Vous êtes sur la page 1sur 46

Bienvenue

à la présentation de

Oumar SOW
Ingénieur Energie

Thème:

ENERGIE ET
ENVIRONNEMENT

1
Plan de l’exposé
INTRODUCTION
USAGES DE L’ÉNERGIE
LES FORMES D’ENERGIE
PRINCIPALES CONVERSIONS
ENERGIES RENOUVELABLES ET NON RENOUVELABLES
ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX
IMPACT DE L’ENERGIE SUR L’ATMOSPHERE
CONCLUSION

2
Introduction

3
Introduction

L’énergie est le moteur du monde. Tout ce qui existe à besoin d’énergie pour
fonctionner, Elle est omniprésente dans toutes les sociétés.
Aujourd’hui, presque toutes les activités humaines font appel à de l’énergie,
comme par exemple pour :

 l’éclairage  l'industrie
 le chauffage et la climatisation des locaux  les communications
 la cuisson des aliments  les transports
 l’agriculture  la santé

L'énergie est indispensable, mais c'est aussi un des secteurs posant les plus
grands défis en matière de pollution et de changements climatiques. Il
existe plusieurs sources d'énergie. Toutes ont un impact sur
l'environnement à un moment ou à un autre de la chaîne de production, de
transport ou de la consommation énergétique.

4
Usages de l’énergie

5
Usages de l’énergie
LES USAGES DE L’ÉNERGIE DANS LES DIFFÉRENTS SECTEURS ÉCONOMIQUES :

LE SECTEUR RÉSIDENTIEL ET TERTIAIRE


Se caractérise par :
 des besoins de chaleur à basse et moyenne température, notamment pour le
chauffage et la climatisation des locaux,
 des besoins de cuisson, pour lesquels le gaz est une énergie très adaptée,
 et des besoins en électricité pour l’éclairage et pour faire fonctionner les
équipements électroménagers, ainsi que les matériels de bureautique au sens large.
Radiateur Climatisation Brûleur de gaz Ordinateurs

6
Usages de l’énergie
LE SECTEUR AGRICOLE
L'agriculture demande de l'énergie mécanique pour les labours, la récolte, mais
aussi pour le broyage des aliments ou le décorticage.
Dans les zones tempérées, le chauffage des locaux d'élevage s'est développé au
cours des dernières décennies. Les activités de séchage peuvent aussi représenter
des consommations non négligeables.
Toutefois l'un des postes les plus lourds correspond aux engrais et aux pesticides,
qui sont aujourd’hui fabriqués à partir de dérivés du pétrole. Ils permettent des
gains de productivité considérables, mais au prix d'un contenu énergétique élevé,
notamment en pétrole, et d'un impact environnemental de plus en plus contesté.

Labour Récolte Labour de pommes de terre Épandage de pesticides

7
Usages de l’énergie
LE SECTEUR INDUSTRIEL

L'industrie est l'un des secteurs les plus consommateurs d'énergie dans
l'économie. La part de l'énergie dans les coûts de production industriels varie,
selon les cas, de moins de 5 % jusqu'à environ 15 %.
La sidérurgie requiert du coke, produit à partir de charbon. De nombreuses
branches de la chimie dépendent quant à elles des hydrocarbures.
La métallurgie demande de la chaleur à température élevée, qui peut être obtenue
de diverses manières, notamment à partir de gaz et d'électricité.
Les cimenteries, jusqu'à récemment fortement dépendantes du pétrole, ont pu
être reconverties au charbon dans de nombreux cas.

Sidérurgie Cimenterie Pétrochimie

8
Usages de l’énergie
LE SECTEUR DES TRANSPORTS

Le secteur des transports, excepté pour le rail, est un marché quasiment captif
pour le pétrole, sous différentes formes : fioul lourd pour les transports
maritimes, essence et gazole pour le transport routier, kérosène pour les avions.
TGV

Transport maritime Transport routier Aviation

9
Usages de l’énergie
SPÉCIFICITÉS DES SOCIÉTÉS RURALES DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT:

Les sociétés rurales présentent des profils de consommation très différents de ceux
des villes. Dans ce cas, les besoins en énergie sont assurés essentiellement par
prélèvement sur la nature environnante :
L’énergie solaire est utilisée pour le séchage des aliments ;
L’énergie des animaux de trait permet d’assurer les labours et les transports ;
Le bois de feu sert à la cuisson des aliments et au chauffage.
La part du bois de feu dans les consommations totales d’énergie de certains pays
peut être considérable.
Cette situation a pour effet de conduire à une surexploitation du couvert végétal,
notamment autour des grandes villes. La crise du bois de feu génère ainsi une
désertification source de graves désordres écologiques.
Séchage des abricots Labour Cuisson au feu de bois

10
Formes d’énergies

11
Formes d’énergies
L'énergie existe sous de multiples formes 

 ENERGIE MECANIQUE

 ENERGIE CHIMIQUE

 ENERGIE NUCLEAIRE

 ENERGIE THERMIQUE

 RAYONNEMENT
ELECTROMAGNETIQUE

 ELECTRICITE

12
Formes d’énergies
L’ÉNERGIE MÉCANIQUE (OU LE TRAVAIL)
 Deux formes :
 énergie potentielle = l’énergie que possède un corps au repos situé en altitude
 énergie cinétique = l’énergie que possède un corps en mouvement.

Principe de fonctionnement d’une centrale gravitaire


Retenue
Barrage
d’eau

Conduite
forcée
Groupe
Turboalternateur
Transformateur

Énergie potentielle Énergie cinétique Énergie mécanique


(hydraulique) 13
Formes d’énergies
L’ÉNERGIE CHIMIQUE

 L'énergie chimique correspond à l'énergie de liaison entre les atomes d'une


substance. Les hydrocarbures, c’est-à-dire le pétrole, le gaz naturel et le charbon,
sont des formes d'énergie chimique qui jouent un rôle fondamental dans la
consommation d’énergie de la plupart des pays.

14
L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE :

 l'énergie de liaison entre les particules qui constituent le noyau d'un atome.
La théorie de la Relativité a montré l'équivalence de la matière elle-même et de
l'énergie, selon la célèbre formule e = mc2. L'énergie nucléaire peut être dégagée par
la fission, qui consiste à fendre le noyau d'un atome lourd d’uranium ou de
plutonium, ou par la fusion de noyaux légers par exemple d’hydrogène ou de
deutérium.
Tours de refroidissement de centrale nucléaire

15
Formes d’énergies
ÉNERGIE THERMIQUE OU CHALEUR :

 l'énergie contenue dans un corps dont la température est supérieure à celle


de son environnement.
 trois modes de transfert principaux : la conduction et la convection (action par
contact), et le rayonnement thermique (transmission à distance).

Grille pain

16
Formes d’énergies
RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE :

 forme d'énergie, capable d'agir à distance, même sans milieu


matériel intermédiaire.

Antenne téléphone mobile

Téléphones mobiles

Rayonnement électromagnétique

17
Formes d’énergies
L’ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

L'énergie électrique est un phénomène produit par le déplacement d'électrons libres


dans des conducteurs. C'est une forme d'énergie dite noble, qui, à partir de trois
effets, calorifique, magnétique et chimique, correspond à une multitude d'usages,
dont certains lui sont spécifiques, comme l’éclairage, les moteurs électriques,
l’électrolyse, le chauffage à induction, l’acquisition, le traitement et la transmission
de l'information, et d’autres encore.

- +

e- e-

Sens conventionnel du courant

Sens des électrons

18
Principales conversions

19
Principales conversions
Une des particularités de l’énergie est en effet qu’elle peut être transformée dans
certaines conditions. On parle alors de conversion d’énergie.

CONVERSION DE L’ÉNERGIE ÉLECTROMAGNÉTIQUE EN ÉNERGIE CHIMIQUE :


LA PHOTOSYNTHÈSE

La photosynthèse est un exemple de conversion du rayonnement électromagnétique


en énergie chimique. Il s'agit d'une réaction biochimique qui, en présence de lumière
solaire, permet aux végétaux et à certaines bactéries de produire des molécules
organiques et de l’oxygène à partir du gaz carbonique de l’air et d’eau.

La photosynthèse assure la transformation du rayonnement solaire en biomasse


végétale et plancton, ce qui a donné, au cours des millénaires, le jour à l'ensemble des
réserves mondiales de combustibles fossiles. C’est aussi elle qui régule le taux
d’oxygène dans l’atmosphère terrestre.

20
Principales conversions
SCHÉMA DE LA PHOTOSYNTHÈSE

21
Principales conversions
CONVERSION DE L’ÉNERGIE CHIMIQUE EN ÉNERGIE THERMIQUE : LA COMBUSTION

La conversion de l’énergie chimique en énergie thermique se fait principalement


grâce à la combustion, réalisée dans les feux de cuisson ou de cheminée, et surtout
dans les chaudières.
La combustion du charbon, des hydrocarbures et de la biomasse permet de fournir
de la chaleur, utilisée dans de nombreux procédés industriels, ou encore, pour le
chauffage, les moteurs thermiques, et d'autres applications.

Feu de bois Chaudière murale à gaz

22
Principales conversions
CONVERSION DE CHALEUR EN ÉNERGIE MÉCANIQUE ET L’ÉNERGIE MÉCANIQUE EN CHALEUR :

Les machines thermiques permettent de transformer soit de la chaleur en énergie


mécanique, ce sont les cycles dits directs, laquelle peut être utilisée directement ou
convertie en énergie électrique, soit de l'énergie mécanique en énergie thermique, ce sont
les cycles dits inverses, pour produire du froid comme par exemple dans les machines
frigorifiques.
Nous présenterons plus loin les principaux moyens de convertir l’énergie thermique en
énergie mécanique et en électricité.
Moteur Diesel

23
Principales conversions

CONVERSION DE L’ÉNERGIE MÉCANIQUE EN ÉLECTRICITÉ :

La conversion de l’énergie mécanique en électricité est assurée par les dynamos et


alternateurs.

alternateur automobile

24
Principales conversions
CONVERSION DE L’ÉNERGIE ÉLECTRIQUE EN CHALEUR :

La conversion de l’énergie électrique en chaleur peut être assurée de différentes


manières : soit grâce à une machine thermique appelée pompe à chaleur, soit en
utilisant une résistance électrique.

Grille pain Bouilloire électrique

25
Principales conversions
CONVERSION DE L’ÉNERGIE NUCLÉAIRE EN ÉNERGIE THERMIQUE :

Les réacteurs nucléaires transforment les réactions de fission en chaleur, laquelle


peut être ensuite utilisée pour générer de l'électricité.

Salle des machines d'une centrale nucléaire

26
Principales conversions
En fin, les principales conversions mises en jeu sont représentées sur ce schéma.

27
Énergies renouvelables
et
non renouvelables

28
Énergies renouvelables et non renouvelables
ÉNERGIES NON RENOUVELABLES :

Les énergies non renouvelables sont principalement les combustibles fossiles (pétrole,
gaz naturel, charbon), qui sont des formes d'énergie chimique provenant de la
biomasse stockée au cours des millénaires passés, et la fission nucléaire dérivée de
l'uranium.

pétrole gaz naturel charbon centrale nucléaire

Comme leur nom l'indique, les réserves correspondant à ces sources d'énergie sont
limitées et ne se renouvellent pas. Leur exploitation correspond à l'utilisation d'un
capital déjà largement entamé, de telle sorte qu'à moyen terme, le relais devra être pris
par d'autres sources.
29
Énergies renouvelables et non renouvelables
ÉNERGIES RENOUVELABLES :

Les énergies renouvelables ont été les premières employées par l'homme et
continuent de l'être dans les sociétés traditionnelles. Ce vocable recouvre des formes
d'énergie très diverses, pratiquement inépuisables.
Selon leur origine, on peut distinguer cinq grandes catégories d'énergies
renouvelables :

 l'énergie géothermique, fournie par la terre ;


 les énergies solaires directes (thermique, photovoltaïque) ;
 les énergies solaires indirectes (éolienne, hydraulique, biomasse) ;
 les énergies marines ;
 l'énergie des animaux de trait, très utilisée dans les pays en
développement.

30
Énergies renouvelables et non renouvelables
Centrale géothermique, Islande Panneaux solaires Éoliennes

Énergie marémotrice Cheval de trait

31
Aspects
environnementaux

32
Aspects environnementaux

Depuis le début des années 1970, les problèmes d'environnement ont commencé à
sensibiliser sérieusement l'opinion publique.

La relation de l'énergie à l'environnement est complexe et prend des formes multiples,


depuis l'extraction de l'énergie primaire jusqu'à son utilisation finale.

La pollution est un problème crucial, mais aussi l'usage intensif du bois de feu peut
conduire à une accélération non maîtrisable de la déforestation et donc de la
désertification.

 D'une manière générale, trois types de pollution d'origine énergétique peuvent être
distingués :

33
Aspects environnementaux

 pollution des sols, due à l'accumulation des déchets charbonniers, pétroliers ou


nucléaires

Pollution des sols

34
Aspects environnementaux
 pollution des eaux, d'origine soit physico-chimique, soit nucléaire, soit encore
thermique.

 Pour la pollution d'origine physico-chimique, citons :


L’extraction du charbon et le raffinage qui peuvent polluer l'eau douce,
Le pétrole qui peut polluer la mer, comme par exemple lors de la production off-shore,
des marées noires, ou simplement des déballastages, qui consistent à vidanger l’eau de
mer qui avait été chargée dans les ballasts pour augmenter la flottabilité d’un navire
lorsque son chargement est insuffisant, comme par exemple lorsqu’il revient à vide.
 
 Pour la pollution d'origine nucléaire, citons :
La contamination accidentelle des eaux de refroidissement des centrales, Ou le
retraitement du combustible,
 
 Pour la pollution d'origine thermique citons :
Le refroidissement des centrales électriques

35
Aspects environnementaux
 Pollution atmosphérique

Elle peut prendre plusieurs aspects comme :


Les changements climatiques liés à l'augmentation de l'effet de serre,
L’acidification, liée aux émissions des oxydes de soufre et d’azote SO2 et NOx, parmi
les gaz de combustion de certains combustibles.
Ou encore la radioactivité due à des accidents nucléaires.
Pollution atmosphérique

36
Impact de l’énergie sur
l’atmosphère

37
Impact de l’énergie sur l’atmosphère
EFFET DE SERRE ET GAZ À EFFET DE SERRE

L'effet de serre est un phénomène naturel provoquant une élévation de la température


à la surface de notre planète. Indispensable à notre survie, ce fragile équilibre est
menacé. Les activités humaines affectent la composition chimique de l'atmosphère et
entraînent l'apparition d'un effet de serre additionnel, responsable en grande partie du
changement climatique actuel.

Ce schéma résume les échanges radiatifs qui prennent place au niveau planétaire.

38
Impact de l’énergie sur l’atmosphère
Pour montrer l’importance du phénomène, sachez qu’en l’absence d’atmosphère, la
température moyenne de la terre baisserait de 14 °C à -18 °C, c’est-à-dire qu’elle serait plus
basse de 32 °C environ.
A titre de comparaison, prenons l’exemple de la lune, qui n’a pas d’atmosphère.

Comme elle se trouve à peu près à la même distance du soleil que la terre, elle reçoit à peu
près la même quantité de rayonnement solaire par m2 de surface.
Faute d’atmosphère, la température de la surface de notre satellite passe de 120 °C le jour
lorsqu’elle reçoit le rayonnement solaire, à -180 °C la nuit.
39
Impact de l’énergie sur l’atmosphère
On appelle gaz à effet de serre ou GES l’ensemble des gaz qui absorbent une partie du
rayonnement infrarouge dans l’atmosphère.
Leur concentration ayant augmenté au cours des dernières décennies, un
réchauffement progressif de la planète a été observé et pourrait conduire à des
modifications importantes du climat.
Les gaz à effet de serre sont émis par de nombreuses activités humaines, comme les
transports, le chauffage, la réfrigération, l’industrie, l’élevage ou encore les déchets,
et notamment par la combustion des énergies fossiles que sont le charbon, le pétrole,
et le gaz naturel.
Cette combustion produit du gaz carbonique ou CO2 qui demeure en moyenne plus
d'un siècle dans l'atmosphère avant d'être recyclé dans des "puits à carbone" comme
la végétation.

40
Impact de l’énergie sur l’atmosphère
LA RUPTURE DE LA COUCHE D’OZONE

La couche d'ozone est la partie de l'atmosphère située entre vingt et cinquante


kilomètres d'altitude, ce qui correspond à la stratosphère.
L’importance de l'ozone de la stratosphère est que c’est un gaz qui absorbe la plupart
des rayons ultraviolets biologiquement néfastes.
Sans l'action filtrante de la couche d'ozone, les rayons UV atteindraient la surface
de la Terre et seraient dangereux pour les organismes vivants.
En 1985, des chercheurs anglais et japonais ont mis en évidence
expérimentalement l’existence d'un trou dans cette couche d'ozone au niveau de
l'Antarctique au moment du printemps austral : son épaisseur normale a diminué
de 50 à 66 %.
Depuis ce constat, la communauté internationale s’est sentie particulièrement
interpellée.
La rupture de la couche d'ozone est imputable à de nombreux gaz, en particuliers
ceux qui contiennent du chlore.
 

41
Impact de l’énergie sur l’atmosphère
Parmi ces gaz figurent les chlorofluorocarbones ou CFC, dont l'usage est pour environ
60% directement lié à des applications énergétiques. Il s’agit de la production des
isolants thermiques en mousse expansée, et de leur utilisation comme fluides
frigorigènes dans les équipements de climatisation, les réfrigérateurs et les congélateurs.
L'évaluation de la nocivité d'un gaz en termes de destruction de la couche d'ozone
peut être estimée grâce à un indice surtout connu sous son nom anglais d'ozone
depletion potential (ODP), dont la valeur est égale à 1 pour le gaz R11 qui est l’un
des CFC.

42
Impact de l’énergie sur l’atmosphère
LES PLUIES ACIDES

Les pluies acides sont un phénomène qui a pour conséquence la dégénérescence


des forêts, notamment en Europe Centrale et du Nord.
 La part imputable à l'énergie est loin d'être clairement établie, mais il semble
indiscutable qu'elle joue un rôle important, du fait des émissions d'oxydes de
soufre et d'azote liées à la combustion des carburants liquides et solides.
 La combustion du charbon et du pétrole a pour effet de dégager du dioxyde de
soufre (ou SO2) et des oxydes d'azote que l’on regroupe sous le vocable de NOx.
Ces deux types de gaz se dissolvent dans l'eau contenue dans les nuages, la
rendant acide.
Les usages énergétiques incriminés sont en premier lieu la génération
d'électricité et les transports, et pour une moindre part le chauffage des locaux.
 Dans les grandes agglomérations, le dépassement des seuils de concentration de
certains polluants lors de pics de pollution a alerté l'opinion publique.
 Il apparaît ainsi de plus en plus nécessaire de réduire les émissions de polluants
dans les véhicules et dans les installations de production d'énergie.
 C'est pourquoi la réglementation devient de plus en plus sévère

43
Conclusion

44
Conclusion
Pour limiter au maximum les impacts négatifs du secteur énergétique sur
l'environnement, trois types de solutions peuvent être envisagées :

 l'utilisation rationnelle de l'énergie et l’amélioration de l’efficacité énergétique


doivent être considérées comme une priorité, à tous les niveaux de la chaîne
énergétique. La réduction des consommations ou le ralentissement de leur
croissance sont toujours des facteurs d'amélioration tant sur le plan de la
disponibilité en énergie que sur le plan de l'environnement.
 le recours aux techniques propres s'impose chaque fois que possible, grâce d’une
part au choix de procédés moins polluants et de sources d’énergies plus sobres en
carbone que le pétrole, comme le gaz naturel, le nucléaire, l’éolien ou autre,
d’autre part à l'installation de procédés réduisant les émissions lors de la
combustion, en priorité pour le SO2 et les NOx, et enfin à l'utilisation de produits
préalablement dépollués.

 la mise en œuvre de moyens de prévention et de réparation des dommages, qui


doit être systématisée. Il s’agit par exemple de la remise en état des sites miniers,
de l’épuration des eaux, de l’élimination des déchets, ou encore de la captation et
du stockage du CO2.

45
Conclusion

46