)
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Exercice 3:
À partir du modèle entité-association modélisant une
location de DVD, effectuez le passage au modèle
relationnel
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Solution de l’exercice 3:
Une entité devient une relation composée des champs de l’entité, ayant comme clé celle de
l’entité.
 Client (NumClient, Nom, Prenom, Adresse, Tel, Compte) ;
 Films(NumFilm, Titre, Genre, Prix, NombreDVD) ;
 Personnels(NumPers, Nom, Prenom).
Les associations deviennent des relations ayant comme champs ceux de l’association et comme
clé celles des entités associées.
 Locations(DateLoc, NbeJourLoc, Livraison, NumFilm, NumClient) ;
 Reservations(DateRes, NbJourRes, NumFilm, NumClient) ;
 Joue(NumPers, NumFilm) ;
 Realise(NumPers, NumFilm).
l’association ‘Realise’ a une cardinalité de type ‘1-1’ lors de son association avec Films. Cela
signifie dans le monde réel qu’un film a un et un seul réalisateur.
 Films(NumFilm, Titre, Genre, Prix, NombreDVD, NumPers) et la relation ‘Realise’ disparaît.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Exercice 4:
À partir du modèle entité-association modélisant le lien de
mariage, effectuez le passage au modèle relationnel

Personne
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Solution de l’exercice 4:

L’entité ‘personne’ devient une relation:


 Personne(NumPersonne, Nom, Prenom, Adresse, Tel).
L’association ‘est_marié_à’ devient une relation
 Mariage(NumPersonne 1, NumPersonne 2, DateMariage).
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Normalisation
outils destinés à tester la qualité et la cohérence des relations dans un schéma relationnel
 Vérifier certaines propriétés des relations et le cas échéant de les transformer.
les trois premières formes normales (suffisantes)
 Permettant la décomposition du schéma relationnel sans perte d’information
PREMIÈRE FORME NORMALE
 La première forme normale s’intéresse au contenu des champs: présence de champs ayant plusieurs
valeurs dans une relation
Tout champ doit contenir une valeur atomique
 Exemple: relation Publication
‘Auteurs’ en
‘Auteur_1’, ‘Auteur_2’, ‘Auteur_3’, ‘Auteur_4’,

Décomposer en trois relations :


Publication(NumPubli, Titre),
Auteur(NumAuteur,Nom, Prenom)
EstEcrite(NumPubli, NumAuteur)
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Normalisation
DEUXIÈME FORME NORMALE
 une relation doit respecter la première forme normale
 recherche la redondance d’information dans une relation
La relation est en première forme normale.
Tout champ qui n’appartient pas à la clé ne dépend pas d’une partie de la clé.
Exemple de la relation Produit

Dépendance
Fournisseur 
Adresse

Si la clé d’une relation est


atomique(composée d’un seul
La clé est constituée des champs: champ)  en deuxième
 ‘ Article’ et ‘Fournisseur’. forme normale.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Normalisation
TROISIÈME FORME NORMALE
 recherche également la redondance d’information dans une relation.
 La troisième forme normale interdit donc les dépendances fonctionnelles dites « transitives » entre
les champs
 Exemple: champ qui dépend d’un champ qui lui même dépend de la clé (primaire ou secondaire)
La relation est en deuxième forme normale (donc en première forme normale).
Tout champ n’appartenant pas à une clé ne dépend pas d’un autre champ non clé.

Dépendance fonctionnelle: ‘Type’ (qui n’appartient pas à la clé) et


le champ ‘Marque’ (qui n’appartient pas à la clé).
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Logique du premier ordre et base de données


La logique du premier ordre: formaliser le raisonnement naturel en
considérant la déduction comme le résultat d’un calcul.
 On aborde ses liens avec l’approche relationnelle en base de données
 On présente la méthode d’interrogation par QBE (Query By Example).
Logique du premier ordre: rappel
 Le formalisme de la logique du premier ordre permet:
 d’exprimer des phrases dans un langage non ambigu
 d'offrir la possibilité, par des règles de dérivation ou réécritures, de déduire
d’autres phrases
 L’élément fondamental de la logique du premier ordre est le prédicat qui exprime
le lien entre différents éléments
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Logique du premier ordre et base de données(suite)

 La validité de ce prédicat est généralement restreinte à un ensemble de valeurs que l’on nomme domaine
du discours
mange(x,y) sera par exemple vrai pour les valeurs du couple (x,y) suivantes
(homme,navet)
(lapin,carotte)
(homme,lapin)
On utilise classiquement des variables (x,y dans l’exemple ci-dessus) et des constantes dans
les expressions.
Les prédicats peuvent être associés par des connecteurs logiques : ∧ (et), ∨(ou), ¬ (non), ⇒
(implique).
Le domaine de discours des variables s’exprime à partir des quantificateurs ∀ (quel que soit)
et ∃ (il existe).
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Logique du premier ordre et base de données(suite)


Exemple: « si x est mangé par y ou y est mangé par x, ils appartiennent tous deux à
la même chaîne alimentaire ».
 ∀ x ∃ y mange(x,y) ∨ mange(y,x) ⇒ meme_chaine_alimentaire(x,y)
 Après une série de déduction
 ∀ x ∃ y signifie que y est défini en fonction de x, on remplace y par F(x)
 mange(x,F(x)) ⇒ meme_chaine_alimentaire(x,F(x)))
 mange(F(x),x) ⇒ meme_chaine_alimentaire(x, F(x))
Lien avec les bases de données
 Le prédicat correspond à la relation.
 Le domaine du discours correspond au contenu de la relation.
 Ce formalisme permet d’exprimer les questions, naturellement ambiguës du
langage parlé, par une formule.
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Logique du premier ordre et base de données(suite)


Exemple : la relation ‘voiture’ est voiture( NumVoit, Marque, Type,
Couleur) et le schéma de la relation ‘vente’ est vente(Date-Vent, Prix,
NumAch, NumVoit).
 L’expression « afficher la liste des marques et des types de voitures », ou
projection des champs ‘Marques’ et ‘Types ‘de la relation ‘voiture’, peut
s’écrire sous la forme :
 { (m,t) | voiture(_,m,t,_) } (Le signe ‘_’ représente n’importe quelle
valeur des autres champs ‘NumVoit’ et de ‘Couleur’.)
 { (t) | voiture(_,_,t,’rouge’) }
 { (p) | vente(_,p,_,_) ∧ p > 10000 }
 { (t,p) | ∃ nv voiture(nv,_,t,_) ∨ vente(_,p,_ ,nv)}
LA MÉTHODE MERISE
MODÈLE LOGIQUE DE DONNÉE (MLD)

Logique du premier ordre et base de données(suite)

 Développement du prototype de SGBD relationnelle par le laboratoires d’IBM


 Un premier sous-produit a été conçu : le langage d’interrogation SEQUEL, puis SQL.
Une autre méthode d’interrogation a été développée à cette occasion : les QBE (Query By
Example).
 Mode d’interrogation d’une base de données sans connaître de langage en utilisant la logique du
premier ordre sous une forme graphique
UML: UNIFIED MODELING LANGUAGE
DÉFINITION

 L’UML (Unified Modeling Language) est un


formalisme de représentation des processus et de
conception de système d’information.
 UML fournit une panoplie d’outils permettant de
représenter l’ensemble des éléments du monde réel
en (classes, objets …) ainsi que les liens qui relient ses
objets.
 UML propose diverses projections d’une même
représentation grâce à plusieurs vues (Constituées de
plusieurs diagrammes).
UML: UNIFIED MODELING LANGUAGE
LES DIAGRAMMES UML: DIAGRAMME DE CAS D’UTILISATION 

Le diagramme de cas d’utilisation décrit les possibilités d’interaction


entre le système et les acteurs. C’est un schéma qui montre les cas
d’utilisation (représentés par des formes ovales) reliées par des
associations (lignes) à leurs acteurs.
Un acteur représente un élément externe qui interagit avec le système.
Cet élément peut être un utilisateur ou un système tiers (autre
ordinateur, autre programme, base de donnée). . Il est possible de
représenter un acteur sous forme d'un bonhomme fil de fer.
Un cas d'utilisation représente une fonctionnalité du système. Cette
fonctionnalité est définie par une action déclenchant, un ou plusieurs
déroulements possibles et éventuellement une fin. Le cas d'utilisation
se représente par une ellipse contenant un nom décrivant la
fonctionnalité et éventuellement un stéréotype.
UML: UNIFIED MODELING LANGUAGE
LES DIAGRAMMES UML: DIAGRAMME DE CAS D’UTILISATION 

Exemple : Le diagramme des cas d'utilisation se présente comme


ci-dessous.

Retirer argent

Consulter compte

Effectuer virement
UML: UNIFIED MODELING LANGUAGE
LES DIAGRAMMES UML: DIAGRAMME DE SÉQUENCE 

Les diagrammes de séquence sont la représentation


graphique des interactions entre les acteurs et le
système selon un ordre chronologique (le temps
s’écoule de haut en bas de l’axe verticale). Ils
permettent de comprendre, de documenter et
d’expliquer un traitement. Il se concentre sur ce que
fait le système et non sur la manière dont il le fait.
UML: UNIFIED MODELING LANGUAGE
LES DIAGRAMMES UML: DIAGRAMME DE SÉQUENCE 

Exemple : Le diagramme de séquence


UML: UNIFIED MODELING LANGUAGE
LES DIAGRAMMES UML: DIAGRAMME DE CLASSE  

Une classe représente une catégorie d’objet. Elle déclare des


propriétés communes à un ensemble d’objets. Elle déclare
des attributs représentant l’état des objets et des
méthodes représentant leur comportement.
Les actions sont reprisent automatiquement du diagramme
de séquence. Il suffit de créer les attributs (Exemple :
codefourn est nomfourn), les différents associations
(flèche pleine) et de créer la dépendance (flèche en
pointille) pour UICommander (il y a dépendance car
UICommander manipule « (commande) » mais n’a pas la
mémoire de la commande).
UML: UNIFIED MODELING LANGUAGE
LES DIAGRAMMES UML: DIAGRAMME DE CLASSE 

Exemple : Le diagramme de classe se présente ainsi 


UML: UNIFIED MODELING LANGUAGE
LES DIAGRAMMES UML: DIAGRAMME D’ACTIVITÉ   

 L’UML permet de représenter graphiquement le comportement d'une


méthode ou le déroulement d'un cas d'utilisation, à l'aide de diagrammes
d'activité.
 Un diagramme d’activité décrit le déroulement d’un cas d’utilisation.
 Une transition est le passage d’une activité à une autre. Cette transition est
conditionnelle si le passage d’une activité à une autre dépend de la
réalisation d’une condition. Sinon, la transition est simple. Une transition
conditionnelle est représentée par un <>, Une transition simple par une .
 Le début du diagramme est symbolisé par , la fin par . Un couloire
d’activité est leur rassemblement dans une Cologne d’activité qui
consterne un utilisateur ou le système d’information étudié.
 La synchronisation des actions est symbolisée par un et les actions
par un .
UML: UNIFIED MODELING LANGUAGE
LES DIAGRAMMES UML: DIAGRAMME D’ACTIVITÉ 

Exemple : Le diagramme d’activité se présente ainsi 


MODÉLISER AVEC DU BPMN
GÉNÉRALITÉS

Modéliser ses besoins est une nécessité absolue :


• Approche par ERP
• Développements spécifiques
Plusieurs formalismes :
• Merise
Orienté plutôt pour les projets
• UML (Unified Modeling Language) Purement informatique
• BPMN (Business Process Model and Notation)
MODÉLISER AVEC DU BPMN
GÉNÉRALITÉS: CONTEXTE BPM

Evolution d’une organisation:


• TPO: Très Petite organisation
• PMO: Petite organisation
• OTI: Organisation de taille intermédiaire
• GO: Grande organisation
MODÉLISER AVEC DU BPMN
GÉNÉRALITÉS: CONTEXTE BPM

Evolution d’une organisation: TPO/PMO (Très/Petite et Moyenne Organisation )


• Demande du marché n’est pas saturée,
• Résultats sont en proportion de l’activité,
• L’entreprise suit un rythme de développement plus ou moins rapide,
• L’encadrement est limité au minimum au regard du nombre d’opérationnels;
• Employés directement au contact des clients ou à la production,
• La « distance organisationnelle » entre les dirigeants et les opérationnels est
donc réduite: management direct

les outils informatique soutenant


l’organisation sont minimalistes
MODÉLISER AVEC DU BPMN
GÉNÉRALITÉS: CONTEXTE BPM

Evolution d’une organisation: OTI (Organisation de Taille Intermédiaire):


• L’organisation est créative et performante,
• La structure plutôt se « verticalise »,
• Les dirigeants ont besoin d’une hiérarchie intermédiaire,
• La distance hiérarchique entre les dirigeants et les opérationnels augmente.
• Des services/directions apparaissent pour piloter les fonctions métiers,
• Apparition/extension des fonctions de support et de pilotage

• Paradoxalement à la croissance de l’activité, on observe souvent


une baisse de performance.

L’organisation a besoin d’une structure transversale et agile !!!


MODÉLISER AVEC DU BPMN
GÉNÉRALITÉS: CONTEXTE BPM

Evolution d’une organisation: GO (Grande Organisation )


• Pour continuer à évoluer on a besoin d’une révolution managériale majeure:
la standardisation des processus de productions, de supports et de pilotages,
• Besoin d’enrichir le système hiérarchique fonctionnel par des vues
transversales et collaboratives,
Solution: Une approche par processus permettrait de penser l’organisation selon
une approche transversale et cohérente,

La Gestion par les Processus Métiers ou « Business Process Management » (BPM) s’appuie
sur une cartographie formalisée à l’aide de diagrammes représentant graphiquement les
processus de l’organisation.
MODÉLISER AVEC DU BPMN
GÉNÉRALITÉS: POURQUOI SE LANCER EN BPMN

Pourquoi se lancer dans un projet de cartographie des processus?


• Communiquer de façon formelle,
• Optimiser et piloter les processus métiers de l’organisation,
• Mieux connaître son organisation pour mieux réagir face aux
changements et aux défis,
• Aligner le système d’information de l’organisation sur les besoins
stratégiques et opérationnels,
• Améliorer l’efficacité, contrôler les coûts, gérer les risques ou mieux
contrôler la qualité,
• Favoriser le rapprochement organisationnel ou managérial entre
organisations (cas d’un fusion, partenariat ou sous-traitance)
MODÉLISER AVEC DU BPMN
GÉNÉRALITÉS: DÉFINITIONS

PROCESSUS :
• Définition ISO: ensemble d'activités corrélées ou
interactives qui transforment des éléments d'entrée en
éléments de sortie.

Le concept de processus intègre six notions principales :


Objectif, activité, acteur, ressource, résultat et événement.
MODÉLISER AVEC DU BPMN
GÉNÉRALITÉS: DÉFINITIONS

Composants d’un processus:


• Une ressource correspond à un moyen informationnel, financier ou
matériel, utilisée par une activité.
• Un acteur est une personne, une entité organisationnelle ou une
application qui a la responsabilité de la réalisation d’une ou plusieurs
activités du processus.
• La réalisation d’une activité produit un résultat en sortie, une
concrétisation partielle ou finale convergeant vers l’objectif du
processus.
• Un évènement est quelque chose qui arrive et qui influence le
déroulement d'une activité, en la déclenchant par exemple.
MODÉLISER AVEC DU BPMN
GÉNÉRALITÉS: DÉFINITIONS

Processus Vs Procédure:
• Les processus décrivent les activités de l'entreprise selon une
approche managériale et transversale. Ils s’intéressent aux
objectifs, aux résultats et aux moyens à utiliser pour les
atteindre efficacement. Que devons-nous faire ? Pourquoi ?
Pour quels objectifs ? Avec quels acteurs ?
• Les procédures explicitent la façon d’accomplir une activité
ou un processus, enrichies avec un niveau précis de détail
opérationnel : Qu’est ce qui doit être fait ? Où ? Quand ? Par
qui ? Avec quelles ressources ? Avec quel mode opératoire ?
MODÉLISER AVEC DU BPMN
GÉNÉRALITÉS: DÉFINITIONS

Processus métier: permettent de décrire comment une organisation atteint ses


objectifs. Les PM sont classés en trois familles:
• Les processus opérationnels (de réalisation) sont les processus qui sont au
cœur de l’activité métier de l’organisation et produisent de la valeur ajoutée
(gestion des clients, production de perceuses…etc.),
• Les processus support qui viennent soutenir les processus opérationnels
(« Contrôle du budget», « Recrutement d’un employé », « support utilisateur ),
• Les processus qualité, pilotage ou décisionnel réunissent les processus qui ne
sont pas directement indispensables pour la production mais traduisent
l'aptitude à satisfaire des exigences de qualité et de performance dans une
organisation,
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

ACTIVITÉS :
• Une activité est une action, une unité de travail réalisée au
cours d’un processus, avec un début et une fin bien
identifiés.
Deux types d’activité : les tâches et les sous-processus:
• Le sous-processus peut être re-décomposé en plusieurs
activités ou tâches.
• Une tâche: ne peut pas être décomposée ; unité
élémentaire ou atomique.

Exemple: Service au client V1


MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

FLUX D’ORCHESTRATION/ DE SÉQUENCE:


• Ces flux sont formalisés par des flèches, reliant deux
concepts dans une logique d’ordonnancement. Chaque flux
a donc une origine et une destination.

Exemple: Service au client V2


MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

ÉVÈNEMENTS :
• Décrivent quelques choses qui se passent et qui va déclencher, interrompre ou
influencer le déroulement du processus.
BPMN propose 3 types d’évènements :
• Les évènements de départ qui sont obligatoire dans chaque
processus. Les évènements de départ sont uniques dans un même
processus.
• Les évènements de fin qui sont également obligatoire mais peuvent
être multiples en fonction des différentes fins possibles du processus,
• Les évènements intermédiaires (optionnels). Le processus peut
être émetteur ou destinataire de ce type d’évènement, ce qui lui
permet donc d’interagir avec d’autres processus ou d’être en attente
d’action d’autres processus.

Exemple de processus
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

ÉVÈNEMENTS :
• Dans notre exemple, le processus est déclenché par un évènement
correspondant à la demande du client et termine par le départ du client. un
évènement intermédiaire entre le service et l’encaissement représentant la «
demande de la note » par le client peut être ajouté.

Exemple: Service au client V3


MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

ÉVÈNEMENTS :
• Les évènements peuvent être de
différentes natures, comme par exemple la
réception d’un message,
• En BPMN on ajout des pictogrammes
pour spécifier ces natures
Message Timer Donnée
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

ÉVÈNEMENTS : évènement de départ


Lorsque plusieurs évènements déclenchent le processus, on utilise alors
le type multiple,
• Lorsque seule l’occurrence d’un des évènements démarre le processus,
on utilise un pentagone.
• Lorsque l’occurrence de tous les évènements sont nécessaires au
déclenchement du processus, on appelle cela un multiple-parallèle et le
signe utilisé est un +.

• le signal, représenté par un triangle. Le processus se


déclenche après avoir capté un signal d’un autre processus.
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

ÉVÈNEMENTS : évènement de fin


• Événement de type throw: notre processus est l’émetteur
ou le déclencheur.

message signal multiple terminate


si un chemin se termine par un évènement de type
terminate, cela met fin à l’ensemble du processus,
stoppant les flux parallèles qui pourrait être en
cours.
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

ÉVÈNEMENTS : événement intermédiaire


• De type « catch » ou « throw », ils se produisent au cours d’un processus:
• Le formalisme des pictogrammes va spécifier pour certaines natures d’évènement
si le processus est le déclencheur ou le destinataire.

Timer, l’un des plus utilisés qui permet de modéliser un délai d’attente
ou une échéance entre deux activités.

Processus de préparation de la salle Processus de préparation d’un gateau


de restauration
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

ÉVÈNEMENTS : événement intermédiaire


• Types message: on distingue l’envoi ou la réception par le remplissage de
l’enveloppe.

Exemple : On se place au niveau du processus du serveur, le client peut demander la


note. La demande de note est effectivement envoyée par le client (c’est le serveur qui
reçoit le message). Les message dans ce processus sont de type catch puis throw.
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

ÉVÈNEMENTS : événement intermédiaire


• Types signal : fait référence à un signal reçu, pour broadcaster un message
à plusieurs destinataires.
• S’affranchir de la contrainte qu’un message ne peux pas être envoyé dans
un même processus.

Exemple: une fois son plat terminé, le client peut émettre un signal au
serveur qui viendra le débarrasser.
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

ÉVÈNEMENTS : événement intermédiaire


• Types lien: plus un élément d’aide graphique qu’un véritable évènement.
• Le lien permet de faire un renvoi entre deux parties de processus. La séquence
de flux est découpée pour une meilleure visibilité.


MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: CONCEPTS DE BASE

LES PASSERELLES: parallèles ou alternatifs/Exclusifs


• Formalisée par un losange, permet de contrôler le flux
d’orchestration en proposant des chemins parallèles ou
alternatifs.

Division d’un flux en Reconstitution d’un chemin unique Chemin par défaut
plusieurs chemins exclusifs après plusieurs chemins exclusifs.
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: EXERCICE

Exercice 1:
Dans la bibliothèque de la FP, le processus de gestion des
emprunts est déclenché par une demande d'emprunt par un
étudiant. Avant d’enregistrer un prêt, il faut tout d'abord
rechercher la fiche de l’étudiant, puis valider la possibilité
d’emprunt. La dernière étape 
consiste à enregistrer le retour,
une fois que celui-ci a été rendu ; ce qui met fin au processus.
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: EXERCICE

CORRECTION EXO 1
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: EXERCICE

Exercice 2:
Dans le cas du processus de gestion des emprunts de la
bibliothèque de la FP, il faut prendre en compte le fait qu'un
étudiant puisse appartenir à un autre établissement de
l’Université. Dans ce cas, et uniquement, il faudra créer la fiche
d’étudiant.
De plus, il faut considérer que l'emprunt soit impossible si
l’étudiant ne remplit pas les conditions (si par exemple il a n’a
pas rendu un ouvrage qu’il a déjà emprunté) pour emprunter
un ouvrage.
MODÉLISER AVEC DU BPMN
BPMN EN PRATIQUE: EXERCICE

CORRECTION EXO 2

Vous aimerez peut-être aussi