Vous êtes sur la page 1sur 19

Université Mohamed khaider -Biskra

Département de génie civil et d’ hydraulique

DIFFERENCES
EC2/BAEL
Realiser par : Sous la subdivision du le professeur :
Senouci Sabrin. * Mabrouki Abd Elhak .
Selmi Meriem
 Zitouni zineb
.
Gr: 04 structure

Année universitaire
2015/2016
L’EUROCODE 2 ET BAEL
Définition:
*sont les normes européennes de conception, de dimensionnement et de
justification des structures de bâtiment et de génie civil.
Présentation générale de l'Eurocode 2
*La norme de base pour le calcul des structures en béton est (norme NF EN 1992 – calcul des
structures en béton).
*L’EUROCODE 2 comprend quatre normes permettant de concevoir et dimensionner les
structures et les éléments structuraux des constructions en béton (bâtiments, ponts, silos et
réservoirs…) et ou de vérifier les propriétés mécaniques des éléments structuraux préfabriqués en
béton.
-NF EN 1992-1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments
-NF EN 1992-1-2 : Règles générales – Calcul du comportement au feu
-NF EN 1992-2 : Ponts – Calcul et dispositions constructives
-NF EN 1992-3 : Silos et réservoirs
*Ces normes permettent le calcul des bâtiments et des ouvrages de génie civil en béton non armé,
en béton armé ou en béton précontraint.
*Comme toutes les normes EUROCODES, leur application sur le territoire français ne peut se
faire qu’en concomitance avec leurs annexes nationales.
L'EUROCODE 2
*Eurocode 2 traite du phénomène, plutôt que de types éléments
*Conception est basée sur la force du cylindre caractéristique
*Il permet béton à haute résistance (C90 / 105).
*Ne contient pas de formules dérivées (par exemple, seuls les détails du bloc de contrainte est
donnée, non pas les formules de calcul de flexion).
*Unité de stress est MPa
*Des exigences de durabilité plus explicites: Cmin + Ac, Dev
Acier brut ou doux ne sont pas couverts
*Charges horixontal notionnels considérées en plus des charges latérales
*Les combinaisons de charges sont donnés dans l'EN 1990
Eurospeak (vérifier, actions, imperfections) et indices
*Le processus de conception ne changera pas à la suite de l'utilisation de EC2. Alors que
l'Eurocode 2 est aménagé pour faire face aux phénomènes plutôt que des éléments, il ya aussi des
règles spécifiques traitant avec poutres, dalles, dalles, colonnes, des murs, des poutres, des
fondations profondes, systèmes attachant et béton préfabriqué. Dans le long terme, il est prévu que
EC2 se traduira par des structures plus économiques conception afin conceptuel fait pour, disons,
BS 8110 peut être prise en toute confiance grâce à la conception de détail en utilisant EC2

 
Eurocode 2 ressources et servicesFrom 1 Avril 2010, la norme de conception Royaume-Uni pour
les ponts en béton est BS EN 1992-2 (aka Eurocode 2, partie 2), ce qui remplace BS 5400-4. Il est
prévu que tous les clients du secteur public seront attendaient nouveau travail après cette date à
être conçu pour l'Eurocode 2, comme l'exige la directive sur les marchés publics.
*Les concepteurs qui utilisent l'Eurocode 2 pour la conception du pont se trouve que la plupart
des principes de conception de béton restent, et que le Code fournit des directives supplémentaires
qui n'a pas déjà été donnée dans un code de pratique. Cependant, il ya des variations à la pratique
existante que le concepteur aura à se familiariser avec.
* Peut-être plus d'un défi sera de comprendre à partir de l'Eurocode 2 ce qui est prévu pour la
conception du pont. Ceci est parce que la partie 2 modifie la partie 1-1, qui couvre la conception
concrète générale, pour la rendre appropriée pour les ponts. Ceci, couplé avec chaque document
ayant une annexe nationale rend navigations à travers les clauses plus onéreux que cela devrait
être. Le Centre de béton a produit un guide concis Eurocode 2 pour les ponts qui aidera le
concepteur à trouver leur chemin à travers l'Eurocode 2

Eurocode 2 et EC2 sont deux abréviations pour BS EN 1992, Eurocode 2: Calcul des
structures en béton. Il ya quatre parties à la norme BS EN 1992, mais par l'Eurocode 2 la
plupart des gens signifient BS EN 1992-1-1 Règles générales et règles pour les bâtiments.
OBJECTIFS
Ils visent à harmoniser les techniques de construction en Europe, et à faciliter le libre accès des
entreprises (travaux publics, bureaux d'études techniques..) aux marchés des autres États
membres.
Ils permettent de concevoir des ouvrages et de contrôler la conformité aux exigences
essentielles no 1 de la Directive sur les Produits de Construction « résistance mécanique et
stabilité » (incluant les aspects liés à l'exigence essentielle no 4 « sécurité d'utilisation ») et les
éléments relatifs à l'exigence essentielle no 2 « sécurité en cas d'incendie » ainsi que la
durabilité, telles que définies dans l'annexe 1 de la Directive.
Ils seront le principal moyen de conception des structures de bâtiments et ouvrages de Génie
Civil, pour le secteur de la conception des ouvrages et pour l'industrie du bâtiment et des
Travaux Publics.
* Les différentes parties des Eurocodes et leurs dates de publication deviennent des références
devant être connus des praticiens
Présentation générale de BEAL
*Elles remplacent en concentrant en un texte unique les règles de calcul du béton armé (BAEL –
Béton Armé aux Etats Limites) et du béton précontraint (BPEL – Béton Précontraint aux Etats
Limites).
*Elles ne révolutionnent pas les calculs du béton armé ou précontraint, car on y retrouve tous les
principes fondamentaux du BAEL et du BPEL. Elles n’introduisent pas de modification de la
méthodologie générale de calcul mais font appel à quelques méthodes de calcul nouvelles. Elles
offrent au concepteur une plus grande liberté de conception.
*L´application des règles BAEL 83 s´impose depuis le 1er janvier 1985, date à laquelle les règles
précédentes CCBA 68 ont été abrogées après une période de coexistence.
*L´usage systématique du BAEL 83 a révélé quelques imperfections suffisantes pour motiver une
révision ; cependant, la parution prochaine des eurocodes rendait inopportune une remise en
cause profonde des prescriptions en vigueur.
*Dans ces conditions, les modifications proposées se limitent à un « toilettage » répondant aux
buts suivants : - améliorer et compléter certaines rédactions mal comprises ou considérées comme
peu claires, et par conséquent susceptibles d´être interprétées de façon erronée ; - corriger les
articles ayant fait l´objet de critiques, soit en précisant ou modifiant leur domaine d´application,
soit en apportant les retouches nécessaires pour obtenir dans tous les cas visés des résultats
satisfaisants .
Differences ec2/bael
*Le coefficient d’équivalence acier/béton est à calculer pour chaque cas. Il n’est plus égal à 15.
*Un nouveau concept de classes d’exposition gouverne la maîtrise de la fissuration et de la
durabilité des ouvrages.
La contrainte limite de compression du béton n’est pas à vérifier pour les classes d’exposition
XC (carbonatation) et non obligatoire pour les classes XD, XS et XF (« il peut être pertinent de
limiter les contraintes de compression à 0,6 fck»).
*On doit ajouter à l’enrobage minimal cmin une tolérance Dcdev (0 à 10 mm).
*Le coefficient réducteur 0,85 de la résistance du béton a disparu (cas courant).
*La portée de calcul est la portée entre axes et non entre nus, mais pour les structures (poutres ou
dalles) liées monolithiquement avec leurs supports, on prend le moment au nu (M / z plus
défavorable au nu).
*La contrainte limite de compression des bielles (effort tranchant) est beaucoup plus élevée.
Le coefficient d’équivalence acier/béton est à calculer pour chaque cas. Il n’est plus égal à 15.
Un nouveau concept de classes d’exposition gouverne la maîtrise de la fissuration et de la
durabilité des ouvrages.
La contrainte limite de compression du béton n’est pas à vérifier pour les classes d’exposition
XC (carbonatation) et non obligatoire pour les classes XD, XS et XF (« il peut être pertinent de
limiter les contraintes de compression à 0,6 fck»).
 On doit ajouter à l’enrobage minimal cmin une tolérance Dcdev (0 à 10 mm).
 Le coefficient réducteur 0,85 de la résistance du béton a disparu (cas courant).
 La portée de calcul est la portée entre axes et non entre nus, mais pour les structures (poutres ou
dalles) liées monolithiquement avec leurs supports, on prend le moment au nu (M / z plus
défavorable au nu).
 La contrainte limite de compression des bielles (effort tranchant) est beaucoup plus élevée. 

comparaison bael/eurocode
Dans cette partie, nous étudierons les règlements BAEL et Eurocode 2 pour l’ensemble de la
construction de l’EHPAD de Masevaux. Tout d’abord, nous comparerons les charges et
combinaisons de charges et ensuite les méthodes de calcul et les résultats obtenus par les deux
règlements BAEL et Eurocode 2 en prenant en compte ou non les dispositions parasismiques.
Enfin, nous étudierons l’impact du changement de règlement sur le dimensionnement de
l’EHPAD de Masevaux. Sur la page de gauche sont présentées les méthodes de calcul de
l‘Eurocode 2 et dans celle de droite celles du BAEL. Le tableau récapitulatif des dispositions
parasismiques PS92 et Eurocodes 8 en annexe 2.
charges et matériaux ec2 /bael
 Charges –EC2 :
Actions permanentes -EC2:
Les actions permanentes ont une durée d’application continue et égale à la durée de vie de la
structure. Elles sont représentées par leurs valeurs caractéristiques. Si les variations sont
faibles, on leur attribue une valeur caractéristique unique Gk (poids propre). S’il y a des
incertitudes concernant la valeur de l’action permanente, on définit deux valeurs
caractéristiques Gksup et Gkinf, qui sont déterminées de telle façon que la probabilité pour que
la valeur réelle de l’action les dépasse soit inférieure à 5%. On supposera que la fonction de
répartition est une gaussienne.
Actions variables –EC2:
Les charges d’exploitation des bâtiments sont provoquées par l’occupation des locaux. Leurs
valeurs sont données par l’EC0 et tiennent compte
- De l’usage normal que les personnes font des locaux ;
- Des meubles et objets mobiles ;
- Des véhicules ;
- Des événements rares prévus ;
Les charges comprennent :
- Les charges sur planchers ;
- Les charges sur toiture ;
- Les actions dues aux véhicules de transport ;
- Les actions des équipements spéciaux ;

Charges – BAEL:
Action permanente- BAEL
Les actions permanentes sont notées G et leur intensité est constante ou peu variable dans le
temps ou varie toujours dans le même sens en tendant vers une limite. Elles sont
généralement introduites dans les calculs avec leurs valeurs les plus probables. Lorsqu’une
action permanente est susceptible de subir des écarts sensibles par rapport à sa moyenne, il
faut en tenir compte en introduisant une valeur maximale et une minimale.
Action variable-BAEL :
Charges d’exploitation, charges climatiques -BAEL :
 Les actions variables sont notées Q et leur intensité varie fréquemment et de manière
importante dans le temps. Les valeurs représentatives sont fixées en fonction de l’intensité,
de la durée d’application et de la nature des combinaisons.
 - valeur nominale Qi ;
 - valeur de combinaison ψ0iQi ;
 - valeur fréquente ψ1iQi ;
 - valeur quasi-permanente ψ2iQi ;
Charges appliquées en cours d’exécution – BAEL:
On distingue :
 - les charges peu variables et connues de façon précise qui sont introduites dans les
calculs avec les charges permanentes ;

 - les autres charges, dont on évalue une valeur extrême et qui sont introduites avec les
charges d’exploitation (charge pouvant varier ou se déplacer au cours d’une même
phase de travaux)
Action accidentelle –EC2 :
 Ce sont des actions de courte durée d’application mais de grandeur significative, qui ont peu
de chance d’intervenir sur une structure donnée au cours de la durée de vie du projet. On les
représente par une valeur nominale fixée par des codes
Action accidentelle -BAEL :
 Les actions accidentelles sont notées Fa et proviennent de phénomènes rares (séisme, choc).
ou des textes réglementaires.

Valeur de calcul des actions –EC2

La valeur de calcul Fd d’une action F peut s’exprimer sous la forme :

Avec : - Fk : valeur caractéristique de l’action ;


- γf : coefficient partiel pour l’action, qui tient compte de la possibilité d’écarts
défavorables des valeurs de l’action par rapport aux valeurs représentatives ;
- ψ : coefficient qui dépend du type de bâtiment et de la combinaison de charges ;
Combinaison de charges – EC2
Etats limites ultimes -ELU –EC2
Il existe plusieurs types d’états limites ultimes dans l’EC2 :
EQU : perte d’équilibre statique de la structure considérée comme un corps rigide ;
STR : défaillance interne ou déformation excessive de la structure ou des éléments structuraux
y compris semelles, pieux lorsque la résistance des matériaux de construction de la structure
domine ;
GEO : défaillance ou déformation excessive du sol, lorsque les résistances du sol ou de la roche
sont significatives pour la résistance ;
FAT : défaillance de la structure ou des éléments structuraux due à la fatigue;

Pour les états limites ultimes de résistance (STR/GEO), la combinaison de charges s’écrit de la
manière suivante :
Action accidentelle -BAEL
Les actions accidentelles sont notées Fa et proviennent de phénomènes rares (séisme, choc).

Sollicitations de calcul - BAEL


- Gmax : ensemble des actions permanentes défavorables ;
- Gmin : ensemble des actions permanentes favorables ;
- Q1 : variable de base ;
- Qi : variable d’accompagnement ;
Combinaisons de charges –BAEL
Etats limites ultimes -ELU -BAEL
Aux ELU, il existe deux types de combinaisons :
Combinaisons fondamentales :

Combinaisons accidentelles

Avec : Fa : valeur accidentelle


Les ELU correspondent à la limite :
de l’équilibre statique ;
 de la résistance de l’un des matériaux
ETATS LIMITES DE SERVICE -ELS –
EC2
Aux ELS, il existe 3 types de combinaisons de charges :
La combinaison caractéristique est à considérer normalement pour les états
limites à court terme, liés à une seule atteinte d’une certaine valeur par l’effet
étudié : exemple formation de fissures

La combinaison fréquente est à considérer pour des états limites à moyen terme,
liés à l’atteinte par l’effet étudié d’une certaine valeur soit pendant une petite
partie de la durée de référence soit pendant un certain nombre de fois.

La combinaison quasi-permanente est à considérer pour l’étude des effets à long


terme des actions liées à l’atteinte d’une certaine valeur pendant une longue durée,
par exemple fluage du béton.
Par simplification pour les bâtiments, la combinaison d’action caractéristique peut
s’écrire :
Lorsque l’on ne considère que les actions variables les plus défavorables
Lorsque l’on considère toutes les actions variables :

Etats limites de service -ELS - BAEL


La combinaison de charges aux ELS s’écrit :
Les états limites de service sont définis en fonction des conditions d’exploitation et de
la durabilité (état limites de déformation instantanée et différée et d’ouverture des
fissures).

Synthèse et comparaison des charges et combinaisons de charges

Les charges sont divisées en deux types charges permanentes et charges d’exploitation
que l’on combine pour obtenir les états limites de service et les états limites ultimes.
Nous remarquons des différences au niveau des combinaisons de charges : il existe
plusieurs types de combinaisons ELU aux Eurocodes suivant qu’il s’agisse d’une perte
d’équilibre, d’une déformation excessive, d’une déformation du sol ou d’une défaillance
de la structure vis-à-vis de la fatigue.
Par ailleurs, les coefficients de combinaison de charges sont plus élevés entre le BAEL et
l’EC2 pour les actions secondaires. En effet, sous combinaisons ELU, les actions
d’accompagnement sont multipliées par 1.3* ψ0i pour le BAEL et par 1.5* ψ0i pour l’EC2.

Les coefficients ψ sont généralement plus élevés dans l’EC2. Si l’on choisit l’exemple d’une
salle de réunion :
Ψ0 BAEL : 0.77 EC2 : 0.7
Ψ1 BAEL : 0.65 EC2 : 0.7
ψ2 BAEL : 0.25 EC2 : 0.6

Matériaux – EC2
Il est important de comparer la manière dont les matériaux béton et acier sont abordés
dans les deux règlements et leurs différences.
Aciers –EC2
 Critères mécaniques :
Limite d’élasticité caractéristique : fyk
Module d’élasticité longitudinal : Es
Forme du diagramme de contraintes-déformations : à palier horizontal, à palier
incliné
Le diagramme contrainte –déformation à palier incliné représente l’écrouissage de
l’acier, on notera que la déformation est limitée à εud. Le diagramme contrainte-
déformation à palier horizontal représente l’élasto-plasticité parfaite de l’acier, on
notera que la déformation n’est pas limitée.
Matériaux - BAEL
Aciers - BAEL
critères mécaniques
Limite d’élasticité : fe
Module d’élasticité longitudinal : Es
Le BAEL présente un seul diagramme contraintes –déformations pour l’acier : le
diagramme à palier horizontal.

Vous aimerez peut-être aussi