Vous êtes sur la page 1sur 41

c 


  

c   
  c
 (
  

Définition et objectifs de la comptabilité analytique

La comptabilité analytique d¶exploitation est un mode


de traitement des données dont les objectif
essentiels sont les suivants:
D¶une part:
Connaitre les couts des différentes fonctions assumées
par l¶entreprise
Déterminer les bases d¶évaluation de certains éléments
du bilan
Expliquer les résultats en calculant les coûts des
produits ( biens et services) pour les comparer aux
prix de ventes correspondant.
Établir les prévisions de charges et de produits
d¶exploitation ( coute préétablies et budgets
prévisionnels V
Définition et objectifs de la comptabilité
analytique

D¶autre part

Š Établir les prévisions de charges et de produits


d¶exploitation ( coute préétablies et budgets
prévisionnels

Š En constater la réalisation et expliquer les écarts qui en


résultent ( contrôle des couts et des budgets).

Š En général , elle doit fournir tous les éléments de


nature à éclairer les prises de décision.

*
Les différents coûts
Š 1- notion de prix et de coûts:
Le terme de prix est utilisé pour les transactions à de
l¶entreprise avec l¶extérieur : on parle ainsi de prix
d¶achat de marchandises ou des matières , de prix
de vente de produits finis de services rendus.
Un coût ,par contre , est une somme de charges , il est
donc propre à l¶entreprise est peut être calculé en
fonction des différents regroupements:
Par fonction économique : coût de production , de la
distribution ,
Par centre de responsabilité : coût de services après
vente

Les différents coûts


Š 2-le contenu des coûts
Pour une période déterminée , la comptabilité analytique
permet de calculer des coûts soit en y incorporant
toutes les charges de la comptabilité générale , avec ou
sans ajustement ou ajout , soit en y incorporant qu¶une
partie seulement des charges.
il faut distinguer de ce point de vue:
Les coûts complets : dans lesquels toutes les charges de
la comptabilité générale sont incorporées.
Les couts partiels :
Le coût variable: comprend les charges qui varient avec
l¶activité
r
Les différents coûts

Š Le coût direct: comprend , outre les charges


variables, celles des charges de structure qui sont
incorporables sans calculs intermédiaires , c¶est-à-
dire celles qui concernent directement le coût
recherché.

o
PREMIÈRE PARTIE:
LES COÛTS
COMPLETS


Le cumul des coûts
Š Le cycle d¶exploitation d¶une entreprise fait apparaitre
différentes phases auxquelles correspondent des coûts
successifs et la chronologie du calcul en tient compte.
Trois phases principales peuvent être distinguées et le ,
passage de l¶une à l¶autre se fait , en principe ,en
cumulant les coûts.
Š A-l¶approvisionnement : les coûts d¶achats concernent
les matières premières , matières consommables ,
pièces détachées . Ils sont constitués par le prix d¶achat
proprement dit , auquel il convient de rajouter les
charges d¶approvisionnement
Š B-Fabrication :pour chaque produit semi, le calcul de
leur coût de production comprend le coût d¶achat des
Ä
Le cumul des coûts
Š Matières premières utilisées et les charges
occasionnées par leur transformation.

C-Distribution pour chaque produit , le calcul du coût


de revient prend en compte le coût de production des
produits vendus et les charges de distribution
occasionnées par leur commercialisation . Le
rapprochement avec le chiffre d¶affaires permet de
déterminer le résultat analytique de chacun des
produits.


Application
Š La société VASMETAL fabrique des fûts métalliques
de cinquante litres à contenir des liquides divers.
Š La production organisée de manière suivante:
-les cylindres , obtenus à partir d¶une tôle mince ,
sont fabriqués dans l¶atelier A.
-les fonds et les dessus , obtenus à partir d¶une tôle
épaisse , sont fabriquées dans l¶atelier B.
- les différentes pièces sont assemblées dans un
( atelier de montage) ou¶ l¶on fixe aussi les bouchons.

()
application
Š Au cours du mois de janvier qui a été le premier mois
d¶activité de l¶entreprise , les opérations suivantes ont
été enregistrées :
-Tôle mince 15 000 Kg à 4 Da le Kg
-Tôle épaisse 12 000 Kg à 5Da le Kg
-Bouchons 8000 unités à 3.6 Da l¶unité.
Š Outre le prix d¶achat payé au fournisseur, l¶entreprise a
supporté des frais divers ( préparation de commandes ,
transport , etc )qui sont évalués à 10 centimes par Kg
de tôle mince ou épaisse .
Š Pour le bouchon , ces frais accessoires d¶achat sont
négligeables.
((
Application
Š Atelier A:
L¶atelier A a fabriqué 5500 cylindres durant le mois de
janvier .Pour ce faire :
-il a été consommé 11 200 Kg de tôle mince;
-les frais de fabrication se montent à 16 560 Da.

Atelier B: Fabrication de fonds et des dessus.


l¶atelier b a produit:
-5600 fonds .
-5800 dessus .

(V
Application
Š Pour ce faire :
8540 Kg de tôle épaisse ont été utilisés ( 4480 Kg pour la
fabrication des fonds et 4060 Kg pour la fabrication des
dessus)
Atelier de montage :
L¶atelier de montage a terminé le montage de 5250 fûts en
janvier.
Pour ce faire :
Il a été consommé : 5300 cylindres,
5275 fonds,
5300 dessus,
5400 Bouchons
(*
Application
Š Les frais de fabrication se montent à 9004 Da.

Ventes: l¶entreprise a vendu durant le mois de janvier


5000 fûts au prix unitaire de 28.5 Da
Pour distribuer ces produits , elle a supporté 5000 da de
frais.

Application
Š Travail à faire :
-calculer le cout d¶achat de la tôle mince et de la tôle
épaisse et des bouchons ;
-la coût de production des fonds ,des dessus, des
cylindres et des fûts; le cout de revient et le résultat
analytique des fûts vendus.

(r
La tenue de l¶inventaire
permanent
Š Pour chaque matière ou produit stockée , il faut tenir
une fiche sur laquelle sont renseignées au fur et à
mesure les entrées et les sorties .cela permet de
connaitre le nouveau des existants et de vérifier qu¶il

Est suffisant pour éviter des ruptures de stock. Le


problème principale pour la comptabilité analytique
est celui de la valorisation des stocks.

(o
La tenue de l¶inventaire
permanent
Š Évaluations des entrées
Š L¶évaluation des entrées se fait au coût d¶achat pour les
matières ou produits achetés à l¶extérieur : au coût de
production pour les produits semi finis
Š Comme les calculs de coûts sont effectués
périodiquement , il faut noter que dans la plus part des
cas, il n¶est possible de connaitre la valeur des entrées
qu¶en fin de période
Š La valeur n¶est connue au moment de l¶entrée en
magasin que dans le cas très particulier de matières
pour lesquelles tous les frais d¶approvisionnement
seraient identifiées immédiatement
(
La tenue de l¶inventaire
permanent
Š Évaluations des sorties
Š Diverses méthodes peuvent être utilisées ;
Š Certaines supposent de connaitre séparément le
coût de chaque entrée, ce qui est assez théorique,
notamment pour les produits finis dont les entrées
en magasin sont quotidiennes alors que le coût de
production n¶est connu qu¶en fin de période


La tenue de l¶inventaire
permanent
Š A- coût moyen pondéré périodique:
Š C¶est la méthode la plus utilisée:
À la fin de chaque période de calcul des coûts , on
détermine un coût unitaire moyen pondéré par
application de la formule:
valeur de stock initial+valeur des entrées
Quantité en stock initial+ quantité entrée
Ce coût , éventuellement arrondi, sert à chiffrer les
sorties de la période groupée par destination.
la valeur du stock final est obtenue de la façon
suivante: stock final = stock initial+entrées ±
sorties.
(
Les différences d¶inventaire
Š La tenue de l¶inventaire permanant permet
de connaitre le stock théorique en
quantités et en valeur. en fin d¶exercice,
l¶inventaire physique fait apparaître des
différences en quantités , et
éventuellement en valeur. La fiche de
stock devant finalement faire apparaître le
stock réel , il faut figurer les différences
d¶inventaire.

V)
ŠPour schématiser , il y a deux façons de
les calculer :
A- l¶indication n¶est donnée qu¶en quantités
: la différence d¶inventaire est alors
valorisée de la même façon que les sorties
de stocks.( que se soit en plus ou en
moins).
B- la valeur à retenir au bilan pour le stock
final est indiquée :alors la différence
d¶inventaire est calculé en valeur
directement.

V(
Š Exemple:
Š Matière X
Š Stock au 1er décembre : 150 kg à 13 Da.
Š Entrées de décembre : 300 kg à 13.3 DA.
Š Sorties de Décembre :200 kg.
Š On utilise la méthode du coût moyen
pondéré mensuel.
Š Présenter la fiche de stock dans les deux
cas suivants:
Š 1er cas: l¶inventaire au 1er Décembre
indique 240 kg
VV
Š 2e cas: l¶inventaire au 31 décembre
indique 240 kg et le chiffrage au bilan se
fera sur la base de 14 da.

Š Solution sur fichier Excel ( différence


d¶inventaire)

V*
Application
Š L¶activité du mois de janvier se présente
comme suit :
Achats:
Š Tôle mince :10 000kg à 4.1Da le kg .
Š Tôle épaisse : 10 000 kg à 5.2 Da le kg.
Š Bouchons : 8000 unités à 3.8 Da.
Š Frais d¶achats : 12 centimes par kg de
tôle pour toutes les livraisons reçues du
mois
V

Atelier A:
Š Production : 5000 cylindres
Š Tôle mince consommée :10 100 kg
Š Frais de fabrication : 15 100 Da.
Atelier B :
production 5200 fonds et 5100 dessus .
tôle épaisse consommée : 4150 kg pour
les fonds , 3500 kg pour les dessus.
- Frais de fabrication : 3300 da pour les
fonds , 4100 Da pour les dessus.

Vr
Š Atelier de montage :
Š Production 5000 fûts
Š Ont été utilisés:
5080 cylindres
5050 fonds
5100 dessus
5200 bouchons
 Frais de fabrication 10339.5 Da.
 Ventes:
 -5200 fûts ont été vendus à 29 Da l¶unité.
 Frais de distribution :5449.60 Da
Vo
Š Travail à faire:
Š 1- calculer les coûts et les résultats
analytiques relatifs au mois de janvier ,
l¶entreprise utilisant la méthode du coût
moyen pondéré mensuel.

Š Solution fichier Excel ( application 1)

V
Les charges directes et charges
indirectes
Š Les charges sont dites directes quand on
peut les affecter sans ambiguïté à un
produit.
Š Exemple: matière première consommée,
main d¶œuvre ne produisant qu¶un
produit.
Elles sont dites indirectes dans le cas
contraire.


La question à se poser est la suivante:
si le produit disparaît , la charge
disparaît-elle aussi? Si la réponse est
négative, la charge est indirecte.

Une des méthodes de traitement des


charges indirectes consiste à les faire
transiter dans des centres d¶analyse
pour pouvoir ensuite les répartie entre
les produits par l¶intermédiaire des
unités d¶œuvres.

V
Š Définitions:
-Un centre d¶analyse: est une subdivision
comptable de l¶entreprise ou sont
regroupés les éléments de charges
indirectes préalablement à leur
imputation aux coûts.

-Une unité d¶œuvre: est un élément qui


permet de mesurer l¶activité du centre.
Exemple: heures de main d¶œuvre
directe, heures de machine, masse de
matière première ( en kg)
*)
ŠLa méthode des centres d¶analyse:
les charges indirectes ne peuvent être
affectées sans ambiguïté à un produit ±
loyer, chauffage ,frais de structure. il faut
donc d¶abord les imputer à un centre ,puis
imputer les charges du centre aux
produits.
1- La répartition primaire consiste à
ventiler les charges par nature provenant
de la comptabilité générale entre les
différents centres d¶analyse.

Cabinet Alliance Experts - CPE Sonatrach *(


ŠA- Les centres principaux sont ceux dont
les charges peuvent être imputés aux
coûts des produits.
Exemple: centre d¶usinage dans une
entreprise de mécanique générale.
B- Les centres auxiliaires sont ceux dont
les coûts sont imputés à d¶autres
centres.
Exemple: centre entretien et réparation
qui fournit des prestations aux autres
centres de production.

*V
2-La répartition secondaire consiste à
ventiler les charges des centres auxiliaires
vers les centres principaux.
Š L¶imputation des centres aux coûts des
produits se fait grâce :
Aux coûts des unités d¶œuvre =total des
charges du centre/nombre d¶unités
d¶œuvre

**
Š Exemple
L¶entreprise Cartland vous fournit les informations suivantes:

v      


 
  v

v      
v        

      
  
 v 

Š Réponse
v 
    
 
  v 
v       
v        

    
       
      

   
  !
  
"# 
 
Š ?

 
    
       
    
Š c         
  
       
    


  
  
 
Š  


 
   

   
  
    


  

Š      
 
  
 
!

  


*o
  "   # 
Š ? 
 $%%% "!  & '  "!
Š ?   %%% "!  &&% '  "!
Š    (%%%
     $)& '
Š     $%%%
   (& '
 ? 
? 
 *%%% "!  $ '  "!
?   %%% "! & '?  "!
$c! 
+
,   
 
 
 
  %%         
-%%           .   
!       % '
*
c 
 


  !  
 

       /  

     0    
& ! 
  $1 1%%  !


   
  
 
 
 
       
   
! 
 
2
 ,  
    


  
   

? 


   "!  
?     
,  
' 
 %%   
 


5-production:
Š * $%   
Š )&*(   
6- ventes:
(%%%     $ ' 

-%%%     ( ' 

*    " 
3       " 
    .  


 
 

Ô Ô
 
    
  
*
Š Travail à faire:
Š   4    

! 

Š     .    
   




)
Ë    


     

   
      
      

    
       


    
Ë   
(