Vous êtes sur la page 1sur 20

III.2.

Caractéristiques morphométriques des BV


III.2.1. La surface

Superficie du BV = Aire (km²) circonscrite par la ligne de partage des eaux

Le BV étant l'aire de réception des précipitations et d'alimentation


des cours d'eau, les débits vont être reliés à sa surface.

+ SBV est grande , + la pluie captée est grande


III.2. Caractéristiques morphométriques des BV
III.2.1. La surface

La surface du bassin versant peut être mesurée par superposition


d'une grille dessinée sur papier transparent, par l'utilisation d'un
planimètre ou, mieux, par des techniques de digitalisation (logiciels).
III. 2.2. La forme

La forme d'un BV (allongée ou ramassée) influence l'allure de l'hydrogramme


de pluie au niveau de l'exutoire.

La forme allongée favorise les faibles débits de pointe de crue, en raison des
temps importants d'acheminement de l'eau à l'exutoire. Ce phénomène est
lié à la notion de temps de concentration.

Le temps de concentration tc
des eaux sur un bassin
versant se définit comme le
maximum de
nécessaire durée à une
d'eau pour goutteparcourir le
chemin hydrologique entre
un point du bassin et
l'exutoire de ce dernier.
III. 2.2. La forme

Par contre, les bassins en forme d'éventail (bv1), présentant un temps


de concentration plus court (tc1), auront les plus forts débits de pointe.

3 heures

5 heures
III. 2.2. La forme

Surface: a = b = c
Forme: a  b  c
III. 2.2. La forme
Caractérisée par l'indice de compacité de Gravelius (1914) KG :
KG= Périmètre du BV/ Périmètre du cercle de même surface.

P
KG  P A : surface du BV (km²),
2  0,28 A P : périmètre du BV (km).
A
Cet indice se détermine à partir d'une carte topographique en mesurant
le périmètre et la surface du BV.

KG  1 BV de forme circulaire (en éventail)


KG > 1 BV de forme allongée
III.2.3. Le relief

Le relief a une grande influence sur l'écoulement, car de nombreux


paramètres hydrométéorologiques varient avec l'altitude
(précipitations, températures, etc.) et la morphologie du bassin.

La pente influe sur la vitesse d'écoulement. Ainsi, une pente forte


correspond à une durée de concentration courte des eaux de
ruissellement et vice-ver-ça.

Le relief se détermine lui aussi au moyen d’indices suivants :


III.2.3. Le relief
a. La courbe hypsométrique

Elle fournit une vue synthétique de la pente du bassin et représente le profil


du BV et sa pente moyenne. Elle est obtenue à partir des cartes
topographiques.

Elle représente la répartition des surfaces élémentaires du BV en fonction


des altitudes correspondantes.
III.2.3. Le relief
a. La courbe hypsométrique

Exemple
III.2.3. Le relief
a. La courbe hypsométrique

Exemple

altitude maximale est de 570 m,


altitude minimale est de 110 m,
80% de la superficie du bassin est
située entre 200 et 400 m.
III.2.3. Le relief
a. La courbe hypsométrique
Interprétation de la courbe hypsométrique
III.2.3. Le relief

b. Les altitudes
L'altitude maximale représente le point le plus élevé du bassin;
l'altitude minimale considère le point le plus bas, généralement à
l'exutoire.
L'altitude moyenne se déduit directement de la courbe
hypsométrique ou se calcule.

Hmoy : altitude moyenne du bassin (m) ;


Ai .
H moy  
Ai : aire comprise entre deux courbes de niveau (km2) ;
hi A hi : altitude moyenne entre deux courbes de niveau (m) ;
A : superficie totale du bassin versant (km2).

L'altitude médiane correspond à l'altitude lue au point


50% de la surface totale du bassin, sur la courbe hypsométrique.

Cette grandeur se rapproche de l'altitude moyenne dans le cas où la


courbe hypsométrique du bassin concerné présente une pente régulière.
c. Le rectangle équivalent
La notion de rectangle équivalent ou rectangle de Gravelius, introduite
par Roche (1963), permet de comparer facilement les BV entre eux, en ce
qui concerne l'influence de leurs caractéristiques sur l'écoulement.

Le BV rectangulaire résulte d'une transformation géométrique du


bassin réel dans laquelle on conserve la même superficie, le même
périmètre (ou même KG) et donc par conséquent la même répartition
hypsométrique. Les courbes de niveau deviennent des droites
parallèles aux petits côtés du rectangle. La climatologie, la répartition
des sols, la couverture végétale et la densité de drainage restent
inchangées entre les courbes de niveau.
c. Le rectangle équivalent

Le périmètre du rectangle équivalent vaut : P  2 (L ;l)


La surface: A ; L 
P
l
Le coefficient de compacité : K G 
2
A
En combinant ces trois relations, on obtient :

K G  A  2
L  1 1 1,12 
  KG 
1,12  K G   1,12


K G  A  2 
P
 
l 
1 1  1,12 
1,12  K l 
  G  L 2
III.2.3. Le relief

d. La pente moyenne du BV

La pente moyenne du BV est une caractéristique importante qui renseigne sur


la topographie du bassin. Elle donne une bonne indication sur le temps de
concentration et influence directement le débit de pointe lors d'une averse.

Plusieurs méthodes ont été développées pour estimer la pente moyenne d'un
bassin. Toutes se basent sur une lecture d'une carte topographique.

La méthode de Carlier et Leclerc (1964) consiste à calculer la moyenne


pondérée des pentes de toutes les surfaces élémentaires comprises entre
deux altitudes données.

Sm : pente moyenne (m/km ou ‰),


Sm   AD . D : équidistance entre deux courbes de niveau (m),
L : longueur totale des courbes de niveau (km) ,
L A : surface du bassin versant (km2).
III.2.3. Le relief
d. La pente moyenne du BV

Une autre méthode plus simple pour le calcul de la pente moyenne du BV :

S m  2 (H moy  H min )
L

Sm : pente moyenne (m/km ou ‰), Hmoy :


altitude moyenne du bassin (m) ; Hmin :
hauteur minimale du BV.
L : longueur du cours d’eau principal
(Km),
III.2.3. Le relief
e. L'indice de pente ip (indice de Roche)

Cet indice se calcule à partir du rectangle équivalent.


Il est égal à la somme des racines carrées des pentes moyennes de chacun
des éléments pondérés par la surface intéressée :

n
i p  1  (xi d
L i1 . xi )

ip: indice de pente (%),


L: longueur du rectangle (m),
xi: distance qui sépare 2 courbes sur le rectangle (m),
d: dénivelée entre 2 courbes de niveau successives (m),
d/xi: pente moyenne d'un élément (%).
III.2.3. Le relief
f. Indice de pente globale Ig

Un indice de pente encore plus simple : Ig  D


L
D : dénivelée h5 % - h95 %, définie sur la courbe hypsométrique ;
L : longueur du rectangle équivalent.

Cet indice est facile à calculer et très utilisé. Il sert de base à une des
classifications D. G. R. E. (Direction Générale des Ressources en Eaux) pour
des bassins versants dont la surface est de l'ordre de 25 km2 :
III.2.3. Le relief
g. La dénivelée spécifique

l
D LlD (D = H5% - H95 %)
D I
S g AL
L
Elle donne lieu à une deuxième classification de la D. G. R. E.,
indépendante des surfaces des bassins :

DGRE: Direction Générale des Eaux (Ministère de l’Agriculture)


Caractéristiques morphométriques d'un BV
Paramètres Méthode de mesure

Planimétrage

La surface M. numérique

Formule
Caractéristiques morphométriques
Curvimétrage
Dans le plan Le périmètre
Réctangle
équivalent

Rectangle
équivalent
La forme
L/l
KG de Gravelius

Courbe aire-
distance

Planimétrage
Courbe
hypsométrique Maillage
L'altitude
Dénivelé

Les pentes Indice de roche Formule

Indice de pente Formule


global

Vous aimerez peut-être aussi