Vous êtes sur la page 1sur 22

Théorème de Bernoulli

généralisé
Théorème de Bernoulli généralisé

Si Bernoulli : = Cste le long d’une ligne de courant.


Dans le cas d’un fluide réel cette relation n’est plus valable. Il faut donc
réécrire le bilan d’énergie en écoulement stationnaire dans une conduite en
tenant compte des échanges mécaniques avec des machines hydrauliques.

Fluide en écoulement
--stationnaire
-- incompressible
Système de conduites où il traverse des machines hydrauliques avec
lesquelles il peut échanger de l’énergie :
• des pompes donneront de l’énergie mécanique au fluide ;
• des turbines recevront de la part du fluide de l’énergie mécanique.
Si l’on note P la puissance échangée avec le fluide, on a P > 0 pour les
pompes et P < 0 pour les turbines.
Bilan d’énergie cinétique

Considérons comme système, le fluide situé dans la conduite entre A


e t B à l’instant t et entre A’ et B’ à l’instant t + dt. Pendant dt, la
masse transférée est

dm = Qm dt = rQv dt
Le théorème de l’énergie cinétique donne

avec dW le travail de toutes les forces (extérieures et


intérieures) s’exerçant sur le système
Les machines hydrauliques fournissent une puissance mécanique P de sorte
que le transfert mécanique effectué pendant la durée dt s’écrit

Quant aux forces de pression, leur travail s’exprime par :

Par définition de la perte de charge due aux frottements est :


Finalement le théorème de l’énergie cinétique donne la relation de
Bernoulli généralisé

Que l’on peut aussi écrire ainsi :

En posant on obtient la nouvelle forme de l’équation de


Bernoulli généralisée.
Les pertes de charge

DÉFINITION
La perte de charge est la pression supplémentaire qu’il faut imposer
entre les extrémités d’une canalisation pour assurer un écoulement
stationnaire et compenser le frottement visqueux. Deux termes entrent
dans le calcul des pertes de charge :
La perte de charge en ligne dite perte de charge régulière est due aux
frottements le long du trajet.
La perte de charge singulière est due à la présence d’obstacles localisés
tels que les coudes, les robinets, les vannes, les modifications brutales
de section etc.
La perte de charge sera notée   et s’exprime en Pa.
Calcul des pertes de charge

Pertes de charge régulières


En régime laminaire :

Le coefficient l est donné soit à partir des relations empiriques soit à


partir du diagramme de Moody
En régime turbulent : Les phénomènes d'écoulement sont beaucoup plus
complexes et la détermination du coefficient de perte de charge résulte des
mesures expérimentales.

La formule de Colebrook est actuellement considérée comme celle qui


traduit le mieux les phénomènes d'écoulement en régime turbulent. Elle
est présentée sous la forme suivante

On fait souvent appel à des formules empiriques plus simples valables pour
des cas particuliers et dans un certain domaine du nombre de Reynolds, par
exemple : Formule de Blasius : (pour des tuyaux lisses et Re < 105)   
Diagramme de Moody
Récapitulatif
Pour utiliser le diagramme de Moody on suit la démarche ci-dessous sous
forme de diagramme.

- 1ère étape on détermine le nombre de Reynolds

-2ème étape on détermine la rugosité relative e.

Voir annexe du Théorème de Bernoulli généralisé sur moodle.

- 3ème étape on vient lire la valeur de sur le diagramme.


Perte de charge singulière

Cette perte de charge est écrite sous la forme :

K est appelé coefficient de perte de charge singulière (sans dimension). Sa


valeur dépend de la forme de l’obstacle rencontré et du nombre de Reynolds.
Coefficient de rugosité relative

Rugosité absolue
C’est la hauteur moyenne des aspérités de la paroi interne de la
canalisation. Elle est notée ϵ est l’unité est le mètre.
Rugosité relative

C’est un nombre sans dimension. C’est le rapport entre la rugosité


absolue ϵ et le diamètre intérieur de la conduite D.

Rugosité relative
Exercice

La figure ci-dessus représente un barrage qui est équipé d’une turbine dont
les aubes sont entraînées par un jet d’eau sous pression. La conduite de
sortie de diamètre d= 2,5 m est située à une altitude Z1=5m. Le débit
volumique qv=25 m3/s. On suppose que le niveau d’eau dans le barrage
(Z1=30 m) varie lentement (V1=0), et les pertes de charges sont
évaluées à J12 =-32,75 J/kg. On donne :
- la masse volumique de l’eau : ρ=1000 kg/m3
- - l’accélération de la pesanteur :g=9,81 m/s2
- Travail demandé :
- 1) Calculer la vitesse V2 d’écoulement d’eau à la sortie de la
canalisation en m/s.
- 2) En appliquant le théorème de Bernoulli, déterminer la puissance
Pa disponible sur l’arbre de la turbine en MW si son rendement η
est de 60%
Exercice d’application