Vous êtes sur la page 1sur 11

Module: de Responsabilité sociétale des entreprises

(RSE)

Monsieur Lamine DIAME Consultant/Formateur


introduction
Comme tout mot ou concept, il peut exister une multitude de définitions variant selon le contexte dans lequel ils sont
employés, c’est le cas de la RSE, qui intervient dans différents secteurs de la société. Cette dernière n’est pas seulement un
phénomène de mode mais aussi une réponse face à la pression sociale qui peut être exercée sur une entreprise dans
l’optique de lui rappeler qu’elle a une responsabilité envers la société dans laquelle elle est installée. En effet, tout le
monde semble s’accorder sur au moins un point, la nécessité d’interroger le management des entreprises pour cet angle.
Chacun est en droit de se demander quels sont les principes, les valeurs, les règles qui déterminent le bien fondé de leurs
activités.
I. Origine du concept de RSE
Pendant longtemps, la seule responsabilité
d’une entreprise demeurait dans sa mission
maximisation des profits. Comme disait Milton
Friedman « la seule et unique responsabilité
de l’entreprise, est de faire du profit » 

En dehors de la création d’emplois et de


richesses, les entreprises étaient aussi à
Nous assistons ainsi à la naissance de la
l’origine d’impacts sociaux et
responsabilité sociale des entreprises.
écologiques négatifs qui mettaient en
danger les hommes et l’environnement.

L’organisation plus élaborée de la société civile Sous la pression des syndicats et des
internationale et la réaction de plus en plus coordonnée des
états face aux pollutions industrielles et leurs conséquences
autres organisations de la société civile,
sur la santé des hommes, amènent les entreprises à mieux des concepts ont progressivement et
respecter les lois et règlements au niveau national, les successivement vu le jour pour essayer
conventions et protocoles décidés au niveau mondial,
essayant de participer à la satisfaction des intérêts et de moraliser les actions de ces
attentes des parties prenantes (stakeholders). entreprises.

Plus tard, au début des années 90, on assiste au D’abord des concepts tels la
développement d’un autre concept, l’éthique des communication d’entreprise, le
affaires ou business ethics : c’est une certaine
forme de citoyenneté d’entreprises qui milite pour
sponsoring et la gestion par objectifs
la promotion de bonnes relations humaines en vue sont développés et permettaient à chaque
d’améliorer les performances et de mieux vendre. entreprise de fixer des valeurs morales.
II. Définition de la RSE

Qu’est-ce que la responsabilité sociétale des entreprises ou RSE ?

Etre socialement responsable signifie non seulement satisfaire pleinement aux obligations juridiques applicables, mais aussi
investir davantage dans le capital humain, l’environnement et les relations avec les parties prenantes.

Ce qui revient à dire que les entreprises doivent intégrer dans leur discours de RSE un plan dédié à la formation.

L’Association française de normalisation (AFNOR) définit la RSE comme suit :

« C’est la responsabilité d’une organisation vis-à-vis des impacts de ses décisions et activités sur la société et sur l’environnement se
traduisant par un comportement éthique et transparent, qui contribue au développement durable y compris à la santé et au bien-être
de la société.
II. Définition de la RSE

Le terme de développement durable ou soutenable est apparu dans les années 1980 des inquiétudes pour l’environnement (changement climatique, perte de
la biodiversité, risques technologiques et nucléaires…) et pour les ressources (matières premières, énergies, ressources alimentaires…) considérées comme
insuffisantes pour une demande croissante (Rapport Meadows).Porté par les organisations internationales (ONU) et les ONG de protection de la nature, il
est cependant l’aboutissement d’une longue histoire qui, au cours des XVIIIe et XIXe siècles, a mis en avant les peurs pour les ressources, et à une
urbanisation considérée comme menaçante.

Le développement durable constitue désormais la référence d’un nombre croissant de politiques nationales aussi bien que
locales, et devient une composante essentielle de la stratégie des entreprises, il est présent dans les discours des citoyens.

La commission mondiale sur l’environnement et le développement consacre dans le rapport Brundtland (1987)  « Notre
avenir à tous » le terme de développement durable et le définit comme « un développement qui répond aux besoins du
présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

Pour y parvenir, les entreprises, les pouvoirs publics et la société civile devront travailler conjointement, afin de réconcilier
trois domaines qui se sont longtemps ignorés : l’économie, le social et l’écologie. Selon cette perspective, à long terme, il ne
peut y avoir de développement possible que si ses conditions sont réunies : l’efficacité économique, l’équité sociale, la
préservation de l’environnement.
III. Applications pratiques de la RSE

Les actions de RSE permettent généralement d’accroître la compétitivité de l’entreprise (logique gagnant-gagnant) :

La formation qualifiante du personnel ;


L’amélioration des conditions de travail : santé, hygiène et sécurité des travailleurs
dans les lieux de travail ;
Les relations entre la direction et e personnel : dialogue
social, liberté du droit syndical, couverture sociale…
L’égalité des chances entre
hommes et femmes ;
IV. Intérêts des entreprises pour la RSE
V. Intérêts des parties prenantes pour la RSE
 Nous distinguons parmi les parties prenantes deux catégories : les acteurs internes (actionnaires, management,
employés) et les acteurs ternes (l’état, les ONG, les consommateurs et la société civile)

Les acteurs internes


Avec la marée noire de 1989 causée par l’Exxon Valdez, des investisseurs s’associèrent avec des ONG pour créer une association
dont la mission serait de pousser les entreprises à lutter contre la pollution, de promouvoir la protection de l’environnement. Cette
initiative permettra un développement de l’activisme des actionnaires.
Les employés par plusieurs actions peuvent participer à la promotion de la responsabilité sociale et environnementale :

Par les actions de leurs organisations syndicales pour améliorer les conditions
de travail,

Par la pratique du « whistle blowing » qui consiste à dénoncer de façon anonyme les
responsables qui agissent contrairement aux principes du développement durable et aux
engagements de la société.
Le management a la mission de mettre en œuvre la stratégie RSE de l’entreprise.
V. Intérêts des parties prenantes pour la RSE

Les consommateurs et les clients en général L’état, bien qu’intervenant moins dans
sont les cibles des produits et services la vie des entreprises, met quand
proposés par les entreprises. Les clients
Les acteurs externes devenant de plus en plus exigeants sur la
même en place des lois et règlements
qualité, l’hygiène, poussent les entreprises à pour la protection des travailleurs, des
accepter les mutations que demande la RSE. consommateurs et de l’environnement.
Conclusion 

Le développement durable est aujourd’hui incontournable. Il est présent dans les discours sur le
développement. Cette notion, qui vise à fonder de nouvelles manières de vivre et de gérer le monde,
semble aller de soi mais n’en est pas moins discutée et complexe.
MERCI DE VOTRE ATTENTION!

Vous aimerez peut-être aussi