Vous êtes sur la page 1sur 64

EMG (ELECROMYOGRAPHE)

Présentée par : Amina CHAKKI


Assia SAOUDI
PLAN :
• Introduction
• Anatomie musculaire
• Propriétés mécanique du tissu musculaire
• Potentiel d’action et de repos
• Le signal EMG
• principe de fonctionnement EMG
• Acquisition du signal EMG
• L’interface graphique et traitement numérique du signal
• Schéma synoptique d’un EMG
• Entretien du DM
• Pannes courante
• Maintenance préventif
• Conclusion

TREY 2
research
Introduction

TREY 3
research
Introduction

Les mouvements des différents membres du corps humain sont contrôlés par des
signaux électriques. Ces signaux agissent au niveau des muscles qui se contractent en
réponse à une stimulation ce qui a comme effet le développement d’une tension
mécanique.
Comprendre l’électromyographie implique donc la connaissance du muscle et ses
différents composants et ainsi la façon par laquelle sont générés les signaux
physiologiques.
Le recueil du signal électrique au niveau du muscle peut nous renseigner sur la force et la
puissance développée mais encore sur l’état du système locomoteur.

TREY 4
research
Anatomie musculaire

TREY 5
research
Anatomie musculaire

• Le muscle est un organe , un ensemble des cellules qui assure les fonctions
mécaniques du corps humain et qui sont capables de mouvement, certaines ce sont
spécialisées dans la contraction (assure le déplacement des segments corporels, la
contraction cardiaque ou encore les fonctions de vasoconstriction/vasodilatation des
vaisseaux).
 
• Un tissu musculaire est composé de cellules musculaires appelées myocytes ou
fibres musculaires (FM).

• Les muscles du corps, au nombre de 639, sont nommés selon certains critères : leur
situation, leur forme, leur taille relative, et leur type d'action

TREY 6
research
Anatomie musculaire

• L'anatomie du corps musculaire ressemble à


une "poupée russe".
• Sur une coupe, on voit que le muscle est formé
de multiples faisceaux, composés d'un élément
de base: une cellule allongée appelée fibre
musculaire;
• cette fibre contient des myofibrilles réunies
également en faisceaux.

• Chaque myofibrille contient des protéines


contractiles, les filaments minces d'actine et
épais de myosine, qui, en glissant les uns sur les
autres, vont se raccourcir; ce raccourcissement
agit sur les os et produit le mouvement.
TREY 7
research
Anatomie musculaire

• Le myocytes possède des organes uniques en


forme de ruban, les myofibrilles, qui
remplissent presque tout le cytoplasme. Le
long des myofibrilles parfaitement alignées se
trouve une alternance de bandes claires et de
bandes sombres appelées respectivement
stries I (isotrope) et stries A (anisotropes). Ces
bandes donnent a l’ensemble de la cellule un
aspect strié.

• les myofibrilles sont en fait des chaines de


minuscules unités contractiles appelées
sarcomères.

Add a footer TREY 8


research
Anatomie musculaire
• Le système musculaire permet :

 Le mouvement de toute nature : marche, course, manipulation précise d’objets, expression des
émotions parler, …etc.

 Le maintien de la posture : Ce sont les interventions de très nombreux muscles en coopération


étroite les uns avec les autres (le tout sous la coordination du cerveau) qui vont permettre le
maintient des différents postures du corps : assis, debout, etc.

 La stabilisation des articulations : les muscles maintiennent en place les différents os dans une
articulation (épaule, genou, …etc.).

 La production de chaleur : le travail musculaire est responsable de la production de prés de


85% de la chaleur corporelle. Cette chaleur assure le maintien de notre température corporelle
constante ce qui est essentiel au fonctionnement du système et d’autres organes vitaux.

TREY 9
research
Anatomie musculaire
Les types de muscle :
• Il existe trois types de tissu musculaire : squelettique, cardiaque et lisse.ces trois type différent
par la structure de leurs cellules, leur situation dans le corps, leur fonction et leur mode de
déclanchement de leur contractions:

TREY 10
research
Muscles lisses:

• Dans les parois des organes creux des voies


respiratoires( les poumons, muscles gastro-
intestinaux, artères)

• ce sont des corps cellulaires mono nucléé (à un


noyau) Ils sont caractérisés par une absence de
stries et absence de soumission a la volonté,
leur mouvement sont involontaire,

• les contractions des fibres musculaire lisse sont


lentes et continue.

TREY 11
research
Muscle cardiaque :

• C’est un muscle viscéral qui existe seulement


dans le cœur, mais ce muscle est strié dont la
contraction est involontaire (la plupart d’entre
nous n’exerçons aucune maitrise consciente sur
notre rythme cardiaque).
• Il constitue le tissu du cœur et appelé
myocarde.
• Si le système nerveux régule sa contraction, il
est néanmoins doué d’automatisme et peut
battre de façon autonome.
• Il permet au cœur de propulser le sang à
travers l’appareil circulatoire.

TREY 12
research
Muscle striée (muscle squelettique ):

• Se présente sous forme de muscle qui s’y


attachent au squelette osseux .

• les muscles squelettiques sont des muscle


volontaire,

• ils peuvent se contracté rapidement et


vigoureusement mais ils se fatiguent
facilement et doivent prendre quelque repos
après de courtes période d’activité et ils sont
capables d’exercé une force considérable.

TREY 13
research
Propriétés mécanique du tissu
musculaire

TREY 14
research
Propriétés mécanique du muscle

• L'excitabilité : est la propriété que possède un muscle à à propage et à réagir à une


stimulation par la production de phénomènes électriques associés à des mouvements ioniques.

• La contractilité ou capacité à se contracter sous l’effet d’une commande(commande de


contraction). c’est la propriété du tissu musculaire de pouvoir se raccourcir suite à un stimulus de
façon à mobiliser les éléments osseux auxquels il est rattaché ; la contractions entraîne le
raccourcissement, l'épaississement et le durcissement du muscle.

• L'élasticité : étroitement liée à la contractilité et à l'extensibilité ,c’est la propriété du tissu


musculaire de reprendre sa forme initiale lorsque s'arrête la contraction.

• La tonicité : c’est la propriété du muscle à être dans un état permanent de tension (tonus
musculaire).

TREY 15
research
Le potentiel de repos /d’action

TREY 16
research
Potentiel de repos

• La différence de potentiel entre deux point se mesure a l’aide d’un voltmètre .


• lorsqu’on insère une des microélectrodes du voltmètre dans le cytoplasme d’un neurone et qu’on
place l’autre sur sa face externe, on enregistre un voltage d’environ -70mv a travers la membrane.

• Le symbole « moins »indique que la face cytoplasmique (interne) de la membrane du neurone est
chargé négativement, alors que la face externe (du coté du liquide interstitiel) est chargée
positivement .

• cette différence de potentiel dans un neurone au repos est appelée potentiel repos, et on dit alors
que la membrane est polarisée .la mesure du potentiel de repos varie (de -40 à -90mv) selon le type
de neurone.

TREY 17
research
Potentiel d’action

• Suite à un flux nerveux transmis par le système central, la membrane de la fibre musculaire
connait le développement d’une onde électrique appelée potentiel d’action (PA). C’est une
suite prévisible de phénomènes électriques qui se propagent le long du sarcoplasme.

• Ce potentiel d’action se propage sous forme d’une onde transversale, le long de la


fibre musculaire et en profondeur Grace aux tubules transverses, provoquant la libération
d’ion calcique par le réticulum sarcoplasmique.

• Si un certain niveau de seuil est dépassé dans le flux Na+, la dépolarisation de la


membrane provoque un potentiel d'action qui change rapidement de - 70 mV à + 40 mV ,Il
s'agit d'un éclatement électrique mono polaire qui est immédiatement rétablie par la
phase de ré polarisation et suivie d'une période d'hyperpolarisation de la membrane

TREY 18
research
Potentiel d’action

• Le potentiel d'action est constitué d'une succession d'événements :

• Phase (1) : potentiel de repos à -70mV. Cette période correspond à un temps de latence (temps mis
par l’influx nerveux pour aller des électrodes stimulatrices aux électrodes réceptrices).

• Phase (2) :la dépolarisation a lieu si le seuil est atteint, le potentiel monte vers le haut de( -70
mv +40mv.) : l’intérieur du neurone est positif par rapport à l’extérieur

 Il y a dépolarisation de la membrane plasmique : l’excitation de la fibre nerveuse entraîne


l’ouverture des canaux Na+ voltage dépendants.

 Les ions Na+ pénètrent massivement par simple diffusion à l’intérieur de la fibre nerveuse, il y a donc
entrée de cations, inversion du potentiel de membrane et dépolarisation membranaire.

TREY 19
research
Potentiel d’action

• Phase (3) : les canaux de sodium sont fermés et la fibre ne peut produire aucun nouveau
potentiel d’action.

• Phase (4) : la repolarisatisation de la membrane interne dont le potentiel repasse à -70 mV

• Phase (5) : période d'hyperpolarisation de la membrane par retour des ions grâce au
mécanisme actif de pompe ionique. pour les cellules non myélinisées, où le potentiel diminue plus
qu'à l'état basal (-80 mV), pour ensuite retourner à -70 mV. Durant ce temps on ne peut plus induire
d'autre potentiel d'action, c'est la période réfractaire (période pendant laquelle la membrane ne
répond pas aux stimulations).

TREY 20
research
Le signal EMG

TREY 21
research
Le signal EMG

• L’électromyographie est un Examen consistant


à enregistrer l’activité électrique d’un muscle
ou d’un nerf, le tracé obtenu est appelé
électromyogramme.

• L’enregistrement de l’activité d’un


muscle(EMG) après stimulation électrique de
son nerf (stimulodétection) permet de mesurer
les vitesses de conduction de ce nerf et étudier
le fonctionnement de muscle.

TREY 22
research
• L'électromyographe est un appareil qui lit les signaux électriques qui proviennent des muscles et des
nerfs. Permettant de faire une analyse de la contraction musculaire et aussi de la conduction
nerveuse du corps humain.

• Le fonctionnement général de l’électromyographe est que lors d'une contraction forte d’un muscle,
le signal envoyé sera plus fort que lorsque la contraction est plus faible.

• Les mesures obtenues par l’électromyographe sont importantes pour des applications telles que les
prothèses, les diagnostics biomécaniques ainsi que procéder à des analyses de mouvements dans
différents sports.

TREY 23
research
Pour recueillir ces signaux myoélectriques on se dispose de deux techniques :

• D'électromyographie élémentaire (locale) : on utilise des électrodes à aiguille qui touchent


directement la fibre musculaire. Elles permettent d’obtenir le signal émis par une seule fibre
mais elles présentent l’inconvénient d’abimer la peau et le tissu musculaire. Elles ne sont ainsi
employées qu’à des fins médicales, notamment pour diagnostiquer des maladies.

• D'électromyographie globale (de surface) : on utilise des électrodes de surface qui sont fixées
sur la peau au niveau du muscle cible. Elles fournissent le signal émis par un ensemble de
fibres musculaires et non plus d’une seule fibre. Elles peuvent par contre être utilisées
beaucoup plus facilement que les électrodes à aiguille. C’est pourquoi cette étude se limite
aux signaux mesurés à l’aide de ce type d’électrode.

TREY 24
research
Le signal EMG

• Le signal électromyogramme est un signal électro


physiologique qui traduit l’activité électrique
musculaire générée par la dépolarisation de la
membrane de la fibre au niveau de la plaque motrice qui
produit un Potentiel d'action de propagation.

• Ainsi Le signal électromyogramme (EMG) est une


addition des trains de potentiel d'action des unités
motrices qui sont détectés par un système d'électrodes
à proximité des fibres

• Les sources du signal sont ainsi situées au niveau des


zones dépolarisées des fibres musculaires. La détection
du signal EMG implique l'utilisation d'électrodes qui
sont placées à une certaine distance par rapport aux
sources.

TREY 25
research
Principe de fonctionnement

TREY 26
research
L’examen d’EMG se fait en 2 parties :
• Première partie (stimulodétection) :
• étudie la vitesse de conduction des nerfs (nerfs de la motricité et de la sensibilité). A l’aide
d’électrodes de stimulation qui délivrent un courant électrique de faible intensité (quelques
millièmes d’Ampère et dont la durée est d’un ou deux dix-millièmes de seconde = non
douloureux), le neurologue stimule les nerfs et enregistre en aval un potentiel musculaire ou
sensitif. En mesurant la distance séparant le point de stimulation et l’électrode de recueil, il
peut calculer une vitesse de conduction.
• On procède à la stimulation d’un nerf de façon isolée avant de passer au nerf suivant
(deux types de nerfs) :
- L’étude des vitesses de conduction motrice (pour les nerfs moteurs).
- L’étude des vitesses de conduction sensitive (pour les nerfs sensitifs).

• Cette première étape de l’examen permet de déterminer si c’est le nerf lui-même (axone) ou la
gaine qui l’entoure (myéline) qui est altéré.

TREY 27
research
• Deuxième partie : (détection)

• Etudie le fonctionnement des muscles cette partie est réalisée a l’aide des électrodes que le
neurologue dépose sur la peau. Elle sont reliées a un appareil qui permet de recevoir et amplifier
le message électrique provenant du muscle ce message est transcrit sur un écran ou un papier à
travers un graphisme.

TREY 28
research
Acquisition du signal EMG

TREY 29
research
• dans cette section concerneront l’acquisition du signal EMG et les aspects théoriques du
projet soit : les différents types d’électrode qui peuvent être utilisés avec un
électromyogramme avec son emplacement, les caractéristiques électriques du signal de
l’électromyogramme et la manière dont le signal doit être traité : amplifié, filtré, et en fin
affiché sur un écran, ou digitalisé afin de faciliter l’analyse ultérieure du signal. Nous
discutons aussi sur le système d’enregistrement, et les bruits de différentes natures qui
peuvent masquer le signal EMG et la manière dont le signal doit être traite afin de réduire
les effets de ces bruits.

TREY 30
research
 La chaine d’acquisition comporte en générale :
• - Une source d’information (le patient dans notre cas).
• - Les capteurs capables de transformer l’information physiologique en une
grandeur électrique.
• - Les circuits de mise en forme réalisant les fonctions d’amplification, filtrage..etc
• - Un bloc de conversion analogique numérique et l’interfaçage avec micro-ordinateur.
• - Un support logiciel réalisant l’acquisition, l’affichage, le traitement et la transmission
des données conformément a un protocole de communication.

TREY 31
research
Acquisition du signal EMG
Circuit d’alimentation :
• N’importe quelle carte électronique nécessite une
source d’énergie pour qu’elle puisse fonctionne
normalement, soit par une alimentation stabilisé ou une
alimentation isolé (pile) pour éviter les effets du bruit
du secteur (50 Hz).

• Les circuits intégrés nécessitent une alimentation


symétrique (+V cc et -V cc ) , pour cela on utilise une pile
de 9Vqui assure l’alimentation positive,

• la tension négative est obtenue par l’intermédiaire du


circuit intégré ICL7660 (circuit intégré qui représente un
convertisseur de tension à capacités commutées qui
inverse une tension d’entrée positive) dont on injecte à
son entrée la tension positive provenant de la pile.

TREY 32
research
Acquisition du signal EMG

les électrodes :

• La mesure de ces signaux, y compris le signal EMG, est effectuée au moyen de capteurs soit de
manière invasive ou non invasive.

• Dans la détection invasive effectuée avec des aiguilles, ces dernières doivent être insérées à
l'intérieur du muscle pour obtenir des signaux,

• tandis que dans la détection non-invasive, des électrodes sont placées sur la surface du muscle

• La détection est effectuée au moyen de 3 électrodes dont 2 électrodes actives(au sens des
fibres ) et 1 électrode de référence (n’importe quel sens puisqu’il est lié à la terre ).

TREY 33
research
Caractéristiques des électrodes :

• La taille de l’électrode doit être assez • Différents types de matériaux sont utilisés,
importante mais pas excessive pour éviter de mais les électrodes Ag/AgCl sont les plus
mesurer l’activité d’autres muscles non répandues.
souhaités.

• L’interface électrode-électrolyte des électrodes


• En pratique différentes tailles d’électrode sont en argent (Ag) est stabilisée par l’ajout d’une
utilisées, il est recommandé en théorie de ne couche de chlorure d’argent (AgCl).
pas dépasser un diamètre de 10mm

• Ce type d’électrodes, facilement disponibles,


• Il est important que les électrodes offrent donc une bonne stabilité d’un point de
fournissent un bon contact électrode-peau, vue électrique et contribue à réduire toute
une faible impédance, un faible bruit et un sorte de bruit au niveau de l’interface
comportement stable dans le temps. électrode/peau

TREY 34
research
les électrodes aiguillent :

• L’utilisation des électrodes aiguilles pour


étudier l'activité locale dans le muscle.
• L'insertion d'électrodes dans les muscles
permet la détection de potentiels électriques à
proximité des fibres musculaires,
• la largeur de la bande passante en cas de l'EMG
intramusculaire est supérieure à 1khz

TREY 35
research
les électrodes de surface :

• la technique de détection non-invasive fournie des signaux à bande passante, inférieure à 400 Hz, qui
est une bande passante étroite comparée à la largeur de la bande passante en cas de l'EMG
intramusculaire.
• il ne provoque pas de douleur ,d'inconfort et il n'y a aucun risque d'infection qui est susceptible lors
de l'insertion d'une aiguille.
• De plus; il peut être effectué par un personnel autre que les médecins, avec un risque minime pour le
sujet.

TREY 36
research
les électrodes de surface :

• L'activité myoélectriques apparaît sur la surface de la peau en tant que potentiels électriques avec
une bande passante limitée de 15 à 400 Hz, et avec une très faible amplitude de certain micro à
quelques millivolts crête à crête en fonction de l'intensité de la contraction du muscle. Des
instruments très sensibles sont alors nécessaires pour la détection, l'amplification le
conditionnement et la numérisation des signaux SEMG.

• Parmi les électrodes de surface, on distingue :


a) les électrodes humides : à base de gel Ag/AgCl, a usage unique et a durée de vie limitée.
b) les électrodes sèches : réutilisables et a plus grande durée de vie. Leur impédance électrique
est haute et instable et la transpiration déforme légèrement le signal .

TREY 37
research
Préparation de la peau :

 Réduire les effets des artefacts de la peau :


• Graisse, poils, saleté, cellules mortes de la peau et transpiration, tous ces artefacts réduisent le
signal EMG enlever les poils et les couches mortes d’épiderme

 Nettoyer avec une solution à base d’alcool

 Laisser sécher

 Appliquer les électrodes -dans la direction des fibres musculaires, sur le ventre musculaire
(emplacement standardisé), Mesurer l’impédance des électrodes inferieur à 5 K Ohm (norme-
Répéter la préparation de la peau si l’impédance est trop grande (éventuellement papier de
verre)

TREY 38
research
Acquisition du signal EMG
L’emplacement des électrodes:
• parallèle aux fibres musculaires
• au milieu du corps musculaire
• Les fils doivent être immobilisés à la peau jamais sur ou à coté
de l’insertion tendineuse ni sur la zone d’innervation (point
moteur )
• L’électrode de référence est loin et placée sur une aire neutre
électriquement (os) ,il doit y avoir seulement une électrode de
réf. Par personne
 Le point moteur correspond a une partie des fibres nerveuses du
nerf moteur qui vienne au niveau cutanée
 l'existence d'un pt moteur permet une stimulation direct
du muscle.
 Lors d‘une dénervation(le muscle perd son activité ) ce
pt moteur disparaît ; la stimulation du muscle dénervé se fait donc au
niveau du corps musculaire .
TREY 39
research
Circuit de protection contre les phénomènes électriques transitoires :

• La surveillance du signal EMG est nécessaire, si


le patient a besoin d’une intervention par
d’autre dispositifs médical (défibrillateur,…),
ces cas présentent également un risque pour
l’amplificateur d’instrumentation.

• Les amplificateurs d’instrumentations doivent


être protégés contre de sérieux dommages
par l’utilisation d’un moyen de limitation contre
les phénomènes transitoires.

• Les dispositifs utilisés pour la protection


contre ces derniers sont des diodes, diodes
Zener , un autre type de protection est
d’utiliser des tubes à décharge gazeux telle
que représenté en figure
TREY 40
research
Acquisition du signal EMG
Amplificateur d’instrumentation
• L’amplificateur d’instrumentation adapte le signal
EMG à la chaine d’acquisition de manière la plus
précise. Son rôle est de fournir en sortie, une
tension proportionnelle à la différence de deux
tensions d’entrée.

• L’amplificateur d’instrumentation présente un grand


gain en tension, un fort taux de rejection en mode
commun, une faible dérive en température et une
forte impédance d’entrée, une tension d’offset. Pour
que l’amplification soit correcte, il doit réaliser la
fonction suivante :
Vs=Gd (V+ - V-)
• l'amplificateur différentiel supprime les signaux de
bruit communs aux deux entrées, puis amplifie la
différence

TREY 41
research
Amplificateur d’instrumentation:

• La tension de mesure (V m ) issue d’un capteur est une tension différentielle entre deux conducteurs
(A et B) : V m = V A – V B
• On définit la tension de mode commun V mc comme étant la tension commune à V A et V B et
qui ne contient pas d’information. Ainsi on posant : V mc = ( 𝑽𝑨 + 𝑽𝑩)/ 2
• On obtient ainsi les tensions : V A = V mc +( 𝑽𝒎)/2 et V B = V mc - (𝑽𝒎)/2

• La tension V mc est commune à V A et V B . Elle peut être très supérieure à V m . Faire une mesure de
bonne précision revient à éliminer ou rejeter cette tension de mode commun de manière à extraire la
tension V m (tension différentielle de mesure) tout en étant indépendant de V mc (tension de
mode commun). Cette tension (V mc ) peut avoir plusieurs origines l’alimentation, tension de mode
commun de messe (transmission unifilaire), et tension de mode commun de perturbations
(transmission bifilaire)
TREY 42
research
Acquisition du signal EMG
Décomposition de l’ amplificateur d’instrumentation :

• L’amplification différentielle peut réaliser à l'aide d'un amplificateur


d'instrumentation à trois amplificateurs classiques et de quelques
résistances:

 Première étage (préamplificateur):


- Le préamplificateur représente la pièce la plus importante de
l’amplificateur d’instrumentation elle-même puisqu’il prépare le gain
réglable pour la qualité de notre signal EMG. Avec une impédance
d’entrée très importantes .

TREY 43
research
Acquisition du signal EMG

Décomposition de l’ amplificateur d’instrumentation :


• Deuxième étage (Amplificateur différentiel):

 La bipotentialité désirée apparait comme


tension entre les deux bornes entrées de
l’amplificateur différentiel et désigné sous le
nom de signal différentiel.

 La tache principale de l’amplificateur


différentiel est de rejeter la tension de
mode commun crée par les interférences

TREY 44
research
Caractéristiques technique d’un amplificateur d’instrumentation de l’EMG

• a. L’impédance d’entrée : L’impédance d’entrée de l’amplificateur devrait être infinie (pratiquement


>2MΩ) pour empêcher les déséquilibres d’impédance de contacte (électrodes-peau) et éviter la chute
de tension.

• b. Gain réglable : Le réglage est pour pouvoir augmenter le gain en cas d’un signal très faible et pour
d’améliorer le TRMC.

• c. L’impédance de sortie : elle est très faible (de l’ordre 10 -12 Ω) pour permettre d’attaquer sans
problème des modules situés en aval.

• d. Rapport de rejection mode commun(CMRR) : Les interférences créent une tension en mode
commun qui peut être éliminé si le taux de rejection en mode commun (CMRR) de l’amplificateur est
élevé.

TREY 45
research
Caractéristiques technique d’un amplificateur d’instrumentation de l’EMG :

• Le composant essentiel de cette carte électronique est amplificateur AD620, avec un taux de réjection en
mode commun élevée de ( 110 à 130 dB) et une impédance d’entrée élevées sur les deux voies (>100 MΩ),
Impédance de sortie très faible et faible niveau de bruit .

• Deux électrodes enregistrent l’activité électrique musculaire (soit les tensions E 1 et E 2), tandis qu’une
troisième sert de tension de référence. Le signal EMG correspond à la différence entre E 1 et E 2 multipliée par
le gain de l’amplificateur qui est un paramètre ajustable.

• e. Bande passante : La bande passante de l’amplificateur devrait être assez grande pour ne pas atténuer le
signal. La bande passante est la différence entre les limites inférieures et supérieures. Pour l’EMG de surface
l’étendu du signal est de 10Hz-1000Hz avec une énergie dominante est de 25Hz -600Hz.

• f. Niveau de bruit : Tous les circuits comprenant des résistances et des amplificateurs génèrent du Interne
surtout du bruit aléatoire due aux fluctuations des électrodes et des amplificateurs. Pour un EMG en microvolt,
le bruit de l’amplificateur ne devrait pas être amplifié.

TREY 46
research
Acquisition du signal EMG
Circuit de rétroaction négative ( contre réaction négative ):

• Le circuit de rétroaction négative doit être inséré avec le préamplificateur, dont le but est
d’inverser l’interférence en mode commun provoquée par les électrodes, et de l’injecter dans le
corps du patient.

• Il s’agit d’un amplificateur inverseur avec un gain approprié (entre 30 à 50) qui va amplifier la
tension détectée à la sortie de résistance externe (les deux résistances relient en cascade ), puis
inverse cette tension et il l’applique via une électrode de référence sur le sujet.

•  Ainsi, si la tension de mode commun détectée augmente elle sera appliquée avec un signe inverse
sur le sujet et par conséquent il va diminuer cette tension .

• Cela, pour essayer d’induire un courant opposé à celui circulant à travers le corps provoquant le
bruit. Mais, il existe toujours une petite phase résiduelle entre le bruit existant dans le corps et le
courant qui l’oppose, ce qui laisse circuler un petit signal de bruit.
TREY 47
research
Acquisition du signal EMG
Circuit de rétroaction négative ( contre réaction négative ):

• Le circuit comprend deux étapes


essentielles, chacune basée sur un
Amplificateur opérationnelle ; la première
sous forme d’un suiveur pour but de créer
une bonne adaptation du signal EMG
amplifier à la sortie de l’amplificateur
ADC620 qui relie avec deux Résistances
branchées en cascade entre les pates 1 et 8 .

• La deuxième sous forme d’un amplificateur


inverseur qui a une entrée connecté avec la
sortie de suiveur précédent afin d’inverser le
signal amplifier en signe négative puis il est
injecté à l’électrode de référence afin
d’éliminer la composante continue des
électrodes.
TREY 48
research
Acquisition du signal EMG
filtrage :
• Lorsqu’on effectue des mesures, le signal
prélevé comporte plus ou moins du bruit. Dans
un premier temps, il ne peut pas être exploité à
cause du bruit, des parasites superposés au
signal.

• Le filtrage des signaux est nécessaire pour


séparer le signal utile et éliminer les artéfacts
d’enregistrement et le bruit généralement lié à
l’amplification

• Caractérisé par une fréquence de coupure, il


laisse passer les fréquences au dessous ou au
dessus de cette fréquence de coupure.
Passe haut , Passe bas , Passe bande

TREY 49
research
Acquisition du signal EMG
filtrage signal EMG :

• L’information utile du signal EMG est située dans la bande 25-600Hz.

• Dans ce sens, les signaux enregistrés ont été filtrés par deux filtres : un filtre passe haut d’une
fréquence de coupure de 25Hz ; un filtre passe bas à 600Hz ,les deux filtres constituant un filtre passe-
bande [25-600hz]

• Ces opérations de filtrage ont permis l’élimination du bruit généré par les artefacts causés
principalement par le mouvement des câbles et des électrodes qui affectent l’interface de
détection entre les électrodes et la peau. L’énergie du bruit de l’artefact de mouvement
d'électrodes varie de 0 à 25 Hz en fréquence. Ainsi ce bruit a été éliminé lors de
l’implémentation du filtre passe bande.

TREY 50
research
Acquisition du signal EMG
Filtrage du signal EMG

• plusieurs filtres possibles ont été testé et


finalement retenu le filtre actif analogique de
deuxième ordre de structure de Sallen Key qui
donne de très bons résultats.

• Les deux filtres (filtre passe haut, filtre passe


bas) sont disposés en cascade, où la bande
passante est comprise entre les deux
fréquences 25 Hz et 600 Hz Dans ce cas on a
éliminé la majorité des parasites et
perturbations.] de Butterworth d’ordre 2.

TREY 51
research
Acquisition du signal EMG
Filtrage (Source du bruit du signal EMG) :

• 1. Bruit bioélectrique
 Bruit produit par le sujet (les fonctions biologiques)
 Battement de cœur, respiration
 Elimination avec un bon placement d’électrode
• 2. Bruit d’équipement
 Bruits dus au mouvement des fils, des électrodes, de la peau et des amplificateurs.
 Les bruits de câbles sont de basses fréquences (10-20 Hz), donc un filtrage à 20 Hz les élimine.
 Les bruits d’amplificateurs sont de hautes fréquences et peuvent se retrouvés dans
 la partie supérieure du spectre de fréquence du signal EMG (filtre passe-bas).
• 3. Bruit externe
 Toutes interférences électriques et électromagnétiques.

TREY 52
research
Acquisition du signal EMG
caractéristique du filtre :

• a. La fréquence de coupure : est la fréquence pour laquelle le gain est de -3 dB par rapport au gain
maximum.

• b. La fonction de transfert : le rapport entre la fonction d’entrée et la fonction de sortie.

• c. Le déphasage : c’est le décalage entre la tension d’entrée et la tension de sortie.

• d. La courbe de gain : traduit le gain G (dB) en fonction de la fréquence f (Hz)



• e. L’ordre : plus il est élevé, plus la coupure sera plus nette.
• f. Le coefficient d’amortissement : représente la sélectivité du filtre qui peut être positif ou
négatif.
TREY 53
research
Acquisition du signal EMG
Le circuit offset :

• Le signal EMG après l’étape du filtrage nécessite une phase de numérisation on a utilisé Arduino
,pour effectuer cette tache .

• le signal EMG acquis possède une partie positive et une partie négative , néanmoins les entrées
analogique de la carte Arduino acceptent un signal compris entre 0 et 5V

• pour résoudre ce problème on a utilisé un circuit d’offset qui permet d’ajouter une composantes
continu au signal afin de le positionner entre le 0 et 5V

• un simple circuit d’offset est à base d’un amplificateur sommateur de type TL081 (de gain
unitaire ) et un potentiomètre de multi Tours (un potentiomètre)

TREY 54
research
Acquisition du signal EMG
Le circuit offset :
• Grace à un potentiomètre (multi tours) on observe clairement qu’on a pu augmenter le signal
vers les haut, en ajustant la valeur de potentiomètre petit à petit jusqu’à la valeur 65.1kΩon aura
que des valeurs positives (0-400mv). Cela nous permet de visualiser tout l’information contenue
dans le signal au niveau de L’Arduino
• Malgré que le signal est translaté vers le haut mais leur amplitude reste le même avec celle de
la sortie de filtre. Ce qui montre que l'étude pratique est conforme avec l'étude théorique

TREY 55
research
Acquisition du signal EMG
La carte arduino :

 Après que le signal EMG est acquit et bien


visualiser sur l’oscilloscope (signal analogique),
Pour pouvoir le visualiser en une interface
graphique sur PC (sur l’écran d’un ordinateur),
une numérisation(conversion d’analogique en
numérique ) du signal est nécessaire, cette tâche
est faite à l’aide de la carte électronique
programmable, appelée carte Arduino

 Arduino est un circuit imprimé sur lequel se


trouve un microcontrôleur qui peut être
programmé pour analyser et produire des
signaux électriques,

TREY 56
research
Acquisition du signal EMG
L’Enregistrement :
• Pour aider le praticien dans son diagnostique d’éventuelles pathologies, l’information utile sur
l’EMG est transcrite des deux manières : Sur papier, Sur un support informatique.
 Enregistrement sur papier :
 La plume transcrite sur le papier les variations de potentiel en fonction du temps .Le mouvement de
la plume se fait perpendiculairement au sens de déroulement du Papier.

 Enregistrement numérique :
 Actuellement les appareils a plumes sont remplaces par des appareils numériques. Le principe est le
même mais le signal est enregistre après conversion analogique/numérique(CAN). Cette conversion
consiste à mesurer à des intervalles réguliers choisis en fonction de la fréquence maximale du signal
à enregistrer.
 L’EMG est ensuite affiche sue un écran et éventuellement imprime. Un des avantages principaux de
cette méthode est de pouvoir appliquer aux signaux des techniques de traitement du signal plus
sophistiquées.

TREY 57
research
L’interface graphique et le traitement numérique :

• Pour l’affichage et le traitement numérique du signal EMG, une interface graphique est nécessaire.

• Cette dernière est rassemble à un groupe de commandes afin de faciliter l’utilisation du signal.
Cette interface a été réalisée sous MATLAB.

TREY 58
research
Cette plateforme permettant l’utilisateur de :
1-saisir les différents renseignements du cas étudié tel
que : Nom, Prénom et l’âge
2-Analyser les différents signaux soit pour des cas
normaux ou pathologiques
3-Voir les trois différents signaux au niveau des axes
4-Manipuler trois boutons pour :
- L’affichage du signal EMG brut
- filtrage du signal EMG Le filtre numérique
choisit est un filtre passe bande de type Butterworth de
quatrième ordre et de fréquence de coupure [16 600] Hz
- L’estimation de la densité spectrale de puissance
(DSP) de signal EMG
• 5-Manipuler deux autres boutons pour :
Revenir à la page précédente
Quitter l’interface
TREY 59
research
Circuit de rétroaction
négative

Circuit de Amplificateur Filtre basse bande


électrodes
protection d’instrumentation (filtres passe haut et
bas )

Circuit d’alimentation Circuit offset

Traitement enregistrement Carte ARDUINO


Affichage sur numérique du
écran signal (avec
plateforme
MATLAB

Schéma synoptique de l’EMG

TREY 60
research
Entretien du DM :
• Les électrodes réutilisables et les câbles doivent être soigneusement nettoyés après chaque
utilisation avec un produit désinfectant doux.
• Le DM doit être nettoyés avec un chiffon sec ou l'égerment humide

Les pannes courantes:

• Câbles sectionnés ,dénudés ou endommagés par une rupture interne du faisceau électrique .
• Façade de l’appareil à changer du fait de l’usure des boutants de commandes.
• Blocage du système d’impression de l’appareil qui peut être due à un mauvais choix de papier .
• Fusible de l’appareil à changer .

TREY 61
research
Maintenance préventif :

• La sécurité électrique de l’appareil doit être testé régulièrement notamment après chaque
intervention de maintenance

• des tests réguliers doivent être effectués à l’aide d’un simulateur patient qui permet de
produire les différences de potentiels musculaire normales et pathologiques .

TREY 62
research
Conclusion

TREY 63
research
Conclusion

• dans ce projet une description détaillée de l’anatomie musculaire


,l’électromyographie ainsi que les différents circuits qui on été utilisés pour
l’acquisition du signal EMG commençant par la présentation de capteur (les
électrodes), puis les circuits de mise en forme (amplificateur, filtrage, circuit
d’offset) jusqu'à la numérisation de signal en utilisant une carte Arduino, et
se terminant par l’affichage et le traitement numérique du signal avec une
plateforme en MTLAB.

TREY 64
research

Vous aimerez peut-être aussi