Vous êtes sur la page 1sur 6

La conduite de changement

Face à un monde qui change, il vaut mieux penser le changement que


changer le pansement.
— Francis Blanche
La conduite du changement : en quoi cela consiste t-il ?

• La conduite du changement est une méthode que décide d’adopter la direction d’une entreprise lorsqu’elle
souhaite apporter une modification organisationnelle au sein de ses équipes ou dans les processus qu’elle
utilise. Il s’agit de corriger une situation d’insatisfaction pour parvenir à un objectif donné. Plus la
méthode est efficace et plus elle facilite l’acceptation du projet par l’ensemble des équipes et limite les
facteurs de rejet.

• La plupart du temps, l’entreprise choisir une méthode fondée sur la concertation et la participation de tous
les salariés. Elle doit réunir un savant mélange d’autorité, d’interventionnisme, de pédagogie et d’inclusion
de l’ensemble des équipes pour parvenir à sa bonne réalisation.
Quels sont les 4 types de changement possibles ?
Le changement continu. Le changement fait son apparition dans l’entreprise de manière non organisée
ou si une prise de conscience a lieu en relation avec un événement interne ou externe. L’intérêt pour un
projet grandit avec l’envie d’engager des actions en vue de faire évoluer l’entreprise, et même si peu de
personnes ont une idée précise de sa finalité, des méthodes, échéances et des ressources à mobiliser

Le changement organisé. L’objectif final du changement n’est pas fixé dès le départ, et il


favorise la concertation afin que les acteurs puissent proposer leurs pistes d’actions, méthodes
et objectifs. Cette démarche laisse une grande place à l’expérimentation

Le changement proposé. La direction décide des mesures qui doivent être prises et les
impose au reste des équipes. Elle définit aussi le calendrier à respecter. Les collaborateurs
peuvent choisir d’utiliser les méthodes et de faire les arbitrages de ressources qu’ils dé

Le changement dirigé. Dans cette perceptive, le salarié doit être contrôlé et guidé, et la direction
impose un style autoritaire, selon les principes de l’approche taylorienne. Si la direction pense qu’un
collaborateur est réellement un soutien, voire qu’il recherche de nouvelles responsabilités, elle modifie
son management qui devient beaucoup plus souple à son égard.
Les forces qui poussent au changement :

Les ressources Les facteurs La technologie L'économie La compétition

humaines
La ’Elle abolit ‘’La chute ’Les fusions
sociaux des prix, la
.’’ La situation ’est la
les distances
et réduit le main-d'œuvre
et
acquisitions,
difficulté de
recruter et de politique régleme temps. Elle moins chère
ailleurs, le
l'arrivée de
fidéliser, la ntation se propage nouveaux
baisse de la
loyauté, les
’est les qui rapidement poids des acteurs plus
et pousse les marchés compétitifs,
exigences qui
vont
différe imposen entreprises financiers, la
t de les
croissantes
entraînent des
ntes nouvelle
performante
s à diminuer organisations
concentration
des
besoins de interve s leurs coûts.
L'adaptation
de commerce
internationale
fournisseurs
formation et chez les
de réponses ntions contraint aux marchés s nécessitent grands
de l'entreprise es.’’ doit être des réponses donneurs
aux demandes de rapide pour appropriées.’’ d'ordre sont
des
contrer la
collaborateurs l'état.’’ concurrence
autant
d'incitateurs.’
. ’
Quels sont les 5 principes à respecter pour conduire le changement ?

Obtenir l’adhésion de tous les salariés. Il s’agit sans aucun doute de l’étape la plus complexe, tout en gardant à
l’esprit que certains esprits réfractaires perdureront toujours. Faites preuve de beaucoup de pédagogie pour
expliquer les raisons essentielles qui motivent votre projet. Mettez également en avant les conséquences
négatives possibles si vous ne réalisez pas ces changements

Être à l’écoute et valoriser les talents. Privilégiez la concertation et l’action collective. Organisez un
brainstorming pour faire émerger des idées chez vos collaborateurs. Vous pourrez ainsi mieux les impliquer dans les
enjeux du projet, susciter un sentiment d’inclusion ce qui valorise les talents de chacun.

Informer au maximum les salariés. La communication occupe une place déterminante car une démarche
bien expliquée est acceptée avec moins de réticences. Dans un premier temps, une communication
individuelle parfois nécessaire, puis passez à une communication collective. Soyez à l’écoute des
interrogations
Coordonner les équipes. La conduite du changement est l’affaire de tous. Appuyez
vous sur des relais d’opinion positifs au sein de vos équipes pour convaincre le
maximum de salariés. Donnez la responsabilité aux managers les plus appréciés
d’animer des groupes de travails dédiés à ces questions. Enfin, n’oubliez pas qu’un
changement de grande ampleur nécessite d’impliquer tous les services

Respecter le calendrier. Fixez des dates butoir au début du projet et tenez vos délais
afin de lui donner de la crédibilité. Planifiez et hiérarchisez vos missions en fonction
d’un agenda précis. La conduite du changement nécessite encore plus de rigueur
qu’un projet habituel.

Vous aimerez peut-être aussi