Vous êtes sur la page 1sur 18

La cryptorchidie

F. Lazrak
1ères Assises Franco-Marocaines de Pédiatrie
J. Printemps 2014- Marrakech
Les questions que se pose le pédiatre

• Testicule oscillant, Que faire ?


• Cryptorchidie acquise ? CAT ?
• Place de l’imagerie
• Consensus Nordique, qu’en est-il au Maroc ?
• Place de l’hormonothérapie ?
• Testicule non perçu
• Cryptorchidie et cancer du testicule
• Cryptorchidie et fertilité
Le testicule oscillant
• Testicule non spontanément intrascrotal mais abaissable par la
palpation dans la bourse.

• 3,9 % entre 7 et 12 ans *

• Examiner l’enfant en position de tailleur,position qui abolit le réflexe


crémastérien.

• Au delà de l’âge d’un an et si pédicule court à la palpation


Chirurgie

* J Pediatr Urol 2012, 8(1) : 2-6


Testicules ascensionnés acquis ou
secondaires

• Présents en intra-scrotal à la naissance et/ou à l’examen


du premier mois post-natal et qui sont trouvés
ascensionnés lors d’un examen ultérieur
• Pathogénie mal connue
• La majorité étaient oscillants auparavant
• Dans les 3/4 des cas, le testicule descendra dans la bourse
sous l’effet de la sécrétion hormonale pubertaire *.
* Int J Androl 2012 ; 35(1) : 41-5.3
Le consensus nordique*
• Réunion de spécialistes: physiologie,
chirurgie/urologie pédiatrique, endocrinologie,
andrologie, anatomopathologie, anesthésiologie
• Pendant deux jours
• Analyse préalable de la littérature
• Objectif: consensus pour la prise en charge de la
cryptorchidie dans les pays du nord
* Eur J Endocrinol.2008 Dec;159 Suppl 1
Recommandations (1)
1. En général l’hormonothérapie n’est pas
recommandée, compte tenu de ses résultats
immédiats médiocres et de ses effets
secondaires à long terme (spermatogénèse).
Donc, préférer la chirurgie
2. La chirurgie devrait être faite entre l’âge de 6
mois et un an ou dès le diagnostic si celui-ci
est fait plus tard
Recommandations (2)
3. L’orchidopexie avant l’âge d’un an devrait être
pratiquée dans un centre comprenant
chirurgien/urologue pédiatre et anesthésiste
pédiatre
4. Si le diagnostic est fait avant un an et/ou
ectopie bil ou testicule non palpable ou
séquelle de cryptorchidie  le patient doit
être adressé au chirurgien/urologue pédiatre
Méta-analyse*

• Publications anglophones entre 1980 et 2012


• Objectifs:
– efficacité de l’imagerie pour localiser le testicule
– place de l’hormonothérapie
– choix du traitement

* Agency for Healthcare Research and Quality (US) Dec 2012


Méta-analyse: Résultats

• Efficacité de l’imagerie:
– Écho 21 à 76%; IRM 42 à 92%; TDM 60%
– Echec de l’écho et IRM en cas d’atrophie
• Hormonothérapie > placebo: 10%
• Efficacité chirurgie: 33 à 100 %
Au Maroc ?
• Qui connaît ce consensus ?
• Nous sommes certainement très loin de
l’application des recommandations…
• ACHIRPED: Questionnaire pour évaluer la
situation ?
– Pédiatres
– Chirurgiens pédiatres
– Urologues,…
Testicules non perçus

• Testicule intra-abdominal, monorchidie ?


• 20 % des cryptorchidies
• L’échographie n’est pas d’une grande aide au
diagnostic (sensibilité : 45 % ; spécificité : 78 %)*
• Difficulté chez les enfants obèses
• Dans tous les cas: Coelioscopie

* Pediatrics 2011 ; 127(1) : 119-228


Intérêt de la coelioscopie
• Localise précisément le testicule intra-abdominal
– intrapelvien 32 %
– région iliaque 28 %
– orifice inguinal profond 40 %
• Abaissement chirurgical en un ou deux temps
• Exérèse des résidus testiculaires: risque théorique
de dégénérescence car présence de cellules
germinales (?) : 0/30 dans une étude récente *
* Am J Clin Pathol 2011 ; 136
Prise en charge des TNP
? Echo
Cryptorchidie et risque de torsion du cordon
spermatique

• Pas plus sujets aux torsions du pédicule


spermatique que la population standard *
• Diagnostic très souvent retardé
nécrose testiculaire et orchidectomie

* Arch Dis Child 2013 ; 98(1) : 77-9


Cryptorchidie et cancer du testicule

• 40 fois supérieur à la population d’hommes


n’ayant pas d’antécédent de cryptorchidie*
• L’orchydopexie doit être, si possible,
pratiquée avant l’âge de 6 ans, pour
diminuer le risque de cancer du testicule **

* In
: Campbell-Walsh Urology, 9th ed.Philadelphia : WB Saunders Co
2006 ; 7
** J Urol 2007 ; 178 : 1440-6
Cryptorchidie et fertilité
• 10 % des hommes suivis pour infertilité avaient eu une
orchydopexie pour cryptorchidie
• Pour les crytorchidies bilatérales, le risque d’infertilité est
multiplié par 6
• L’incapacité à avoir un enfant touche *
– 6 % des hommes de la population globale
– 10,5 % des hommes avec une cryptorchidie unilatérale
– 38 % des hommes avec une cryptorchidie bilatérale

* J Urol 2000 ; 164 : 1697-701.16