Vous êtes sur la page 1sur 115

ANALYSE FINANCIÈRE

3 ème ANNÉE IIR


 
Mme. LATIF 
1
PLAN

1. Fondamentaux de l’analyse financière :


2. Bilan patrimonial ou financier:
3. Bilan fonctionnel ou économique :
4. Tableau de financement (TF) et l’approche dynamique :
5. Tableau des flux de trésorerie (TFT) :
6. L’état des soldes de gestion (ESG) :
7. Le risque économique et le risque financier 2
Séance 1
3
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

Fondamentaux de l’analyse financière :


 Notion d’analyse financière
 Objectifs de l’analyse financière
 Démarche de l’analyse financière

4
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

Fondamentaux de l’analyse financière :


A. Notion d’analyse financière
L'analyse financière consiste en un examen approfondi des comptes d'une entreprise et de ses
perspectives, afin de fournir :
 Soit une évaluation de l'entreprise, destinée la plupart du temps à d'actuels ou de possibles futurs
actionnaires ;
 Soit une évaluation de sa seule solvabilité, afin de déterminer si l'entreprise analysée peut être une
contrepartie acceptable (fournisseur, banque, agence de notation) ;
 Soit un diagnostic interne servant de support à des choix stratégiques concernant les modes de
financement ultérieurs. 5
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

Le but de cette analyse est de fournir, à partir d'informations d'origines diverses mais surtout d'informations
comptables, une vision synthétique qui fait ressortir la réalité de la situation et qui doit aider le dirigeant,
l'investisseur et le prêteur dans leur prise de décision.

Les aspects les plus souvent étudiés sont la profitabilité, la solvabilité et la liquidité de l'activité.

6
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

L'économiste américain Benjamin Graham, est reconnu mondialement comme le « père de l’analyse


financière », à la suite de son œuvre phare, L'investisseur intelligent, parue en 1949. Également auteur
de Security Analysis, dès 1934 avec David Dodd, il fut l’un des premiers à seulement utiliser une méthode
d’analyse financière méthodique et codifiée pour diriger ses investissements, ce qui en a fait le mentor du
célèbre investisseur américain Warren Buffett, après avoir contribué au Securities Exchange Act de 1933,
la première loi à exiger des sociétés cotées de fournir des relevés comptables certifiés par des
commissaires aux comptes indépendants.

7
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

B- Objectifs de l’analyse financière

L'analyse financière se fonde sur la comptabilité de l'entreprise et sur son business plan, en le confrontant
à l'environnement connu ou prévu, pour définir les forces et faiblesses financières de l'entreprise. À partir
du business plan, elle définit une suite de cash flows (flux de trésorerie) actualisés qui, pondérés par
un taux d'actualisation permettent d'arriver à un objectif de cours ou une valorisation.

8
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

Le but de l'analyse financière est de réaliser une évaluation d'entreprise rapide et souvent à des fins tactiques,
selon le cas :

 Soit pour évaluer la solvabilité de l'entreprise (pour lui consentir un crédit par exemple, et plus
généralement pour nouer des relations d'affaire avec elle) : analyse crédit ;

 Soit pour estimer la valeur de l'entreprise dans une optique de cession de participation ou d'achat ou de
vente d'actions en bourse : évaluation d'actions.

 Et en interne, à des fins stratégiques, elle sert de support à un diagnostic et à des décisions


d'investissement et de financement : pour le futur, faut-il privilégier le recours à l'endettement ? Augmenter
ou diminuer le capital ? Est-il souhaitable d'accorder un crédit aux clients pour des raisons commerciales
9
ou faut-il à l'inverse diminuer le besoin en fonds de roulement ?.
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

L'analyse financière a pour principal objectif d'exposer la situation financière d'une entreprise. Elle s'attache
particulièrement aux performances économiques, à la rentabilité ou encore à la stabilité financière.

L'analyse financière permet d'émettre un avis, positif ou négatif, sur la santé financière d'une société. Elle
est utilisée en interne pour améliorer les performances financières d'une entreprise. Elle peut aussi être
utilisée en externe, pour se faire une idée de la situation financière d'un client, d'un fournisseur, d'un
concurrent, etc.

10
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

Outils de l’analyse financière 

L'analyse financière utilise les données fournies par la comptabilité d'une entreprise, notamment la liasse
fiscale. La liasse fiscale comprend, pour un exercice comptable, le compte de résultat, le bilan et l'ensemble
des annexes obligatoires. (Ces documents sont retraités de différentes façons selon l'objectif suivi).

 L’analyse financière n'est pas une obligation légale, chaque analyste financier utilise ses propres méthodes.

 Les tableaux
11

 Les ratios
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

 Les tableaux

Le compte de résultat d'une société permet principalement de composer le tableau des soldes intermédiaires de
gestion (TSIG). Ce document fait apparaître la production, la marge commerciale, la valeur ajoutée (VA), l'excédent brut
d'exploitation (EBE), la capacité d'autofinancement (CAF), le résultat d'exploitation, le résultat financier, le résultat
exceptionnel et le résultat comptable.

Le bilan d'une société peut être retraité sous la forme d'un bilan fonctionnel pour faire apparaître la politique
d'investissement de la société, l'exploitation et la trésorerie.

 D’autres tableaux sont aussi construits par les analystes financiers comme le bilan financier ou encore le tableau de
financement.

12
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

 Les ratios

Les retraitements effectués par les analystes financiers permettent de calculer des ratios qui sont des
indicateurs pour la santé financière d'une société.

Exemple : le taux de marge et le taux de marque, le taux d'endettement, le taux de rentabilité, la rentabilité
économique, le ratio d'indépendance financière, le taux de rendement financier, le ratio de solvabilité, etc.

13
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

C - Démarche de l’analyse financière 

Analyse comptable

La démarche d'analyse financière passe généralement par deux étapes d'analyse :

- Les éléments qualitatifs : consiste à recueillir et analyser les informations économiques et


stratégiques.

- Les éléments quantitatifs : L'analyse des éléments quantitatifs permet d'analyser les états financiers de
l'entreprise. Recueillir et analyser les informations économiques et stratégiques

14
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

I. L'analyse des éléments quantitatifs

Ici, la première étape consiste à identifier les informations stratégiques de l'entreprise. Il s'agit de mieux comprendre l'environnement interne et
externe de l'entreprise.

L'analyse de l'environnement externe de l'entreprise passe principalement par l'étude de la situation de l'entreprise par rapport à son marché.

Les éléments essentiels à analyser dans cette étape sont :

 Le secteur économique de l'entreprise et les pratiques existantes sur son marché ;

 L’analyse de la concurrence ;

 Ses fournisseurs ;

 Sa clientèle cible ;

 La réglementation ;
15
 L’environnement technologique de l'entreprise.
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

L'analyse de la concurrence peut englober les prix pratiqués, les facteurs de différenciation, les parts de marché des concurrents
ou encore la concentration des entreprises.

Du côté des fournisseurs et des clients, on étudiera :

 Les délais de paiement ;

 L’évolution des produits et des services proposés ;

 Le pouvoir de négociation des fournisseurs ;

 La composition de la clientèle ;

 Les habitudes de la clientèle ;

 etc. ; 16
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

L'analyse de la réglementation permet de tenir compte des règles d'hygiène, de sécurité, de protection de l'environnement, de respect
des droits des salariés, etc.

L'analyse de l'environnement interne de l'entreprise permet de comprendre sa performance.

Les éléments essentiels à analyser dans cette étape sont :

 Les produits et services proposés : l'attractivité et le positionnement du produit par rapport à ce que propose la concurrence, le
mode de distribution, etc. ;

 Sa performance : ses points forts et ses points faibles (par la matrice SWOT) ;

 Sa position géographique : il est important de comprendre les raisons pour lesquelles l'entreprise est implantée dans telle ou telle
zone (cette zone est-elle optimale pour l'exercice de son activité ?) ;

 Ses moyens et ses ressources (technologie utilisée, ressources financières disponibles, etc.). 17
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

II- Analyser les états financiers de l'entreprise

La deuxième étape consiste à étudier la partie chiffrée de l'entreprise à savoir ses états
financiers. Ses principaux objectifs :

 Comprendre comment l'entreprise crée de la valeur (est-elle rentable ?) ; 

 Comprendre sa structure financière (dettes, capitaux propres) ;

 Comprendre la composition de ses actifs (détail des immobilisations, etc.).

• Nous citons l'essentiel des éléments à étudier pour une analyse financière efficace.

18
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

Analyse de l'activité de l'entreprise

L'analyse de l'activité de l'entreprise constitue le point de départ du diagnostic financier, elle consiste à
apprécier la croissance de l'entreprise (chiffre d'affaires, effectif, structure des charges, etc.), et sa capacité à
dégager des profits (marge), etc. Cette analyse peut être faite par l'étude des états financiers suivants :

 Compte de résultat de l'entreprise ;

 Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) ;

 Le détail des comptes, etc. 

19
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

Les éléments essentiels à analyser dans cette étape

 Analyse de l'évolution du chiffre d'affaires et de sa répartition : % d'évolution (baisse, stagnation ou croissance) et


causes de l'évolution (effet prix-volume, effet mix, effet périmètre, et change, etc.) et la comparaison de celui-ci
avec les entreprises concurrentes du secteur.

 Analyse de la marge : taux de marge commerciale, taux de marge brute, sont-elles conformes aux moyennes du
secteur 

 Analyse de la variation de la masse salariale : effet d'effectif, de structure, effet de noria (la mesure de l’économie
obtenue par une entreprise lors du remplacement de salariés âgés par des salariés plus jeunes) et de turn-over.

20
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

Analyse du cycle d'investissement et de financement

Cette étape consiste à étudier les investissements en immobilisation et leur mode de financement.

L'analyse peut être faite à partir :

 Du tableau de flux (pour une analyse dynamique) ;

 Du bilan comptable (pour une analyse statique et cumulée) ;

 Ou des annexes, etc.

21
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

Dans cette étape, l'analyse peut porter sur :

 Le degré d'investissement et le degré de vieillissement des immobilisations (taux d'amortissement, taux de vétusté (ancienneté), etc.) ;

 La structure financière de l'entreprise (la dépendance financière ou non de l'entreprise capitaux propres et endettement financier:) ;

 Les engagements de crédit-bail ou location financière ;

 Le recours à la mobilisation des créances ;

 L’étude de la trésorerie ;

 L’impact de la distribution des dividendes sur les capitaux propres et sur la trésorerie.

22
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

Analyse de la rentabilité

Il s'agit ici d'étudier la rentabilité économique et financière de l'entreprise, mais aussi les raisons de la
variation du résultat. L'analyse peut être faite à partir du compte de résultat de l'entreprise et du bilan
comptable.

23
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

Dans cette étape plusieurs éléments peuvent être analysés

 Analyse de résultat net de l'entreprise : l'entreprise réalise-t-elle des bénéfices ou plutôt des pertes, analyse de
l'évolution historique du résultat par l'évolution des produits et des charges (effet point mort, l'effet absorption des
charges fixes, et seuil de rentabilité) ;

 Analyse de la rentabilité économique : le rapport entre les ressources de l'entreprise et ses résultats et son
évolution par rapport au secteur ;

 Analyse de la rentabilité financière : le rapport entre le résultat net de l'entreprise et ses capitaux propres et son
évolution par rapport au secteur.

24
1. FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIÈRE 

L'analyse de l'équilibre financier

L'analyse fonctionnelle permet de vérifier l'équilibre de la situation financière de l'entreprise. Pour le faire, il est important
de constituer un bilan en masse appelé bilan fonctionnel.

 Son principe est simple, vérifier grâce aux trois indicateurs de gestion que les ressources à long terme de l'entreprise

financent aux moins les emplois à long terme et que les ressources à court terme financent les emplois à court terme.

 La trésorerie nette est la résultante de l'équilibre global de l'entreprise.

 Lorsqu'elle est positive, cela signifie que l'entreprise dispose d'une liquidité immédiate. Lorsqu'elle est négative, la

situation financière de l'entreprise est déséquilibrée (exemple : FR < BFR , etc.).

25
Séance 2
26
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Bilan patrimonial ou financier :

 Principe général

 Retraitements et reclassements

 Indicateurs et ratios

27
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

2- Bilan patrimonial ou financier :

Le terme bilan fait référence à un document comptable de l’entreprise qui indique la situation
du patrimoine de l'entreprise.

Il existe plusieurs types de bilan qui relatent de manière différente à la comptabilité de l’entreprise.

Le bilan est une photographie de l’entreprise à un moment donné. Il se divise entre les actifs (ce que
possède l’entreprise) et le passif (les sources de financement).

28
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :
Voici de manière très simplifiée, une structure de bilan d’une entreprise :

29
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

L’origine du mot vient de l’italien « bilancio » qui signifie balance, équilibre. 

Actif

Dans la colonne de gauche, appelée « Actif », figure tout le patrimoine de l’entreprise, autrement dit tout ce
que l’entreprise possède, à la date d’arrêté des écritures, grâce aux ressources figurant au passif. Les rubriques
sont classées de la moins liquide (les immobilisations) en haut, en passant par les stocks, les créances sur les
clients et jusqu’à la plus liquide (les disponibilités en caisse) en bas.

Passif

Dans la colonne de droite, appelée « Passif » est fournie la liste des rubriques qui expliquent d’où proviennent
les ressources financières dont dispose l’entreprise à la date d’arrêté des écritures comptables. Le classement de
ces valeurs est effectué de la plus stable dans le temps, en haut (fonds investis en capital par les actionnaires), à 30

la plus exigible (dettes à quelques jours ou semaines), en bas, en passant par ce qui est encore dû aux banques,
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Le bilan est une « photographie » du patrimoine de l'entreprise qui permet de réaliser une évaluation
d'entreprise, et plus précisément de savoir après retraitement (par exemple d'une optique patrimoniale à
celle sur option de juste valeur pour l'adoption des normes internationales) combien elle vaut et si elle est
solvable.

Pour les petites entreprises, le bilan sert surtout aux tiers (banques, administrations...) qui peuvent ainsi
contrôler si l'entreprise est solvable (par une analyse des ratios ou de la trésorerie notamment) et pour
évaluer les impôts et taxes dus. Les comptes annuels (dont le bilan, le compte de résultat, les annexes...)
doivent obligatoirement être établis à la clôture de l'exercice.

31
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Pour les grosses entreprises, il peut aussi être utile d'établir un bilan plus d'une fois durant l'exercice (4 fois
par an par exemple). Le bilan forme un tout indissociable avec le compte de résultat et les annexes (et
d'autres documents selon les normes suivies) pour former les comptes annuels. En effet, le montant du
résultat de l'exercice trouvé au bilan est toujours égal au montant du résultat trouvé en compte de
résultat. En association avec le compte de résultat, le bilan donne aussi des informations sur la
performance et la rentabilité.

L'ensemble devrait être présenté ou accessible aux ayants droit (propriétaires, fournisseurs, prêteurs,
fisc...). Il constitue normalement une garantie de transparence pour ceux-ci et doit être certifié par
un commissaire aux comptes pour certaines entreprises (sociétés anonymes...).
32
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Il existe donc trois finalités au bilan comptable :

Le bilan comptable interne, généralement détaillé, utilisé par les responsables de l'entreprise pour différentes
analyses internes ;

Le bilan comptable officiel, destiné aux tiers (actionnaires, banques, clients, salariés, collectivités...). Il est
contrôlé par le commissaire aux comptes et publié et approuvé au moment de l'assemblée générale ordinaire
des actionnaires ;

Le bilan (comptable) fiscal, qui sert à déterminer le bénéfice imposable.

Pour limiter le coût administratif, les entreprises cherchent à faire converger le bilan fiscal avec le bilan
comptable officiel, mais c'est de moins en moins possible. L'optimisation fiscale ne recherche pas en effet à
33

obtenir automatiquement une représentation juste aux yeux des tiers de la valeur et du résultat de l'entreprise
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Les caractéristiques générales d’un bilan d’entreprise

En général, les bilans prennent la forme d’un tableau de synthèse divisé en deux parties : l’actif et le passif.

L’actif du bilan

L'actif du bilan représente les moyens de production de l’entreprise, c’est-à-dire tout ce qu’elle possède à un moment donné.

L’actif, parfois désigné aussi sous le terme « emplois », comprend :

 Les immobilisations (incorporelles, corporelles et financières)

 Les stocks (matières premières, en-cours, marchandises)


34
 Les créances (créances clients, valeurs mobilières de placement, disponibilités, …)
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Le passif du bilan
Aussi parfois désigné sous le terme « ressources » le passif comprend :

 Les capitaux propres,

 Les réserves et le résultat,

 Les emprunts,

 Les provisions,

 Les dettes (découverts, produits constatés d’avance).

Le passif du bilan représente les moyens de financement de l’entreprise, c’est-à-dire tout ce qu’elle doit, tout ce qui lui a permis de financer

ses actifs.

Important : Le bilan doit toujours être équilibré. Le total de l’actif du bilan doit obligatoirement être égal au total du passif du bilan. 35

Le bilan est fondé sur le principe d’équilibre financier. C’est-à-dire que chaque élément de l’actif du bilan correspond à un élément du
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Résultat, pertes et bénéfices dans le bilan

Actif – passif = résultat (bénéfices ou pertes)

Le résultat de l’activité de l’entreprise est un gain ou bénéfice si l'actif est supérieur au passif. Il est alors
reporté comme bénéfice au passif du bilan, afin que les totaux actif et passif soient égaux.

Le résultat est une perte si le passif est supérieur à l'actif. Il est alors reporté comme perte à l’actif, afin
que les totaux actif et passif soient égaux.

36
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

A partir du bilan, on peut calculer des indicateurs très importants :

 Le fonds de roulement,

 Le besoin en fonds de roulement.

Il existe également un certain nombre d’autres indicateurs et ratios que l’on peut calculer à partir du
bilan : intensité capitalistique, ratio de vétusté, taux de croissance externe, taux de solvabilité, taux
d’endettement, capacité d’endettement, couverture des emplois stables, capacité de remboursement,
durée du crédit clients, durée du crédit fournisseurs, etc.
37
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Qui doit établir un bilan ?

La quasi-totalité des entreprises et des associations doivent établir un bilan.

Le bilan est le document le plus important à fournir à l’administration, aux banques et aux investisseurs,
parce qu’il illustre la santé financière, bonne ou pas très bonne, de la société.

Il servira notamment pour l'approbation annuelle des comptes sociaux, formalité obligatoire.

38
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Les différents types de bilan

Il existe différent type de bilan d’entreprise et d’association. Le mot bilan peut donc faire référence à différents documents.

On distingue les différents types de bilan suivants :

 Le bilan comptable

 Le bilan patrimonial ou financier

 Le bilan fonctionnel ou économique

 Le bilan prévisionnel
39
 Le bilan social
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Similarités et différences entre les différents types de bilan d’entreprise

Lorsque le terme bilan d’entreprise est mentionné, il y a de grandes chances qu’il s’agisse en fait du bilan
comptable. Le bilan comptable est le type de bilan le plus répandu.

Beaucoup des autres types de bilans sont d’ailleurs construits à partir du bilan comptable.

C’est le cas du bilan financier par exemple, ainsi que du bilan fonctionnel. Ces deux bilans, relativement
similaires, reprennent les informations contenues dans le bilan comptable, mais ils les organisent de
manière différente afin de mettre en valeur d’autres aspects de la santé financière de l’entreprise.

40
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Le bilan fonctionnel se penche sur le fonctionnement de l’entreprise. Sur un bilan fonctionnel, les emplois
et les ressources sont catégorisés par fonctions. Le bilan fonctionnel permet donc de comprendre d’où
provient l’argent de l’entreprise et d’avoir une vue d’ensemble sur comment cet argent est utilisé.

Le bilan financier quant à lui se concentre sur la solvabilité et la liquidité de l’entreprise. Pour cette raison,
le bilan financier est le type de bilan le plus souvent demandé par les banques.

Le dernier type de bilan, le bilan prévisionnel, diffère quelque peu des autres bilans. Contrairement aux
bilans comptable, financier et fonctionnel, le bilan prévisionnel établit des projections quant à l’évolution de
la situation financière de l’entreprise. 41
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Le bilan prévisionnel est un document qu’il faut inclure dans le business plan, par exemple
lorsqu’une startup cherche à obtenir un financement.

Le bilan social est un document à part qui, contrairement aux autres bilans, ne touche pas à la
comptabilité de l’entreprise. Le reste de cet article traite des types de bilan liés à la comptabilité de
l’entreprise.

42
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

A- Principe général

Pour établir un bilan patrimonial, il est nécessaire d’effectuer des correctifs (retraitements) et de disposer : D’un bilan
comptable après répartition des bénéfices, de l’état des échéances des créances et des dettes (annexe), d’informations
sur les retraitements à effectuer à l’actif et au passif.

En effet, le bilan patrimonial a aussi d'autres objectifs, à savoir :

• Evaluer le patrimoine de l’entreprise,


• Apprécier :

 La valeur de l’entreprise dans certaines situations ou circonstances,

 La solvabilité de l’entreprise, le niveau d’endettement,


43
 Le risque éventuel d’insolvabilité, de défaillance, de cessation de paiement ou de faillite.
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Critères de l’analyse

• A l’actif : la liquidité.
• Au passif : l’exigibilité.
• Les équilibres : actif / passif.

Moyens de l’analyse

Le Fonds de Roulement Financier(FRF) :

• L’actif net comptable, la valeur des titres du capital (actions ou parts sociales).
• Les ratios d’analyse du bilan patrimonial. Les variations des postes du bilan patrimonial sur plusieurs exercices.
44
• Les comparaisons sectorielles, avec les valeurs moyennes.
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Structure générale

Qui s’intéresse au bilan financier d’une entreprise ?

• L’analyste financier afin d’évaluer précisément la valeur réelle de l’entreprise et des actions du capital,
• Un éventuel acquéreur, repreneur ou successeur,
• L’établissement de crédit sollicité pour une demande de prêt, 45

• L’entrepreneur en cas de cessation d’activité, …


2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

B- Retraitements et reclassements
Pour établir un bilan patrimonial, il est nécessaire d’effectuer des correctifs (retraitements) et de
disposer :
• D’un bilan comptable après répartition des bénéfices,
• De l’état des échéances des créances et des dettes,
• D’informations sur les retraitements à effectuer à l’actif et au passif.

46
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Retraitements de l’actif

Actifs fictifs

Les actifs « fictifs » ou « non valeurs » n’ont pas de valeur vénale (pas de valeur réelle lors de la vente).
Ils figurent à l’actif du bilan pour des raisons de techniques comptables ou de choix de gestion.

Ils sont :

• à éliminer de l’actif,
• et en contrepartie, à déduire des capitaux propres. 47
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Il s’agit des rubriques correspondant à des charges activées (inscrites à l’actif en vue de leur étalement) :

• Frais d’établissement (frais de constitution, …)


• Frais de recherche et de développement (à éliminer éventuellement lorsque les projets ont peu de
chances d’aboutir)
• Charges à répartir sur plusieurs exercices (sur frais d’émission d’emprunts)
• Primes de remboursement des obligations (en cas d’emprunt obligataire)

48
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Dans l’optique patrimoniale du bilan, le crédit-bail n’est pas à retraiter. En effet, l’entreprise
n’étant pas propriétaire du bien, celui-ci ne doit pas figurer à l’actif du bilan.

A défaut de valeur vénale ou de revente, l’évaluation de certains postes devra être effectuée à
la valeur comptable nette.

49
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Écarts de conversion – Actif

Ils correspondent à des pertes latentes de change constatées lors de la conversion des créances et des
dettes libellées en devises.

Ils sont :

• à transférer dans l’actif à moins d’un an (principe général),


• ou à retrancher des Capitaux Propres, si la perte n’est pas couverte par une provision pour risque de
change.
50
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Charges constatées d’avance.

En principe, ce sont de véritables créances à rattacher aux créances à moins d’un an. Si elles sont
incertaines, alors, par prudence, elles peuvent être considérées comme des non valeurs et éliminées de
l’actif et donc déduites des capitaux propres. Les retraitements doivent être effectués en fonction des
informations disponibles.

51
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Fonds commercial.

Le fonds de commerce, dont la valeur est basée sur le critère de rentabilité (clientèle et chiffre d’affaires),
peut par prudence être considéré comme une non-valeur et donc éliminé de l’actif.

Cependant, il peut être conservé dans l’actif immobilisé lorsqu’il a été acquis.

Dans ce cas, il a une valeur vénale réelle et justifiée.

Un fonds de commerce créé n’apparaît pas à l’actif du bilan. En pratique, sa valeur potentielle de revente
52
constitue une plus-value latente.
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Valeurs mobilières de placement.

Considérées comme de quasi-liquidités, elles sont à regrouper, pour leur montant net (après déduction de
la provision éventuelle), dans les disponibilités.

Cependant, si un délai de réalisation est nécessaire (titres non cotés par exemple), elles sont à rattacher
aux créances à moins d’un an.

53
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Effets escomptés non échus.

Leur origine se situe au niveau des créances détenues sur les clients. Leur négociation (escompte) en
banque, a transféré leur propriété au profit de l’endossataire d’où leur sortie du patrimoine de l’entreprise.

Or, par principe de solidarité, l’entreprise peut se trouver engagée en cas d’impayé à l ‘échéance.

Par conséquent, ils sont à :

• réintégrer dans les créances à moins d’un an,


54
• et à ajouter aux dettes à moins d’un an (trésorerie passive).
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Capital souscrit non appelé.

Ce poste doit être éliminé de l’actif et des capitaux propres (actif fictif).

Cependant, si un versement doit avoir lieu dans moins d’un an, alors il doit être transféré dans les créances à court
terme.

Stock outil ou stock minimum.

Indispensable au fonctionnement de l’entreprise, il est considéré comme immobilisé et donc à > 1 an. Il doit être
transféré de l’actif circulant vers l’actif immobilisé. 55
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Retraitements du passif.
Capitaux propres.

Ils doivent être évalués après répartition des bénéfices. Les retraitements consistent donc à :

• Déduire la fraction de résultat à distribuer (dividendes à payer) et la transférer en dettes à moins d’un an.
• Déduire les actifs fictifs ou non valeurs.
• Déduire la fraction d’impôt à payer (fiscalité latente ou différée) pour des réintégrations ultérieures correspondant aux :

 Subventions d’investissements restant à virer aux résultats,

 Provisions pour hausse des prix éventuelles,

 Aux amortissements dérogatoires à reprendre. Le montant de l’imposition latente est à transférer dans les dettes à plus d’un an ou à56
moins d’un an selon les échéances fiscales. L’actif fictif amortissable peut générer une économie d’impôt due à la déduction de la
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Provisions pour risques et charges.

Elles ont été constituées, par respect du principe de prudence, dans l’hypothèse de charges et donc de dettes
ultérieures probables. Si elles ne sont pas justifiées, elles sont considérées comme des réserves occultes
(cachées ou inconnues) et doivent être transférées dans les capitaux propres. Si elles sont justifiées et selon
la date probable de réalisation du risque ou de la charge, il faut les transférer soit :

 en dettes à plus d’un an,

 en dettes à moins d’un an.

57
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Comptes courants d’associés.

Ce sont des apports effectués par les associés pour une période plus ou moins longue. Lorsqu’ils sont
bloqués ou stables, ils doivent être transférés des dettes financières vers les capitaux propres.

Écarts de conversion – Passif.

Ils correspondent à des gains latents de change, constatés lors de la conversion de créances et de dettes
libellées en monnaies étrangères. Bien que latents, ces gains ont déjà supporté l’impôt en raison de leur
réintégration fiscale. Ils doivent être ajoutés aux capitaux propres.
58
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Produits constatés d’avance.

Ils sont considérés comme des dettes à court terme (moins d’un an).

Impôts latents.

Calculés sur des réintégrations ou des reprises ultérieures, ils sont considérés comme des dettes à < 1 an
ou à > 1 an selon l’année prévue de leur échéance.

59
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Les grandes masses du bilan patrimonial.

Après ces retraitements, quels sont les contenus des grandes masses du bilan financier ?

Actif à plus d’un an.

Actif immobilisé net.

Il correspond à l’actif immobilisé réel :


• Immobilisations incorporelles,
• Immobilisations corporelles,
• Immobilisations financières,

Évaluées à leur valeur nette comptable, après déduction des amortissements et des dépréciations.
60

• Frais de Recherche et de Développement si les projets sont réalisables,


• Les avances et acomptes versés sur commandes d’immobilisations,
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Créances à plus d’un an.

Elles incluent :

• certains prêts accordés à des tiers (au personnel par exemple),


• les créances clients dont l’échéance est éloignée (> 1 an),
• les dépôts et cautionnements versés.

61
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Actif à moins d’un an net.

Stocks.

Il s’agit de la valeur nette des stocks et des en-cours, diminuée de la valeur du stock-outil.

Valeurs réalisables à court terme.

Elles comprennent les :

• Avances et acomptes versés aux fournisseurs,


• Créances clients et comptes rattachés,
• Effets escomptés non échus,
62
• Autres créances,
• Certaines immobilisations financières encaissables à court terme.
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Trésorerie d’actif.

Elle regroupe les :

• Disponibilités,
• Valeurs Mobilières de Placement immédiatement négociables et liquides,
• Effets de commerce immédiatement négociables ou escomptables.

Capitaux permanents.

Ils représentent les ressources durables de l’entreprise.


63
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Capitaux propres

C’est à dire :

• le Capital social,
• les Réserves et report à nouveau, après répartition des bénéfices,
• les Provisions pour risques et charges sans objet réel ou non justifiées (considérées comme des réserves
occultes),
• les Comptes courants d’associés bloqués ou stables.

64
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Dettes à plus d’un an.

Elles regroupent (pour la partie à + d’un an) :

• les emprunts obligataires convertibles,


• les autres emprunts obligataires,
• les emprunts et dettes auprès des établissements de crédit,
• les emprunts et dettes financières divers,
• les Provision pour risques et charges justifiées à plus d’un an,
• les Autres dettes à plus d’un an, dépôts et cautionnements reçus,
• la fraction d’impôt différé relatif aux réintégrations ultérieures (subventions d’investissement, provision pour 65

hausse des prix, amortissements dérogatoires).


2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Dettes à court terme.


Dettes à moins d’un an.

Elles sont composées :

• des avances et acomptes reçus des clients,


• des dettes fournisseurs et des comptes rattachés,
• des autres dettes à moins d’un an (sociales, fiscales, …),
• de la fraction d’emprunt remboursable dans l’année,
• des produits constatés d’avance,
• des dividendes à payer (part du résultat distribuée aux actionnaires),
66

• des provisions pour risques et charges justifiées à moins d’un an.


2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Trésorerie de passif.

Elle comprend :
• les effets escomptés non échus (EENE),
• les concours bancaires courants (CBC),
• les soldes créditeurs de banque (SCB).

67
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

C- Indicateurs et ratios
 Pour apprécier les équilibres, il convient d'analyser et de suivre plusieurs ratios :

 Les ratios de structure financière : taux d'endettement, capacité de désendettement, ratio d'autonomie
financière

 Les ratios de rotation : délais de paiement accordés aux clients, délais de paiement fournisseurs, rotation du stock

68
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Toute analyse financière qui se respecte doit reposer sur des ratios fiables et pertinents. Les
 

plus connus étant ceux utilisés pour évaluer le besoin en fonds de roulement : rotation de stock,
délais de paiement des clients et des fournisseurs...

En réalité, il en existe de nombreux qui sont employés selon la finalité de l'analyse : évaluer la
compétitivité d'une société, sa pérennité et sa capacité de développement.

A ce titre, les approches sont différentes, tout comme les sources d'informations utilisées.
Alors que pour comprendre les mécanismes de compétitivité, il faut s'appuyer sur l'interprétation
du compte de résultat, l'appréhension de la pérennité passe principalement par l'analyse fine
des informations du bilan .

69
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Voici quelques exemples d'indicateurs financiers :

  Compétitivité Pérennité Développement

Indicateurs Progression du chiffre Délais de paiement des Rentabilité économique


d'affaires  clients Rentabilité financière
Analyse de la Délais de paiement Création de valeur
productivité (Valeur fournisseurs ...
ajoutée/effectif) Appréciation du niveau
Niveau des frais de de capitaux propres
personnel (Frais de Niveau d'endettement
personnel / effectif) supportable
... ...

70
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Les principaux ratios financiers d'analyse de bilan à connaître 

 Ratios de rotation

 Ratio délais de paiement accordés à la clientèle


(Créances clients + Comptes rattachés / chiffre d'affaires TTC) x 360

Définition : Ce ratio établit la durée moyenne du crédit client. Important à surveiller pour maîtriser la dette
client.

A noter que les encours d'escompte sont à ajouter au dénominateur.

Si l'entreprise possède une part importante du chiffre d'affaires réalisé à l'export, ne pas hésiter à 71

distinguer un ratio clients français et d'un ratio clients export.


2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

 Ratio délais de paiement accordés par le fournisseur

(Dettes fournisseur + Comptes rattachés / achats TTC) x 360

Définition : il s'agit de la durée moyenne de crédit fournisseur 

 Ratio de rotation du stock

(Stock moyen / coût d'achat des marchandises vendues) x 360

Remarques :

o Procéder avec la même formule pour les produits finis

o Le stock moyen se calcule par la formule : (stock initial + stock final) / 2 72

o Le coût d'achat des marchandises vendues = achats de marchandises + - la variation de stock


2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

 Ratios de structure financière

 Ratio d'autonomie financière

(Capitaux propres + amortissements + provisions) / Dettes financières ou

Capitaux propres / total du bilan

 Taux d'endettement

(Total des emprunts / Capitaux propres) x 100

 
73
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Comment interpréter les ratios ?

2 approches sont possibles :

  Une analyse temporelle en observant l'évolution de l'indicateur financier sur plusieurs années

  Une analyse comparative par rapport à une référence (avec les résultats d'une entreprise
similaire, d'un secteur d'activité, etc.).

Dans tous les cas, la compréhension n'est possible que par une comparaison avec un référentiel, qu'il soit
temporel ou autre. 
74
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Pour quelle utilité ?

L'application principale est le diagnostic d'une situation. Lorsqu'une société connaît des
dysfonctionnements au niveau financier, les ratios apportent une précieuse information pour comprendre
les sources du ou des problèmes. Ces indicateurs sont également utilisés pour gérer les
ressources financières. C'est le cas avec les ratios de délais pour maîtriser le risque client et réduire le
niveau des créances. Enfin, ils sont de précieux alliés pour évaluer la santé d'une entreprise dans le
cadre d'un projet de reprise.

75
Séance 3
76
2- BILAN PATRIMONIAL OU FINANCIER :

Séance dédiée
aux exercices
concernant le bilan patrimonial ou financier

77
Séance 4
78
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Bilan fonctionnel ou économique :

 Principe général

 Retraitements et reclassements

 Indicateurs et ratios

79
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 
L’analyse fonctionnelle du bilan présente les caractéristiques suivantes :

=> Considérer l’entreprise dans son fonctionnement.

=> Mettre en évidence les cycles fonctionnels : emplois / ressources :

• cycles d’investissements stables et cycles de financement durables,

• cycles d’exploitation : stocks, créances, dettes,

• cycles hors exploitation : créances et dettes diverses,

• cycles de trésorerie : active et passive.

=> Evaluer :

• le Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.),

• le Besoin en Fonds de Roulement d’Exploitation (B.F.R.E.),


80

• le Besoin en Fonds de Roulement Hors Exploitation (B.F.R.H.E.),


• la Trésorerie Nette (T.N.).
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

=> L’actif du bilan fonctionnel est évalué en valeurs brutes.

=> Au passif, doivent apparaître toutes les ressources durables ou stables de l’entreprise ainsi que les amortissements,
dépréciations et provisions, éléments de ressources internes et d’autofinancement.

Le bilan fonctionnel permet d’analyser d’où vient l’argent et où il est utilisé. Il est obtenu à partir du bilan
comptable et se présente comme suit. Il permet de calculer
 le fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement et la trésorerie nette.

81
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

82
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

A-Principe général
L'analyse de la structure financière d'une entreprise repose sur l'évaluation du bilan fonctionnel.

Contrairement au bilan patrimonial produisant une vue financière d'une entreprise, cette analyse s'attache à décrire, à partir du bilan
comptable, le fonctionnement d'une société.

La différence apparaissant entre le bilan fonctionnel et le bilan financier se situe au niveau du fait que le bilan fonctionnel se base sur
une approche liquidative tandis que le bilan financier voit le bilan comme une seule étape distincte de l'activité d'une société.

83
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

 Le bilan fonctionnel permet d'apprécier la rentabilité de l'entreprise en calculant le besoin en fonds de roulement

(BFR), la trésorerie ainsi que le ratio de rotation (clients, fournisseurs, stocks). Il permet aussi de mesurer la
solidité financière de l'entreprise et d'évaluer les risques potentiels.

 A partir du bilan comptable, avant affectation du résultat de l’exercice et après retraitements, comment se présente

le bilan fonctionnel condensé ?

84
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Cette lecture met en exergue plusieurs grandes masses du bilan :

    Les ressources (capitaux propres et dettes financières) et les emplois stables (immobilisations), liés
respectivement aux opérations de financement et d’investissement. A noter que les emplois stables correspondent à
l'actif immobilisé brut.

    Les ressources (dettes court terme au passif) et emplois circulants (actifs circulant), issus de l'activité de
l'entreprise.

L'actif et le passif du bilan comptable deviennent des ressources et des emplois dans le bilan fonctionnel, c'est la différence
fondamentale entre les 2 lectures.

85
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

L'objectif est de distinguer les différents cycles pour mener des analyses financières

    Cycles de financement et d'investissement pour la partie stable. Avec une préoccupation : vérifier l'adéquation
entre durée de vie des ressources financières et leur emploi (un emploi stable doit être financé par une ressource
stable). 

    Cycle d'exploitation et hors exploitation. Notamment pour analyser les besoins de financement de
l'exploitation et son financement.

    Cycle de trésorerie : apprécier l'impact des cycles précédents sur la trésorerie.

86
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

On parle aussi "d'analyse horizontale du bilan" pour matérialiser la distinction entre la partie stable et la partie
circulante. Avec en ligne de mire : évaluer l'équilibre financier.

L'évaluation des grandes masses s'étudie à travers :

    Le fonds de roulement

    Le besoin en fonds de roulement

    La trésorerie nette

    Différents ratios pour apprécier l'équilibre de la structure financière


87
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 
Structure du bilan fonctionnel 

 Actif  Passif Mesures 

Emplois stables (ou Actif Ressources stables   -  Fonds de roulement


stable) - Cycle Cycle de financement
d'investissement

Emplois d'exploitation Ressources d'exploitation Besoins en fonds de 


(ou Actif circulant ou  (Passif circulant roulement (exploitation et
d'exploitation) - Cycle d'exploitation) - Cycle hors exploitation
d'exploitation d'exploitation distinguables)

Emplois hors exploitation Ressources hors


(ou Actif circulant hors exploitation ou  (Passif
exploitation) - Cycle hors circulant hors exploitation)
exploitation - Cycle hors exploitation

88

Trésorerie active - Cycle Trésorerie passive -  Cycle Trésorerie nette


de trésorerie de trésorerie
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Composition des grandes masses fonctionnelles 

Ressources stables  Emplois stables

 Capitaux propres  Immobilisations incorporelles

 Quasi capitaux propres  Immobilisations corporelles

 Dettes financières à terme  Immobilisations financières

Actif circulant Passif circulant

 Stock  Dettes fournisseurs

 Créances clients (< 1an)  Dettes fiscales et sociales

 Créances diverses et charges  Autres dettes


constatées d'avance 

Trésorerie active Trésorerie passive

 Liquidités  Concours bancaires à court terme 89

 Effets escomptés non échus


3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Le bilan financier comme le bilan fonctionnel, réorganise par le principe de retraitement, les postes composants le
bilan comptable après répartition du résultat.

Le bilan comptable est réalisé lors de la clôture de l’exercice ou d’une situation comptable intermédiaire. Pour
pouvoir le réaliser il faut au préalable avoir comptabilisé l’ensemble des flux financier de l’exercice dans le logiciel
comptable ainsi que les écritures de clôture comme par exemple la dépréciation des actifs immobilisés.

90
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Il classe les postes de l’actif par leur degré de liquidité et les postes du passif par leur degré d’exigibilité.
Concrètement, le bilan financier permet de mettre en évidence la solvabilité de l’entreprise par la comparaison
entre ses liquidités (ses actifs à long terme et à court terme) et ses exigibilités.

La différence entre les deux bilans (fonctionnel et financier) réside dans le fait que la première repose sur une
approche liquidative alors que la seconde aborde le bilan comme une étape de l’activité.

91
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

L’approche liquidative du bilan financier consiste à vérifier la capacité de l’entreprise à couvrir ses dettes
exigibles par la vente de ses actifs (les plus liquides et les moins liquides), c’est la raison pour laquelle ces derniers
sont évalués à leur valeur réelle ; cette approche est souvent analysée par les tiers de l’entreprise (ex. : le banquier).

Le bilan fonctionnel quant à lui est établi en interne avec une autre logique, celle d’une continuité
d’exploitation. Il va par conséquent faciliter l’analyse du fonctionnent des cycles de financement de la société.

Les deux approches constituent des outils d’analyses complémentaires pour mieux cerner la situation financière de
l’entreprise.

92
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Voici comment se présente le tableau d’analyse du bilan fonctionnel

93
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

B- Retraitements et reclassements

 Retraitements du bilan comptable pour le transformer en bilan fonctionnel

Pour porter une lecture fonctionnelle du bilan, il est nécessaire de procéder à certains retraitements, concernant
notamment :

- les amortissements et provisions pour dépréciations : ils doivent être déplacés de l'actif soustractif au passif en
les ajoutant aux provisions pour risques et charges, un poste compris dans les ressources stables.

- les charges à répartir sur plusieurs exercices : vu leur durée, il s'agit de quasi-immobilisations. Elles sont donc
ajoutées aux emplois stables, 94
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Suite

- les concours bancaires et soldes créditeurs de banque : par nature, il ne s'agit pas de ressources stables. Il faut donc les retirer des dettes
financières pour les placer vers les dettes circulantes.

-  le crédit-bail : Il s'agit d'un mode de financement particulier. Pour leur prise en compte dans l'analyse de bilan, il convient de les considérer comme
des immobilisations financées par emprunt et pratiquer le retraitement suivant :

    La valeur d'origine du bien vient augmenter les emplois stables

    Les équivalents des amortissements sont insérés dans les ressources stables

    La valeur nette (ce qui reste à payer) est placée dans les dettes financières

-  les effets escomptés non échus dans les créances clients et trésorerie passive

95
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 
Pour plus de détail, et afin de réaliser l'analyse fonctionnelle du Bilan, plusieurs rubriques du bilan comptable doivent faire l'objet de reclassements ou
retraitements selon les informations complémentaires

Rubriques à l'actif.

- Amortissements, dépréciations et Provisions pour dépréciation :

• total à éliminer de l'actif (immobilisations en valeurs brutes),

• à reporter dans les capitaux propres au passif (autofinancement).  

- Poste "Capital souscrit non appelé" (fraction du capital social non appelé) :

• à éliminer de l'actif (actif fictif en haut du bilan),

• à déduire des Capitaux Propres.  

- Charges à répartir sur plusieurs exercices :


96

• à faire disparaître des régularisations d’actif,


• à transférer en emplois stables immobilisés.
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 
Suite

- Primes de remboursement des obligations :

• à éliminer des régularisations d’actif,

• à déduire des dettes financières (emprunts obligataires).  

- Ecarts de conversion ACTIF (cas de diminution de créances) :

• à faire disparaître de l’actif,

• à ajouter à l’actif d’exploitation (afin de neutraliser les pertes latentes de change sur créances et de revenir à la situation initiale).  

- Ecarts de conversion ACTIF (cas d’augmentation de dettes) :

• à faire disparaître de l’actif,

• à déduire des dettes d’exploitation (afin de neutraliser les pertes latentes de change sur dettes et de revenir à la situation initiale).  

- Intérêts courus sur prêts (non échus) : 97

• à déduire des immobilisations financières,


3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Rubriques au passif.

- Concours Bancaires Courants :

• déduire des « Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit »,

• à transférer en trésorerie passive.  

- Soldes Créditeurs de banque :

• à déduire des « Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit »,

• à transférer en trésorerie passive.

- Ecarts de conversion PASSIF (cas d’augmentation de créances) :

• à faire disparaître du passif,


98

• à déduire de l’actif d’exploitation (afin de neutraliser les gains latents de change sur créances et de revenir à la situation initiale).
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

- Ecarts de conversion PASSIF (cas de diminution de dettes) :

• à faire disparaître du passif,

• à ajouter aux dettes d’exploitation (afin de neutraliser les gains latents de change sur les dettes et de revenir à la situation initiale).

- Provisions pour Risques et Charges : (voir informations éventuelles en annexe) :

• si elles ne sont pas justifiées : o => à transférer dans les ressources stables car elles sont considérées comme des réserves occultes,

• si elles sont justifiées : o => à transférer selon leur nature : dans les dettes d'exploitation, ou les dettes hors exploitation.

99
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

- Intérêts courus non échus (ICNE) sur emprunts :

• à déduire des « emprunts et dettes … »,

• à ajouter aux dettes hors exploitation.

- Comptes courants d’associés : Ils doivent être placés selon leur degré d’exigibilité :

• soit dans les capitaux propres (ressources stables),

• soit dans les dettes hors exploitation,

• soit dans la trésorerie passive.

100
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Eléments ou engagements hors bilan.

- Effets Escomptés Non Echus (E.E.N.E.) :

• à ajouter aux créances dans l'actif d'exploitation,

• à ajouter à la trésorerie passive.

- Cessions de créances professionnelles (cessions dans le cadre de la loi Dailly) :

• à ajouter aux créances dans l'actif d'exploitation,

• à ajouter à la trésorerie passive. 101


3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 
- Engagements hors bilan en matière de Crédit Bail (mobilier et immobilier) :

• valeurs d'origine des biens en crédit bail :

o => à ajouter aux emplois stables immobilisés.

• cumuls des amortissements des biens en crédit bail :

o => à ajouter aux capitaux propres en ressources stables.

• valeurs nettes ou résiduelles des biens en crédit bail (partie financière) :

o => à ajouter aux dettes financières en ressources stables. Les retraitements effectués pour les biens en
crédit-bail dans le bilan fonctionnel sont cohérents avec l’approche économique effectuée pour les redevances 102

dans le tableau des SIG.


3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 
C- Indicateurs et ratios

Nous nous intéresserons au calcul et à l’analyse du fonds de roulement, des besoins en fonds de roulement et de la
trésorerie
Voici un tableau reprenant l'expression des différents indicateurs utilisés pour l'analyse du bilan fonctionnel. 
ACTIF PASSIF
 Emplois stables Ressources stable

 Fonds de roulement - FR

Emplois d'exploitation Ressources d'exploitation

Besoins en fonds de roulement


d'exploitation (BFRE)

Emplois hors exploitation Ressources hors exploitation

  Besoins en fonds de roulement


hors exploitation (BFRHE)
103
Trésorerie d'actif Trésorerie de passif

Trésorerie nette
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Naturellement, selon leur valeur, ils peuvent être positionnés dans la colonne d'à côté. Par exemple, un fonds de roulement négatif est
situé dans la colonne « passif » et non « actif ».

 Le fonds de roulement

Il s'agit du solde de ressources disponibles après avoir financé les immobilisations. Ce FR est utilisé pour couvrir les besoins en
fonds de roulement de l'exploitation.

 Calcul du FR

104
FR = Ressources stables - emplois stables
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

 Les besoins en fonds de roulement d'exploitation

Ils constituent la partie des emplois restant à financer après l'utilisation des ressources du passif circulant. Le BFR est financé
par une partie du FR pour faire ressortir une trésorerie excédentaire. Dans la réalité quotidienne des PME, c'est rarement le cas : le
ratio FR/BFR se situant en moyenne à 55-60%.

 Calcul du BFR d'exploitation

BFR exploitation = Emplois d'exploitation - Ressources d'exploitation

Même calcul pour la partie hors exploitation - le BFR global étant la somme des parties exploitation et hors exploitation.

105
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

 La trésorerie nette

La TN représente ce qu'il reste dans les comptes de l'entreprise après le financement de l’activité. Une trésorerie nette négative signifie un
financement partiel reposant sur des financements bancaires (facilité de caisse, découverts, etc.).

 2 modes de calcul de la trésorerie

TN = Trésorerie active - Trésorerie passive

TN = FDR - BFR (exploitation + hors exploitation)

Donc :

- si FDR > BFR, la trésorerie est positive


106

- si FDR < BFR, la trésorerie est négative


3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

 Ratios de structure financière

- Ratios de financement.

107
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

 Ratios d'indépendance financière

108
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

 Ratios de rotation.

- Poids du Besoin en Fonds de Roulement d'Exploitation (B.F.R.E.).

 Délai de rotation des stocks de marchandises

109
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

 Délai de rotation des stocks de produits finis.

110
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

 Durée moyenne du crédit clients.

 Durée moyenne du crédit fournisseurs.

111
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Ces quelques ratios vous aideront à analyser la structure financière de votre bilan. Ils sont essentiels pour saisir
comment votre entreprise se finance. Il est important de les surveiller chaque jour afin de connaitre le financement du
cycle de court terme.

Voici ci-dessous une synthèse approfondie du bilan fonctionnel.

112
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

113
Séance 5
114
3- BILAN FONCTIONNEL OU ÉCONOMIQUE 

Séance dédiée
aux exercices
concernant le bilan fonctionnel ou économique

115

Vous aimerez peut-être aussi