Vous êtes sur la page 1sur 50

ATELIER TECHNIQUE REGIONAL DE

CAPITALISATION
DU PROJET 1 DU PROGRAMME DE
RENFORCEMENT DE RESILIENCE A
L’INSECURITE ALIMENTAIRE ET
NUTRITIONNELLE AU SAHEL (P1-P2RS)

25-27 MAI 2021


OUAGADOUGOU/BURKINA FASO
P1-P2RS/MALI

1
PLAN DE PRESENTATION

I. BREF APERCU SUR LE P1-P2RSI


II. ETAT D’EXECUTION DES ACTIVITES AU 30 AVRIL 2021
III. EXECUTION FINANCIERE
IV. ZOOM THÉMATIQUE
V. DIFFICULTES /SOLUTIONS PROPOSEES
VI. ENSEIGNEMENTS TIRES
VII. CONCLUSIONS/RECOMMANDATIONS

2
l. BREF APERCU SUR LE P2RS
1.1 OBJECTIFS
• Objectif global du projet :
Eradiquer les causes structurelles des crises alimentaires et
nutritionnelles aiguës et chroniques en aidant les ménages
vulnérables à accroître leurs revenus, à accéder aux infrastructures
et aux services sociaux de base, et à construire un patrimoine
permettant de renforcer durablement leurs moyens d’existence.
• Objectif spécifique:
Accroitre sur une base durable, la productivité, les productions agro-
sylvo-pastorales et halieutiques au Sahel.
3
l. BREF APERCU SUR LE P2RS
1.2 COMPOSANTES DU
(suite)
PROJET

Trois composantes :
A. Développement des infrastructures rurales
B. Développement des chaînes de valeur et marchés
régionaux
C. Gestion et Coordination du Projet.

4
l. BREF APERCU SUR LE P2RS
(suite)
1.3 ZONES D’INTERVENTION

5
l. BREF APERCU SUR LE P2RS
(suite)
1.4 BÉNÉFICIAIRES PREVUS ET
 Bénéficiaires cibles au Mali, première phase :
ACTUELS
600 000 personnes de petites exploitations agro-sylvo-pastorales et
halieutiques dont 52% de femmes.
En premier lieu les populations les plus vulnérables, notamment les
petits producteurs, les éleveurs et agro-pasteurs et les pêcheurs
artisanaux
Une attention spécifique sera accordée aux femmes et aux enfants
en bas âge.
6
l. BREF APERCU SUR LE P2RS
1.5 COUT DU PROJET
(suite)

Coût total: 31,94 milliards de FCFA


Prêt et Don FAD: 27,15 milliards de FCFA (85%)
GRM: 4,14 milliards de FCFA (13%)
Bénéficiaires: 650 millions de FCFA (2%)

7
l. BREF APERCU SUR LE P2RS
(suite)
1.6 DUREE DU PROJET ( DATE DE DÉMARRAGE ET DE CLÔTURE)

Date d'approbation: 06/10/2014


Date de signature : 12/12/2014
Date de mise en vigueur Don/FAD: 12/12/2014
Date de mise en vigueur Prêt/ FAD: 1er avril 2015
Date clôture initiale : 30 juin 2020
 Date clôture prorogée : 30 juin 2021 8
l. BREF APERCU SUR LE P2RS
(suite)
• Trois événements ont marqué le projet
• Le non renouvellement des contrats de 5 Experts
(Coordinateur, Responsable Administratif et Financier,
Chargé des Acquisitions, Chargé des Infrastructures et de
l’Environnement et Comptable) suite à l’évaluation de leurs
contrats de performance;
• La suspension de la coopération de la BAD avec le Mali du 18
août au 24 novembre 2020 suite au coup d’état ;
• L’annulation des soldes non engagés du P1-P2RS.
9
II ETAT D’EXECUTION DES ACTIVITES
AU 30 AVRIL 2021

10
Composante A : Développement des infrastructures rurales
Réalisation de 137 forages positifs :
Nombre de Nombre de Nombre de Taux de forages
CERCLE
forages prévus forages réalisés forages positifs positifs
Diéma 32 29 22 76%
Nioro 54 65 42 65%
Nara 40 52  25 48%
Banamba et
Kolokani 42 39 37 95%
Niono et
Macina 15 15 11 73%
Total 183 200 137
11
69%
Composante A : Développement des infrastructures rurales
Réalisation de 137 forages positifs :

12
Composante A : Développement des infrastructures rurales
Equipement de 27 forages en SHPA

13
Composante A : Développement des infrastructures rurales
Equipement de 54 forages en SHVA

14
Composante A : Développement des infrastructures rurales
 12 Aires d’abattages modernes

15
Composante A : Développement des infrastructures rurales
 11 Centres de collecte de lait

16
Composante A : Développement des infrastructures rurales
 5 Centres de santé (avant et après)

17
Composante A : Développement des infrastructures rurales
 15 Blocs de 3 salles de classes (avant et après)

18
Composante A : Développement des infrastructures rurales
 6 Marchés ruraux (avant et après)

19
Composante A : Développement des infrastructures rurales
 6 Marchés à bétail

20
Composante A : Développement des infrastructures rurales
 33 Banques de céréales

21
Composante A : Développement des infrastructures rurales
 32 Boutiques d’Intrants Agricoles

22
Composante A : Développement des infrastructures rurales
 30 Plateformes multifonctionnelles

23
Composante A : Développement des infrastructures rurales
• Travaux annulés:
 Aménagements hydro-agricoles (micro-

barrages, mares et bas-fonds) ;


 Aménagement des périmètres maraîchers ;

 Réhabilitation des pistes rurales ;

 Réalisation des Adductions d’Eau Sommaires

(AES).
24
Composante A : Développement des infrastructures rurales
• Avenant négatif :
 Groupement SCET Tunisie/BETICO: études, le

contrôle et la surveillance des travaux de réalisation


des 168 forages positifs à Kayes et Koulikoro.
 Les prestations restantes annulées: contrôle et la

surveillance des travaux de réalisation de périmètres


maraichers et des adductions d’eau sommaires
(AES)
25
Composante A : Développement des infrastructures rurales
• Avenant négatif :
 Groupement CINTECH Ingénieur Conseil/Pi

Conseil/BSH Sarl : études, contrôles et surveillances


des travaux de construction d’infrastructures et
aménagement ruraux.
 Les prestations restantes annulées: contrôle et la

surveillance des travaux de micro barrages/bas


fond/mares et réhabilitation de pistes rurales
26
Composante B : Développement des chaines de valeur et
marchés régionaux
• Les objectifs spécifiques sont :
• Promouvoir les filières végétales, animales et halieutiques ;
• Améliorer l’accès au marché et au financement ;
• Appuyer la génération des technologies résilientes ;
• Améliorer l’accès à une alimentation nutritive et saine ;
• Promouvoir l’employabilité des jeunes et les activités
économiques des femmes.

27
Composante B : Développement des chaines de valeur et
marchés régionaux
Acquisitions de 17 000 kits d’intrants agricoles :
• Les intrants maraichers composés d’oignon (323 kg),
échalote (248 tonnes), piment (55 kg), gombo (320 kg),
tomate (67 kg), moringa (201 kg)
•Les engrais NPK (224 tonnes), urée (114 tonnes) et
l’insecticide furadan (2 492 kg)
28
Composante B : Développement des chaines de valeur et
marchés régionaux
Spéculations Superficies
Productions (kg)
cultivées emblavées (ha)
Tomate 85,21 1 050 800
Oignon 44,99 684 396
Echalote 8 766,71 765 598
Piment 42,37 247 140
Gombo 59,72 478 956
Moringa 44,05 -------
TOTAL 9 043 3 226 890
29
Composante B : Développement des chaines de valeur et
marchés régionaux
• Les intrants de cultures pluviales composés de sorgho (54,82
tonnes), petit mil (58,15 tonnes), maïs (1,19 tonnes), riz
(7,23 tonnes), fonio (147 kg), arachide (79,99 tonnes), niébé
(49,94 tonnes), sésame (1,15 tonnes), niébé fourrager (3,50
tonnes), dolique (1,25 tonnes) et panicum (500 kg)
• Les engrais NPK (651,95 tonnes), urée (654,90 tonnes),
PNT (381,25 tonnes), insecticide caïman rouge (27368
sachets) et insecticide lamda super (8 012 litres) distribués
aux producteurs.
30
Composante B : Développement des chaines de valeur et
marchés régionaux
Superficies emblavées Production
Spéculations cultivées
(ha) (kg)
Sorgho 4 773 3 552 699
Petit Mil 3 455 2 221 071
Maïs 34 48 960
Riz 50 99 500
Arachide 1 054 749 043
Sésame 119 67 354
Niébé 1 559 1 052 325
Niébé fourrager 220 440 000
Dolique 81 241 500
Panicum 91 455
31 000
Composante B : Développement des chaines de valeur et
marchés régionaux
• Mise en place de 418 comités de gestion des infrastructures;
• Formation de 256 OP dont 170 OP Féminines sur les itinéraires
techniques de production maraichère;
• formation en genre et leadership de 1008 producteurs dont 698
femmes
• Sensibilisation de 1 253 producteurs dont 730 femmes sur les
méfaits des feux de brousses;
• Formation de 768 producteurs dont 553 femmes sur les techniques
de CES/DRS;
• Alphabétisation de 2 499 auditeurs dont 1 693 femmes .
32
Composante B : Développement des chaines de valeur et
marchés régionaux
• 1194 séances de CCC sur les bonnes pratiques alimentaires
nutritionnelles ;
• Formation 206 enseignants dont 12 femmes sur l’enseignement
de la nutrition;
• 8 331 élèves dont 3 957 filles formés sur les AEN, l’hygiène et la
consommation des produits locaux à haute valeur nutritive
• Détermination les villages à forts taux de malnutrition aigüe;
• Formation de 393 relais communautaires sur les AEN, les AEH et
l’Agriculture sensible à la nutrition et le dépistage communautaire
de la malnutrition 33
III. EXECUTION
FINANCIERE
Situation de décaissement du projet par source de financement
Montant décaissé
Montant prévu Montant décaissé au Taux
Sources (UC) 30 avril Solde (FCFA)
(FCFA) 30 avril 2021(FCFA) décaissé
2021

Don FAD   13 575 000 000  8 608 403  6 380 250 000  47%  7 194 750 000
Prêt FAD   13 575 000 000  5 101 101  3 801 000 000  28%  9 774 000 000
Contrepartie
 4 140 000 000  2 875 600  2 152 800 000  52%  1 987 200 000
nationale

Bénéficiaires  650 000 000  293 700  214 500 000  33%  435 500 000

Total  31 940 000 000  16 878 804  12 548 550 000  39% 19 391 450 000 
34
III. EXECUTION FINANCIERE
Situation des décaissements du projet par composante
Montant
Montant prévu Montant décaissé au Taux de
Composante décaissé (UC) Solde (FCFA)
(FCFA) 30 avril 2021(FCFA) décaissement
30 avril 2021

Composante A  20 893 000 000  28 003 423  4 112 645 327  20%  16 780 354 673

Composante B  9 134 000 000  12 242 534  6 583 623 432  72%  2 550 376 568

Composante C  1 913 000 000  2 564 043  1 852 281 241  97%  60 718 759

Total  31 940 000 000  42 810 000  12 548 550 000  39%  19 391 450 000
35
IV. ZOOM THÉMATIQUE

ML: THEME 5: DURABILITE DES INVESTISSEMENTS


FACE AU RISQUE SECURITAIRE (TERRORISME ET
POPULATIONS DEPLACEES)

Défis et leçons apprises sur les modalités d’intervention du P1-


P2RS en zone d’insécurité au MALI

36
IV. ZOOM THÉMATIQUE
Principaux défis sécuritaires rencontrés
- Le braquage et l’enlèvement d’un véhicule du groupement d’entreprise CHIC/SETRA,
chargée de la réalisation de forages dans la commune de Dilly, dans le Cercle de NARA,
Région de Koulikoro ;
- L’arrêt des travaux de construction des infrastructures agricoles, pastorales et socio-
économiques de base par les groupes armés djihadistes dans les communes du Cercle de
Banamba ;
- Le braquage et l’enlèvement du véhicule d’une équipe du consortium des ONG (SOS Faim,
CAEB, VSF-B, ICD et Le Tonus) sur l’axe Nara-Mourdiah ; 37
IV. ZOOM THÉMATIQUE
Principaux défis sécuritaires rencontrés

- L’interdiction par les groupes armés djihadistes de tout regroupement


d’hommes et de femmes dans les villages suite à une caravane de
sensibilisation sur les bonnes pratiques alimentaires et nutritionnelles ;
- L’interdiction aux agents de terrain d’animer, dans les villages, les thèmes de
sensibilisation liés à la santé de la reproduction et la promotion de l’école
française. 38
IV. ZOOM THÉMATIQUE
Principales actions de mitigation entreprises

- Le déplacement des agents du projet par des véhicules de transport en


commun, de location ou à moto ;
- La sollicitation de l’accompagnement des Chefs de villages et des Maires
pour la mise en œuvre des activités sur le terrain ;
- La formation et l’utilisation de relais (auxiliaires d’agriculture villageois)
dans la mise en œuvre des activités dans leurs localités ;
39
IV. ZOOM THÉMATIQUE
Principales actions de mitigation entreprises

- Le recours aux agents du consortium d’ONG pour mener la


sensibilisation sur les bonnes pratiques alimentaires et
nutritionnelles au sein des Centres de Santé Communautaires ;
- La prise de l’avis de l’expert sécurité du Consortium d’ONG avant
tout déplacement sur le terrain.
40
IV. ZOOM THÉMATIQUE
Impact/Effets des mesures entreprises
- La réalisation de 137 forages positifs et 182 infrastructures agricoles, pastorales et socio-
économiques de base prévus par le P1-P2RS ;
- L’organisation des missions de terrain pour la réalisation des études d’Avant-Projet
détaillés (APD) de 25 Micro barrages, 580 ha de bas-fonds, 78 périmètres maraichers, 5
Adductions d’eau sommaires et 300 Km de pistes rurales ;
- La réalisation de l’ensemble des activités d’intermédiation sociale (notamment la
sensibilisation sur l'accès des femmes au foncier) et d’appui-conseil dans la zone
d’intervention du P1-P2RS par le consortium d’ONG. 41
IV. ZOOM THÉMATIQUE
Leçons tirées des difficultés vécues
- Le recrutement d’un expert sécurité pour appuyer les acteurs du projet ;

- L’implication des populations bénéficiaires est indispensable dans l’explication du projet et


son bien-fondé aux groupes armés dans une situation de crise sécuritaire ;

- La formation et le recyclage des auxiliaires d’agriculture villageois pour mener à bien les


activités programmées là où, les agents du projet ne peuvent intervenir ;

- Le choix des prestataires locaux (ONG et entreprises) pour mener à bien les activités sur le
terrain. 42
IV. ZOOM THÉMATIQUE
Principales recommandations

- Impliquer fortement les populations locales dans la sensibilisation et l’information ;

- Intégrer et prendre en charge la dimension sécurité dans les nouveaux projets ;

- Privilégier la préférence locale dans le choix des prestataires (ONG et entreprises) des
nouveaux projets ;

- Recourir aux auxiliaires locaux pour la mise en œuvre du projet ;

- Former les agents du projet sur la sécurité.


43
V. DIFFICULTES/SOLUTIONS PROPOSEES
 Principales difficultés :
 Lenteur constaté dans le circuit d’approbation des marchés
qui freine la progression du taux de décaissement ;
 Insécurité dans certaines communes de la zone
d’intervention ;
 Les factures impayées des prestataires sur la Contrepartie
du Gouvernement du Mali. 
44
V. DIFFICULTES/SOLUTIONS PROPOSEES
 Solutions proposées :
 Réduction des délais de traitements des dossiers par les
services concernés pour booster le taux de décaissement
 Sous-traiter la mise en œuvre des activités avec les ONG et
entreprises locales ;
 Prise en charge des factures impayées par une inscription
sur le BSI en 2022. 
45
VI. ENSEIGNEMENTS TIRES
- Pour une meilleure information des bénéficiaires, les ateliers
locaux sont indispensables ;
- Maitrise d’ouvrage déléguée aux collectivités pour les
réalisations communautaires ;
- Indispensable disponibilité des études APD la première
année de mise en œuvre du Projet pour un bon taux de
décaissement à mi-parcours;
46
VI. ENSEIGNEMENTS TIRES
- La mise en place et formation des comités de gestion au
niveau de chaque infrastructure ;
- L’implication des bénéficiaires dans la mise en œuvre de
toutes les activités du Projet ;
- L’implication des services techniques dans la mise en œuvre
de toutes les activités du Projet à travers des conventions.

47
VII. CONCLUSION/RECOMMANDATION
- Opter pour la revue à postériori pour la passation des
marchés avec une supervision annuelle ;
- Identification des sites pendant la phase de l’évaluation du
Projet ;
- Les travaux confortatifs de la première phase par la
réalisation d’infrastructures complémentaires ;
- Renforcer l’équipe du Projet par des experts en
environnement et sécurité ; 48
VII. CONCLUSION/RECOMMANDATION

- Elargir la zone d’intervention du Projet à d’autres communes


vulnérables ;
- Disposer d’études APD avant le démarrage de l’exécution
des projets ;
- Financer d’autres études APD pour les Directions techniques
pendant l’exécution des Projets ;

49
Merci de votre
aimable attention

Vous aimerez peut-être aussi