Vous êtes sur la page 1sur 29

le commerce équitable et ses

avancées: l’expérience marocaine

Réalisé par : Encadré par :


- MEFTAHI abdelhafid
- EL MANSOURI Abderrahim
Mme Bouchra
- EL betaoui FATHI DEBBAGH

Année universitaire:
2020/2021
Introduction
Depuis la naissance de l’organisation mondiale du commerce, les relations asymétriques sont exacerbées entre le
Nord riche représenté par l’Amérique, l’Europe, le Japon et le Sud pauvre . Au lieu que le commerce soit un facteur
au service du développement durable et à l’éradication de la pauvreté dans les pays en voie de développement, il est
devenu un mécanisme pour imposer des politiques économiques, qui sont loin d’être équitables, par les pays du
Nord envers les pays du Sud. Alors que les échanges commerciaux entre les pays ont tendance à être entièrement en
faveur des pays développés, ce qui nécessite qu’ils soient plus justes et plus équitable en protégeant les pays les plus
faibles. Par conséquent, des voix se sont élevées pour la nécessité de trouver un nouveau mécanisme pour ouvrir et
offrir de nouvelles opportunités et moyens aux producteurs des pays du Sud de vendre leurs produits dans les
marchés nordiques à des prix équitables et leur permettre de gagner plus d’intérêts dans leurs sociétés et de jouer un
rôle plus important dans le commerce international, D’où le concept du commerce équitable, qui croit au principe de
libre échange et de l’ouverture des marchés, mais selon des règles plus justes.
Sous la bannière « du commerce, et pas de l’aide », le commerce équitable est un mouvement social qui cherche à
promouvoir l’égalité dans les partenariats commerciaux internationaux par le dialogue, la transparence, et le respect.

Il encourage le développement durable en offrant de meilleurs conditions aux producteurs et aux travailleurs
marginalisés des pays en voie de développement et en garantissant leurs droits, ainsi l’achat des produits à des
producteurs des pays du Sud à un prix équitable est plus efficaces pour promouvoir le développement durable que la
charité et l’aide traditionnelles.

A partir de cette logique, nous tenterons de mettre l’accent sur le commerce équitable dans le monde, et notamment
au Maroc, en répondant aux questions suivantes:

-qu’est ce que le commerce équitable? Et quels sont ses principes?

-quelle est la réalité pratique du commerce équitable au Maroc?


PLAN:
I. Le cadre générale du commerce équitable

1. L’évolution historique du commerce équitable

2. La définition du commerce équitable

3. Les organisations mondiales du commerce

4. Les principes et les objectifs du C.E

5. Le C.E entre les pays du nord et les pays du sud

II. Le commerce équitable au Maroc

6. L’apparition du commerce équitable

7. Les acteurs du commerce équitable

8. Les associations de soutien du commerce équitable

9. La place du commerce équitable au cœur des projets nationaux

10. Les produits équitables nationaux

III. Etude de cas « Maroc taswiq »


I. Le cadre générale du commerce équitable
1. L’évolution historique du commerce équitable

La première forme du commerce équitable s’est formée aux Etats Unies dans les années 40, ce concept est apparu
plus clairement avec l’organisation mondiale OXFAM, qui consacre ses activités à la lutte contre la pauvreté,
Elle a lancé une campagne visant à changer les règles du commerce mondial et à donner aux produits des pays
pauvres la possibilité d’entrer sur les marchés des pays riches et de mettre fin aux règles du fonds monétaire
international (FMI) et de la banque mondiale. D’autres termes, l’organisation a essayé de diriger le commerce et
la mondialisation afin qu’ils travaillent pour les pauvres, et pas contre eux. Le mouvement du C.E s’est formé en
Europe dans les années 60, et pendant cette période, il est souvent considéré comme initiative politique contre
l’impérialisme. Il a acquis une reconnaissance internationale en 1964, lorsqu’il a été adopté par la Conférence des
Nations Unies sur le commerce et le développement.
2. Définition du commerce équitable

Le C.E est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de
parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial.

Il contribue au développement durable en offrant de meilleurs conditions commerciales et en garantissant les


droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement dans les pays de Sud.

3. Organisations mondiales du commerce équitable

De nombreuses organisations de parrainage du C.E ont vu le jour, mais elles se sont finalement concentrées dans
quatre organisations principales réunies en 1998 dans une seule entité sous le nom F.I.N.E, ce nom est un acronyme
formé à partir du noms de ses membres qui sont:

 L’organisation du commerce équitable: (F.L.O): a été fondée en Allemagne en 1988 dans le but d’établir des
normes de certification pour les produits portant la marque équitable.
 Fédération internationale pour le commerce équitable (I.F.A.T) ou l’organisation mondiale du
commerce équitable (W.F.T.O): a été créée aux pays bas en 1989 avec ce nom, plus elle est devenue
l’organisation mondiale du C.E (W.F.T.O) à partir d’octobre 2008, cette organisation est l’association
internationale officielle de toute les organisation du C.E

 Le réseau européen des magasins du monde (N.EW.S): a été créé en 1994 en Allemagne, en tout
qu’organisation non gouvernementale, où il est devenu urgent de coopérer entre les vendeurs des produits du
C.E sur les marchés européens après la création de l’union européenne, afin de développer une position
européenne commune sur le C.E.

 Fédération européenne du commerce équitable (E.F.T.A): se compose de onze organisations du commerce


équitable dans neuf pays européens qui importent des produits du commerce équitable, elle a été créée en
1990.
4. Les principes et les objectifs du commerce équitable

 Les principes du C.E

 Le principe de création d’opportunités pour producteurs économiquement désavantagés: réduction de la


pauvreté vers une autosuffisance économique pour les producteurs.

 Le principe de transparence et responsabilité: participation des producteurs au prise de décision

 Principe de pratique commerciale équitable: bien être social, économique et environnemental des producteurs.

 Principe de paiement d ’un prix juste: prix fixé par accord mutuel, rémunération socialement acceptable dans
le contexte local.

 Principe d’absence de travail des enfants et du travail forcé : adhésion à la convention des nations unies sur
les droits de l’enfants.
 Le principe d’engagement à la non discrimination, à l’égalité des genres et à la liberté d’association:
respect des droits syndicaux et rejet de toute discrimination de genre, de sexe de religion etc.

 Principe d’assurance de bonnes conditions de travail: respect des droits du travail conformes aux lois
nationales des pays et aux conventions de l’organisation internationale du travail (OIT)

 Principe de développement des compétences: promotion d’opportunités de formation pour les producteurs et
travailleurs pour permettre un développement continu des connaissances.

 Principe de promotion de commerce équitable: prise de conscience sur la nécessité d’une plus grande justice
dans le commerce mondial.

 Principe du respect de l’environnement: dans l’utilisation des matières premières, la production, la gestion des
déchets, l’agriculture et l’emballage.
 Les objectifs du C.E

 améliorer les revenus et le bien-être des producteurs en leurs facilitant l’accès au marchés, en renforçant les
organisations de producteur, en leurs garantissant un meilleur prix, et en instituant une continuité dans les
relations commerciales.

 Favoriser le développement des producteurs défavorisés et tout particulièrement les femmes et les personnes
vivant dans la miserere de protéger les enfants de l’exploitation dans le processus de production.

 Eveiller la vigilance des consommateurs sur les effets négatifs du commerce international sur les
producteurs afin qu’ils se servent de leur pouvoir d’achat de manière positive.

 Créer des relations commerciales modèles a travers le dialogue, la transparence et le respect.

Mener compagne pour obtenir un changement dans les règles et les pratiques du commerce international
conventionnel.

 Défendre les droits de l’Homme en encourageant la justice sociales, les pratiques environnementales saines
5. le commerce équitable entre les pays du sud et les pays du nord

 aux pays du sud

Grâce au principes forts qui le sous-tendent, le commerce équitable est un appui direct et concret au
développement des pays du sud.

Pour les producteurs du sud, le commerce équitable est une source d’amélioration sur les plans économiques,
social, environnemental, et culturel.

 Sur le plan économique: bien que l’impact global du commerce équitable reste modeste, en comparaison
avec le volume des flux du commerce conventionnel.

 Sur le plan social: pour les producteurs, les conditions garanties par le commerce équitable permettent de
réaliser des investissements bénéficiant à leur communauté, notamment dans les domaines de
l’enseignement et des soins de santé.
 Sur le plan environnemental: par l’accent qu’il met sur la gestion durable des ressources naturelles et la valorisation des
matières premières disponibles localement, le commerce équitable joue un rôle positif pour la préservation de
l’environnement.

 Sur le plan culturel: en valorisant les productions et les techniques locales, le commerce équitable contribue à sauvegarder
des identités culturelles mise à mal par le mouvement d’uniformisation culturelle qui accompagne la globalisation
économique. En rendant économiquement rentable des activités artisanales basées sur les techniques traditionnelles,

 Aux pays du nord

Dans les pays du nord, le commerce équitable est un outil de sensibilisation aux enjeux du développement, qui pousse à une
réflexion globale sur des pratiques de consommation durables et responsables.

En effet, chez nous, le commerce équitable est non seulement un mode de consommation respectueux des producteurs, mais
aussi et surtout un moyen de sensibiliser les citoyens et d’interpeller les responsables politiques et les acteurs économiques.
 Les limites du commerce équitable pour un développement durable

Dés le début, le commerce équitable a su rallier la théorie et la pratique en créant un nouveau type de relation sociales basées sur la
solidarité entre les producteurs du sud et les clients du nord (perna, 2000). Au sud, le commerce équitable contribue à l’amélioration
des conditions de vie des producteurs et des travailleurs les plus marginalisés.

En contrepartie, la portée du commerce équitable à la lumière du développement durable est compromise par une potentielle dérive
commerciale du mouvement ainsi que par la nature même de cet échange qui est commercial.

 Le commerce équitable: vecteur de développement durable

À la lumière des observations précédentes, on peut se demander si le commerce équitable tel qu’il est vécu s’inscrit vraiment dans
une logique significative de développement durable où l’économie, ici le commerce, mise à profit dans l’atteinte de l’objectif de
développement social, et ce en respectant l’environnement et dans une perspective d’équité.

donc le commerce équitable, ses principes et ses objectifs sont peu connus et peu intériorisés par les acteurs du sud de sorte que
l’objectif des organisations se limite bien souvent à celui de la commercialisation des produits.
II. Le commerce équitable au Maroc.
1. L’apparition du commerce équitable au Maroc

Au Maroc, l’apparition récent du terme  « commerce équitable » est né en parallèle avec l’économie sociale
et solidaire dans le cadre des politiques de développement économique et sociales adaptées par le royaume afin
d’offrir aux coopératives agricoles un espace pour commercialiser les produits de terroir mais aussi d’augmenter
la conscience sur les impactes néfastes du commerce international sur les petites producteurs vulnérables dans ce
cycle commercial.

Bien que notre pays est considéré parmi les pays en voie du développement, l’importance du commerce équitable
dans le développement économique et social, a poussé le Maroc à lancer le grand solidaire situé à Casablanca et
qui est destiné aux produits de terroir afin de respecter la règle fondamentale du commerce équitable.
3. Les acteurs du commerce équitable au Maroc

Le secteur du commerce équitable au Maroc se caractérise également par la diversité des acteurs existants, à
la fois dans leurs pratiques et leurs visions, il existe notamment trois intervenants dans ce domaine du
commerce équitable :

 Plateforme marocaine pour un commerce équitable (PMCE): est une association à but non lucratif a
été créée à rabat le 12 aout 2004 son principale objectif de collabore au développement durable au Maroc
pour ce faire la PMCE s’emploie à être active dans différents champs d’action. En outre, la PMCE vise à
l’accompagnement des producteurs engagés et de ceux désireux de s’engager dans le CE, afin de les
intégrer dans les échanges internationaux.
 Réseau Marocain d’Economie Sociale et Solidaire (RMESS): crée le 25 février 2006 à partir d’un
parterre de 24 associations agissant dans le domaine de ESS parmi les objectifs principaux de ce réseau;

• Développer le commerce équitable

• Promouvoir la finance solidaire

• Encourager la recherche scientifique et la formation dans le domaine de l ’économie sociale et


solidaire.
 Office de commercialisation et d’exportation ou Maroc taswiq: crée en 1965, après avoir reconnu depuis
2008 une profonde réforme, OCE devient en 2010 Maroc Taswiq, a pour vocation de développer
l’agriculture solidaire et le commerce équitable, les aidant à mieux s’organiser, promouvoir leurs produits et
surtout améliore leurs revenus.
4. Associations de soutien du commerce équitable au Maroc

 Alter Eco Afrique et Moyen Orient (AEAMO)

L’entreprise Alter Eco, née en 1999 est situé en France , est au départ une boutique spécialisé dans
l’importation et la commercialisation de produits issus du commerce équitable, l’entreprise à développé en 2001
une politique collaborative pour des projets liés exclusivement au commerce équitable et au développement
durable, la mark s’entend peu à peu devient visible en grandes surfaces, ce qui favorise considérablement son
développement et la mise en œuvre de projets à l’international. AlterEcoest membre de la Plateforme Française
pour le Commerce Equitable et la Fédération Internationale du Commerce Equitable.

 Association Marocaine d’Appui à la Promotion de la Petite Entreprise (AMAPPE)

Cette association marocain à pour but d’aider et financer les PME, en les adoptant aux besoins des futures
promoteurs son objectif est de permettre un développement durable, économique et social du Maroc:
Elle dispose de 5 missions principales:

 Aider à mobiliser les ressources nécessaires à la création et à l’extension des activités économiques, au
développement de l’esprit d’entreprise et au renforcement des actions génératrices d’emplois et de
richesses.

 Aider au développement de l’esprit d’entreprise parmi les groupes sociaux moins favorisés.

 Assurer participation de coopératives ou de sociétés dans le développement économiques social.

 Favoriser l’épargne pour l’investir dans des petites projets productifs notamment à travers le microcrédit.

 Entretenir un réseau d’informations avec les autres organismes qui s’intéressent au domaine du
développement.
4. La place du commerce équitable au cœur des projets de développement nationaux

Le Maroc a commencé par la concrétisation d’une place importante au commerce équitable dans les projets nationaux,
comme par exemple INDH et le PMV(le Plan Maroc Vert) :

 Le commerce équitable dans INDH

Lancé par sa majesté le 18 mai 2005, l’initiative nationale pour le développement humain a donné une dynamique très
importante à l’économie solidaire en essayant de trouver les solutions pour la lutte contre la pauvreté. Le CE a pris une
place importante dans cette initiative nationale, elle finance plusieurs projets de valorisation, de commercialisation et
d’aide à la certification « bio et équitable » des projets du terroir « huile d’argan, huile d’olive... »

 Le commerce équitable dans PMV

le plan Maroc vert, était lancé par sa majesté en avril 2008, est une stratégie très ambitieuse qui vise à faire du secteur
agricole marocaine un véritable levier du développement socio-économique au Royaume,
à travers l’accélération de la croissance, la réduction de la pauvreté et la consolidation de l’intégration de
l’agriculture aux marchés national et international. Cette stratégie elle repose sur deux piliers:

 L’agriculture moderne : pour objectif à développer un agriculture performante, adaptée au règles du


marché national et international.

 L’agriculture solidaire : l’objectif est de développer une approche orientée vers la lutte contre la
pauvreté, en argumentant de manière significative le revenu agricole des exploitants les plus fragiles,
notamment dans les zones marginalisée.

Par ailleurs, un grand projet de valorisation et de la commercialisation des produits de terroir à travers la
création des boutiques et kiosques équitables sur plusieurs villes du Maroc ( Tanger, tétouane, Marrakech).
5. les produis équitables nationaux

L’huile
d’argan

L’huile Produits
d’olive cosmétiques

Le miel
 L’huile d’olive

Alter Eco et FEDOLIVE ont signé un partenariat qui fonctionne comme suit : des associations de femmes
du nord du Maroc mettent en commun leurs récoltes annuelles pour faire des économies d’échelle et d’assurer
une qualité d’huile supérieure grâce à un soutien technique et commercial. Alter Eco s’engage chaque année à
acheter une quantité fixe d’huile tout en encourageant FEDOLIVE à développer d’autres partenariats.

 Produits cosmétiques

Plusieurs enseignes proposent des produits naturels et équitables dans ce domaine , des huiles végétales aux
huiles essentielles, eaux florales, parfum, herbes aromatiques…. Leurs savoir-faire ancestral en la matière n’est
plus à démontrer.

 Le miel

Quelques coopératives proposent du miel biologique à la vente, ce produit est très recherché au Maroc surtout
lors du ramadan, et autres grandes cérémonies, les consommateurs de ce produit ils sont prêts à payer un prix
 L’huile d’argan

de nombreuses coopératives de femmes existent. Le projet est avant tout social afin d’assurer un
revenu décent sur long terme grâce à la vente d’huile d’argan et environnemental par la protection des
arganiers. Figure 1: usage de l'huile d'argan

6%

40% 54%

Cuisine Beauté Santé


III. Etude de cas  

Maroc Taswiq est une plateforme qui rassemble et distribue des produits fabriqués par les coopératives et

les petites producteurs à travers l’ensemble des 12 régions du Maroc et aussi représente une véritable volonté

des pouvoirs publics de soutenir le mouvement du commerce équitable au Maroc, il né des centres de office de

commercialisation et d’exportation « OCE », selon sn directeur Najib Mikou, il a dit que « L’OCE est mort,

vive Maroc Taswiq » parmi ses objectives:

 Une aide précieux aux petites producteurs

 Développement du marché local


 la statégie à suivre par Maroc Taswiq

Le secret du Maroc taswiq réside dans la stratégie des 3 Z, selon son président , Maroc Taswiq coute 0
centime aux coopératives; 0 centime à l’Etat et 0 centime aux partenaires privés.

La stratégie du Maroc Taswiq

Z 1: Zéro coùt Z 3 : Zéro coùt


pour la Z 2 : Zéro coùt aux partenaires
coopérative pour l’Etat privés.
 partenaires du Maroc Taswiq

Ministère de
l’artisanat

Ministère de
REMESS
l’agriculture
Maroc
Taswiq

Ministère du
PMCE commerce
équitable
 Ouvertures de « magasins solidaire et équitable » à Marrakech

la magasins solidaire et équitable était crée par le ministre du commerce extérieur, elle représente comme un
incubateur pour les coopératives en vue de la valorisation des produits du terroir et création de la valeur
ajoutée et de la création d’emplois, à ce jour-là, prés de 1500 produits sont proposés a un prix abordable et une
qualité irréprochable, au total Maroc Taswiq fédère et encadre plus de 780 coopératives des 12 régions du
Maroc, comprenant plus de 30000 petites producteurs sont plus de 75% sont des femmes.
conclusion générale

Vous aimerez peut-être aussi