Vous êtes sur la page 1sur 23

REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR


ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL

GROUPE INTELLECT AFRIQUE

MEMOIRE EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME De LICENCE PROFESSIONELLE

OP TION : A U D IT ET CON TR OLE D E GESTION

LE TRAITEMENT DES CHARGES


SOCIALES ET FISCALES
SALARIALES
ANNEE ACADEMIQUE :

MAITRE DE MEMOIRE DIRECTEUR DE MEMOIRE

IMPETRANT
HOUENOU VIGAN HENRY
PLAN

- Introduction
- La notion du salaire ,des charges sociales
et fiscales salariales

-L’impact des déclarations fiscales et


salariales

- conclusion
INTRODUCTION

Le salaire est un revenu qui paie la force de travail. La force de travail est ensuite
employée un certain temps pour réaliser une certaine quantité de travail. Le salaire
peut être payé en argent, en nature et sous d'autres formes.

La rémunération d'un salarié dépend de sa qualification et de son niveau hiérarchique.


Le salaire net correspond à la valeur effectivement encaissée par le salarié. Le calcul
de cette valeur doit être explicité sur le bulletin ou la feuille de paye. Le salaire net est
inférieur au salaire brut puisque sont déduites les valeurs des cotisations sociales
obligatoires ou conventionnelles retenues par l'employeur mais versées par lui aux
organismes désignés pour les percevoir.
En effet, dans la législation ivoirienne, à côté du salaire net touché directement par le
salarié , existent des cotisations sociales salariales calculées et prélevées sur le salaire
brut qui sont destinées à financer divers systèmes de solidarité : Soit essentiellement la
retraite (soit par répartition, soit par épargne retraite), l'assurance chômage et
l'assurance maladie .
DEFINITION DU SALAIRE

le salaire représente la rémunération perçue par le salarié en contrepartie d’ un travail fait


dans le cadre d’un contrat de travail. Au sens strict le salaire est la rémunération versée aux
travailleurs du secteur privé. Cependant il convient de mentionner que le salaire ne
représente pas seulement la rémunération du salarié, mais aussi l’ensemble de toutes les
rémunérations résultant de diverse prestation exécutée dans le cadre d’une profession
salariée publique ou privée.
QUELQUES ELEMENTS DU
SALAIRE

-Le sursalaire

-Les heures supplémentaires

-La prime de rendement

-La prime d’ancienneté


TABLEAU DES HEURES DE TRAVAIL ET LES
HEURES SUPPLEMENTAIRES
HEURES DE TRAVAIL MAJORATION TAUX

0 à 40 heures Heures normales th


41e à 48 heures Majoration 15% Th=1,15*th
Heure effectuées au-delà Majoration 50% Th= 1,5*th
de la 48e heure
Heures de nuit effectuées Majoration 75% Th= 1,75*th
les jours ouvrables
(21à5heure)
Heures effectuées de jour Majoration 75% Th= 1,75*th
les dimanches et jours
fériés

Heures de nuit effectuées Majoration 100% Th=2*th


les dimanches et jours
fériés
CAS PRATIQUE SUR LES HEURES
SUPPLÉMENTAIRES
• Première semaine 48 heures dont 3heures dans la journée du dimanche.
• Deuxième semaine 50 heures
• Troisième semaine 43 heures
• Quatrième semaine 50 heures dont 4 heures de nuit, jours ouvrable entre 21 heures
à 1heure du matin.
• Cinquième semaine 8 heures.

Périodes HT HN HS 15% 50% 75% 100%


1S 48 40 8 5 - 3 -
2S 50 40 10 8 2 - -
3S 43 40 3 3 - - -
4S 50 40 10 6 - 4 -
5S 8 8 - - - -
total 198 168 31 22 2 7 -
DEFINITION DU SMIG

Le SMIG : Il se définit comme Salaire Minimum Interprofessionnel Garantie ;


c’est le salaire minimum légale en dessous duquel aucun employeur ne peut payer
un travailleur ; il constitue donc le premier échelon de la hiérarchie
professionnelle .Il est établit sur une base horaire .C’ est le gouvernement qui
décide seul de son évolution. Le SMIG s’applique à tous les secteurs d’activités
sauf les entreprises agricoles et forestières .Le SMIG est périodiquement révisé
pour résoudre l’érosion monétaire .La dernière révision s’est effectuée en 2014
mais prit effet en 2015 qui est de 60000FCFA/mois soit 60000/173, 33 =
346 ,16F FCA/heure.
LA NOTION DE LA PRIME
D’ANCIENNETE

C’est une prime destinée à récompenser la stabilité et l’expérience du travailleur


dans l’entreprise .La prime d’ancienneté est calculée sur le salaire minimum
catégoriel .Elle est calculée à partir de la date d’embauche du salarié .Elle est à
tout salarié qui effectue 24 mois soit 2ans effectif dans l’entreprise. Le taux est
de 2% à partir du 25ieme mois jusqu’au 36ieme mois .Ce taux est majoré de 1%
par année supplémentaire jusqu'à la 25 ième année incluse. Le taux est plafonné à
25%. Ce cas suivant nous permettra de calculer et d’expliquer la prime
d’ancienneté de façon pratique ;

CAS 1 :31/12/2012 ; embauché 1/1/2000: 12 ans 11mois 30 jours 12%


CAS 2 :16/8/201Cas5 ; embauché 10/4/2013:2 ans4mois 6 jours 2%
CAS 3 : 8/5/2013 ; embauché 6/2/2013 : 3 mois 2jours 0%
AUTRES ELEMENTS DU SALAIRE

- La prime de gratification

- La prime d’expatriation

- Les avantages en nature


TERRITORIALITE DE L’IMPOT SUR LE SALAIRE

En règle générale, sont considérées comme salariés, les personnes qui se trouvent dans
un Etat de subordination juridique vis-à-vis de leur employeur qu’il s’agisse d’ouvriers,
d’employés ou de cadres. S’il parait aisé de définir le salaire, son rattachement aux fins
d’imposition à un territoire du fait de la mobilité des salariés d’un Etat à un autre n’est
pas toujours chose facile.

L’activité est l’activité est


ACTIVITE /DOMICILE exercée en Cote d’ exercée hors de la
Ivoire Cote d’ Ivoire
Salarié domicilié en cote
Imposition en Cote Imposition en
d’ivoire
d’Ivoire Cote d’Ivoire
Salarié domicilié hors de la
Cote d’ Ivoire
Imposition en Cote Non imposition en
d’Ivoire Cote d’Ivoire
CAS PRATIQUE

Monsieur Kamagaté est salarié de l’entreprise ECBAT installée en Cote d’ Ivoire à


Abidjan Monsieur Kamagaté est parti exercer pendant 6 mois au Mali dans l’une
des filiale de l’entreprise mère son activité .Pendant cette période, les rémunérations
lui ont été versées par ECBAT.
• Ces rémunérations seront imposables en Cote d’Ivoire et les Impôts sur les salaires
seront payés par ECBAT.
• Si pendant cette période la rémunération de M Kamagaté est versée par la filiale
installée au Togo, la rémunération sera imposée en Cote d’Ivoire et non au Mali
.Les Impôts seront déclarés par M Kamagaté lui même.
LE TRAITEMENT DES IMPOTS
SUR LE SALAIRE
L’impôt sur le traitement de salaire (ITS) est perçu sur le salaire de chaque
employé à la fin de chaque mois il est composé : impôt sur le salaire (IS), la
contribution nationale (CN), et l’impôt général sur le revenu (IGR).
IS= salaire de base imposable*1,2%
La contribution nationale elle se calcule en
fonction des tranches suivantes:
Revenu imposable mensuel Revenu imposable annuel Taux
0 à 50 000 0 à 600 000 0%
50 000 à 130 000 600 000 à 1 560 000 1 ,5%
130 000 à 200 000 1 560 000 à 2 400 000 5%
Supérieur à 200 000 Supérieur à 2 400 000 10%

IGR= 85%((80%*SBI-(IS+CN))
PAIEMENT DU SALAIRE

le livre de paie est un document obligatoire tenu par l’employeur


et contient les informations suivantes:
 noms des salariés
Le salaire brute
Les éléments du salaire
Le total imposables
Les retenues salariales(CNPS,ITS,IGR,CN)
Primes de transport
Le salaire net
Le bulletin de paie est un document qui comporte un certain nombre de
mention obligatoire qui permet au salarié de connaitre son statut dans
l’entreprise ainsi que ses droits de travailleur.
Nom et prénoms du salarié
La raison sociale de l’employeur
Le numéro d’immatriculation
La période de la paie
La catégorie professionnelle de l’employé
Le montant du salaire

Les autres éléments du salaire

Les différentes retenues

Le salaire de base imposable

Part employé

Part employeur
LES CHARGES SOCIALES ET FISCALES
SALARIALES

Les charges sociales

 Les prestations familiales

 Les accidents de travail

 Le régime de retraite
LES TAUX DE COTISATIONS

Branches Part patronale Part salariale Total plafond


5,75% dont
0 ,75% pour
Prestation la maternité 70000
- 5,75%
familiale FCFA/MOIS

De 2 à 5% en
fonction de
l’activité
principale de
Accident de l’entreprise 70000
- 2à5%
travail FCFA/MOIS

1647315FCF
Retraite 7,7% 6,3% 14%
A/MOIS
LES CHARGES PATRONALES

 LES CHARGES PATRONALES


FISCALES

• La contribution à la charge de l’employeur et la contribution nationale


pour le développement économique, culturel et social de la nation. Ces
deux charges sont appelées aussi impôt sur salaire à la charge de
l’employeur .Les deux charges sont à verser au trésor.
• La taxe d’apprentissage et la taxe pour la formation professionnelle
continue .Ces deux charges sont à verser par l’employeur au FDFP
(Fonds de Développement pour la Formation Professionnelle).
TABLEAU DES TAUX LIES AU
PERSONNEL LOCAL ET PERSONNEL
EXPATRIE

Libellés Personnel local Personnel expatrié


Contribution employeur - 9,2%
Contribution nationale pour le
développement économique culturel 1,2%
1,2%
et sociale
Taxe d’apprentissage 0,4% 0,4%
Taxe pour la formation continue 1,2% 1,2%
L’IMPACT DES DECLARATIONS FISCALES SALARIALES

Avantages pour le salarié

 Il bénéficie d’une pension de retraite

 La prestation familiale

 L’accident de travail

Avantages pour l’Etat

Financement des dépenses publiques

Assure le développement économique


Avantages pour l’entreprise

Elle bénéficie de l’attestation de déclaration fiscale (ARF)

La confiance

Elle évite les pénalités fiscales et la fermeture de son patrimoine

L’ obtention de l’attestation de mise à jour de la CNPS


CONCLUSION

le traitement de ce thème nous a permis de comprendre que la rémunération des


salariés est le prix à payer par l’ employeur pour le service que lui rend un salarié, les
éléments du salaire vus dans le développement du thème, les différents impôts sur le
salaire tels que l’impôt sur le salaire (IS) ,la contribution nationale (CN) et l’impôt
général sur le revenu (IGR).Ensuite, pour acquitter les droits fiscaux une déclaration
est constatée et déposée auprès de la direction des impôts la plus proche de la société.
Les charges sociales jouent un rôle très important dans la vie de l’employé et de
l’employeur à savoir les charges patronales : les prestations familiales, accident de
travail et le régime de retraite ainsi que les charges fiscales salariales : le FDFP (la
taxe d’apprentissage, la formation continue).Le non respect des délais de
recouvrement des droits fiscaux engendre des sanctions fiscales. Pour l’éviter l’
entreprise doit être à jour de ses déclarations fiscales et de ses cotisations.
MERCI POUR VOTRE AIMABLE
ATTENTION

Vous aimerez peut-être aussi