Vous êtes sur la page 1sur 34

Journées Scientifiques de la STPHU

Sousse les 10-11-12 avril 2008

| 
    
  
   
 
    
  
S.Mlika, A.Frikha, J.Nakhli, I.Marrag, S.Ben Nasr,
B.Ben Hadj Ali
Service de psychiatrie, CHU Farhat Hached, Sousse,Tunisie
°  

 
 
  
 

ÿ egard intérieur », posé sur soi et sur ses
rapports au monde
[ Lewis (1934) ÿ L¶attitude correcte par rapport
au changement morbide en soi-même et la
prise de conscience que la maladie est mentale
»
[ Conrad (1958) La capacité d'un individu
d'effectuer le passage d'une situation où il
s'observe de l'intérieur puis de l'extérieur, avec
les ÿ yeux des autres »
[L¶ÿ attitude correcte » La notion de
normalité, par référence au clinicien

[ ÿ Les yeux des autres » par lesquels un


individu s¶observe La perception qu¶ils ont de
lui
[ La construction de l¶insight renferme une
dimension socioculturelle
[ L¶insight peut varier en fonction de la culture
et de l'information du patient
ù 



[ Ëoldberg et coll. (2001); McCabe et coll. (2004)


Les minorités ethniques souffrant de
schizophrénie, incluses dans les travaux sur
l¶insight, ont eu des scores plus bas
[ athod et coll. (2005) Les TCC de l¶insight
peu efficaces chez les patients d¶origine
africaine ou caribéenne
[ Saravanan et coll. (2005) Les modèles actuels
ne sont pas culturellement sensibles pour évaluer
l¶insight
[ Un travail d¶adaptation reste à faire sur les outils
d¶évaluation pour pouvoir évaluer l¶insight de
manière objective
[ Ces outils devraient
 Etre multidimensionnels (Lincoln et coll., 2007)
 Permettre de différencier le défaut d¶insight
(comme symptôme) des croyances culturelles
concernant la maladie (Linden et coll., 2007)
 Inciter le malade à expliquer sa maladie, plutôt
que de se conformer au point de vue du
clinicien (Beck et coll., 2004)
ƒ

 

[ Explorer l¶insight chez des sujets tunisiens suivis
pour schizophrénie (DSM-IV), parmi les
consultants du Service de Psychiatrie de l¶Hôpital
Farhat Hached, à Sousse

épondre à la question de la pertinence d¶un


outil standard d¶évaluation: la SUMD
ƒ 
r
[ Une version traduite en arabe de l¶échelle
SUMD (Scale to assess Unawareness of Mental
Disorder) de Amador et coll. (1993)
[ Une échelle d'hétéro-évaluation de l'insight
dans la schizophrénie et les autres troubles
psychotiques
[ Concept multidimensionnel, continu de l¶insight
(admettant un insight partiel)
r
[ Trois items généraux évalués dans le temps présent et
passé:
[ Conscience globale d'avoir un trouble mental

[ Conscience de l¶effet bénéfique de la médication

[ Conscience des conséquences sociales de la maladie


mentale
Deux items complémentaires :
[ La conscience actuelle et rétrospective des symptômes

[ L'attribution (= explication) actuelle et rétrospective des


symptômes
 

 
 

[ 24 patients ont été recrutés


[ 21 hommes et 3 femmes (Sex ratio: 7/1)
[ Moyenne d¶âge: 41,29 ans (DS= 9,12)
[ Forme: indifférenciée 15; désorganisée 5;
paranoïde 3; résiduelle 1
[ Nombre moyen d¶années d¶évolution: 18,2
(DS=7,7)
Nombre moyen d¶années de suivi: 15,1
(DS=8,18)
[ Moyenne de la PANSS: 77 (DS=16) (sévérité
légère à moyenne, selon Leucht et coll., 2005)
  
r 



[ Conscience du trouble dans le passé: 83,3 %


des sujets
Conscience du trouble actuel: 62,5%
[ Conscience rétrospective du trouble plus élevée
que la conscience du trouble actuel
(Moyennes: 1,75 et 2,71; p= 0,009)
r




[ 95,8% ont reconnu un effet des médicaments
dans le passé, et 91,7% ont reconnu un effet
actuel
[ Une forte corrélation positive entre les scores
de la conscience de l¶effet des médicaments
dans le passé et le présent (r= 0,81 ; pi 0,001)
r

[ Corrélation positive: Fausse attribution des
symptômes actuels / Méconnaissance de la
maladie actuelle (r= 0,43; p= 0,03)

[ 82 % des sujets qui ont donné une attribution


correcte des symptômes actuels ont reconnu
avoir un trouble mental actuellement
(scores ” 3)
  
   
   



[ Pouvoir reconnaître sa maladie comme une


maladie mentale est une caractéristique assez
courante chez ces patients
Stabilisés, demandeurs de soins

Familiarisation avec le modèle médical


d¶explication et de traitement de la maladie
(Saravanan et coll., 2007)
[ Ces patients reconnaissent plus facilement leur
trouble dans le passé
L¶effet de la sévérité des symptômes dans le
passé, contrairement à la stabilisation actuelle?
Mintz et coll., 2003 : Les symptômes sévères
plus difficiles à dénier
° 


[ econnaissance plus facile de l¶effet bénéfique
des médicaments que des autres aspects de
l¶insight
Amador et coll. (1993) L¶insight de l¶effet des
médicaments est l¶aspect le plus important de
l¶insight chez la plupart des patients suivis pour
schizophrénie
° 


[ La forte corrélation positive entre les scores de
la conscience de l¶effet bénéfique des
médicaments dans le passé et actuellement
(r=0,81)
Un patient qui a eu une bonne réponse
subjective au traitement à un certain moment de
l¶évolution de son trouble aurait une forte
chance de l¶avoir plus tard
 
 


[ Des explications assez courantes des


symptômes de la schizophrénie par une
maladie ÿ des nerfs» ou ÿ de la tête » peuvent-
elles être admises comme correctes ?
Une attribution qui maintient un certain rapport
avec le domaine psychiatrique est cotée comme
partiellement correcte (Amador et coll., 1993)
[ ÿ Maladie des nerfs » ou ÿ de la tête »  ÿ La
cellule du sommeil ne fonctionne plus » ou ÿ Un
nerf a sauté dans ma tête »«
Corrélation positive entre la fausse attribution et
la méconnaissance du trouble actuel
[ Améliorer la capacité d¶attribuer correctement
sa maladie Améliorer l¶insight du trouble
actuel ?
[ Ces attributions admises comme culturellement
valables ont divisé le groupe des patients entre
ceux qui dénient et ceux qui n¶excluent pas
avoir un trouble mental actuel (dans 82% des
cas)
[ SUMD Un bon insight se base sur l¶idée de ne
pas exclure une autre explication ou une autre
possibilité
[ Saravanan et coll. (2005) Les critères les plus
sûrs d¶un bon insight dans une culture non
occidentale seraient la reconnaissance d¶un
changement, et la demande d¶un soin, n¶importe
lequel, ce qui n¶exclue pas le soin médical
þ  
[ Le concept de l¶insight selon la SUMD paraît
applicable dans une culture non occidentale
[ La SUMD a permis une évaluation assez fine des
différents domaines de l¶insight, qui ont été
associés ou non les uns aux autres
[ Une exploration des modèles explicatifs de la
schizophrénie dans le milieu tunisien serait
nécessaire Différencier les particularités
culturelles d¶explication de la maladie et le
défaut d¶insight comme symptôme
[ Les attributions culturelles ( pathologiques)
Aspect non exclusif, permettant de laisser une
place pour une autre explication de la maladie ?

Vous aimerez peut-être aussi