Vous êtes sur la page 1sur 81

Traitement du Signal (Introduction)

«La perception d'un signal est proportionnelle au caractère acceptable, non dérangeant, du
contenu.»
Edgar Morin

Mais qu’est-ce qu’un signal ?

P. Nayman École Analogique 2014 1


Introduction
La grande question : Temps ou fréquence ?

Selon ce que l’on veut faire, on travaille indifféremment dans l’un ou l’autre
es- pace.

Espace Temporel F OURIER Es p ac e Fréquentiel

Deux représentations d’un même signal.

Un certain nombre d’outils sont disponibles pour changer d’espace :

• Séries de Fourier
• Transformée de Fourier
• Transformée de Fourier à fenêtre
• Transformée en ondelettes
• Etc.

P. Nayman École Analogique 2014 2


Classification des signaux

La classification des signaux en catégories peut sembler, à première vue,


théo- rique, mais :

Pour chaque rubrique de signaux on définira des traitements bien particuliers.

P. Nayman École Analogique 2014 3


Classification déterministe-aléatoire

Certains outils sont bien adapter pour manipuler les signaux déterministes et
d’autres sont mieux adapter pour les signaux aléatoires.

Déterministes
Ce sont les signaux dont l’évolution en fonction du temps est prévisible par un modèle ma-
thématique approprié (signaux de test, d’étalonnage, etc.).

Aléatoires
Ce sont les signaux qui ont un caractère non-reproductible et imprévisible. Par exemple,
les signaux issus de capteurs, de détecteurs ou encore la parole.

P. Nayman École Analogique 2014 4


Classification énergétique/Puissance

Quelque soit le signal, on peut définir l’énergie du signal (si elle existe) ou la puissance
moyenne (si elle existe) :

+
2
xt correspond à une énergie instantanée et E =  xt 2dt correspond à l’énergie du
x
–
signal (somme de toutes les énergies instantanées).

et la puissance moyenne :
1 +T  2
P = lim -- xt 2 dt
x
T  T –T  2

La puissance est l’énergie par unité de temps

Remarque :
• Les signaux tels que 0  E   sont des signaux à énergie finie P = 0 , par exemple,
x x

les signaux transitoires.


• Les signaux tels que 0  P   sont des signaux à puissance moyenne finie E =  .
x x
Par
exemple, les signaux permanents, comme les signaux périodiques ou encore les signaux
aléatoires permanents.
P. Nayman École Analogique 2014 5
Autres types de signaux
La distribution de Dirac : t
+
Propriété :  – tdt = 1

On peut trouver de nombreuses représentations de la distribution de Dirac.

Exemple : on suppose que :   0 .

t
1

– + t

P. Nayman École Analogique 2014 6


Le peigne de Dirac

Un peigne de Dirac, représente une suite d’impulsions de Dirac décalées dans le temps.

Le peigne de Dirac est défini par la relation suivante :

+
pngt =  t – kT
k = –

t
1

P. Nayman École Analogique 2014 7


Les signaux nuls à gauche

Exemple : l’échelon unité.


La figure représente l’échelon unité Ut

u(t)

0
t

On remarquera que : d---Udt


----t---- =
Les
t distributions tempérées sont infiniment dérivables (intégrables).

Exemple : Pour spécifier que le signal xt est nul pour les temps négatifs, on peut
définir un nouveau signal : xt  Ut .

P. Nayman École Analogique 2014 8


Classification continu/discret
Exemple de représentation continue.

0,5

0
1 2 3 4 5 6 7 8
-0,5

-1

Exemple de représentation discrète, dans ce cas la fonction est définie par une suite
d’échantillons.

x(tk)

L’intérêt de la représentation discrète est le passage dans le monde numérique.

P. Nayman École Analogique 2014 9


Représentation vectorielle des signaux

L’intérêt d’une représentation vectorielle

Un signal peut se décomposer selon une combinaison linéaire de fonctions connues

Développement en série de fonctions orthogonales

Simplifie considérablement les calculs, un simple produit scalaire permet d’obtenir un coeffi-
cient.

Le produit scalaire est la base du traitement du signal.


+

1 2 *– 1
x  x  = x tx tdt
2

P. Nayman École Analogique 2014 10


Approximation de xt

L’idée est de chercher l’approximation d’une fonction par un ensemble de composantes


connues.

On peut approcher xt par xˆt défini comme étant la somme pondérée de fonctions :
+
xˆt =  aii
i=1

L’erreur quadratique donne une mesure absolue de l’approximation :

+T  2
= 2 x–
xˆ =  xt
– xˆt 2dt
–T  2

P. Nayman École Analogique 2014 11


Théorème de Parseval

L’énergie du signal xt est égale à la somme des énergies de chacune de ses
composantes et ne dépend pas de son mode de représentation. Ce résultat important
est très utilisé en traitement du signal.

n
2
x 2
=  ai
i=1

Concrètement :

L'énergie d’un signal calculée en temporelle est identique à celle calculée en fréquence (ne dé-
pend pas du mode de représentation).

P. Nayman École Analogique 2014 12


Série de Fourier
+
xˆt =  aii
i=1
ikt
On prend k = e (fonction orthogonale, bien adaptée aux fonctions périodiques).

+T  2
comme a k = x k  alors les coefficients : ak = T-1-  xte –ikt dt
–T  2

Le signal (à gauche) peut être décomposé en une somme de sinus/cosinus (à droite)

P. Nayman École Analogique 2014 13


Décomposition en série de Fourier d’un signal rectangulaire

Un seul terme le fondamental

Le fondamental et la première harmonique

Le fondamental et les deux premières harmoniques

Le fondamental et les trois premières harmoniques

P. Nayman École Analogique 2014 14


Décomposition en série de Fourier

Problèmes de convergence pour les signaux à variation rapide : phénomène de Gibbs

Approximation à l’ordre 10 Approximation à l’ordre 50

Cas d’une rampe

n=10 n=50

P. Nayman École Analogique 2014 15


Conséquences du phénomène de Gibbs

Comme le signal que l’on étudie n’est pas dans l’intervalle de temps – + il peut y
avoir une transition rapide au début et à la fin du signal quelque soit le signal.

Pour éviter ce phénomène, il faut éviter les transitions rapides sur les bords :
Utilisation du fenêtrage. On multiplie le signal par une fenêtre (d’apodisation) à variation
douce (Hamming, Hanning, Blackman, Kaiser, etc.).

P. Nayman École Analogique 2014 16


Exemple de fenêtres

P. Nayman École Analogique 2014 17


Transformée de Fourier

1 +T  2
x =  a k k avec ak = - - xte –ikt dt puis l’on passe à la limite : T  
i T –T  2
+
xˆ =  xt  e -2it dt (construction)
–
+
xt = – xˆ  e 2it d (reconstruction)

xˆ est la représentation spectrale de xt

La transformée de Fourier est bien adaptée pour tous les types de signaux (périodiques
ou non périodiques)

P. Nayman École Analogique 2014 18


Spectre unilatéral et bilatéral

s(f) s(f)

A/2

f
f

Spectre bilatéral Spectre unilatéral


Spectre bilatéral

Attention : La théorie n’interdit pas les fréquences négatives et l’énergie du signal est donc
ré- partie dans les 2 raies.

Spectre unilatéral

Le spectre du signal n’est que positif et pour conserver l’énergie la raie à une valeur double.

P. Nayman École Analogique 2014 19


Quelques transformées de Fourier

s(t) s(f)

A s i--n----
AT Sf = AT- -- Tf
---T----f
-T/2 T/2 t 0 f
-1/T -1/T

s(t)
s(f)
2f0 A sin 2f 0 t
s t  = 2 Af 0 ---------------------
2f 0 t
0 -f0 0 f0 f
t
-1/2f0 1/2f0

s(t) s(f)

K
K st = Kt  Sf = K

0 t 0 f

P. Nayman École Analogique 2014 20


s(t) s(f) +
st =  t – kt 
k = –
+
-5 t -t 0t 5t t -2/ t -1/ t 0 1/ t 2/t f 1-
Sf = -t  k
 f – -- --
t
k = – 
s(f)
s(t)
st = A cos 2f0 t 
A/2
A
Sf = A2--- f –0 f  + A--- f
+f  2 0
0 t -f0 0 f0 f

s(f)
s(t)
st = A sin 2f 0 t
A A/2
 A A
f0 2i f – f0–----
Sf = ---- 2if + f 0 
t -f0 f

P. Nayman École Analogique 2014 21


L’intégrale de convolution (1)
Considérons le produit d’une fonction ft par une impulsion D rectangulaire.

On suppose que D a une largeur  petite devant la variation de ft .

ft
Dt – t 0 

ft 0 


0 t0 t

Le produit ft  Dt – t 0  est égal à la fonction au point t0 , soit ft 0  .

ft  Dt – t 0  = ft 0   Dt – t 0  .

ft 0  est le poids de l’impulsion de D.

Cette opération correspond à échantillonner ft par une impulsion rectangulaire.

P. Nayman École Analogique 2014 22


L’intégrale de convolution (2)
Approximation d’une fonction par une suite d’impulsions rectangulaires.

On considère 2 fonctions rectangulaires :


• R 0 t de largeur  normalisée en amplitude

• R  t = 1- 0 t de largeur  normalisée en surface.


R -

ft

fk


0 k t

On peut approcher ft par ˜f


t :
˜f t  fk  R t – k  
+
= k = –

P. Nayman École Analogique 2014 23


L’intégrale de convolution (3)

Faisons tendre  vers 0.


+
˜f t  fk  R  t – k  
= k = –

Dans ce cas : R  t  t et k  


et l’on obtient l’intégrale de convolution :
+
ft =  – ft – d

ft est “ une somme continue de distributions de Dirac pondérées et décalées dans le
temps “.

Ce produit de convolution est également noté : f = f*

La mesure de Dirac joue le rôle d’unité pour le produit de convolution.

P. Nayman École Analogique 2014 24


Filtre linéaire et produit de convolution

La réponse impulsionnelle définit complètement un filtre linéaire.

t Filtre linéaire yt = ht

xt G yt = xt*ht

x ht y = x  G

Le gain G est la transformée de Fourier de la réponse impulsionnelle.

G et ht sont 2 représentations (fréquence et temporelle) de la même quantité.

P. Nayman École Analogique 2014 25


Avantage et limitation de la transformée de Fourier

• + : Très bonne résolution fréquentielle (la meilleure !)


• - : Pas de localisation temporelle possible (on somme le signal sur toute son histoire
temporelle), on a perdu la notion de temps !

xt  Fourier

t A

Transformée de Fourier à fenêtre

P. Nayman École Analogique 2014 26


Transformée de Fourier à fenêtre
*
Le signal x t u est analysé au travers la fenêtre g : x t u = g u – t  xu

xt
 Fourier à fenêtre

t t
g tv t

Le principe est simple mais la mathématique devient rapidement compliquée !

On considère une fonction analysante : g tv u

+
x˜t  = – x ue –2iu du

Le signal peut être reconstruit t
par : +
˜
2  tv t
g ux
+
xu = -----1------
g – – ddt

P. Nayman École Analogique 2014 27


De la transformée de Fourier à la transformée en ondelettes

La transformée en ondelettes permet d’avoir une localisation en fréquence et en temps.


1 t – 
------
a b t = b
a  a 
----------

ondelette de Haar
1.5

 ( t)

 11( t )

 1515( t ) 0
 22( t )


m0505( t )

1.5
1 14

a traduit le changement d’échelle et b la translation.


1 t–  –1 + +
˜
xa b = + ------ 
* xt ba  --------- dt et xt = C    1
da ˜
 – b
------
x t
- a  0 t---------- a -----
db  a  a2
– –

P. Nayman École Analogique 2014 28


Exemple d’un signal non-stationnaire

décalage
échelle

2 fréquences
La décomposition en ondelettes montre bien les différentes fréquences (les petits blocs cor-
respondent aux fréquences les plus élevées).

P. Nayman École Analogique 2014 29


Exemple d’application (2)

1 si
0  t  12-
 1
t =  si
–1 --  t  1
2
12 
xt = sin 7 5t – 3  abst – 0 0
sinon
7

+ * *
x˜a b = –
xt ab – tdt = x * a

P. Nayman École Analogique 2014 30


Théorème de l’échantillonnage
(Shannon/Nyquist)

Un signal physique de type analogique a son amplitude qui varie continûment en fonction du
temps. Échantillonner un signal analogique consiste à prélever des échantillons à des instants
kTe (cas de l’échantillonnage régulier).

La quantification consiste à associer une suite binaire à chaque échantillon. L’échantillonnage


et la quantification sont des opérations effectuées lors de la Conversion Analogique
Numérique (CAN).
La problématique de la théorie de l’échantillonnage est de connaître les conditions nécessaires
pour reconstituer correctement le signal à partir de ses échantillons.

Considérons xt dont la transformée de Fourier est xˆ :

xt  xˆ
xˆ

–B +B 

P. Nayman École Analogique 2014 31


xˆ est nulle en dehors de [–B,+B].
Si l’on connaît les échantillons : x0,x  - 1-  ,x  --k-- ,
 2B  2B

On peut reconstituer le signal xˆt : +


ˆ
xt =  x  2B
k
------ k  t 
k = –
avec :

sin 2B t – --k--


2B
 k t =
k
2B t – --- ---
2B

x(t)

P. Nayman École Analogique 2014 32


Conséquences de l’échantillonnage

La transformée de Fourier du signal échantillonné :

+

xˆ
--1--- 
xˆe  = Te   – -k- 
k = – T e
xˆ  *
–B +B 

enveloppe spectrale peigne de Dirac

Échantillonner dans l’espace temps revient à périodiser dans l’espace fréquence.

P. Nayman École Analogique 2014 33


Deux cas sont possibles :

• Si   2B il y a sous-échantillonnage avec un recouvrement de spectre. Ce phénomène est


e

également appelé repliement spectral ou encore “aliasing”.


+

xˆ
xˆe  = Te--1---   – -k- 
k = – Te
xˆ  *
–B +B 

• Empilement spectral
enveloppe spectrale peigne de Dirac



Un signal sous-échantillonné apparaîtra comme ayant une fréquence inférieure à la réalité. Il
existe plusieurs cas de figure, si l’on a affaire à un signal dont le spectre est étalé il y aura
de l’empilement spectral. Si le signal a un spectre étroit (sinus par exemple) il y aura
replie- ment spectral.

• Si   2B l’échantillonnage du signal est correct et autorisera une interprétation cohérente


e

des résultats. Il n’y a pas de recouvrement de spectre.

P. Nayman École Analogique 2014 34


Le recouvrement spectral

+
1 ˆ 
ˆ
x e  = -Te
--  x *  k
 – --  explique bien le phénomène de l’échantillonnage. Le spectre de
k = – Te

base est décalé autour de la fréquence -k- = ke . Pour chaque fréquence du spectre 0 , il
Te
existe une fréquence apparente :

a = 0  ke
avec k  0 .

Par exemple, pour k = 0 , on obtient les 2 fréquences de base –0 et +0 . Pour k = 1 on obtient

les fréquences apparentes  e – 0  et  e +  0 , etc.

La fréquence apparente la plus petite est donc  e – 0  .


Cet effet est à rapprocher de l’effet stroboscospique.

P. Nayman École Analogique 2014 35


xˆ


+B 
ˆ
xBe 
empilement spectral
e  2B

e

xˆe 

e  2B
+B +2B 
e  2 e

– e –  0  –e –0 0 0 e 2 e – 0  2e 2 e +  0  


– e + 0   e – 0   e +  0 

P. Nayman École Analogique 2014 36


Filtre anti-repliement

Afin de reconstruire xt à partir de x e t, il est nécessaire de faire passer x e t dans un

filtre passe bas idéal. Cette opération permet de ne conserver que le lobe principal de x e t .

On utilise un filtre dont la fonction de transfert est : G = T  Rect   e , T étant la

ht du filtre
période passe-bas idéal.
d’échantillonnage (T =Il1 vient
 e ). immédiatement de Fourier
La transformée que : ht = de
sinc  -t- est la réponse
G
  T
impulsionnelle
G 
e lobe principal conservé
T

–1  2T +1  2T 

P. Nayman École Analogique 2014 37


Exemple 1

On considère le signal xt = 5  cos 100t , afin d’éviter un repliement spectral, il est
nécessaire d’échantillonner ce signal analogique de fréquence 50Hz à une fréquence minimale
de 100Hz.
Si l’on échantillonne le signal à une fréquence de 75Hz.

Appliquons directement la relation a = 0  k e : a = e – 0 = 75 – 50 = 25Hz

1 /7 5 2 /7 5 3 /7 5

25Hz

50Hz

Les échantillons des cosinusoïdes à 25Hz et à 50Hz sont identiques, lorsque la fréquence
d’échantillonnage est de 75Hz.

P. Nayman École Analogique 2014 38


Exemple 2 : Il ne faut pas utiliser la Bande passante à -3dB comme fréquence haute !

Un filtre passe-bas du premier ordre est utilisé pour isoler le lobe principal.

G = ---------------------1---------------------- . Le spectre du signal résultant est périodisé.


12
1 +    c  2 
1
0.707

c  e 

r
Comme G décroît lentement, il y a repliement spectral, les spectres sont sommés.
Supposons que c = 10KHz , déterminons fe qui donne un niveau de recouvrement de moins de

1%. Pour  = c , G = -22- = 0 7071

1----- ----------------------1-----------------------
Il faut 0 7071  --- 100  avec r la fréquence de recouvrement.
2 1 2
1 +  r  10 
On trouve que r  1414KHz . La fréquence d’échantillonnage doit être : e  c + r = 1424KHz .

e » 2c

P. Nayman École Analogique 2014 39


Cas des signaux non répétitifs

Considérons des signaux issus d’un détecteur :

5ns t t t
2.8ns 1ns

Tm  2ns entre 10 et 90%

Si le système est du premier ordre BPxT m = 0 35 et BP = 175MHz


Si l’on applique le théorème de Shannon, il faudrait échantillonner à 2xBP=350MHz soit un
point 1-
toutes les -350 = 2 8ns ce qui est très insuffisant pour reconstituer le signal.
En fait si l’on désire reconstituer correctement le signal il faudrait au moins 5 points, soit un
point toutes les nano-secondes !

P. Nayman École Analogique 2014 40


Les moments temporels, les relations
de
base
La transformée de Fourier d’un signal aléatoire est aléatoire.

Seuls les paramètres statistiques (moments) permettent de caractériser les fonctions


aléatoires :

Moyenne temporelle/Espérance mathématique (moment d’ordre 1)


Corrélation/Variance/Écart type (moment d’ordre 2)

P. Nayman École Analogique 2014 41


+T/2
Moyenne temporelle : xt = lim -1-- xtdt
T  T –T  2

+T/2
Auto-corrélation temporelle : xt  xt +  = 1
lim - --
T T xt
xt –T +2
dt

P. Nayman École Analogique 2014 42


Exemple : l’auto-corrélation permet de trouver un signal périodique noyé dans
un bruit.

Pic de l’auto-corrélation du bruit

P. Nayman École Analogique 2014 43


Les moments statistiques, les relations de base

Moyenne statistique

mx t = EXt =  xpx tdx


R
px t est la densité de probabilité de la variable aléatoire Xt .

C’est l’espérance mathématique. de Xt

Moment d’ordre 2

EX 2 t = x
2
px tdx
R

C’est l’espérance mathématique. de X 2 t

On n'explicite rarement l’intégrale, on travaille souvent avec l’opérateur E (beaucoup plus


simple)
P. Nayman École Analogique 2014 44
Fonction de corrélation

Fonction d’auto-corrélation

C’est l’espérance mathématique d’un produit

R xy t1  t 2  = EXt 1   Xt 2 

Fonction d’inter-corrélation

C’est l’espérance mathématique d’un produit

R xy t 1  t 2  = EXt 1   Yt 2 

P. Nayman École Analogique 2014 45


Exemple

L’inter-corrélation permet de trouver une corrélation entre y1(t) et y2(t) : 2 signaux bruités

Y2 bruité
Y1 bruité

-50 -20

exemple de corrélation entre y1 et y2


+30

P. Nayman École Analogique 2014 46


Stationnarité

Un processus aléatoire est stationnaire si ses propriétés statistiques invariantes pour tout
changement de l’origine des temps.

Les signaux stationnaires sont beaucoup plus délicats à traiter !

P. Nayman École Analogique 2014 47


Suite aléatoire stationnaire au second ordre

Propriétés

• EX n  est indépendant de n.


2
• E Xn   + est indépendant de n.

• R xx n 1  n 2  = EXn 1   X  n 2  est uniquement fonction de  = n1 – n2 .

P. Nayman École Analogique 2014 48


Processus aléatoire stationnaire au second ordre
Propriétés

• EXt est indépendant de t.

• E Xt 2   + est indépendant de t.

• R xx t 1  t 2  = EXt 1   X  t 2  est uniquement fonction de  = t1 – t2 .

R xx t 1  t 2  = R xx t  = EXt +   X  t

Ou encore :

R xx t  = EXt  X  t – 

Pour  = 0 , on obtient le moment d’ordre 2 :

R t 0 = E Xt 2  =
2
xx
t

P. Nayman École Analogique 2014 49


Ergodicité (1)

L’équation m x t = EXt =  xpx tdx explicite l’espérance mathématique E comme une
R
moyenne d’ensemble, soit l’intégrale de toutes les valeurs de X pondérées par la densité de
pro- babilité de la variable aléatoire.
On peut essayer d’estimer la quantité EXt ce qui suppose qu’à l’instant t1 l’on dispose de
toutes les réalisations de la variable aléatoire, malgré la difficulté d’une telle expérience, on
peut imaginer, par exemple, une batterie de n capteurs.

P. Nayman École Analogique 2014 50


Ergodicité (2)

Dans le cas de n capteurs, une estimation de la moyenne d’ensemble peut être donnée par la
re- lation suivante :

n
m X t = x t
-1- n p
=1
p

Généralement, on ne dispose que d’une réalisation de la variable aléatoire et l’on est tenté
d’es-
ti + T
timer la moyenne d’ensemble par la moyenne temporelle xt i = -1-- xtdt .
T  ti

La fonction aléatoire est ergodique à l’ordre 1 (moyenne) si :


lim xt i  = mX t i T


P. Nayman École Analogique 2014 51


Ergodicité (2)

T
x 1 t t
x 2 t t

x 3 t t
x 4 t t
t
x n t
ti

Un processus aléatoire est ergodique à l’ordre n, si les moyennes temporelles jusqu’à l’ordre n
sont indépendantes du choix de la réalisation. De plus, si les résultats obtenus à partir des
moyennes statistiques sont équivalents à ceux obtenus à partir des moyennes temporelles,
alors le processus est ergodique.

P. Nayman École Analogique 2014 52


Propriétés spectrales
La transformée de Fourier donne de bonnes indications sur la répartition spectrale d’un signal
déterministe. Par contre la transformée de Fourier d’un signal aléatoire est un spectre aléa-
toire. Un seul spectre n’est pas suffisant pour rendre compte des propriétés du signal.

Il est nécessaire d’utiliser les propriétés statistiques (moyenne, écart type, corrélation) qui
ont des caractéristiques bien définies. On supposera par la suite que les signaux sont
stationnaires et ergodiques.

Pour analyser la répartition spectrale des signaux aléatoires, on introduit la notion de densité
spectrale (d’énergie ou de puissance).

Selon que l’on a affaire à des signaux d’énergie finie, on parlera de densité spectrale d’énergie
ou de densité spectrale de puissance pour les signaux de puissance moyenne finie.

P. Nayman École Analogique 2014 53


Notions de base

Théorème de Parseval :
+ +
2
 x d = xt 2dt
–
 –
Puissance d’un signal sur l’intervalle T :

+ +
P x = T-1- x 2 d = T-1- xt
– –
2
dt +  +
P x = T-1- x 2 d = – d dans ce cas  = T
-1- x
2
est le
–
périodogramme
Unités
2 2
Px est une puissance qui s’exprime en Wou A ou
V ...
2
 est une densité spectrale de puissance qui s’exprime en Wou A 2ou V ...  Hz –1 
C’est une puissance par unité de Hertz.
On peut utiliser des valeurs RMS (Root Mean Square) ou efficaces :

P. Nayman École Analogique 2014 54


+  
 2 –2
Val RMS = -1- 2 1- 
x d qui s’exprime en  W ou Aou V...  Hz
T –  

P. Nayman École Analogique 2014 55


La densité spectrale de puissance
(1)

La transformée de Fourier donne de bonnes indications sur la répartition spectrale d’un


signal déterministe.

Pour un signal aléatoire, un seul spectre n’est pas suffisant.

La relation  = -T1- x 2


correspond
0 à un spectre
instantané ! d = puissance moyenne dans la bande de fréquence   +
Il faut moyenner les d spe c t re s o u u til i se r le s p r o p r i ét é s
P x e s t d an s c e c a s al p u si s a n c e d u
nies.
s t a t i s tiques qui sont bien défi-
s i g n al .

P. Nayman École Analogique 2014 56


La densité spectrale de puissance (2)

Transformée de Fourier de la fonction de corrélation R : théorème de Wiener-Kinchine.


+
R = Extxt –  =  e 2i d
–

d = puissance moyenne dans la bande de fréquence   + d


d
Px

0 d 

Wou A2 ou V2 ...  –1

Hz

2 +
R0 = P x =  x =
–

d

Wou A2 ou V 2 ...

P. Nayman École Analogique 2014 57


P. Nayman École Analogique 2014 58
La densité spectrale de puissance (3)

Considérons le filtre :

xt yt réponse temporelle


G
transformée de Fourier
xˆ  yˆ 
 x   y  densité spectrale
 

Soit :
 x  est la densité spectrale de xt .

 y  est la densité spectrale de yt

Alors,  x  et  y  sont reliées par la relation suivante :

2
  =    G
y
x

P. Nayman École Analogique 2014 59


Propriétés de la fonction de corrélation

La définition de la fonction de corrélation est donnée par : R x  = EXt  X  t – 

• R x  = R  x – et pour une fonction réelle : R x  = R x –

• R x   R x 0

• R x  = 0

• R 0 = 2
x x
R x 
2

x

0 

P. Nayman École Analogique 2014 60


Le bruit
Les signaux sont transmis ou traités par des voies qui les altèrent.

Tout ce qui modifie le signal utile peut être considéré comme du bruit.

Les sources de bruit ont généralement un caractère aléatoire, c’est pourquoi ces phénomènes
sont étudiés par des méthodes statistiques.

xn 0

.
5
0 100 200 300 400 50 600 700 800 900 100
0 0
n

P. Nayman École Analogique 2014 59


Le bruit blanc (1)

Définition : Une fonction aléatoire Xt est appelée “bruit blanc“ si :


• Xt est stationnaire au deuxième ordre
• EXt = 0
N0
•  x  = ---2

La puissance moyenne du bruit blanc est infinie.

 x 

N0  2

0 

P. Nayman École Analogique 2014 60


Le bruit blanc (2)

Si l’on fait passer le bruit blanc dans un filtre passe bas de bande passante (-B,+B), on se
ramène à un bruit de puissance moyenne finie.

 x 
G
xt yt N0  2

–B +B 

Dans ce cas, la fonction d’auto-corrélation a pour valeur : R = N 0 Bsinc2B

R0 = N 0 B

N 0B

- 5 /2 B 5 /2 B

La fonction de corrélation du bruit blanc

P. Nayman École Analogique 2014 61


Le bruit de quantification (1)

Amax

erreur :  n = yn – xn

Quantifier une valeur analogique xn , c’est remplacer cette valeur par yn qui fait partie d’un en-
semble dénombrable de valeurs discrètes.
Le pas de quantification : q = -A----m----a----x- avec N le nombre de bits du codeur.
N
2

P. Nayman École Analogique 2014 62


Le bruit de quantification (2)

On suppose que l’erreur n est uniformément répartie.

n est une variable aléatoire de moyenne nulle E n  = 0 obéissant à une loi de probabilité
uniforme :
1
n  -- si 2q--  u 
p n u =  q
q--
 0
2
sinon 2 2 2
1 +q  2 q
La variance s’exprime par la relation :  = -- u du = -----
12
q –q  2

Ceci correspond à la puissance du bruit de quantification (On suppose le processus ergodique,


la moyenne quadratique est équivalente à une puissance).

P. Nayman École Analogique 2014 63


Amélioration du rapport signal à bruit (1)

La puissance du bruit de quantification est uniformément distribuée et ne dépend pas de la


fré- quence d’échantillonnage du convertisseur analogique-numérique.

Rappel :

Il est nécessaire d’échantillonner le signal d’entrée avec e  2   max ,  max (Shannon).

Un filtre passe-bas est nécessaire pour éliminer toutes les fréquences supérieures à max gé-
nérées par l’échantillonnage.

P. Nayman École Analogique 2014 64


Amélioration du rapport signal à bruit (2)

Considérons que l’on sur-échantillonne le signal d’entrée avec une fréquence k  e , telle que :

e = 2   ma x .

2 2 2
b b b

2 2b  k
b  k
k  2 max 
  
– max  max k   max – max  max
Bruit de quantification étalé par le Bruit de quantification limité
Bruit de quantification
sur-échantillonnage par filtrage passe-bas

Si l’on échantillonne à la fréquence k  2 max  , avec k = 1 , on retrouve la limite donnée par
Shannon. Si l’on augmente k, la puissance du bruit est répartie sur toute la bande. Dans ce
cas, le filtrage passe-bas, limite la puissance du bruit à la zone hachurée de la figure 3.

P. Nayman École Analogique 2014 65


Amélioration du rapport signal à bruit (3)

Pour un signal sinusoïdal, Si l’on tient compte du facteur k :

= 6N + 1 8 + 10  log 10 k

 B dB
-S--
Pour un rapport signal à bruit donné, le sur-échantillonnage améliore le nombre de bits

effectifs
de la quantité : 16- -0- 
log 10 k .
k Amélioration (S/B) en dB Amélioration du nombre de bits
2 3 0.5
4 6 1
8 9 1.5
16 12 2
32 15 2.5
64 18 3

P. Nayman École Analogique 2014 66


Le bruit thermique (ou bruit Johnson) (1)

Le bruit thermique = agitation thermique des électrons libres dans les matériaux. Présent
dans tous les composants actifs ou passifs présentant une résistance R.
La densité spectrale du bruit thermique est décrite par :

 th  = 21--  ---------------h-------------------------- W  Hz –1


h    kT
e –1

h (Plank) : 6 6210–34 J  s , k (Boltzmann) :1 3810–23 J  K –1 (Joule.degré –1 

Si l’on considère que les fréquences   1000GHz , la densité spectrale du bruit thermique se
simplifie :

 th  = 1--kT
2

P. Nayman École Analogique 2014 67


Le bruit thermique (ou bruit Johnson) (2)

Si  th  = 1--kT : le bruit thermique est un bruit blanc.


2

Par exemple, la puissance totale de ce bruit dans une bande de fréquence B est : Pth = kTB

 th 
kT
2

B B 

P. Nayman École Analogique 2014 68


Fluctuations de tension et de courant dans une résistance (1)

Dans toute bande de fréquences B, une résistance à la température T est une source de
tension de bruit. La valeur moyenne quadratique de cette tension est :

2 = 4kTRB V 2 
u
et :  u  = 2kTR

u  u0 R

P. Nayman École Analogique 2014 69


Fluctuations de tension et de courant dans une résistance (2)

La résistance R peut être assimilée à une source de courant de bruitdont la valeur moyenne
qua- dratique est :

2i = 4----k---R
T----B--- A 2 

 i0

i R

avec :  u  = 2kTR

Remarque : La distribution statistique du bruit thermique est gaussienne.

P. Nayman École Analogique 2014 70


Bande équivalente de bruit (1)

Si l’on compare la puissance de bruit du circuit RC (premier ordre) à celle de la résistance R,


on peut définir une bande équivalente de bruit :

B
 c eq

B eq = ----- ------ = --c


1
4RC 2

D’une manière plus générale, la notion de bande équivalente de bruit permet de calculer simple-
ment la puissance du bruit après filtrage.

P. Nayman École Analogique 2014 71


Bruit de grenaille (Bruit Schottky ou “shot noise”)

Ce bruit correspond aux fluctuations statistiques du nombre de porteurs de charge qui parti-
cipent à la création d’un courant (cas des diodes et des transistors par exemple).
Ce bruit est généralement modélisé par une loi de Poisson. (instants de réalisation aléatoires).

Le bruit de grenaille se superpose au courant moyen créé. La théorie de ce bruit est à la base
de l’étude :

• des bruits liés à l’émission d’une électrode ou encore,


• des fluctuations des temps de transit.
i(t)

P. Nayman École Analogique 2014 72


Expression du bruit de grenaille (1)

Le bruit de grenaille peut être considéré comme un bruit impulsionnel et se mettre sous la
forme :
+
it =  et – t k 
k = –

avec : e la charge de l’électron = 1 610–19C

P. Nayman École Analogique 2014 73


Expression du bruit de grenaille (2)
d

e = I0 = courant moyen

 i 

 i 2 eI 0
= I 0
2
I 0 
+






eI0

distribution spectrale fluctuations par effet


0 
de la composante de grenaille B B

continue
2 B
 = 2 eI d = 2eI 0B
i 0
0

P. Nayman École Analogique 2014 74


Autres sources de bruits (exemple : le bruit en 1/f)

Ce bruit est essentiellement basse fréquence, c’est le cas du bruit de scintillation par
exemple (“flicker noise“). Ce bruit est présent dans tous les composants (actifs et passifs)
et corres- pond aux captures de porteurs associés à des défauts ou à la contamination par
exemple.
Une des caractéristique de ce bruit est son universalité, on le retrouve dans une multitude de
domaines comme : en biologie (taux d’insuline d’un diabétique), le débit du Nil, les variations
sai- sonnière de température ou encore le trafic routier.



0

La densité spectrale de puissance du bruit en 1/f est donnée par :


0
 = k--------- 02


Le bruit en 1/f est généralement gaussien et stationnaire.

P. Nayman École Analogique 2014 75


Exemples
Bruit thermique

Un chiffre utile à retenir : 4kT à la température ambiante = 1 6610–20


La valeur moyenne quadratique de la tension de bruit d’une résistance de 1K à la
température ambiante est2de : –1
2 – V 

2 = v = 16  10
18
Hz
v
v = 4nV  Hz (RMS)

Bruit Schottky
Quel est la valeur du courant quadratique moyen de bruit dans une diode parcourue par un cou-
rant de 1mA si la bande passante est de 1MHz ?
–19 –3 6 –16
2 = 2qI
2 = i 2
i
d B = 2  1 610 10 10 = 3
i = 18nA (RMS)
210 A

P. Nayman École Analogique 2014 76


Le facteur de bruit (1)

Si Q est un amplificateur idéal de gain en puissance G : -S----e- =


Be Bs
-S----s- :
Le rapport signal à bruit en sortie est égal au rapport signal à bruit en entrée.

Le quadripôle n’étant pas parfait, il génère du bruit par le biais de ses composants
(résistances, transistors, etc.).

S----e- 
Par conséquent : -Be Bs
-S---s--
Be Bs
G, Bq

Se Ss

P. Nayman École Analogique 2014 77


Le facteur de bruit F (2)

--e----BBs
F = SSs --e-

Be Bs
G, Bq

rapport signal à bruit en entrée Se Ss


F = rapport signal à bruit en sortie

P. Nayman École Analogique 2014 78


Le facteur de bruit (3), Cas de quadripôles en cascades

Soit deux quadripôles :

F1  G 1 F2  G2
S e  Be
Q1 Q2

F 2 – 1
F = F1 + --------------------
G1

En généralisant à n quadripôles :

F 2 – 1
+ ------- + G+ -G
F = F1 + -------- G -------------
1 1 2 G 1 G 2 G n – 1
F 3 – 1
Remarque : Il est important de noter que seuls les bruits des premiers étages sont
significatifs. Si le gain G1 du premier étage est important, on peut généralement négliger les
F n – 1
bruits des
autres étages. Dans ce cas, il suffit uniquement d’optimiser les caractéristiques en bruit du
pre- mier étage.

P. Nayman École Analogique 2014 79

Vous aimerez peut-être aussi