Vous êtes sur la page 1sur 132

L’environnement de l’entreprise

La performance

L’INSTITUTION LE CORPS
SOCIAL

LOGIQUE LOGIQUE DE
D’EFFICACITE SATISFACTION
SALARIES

-Revenus,participation
-Stabilité
ACTIONNAIRES -Conditions de travail
-Avantages sociaux
-Promotion, évolution
Dividendes -Reconnaissance
-Horaires, congés

1
L’environnement de l’entreprise
 Le marché
Éléments
Éléments
 Clients actuels et potentiels ayant
ayant
une
 Concurrents actuels et potentiels une
influence
influence
sur
 Fournisseurs sur
l’entreprise
l’entreprise
 Produits de substitution MENACES
MENACES
 Les acteurs ??
 Politiques, élus OPPORTUNITES
OPPORTUNITES

 Groupes d’intérêt, associations de


consommateurs
 Écologistes, tiers-mondistes,

2
L’environnement de l’entreprise
 POUR MIEUX FAIRE FACE AUX MENACES ET BIEN
SAISIR LES OPPORTUNITES, ON DEFINIT UNE
STRATEGIE

 STRATEGIE :
 CHOIX :
 DOMAINES D ’ACTIVITÉ DANS LESQUELS
L’ENTREPRISE ENTEND ÊTRE PRÉSENTE.
 ALLOCATIONS DES RESSOURCES DE FAÇON À CE
QU ’ELLE S ’Y MAINTIENNE ET SE DÉVELOPPE.

3
ALLOCATIONS DES
RESSOURCES
 LES RESSOURCES EXAMINEES
Éléments
Éléments
ORGANISATION
ORGANISATION SAVOIR
SAVOIR ayant
ayant
une
+
+ -- +
+ -- une
influence
influence
sur
sur
l’entreprise
l’entreprise
FORCES
CULTURE
CULTURE FORCES
MANAGEMENT
MANAGEMENT
+
D’ENTREPRISE
D’ENTREPRISE ??
+ -- +
+ -- FAIBLESSES
FAIBLESSES

4
L’ENTREPRISE
CULTURE et PROJET
 La culture d’une entreprise est
constitué par l’ensemble des
mentalités, des valeurs, des
croyances, des comportements et des
pratiques professionnelles partagés
par les membres de l’entreprise

5
CULTURE D’ENTREPRISE

PRATIQUES
VALEURS MENTALITES APPROCHES PRATIQUES
VALEURS MENTALITES APPROCHES PROFESSIONNELLES
Partagées Semblables Communes PROFESSIONNELLES
Partagées Semblables Communes Homogènes
Homogènes

Forte culture d’entreprise

ACTIONS OBJECTIFS
CONVERGENTES COMMUNS

6
L’ENTREPRISE
UNITE DE PRODUCTION ET
CENTRE DE REPARTITION DES REVENUS

•Travail
•Équipements financiers ENTREPRISE Produits
•Approvisionnements Centre de combinaison
•Ressources naturelles et de transformation Biens et services

•Facteurs de Produits
production Vendus sur des
•Achetés sur des Marchés aval
marchés amont

7
LA PRODUCTION DES ENTREPRISES
Consomptibles
De consommation
(détruits lors de leur utilisation)

D’équipement des
DURABLES Ils constituent le patrimoine du ménage
ménages

DES BIENS D’investissement pour les Utilisés pour produire d’autres biens ou
entreprises services (immobilisations)
Incorporés dans les produits finis
Matières premières (approvisionnement)

MARCHAND Aux ménages Coiffeurs, transports, …

Expert comptable, logistique,


Aux entreprises
maintenance,…
DES
SERVICES
NON Aux ménages
Transport, enseignement, ANPE …
MARCHAND

Aux entreprises Transport, Chambres de Commerce,


ANPE

8
L’ENTREPRISE
CENTRE DE REPARTITION DES REVENUS

Biens et services Cotisations ORGANISMES


ORGANISMES
ETAT
ETAT SOCIAUX
Impôts Biens et services SOCIAUX

Règlements
Subventions
Règlements
Biens et services
Prestations
Revenus du capital
Biens et services
Règlements ENTREPRISE
Revenus du capital

Salaires

Travail
Règlements

AUTRES Fournitures Achats


MENAGES
AUTRES MENAGES
ENTREPRISES Investissements Investissements
ENTREPRISES

9
L’ENTREPRISE
UNITE DE PRODUCTION

 L’ENTREPRISE PRODUIT

 DES BIENS ET SERVICES


 ASPECT PHYSIQUE

 DE LA VALEUR
 ASPECT ECONOMIQUE

10
La valeur ajoutée
 C’est la différence entre la production
et les consommations extérieures de
biens et services

VA = Production – Consommations externes

11
La production de la valeur est
mesurée par la valeur ajoutée

Revenus Bénéficiaires

PRODUCTION
PRODUCTION Valeur
Valeur Salaires Personnel
ajoutée
ajoutée Impôts État, collectivités
Ventes
Ventes
C.A
C.A Charges sociales Organismes sociaux

Consommations
Consommations Intérêts Prêteurs
extérieures
extérieures
Dividendes Associés, actionnaires
Achats Fournisseurs
Bénéfices non
Distribués Entreprise

L’entreprise
L’entreprise produit
produit de
de la
la valeur
valeur Qui
Qui se
se répartit
répartit entre
entre divers
divers bénéficiaires
bénéficiaires

12
La répartition de
la valeur ajoutée
 L’entreprise est un centre de répartition des revenus issus de la
production. La valeur produite (V.A) se répartit entre trois parties
prenantes

LES
LES APPORTEURS
APPORTEURS
LE LES
LES
LE PERSONNEL
PERSONNEL DE
DE CAPITAUX
CAPITAUX
ADMINISTRATIONS
ADMINISTRATIONS
•Salaires
•Salaires •Impôts
•Intérêts
•Intérêts
•Impôts
•Participation
•Participation •Dividendes
•Dividendes
•Cotisations
•Cotisations sociales
sociales
•Autofinancement
•Autofinancement

13
GAINS DE PRODUCTIVITE
 Produire une valeur plus grande avec
la même quantité de facteurs

Valeur
Valeur
PRODUCTION
PRODUCTION ajoutée
ajoutée PRODUCTION
PRODUCTION Valeur
Valeur
ajoutée
ajoutée
Ventes
Ventes Ventes
Ventes
C.A
C.A C.A
C.A
Consommations
Consommations
extérieures
extérieures Consommations
Consommations
extérieures
extérieures

14
GAINS DE PRODUCTIVITE
 Le supplément de valeur est
redistribué sous forme de variation
des prix des facteurs et des produits

Baisse Hausse
des prix de vente PRODUCTION
PRODUCTION Valeur
Valeur
ajoutée des
pour les clients ajoutée
Ventes
Ventes salaires
C.A
C.A
Consommations
Consommations
extérieures
extérieures

15
L’ENTREPRISE
ECOLE CLASSIQUE DES ORGANISATIONS

ORGANISATION

Définition Réseaux de
D’attributions communication

Niveaux Procédures
De décision de travail

Contrôle des:
•Activités
•Résultats

16
L’ENTREPRISE
ECOLE CLASSIQUE DES ORGANISATIONS

 ORGANISATION DES
ENTREPRISES ENTREPRISES
 Techniques permettant de simplifier
le travail,en tenant compte de :
 • L ’amélioration de la productivité
 • Des conditions de travail

17
MAC GRÉGOR
Théorie X et Théorie Y
 Mac Grégor a observé chez les

managers deux visions opposées


de la nature humaine. (Présomptions)
 - La Théorie X: vision traditionnelle
des rapports de travail
 - La Théorie Y: vision plus
“révolutionnaire” dont il s’est fait
l’interprète

18
THÉORIE X

L’individu moyen 3
3 conséquences
conséquences ::
est foncièrement
passif et 1.
1. Il
Il cherchera
cherchera lesles
hostile à l’effort moyens
moyens d’éviter
d’éviter le le
travail
travail
2.
2. On
On doit
doit l’y
l’y
contraindre
contraindre et et le
le
contrôler
contrôler en en
Il recherche avant tout permanence
permanence
la sécurité et évite toute 3.
3. Il
Il aa besoin
besoin d’être
d’être
responsabilité dirigé
dirigé

19
THÉORIE Y

 La théorie X:
 Pêche par insuffisance
 Elle ne prend pas en compte tous les
faits observables
 Elle est contredite par certains
d’entre eux

20
LES OBSERVATIONS QUI NE
CADRENT PAS

Les individus, au travail, se


contentent du moindre effort ...
mais s’investissent à l’extérieur
dans des activités qui réclament du
talent et de l’énergie

21
LES OBSERVATIONS QUI NE
CADRENT PAS

Dans l’organisation elle-même,


l’acharnement et l’ingéniosité
déployés pour “contourner le
système” démontrent des
ressources insoupçonnées.

22
CONSÉQUENCE

Dans l’organisation traditionnelle,


les ressources individuelles sont
foncièrement sous-estimées et sous
employées.

23
BASE DE LA THÉORIE Y

1. L’HOMME TEND NATURELLEMENT À


L’ACTIVITÉ ET À L’EFFORT
2. IL PEUT SE CONTRÔLER LUI-MÊME
LORSQU’IL SE SENT RESPONSABLE
3. IL ACCEPTERA LES RESPONSABILITÉS
SI ELLES LUI PROCURENT DES
SATISFACTIONS PERSONNELLES
4. L’INGÉNIOSITÉ ET LA CRÉATIVITÉ
SONT LARGEMENT RÉPANDUES

24
MANAGEMENT DE TYPE Y

 Le comportement n’est pas seulement


fonction de l’individu ( personnalité,
connaissances, etc..) mais aussi de son
environnement immédiat.

 Le manager est en grande partie


RESPONSABLE de l’environnement
dans lequel ses collaborateurs
évoluent.

25
Style de comportement du
manager, induit par la théorie Y

 Il manifeste à ses collaborateurs sa


confiance pour leur capacité à
atteindre les objectifs.
 Il leur apporte un soutien sans réserve
et fait appel à leurs ressources.
 Il devance leurs problèmes et propose
son appui pour les résoudre.

26
COMPARAISON
Théorie X  Théorie Y
 Communication à  Attitude
sens unique. favorisant la
 Ordres réciprocité et
péremptoires. l’écoute.
 Manque  Style de
d’attention pour direction :
les difficultés  Management
rencontrées  PARTICIPATIF
et/ou
 CONCERTATIF

27
PARTICIPATION

 En management, ce mot indique un


processus de prise de décision par ceux
qui, en principe, ne sont chargés que de
les appliquer.

28
CONCERTATION

 Implique seulement la consultation et


une certaine influence sur les décisions.

29
LE MANAGEMENT Y

 Le management Y encourage et
accompagne la prise d’initiative.

 Mac Grégor dit que la mise en place


d’un management participatif ne peut
se faire que de façon participative.

30
COMMENTAIRES

 La définition des règles du jeu elles-


mêmes sera négociée.

 Avant l’attribution des tâches on


convient ensemble des objectifs, des
responsabilités et des principes de
fonctionnement du groupe.

31
COMMENTAIRES

 IDÉE ESSENTIELLE DU MANAGEMENT


Y:

 Par définition, la participation ne peut


être imposée de l’extérieur.
 Elle doit pouvoir intégrer les
aspirations individuelles.

32
ECOLE CLASSIQUE 1900-1965
LES COURANTS AUTEURS APPORTS CONTENU IMAGE

Les principes Taylor, Fayol, Gantt Étude des aspects Analyse des fonctions L’entreprise est une
classiques de Weber formels de de management: mécanique précise
l’organisation l’organisation. planifier, organiser, dans laquelle chaque
Affirmation de commander, rouage doit être à sa
La bureaucratie principes universels coordonner, contrôler. place pour que
de management La bonne organisation l’ensemble soit
Type idéal repose sur la division efficace
d’organisation qui du travail et une
garantit l’efficience de hiérarchie de
l’activité et l’équité coordination
pour les acteurs et les
usagers. Une hiérarchie claire
La spécialisation des
tâches
La formalisation des
règles et des
procédures

33
ECOLE des RELATIONS HUMAINES
1965-1980
LES COURANTS AUTEURS APPORTS CONTENU IMAGE

Le mouvement Mayo, Importance du •Fonctionnement L’entreprise est


des relations Blake et Mouton facteur humain et des groupes de constituée
humaines nécessité de travail d’hommes dont la
prendre en •Style de motivation est la
compte les management source de
Argyris besoins sociaux et l’efficacité. Cette
•Management
Les ressources Maslow d’estime pour dernière dépend
humaines participatif
Mac Grégor accroître la du «climat
productivité organisationnel»
L’École « L’organisation
CARNEGIE » Lewin permet à l’homme
Les besoins
Lockert d’exprimer son
majeurs des potentiel qui doit
individus sont liés être mobilisé par
Herzberg à la réalisation de la participation
soi et à
Leavit l’accomplissement
de son potentiel

34
F. HERZBERG

 Motivations & Facteurs


d’ambiance
 Recherche des motivations à partir
de méthodes quantitatives.
 Enquêtes et entretiens individuels
afin d’identifier les sentiments de
satisfaction et d’insatisfaction tirés
du vécu professionnel.

35
RESULTATS

 Les individus au travail se


déclarent généralement satisfaits
de certaines choses et insatisfaits
de choses totalement différentes.

36
RESULTATS

 SATISFACTION ET
INSATISFACTION SONT
INTRINSÈQUEMENT DIFFÉRENTES
ET NON PAS L’INVERSE L’UN DE
L’AUTRE.

37
RESULTATS

 5 FACTEURS apparaissant plus souvent


comme motifs d’insatisfaction que de
satisfaction.
1. Politique & administration de l’entreprise
2. Commandement - Supervision
3. Rémunération
4. Relations personnelles
5. Conditions de travail

38
RESULTATS

 5 FACTEURS apparaissant plus


souvent comme motifs de
satisfaction que d’insatisfaction.
1. Accomplissement du travail
2. Reconnaissance - Considération
3. Travail proprement dit
4. Responsabilité
5. Promotion - Avancement

39
COMMENTAIRES

 HERZBERG démontre l’existence


de 2 types de facteurs :
1. Les “satisfiers”, MOTIVATEURS (ou
VALORISANTS)
2. Les “dissatisfiers” FACTEURS
D’AMBIANCE (ou d’HYGIÈNE)

40
COMMENTAIRES

 LES MOTIVATEURS concernent


l’individu en lui-même et ce qu’il
fait.
 Valorisations qu’il recherche
 LES FACTEURS D’AMBIANCE
impliquent toujours
l’environnement et “les autres”
 Désagréments qu’il veut éviter

41
COMMENTAIRES

 A. MASLOW et les
Besoins de l’homme
 AUTOACCOMPLISSEMENT
 ÉGOCENTRIQUES – ESTIME
DE SOI
 SOCIAUX - APPARTENANCE
 SÉCURITÉ
 PHYSIOLOGIQUES

42
L’ECOLE DE RELATIONS HUMAINES

 L’école des R.H. a introduit des


politiques sociales
1. Information
2. Communication
3. Évaluation, formation
4. Conseil
5. Structures non hiérarchiques

43
L’ECOLE DE RELATIONS HUMAINES

 Et une modification des formes


d’organisation du travail:
1. Groupes autonomes
2. Équipes
3. Enrichissement des tâches

44
Contenu de la Politique sociale

Contenu de
la politique sociale

Rémunérations Carrière
Avantages sociaux Formation

Durée et Communication et
conditions de travail Dialogue social

Intéressement
Et participation

45
La Politique sociale
 Elle permet de:
 Renforcer l’adhésion du personnel
 Accroître la cohérence et la cohésion du
groupement humain
 Prévenir et éviter les conflits sociaux
 Élever la productivité, la flexibilité et la
réactivité du groupe face à
l’environnement

46
ECOLE NEO-CLASSIQUE OU
EMPIRIQUE - 1980-2000
LES COURANTS AUTEURS APPORTS CONTENU IMAGE

Les théories Sloan Principes L’efficacité est Chaque entreprise


managériales Cordivier d’organisation et obtenue par : est un cas
règles d’action •La spécifique qui doit
fondant l’efficacité décentralisation être traité comme
Watson tel
•La direction par
Les néoclassiques
Synthèse des objectifs
Drucker apports classiques Son efficacité
•La motivation par
Gélinier et des relations la compétitivité repose notamment
Peters humaines à interne sur la confiance
Waterman adapter de •L’appréciation des
dans l’organisation
manière résultats obtenus exprimée par les
pragmatique. salariés.

47
COMPORTEMENTS DU LEADER
Blake & Mouton

48
LA DIRECTION PAR OBJECTIFS
Peter F. Peter Drucker
 “ PRINCIPE DE DIRECTION
CAPABLE DE DONNER TOUTE
LIBERTÉ À LA FORCE ET À LA
RESPONSABILITÉ
INDIVIDUELLES, TOUT EN
FOURNISSANT UNE
ORIENTATION COMMUNE DE
VISION ET D’EFFORT “

49
LES 3 PRINCIPES DE LA D.P.O
 Assurer à chaque échelon de la
hiérarchie une vision claire et
précise des buts à atteindre.
 Lui permettre un engagement
maximum dans son travail et une
motivation accrue.
 Rendre possible le contrôle et
l’intégration maxima des diverses
activités de l’entreprise.

50
NOTIONS CLÉS DE LA D.P.O
notion d’ OBJECTIF : nécessité
d’une formulation rigoureuse
exprimé en termes de résultats :
 précis et mesurables
 spécifique à une fonction
 réaliste
 ambitieux

51
NOTIONS CLÉS DE LA D.P.O
notion de PROGRAMMATION :
souligne l’aspect hautement
prévisionnel de la D.P.O.
 Étapes définies à l’avance

 Possibilité de vérifier la

cohérence entre les actions, les


objectifs et les moyens.

52
NOTIONS CLÉS DE LA D.P.O
notion de CONTRÔLE : “feed-back”
continu sur les résultats atteints
et constante correction des
écarts.
 Le contrôle est :

 actif
 directif
 didactique

53
LES 7 ÉTAPES DE LA D.P.O
1. Fixation des objectifs généraux de
l’entreprise par la Direction
2. Détermination des objectifs partiels et
des responsabilités individuelles
3. Planification
4. Action
5. Contrôle des résultats
6. Mesures correctrices
7. Appréciation des individus
54
Schéma de l’analyse des
mesures correctrices

55
STRUCTURE et ORGANISATION

LA STRUCTURE

 Ensemble des fonctions et relations


déterminant formellement les missions
que chaque unité de l’entreprise doit
accomplir et les modes de collaboration
entre ces unités.

56
STRUCTURE et ORGANISATION
 LA STRUCTURE

 C’est la somme totale des moyens


employés pour diviser le travail en
tâches distinctes et pour, ensuite,
assurer la coordination nécessaire entre
ces tâches.

57
STRUCTURE et ORGANISATION
 LA STRUCTURE

 Répartition des tâches


 Répartition et hiérarchisation des
responsabilités
 Mécanismes de coordination
 Règles et procédures

58
STRUCTURE et ORGANISATION
 LA STRUCTURE

 Agencement de 3 catégories d’entités


 Les organes opérationnels ou d’exploitation
(fabrication, vente, conception des
produits)
 Les services fonctionnels et de soutien
(finance, ressources humaines, entretien)
 Les organes d’état-major aux missions
particulières
59
STRUCTURE et ORGANISATION

60
STRUCTURE et ORGANISATION

61
STRUCTURE et ORGANISATION

62
STRUCTURE et ORGANISATION

63
STRUCTURE et ORGANISATION
 LES TENDANCES ACTUELLES
 Les nécessités de la conduite de projet
 Les implications des démarches qualité
et de maîtrise des processus
 La recherche d’amélioration de la valeur
ajoutée le long de la chaîne de
production
 La diminution du nombre de niveaux
hiérarchiques (nouvelles définitions du
rôle des cadres)

64
STRUCTURE et ORGANISATION
 CONSÉQUENCES SUR L’EMPLOI DES
PERSONNES
 Rôle des cadres :
 Expertise
 Conseil

 Assistance

 Coordination

… en remplacement de leur fonction


hiérarchique traditionnelle

65
STRUCTURE et ORGANISATION
 CONSÉQUENCES SUR L’EMPLOI DES
PERSONNES
 Développement de la responsabilité de
tous les acteurs, avec nouvelles
définitions des modalités de contrôle des
résultats.
 Développement de l’autonomie dans le
travail

66
STRUCTURE et ORGANISATION
 CONSÉQUENCES SUR L’EMPLOI DES
PERSONNES
 Mise en place d’une nouvelle culture
fondée sur l’acceptation du changement
et de la flexibilité
 Développement de la gestion des
compétences

67
STRUCTURE et ORGANISATION
 CONSÉQUENCES SUR L’EMPLOI DES
PERSONNES
 Importance donnée au rôle et à la
gestion des équipes
 Mise en œuvre de nouvelles philosophies
de la rémunération, privilégiant
davantage l’individualisation des salaires

68
STRUCTURE et ORGANISATION

69
STRUCTURE et ORGANISATION

70
STRUCTURE et ORGANISATION

71
STRUCTURE et ORGANISATION

72
FONCTION COMMERCIALE
 Finalité de toute entreprise : vendre les
produits ou les services qu’elle a conçus au
plus grand nombre de clients
 L’évolution de l’environnement oblige à
identifier et répondre aux besoins des
clients
 Passage du concept de gestion commerciale
à celui de Marketing (Mercatique)

73
FONCTION COMMERCIALE
La notion de marché

74
FONCTION COMMERCIALE
 Les intervenants sur le marché
 Les consommateurs
 Les acheteurs
 Les prescripteurs
 Les concurrents
 Les groupes de pression
 L’État

75
FONCTION COMMERCIALE
 L’approche du marché

 De la segmentation au positionnement
 Les études de marché

76
FONCTION COMMERCIALE
 La politique commerciale
 Le produit et son cycle de vie
 La gamme
 La marque
 Le conditionnement
 Les services associés

77
FONCTION COMMERCIALE

 La politique de prix
 La politique de communication
 La politique de distribution

78
FONCTION PRODUCTION
 L’activité production a pour finalité de
créer de la valeur en répondant aux
besoins des clients selon des normes
de qualité, quantité, coûts et délais.
 Les facteurs de production
 Le travail (savoir, savoir-faire)
 Le capital (terrains, constructions,
machines
 Les matières

79
ORGANISATION DES ENTREPRISES
La production
 LES 5 OBJECTIFS DU SYSTEME DE
PRODUCTION:
1. Capacité de production
2. Qualité
3. Coût de production
4. Délai
5. Flexibilité

80
FONCTION PRODUCTION
 Organisation de la fonction production

 Les services spécifiquement rattachés à


la production

81
FONCTION PRODUCTION

82
FONCTION PRODUCTION
 Les différents modes de production
 Production continue
 Chimie, laminoirs
 Production discontinue
 Production unitaire (grands ouvrages, BTP)
 Petite et moyenne série (avions, machines-outils)
 Grande série (Produits consommation courante,
électroménager)
 Production au plus juste (lean production),
combine les caractéristiques de la production à la
commande et de la grande série

83
FONCTION PRODUCTION
 Évolution technologique et
organisation de la production

 Moyens de production classiques


 Nouvelles technologies au service de la
production

84
FONCTION PRODUCTION

85
FONCTION PRODUCTION

86
FONCTION PRODUCTION
 Organisation de la production

 Facteurs qui expliquent le


développement du travail en équipe
 Évolutions technologiques. Matériels
plus complexes. Qualifications supérieures.
Initiatives nouvelles (contrôle qualité,
réglages, premières interventions de
réparation)

87
FONCTION PRODUCTION
 Organisation de la production

 Facteurs qui expliquent le


développement du travail en équipe
 Évolution des conditions de production.
D’avantage de flexibilité, réactivité, qualité.
Les salariés sont mieux placés pour
résoudre des problèmes. Ils doivent
s’adapter à différentes « configurations »

88
FONCTION PRODUCTION
 Organisation de la production

 Facteurs qui expliquent le


développement du travail en équipe
 Aspirations des salariés. L’école des
Relations Humaines a démontré que le
niveau de productivité dépend de l’intérêt
éprouvé par le salarié.

89
FONCTION PRODUCTION

90
FONCTION PRODUCTION

91
FONCTION PRODUCTION
Des flux « poussés » aux flux tendus

92
LES ACHATS ET LA LOGISTIQUE
 LA FONCTION ACHAT
 Les étapes du processus d’achat
 Exprimer le besoin (ponctuel ou répétitif)
 Rechercher et sélectionner les fournisseurs
 Négocier et passer la commande
 Suivre et contrôler la commande
 Évaluer les fournisseurs

93
LES ACHATS ET LA LOGISTIQUE
 LA FONCTION ACHAT
 LA POLITIQUE D’APPROVISIONNEMENT
 Faut-il « faire » ou « faire faire »?

 Les déterminants:
 Être cohérent avec la stratégie d’ensemble de
l’entreprise. Recentrage stratégique –
Externaliser une partie de la production, voire
des fonctions complètes
 Gérer au mieux les stocks (arbitrage entre
coûts de stockage et coûts de rupture)

94
LES ACHATS ET LA LOGISTIQUE
Avantages et risques de l’externalisation

95
LES ACHATS ET LA LOGISTIQUE
 LA FONCTION LOGISTIQUE

 Ensemble des activités ayant pour objet la


mise en place au moindre coût d’une
certaine quantité de produit, à l’endroit et
au moment où une demande existe

96
LES ACHATS ET LA LOGISTIQUE
 LA FONCTION LOGISTIQUE

 Finalité de cette fonction


 Optimiser la circulation de l’ensemble des flux
nécessaires à la réalisation d’un produit, depuis
l’approvisionnement jusqu’à sa distribution au
client.

 La logistique peut être une source majeure de


compétitivité

97
LA QUALITÉ
 La qualité concerne à la fois un
produit (bien ou service), une activité
ou un processus, voire l’ensemble de
l’organisation : Management par la
qualité (TQM), s’appuyant sur
l’adhésion du personnel pour assurer
le succès de l’entreprise à long terme
par la satisfaction du client

98
LA QUALITÉ
Les conditions techniques d’obtention de la qualité

99
LA QUALITÉ
 Organisation de la qualité et qualité
de l’organisation
 Objectifs à atteindre : Obtenir 5 zéros
 Zéro panne, évite les retards de production
et permet de respecter les délais
 Zéro papier, évite la surcharge
d’informations inutiles ou erronées
 Zéro délai, évite le mécontentement du
client
 Zéro stock, évite les coûts inutiles
 Zéro défaut, garantit le respect des normes
100
LA QUALITÉ
Moyens utilisés par l’entreprise pour atteindre ces objectifs

101
LA QUALITÉ

DIAGRAMME D’ISHIKAWA
•Met en évidence 5 sources possibles de dysfonctionnement

102
LA GESTION DES RESSOURCES
HUMAINES (GRH)
 Les ressources humaines se placent
au cœur de la richesse de
l’entreprise.
 Cela se traduit par des efforts pour :
 Acquérir (recruter)
 Entretenir (former)

 Conserver et motiver (rémunérer)

cette ressource.

103
LA GESTION DES RESSOURCES
HUMAINES (GRH)
 Les ressources humaines génèrent
aussi des coûts importants, que les
entreprises n’hésitent pas à réduire
pour améliorer sa rentabilité

104
LA GESTION DES RESSOURCES
HUMAINES (GRH)
 Évolution des préoccupations

 Entreprises tayloriennes : quantité de


main-d’œuvre disponible

 Entreprises post-taylorienne: les


qualifications requises

105
LA GESTION DES RESSOURCES
HUMAINES (GRH)
 Dans un environnement de plus en
plus instable, la nécessaire
adéquation entre besoins et
ressources, ne peut être obtenue que
par une démarche prospective :

 La Gestion Prévisionnelle des Emplois


et des Compétences ( GPEC)

106
LA GESTION DES RESSOURCES
HUMAINES (GRH)

107
108
LA GESTION DES RESSOURCES
HUMAINES (GRH)

109
LA GESTION DES RESSOURCES
HUMAINES (GRH)

110
COMPTABILITÉ. FINANCE.
CONTRÔLE DE GESTION.
 Comptabilité générale
 Permet de donner périodiquement, une
image fidèle du patrimoine sous la forme
du bilan.
 La variation de la valeur du patrimoine
constitue l’enrichissement de la période
et se dans le tableau de résultat.
 Valeur du patrimoine et résultat
représentent des informations pour les
tiers et pour le fisc.

111
COMPTABILITÉ. FINANCE.
CONTRÔLE DE GESTION.
 Le contrôle de gestion
 Ce terme peut être entendu de deux
manières :
 « Garder la maîtrise » comme par
exemple « garder le contrôle de son
véhicule ».
 « Vérifier la conformité » comme dans
« faire un contrôle technique de son
véhicule ».

112
COMPTABILITÉ. FINANCE.
CONTRÔLE DE GESTION.
 Le contrôle de gestion utilise
largement la comptabilité générale
comme source d’information, mais
l’adapte à ses propres besoins au sein
de la comptabilité de gestion

113
COMPTABILITÉ. FINANCE.
CONTRÔLE DE GESTION.
 Le contrôle de gestion étant à usage
interne, il est construit sur
« mesure » en fonction des missions
qu’on lui assigne.
 Système de calculs de coûts
 Tableaux de bord
 Systèmes de rapports des écarts par
rapport à des normes
 Outils prévisionnels contenant les
budgets
114
COMPTABILITÉ. FINANCE.
CONTRÔLE DE GESTION.
 ASPECTS OPÉRATIONNELS DE LA
FONCTION FINANCIÈRE
 Assurer la pérennité du financement
 Minimiser le coût d’accès à la ressource
financière
 Valoriser la ressource financière
excédentaire
 Neutraliser les risques financiers

115
RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT.
 L’innovation et la recherche
 L’innovation consiste à introduire sur le
marché une nouveauté.
 Cette nouveauté peut concerner :
 Un produit
 Un procédé de fabrication
 Une organisation des ressources
techniques, commerciales, financières

116
RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT.
 Les formes de l’innovation
 Technique :
 nouvelles matières (le lycra, le kevlar),
 nouveaux composants (les
supraconducteurs),
 nouveaux procédés (découpe au laser,
lecture optique),
 nouveaux produits (minitel, internet),
 nouveaux conditionnements (le sous vide,
la bombe aérosol)

117
RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT.
 Les formes de l’innovation
 Commerciale :
 nouveaux design (les chaussures DOC
Marten),
 nouveaux modes de distribution (la
franchise, la VPC),
 nouvelles présentations (part individuelle,
bouteilles d’eau par six)

118
RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT.
 Les formes de l’innovation
 Organisationnelles :
 la structure en réseau,
 la reconfiguration des processus
(reengineering - remise en cause fondamentale et redéfinition
radicale des processus opérationnel ),

 La réduction des niveaux hiérarchique (le


delayering),

119
RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT.
 Les formes de l’innovation
 Socio institutionnelle :
 nouvelle convention collective,
 l’Euro
 la loi sur les 35 heures

120
L’entreprise: une organisation dans
un environnement

LA VIE DE L’ENTREPRISE
ETAPES PROBLEMES A RESOUDRE
La création Identifierun projet.
Assurer son montage juridique, financier, industriel,

commercial.
Faire un compte d’exploitation prévisionnel.

La croissance Survivre (50 % des entreprises disparaissent dans les 3 à


5 ans après leur création).
S'implanter sur les marchés.

La maturité Accroître ses ressources financières, matérielles et


humaines. Conquérir des marchés.
Savoir s’adapter et innover pour éviter le déclin.

121
ORGANISATION DES ENTREPRISES
CLASSIFICATION ECONOMIQUE

SECTEUR SECONDAIRE
SECTEUR TERTIAIRE

Transformation
Production de services:
SECTEUR PRIMAIRE des matières
•Commerces
Premières en biens
•Banques
Extraction - production De consommation:
•Assurances
de matières premières •Construction auto
•Voyages
•Raffinages
•Santé
•Chimie
•Loisirs
•Équipements

122
ORGANISATION DES ENTREPRISES
CLASSIFICATION ECONOMIQUE

Six principales
catégories

Exploitations Entreprises
Agricoles industrielles

Entreprises Prestataires
commerciales De services

Établissements Compagnies
De crédit D’assurances

123
ORGANISATION DES ENTREPRISES
L’information
 L’information est au cœur du système
de gestion de l’entreprise.

 Son organisation repose sur un


système d’information qui doit
satisfaire à de nombreuses exigences
de qualité.

124
ORGANISATION DES ENTREPRISES
L’information

LES DEUX ASPECTS


DE L’INFORMATION

L’information L’information
« signes » « renseignements »

Point de vue gestionnaire


Point de vue technique
Concerne la possibilité
Concerne la capacité
d’utiliser l’information
Du réseau à transmettre
pour prendre des
et stocker les données
décisions

125
ORGANISATION DES ENTREPRISES
L’information
 Les fonctions (rôles) de l’information
(ou élaboration) de processus décisionnels (préparation d’une décision)
GENERATION
ou opérationnels (préparation d’une action).
La décision comme l’exécution reposent sur des informations

COORDINATION (ou communication interne) pour assurer la réalisation d’un ensemble


d’activités confiés à des services différents pour atteindre un résultat.

ADAPTATION À l’environnement, l’information constituant l’instrument de


connaissance de l’environnement (ex: études de marché)

126
ORGANISATION DES ENTREPRISES
L’information
 Les fonctions (rôles) de l’information

ACTION
sur l’environnement (ex: publicité)

des actions, des réalisations, des résultats, des décisions antérieures.


CONTROLE
Le contrôle repose sur la collecte d’informations
(ex: tableau de bord, analyse d’écarts).

MOTIVATION sociale, dans l’entreprise par les communications hiérarchiques,


Et COHESION collectives, syndicales, interpersonnelles

127
ORGANISATION DES ENTREPRISES
LES 5 OBJECTIFS DU SYSTEME DE PRODUCTION

Point de vue statique Point de vue dynamique

•Satisfaire la demande. •Maintenir la capacité


•Équilibrer le plan de productive
charge de l’entreprise (maintenance,
renouvellement des
CAPACITE DE équipements)
PRODUCTION •Accroître la capacité

(investissements de
capacité).

128
ORGANISATION DES ENTREPRISES
LES 5 OBJECTIFS DU SYSTEME DE PRODUCTION

Point de vue statique Point de vue dynamique

•Déterminer le niveau •Constance (régularité)


de qualité requis en de la qualité.
matière de: •Améliorer le niveau de
•Produits
qualité.
•Procédés
•Tendre vers les
•Organisation
«5 zéros»
QUALITE •Relations
•Zéro panne
•Vie de travail. •Zéro défaut

•Zéro délai

•Zéro stock

•Zéro papier

129
ORGANISATION DES ENTREPRISES
LES 5 OBJECTIFS DU SYSTEME DE PRODUCTION

Point de vue statique Point de vue dynamique

•Minimiser les coûts •Réaliserdes gains de


•Stabiliser les coûts productivité
COÛT DE PRODUCTION •Abaisser les coûts
(investissement de
productivité)

Respecter les dates •Réduire les durées de


prévues: fabrication
•Envers les clients
•Délaide livraison
DELAI
contractuel.
•Internes:
•Planning des
fabrications

130
ORGANISATION DES ENTREPRISES
LES 5 OBJECTIFS DU SYSTEME DE PRODUCTION

Point de vue statique Point de vue dynamique

•Adapter les produits et •Accroître la flexibilité


les procédés aux de la production
changements de (adaptation aux
l’environnement variations de la
•Assurer la variété des demande).
fabrications.
FLEXIBILITE
•Faire face aux

fluctuations
saisonnières ou
conjoncturelles de la
demande.

131
ORGANISATION DES ENTREPRISES
LES SERVICES DE PRODUCTION

PREPARATION REALISATION CONTRÔLE DE


DU TRAVAIL DES TÂCHES LA PRODUCTION

Préparation Préparation Ateliers: Services


technique: administrative: logistiques:
-Usinage Délais
-Études -Ordonnan- -Entretien
-Montage Qualité
cement
-Méthodes -Outillage Rendements
-Lancement
-Manutention Coûts
-Condition-
nement
-Magasin
(stockage)

132

Vous aimerez peut-être aussi