Vous êtes sur la page 1sur 77

TECHNIQUES DE

FINANCEMENT DES
OPÉRATIONS IMPORT-
EXPORT
Présentation:
◦ Amine SEKKIOUI

◦ Directeur d’agence bancaire

◦ Alumni UPVD : M2 MBA

◦ Techniques bancaires/Finance/Comptabilité

◦ amine.sekkioui@gmail.com

2
Introduction:

Quelles sont les modalités et techniques de paiement utilisées dans le commerce international ?

Quels sont les différents moyens de financement qui conviennent dans les opérations d’import-export?

Quels sont les différents risques envisagés et comment les couvrir ?

3
Objectifs du cours

INSTRUMENTS ET TECHNIQUES TECHNIQUES DE GESTION DES RISQUES DE NON


DE PAIEMENT FINANCEMENTS PAIEMENT ET/OU DE CHANGE
COURT/MOYEN/LONG TERME

4
INSTRUMENTS ET
TECHNIQUES DE
PAIEMENT
Importateur Exportateur

Négociation de contrat

Objet du contrat
Prix Support physique ou
numérique
Incoterm
Devise de facturation
Délais du règlement Encaissement simple
Instruments de paiement ou documentaire
Techniques de paiement
6
Chapitre 1: Instruments de paiement
◦ Il existe plusieurs instruments de paiement utilisés lors des opérations
d’import-export:

ESPÈCES/MANDAT CARTE BANCAIRE CHÈQUE VIREMENT EFFET DE


S CASH INTERNATIONAL COMMERCE

7
Chapitre 1: Instruments de paiement
Chèque:
• Ordre écrit et inconditionnel de payer une somme déterminée au bénéficiaire du
chèque.
• Instrument de paiement comptant.
• L’importateur est à l’origine de l’émission du chèque: soit par chèque classique ou
par chèque de banque.
• L’exportateur le remet à sa banque pour encaissement: la banque applique alors
soit le crédit sauf bonne fin (SBF) ou le crédit ferme (CAE pour crédit à
l’encaissement) sur le compte de l’exportateur.

8
Chapitre 1: Instruments de paiement
Chèque: circuit du chèque étranger
Adresse un chèque

Importateur Exportateur
Dépose à sa
banque
Débite le
compte Crédite le
compte
Présente Présente

Vire les Vire les


Banque de fonds Banque Banque de
fonds
l’importateur correspondante l’exportateur 9
Chapitre 1: Instruments de paiement
Chèque: avantages et limites
Avantages Limites

• Moyen de paiement simple, encore • Traitement lourd et coûteux.


très usité dans certains pays. • Support papier : risque de perte, de
• Titre de créance pouvant être vol, de falsification.
présenté en cas de litige. • Délais d’encaissement variables.
• Faible coût. • Emission à l’initiative de
l’acheteur.
• Pas de couverture du risque
politique et bancaire en cas
d’émission de chèque classique.
• Réglementation variable selon les
pays.

10
Chapitre 1: Instruments de paiement
Virement international:
• Le mode de paiement le plus utilisé.
• Instrument de paiement comptant.
• Le débiteur (importateur) demande à sa banque de payer directement à la banque
de son créancier.
• Echange interbancaire par SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial
Telecommunication) ou SEPA (Single Euro Payment Area).
• Repose sur les informations figurant sur le Relevé d’identité Bancaire: BIC (Bank
Identifier Code);
IBAN (International Bank Account Number) ou
BBAN (Basic Bank Account Number) 11
Chapitre 1: Instruments de paiement
Virement international : circuit du virement international

Importateur Exportateur

Donne
l’ordre de Crédite le
virement compte

Vire les Vire les


fonds fonds

Banque de Banque Banque de


l’importateur correspondante l’exportateur 12
Chapitre 1: Instruments de paiement
Virement international: virement SEPA
• 36 pays membres (UE + EEE + Zone Euro +
Suisse).
• Harmonisation des transactions financières dans
la zone.
• Virement en euro.
• Virement ordinaire (national).
• Le délai d’exécution maximum garanti de 3
jours ouvrés dans toute la zone SEPA.

13
Chapitre 1: Instruments de paiement
Virement international : circuit du virement SEPA

Importateur Exportateur

Donne
l’ordre de Crédite le
virement compte

Vire les fonds

Banque de Banque de
l’importateur l’exportateur 14
Chapitre 1: Instruments de paiement
Virement international: Avantages et Limites
Avantages Limites

• Très rapide sur le plan • Emission à l’initiative


technique. de l’importateur.
• Peu onéreux. • Délais plus ou moins
• Pas de risque d’impayé long selon le circuit
en cas d’exécution avant bancaire utilisé.
l’expédition. • Risque de change si le
virement est libellé en
devise.
15
Chapitre 1: Instruments de paiement
Effet de commerce:

• Terme générique qui regroupe la lettre de change,


ou le billet à ordre.

• Le terme traite est un mot d’usage.

• Instrument de paiement au comptant ou en différé.

16
Chapitre 1: Instruments de paiement
Effet de commerce: Lettre de change

• Un titre par lequel l’exportateur (tireur), donne


ordre à son client importateur (tiré) de payer une
certaine somme à vue ou à échéance, au porteur du
titre (le bénéficiaire).

17
Chapitre 1: Instruments de paiement
Effet de commerce: Lettre de change
• Le mode de paiement à l’initiative de l’exportateur.
• Instrument de paiement comptant ou différé.
• Peut se transmettre (endossable).
• L’aval de la banque est possible (effet avalisé).
• Peut être un moyen de financement (escompté).
• Le risque de retard de paiement ou de non paiement existe.
• Lettre de change relevé (LCR): format électronique.
• En anglais: Draft ou Bill of Exchange

18
Chapitre 1: Instruments de paiement
Effet de commerce: Lettre de change

Envoie la facture et la lettre de change

Importateur Retourne la lettre de change acceptée Exportateur

Acceptation de la lettre de change


19
Chapitre 1: Instruments de paiement
Effet de commerce: Lettre de change

20
Chapitre 1: Instruments de paiement
Effet de commerce: Lettre de change (exemple FR)

21
Chapitre 1: Instruments de paiement
Effet de commerce: Lettre de change (Exemple CAN)

22
Chapitre 1: Instruments de paiement
Effet de commerce: Lettre de change (Exemple USA)

23
Chapitre 1: Instruments de paiement
Effet de commerce: Lettre de change
Adresse la LCR Informe sur la LCR

Accepte la LCR Accepte la LCR


Tireur Tiré
(Exportateur) (Importateur) Banque du tiré
(eng: Drawer) (eng: Drawee)

Adresse la Vire les fonds


Remet la LCR
LCR
Crédite le compte

Dépose la LCR

Bénéficiaire Banque du
(souvent le tireur) bénéficiaire
(eng: payee)
24
Chapitre 1: Instruments de paiement
Effet de commerce: Lettre de change
Avantages Limites

• A l’initiative de l’exportateur, • Support papier: risque de


• Matérialisation de la dette. perte, de vol ou de
• Possibilité d’obtention d’un falsification.
délai de paiement pour • Frais de timbres très élevés
l’importateur. dans certains pays.
• Possibilité d’aval bancaire. • Pas de couverture du risque
politique et bancaire.
 Le droit cambiaire ne
s’applique pas dans tous les
pays.

25
Chapitre 1: Instruments de paiement
Effet de commerce: Billet à ordre

• c’est un écrit par lequel l’importateur


(souscripteur) s’engage à payer à l’exportateur
(bénéficiaire) une somme déterminée à vue ou à une
date fixée.
• En anglais: Promissory note,

26
Chapitre 2: Techniques de paiement

Exportateur Importateur
Sécurité maximale
N’expédier les Ne payer les
marchandises qu’après marchandises qu’après
encaissement du réception et
paiement vérification

Les documents permettant de retirer les marchandises ne sont remis à


l’importateur qu’en contrepartie du paiement ou d’un engagement de
paiement 27
Chapitre 2: Techniques de paiement
◦ Quelles sont les techniques de paiement (documentaires) les plus utilisés?

REMISE CRÉDIT LETTRE DE CONTRE-


DOCUMENTAIRE DOCUMENTAIRE CRÉDIT STAND- REMBOURSEMEN
BY T
28
Chapitre 2: Techniques de paiement
Cadre réglementaire:
RUU : Règles et Usances Uniformes ou UCP : Uniform Customs et Practices
élaborées par CCI depuis 1933
1 révision environ tous les 10 ans
Dernière révision : adoptée en octobre 2006, mise en œuvre au 01-07-07

e-RUU ou e-UCP (2002) :


12 articles traitant de la présentation des documents tels que facture, titre de transport…

ISBP: International Standard Banking Practice


Datent de 2002
pratiques bancaires internationales relatives à l’examen des documents.
29
Chapitre 2: Techniques de paiement
La remise documentaire (remdoc):
• La remise documentaire est une procédure de recouvrement
dans laquelle une banque reçoit mandat de l’exportateur
d’encaisser le montant de la créance contre remise de
documents.

• Pas d’engament bancaire : si l’importateur ne paie pas,


l’exportateur ne sera pas payé et les marchandises ne seront
pas livrées.
30
Chapitre 2: Techniques de paiement
La remise documentaire: Les intervenants
• Le donneur d’ordre ou remettant: l’exportateur;
• Le tiré : l’importateur;
• La banque remettante: la banque de l’exportateur
• La banque présentatrice: la banque correspondante de celle
de l’exportateur dans le pays de l’importateur

31
Chapitre 2: Techniques de paiement
La remise documentaire: Les modes de réalisation

• Documents contre paiement;


• Documents contre acceptation (le tiré accepte
l’effet);
• Documents contre aval bancaire (la banque avalise
l’effet);
32
Chapitre 2: Techniques de paiement
La remise documentaire: Le mécanisme
Remise des
documents
Expédition
Paiement

Départ Exportateur Banque


(Donneur d’ordre) remettante

Expédition
Transmission des
Paiement documents

Marchandises Documents contre


contre documents paiement
Arrivée Importateur Banque
(Tiré) présentatrice 33
Chapitre 2: Techniques de paiement
La remise documentaire: Les avantages et limites
Avantages Limites

• Simplicité; • Pas de notion de conformité des documents;


• Rapidité; • Pas d’engagement de payer du
• Technique régie par les Règles Uniformes correspondant;
de la Chambre de Commerce Internationales • Sécurité relative si la réalisation ne se fait
(publication 522); pas à vue;
• Coût peu élevé. • En cas de désistement par l’importateur,
l’exportateur doit rechercher un nouvel
acquéreur;
• Rapatriement des marchandises aléatoire en
cas de non paiement.
• Ne convient pas à toutes les opérations

34
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire (crédoc): Définition
• Le crédit documentaire est une opération par laquelle une
banque s’engage pour le compte de son client importateur,
à régler un exportateur, dans un délai déterminé, d’un
certain montant, contre remise, par l’exportateur, de
documents reconnus strictement conformes (à ceux
demandés dans l’ouverture du crédoc), justifiant de la valeur
de l’expédition des marchandises ou de la prestation de
services.
35
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire (crédoc): Définition
• Contrat de paiement distinct du contrat commercial;
• Régi par la réglementation RUU 600;
• C’est l’instrument le plus performant pour sécuriser des
échanges internationaux;
• Il est irrévocable (engagement de la banque de l’importateur)
et peut être également confirmé (ajout de l’engagement de la
banque notificatrice ou banque de l’exportateur).

36
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire (crédoc): Définition
• Se réalise exclusivement par SWIFT (voir MT700);
• Les banques participantes se chargent de la vérification
stricte des documents selon les instructions du donneur
d’ordre.
• En anglais: Documentary Credit.

37
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : Les intervenants
• Donneur d’ordre: l’importateur (l’acherteur);
• Banque émettrice: banque de l’importateur;
• Banque notificatrice: banque de l’exportateur (le vendeur);
• Banque confirmante: peut ajouter sa confirmation pour sécuriser le crédoc
(optionnelle); il peut s’agir de la banque notificatrice;
• Bénéficiaire: l’exportateur (le vendeur).

38
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : Les types de crédoc

• Crédit révocable: peut-être annulé ou amendé par le donneur d’ordre ou sa banque


tant que les documents conformes n’ont pas été présentés;
• Crédit irrévocable: Garantie de paiement contre le risque commercial (par la
banque émettrice);
• Crédit irrévocable et confirmé: Garantie de paiement contre le risque commercial
et politique(par la banque confirmante);

39
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : La réalisation
Marchandises
contre Instruction
documents d’ouverture

Documents
Arrivée contre
Importateur Banque
paiement
(Donneur d’ordre) émettrice

Expédition Documents contre


remboursement Ouverture

Marchandises Documents contre


contre documents paiement Banque notificatrice
Départ Exportateur
et/+ confirmante
(Bénéficiaire) 40
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : Les modes de réalisation
• Réalisable par paiement à vue: comptant, pas de délais de paiement;
• Réalisable par paiement différé: engagement écrit de l’importateur de payer à une
date ultérieure;
• Réalisable par acceptation: acceptation par la banque émettrice d’une lettre de
change avec une date d’échéance ultérieure;
• Réalisable par négociation: la banque escompte une lettre de change tirée sur elle-
même ou sur la banque émettrice.

41
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : Les dates clés
Délais de validité du crédoc
Date d’ouverture Date d’expiration

Date limite 2
1 3
d’expédition

4 5

Date effective Date limite de présentation des


d’expédition documents
délais de présentation fixé par l’acheteur ou à
défaut par les RUU 42
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : Les dates clés (exemple)

• Date de début du crédit: 1er janvier;


• Délais maximum de présentation des documents: 21 jours à partir de la date
d’expédition;
• Date limite d’expédition: 21 janvier;
• Date d’expédition réelle: 14 janvier;
• Quelle est la date de validité du crédoc?
• Quelle est la date limite de présentation des documents?

43
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : Les dates clés (exemple)

• Date de début du crédit: 1er janvier;


• Date réelle d’expédition: 14 janvier;
• Date limite de présentation des documents: 21 jours à partir de la date
d’expédition;
• Soit: 04 février (14-01 + 21 jours);
• Date limite d’expédition: 21 janvier;
• Date de validité de crédit : 11 février (21-01 + 21 jours)

44
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : Les dates clés
Date d’ouverture Date d’expiration
Délais de validité du crédoc
1er janvier 11 février

Date limite 2
1 3
d’expédition
21 janvier

4 5

Date effective Date limite de présentation des


d’expédition documents
14 janvier 04 février
21 jours
45
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : Crédits documentaires spécifiques
Crédoc transférable: crédit documentaire qui peut être rendu réalisable en totalité ou en partie au profit d’un
autre bénéficiaire (« le second bénéficiaire ») à la demande du bénéficiaire (« le premier bénéficiaire »).

Crédoc « adossé ou Back to Back »: le bénéficiaire du Crédoc initial demande à son banquier d’ouvrir un
Crédoc en faveur de son propre fournisseur, qui sera alors « adossé » au premier, ouvert en sa faveur.

Crédoc revolving (renouvelable): crédit documentaire dont le montant se reconstitue automatiquement après
chaque utilisation par l’exportateur et ce, jusqu’à son échéance. Le Crédoc peut être revolving en montant et/ou
en durée.

Credoc « red clause » : crédit documentaire comportant une clause autorisant la banque à faire des avances au
bénéficiaire avant présentation des documents. La responsabilité finale du remboursement de l’avance incombe
au donneur d’ordre en cas de non-livraison.
46
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : Précautions à prendre
Lors de la notification Lors de la vérification des
À l’instruction d’ouverture
d’ouverture documents
• Précisions sur la nature du • Vérifier l’authenticité du • Respecter un check-list:
CREDOC (Type, mode et CREDOC; • Contrôle de la conformité
lieu de réalisation, frais, • Vérifier la cohérence avec le des documents avec le
RUU); contrat; CREDOC;
• Précisions concernant la • Possibilité de respecter les • Contrôle de la cohérence
marchandise et le transport; dates butoirs; des documents entre eux;
• Dates butoirs exigées; • Possibilité d’obtention les • Respect des RUU 600;
• Documents exigés documents exigés;
• Compatibilité avec la
technologie, l’Incoterm;
e nt se rv es
e n d em Ré 47

Am
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : Réserves
• La banque dispose de 5 jours pour émettre des réserves sur les documents reçus => sinon,
paiement!
• Selon les RUU, toutes les réserves sont importantes et doivent être levées.
• Dans la pratique, on distingue entre les réserves mineures, et les réserves majeures.
• Les réserves mineures annotées par la mention NT (non transmises) et n’empêchent pas le
paiement (par ex.: des fautes d’orthographe comme le Havre au lieu de Le Havre)
• Les réserves majeures, annotées T (Transmises) empêchent le paiement et doivent être levées par la
banque émettrice (problème de date de livraison)

48
Chapitre 2: Techniques de paiement
Le crédit documentaire : Avantages et inconvénients
Avantages Limites

• Contrôle des documents • Formalisme des contrôle (75%


• Sécurité plus ou moins élevée des crédocs avec anomalies);
de paiement • Délais importants
• Cadre réglementaire stricte; préjudiciables aux opérations
• Peut être un moyen de livrées rapidement;
financement • Coût assez élevé surtout pour
les petites demandes de
crédits.

49
Chapitre 2: Techniques de paiement
Lettre de crédit Stand-By: Définition
• La lettre de crédit Stand-By (Stand-By Letter of Credit)
consiste en l’engagement irrévocable d’une banque
d’indemniser son bénéficiaire en cas de défaillance du
donneur d’ordre.
• Il s’agit d’une garantie de paiement, les transactions
financières ont lieu directement entre l’importateur et
l’exportateur.
• Contrat distinct du contrat commercial.
• N’a pas vocation à être exécuté. 50
Chapitre 2: Techniques de paiement
Lettre de crédit Stand-By: La réalisation
Marchandises
contre Instruction
documents d’ouverture

Arrivée Importateur Banque


(Donneur d’ordre) émettrice

Expédition Documents
contre Ouverture
paiement Notification
d’ouverture

Marchandises
contre documents Banque notificatrice
Départ Exportateur
et/+ confirmante
(Bénéficiaire) 51
Chapitre 2: Techniques de paiement
Lettre de crédit Stand-By: La réalisation
Marchandises
contre Instruction
documents d’ouverture

Paiement
Arrivée Importateur Banque
(Donneur d’ordre) émettrice

Expédition Documents
Paiement
mais pas Ouverture
paiement Notification
d’ouverture

Marchandises
contre documents Documents Banque notificatrice
Départ Exportateur contre paiement
et/+ confirmante
(Bénéficiaire) 52
Chapitre 2: Techniques de paiement
Lettre de crédit Stand-By: Précisions
• Cadre réglementaire additionnel sous influences US:
• ISP 98 (International Stand-by Practices) ou
• RPIS 98 (Règles et pratiques internationales relatives au
Stand-by);
• RUU 500 puis 600 => forme particulière de Crédoc;
• Peut être transférable;
• Est souvent revolving.

53
Chapitre 2: Techniques de paiement
Lettre de crédit Stand-By: Avantages et limites
Avantages Limites

• Simplicité d’utilisation • Refusée dans certains pays


• Coût réduit • Ambiguïté du cadre
• Gain de temps réglementaire
• Meilleure adéquation aux • Perte de contrôle de la
contrats à long terme marchandise pour
l’exportateur
• Moins de garanties
documentaires pour
l’importateur

54
Chapitre 2: Techniques de paiement
Contre-remboursement: Définition
• COD « Cash On Delivery »

• Consiste à exiger, par écrit, d’un transporteur ou d’un


organisateur de transport qu’il ne remette la marchandise
confiée que contre paiement par le destinataire.

55
Chapitre 2: Techniques de paiement
Contre-remboursement: Réalisation

Expédition

Marchandises
Importateur contre Paiement Exportateur
Transporteur ou
Paiement
transitaire

56
Chapitre 2: Techniques de paiement
Contre-remboursement: Avantages et limites
Avantages Limites

• Très simple, souple, peu de • Cher (entre 3% et 5%).


formalisme. • Inapplicable à toutes les
• Le transporteur ou transitaire est situations.
responsable en cas de livraison de
la marchandise sans paiement de
la part de l’acheteur
• Le transporteur ou transitaire est à
même de prendre les mesures de
conservation des marchandises.

57
Exercice 1: Teem Photonics (Correction)
◦ Question 1:
◦ Vous êtes interrogé(e) par votre directeur financier qui est surpris que votre banquier ne se trouve pas engagé à vous
payer sachant que la marchandise a été remise au client. Qu’allez-vous répondre ? Rappelez l’engagement des
banques dans le cadre de la remise documentaire ?

◦Réponse :
◦ Dans la remise documentaire, les banques n’agissent qu’en tant que mandataire. Elles ne donnent aucun
engagement irrévocable de paiement sauf si elles avalisent des traites (dans le cas d’une remise
documentaire réalisable par acceptation). Les banques n’assument aucune responsabilité sur le paiement.
Seul le dessaisissement des documents en faveur de l’acheteur oblige la banque à récupérer les fonds de ce
dernier mais ne garantit en rien le transfert vers le vendeur en cas de risque pays et politique.
58
Exercice 1: Teem Photonics (Correction)
◦ Question 2:
◦ Quels sont les risques pour l’exportateur ?

◦Réponse :
◦ Le vendeur supporte le risque commercial si l’acheteur est dans l’incapacité de lever les
documents, le risque banque et le risque pays. Dans le cas présent, il s’agit d’un risque pays qui
aurait pu être sécurisé par une assurance crédit auprès d’Unistrat, Atradius, Coface... Le fait que
l’acheteur ait récupéré la marchandise ne confère aucune obligation particulière à la banque
présentatrice. Elle a récupéré les fonds mais elle est dans l’incapacité de les transférer.
59
Exercice 1: Teem Photonics (Correction)
◦ Question 3:
◦ Quelles sont les techniques que Teem Photonics aurait dû utiliser ?

◦ Réponse :
◦ Crédit documentaire irrévocable et confirmé.
◦ LCSB irrévocable et confirmée

60
Exercice 1: Teem Photonics (Correction)
◦ Question 4:
◦ Le directeur financier vous demande d’analyser les possibilités de recours contre l’acheteur compte tenu de la
clause de réserve de propriété et le paiement par remise documentaire à vue. Que pouvez-vous répondre ?

◦Réponse :
◦ Le vendeur dispose des recours juridiques traditionnels contre l’acheteur. Dans le cas présent, la
marchandise a été dument été payée par l’acheteur à la banque présentatrice qui entre-temps a
fait faillite et est partie avec « la caisse ». Ce risque est à la charge de l’exportateur. Si l’acheteur
n’avait pas payé les documents, le vendeur aurait pu essayer de faire condamner ce dernier en
France ou au Kenya afin de faire jouer la clause de réserve propriété.
61
Exercice 1: Teem Photonics (Correction)
◦ Question 5:
◦ Avez-vous des recours possibles contre la banque française ?

◦ Réponse :
◦ Les possibilités de recours contre la banque remettante sont
inexistantes pour autant que cette dernière ait respecté le mandat de
son client.
62
Exercice 2: ERAMET (Correction)
◦ Question 1:
◦ À partir du message MT 700, faites un schéma de l’opération, l’axe des temps avec les dates butoir
sachant que vous avez demandé la confirmation du crédit documentaire.

◦ Réponse :
◦ Les intervenants:
◦ Donneur d’ordre : Nature Trading
◦ Banque émettrice : Commercial Bank of Taiwan
◦ Banque notificatrice : CIC Paris
◦ Bénéficiaire : Eramet

63
Exercice 2: ERAMET (Correction)
◦ Question 1: Marchandises
contre Instruction
documents d’ouverture

Documents
KAOHSIUNG contre Commercial bank
Nature Trading
paiement of Taiwan

Expédition 200 Documents contre


000 Kg remboursement
De xxxxxx

Marchandises Documents contre


contre documents paiement CIC Paris
Europe Eramet
64
Exercice 2: ERAMET (Correction)
◦ Question 1:
◦ À partir du message MT 700, faites un schéma de l’opération, l’axe des temps avec les dates butoir
sachant que vous avez demandé la confirmation du crédit documentaire.

◦ Réponse :
◦ Il s’agit d’un crédit documentaire irrévocable pouvant être confirmé (May add – instruction ligne 49) réalisable par
acceptation d’une traite à 30 jours date de B/L.

65
Exercice 2: ERAMET (Correction)
◦ Question 1:
◦ À partir du message MT 700, faites un schéma de l’opération, l’axe des temps avec les dates butoir
sachant que vous avez demandé la confirmation du crédit documentaire.

◦ Réponse :
◦ Les différentes dates du crédit
◦ Date d’émission : 12/05/2008
◦ Date limite d’expédition : 30/09/2008
◦ Date limite de présentation des documents (21 jours après la date effective d’expédition)
◦ Date limite de validité du crédit : 21/10/2008

66
Exercice 2: ERAMET (Correction)

Date d’ouverture Date d’expiration


Délais de validité du crédoc
12/05/2008 21/10/2008

Date limite 2
1 3
d’expédition
30/09/2008

4 5

Date effective Date limite de présentation des


d’expédition documents
21 jours
67
Exercice 2: ERAMET (Correction)
◦ Question 2:
◦ Présentez les caractéristiques de ce crédit documentaire.

◦ Réponse :
◦ Il s’agit d’un crédit documentaire irrévocable non confirmé réalisable par acceptation d’une
traite à 30 jours date de B/L. Ce crédit est réalisable chez CIC Paris.

68
Exercice 3: STMicro (Correction)
◦ Question 1:
◦ Présentez un schéma de l’opération avec les différents intervenants, puis positionnez sur un axe des temps les dates butoir.
Présentez les caractéristiques de ce crédit documentaire. Commentez.

◦ Réponse :
◦ Donneur d’ordre: Shanghai Bell
◦ Banque émétrice: Calyon Shanghai
◦ Banque notificatrice: Calyon Puteaux
◦ Bénéficiaire: STMicro

69
Exercice 3: STMicro (Correction)
◦ Question 1: Marchandises
contre Instruction
documents d’ouverture

Documents
Shanghai contre Calyon Shanghai
Shanghai Bell
paiement

Expédition
composants Documents contre
électroniques remboursement

Marchandises Documents contre


contre documents paiement Calyon Puteaux
Europe STMicro
70
Exercice 3: STMicro (Correction)
◦ Question 1:
◦ Présentez un schéma de l’opération avec les différents intervenants, puis positionnez sur un axe des temps les dates butoir.
Présentez les caractéristiques de ce crédit documentaire. Commentez.

◦ Réponse :
◦ Il s’agit d’un crédit documentaire irrévocable non confirmé réalisable par acceptation d’une traite à 120 jours date de LTA.
Pour l’exportateur, il s’agit d’une garantie de paiement très sécurisante qui comprend un nombre de documents limité.
◦ La confirmation n’est pas prévue. Par ailleurs, la Chine ne constitue pas un risque pays (notation 1 ou A1) et Calyon Shanghai,
filiale de Calyon France présente une excellente solvabilité.

71
Exercice 3: STMicro (Correction)
◦ Question 1:
◦ Présentez un schéma de l’opération avec les différents intervenants, puis positionnez sur un axe des temps les dates butoir.
Présentez les caractéristiques de ce crédit documentaire. Commentez.

◦ Réponse :
◦ Les différentes dates du crédit:
◦ Date d’émission : 21 novembre 2008
◦ Date limite d’expédition : 12 février 2009
◦ Date limite de présentation des documents (date limite d’expédition + 10 jours)
◦ Date limite de validité du crédit : 28 février 2009 (comme précisé sur le message SWIFT, ligne 31D)

72
Exercice 3: STMicro (Correction)

Date d’ouverture Date d’expiration


Délais de validité du crédoc
21/11/2008 28/02/2009

Date limite 2
1 3
d’expédition
12/02/2009

4 5

Date effective Date limite de présentation des


d’expédition documents
10 jours
73
Exercice 3: STMicro (Correction)
◦ Question 2:
◦ Identifiez dans un tableau les écarts entre les conditions négociées avec le responsable commercial et cette ouverture de crédit.
Commentez.

◦ Réponse :
◦ Tableau sur diapo suivante:

74
Tableau comparatif
Conditions financières Ouverture du crédit
Exercice 3: STMicro (Correction)
négociées selon l’annexe 2
Réalisable par négociation
documentaire
Réalisable par
Conséquences

Le crédit ne prévoit pas la négociation, c’est-à-dire la possibilité


d’une traite à 60 jours date de acceptation d’une d’obtenir un escompte avec recours.
LTA traite à 120 jours Ceci est pénalisant pour l’exportateur qui est privé d’une solution de
date de LTA refinancement. Notons cependant, que la banque réalisatrice n’est pas
obligée d’escompter.
D’autre part l’échéance est de 120 jours au lieu de
60 jours. Cela rallonge le délai de paiement et augmente le cout du
refinancement et réduit donc la marge commerciale
Any French Airport Free European Airport Le départ de tout aéroport européen peut constituer un risque pour le
vendeur, si l’acheteur choisit un aéroport européen éloigné du site du
vendeur (surcoût lié au pré-acheminement)
Date limite d’expédition Date limite d’expédition 12- Erreur de saisie de la banque émettrice.
12-02-2009 02-2006 Modification impérative
Période de présentation 21 Période de présentation 10 Un délai de présentation très court peut être très pénalisant pour
jours jours l’exportateur et aboutir à une irrégularité « documents présentés hors
délai », on parle de documents vieillis.

75
Exercice 3: STMicro (Correction)
◦ Question 3:
◦ Comment réagissez-vous face à ces écarts ?

◦ Réponse :
◦ Il convient de demander un amendement à Shanghai Bell (qu’elle doit à son tour communiquer à la banque émettrice
Calyon Shanghai):
◦ Mode de réalisation : remplacer par acceptation d’une traite à 120 jours par négociation d’une traite à 60 jours date de B/L
◦ Date limite d’expédition : remplacer 12 02 2006 par 12 02 2009
◦ Période de présentation : remplacer 10 jours par 16 jours (pour coïncider avec la date d’expiration)
◦ Remplacer free European port par any French airport

76
Exercice 3: STMicro (Correction)
◦ Question 4:
◦ Identifiez les risques que supporte encore STMicro.

◦ Réponse :
◦ Les risques sont très faibles. En effet, l’exportateur ne dispose pas d’un crédit documentaire confirmé donc il supporte le
risque pays, le risque banque et le risque de non-conformité des documents.
◦ Risque pays Chine : très faible
◦ Risque Calyon Shanghai : pas de risque
◦ Risque documentaire : Calyon Puteaux réceptionne les documents et les vérifie sans engagement (car elle n’a pas confirmé).
Seule Calyon Shanghai donne son avis définitif sur la conformité des documents par rapport aux conditions et termes du crédit
documentaire.

77

Vous aimerez peut-être aussi