Vous êtes sur la page 1sur 146

système marocain marchés Publics 

et
réforme de 2013

Animé par: Abdelhakim Lazaar Janvier 2014 1


PLAN

* Introduction
* Caractéristiques et sources du système marocain des
marchés publics;
* Présentation du dispositif régissant la commande
publique:
 Les principes fondamentaux institués par la
réglementation marocaine et les dispositions
consacrant ces principes.
 Les modes de passation des marchés publics.

2
PLAN

 La gouvernance de la commande publique et lutte


contre la fraude et la corruption.
* PRÉSENTATION DE LA RÉFORME DE 2013
* CONTEXTE DE LA RÉFORME
* LA DÉMARCHE
* LES PRINCIPAUX OBJECTIFS
* LES INOVATIONS ET LES APPORTS DE LA RÉFORME
* CONCLUSION.

3
INTRODUCTION

• L’achat public domaine à forts enjeux économiques,


politiques, financiers et sociaux.

• Espace d’interaction d’intérêts tout à fait divergents


et parfois antinomiques difficilement conciliables
concernant plusieurs intervenants:

- Le citoyen;
- L’opérateur économique;
- l’acheteur public ;
- les organismes financiers internationaux;
- Les organes de contrôle.

4
INTRODUCTION (suite)

• Le citoyen entant que contribuable,


de plus en plus exigeant en matière
de bonne gouvernance des deniers
publics.

5
INTRODUCTION (suite)

• L’opérateur économique
(entrepreneur, fournisseur,
prestataire de service) avec
principal objectif,
l’augmentation du chiffre
d’affaires et l’extension
de son activité.

6
INTRODUCTION (suite)

• L’acheteur public avec obligation


de bon usage des deniers
publics et volonté d’assurer l’efficacité
de l’achat au meilleur rapport qualité prix
et dans les délais requis.

7
INTRODUCTION (suite)

• Les organismes financiers internationaux, pour


la convergence avec les normes
internationales en vue d’ouvrir davantage le marché
à l’international.

8
INTRODUCTION (suite)

• Les organes de contrôle:


avec principal soucis, le respect
de la règlementation en vigueur

9
Enjeux Économiques DE
LA Commande PUBLIQUE

120 à 130 milliards de DHS soit 16 à 17% du PIB.

Marchés
publics

Un véritable vecteur stratégique pour le développement


de l’entreprise nationale. 10
Caractéristiques et sources du système des
marchés publics

 Sources de la réglementation des marchés publics:

• Accumulation d’une expérience de plusieurs décennies;


• Les premiers jalons du cadre juridique en la matière
datent de 1917;
• Des réformes majeures en 1965,1976 , 1998 , 2007
et 2013.

11
Caractéristiques et sources du système des
marchés publics (suite)

• Une forte inspiration des standards internationaux


notamment:
- la Loi type de la CNUDCI ;
- l’Accord de l’OMC sur les marchés publics ;
- les directives des principaux bailleurs de fonds…

• La capitalisation de la langue expérience marocaine


en la matière.

12
Caractéristiques et sources du système des
marchés publics (suite)
• Une progression significative du dispositif réglementaire:

Décrets

Illustrant une époque d’opacité et de zone


1965 et de 1976: grise en matière de commandes publiques.

1998 et 2007: Instituant les principes fondamentaux de passation


de la commande publique marquant ainsi la rupture avec
le passé et la consécration progressive de l’État de
droit.
2013: Consacrant la volonté affichée du gouvernement d’aller
de l’avant en renforçant ces principes fondamentaux
et en modernisant le dispositif règlementaire.
13
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT
LA COMMANDE PUBLIQUE:

 Principes fondamentaux de passation des marchés


publics:
1) La transparence ; 2) Liberté d ’accès à la commande
publique et égalité de traitement
des concurrent et recours à la
concurrence;

3) Efficacité de la dépense.

14
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

1. La transparence à travers:

• L’obligation de publier les programmes prévisionnels


des marchés dans un journal et dans le
portail des marchés publics.
• Obligation de publier dans 2 journaux et dans le
portail, les avis d’appels à la concurrence,
ainsi que les dossiers de mise en
concurrence.
• Possibilité de télécharger les dossiers d’appel d’offres
directement du portail.
15
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

Situation du portail des marchés publics:

Nombre d’acheteurs publics inscrits

 Administrations publiques : 1700


 Collectivités locales : 1727
 Établissements publics : 216

Nombre d’appels d’offres publiés en 2011: 31.200


Nombre de visiteurs du portail par mois: plus de 200.000
Nombre de pages consultées par mois : plus de 6 Millions.
16
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

La transparence suite:

• Institution d’un délai de publicité de 40 jours pour


les marchés d’une certaine importance au lieu de 21;
• Obligation d’un règlement de consultation précisant
des critères d’admissibilité et d’attribution, objectifs
et non discriminatoires ;
• La généralisation de l’ouverture des plis en séance
publique pour l’ensemble des appels à la concurrence ;

17
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)
La transparence suite:
• Attribution du marché à l’offre la plus avantageuse dans
le respect des critères d’attribution prévus par le
règlement de la consultation.

• Intangibilité du choix de la commission d’appel d’offres


sauf annulation justifiée par l’autorité compétente.

• Publication électronique des résultats d’appel à la


concurrence et affichage dans les locaux du maître
d’ouvrage.
18
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)
2) Liberté d ’accès à la commande publique et égalité
de traitement des concurrent et recours à la
concurrence:
2.1 La concurrence en matière des marchés publics:
• Institution de l’appel à la concurrence ouverte comme règle
générale.
• Le recours aux marchés négociés et à l’appel d’offres
restreint font l’exception et soumis à des conditions
draconiennes ;
• Obligation de soumettre certains marchés négociés à la
publicité et à la concurrence préalable. 
• Éviction systématique des offres excessives et possibilité de
maintien des offres anormalement basses justifiées ;

19
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

2.2 Égalité de traitement et garanties des droits des entreprises

• Droit des concurrents d’obtenir auprès de l’autorité


contractante toute clarification ou information concernant
les dossiers d’appel d’offres et obligation pour ladite
autorité de les communiquer à tous les concurrents ;

• L’information systématique des concurrents non retenus


des motifs de leur éviction ;

20
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

2.2 Égalité de traitement et garanties des droits des entreprises

• L’égalité de traitement des concurrents nationaux


et des concurrents étrangers.
• L’obligation de justifier l’annulation d’une procédure
d’appel d’offres et précisions des cas de possibilité
d’annulation ;
• Précision des cas de déclaration d’appel d’offres
infructueux ;

21
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

2.2 Égalité de traitement et garanties des droits des entreprises

• Obligation de conserver les pièces ayant été à l’origine


de l’éviction des candidats pendant une période
de 5 années minimum ;

• La possibilité, pour les concurrents de réclamer, auprès du


maître d’ouvrage d’abord, du Ministre intéressé en cas de
non satisfaction et enfin auprès de la Commission des
Marchés. 

22
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

3) Efficacité de la dépense:

• L’obligation de détermination des besoins à satisfaire avec


exactitude et d’établir à cet effet une estimation basée sur les
prix courants du pays ;
• Recherche du meilleur rapport qualité/prix dans la
réalisation des prestations en attribuant le marché à l’offre la
plus avantageuse.

23
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

 La gouvernance de la commande publique et lutte


contre la fraude et la corruption :

• L’engagement des concurrents à ne pas recourir directement


ou par personnes interposées à des pratiques de fraude ou de
corruption;
• L’obligation faite au maître d’ouvrage de s’abstenir de tout
acte susceptible d’influencer son indépendance et son
impartialité ;
• La publication des décisions administratives d’exclusion
temporaire ou définitive des concurrents ayant fraudé ;

24
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

 La gouvernance de la commande publique et lutte


contre la fraude et la corruption :
• Établissement d’un rapport de présentation du marché
précisant les motifs du choix du mode de passation, les
critères utilisés pour l’évaluation des offres et la justification
du choix de l’attributaire;
• L’obligation de faire auditer les marchés dont le montant est
supérieur à 5 MDH;
• Élaboration d’un rapport d’achèvement pour les marchés
dépassant 1 MDH, précisant les conditions d’exécution du
marché et le bilan physique et financier de sa réalisation.

25
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

 Différents modes de passation des marchés:

APPEL D’OFFRES
I - APPEL D’OFFRES APPEL D’OUVERT
OFFRES RESTREINT
APPEL D’OFFRES AVEC
PRESELECTION

II - CONCOURS

III - MARCHES NEGOCIES


26
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

- Appel d’offres ouvert:

Candidature ouverte à tout candidat, à titre


individuel ou en groupement

27
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

- Appel d’offres restreint:

Candidature restreinte aux concurrents


que le MO décide de consulter
28
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

Conditionnalités de recours à l’ Appel


d’offres restreint

. Montant du marché < 1 million de Dirhams.

. Complexité , Importance de l’outillage et moyens à


utiliser, réalisation par un nombre limité de prestataires.

. Consultation de 3 candidats au moins susceptibles de


répondre au mieux aux besoins à satisfaire.
29
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

- Appel d’offres
avec présélection:

Nature et complexité
Conditionnalités particulière de la prestation
de recours nécessitant une sélection
préalable

30
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

- Le concours:

Prestations nécessitant des recherches


Conditionnalités
particulières d’ordre technique,
de recours
esthétique ou financier.

Ex: - prestations architecturales


- plans d’aménagement urbain.

31
PRÉSENTATION DU DISPOSITIF RÉGISSANT LA
COMMANDE PUBLIQUE: (suite)

- Le marché négocié:

Marché conclu avec le ou les candidats avec


qui le MO décide de négocier librement.

2 types

Avec publicité sans publicité


et concurrence et sans concurrence 32
Présentation   
Présentation réforme
réforme
2013
2013
marchésPublics
marchés Publics

33
Contexte de la réforme

1) Une nouvelle constitution:

• Article 154
« Les services publics sont organisés
sur la base de l’égal accès des citoyennes et citoyens…
Ils sont soumis aux normes de qualité, de
transparence, de reddition des comptes et
de responsabilité… ».

34
Contexte de la réforme (suite)

• Article 155
« Leurs agents exercent leurs fonctions selon les principes
de respect de la loi, de neutralité, de transparence,
de probité, et d’intérêt général. »

• Article 156
« Les services publics……rendent compte de la gestion des
deniers publics conformément à la législation en vigueur
et sont soumis, à cet égard, aux obligations de contrôle
et d’évaluation. »

35
Contexte de la réforme (suite)

2) Des lacunes, incompréhensions et interrogations


au sujet du décret de 2007:

Décret
2007

36
Contexte de la réforme (suite)

3) Un secteur privé et une société civile plus exigeants.

37
Contexte de la réforme (suite)

4) Colloque national sur les marchés publics.

5) L’évaluation faite par la Banque Mondiale et par l’Union


Européenne en vue de la convergence avec leurs
directives.

6) L’évaluation du système marocain par l’équipe experts


OCDE.

7) Diverses demandes d’avis et de clarifications à la


commission des marchés (SGG).

8) Des organes de contrôle plus regardant.


38
DÉMARCHE

Une réforme basée sur une


démarche concertée, élargie
à tous les acteurs intervenant
dans le processus de l’achat
public.

39
DÉMARCHE (suite)

Prise en compte des observations, propositions


et recommandations:

Fédérations
professionnelles, Départements L’ordre national
(CGEM, FNBTP, ministériels. des architectes
FMCI) ;

L’Instance
Conseil Supérieur Centrale de la
La société civile
de la concurrence prévention de la
corruption,

40
DÉMARCHE (suite)

La Banque Mondiale
à l’occasion des travaux
Colloque national sur d’évaluation du système
les marchés publics. marocain de passation et
d’exécution des marchés
publics.

Simple citoyen suite à L’OCDE, à l’issue de


la publication du projet l’étude d’apprentissage
de décret sur le site du relative à l’intégrité
Secrétariat Général du des marchés publics au
Gouvernement. Maroc.

41
Les objectifs de la réforme
• Consolidation de la bonne gouvernance de l’achat
public à travers:
- L’unicité du dispositif règlementaire et la mise en
concurrence des prestations architecturales.
- Le renforcement davantage des règles de la transparence.

- L’élargissement de la concurrence autant que possible


et l’encouragement de la petite et moyenne
entreprise.

42
Les objectifs de la réforme
(suite)

- Le renforcement des droits et garanties des concurrents.

- L’amélioration des voies de recours et de règlement


des litiges.

- La simplification et la clarification des procédures.

- La modernisation des outils de gestion pour plus


d’efficacité et d’efficience de la commande publique.

43
DE L’unicité du dispositif
règlementaire :
• Un décret unique pour les marchés publics :
État, Collectivités locales, leurs groupements
et établissements publics.

Liste des établissements publics concernés à fixer


par arrêté du Ministre des
finances.

Nécessité de prise en compte des spécificités liées


aux collectivités locales et à leurs
groupements et aux établissements
44
publics.
DE L’unicité du dispositif règlementaire
(suite)

• Consécration du libre jeu de la concurrence dans


la passation des contrats d’architectes via
.
l’intégration des prestations architecturales dans le cadre
du nouveau dispositif des marchés publics.

Volonté de rupture avec la situation


anticoncurrentielle consacrée par
la règlementation en vigueur en
la matière.
45
Du renforcement des règles de la
transparence

• L’affichage du programme prévisionnel des marchés


dans les locaux du MO pendant 30 jours au
moins. (art 14)
• Précision du contenu des programmes prévisionnels
des marchés suivant modèle type. (art 14)
• Obligation pour le MO de préciser des spécifications
techniques neutres et n’ayant pas pour but de créer
des obstacles au libre jeux de la
46
Du renforcement des règles de la
transparence

• Abandon de la confidentialité de l’estimation du MO


et obligation de la publier dans l’avis
d’appel d’offres. (art 20)
 En cas d’allotissement, une estimation par lot.
• Obligation pour le MO de préciser, dans le marché
la marque proposée par l’attributaire. (art 5)

47
Du renforcement des règles de la
transparence (suite)

• Fixation de critères d’attribution du marché par nature


de prestation (travaux, services, fournitures) en insistant
sur l’objectivité, la non discrimination et la non
disproportion par rapport à la consistance du marché. (art
18)

 Nécessité d’une pondération objective des critères non


restrictive ouvrant le jeux de la concurrence. (art 18) 48
Du renforcement des règles de la
transparence (suite)

• Paraphe de toutes les pages du support de l’estimation


par les membres de la commission. (art 36)

• Arrêt de la liste définitive des plis reçus en cas de


report de la séance d’ouverture des plis. (art 36)

49
Du renforcement des règles de la
transparence (suite)

• Précision du contenu du rapport de la procédure


négociée portant sur: (art 85 § 10)

- les références de publication aux


journaux et au portail des marchés
publics ; - la liste des candidats qui se sont
manifestés
- la liste des admis avec lesquels
les négociations ont été - les montants des offres
engagées ;
des concurrents
- les motifs ayant présidé au
choix du candidat retenu.

50
Du renforcement des rÈgles de la
transparence (suite)
• Mise en place d’une commission de négociation
pour les marchés négociés en vue de prise de
décision collégiale. (art 84) _Membre
Expert
consultatif Membre

Président

• Nécessité d’une négociation concomitante avec


les concurrents retenus et signature du rapport
de négociation par le président et les membres
de la commission de négociation. (art 85) 51
Du renforcement des règles de la
transparence (suite)
• Possibilité de recours à la procédure négociée suite
à deux appels d’offres infructueux pour absence
d’offres. (art 42)

• Élargissement des cas d’urgences justifiant le marché


négocié aux prestations d’organisation de cérémonies
ou visites officielles revêtant un caractère urgent
et imprévisible. (art 86- 6)

• Institution d’un certificat administratif dûment motivé,


pour le recours à l’appel d’offres restreint
et relèvement du seuil à 2.000.000 DH. (art 17)
52
Du renforcement des règles de la
transparence (suite)

• Interdiction d’existence de conflit d’intérêt


dans le processus de passation et d’exécution des
marchés. (art 168)

Merci aux membres de


la commission.

!!! Quoi??? Ils


veulent aussi
une commission.

53
Du renforcement des règles de la
transparence (suite)

Abstention pour tous les intervenants


de participer, directement ou indirectement
dans la procédure, s’ils ont un intérêt, à titre
personnel ou par personne interposée, dans
l’une des entreprises soumissionnaires.

Obligation pour les concurrents de déclarer


l’inexistence de conflits d’intérêt dans la
déclaration sur l’honneur.

54
Du renforcement des règles de la
transparence (suite)

• Éviction des offres émanant de concurrents


conseillers de Commune, de Préfecture ou Province:
- Soit à titre personne, actionnaire ou mandataire;
- Soit au bénéfice du conjoint, des ascendants
ou descendants directs;
 C/F article 22 de la charte communale et article
24 de la charte des collectivités Préfectorales
et Provinciales.

55
Du renforcement des règles de la
transparence (suite)
• Renforcement des mécanismes
d’audit et de contrôle des marchés publics:

Obligation d’audit pour tous les marchés


négociés dont le montant est supérieur à 1 MDH.
(art165)

Seuil de 3 MDH pour l’audit obligatoire des marchés


passés par les collectivités locales. (art142)

Extension de l’audit au privé et précision du


du contenu du rapport de l’audit. (art165) 56
Du renforcement des règles de la
transparence (suite)

• Abandon de la notion de la personne habilitée, par arrêté,


à engager les dépenses par bon de commande pour éviter
les dérapages par rapport au principes de l’achat public.
(art 88)

• Introduction de la notion de type de budget pour


le calcul du seuil du bon de commande. (Budget général,
comptes spéciaux, SEGMA). (art 88)

57
Du renforcement des règles de la
transparence (suite)

• Institution pour le bon de commande, d’une note


justifiant, selon le cas, l’impossibilité de recours
à la concurrence ou l’incompatibilité de la prestation
avec la procédure de la concurrence. (art 88)

• Limitation du relèvement du seuil du bon de commande


à 500.000 DH. (art 88)

58
De l’élargissement de la concurrence et
l’encouragement de la pme

• Allègement du dossier technique pour les prestations


courantes en se limitant à la note indiquant les
moyens humains et techniques. (art 25 B)

• Possibilité du maître d’ouvrage de décider


l’allotissement du marché lorsque qu’il est de nature
à favoriser l’accès de la petite et moyenne
entreprise aux commandes publiques. (art 9)

59
De l’élargissement De la concurrence et
l’encouragement de la pme

• Priorité à la PME nationale


en cas de sous-traitance,
lorsque le titulaire du
marché est une entreprise
étrangère. (art158)

• Réservation de 20% des


crédits des marchés à la
PME. (art 156)

60
Du renforcement des droits et garanties
des concurrents

• Systématisation de la révision des prix à tous


les marchés de travaux, quels que soient leurs
délais d’exécution. (art 12)

• Possibilité de révision des prix pour les marchés


d’étude dont le délai d’ exécution est égal
ou supérieur à 4 mois. (art 12)

• Obligation pour le MO d’informer les concurrents


ayant téléchargé le DAO de toutes les modifications
éventuelles. (art19)

61
Du renforcement des droits et garanties
des concurrents

• Droit des concurrents de demander, au cours de la


première moitié du délai de publicité, la prorogation
du délai de dépôt des offres, lorsque ce délai est jugé
insuffisant pour certaines prestations complexes à charge
pour le MO d’en décider. (art 19)

• Institution d’un délai unique de validité des offres fixé


à 75 jours au lieu de 60 ou 90, sauf accord du ou
des concurrents concerné(s). (art33)

62
Du renforcement des droits et garanties
des concurrents

• Nécessité de conserver les éléments à l’origine


de l’éviction du concurrent à l’exception de
l’original du cautionnement et des échantillons
et des prototypes. (art 44)

• Obligation pour le MO d’annuler l’appel à la


concurrence en cas de vice de procédure ou de
réclamation fondée d’un concurrent. (art 45)

63
Du renforcement des droits et garanties
des concurrents

• Abandon de la confiscation du cautionnement provisoire


en cas de non acceptation de la correction du montant
de l’offre, de non rectification de discordance ou de non
complément du dossier administratif. (art 40)

• Précision des cas de non validité du cautionnement


provisoire, conduisant à l’éviction des concurrents
(Absence de l’original, non-conformité avec l’objet,
montant inférieur à celui demandé, réserves ou
restrictions). (art 36)
64
Du renforcement des droits et garanties
des concurrents

• Augmentation du délai accordé aux concurrents, pour


compléter leurs dossiers, procéder aux rectifications
de discordances ou d’erreurs (7 jours au lieu de 5). (art 40)

• Limitation de la prorogation de la durée de validité


de l’offre, à la demande du MO, à 30 jours maximum.
(art 152)

• Obligation pour le MO d’établir un rapport justifiant


le non respect du délai de notification de l’approbation
du marché. (art 152)
65
Du renforcement des droits et garanties
des concurrents

Publication
au portail
des
Institution d’une marchés
décision motivant de l’État
l’annulation de
l’appel
d’offres(art45) Communication
- Attributaire
- Membre CAO
- Candidats non
retenus.

66
De l’amélioration des voies de recours et de
règlement des litiges

- Un pouvoir discrétionnaire de l’acheteur public largement


encadré par:

Transparence
Respect • Le droit des concurrents
Égalité procédure de réclamer auprès du MO
Justice au plus tard 5 jours après
l’affichage du résultat en cas
de non respect de la procédure :

Exp: clauses discriminatoires


ou disproportionnées par rapport
à l’objet du marché. (art169)
67
De l’amélioration des voies de recours et de
règlement des litiges

• Le droit de contester une éviction jugée non fondée


dans un délai de 5 jours a/c de la réception de la lettre
du MO motivant l’éviction. (art169)

• Obligation pour le MO de répondre dans un délai


de 5 jours a/c de la réception de la réclamation.
(art169)

• Possibilité de recours auprès du ministre concerné


en cas de non réponse de la part du MO ou en cas
de réponse non satisfaisante avec délai de réponse de
30 jours. (art169) 68
De l’amélioration des voies de recours et de
règlement des litiges (suite)

• Droit de saisine directe de la commission des marchés


(SGG), sans passer par le recours auprès du maître
d’ouvrage et du ministre concerné: (art170)
Obligation d’informer le MO.

• Institution d’un délai d’attente (stand still) pour


l’approbation des marchés: (art152)
15 jours a/c de la date d’achèvement des travaux
de la commission ou du jury ou de la signature du
marché négocié avec publicité et concurrence.
69
De la simplification et clarification des
procédures

• Allègement significatif du dossier administratif


des concurrents:
Seules la déclaration sur l’honneur, la convention
de constitution de groupement et l’attestation
du cautionnement provisoire, le cas échéant,
sont exigées des concurrents. (art25)

L’attestation fiscale, celle de la CNSS, le registre


de commerce et les pouvoirs conférés exigés
seulement au soumissionnaire auquel il est envisagé
d’attribuer le marché.
70
De la simplification et clarification des
procédures

• Allègement de l’avis d’appel à la concurrence via le renvoi


au règlement de la consultation en ce qui concerne
les pièces justificatives à produire. (art20)
• Modification des seuils pour les délais de publication
de l’avis d’appel d’offres: (art20)

Travaux (État, CL, EP) 63.000.000 DH


Fournitures et services (État) 1.600.000 DH
Fournitures et services (CL et EP) 8.700.000
DH
71
De la simplification et clarification des
procédures

• Introduction du prix au pourcentage applicable uniquement


aux prestations architecturales. (art11)
• Appréciation du seuil pour le délai de publicité de 40 jours
au vu du montant total des lots. (art20)
• Précision se rapportant à la validité de l’attestation fiscale
et celle de la CNSS ( date de leur production). (art25)

72
De la simplification et clarification des
procédures

• Précision se rapportant au délai de demande


d’informations de la part des concurrents: (art 22)
 Obligation d’introduire la demande 7 jours au moins
avant ouverture des plis.
 Réponse du MO 7 jours après réception de la demande
ou 3 jours en cas de demande entre 10ème et 7ème jours
avant OP.

73
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

Plus de précision pour mieux appréhender l’offre la


plus avantageuse, selon la nature des prestations (travaux,
fournitures, services): ( art 40)
La moins disante sauf
application de la
Travaux Fournitures combinaison prix d’achat
et coût d’utilisation ou de
se
of

maintenance.
fr

eu

La moins disante
e
g
ta
of
an

fr

Toute
av

nature La mieux disante ayant


Services d’études obtenu la note technico-
financière la plus élevée.

74
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

• Précision se rapportant à la non application de l’offre


anormalement basse ou excessive aux marchés d’études.
(art 41)

• Éviction des offres financières présentant des différences


dans les libellés des prix, de l’unité ou quantités par
rapport aux cahiers de charges.( art40)

• Clarification de la procédure d’attribution en cas


d’abandon du candidat dont l’offre est la plus avantageuse.
(art 40)
75
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

- Classification des critères d’évaluation et d’attribution


du marché à prévoir dans l’offre technique par nature
de prestation: (art 18)

Travaux

Critères spécifiques aux:


Fournitures

Services

76
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

- Abandon de la moyenne arithmétique pour l’évaluation


des offres anormalement basses ou
anormalement excessives et des prix dits aberrants. (art 41)

Travaux Fournitures et services (autres que les études)


Offre
plus de 20% de l’estimation
excessive

- Travaux plus de 25 % de l’estimation


Offre anormalement - Fournitures et services (autres que les études)
basse plus de 35% de l’estimation.
77
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

- Abandon de la moyenne arithmétique pour l’évaluation


des prix dits aberrants. (art41)

Travaux Fournitures et services (autres que les études)


Prix plus de 20% de l’estimation
unitaires
excessifs

- Travaux plus de 25 % de l’estimation


Prix unitaires - Fournitures et services (autres que les études)
anormalement bas plus de 35% de l’estimation.
78
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

• Substitution de la date anniversaire à l’année budgétaire


pour les marchés cadre et les marchés reconductibles,
pour atteindre les trois années effectives de la durée
du contrat. (arts 6 et 7)

Date d’effet = date de commencement prévue par ordre


de service.

• Augmentation de la durée des marchés cadre et des marchés


reconductibles à 5 années pour certaines prestations (liste A
et B). (art 6 et 7)
79
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

• Obligation d’exécuter le marché cadre et le marché


reconductible pendant 3 années consécutives. (arts 6 et 7)

L’interruption pendant une période entraine


systématiquement la résiliation.

• Possibilité d’engagement à l’occasion de la première


année, en fonction des besoins à satisfaire ou au prorata
de la période considérée. (art 6 et 7)
• La dernière année, engagement de la période restante
seulement. (art 6 et 7)
80
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

• Extension des cas justifiant la limitation du nombre de lots


pouvant être attribués à un même concurrent, à la capacité
des soumissionnaires et au délai d’exécution, au lieu
d’exécution ou de livraison. (art 9)

• Institution de 2 méthodes d’évaluation et d’attribution des


marchés allotis en laissant le choix au MO: (art 9)
Ouverture et attribution
Sur la base
de la
Lot par lot dans combinaison
l’ordre permettant
de numérotation. l’obtention
de l’offre optimale.
81
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

• Abandon du tirage au sort pour la désignation


des membres de la commission d’ouverture des plis.
(art 36)

• Augmentation à 5.000.000 DH du seuil pour


la représentation du Ministère des Finances et
Abandon de la représentation du Ministère du
Commerce. (art 35)

• Constitution des commissions d’appel à la concurrence


selon les MO (AP, CL, EP). (art35)
82
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

• Reprise des modèles du bordereau des prix et du détail


estimatif avec suppression de la case des prix en lettres
en vue d’éviter les discordances entre chiffres et
lettres

• Remplacement de l’attestation de la CNSS par une


décision du Ministre chargé de L’Emploi assortie de
l’attestation de l’organisme de prévoyance sociale
lorsque le concurrent est affilié à un organisme autre que
la CNSS. (art 25)

83
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

• Obligation pour l’autorité dont relève le MO, d’ordonner


la remise du dossier et le report de la date
d’ouverture des plis en cas de refus de remise du
dossier d’appel à la concurrence. (art 19)

• Réduction du délai d’information de l’attributaire


et des concurrents évincés à 5 jours au lieu de
10. (art 44)

• Précision du contenu de la lettre circulaire concernant


l’appel d’offres restreint. (art 20 II)
84
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

• Clarifications concernant l’offre technique:

ajout de critères d’évaluation des offres tels que: (art 28)


- l’expérience spécifique et profil du personnel,

- les qualités fonctionnelles


- le chronogramme d’affectation des ressources.
- Le développement des énergies renouvelables.

- Le degrés des transferts de compétence et de


connaissance. 85
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

Interdiction de réévaluer les attestations de


prestations similaires au niveau de l’offre technique.
(art 28)

Limitation des éléments de l’offre technique à ceux


ayant un lien directe avec l’exécution du marché.
(art 28 )

• Interdiction d’exiger parmi les pièces du dossier additif,


celles ayant servies à l’obtention du certificat de
qualification ou de l’agrément. (art 25 C)
86
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

• Clarifications se rapportant aux qualifications des


groupements :

- Soumissionner en groupement, initiative propre aux


concurrents. (art 157)
- Interdiction pour le MO de limiter la participation aux
marchés aux groupements ou d’exiger la forme du
groupement. (art 157)

87
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)
• Groupement conjoint: (art 157 A)
Obligation pour chaque membre de justifier la ou les
qualifications et la classe requises pour la ou les parties
pour la ou lesquelles il s’engage.

Pour les prestations d’études ou de maîtrise d’œuvre


soumises au système d’agrément, obligation pour chaque
membre de présenter l’agrément requis.

Pour les prestations non soumises à la qualification


ou à l’agrément, production pour chaque membre du
groupement des références par rapport à la partie pour
laquelle il s’engage; 88
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

• Groupement solidaire: (art 157 B)

Obligation pour le mandataire de justifier la ou les


qualifications et la classe requises;

Pour les autres membres, nécessité de justifier


individuellement au moins la ou les qualifications
exigées et la classe immédiatement inférieure à la classe
requise;

89
De la simplification et clarification des
procédures: (suite)

Pour les prestations d’études ou de maîtrise d’œuvre


soumis au système d’agrément, obligation pour chaque
membre de présenter l’agrément requis.

Pour les prestations non soumises à la qualification ou à


l’agrément, production pour chaque membre du
groupement (individuellement) des références par
rapport à l’ensemble de la prestation à réaliser.

90
PRESTATIONS ARCHITECTURALES

• Réservation d’un chapitre dédié aux prestations


architecturales.

• Prestations passées au vu d’un contrat type fixant


les clauses administratives, techniques et financières.

91
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

• Honoraires applicables: ( art 89 )

max 5% max 4%

Constructions, Travaux
aménagement d’entretien
s
et réparation Lotissements
et
restauration de de bâtiment
bâtiments à
ou l’initiative du
ouvrages. MO. Forfait à l’hectare
min 4% min 3%
dans le contrat conclus.
92
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

Honoraires calculés par rapport aux travaux hors taxe,


hors révision des prix des travaux et indemnités
éventuelles accordées au titulaire:
 majoration des honoraires du taux de la TVA.
(art 90)
Éviction des offres qui s’écartent des seuils autorisés.
(art 107)

Obligation de préciser, dans le contrat, un seuil


de tolérance par rapport au coût proposé par
l’architecte retenu ainsi que les conséquences en cas de
dépassement. (art 90)
93
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

• Obligation pour les concurrents d’être autorisés


à exercer la profession d’architectes et inscris au
tableau de l’ordre national des architectes. (art 96)
• Nécessité de ne pas avoir fait l’objet de retrait
de l’autorisation, de suspension d’exercer la
profession d’architecte ou d’exclusion temporaire ou
définitive. (art 96)
94
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

• Examen et évaluation des offres par un jury composé de:


(art 103)
- Un président;
- Un représentant du ministère
- Trois membres dont un est architecte; chargé de l’Urbanisme sauf
absence après convocation;
- Un représentant de la TGR .
- Tout expert ou architecte dont
- Un représentant du M. Finances pour la présence est jugée utile.
marché estimé supérieur à 50 MDH.

95
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

1. La consultation architecturale: (art 91 à 111)


• Mise en compétition ouverte pour le choix
de la prestation la plus avantageuse après publication
dans les journaux et au portail des marchés de l’État
pendant un délai de 21 jours.
• Applicable pour les prestations architecturales estimées
à moins de 20.000000 de DH ainsi que pour les
opérations de lotissement.
• Nécessité d’un programme et d’un règlement de la
consultation.

96
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

• Évaluation et attribution au vu d’une note sur : (art 105 à 107)

100 points Proposition 100 points Proposition


technique; d’honoraires

100 points Estimation sommaire;

Offre la plus Offre ayant obtenu la note globale


avantageuse
la plus élevée.
97
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

Note technique
Note +
= Note estimation
globale
+
Note financière

70% Proposition technique


Pondération appliquée 20% Estimation
10% Honoraires

98
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

Simulation
Conception architecturale et suivi des travaux du projet
Analyse technique et financière des offres

Consultation Architecturale

ESTIMATION
SOUMISSIONNAIRE DU PROJET   TAUX PROPOSE

       
A 1.500.000,00   4,2
B 2.000.000,00   4
C 2.200.000,00   4,5

99
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

NOTE
PROPOSITION NOTE TECHNIQUE (NT)
sur 100 POINTS
TECHNIQUE A 90 SELON LES CRITERES FIXES PAR
B 70 LE REGLEMENT DE CONSULTATION
Y COMPRIS CIRTERE CALENDIER
NT
DES ETUDES

C 80

NOTE NOTE NE=(estimation


ESTIMATION ESTIMATION minimale/estimation du candidat)*
TRAVAUX (NE) 100
TRAVAUX sur 100 POINTS
A 100 ex pour candidat B: NE
NE B 75 = (1500000/2000000)*100
C 68 =75

100
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

NOTE
NOTE HONORAIRE
HONORAIRE (NH) sur 100 NE=(taux honoraire
A
POINTS
95 minimum/taux du candidat)*
B 100 100

NH ex pour candidat
A: NH = (4/4,2)*100 =

NOTE FINALE C
NT
89
NE NH
NF= 0.70
CLASSEMENT
NT+0.20
NED+0.10 NH
95
A 90 92.5 1
100
NF 100
B 70 74 3
75
89 101
C 80 78.5 2
68
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

2. Le concours architectural (art 91 et 112)

• Mise en compétition ouverte pour le choix d’un projet


et chargé son auteur du suivi et contrôle de son
exécution.

• Obligation de publication dans 2 journaux et au portail


des marchés de l’Etat pendant un délai de 40 jours. (art
114)

• Obligation de communiquer aux concurrents , le budget


prévisionnel maximum pour l'exécution du projet à
réaliser. (art 113)
102
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

2. Le concours architectural:

• Applicable pour les prestations architecturales estimées


à 20.000.000 de DH et plus.

• Nécessité d’un programme et d’un règlement de concours.

103
2. Le concours architectural:

• Octroi de primes fixées par


le programme de concours
aux 5 projets les mieux classées.
(art 124)

• Déduction du montant de la prime attribuée au lauréat


retenu des honoraires qui lui sont dus au titre du contrat
conclu avec lui. (art 113)
104
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

2. Le concours architectural:
• Examen , évaluation et classement des projets par un jury.
• Obligation de sauvegarde de l’anonymat des projets jusqu’à
la fin des travaux d’évaluation des projets. (art 119)

• Nécessité emballage neutre et enveloppe fermée renfermant


la déclaration d’identité du concurrent.
• Attribution de code de
sauvegarde de l’anonymat.
1
(art 119) 1

105
• Évaluation et attribution au vu d’une note sur: (art 122)

Proposition Proposition
100 points technique; 100 points
d’honoraires

(80 pour l’estimation du coût global


des travaux et 20 pour le calendrier
100 points Estimation sommaire d’établissement des études)

Offre la plus
avantageuse Offre ayant obtenu la note globale
106
la plus élevée.
Note technique
Note +
= Note estimation
globale
+
Note financière

70% Proposition technique


Pondération appliquée 20% Estimation
10% Honoraires

107
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

Simulation
Conception architecturale et suivi des travaux du projet
Analyse technique et financière des offres
Concours Architectural
ESTIMATION
DU
SOUMISSIONNAIRE PROJET   TAUX PROPOSÉ
       
A 29 000 000,00   5
B 35 000 000,00   4,5
Note C 21 000 000,00   4,2
Proposition
Technique
NOTE TECHNIQUE (NT) sur 100
POINTS SELON LES CRITERES FIXES PAR
A 90 LE REGLEMENT DE
NT B 70 CONSULTATION 108
C 80
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

NOTE
NOTE ESTIMATION
NOTE calendrier ESTIMATION
TRAVAUX ET NOTE
d’établissement TRAVAUX ET
ESTIMATION
CALENDRIER TRAVAUX (NE)
des études CALENDRIER
ETUDES (NCE) sur20 ÉTUDES SUR
sur 80 POINTS
POINTS 100 POINTS
NE=(estimation
(NED)
minimale/estimation
du candidat)* 80
A 58 15 73

ex pour candidat A:
B 48 20 68
NE =
(21000000/290000000)*80
NEC =58
NOTE HONORAIRE
15 95

C 80

109
NOTE
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

NF= 0.70
Note Finale NT NED NH NT+0.20 CLASSEMENT
NED+0.10 NH

84
A 90 73 86 1

NF 93
B 70 68 72 3

100
C 80 95 85 2

110
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

3. La consultation architecturale négociée: (art 129)

• Mode permettant l'attribution du contrat après


consultation d’un ou plusieurs concurrents et négociation
des conditions dudit contrat par une commission de
négociation.
• Justification moyennant un certificat administratif
motivant le recours à cette procédure .
• Nécessité d’établir un rapport relatant le déroulement de la
111
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

• Commission de négociation :

Président
Expert
consultatif
Membre

Membre
« Architecte »

112
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

Trois types consultation architecturale négociées.

1) Avec publicité et mise en concurrence: (art 129 §1)

• Nécessité d’un programme et d’un règlement de la


consultation architecturale 

• Obligation de publication pendant 10 jours au moins ,


dans un journal à diffusion nationale et dans le portail des
marchés publics.
Faculté d’utiliser tout autre moyen de publicité.

113
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

• Négociation concomitante après sélection avec au moins


3 des concurrents retenus.
• Attribution du contrat à l’offre la plus avantageuse.
 
Cas justifiant le recours:
 Procédures de consultations architecturales déclarées
infructueuses; 
 Prestations architecturales suite à la défaillance d’un
architecte titulaire du contrat.

114
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

2) Sans publicité et après consultation par écrit de trois


architectes au moins (art 129 §2)

• Obligation de consulter par écrit ,au moins 3 architectes


• Attribution du contrat au candidat dont l’offre est la plus
avantageuse.

Cas justifiant le recours:


 prestations portant sur l’entretien et la réparation des
bâtiments.
115
PRESTATIONS ARCHITECTURALES (suite)

3. Sans publicité et sans mise en concurrence: (129 §3)

Cas justifiant le recours:

 Prestations de la défense nationale ou de la sécurité publique


devant rester secrètes;
 autorisation du chef du gouvernement.

 Urgence impérieuse résultant de circonstances imprévisibles


pour le maître d'ouvrage et n'étant pas de son fait.

116
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION
• Renforcement de la trousse à outil de l’acheteur public
par des outils modernes.

Appel à
Marchés de
manifestation
conception
d’intérêt
-réalisation

Base de données
Portail des marchés
électronique des
publics
prestataires

Enchères
électroniques Collectifs Soumission électronique
inversées d’achats
117
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION
 Marchés de conception-réalisation:
(art 10)

• Marché unique se rapportant à la fois à la conception


et à la réalisation d’un projet.

 Travaux , fournitures ou installation complète

118
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)

 Marchés de conception-réalisation (suite)

• Concernent les prestations nécessitant l’association


du concepteur et du réalisateur du projet dès
le début de l’opération.

• Prestation à passer obligatoirement par concours sur


autorisation du Chef du Gouvernement après avis
de la commission des marchés.

119
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)

 Appel à manifestation d’intérêt: (art 15)


• Outil supplémentaire, mis à la disposition du MO lui
permettant, avant le choix du mode de passation du marché ,
l’identification des prestataire potentiels.
• Ne doit pas avoir pour objectif la restriction de la
concurrence.
 Ne justifie ni le marché négocié ni l’appel d’offres
restreint sauf cas d’exception prévus par le décret.
N’ouvre aucun droit aux candidats potentiels.
120
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)
 Portail des marchés publics: (art 147)

• Consécration du portail des marchés publics, comme portail


national unique, fédérateur de l’ensemble de la commande
publique.

 Unification des canaux d’information des concurrents


en recherche d’opportunités de marchés publics.

121
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)
 Mise en place d’une base de données électronique
des entrepreneurs, fournisseurs et prestataires
de services: (art 150)
 Dématérialisation des dossiers administratifs
des concurrents;
 Concentration des efforts des prestataires sur
la préparation de leurs offres ;
 Informations et documents électroniques concernant
les prestataires, leurs capacités
juridiques, financières et techniques.
 Nécessité d’un arrêté de mise en œuvre ministre
des Finances.
122
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)

 Les enchères électroniques inversées


(art 151)

Nouvelle procédure dans le cadre


de laquelle, à partir de leur offre
initiale, les candidats ont la
possibilité de faire varier leur offre de
prix à la baisse, au fur et à
mesure du déroulement de l’enchère
et ce dans le cadre d’une plage horaire
préalablement fixée .   123
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)
 Les enchères électroniques inversées:

Avantages:

- Une baisse significative des prix et plus de visibilité


sur l’écart entre le prix initial et le prix payé;

- Une réduction importante du temps de conclusion


du marché;

- Un moyen pour le fournisseur de se comparer sur


le marché par rapport à ses concurrents.

124
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)
 Les enchères électroniques inversées

 Ne concernent que les fournitures portant sur l’acquisition


de produits existant dans le commerce et qui ne
nécessitent pas des spécifications particulières.

 Nécessite la rédaction d’un cahier des charges


extrêmement clair, précis et détaillé quant aux
spécifications.

 Obligation de publication dans le portail des marchés


publics pendant un délai minimum de 10 jours.
125
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)
 Les enchères électroniques inversées

 À l’issue de la période d’enchères, attribution du marché


à l’offre de prix la moins disante qui devient intangible.

 Engagement de son auteur pendant la durée de validité


des offres.

 Dispositions applicables:
Décret de 2013 + arrêté du ministre chargé des finances après
avis de la commission des marchés.
126
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)

 La soumission électronique: (art148)

Moyen de dépôt , de retrait des plis des concurrents,


d’ouverture des plis et d’évaluation des offres des
concurrents par voie électronique.

 Application des dispositions du décret de 2013.

 Nécessité d’un arrêté


du Ministre des Finances
pour mise en œuvre .

127
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)

 Les collectif d’achats: (art 162)

• Groupement de deux ou plusieurs MO s’engageant, chacun


à passer un marché d’achat de fournitures de même
nature, à hauteur des besoins , suite à un même
appel à la concurrence.
MO3 MO2
MO4 MO1

Coordonateur

128
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)
 Les collectifs d’achats:

• Obligation pour les concurrents de produire, un


cautionnement provisoire et un acte d’engagement
relatif à l’achat de chaque membre du collectif.

• La défaillance d’un membre entraine soit :

 la conclusion du marché avec les autres membres


du collectif d’achat dans les mêmes conditions ;

 l’annulation de l’appel à la concurrence suite au refus


de l’attributaire de conclure le marché avec les
autres membres du collectif d’achat  129
DE LA MODERNISATION DES OUTILS DE
GESTION (suite)
 Les collectif d’achats:

• Nécessité de désignation d’un coordonateur du collectif


dans une convention qui fixe également les modalités
de son fonctionnement.

• Précision des achats de chaque membre du collectif dans


le CPS et les bordereaux des prix-détails de
l’appel à la concurrence lancé par le coordonateur.

• Association des représentants de chaque collectif à la


commission d’ouverture des plis.

130
Dispositions concernant collectivités
territoriales

Régions, préfectures, provinces et communes

• Élargissement des dérogations au décret aux :

 Conventions d’assistance à la maîtrise d’ouvrage,


conclues avec des organismes publics locaux, nationaux
ou des organismes internationaux ;

 Prestations effectuées au vu de conventions particulières


par des personnes morales de droit public, des
sociétés de développement local ou par des organisations
non gouvernementales reconnues d’utilité publique.

131
Dispositions concernant collectivités
territoriales (suite)

• Extension des CCAG applicables pour les marchés


de l’Etat , aux marchés des collectivités
territoriales par arrêté du Ministre de l’Intérieur;

• Établissement et approbation des CPC applicables


aux marchés des collectivités territoriales  arrêté
du Ministre de l’Intérieur .

132
Dispositions concernant collectivités
territoriales (suite)

• Possibilité d’extension des CPC propres à un


département ministériel ou à un établissement public,
selon le cas, aux collectivités territoriales, par arrêté
du Ministre de l’intérieur

• Obligation de recours à l’appel d’offres au rabais pour


certaines prestations.
 nécessité d’un arrêté du Ministre de l’Intérieur
fixant les natures et les montants.

133
Dispositions concernant collectivités
territoriales (suite)

• Fixation de la composition des commissions d’appel


d’offres ainsi que celles des jurys de concours, par
arrêté du Ministre chargé de l’Intérieur.

• Autorisation préalable du Ministre de l’Intérieur pour


le recours au marchés négociés se rapportant
aux prestations relatives à l’organisation de cérémonies
ou visites officielles revêtant un caractère urgent et
imprévisible suivant liste arrêtée par ledit Ministre.

134
Dispositions concernant collectivités
territoriales (suite)

• Création, par arrêté du Ministre de l’Intérieur, d’un comité


de suivi des marchés des collectivités territoriales avec pour
missions:
Études , suivi de la commande
et propositions d’améliorations.

Avis sur projets de textes marchés , sur


La conception de la stratégie
exclusion d’un concurrent ou d’un titulaire,
de la commande de ces
sur doléances et réclamations des
collectivités.
concurrents.

Collecte, traitement et analyse des données Assistance aux maîtres


relatives aux marchés, recensement général
d'ouvrages locaux.
et partiel annuel des marchés.

135
Dispositions concernant collectivités
territoriales (suite)

• Droit du Ministre de l’Intérieur ou son délégataire


de demander aux collectivités le recours aux
collectifs d’achats.
 approbation des conventions constitutives des
collectifs d’achats suivant modalité arrêté du Ministre
de l’Intérieur

 possibilité de conventions type de collectifs d’achats


par arrêté du Ministre de l’Intérieur.

136
Dispositions concernant collectivités
territoriales (suite)

• Possibilité de relèvement du plafond des bons


de commande à 500.000 dirhams maximum par arrêté
du Ministre de l’Intérieur après avis comité de
suivi des marchés.

• Prise des mesures coercitives, selon le cas , (exclusion ou


résiliation) par le Ministre l’Intérieur ou par l’autorité
compétente.
 extension de l’exclusion, le échéant , à tous les
marchés publics, par décision du Chef du
gouvernement, sur proposition du ministre
de l’intérieur et après avis de la commission
marchés.
137
Dispositions concernant collectivités
territoriales (suite)

• Soumission des conventions de maîtrises d’ouvrages


déléguées à autorisation préalable et avis du Ministre
de l’Intérieur

conventions éventuelles avec:


- Établissements publics
- Administrations publiques

- Sociétés avec capital social partiel


- Sociétés d’Etat ou filiales publiques
des collectivité
territoriales.

138
Dispositions concernant collectivités
territoriales (suite)

• Communication des rapports de présentation et des rapports


d’achèvement au Ministre de l’Intérieur à sa demande

• Possibilité pour le MO d’exiger, dans le CPS des marchés


de travaux et services , l'emploi de la main d’œuvre locale
à hauteur de dix pour cent (10 %) de l’effectif requis
pour la réalisation du marché.

• Seuil de 3 MDH pour l’audit obligatoire des marchés passés


par les collectivités territoriales par voie d’appel d’offres
ou par concours.

139
Dispositions concernant collectivités
territoriales (suite)

• Institution de recours auprès du Gouverneur, du Wali


ou du Ministre de l‘Intérieur, selon le cas, pour non
remise du dossier d’appel à la concurrence.

• Habilitation des personnes à approuver les marchés passés


par les collectivités territoriales via arrêté Ministre de
l‘Intérieur .

140
CONCLUSION

• Une réforme gagnant, gagnant , conciliant entre les intérêts


de tous les acteurs en réservant une part du gâteau à
chacun :

Le citoyen
Les organes L’acheteur public
de contrôle

Organismes L’opérateur
financiers économique
internationaux

141
CONCLUSION

Le citoyen

avec une bonne application du nouveau


dispositif règlementaire, plus rassuré
quant à la transparence de l’achat public.
L’opérateur
économique
plus ou moins satisfait avec , un décret unique , plus
de garanties, de simplifications, de clarté des
procédures ,de facilité d’accès aux PME et nouvelles
entreprises ainsi que de moyens de recours plus
efficaces . 142
CONCLUSION

Organismes
financiers
internationaux

plus tranquilles quant à la convergence de la


réglementation nationale des marchés publics
avec les normes et standards internationaux .

143
CONCLUSION

L’acheteur public

Plus à l’aise, avec des procédures plus claires


et une trousse à outils renforcée avec des outils
de passation et de gestion de l’achat public
plus modernes.

Les organes
de contrôle

Veillant à l’application d’une réglementation


clarifiée, simplifiée et modernisée, permettant
l’amélioration de la qualité du contrôle. 144
CONCLUSION

Le Royaume du Maroc

Doté d’un dispositif


règlementaire moderne
au niveau des standards
internationaux en vigueur.

145
CONCLUSION

En fin la réussite de la réforme reste tributaire de l’implication


de tous les acteurs pour :

 Le parachèvement du dispositif règlementaire des marchés


publics dans la phase exécution ,notamment , les CCAG
travaux fournitures et services.
 L’investissement dans la professionnalisation de l’acheteur
public via l’institution d’une politique nationale de la
formation continue en la matière.
 Une bonne application de la nouvelle réglementation dans
un esprit de moralité, d’éthique et d’amour de la nation.

146

Vous aimerez peut-être aussi