Vous êtes sur la page 1sur 31

LES REGLES DU DROIT A DEDUCTION DE

LA TVA

Séances d’échanges des 25 et 27 juin 2019


INTRODUCTION

 La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est un impôt indirect


sur la consommation institué dans son principe en France
par la loi du 10 avril 1954 à l'instigation de Maurice
Lauré.
 Au Togo, la TVA est un impôt leader qui représente plus
de 45% des recettes fiscales mobilisées en 2018 par
l’Office Togolais des Recettes.
 Mais sa collecte est mise à mal par le non-respect des
règles du droit à déduction et du prorata de déduction par
certains contribuables.
INTRODUCTION

 Parmi les conséquences de cette situation, on peut citer :


l’existence d’écart entre chiffre d’affaires déclaré et celui
recoupé au mois le mois et la récurrence des crédits
anormaux de TVA.
 Au titre de l’exercice 2018 la TVA due déclarée par les
contribuables ne représenterait que 60% de la TVA due
attendue.
 La présente séance de sensibilisation vise donc à améliorer
le niveau de connaissance par rapport à la TVA au profit
des contribuables et du Trésor Public.
PLAN DE LA PRESENTATION

 Généralités sur la TVA

 Fait générateur et exigibilité


 Régime de déduction

 Les sanctions en matière de TVA

 Cas pratique
1. GÉNÉRALITÉS SUR LA TVA

 Opérations imposables

 Opérations non imposables et exonérées


 Personnes redevables ou assujetties
1.1. OPERATIONS IMPOSABLES

 Les opérations imposables de plein droit suivant


les articles 172 à 175 du CGI sont :
• Les livraisons de biens meubles et les prestations de
service effectuées à titre onéreux par un assujetti
agissant en tant que tel.
• Les opérations d'importation faites au Togo par toute
personne physique ou morale.
• Les livraisons à soi-même de biens et services utilisés
par un assujetti pour ses propres besoins ou pour les
besoins de ses exploitations ;
1.1. OPERATIONS IMPOSABLES

 Les opérations imposables par option suivant


l’article 176 du CGI sont :
• Les ventes et les prestations réalisées par les
personnes physiques ou morales dont le chiffre
d’affaires annuel est inférieur à soixante millions (60
000 000) de francs CFA
• Les livraisons en l’état des produits de l’agriculture,
de l’élevage et de la pêche faites par les agriculteurs,
éleveurs et pêcheurs et artisans.
1.2. OPÉRATIONS NON IMPOSABLES ET EXONÉRÉES

Au terme des dispositions de l’article 180 du CGI, sont


exonérés de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) :
• Les affaires ou opérations soumises à un autre impôt (DE,
TAF, TCA, TPU, TSJH)
• Les livraisons en l’état des produits de l’agriculture, de
l’élevage et de la pêche faites par les agriculteurs, éleveurs
et pêcheurs artisans.
• Certaines professions libérales à l’exception des titulaires
de charges et offices
• Les organismes d’utilité générale
• Et les autres exonérations suivant l’annexe
1.3. PERSONNES REDEVABLES OU ASSUJETTIES

Selon l’article 177 du CGI, « Sont assujetties à la taxe


sur la valeur ajoutée, les personnes physiques ou
morales qui effectuent d'une manière indépendante à
titre habituel ou occasionnel, une ou plusieurs
opérations soumises à la taxe quels que soient le statut
juridique de ces personnes, leur situation au regard
des autres impôts et la forme ou la nature de leur
intervention, lorsqu’elles réalisent un chiffre d’affaire
supérieur à soixante millions (60 000 000) de francs
CFA. ».
1.3. PERSONNES REDEVABLES OU ASSUJETTIES

Toutefois, les personnes morales ou physiques exerçant


une profession libérale ainsi que les titulaires de
charges et offices, sont assujettis de plein droit à la taxe
sur la valeur ajoutée, quel que soit le montant du chiffre
d’affaires réalisé. Il en est de même pour les personnes
physiques ou morales exerçant la profession de
commissionnaires de transports aériens et maritimes,
d’agent de fret aérien et maritime, de commissionnaires
agréés portuaires, des consignataires de navire et les
professions d’expertise maritime.
2. FAIT GENERATEUR ET EXIGIBILITE

Définitions des deux notions selon l’article 189 du


CGI
• Le fait générateur de la taxe se définit comme le
fait par lequel sont réalisées les conditions légales
nécessaires pour l'exigibilité de la taxe.
• L'exigibilité de la taxe est définie comme le
droit que le Trésor Public peut faire valoir à partir
d'un moment donné, auprès du redevable, pour
obtenir le paiement de la taxe.
2. FAIT GENERATEUR ET EXIGIBILITE

Selon les articles 190 à 191 du CGI, le fait


générateur et l’exigibilité de la TVA diffèrent selon
le type d’opérations.
2. FAIT GENERATEUR ET EXIGIBILITE

Type d’opérations Fait générateur Exigibilité


Article 190 du CGI Article 191 du CGI

Biens meubles corporels et La délivrance des biens La délivrance des biens


assimilés

Importations La mise à la La mise à la consommation au sens


consommation au sens douanier du terme
douanier du terme

Livraisons à soi-même de Première utilisation du Première utilisation du bien ou de


biens et de travaux bien ou de l'immeuble l'immeuble
immobiliers
Prestations de services y L'exécution des services L'encaissement des acomptes, du prix,
compris les travaux ou des travaux de la rémunération ou sur autorisation
immobiliers du Commissaire des Impôts, sur les
débits (1)
Livraison à soi-même de Première utilisation du Première utilisation du service
service service
2. FAIT GENERATEUR ET EXIGIBILITE

(1) L’acquittement de la TVA d’après les débits


s’adresse exclusivement aux prestataires de services.
Remarque
Article 191-5 du CGI « Toute personne qui mentionne la
taxe sur la valeur ajoutée sur une facture ou tout autre
document en tenant lieu est redevable de la taxe du seul
fait de sa facturation. Lorsque la facture ou le document ne
correspond pas à la livraison d'une marchandise ou à
l'exécution d'une prestation de service ou fait état d'un prix
qui ne doit pas être acquitté effectivement par l'acheteur, la
taxe est due par la personne qui l'a facturée. ».
3. REGIME DE DEDUCTION

Le CGI dispose en matière de Taxe sur la Valeur


Ajoutée en ce qui concerne
 le principe du droit à déduction,
 les modalités d’exercice du droit à déduction
 la limitation du droit à déduction,
 l’exclusion du droit à déduction,
 et la régularisation de la TVA déduite.
3.1. PRINCIPE DU DROIT À DÉDUCTION

 Art. 196 : La taxe sur la valeur ajoutée qui grève


les éléments du prix d’une opération imposable
est déductible de la taxe sur la valeur ajoutée
applicable à cette opération.
 La taxe sur la valeur ajoutée ayant grevé les
biens et services qui entrent dans des opérations
d’exportation ou qui s’y rapportent n’est
déductible que si lesdites opérations sont
imposables localement.
3.2. MODALITÉS D’EXERCICE DU DROIT À DÉDUCTION

La déduction de la TVA est conditionnée par la


réalisation de trois conditions cumulatives comme
suit :
 Conditions de fond
 Conditions de temps
 Conditions de forme
3.2. MODALITÉS D’EXERCICE DU DROIT À DÉDUCTION

Conditions de fond

Art. 198 : La taxe sur la valeur ajoutée ayant grevé l'acquisition de biens et
services est :
- déductible en totalité lorsqu'ils concourent à la réalisation d'affaires
imposables ou à des exportations ;
- déductible partiellement lorsque ces biens et services ne concourent pas
en totalité à des affaires imposables ou à des exportations ;
- exclue du droit à déduction lorsqu'ils concourent à la réalisation d'affaires
non imposables ou lorsque le chiffre d’affaires est réduit à une marge brute
autorisée, déterminée par un arrêté du ministre chargé du commerce.
3.2. MODALITÉS D’EXERCICE DU DROIT À DÉDUCTION

Conditions de temps
Art. 199 : Le droit à déduction prend naissance dès lors que la taxe
déductible devient exigible chez le redevable.
Le droit à déduction de la taxe sur la valeur ajoutée facturée s'exerce dans le
mois de comptabilisation des factures la mentionnant ou de tout autre
document en tenant lieu.
Toutefois, ce droit s'exerce :
- pour les prestations de services et les travaux immobiliers, dans le mois de
paiement ;
- pour les livraisons à soi-même, dans le mois d'affectation des biens.
Art. 200 : Les déductions qui n’ont pas été effectuées dans les délais prévus à
l’article 199 ci-dessus peuvent néanmoins être opérées sur les déclarations
ultérieures déposées au plus tard le 30 avril de l’année suivante.
3.2. MODALITÉS D’EXERCICE DU DROIT À DÉDUCTION

Conditions de forme

Art. 201 : La taxe déductible est celle qui figure sur les factures délivrées par les
fournisseurs conformément aux dispositions de l’article 64 du livre de procédures
fiscales, celle qui a été perçue à l'importation et celle qui a été acquittée par l'assujetti
lui-même lors de la livraison à soi-même des biens.

La déduction ne peut être opérée si les assujettis ne sont pas en possession, soit
desdites factures, soit des déclarations d'importation sur lesquelles ils sont
désignés comme destinataires réels.
Les factures susceptibles de justifier la déduction sont exclusivement celles qui ont été
délivrées à l'assujetti ou en son nom par ses fournisseurs de biens et services soit
directement, soit par l'intermédiaire d'un commissionnaire agissant pour le compte des
fournisseurs.
3.3. LIMITATION DU DROIT À DÉDUCTION (LE PRORATA)

 La notion de prorata revêt plusieurs aspects à savoir


l’économique (répartition des coûts), la technique
(affectation des biens) et l’aspect financier applicable en
matière de TVA lorsqu’une entreprise réalise des activités
mixtes.
 La fraction de la taxe sur la valeur ajoutée déductible par
les assujettis qui ne réalisent pas exclusivement des
opérations ouvrant droit à déduction est déterminée par le
rapport existant entre les opérations soumises à la taxe
qu'elles soient effectivement taxées ou exportées et la
totalité du chiffre d'affaires réalisé par l'entreprise.
3.3. LIMITATION DU DROIT À DÉDUCTION (LE PRORATA)

Ce rapport ou prorata de déduction exprimé en pourcentage est un


ratio comprenant :
 au numérateur, le chiffre d’affaires ou les recettes provenant des
opérations ouvrant droit à déduction, c’est-à-dire les
opérations taxables et les exportations au sens de l’article 196
du présent code ;
 au dénominateur, l’ensemble du chiffre d’affaires ou recettes
globales, à l’exception des recettes provenant des cessions
d’immobilisations, des livraisons à soi-même, des subventions
d’équipement, du remboursement des débours perçus par un
intermédiaire et non assujettis à la taxe sur la valeur ajoutée.
3.3. LIMITATION DU DROIT À DÉDUCTION (LE PRORATA)

 Les recettes à retenir s’entendent tous droits et taxes compris,


à l’exception de la taxe sur la valeur ajoutée.
 Le prorata prévu à l'alinéa précédent est déterminé
provisoirement en fonction du chiffre d'affaires de l'année
précédente, ou pour les nouveaux assujettis, en fonction du
chiffre d'affaires prévisionnel.
 Le prorata définitif est arrêté au plus tard trois (03) mois
après la clôture de l'exercice comptable ; les déductions
opérées sont régularisées en conséquence.
3.4. EXCLUSION DU DROIT À DÉDUCTION

Art. 197 : Sont exclus du droit à déduction, y compris lorsque les


biens ou services concernés sont utilisés pour la réalisation
d’opérations ouvrant droit à déduction, l'achat ou la livraison à soi-
même des biens et services ci-après :
1 - les voitures de tourisme ainsi que leurs parties, pièces détachées
ou accessoires,
2 - les dépenses exposées pour assurer le logement ou l'hébergement
des dirigeants et du personnel de l'entreprise ainsi que les dépenses
de réception, de restaurant, de spectacles et de déplacement, à
l'exclusion des dépenses de transport engagées en vertu d'un contrat
permanent de transport et des dépenses exposées pour la satisfaction
des besoins collectifs du personnel sur le lieu de travail ;
3.4. EXCLUSION DU DROIT À DÉDUCTION

3- le mobilier et le matériel de logement ;


4- les objets qui ne sont pas strictement indispensables à l'activité de
l'entreprise ;
5- les biens cédés et les services rendus gratuitement ou à prix
sensiblement inférieur au prix de revient à titre de commission,
salaire, gratification, rabais, bonification, cadeau quelle que soit la
qualité des bénéficiaires sauf lorsqu'il s'agit d'objets publicitaires
d'une valeur unitaire inférieure à cinq mille (5 000) francs CFA hors
TVA ;
6 - les services se rapportant à des biens exclus du droit à déduction ;
7 - les frais de carburant pour véhicules.
3.5. RÉGULARISATION DE LA TVA DÉDUITE

Il existe des régularisations courantes, globales et ponctuelles.

• Les régularisations courantes sont entre autres : les reversements du


montant de la taxe correspondante à toute déduction injustifiée (facture
avoir fournisseurs, erreur de déduction), les compléments de déduction
(retenue de TVA par le trésor, facture avoir client), ainsi que la
régularisation du montant de crédit de TVA faisant l’objet de demande de
remboursement.

• Les régularisations globales sont entre autres : les déductions


complémentaires de la TVA suite au calcul du prorata de déduction
définitif, la déclaration complémentaire de Chiffres d’affaires après celle
de décembre.
3.5. RÉGULARISATION DE LA TVA DÉDUITE

•Les régularisations ponctuelles en cas de modification intervenue


dans l'activité de l'entreprise suivants l’article 202 du CGI :
Les cas concernés sont : la cessation d'activité, la destruction, le vol ou la
disparition justifiée ou non du bien, la cession séparée à titre onéreux ou gratuit
d'éléments d'actif, l'abandon de la qualité de redevable de la taxe sur la valeur
ajoutée, l'affectation d'un bien à une activité ou à un usage n'ouvrant pas droit à
déduction, le changement de réglementation.
Les redevables doivent reverser :
- s'il s'agit de biens non soumis à amortissement, le montant des taxes déduites
lors de l'acquisition de ces biens, à concurrence de la partie restant en stock à la
date de l'événement motivant la remise en cause de la déduction ;
- s'il s'agit de biens amortissables, une fraction de la même taxe calculée au
prorata du temps d'amortissement restant à courir. Toute année commencée
compte pour une année entière.
PERIODICITE DES REGULARISATIONS

TYPES PERIODICITE DATE LIMITE


Régularisations Mois, bimestre, Le 15 du mois suivant la
courantes trimestre, semestre date de réalisation

Régularisations Année Trois (03) mois après la


globales clôture de l’exercice
comptable
Régularisations Evènement Vingt (20) jours qui suivent
ponctuelles remettant en cause l'événement
le droit à
déduction
4. LES SANCTIONS EN MATIERE DE TVA

Les sanctions prévues par le Livre des


Procédures Fiscales (LPF) en matière de TVA
sont de trois (03) ordres :
 les sanctions fiscales (Article 108 à 125),
 les sanctions pénales (147 à 148) et
 les autres sanctions (167 à 170).
Quelques sanctions fiscales sont présentées
ci-dessous conformément aux articles du LPF.
4. LES SANCTIONS EN MATIERE DE TVA

Référence
Motif de la sanction Conséquences
du LPF
Art. 113.2 Défaut de déclaration Amende de 50 000 francs CFA

Art. 114 Omissions ou inexactitudes 10.000 francs par omission ou


inexactitude
Art. 115 Retard dans le paiement 10% du montant différé majoré,
chaque mois, à raison de 1%

Art. 117 Déclaration ou versement 40% de majoration


insuffisants
Art. 118 Mauvaise foi du 60% de majoration
contribuable
Art. 118 Manœuvres frauduleuses 80% de majoration
JE VOUS REMERCIE