Vous êtes sur la page 1sur 13

1.

Le principe de la technique de l’extraction des protéines :

Si la protéine se trouve dissoute dans un milieu biologique liquide (ex: plasma, lait,
...) aucune méthode d'extraction n'est nécessaire. Si la protéine est à extraire d'un
tissus ou d'une culture de cellules, 3 méthodes sont possibles:

A partir du tissus entier: On choisit un matériel tissulaire que l'on sait riche en cette
protéine. On le broie grâce à l'appareil de Potter. L'éclatement des cellules est
achevée par choc osmotique ou encore par sonication ce qui va lyser les
membranes des cellules. Pour ne pas dénaturer les protéines, on travaille en
milieu tamponné et à 0°C (glace): on obtient enfin un homogénat cellulaire. On
élimine ensuite les débris cellulaires par centrifugation. On facilite la solubilisation
des protéines dans des solutions salines et on obtient alors un extrait brut.

A partir d'un type cellulaire isolé à partir du tissu: On utilise pour cela un trieur de
cellules (généralement cytofluorimètre). Des Ac reconnaissent spécifiquement une
population cellulaire et vont la marquer grâce à un fluorochorme auquel il sont
couplés. L'appareil sélectionne donc des cellules fluorescentes
A partir d'un organite particulier: on effectue alors un
fractionnement cellulaire, cad qu'on sépare les différents
constituants de la cellule grâce à l'ultracentrifugation =
sédimentation accélérée. L'accélération (= la pesanteur) est
remplacée par une accélération centrifuge (γ) qui est développée
par un rotor tournant à grande vitesse angulaire (ω). On obtient
alors une force centrifuge (F). La tendance d'une particule à se
déplacée dans une solution sous l'effet de la force centrifuge est
donnée par un coefficient de sédimentation (s). Les molécules
sphériques et de petites tailles ont un faibles coefficient de
sédimentation. => centrifugation différentielle = succession
d'ultracentrifugations pour lesquelles on fait varier la durée et la
vitesse de rotation.
On trouve généralement des protéines dans les tissus biologiques ou les 
cultures cellulaires (eucaryote ou procaryote).
Pour extraire les protéines, plusieurs étapes sont donc nécessaires.

Lyse des cellules


L'étape de lyse consiste à rompre les parois cellulaires et 
membranes biologiques3.
Plusieurs méthodes de lyse cellulaire peuvent être utilisées :
•Lyse mécanique : broyage, sonication (vibrations qui détruisent les parois
cellulaires)4, french press (pression), détergents ou autres adjuvants
d'extraction (des inhibiteurs de protéases, des antibiotiques, des chélatants…
afin de protéger les protéines d'intérêt).
•Lyse enzymatique : choc osmotique, cycles de congélation/décongélation,
lyzozyme
Centrifugation

L'étape de centrifugation permet une première séparation grossière des débris


cellulaires en suspension (parois, mitochondries...)

Solubilisation
Une étape de solubilisation consiste à rendre les protéines solubles, généralement en
phase aqueuse. Ceci est typiquement réalisé par des détergents, comme le SDS, le 
Triton X-100 ou le Nonidet, ou agents chaotropiques (Urée).
Il est important de préserver la stabilité des protéines (elles ne doivent pas précipiter).
Pour cette raison, il faut surveiller l'évolution de facteurs influençant leur solubilité :
•pH (contrôlé grâce à un milieu tampon)
•température
•concentration en sels
•contrôle des protéases
Des étapes de fractionnement des protéines s'ensuivent, recourant à différentes
méthodes.
2-Principe d’éxtraction des substances biologique :

L’extraction est utilisée pour extraire sélectivement un ou plusieurs composés


d’un mélange initial, sur la base de propriétés chimiques ou physiques.

L’extraction consiste à transférer un composé d’une phase à une autre:


• D’une phase liquide à une autre phase liquide.
• D’une phase solide à une phase liquide

C’est une opération qui consiste à séparer certains composés d’un organisme
(animal ou végétal) selon diverses techniques.

Par exemple L’homme utilise des colorants, des parfums, des arômes, et des
extraits de produits naturels depuis la haute Antiquité,

CELA se fait par différentes techniques:


• La filtration: Depuis les temps préhistoriques, l’homme utilise un lit de sable
ou de mousse pour rendre une eau boueuse (pleine de boue) limpide (claire
et transparente).

• Le pressage: Consiste à exercer une pression sur une orange pour obtenir
le jus, ou à écraser des fleurs pour extraire les arômes.

• L’enfleurage: Est une forme d’extraction utilisée en parfumerie. Il repose sur


le pouvoir d’absorption d’une huile essentielle par les corps gras. Par
exemple, les fleurs fragiles sont posées sur des cadres enduits de graisse
animale très pure et inodore qui absorbe le parfum des fleurs au contact; en
fin de séchage, les graisses sont imprégnées de substances odorantes.

• La décoction: Cette méthode est très ancienne. Elle consiste à chauffer la


racine ou l’écorce d’une plante avec de l’eau; jusqu’à ce que cette dernière
soit bouillante et les constituants se dissolvent
Fleurage décoction

Filtration

Pressage
• La macération: Consiste à laisser séjourner
à froid un solide dans un liquide pour en extraire
les constituants solubles dans ce liquide.

• L’extraction par solvant: C’est un procédé qui permet d’extraire des composés
qui ne peuvent pas l’être avec de l’eau.

• L’entraînement à la vapeur ou l’hydro distillation: Cette technique date de


l’Egypte ancienne. Elle consiste à extraire les parfums des plantes (huiles
parfumées ou huiles essentielles) par de la vapeur d’eau. Nous ne pourrons
appliquer que les méthodes d’extraction par hydro distillation ou bien par
solvants, l’enfleurage étant trop long et coûteux en matière première (pour un litre
d’absolu de jasmin, il faut compter un tonne de fleurs).
L’entraînement à la vapeur ou l’hydro distillation:
L’extraction par solvant :
Merci de votre
attention