Vous êtes sur la page 1sur 25

La comptabilité des

opérations en devises
Présenté par :
Encadré par:
MAHRICH Zineb
BOUKHAR CHOUKRI RAHIL Soumaya
BELMAROUF Sanae
Année universitaire 2015/2016
PLAN

Introduction
Risque de change
Les opération en devise
Introduction

 L’ouverture de l’économie marocaine sur son


environnement extérieur incite les entreprises
nationales à entretenir des relations de plus en
plus accrues avec les entreprises étrangères
 Les relations d’achats ou de ventes, appelées
importations ou exportation font intervenir des
règlements en devises étrangères ( monnaies
étrangères).
Les opérations d’importation et d’exportation des
entreprises marocaines, entraînent la naissance des
dettes et des créances libellées en monnaies
étrangères
En vertu du principe de la souveraineté de la
monnaie nationale, ces dettes et créances étrangères
sont converties en dirhams sur la base de dernier
cours de change au moment de leur entrée en
patrimoine de l’entreprise
Risque de change

Il y a risque de change lorsqu’une personne fait des


opérations dans une monnaie différente de sa
monnaie nationale, supposée être sa monnaie de
compte, et que le règlement financier peut se
réaliser à une parité différente de celle retenue, à
l’engagement , lors de la fixation du prix, ou, plus
généralement, de la détermination du montant
considéré
Les types de risque:

Dans une vue comptable et a posteriori des


opérations, le risque de change économique est l’écart
total entre le prix retenu au moment de la décision de
gestion, concrétisée par un engagement juridique ou
économique, et la valeur au moment de règlement
financier.
La théorie de l’opération unique:

La première possibilité, dite «  théorie de l’opération


unique » retient la devise étrangère comme mesure de
l’opération tant que le règlement n’est pas réalisé.
Le montant est bien sûr converti en monnaie
nationale, mais chaque fluctuation du cours doit
amener une modification de la saisie initiale.
L'opération est «  mise à jours » de façon aussi
continue que possible et elle ne devient définitive
qu’au règlement .
La théorie de la double opération:
L’opération en devise est mesurée en monnaie nationale et,
dés la saisie, charges et produits sont fixés. L’existence d’un
crédit commercial ne modifie en rien le montant des achats et
des ventes, qui ne sont pas affectés par la variation des cours
postérieure à l’opération commerciale matérialisée par
l’enregistrement comptable.
En particulier à la clôture, il faut revaloriser les postes de
tiers, clients et fournisseurs. Deux traitement sont possibles
pour les différences. Elles figurent ou bien en perte et gains de
change, qui sont des postes de charges et produits financiers de
la période, ou bien en différences de conversion qui sont des
comptes d’ajustement, présentés directement à l’actif ou au
passif
Les opérations en devise
Comptes des écarts de conversion:

Le plan comptable marocain a prévu au niveau de


chacune des quatre premières masses du bilan, des
rubriques spécifiques pour rendre compte des écarts de
conversion. Les codes de ces rubriques comportent le
numéro de la masse suivi du chiffre 7 en deuxième
position.
L'évaluation à l'entrée:

Les créances et les dettes contractées en monnaie


étrangère sont converties et comptabilisées en dirhams
sur la base du cours de change du jour de l’opération :
date de facturation en général, date de l’accord des
parties, ou date de paiement en ce qui concerne les
avances et acomptes reçus ou donnés.
Toutefois, les créances ou dette nées d'opérations
dites de " couverture de change " sont converties en
dirhams sur la base du cours de change à terme
figurant dans les contrats.
L'évaluation à l'arrêt des comptes :

Les créances et les dettes libellées en monnaie


étrangère sont converties et inscrites en comptabilité
par correction de l’enregistrement initial en dirhams
sur la base du dernier cours de change à la date
d'inventaire.
Les différences entre les valeurs initialement
inscrites dans les comptes (valeurs " historiques ") et
celles résultant de la conversion à la date de
l’inventaire majorent ou diminuent les montants
initiaux et constituent
 Des pertes latentes dans le cas de majoration des
dettes ou de minoration des créances
 Des gains latents dans le cas de majoration des
créances ou de minoration des dettes.
Ces différences ou " écarts de conversion " sont inscrits
en contrepartie des variations des créances et dettes :
 à l’actif du bilan pour les pertes latentes dans les
rubriques " Ecarts de conversion - Actif " de l’actif
immobilisé et de l’actif circulant ;
 au passif du bilan pour les gains latents dans les
rubriques " Ecarts de conversion - Passif " du
Financement Permanent et du Passif Circulant.
Ainsi, par application du principe de prudence
les gains latents ne sont donc pas inscrits dans les
produits, car non encore réalisés
les pertes latentes, représentant un risque de
change à la date de l’inventaire, entraînent la
constitution de provisions pour risques et charges de
caractère durable pour les créances et les dettes à
plus d'un an d'échéance à la date du bilan, ou de
provisions pour risque et charges du passif circulant
pour celles à moins d'un an d'échéance à la date du
bilan
Passif
• 17- Ecarts de conversion- passif
• 1710-Augmentation de créances
immobilisées
• 1720-Diminution des dettes de financement
• 47- Ecarts de conversion- passif ( élément
circulants )
• 4701- Augmentation de créances circulantes
• 4702-Diminution des dettes circulantes
Actif
• 27- Ecarts de conversion-actif
• 2710-Diminution de créances immobilisées
Cons
• 2720-Augmentation des dettes de titut
ion d
' un
financement 450 pour ris e provi
6- P ques sion
r
• 37- Ecart de conversion- actif (éléments pertes isions ov
de c pou
circulants) h ange r
• 3701-Diminution de créances circulantes
• 3702-Augmentation des dettes circulantes
A la date du règlement :

A la date de règlement, les pertes et les gains sont


alors certaines; ils doivent donc être comptabilisés en
tant qu'éléments du résultat financier, à savoir:
 En tant que gains, dans le compte : 7331- Gains de
change propres à l'exercice
 Entant que pertes, dans le compte: 6331- Pertes
de change propres à l'exercice
Si à la fin de l'exercice précédant, on avait constaté
une provision pour pertes de change, elle deviendra
alors sans objet et devrait être rapporté au résultat
de l'exercice de règlement.
Cas pratique:

Le groupe Lesieur Cristal est amené dans le cadre de son activité à


importer des matières premières de l'étranger. La société exporte
également une partie de ses produits vers l'étranger.
Confrontée à une évolution défavorable des taux de change et également
des cours des matières premières, l'entreprise est de plus en plus exposée
au risque de change ce qui impacte négativement sa rentabilité.
En se référant à l'annexe ci-dessous, répondre aux questions ci-après :
1° Rappeler :
a) les règles générales d'évaluation du PCG des dettes et des
créances libellées en monnaies étrangères;
b) les traitements comptable et fiscal des fluctuations des taux
de change et son impact sur l'image fidèle.
2° Passer au journal de l'entreprise toutes les écritures comptables
relatives aux créances et dettes en monnaies étrangères ci-dessous.
ANNEXE: Créances et dettes libellées en monnaies étrangères

Tiers Dates des Montants Cours de Cours de Cours de Echéance


factures change à la devise devise au
la date des au 31/12 règlement
factures
CLIENTS (créances en €)
Carrefour 25-10-2013 130 000 € 1€ = 11,30 1€ = 11,20 1€ = 11,40 25-02-14
DH DH DH
Amixo 01-11-2013 115 000 € 1€ = 11,15 1€ = 11,20 1€ = 11,10 30-03-14
DH DH DH
FOURNISSEURS (dettes en $)
Jakson 15-11-2013 49 500 $ 1$ = 7,775 1$ = 7,990 1$ = 8,115 15-02-14
DH DH DH
LCMD 30-10-2013 61 000 $ 1$ = 8,100 1$ = 7,990 1$ = 8,215 31-01-14
DH DH DH
Client Carrefour:

25/10/2013
3421 clients 1 469 000
7113 Ventes de marchandises à l’étranger 1 469 000
31/12/2013
2710 Diminution de créances immobilisées 13 000
3421 clients 13 000

6196 D.E.P pour dépréciation de l’actif circulant 13 000
4506 Provisions pour pertes de change 13 000
01/01/2014
3421 clients 13 000
2710 Diminution de créances immobilisées 13 000
25/02/2014
5141 Banque 1 482 000
3421 clients 1 469 000
7338 Gain de change des exercices antérieurs 13 000
25/02/2014
4506 Provisions pour pertes de change 13 000
7596 R.N.C sur provisions pour dépréciation 13 000
Client Amixo:

01/11/2013
3421 Clients 1 282 250
7113 Ventes de marchandises à l’étranger 1 282 250
31/12/2013
3421 Clients 5 750
4701 Augmentation de créances circulantes 5 750
01/01/2014
4701 Augmentation de créances circulantes 5 750
3421 Clients 5 750
30/03/2014
5141 Banque 1 276 500
6338 Pertes de change des exercices antérieurs 5 750
3421 Clients 1 282 250
Fournisseur Jakson
15/11/2013
6111 Achats de marchandises 384 862,5
4411 Fournisseurs 384 862,5
31/12/2013
3702 Augmentation des dettes circulantes 10 642,5
4411 Fournisseurs 10 642,5

Dotation de la provision 10 642,5
4506 Provisions pour pertes de change 10 642,5
01/01/2014
4411 Fournisseurs 10 642,5
3702 Augmentation des dettes circulantes 10 642,5
15/02/2014
4411 Fournisseurs 384 862,5
6338 Pertes de change des exercices antérieurs 16 830
5141 Banque 401 692,5

4506 Provisions pour pertes de change 10 642,5
Reprise 10 642,5

Fournisseur LCMD:

30/10/2013
6111 Achats de marchandises 494 100
4411 Fournisseurs 494 100
31/12/2013
4411 Fournisseurs 6 710
4702 Diminution des dettes circulantes 6 710
01/01/2014
4702 Diminution des dettes circulantes 6 710
4411 Fournisseurs 6 710
31/01/2014
4411 Fournisseurs 494 100
6338 Pertes de change des exercices antérieurs 7 015
5141 Banque 501 115
Bibliographie

BOUSSARD Daniel, SLEZIAK Jean-Claude, La


comptabilité des opérations en devises, éditions
ESKA.
TAMNINE Larbi, cours de comptabilité
approfondie S7, ENCG Fès, 2014/2015.
 ZEAMARI Mohamed, Initiation pratique à la
comptabilité générale marocaine.

Vous aimerez peut-être aussi