Vous êtes sur la page 1sur 38

Master Comptabilité, Contôle et Audit

2020-2021

La théorie de la politique des dividendes

Module: Ingénierie financière et évaluation des entreprises

 Réalisé par :  Encadré par :


• Mr. DARKAOUI Abdelhadi

 BOUBRIK Badreddine
 BENKAIRICH Salwa
 KABIRI Othman
Introduction

Généralités sur les dividendes

Théories de la politique des dividendes


La relation entre les dividendes et la valeur de
l’entreprises
Cas pratique

Conclusion
Introduction

Le dividende est une composante fondamentale de la


rentabilité qui permet d'une part de fidéliser les
actionnaires qui s'intéressent à un revenu élevé et, d'autre
part, de véhiculer l'information entre les dirigeants, les
actionnaires, l'entreprise et le marché.
Chapitre I : Généralités sur les dividendes
• Les types de dividendes
- Le dividende en numéraire

Le dividende classique :
C'est le dividende que vous connaissez certainement : le conseil d'administration de
l'entreprise décide d'affecter une somme X au versement des dividendes, et cette somme est
divisée par le nombre d'actions existantes pour donner le dividende par action qui sera versé

Le dividende prioritaire :
L'Action à Dividende Prioritaire est une action qui perçoit un dividende d'un montant
supérieur aux actions de type classique. Les actions à dividende prioritaire donnent droit à un
dividende prioritaire prélevé sur le bénéfice distribuable de l'exercice avant toute autre
affectation.
• Les types de dividendes
Le dividende exceptionnel
Le dividende exceptionnel est distribué essentiellement lors de certaine fusions, ou
lorsque l'entreprise vient de réaliser une cession qui lui a rapporté beaucoup plus
d'argent qu'elle n'en a besoin.

Acompte sur dividende


Dividende de liquidation versé aux créanciers, Versement par anticipation une
fraction du dividende à venir, l'acompte sur dividende permet de lisser le revenu de
l'actionnaire et la sortie de fonds pour l'entreprise
• Les types de dividendes
-Le dividende en actions :

Versement d'un dividende sous forme d'actions gratuites et non en


numéraire.
Il s'agit de remplacer le versement d'une somme d'argent par l'attribution
d'actions. Cette méthode présente des avantages tant pour l'actionnaire
que l'entreprise. L'actionnaire n'a pas à se poser la question du
réinvestissement de ses dividendes, tandis que l'entreprise n'a pas à
décaisser d'argent, et augmente son capital.
• les Pratiques de distribution des dividendes

Politique résiduelle
du dividende
La politique d’un
dividende régulier Absence de
& spécial distribution de
dividende
Les pratiques de
distribution de
dividendes

La distribution de
la totalité des La politique d’un
dividendes dividende stable
• les Pratiques de distribution des dividendes

 La distribution de la totalité des dividendes :


Rubner (1966) suggère une distribution de la totalité des bénéfices sous forme de
dividendes. Sa suggestion est fondée sur le fait que les actionnaires préfèrent
recevoir "plus" de dividendes "à moins" de dividendes.
 Absence de distribution de dividende :
Clarkson et Elliot (1966) avancent que le dividende constitue un "luxe" que ni les
sociétés, ni les actionnaires ne peuvent se permettre. En pratique, quel que soient
les mérites de cette approche, il est rare de voir les sociétés retenir la totalité des
bénéfices en réserves sans distribuer de dividendes
• les Pratiques de distribution des dividendes

 Politique résiduelle du dividende :


Dans la mesure où la société n'adopte que les projets rentables, ayant une valeur
actualisée nette positive, tout bénéfice supplémentaire doit être distribué sous forme
de dividendes : c'est l'approche d'un dividende résiduel. En pratique, cette politique
n'est pas suivie par les dirigeants puisqu'en général, les sociétés optent pour une
politique caractérisée par une augmentation au cours du temps du bénéfice par
action, de façon à ce que le dividende par action soit moins variable que le bénéfice
par action.
• les Pratiques de distribution des dividendes

 La politique d’un dividende stable :


En rejetant l'hypothèse d'une distribution de 100% des bénéfices sous forme de
dividendes et celle de la rétention de la totalité des bénéfices, les chercheurs
observent que les sociétés attribuent une importance considérable aux dividendes
de l'année précédente. Ces résultats laissent à croire que les sociétés ont tendance
à suivre un ratio de distribution relativement stable à long terme.
• Mesure de l’importance de dividende
 Le taux de distribution
du pourcentage de bénéfices de la société versé aux actionnaires sous forme de
dividende
Taux de distribution = Dividendes / Bénéfice Net
 Le rendement
Lorsque l'entreprise verse les dividendes, elle a déjà payé l'Impôt sur les Sociétés (IS,
impôt sur les bénéfices). L'actionnaire ne perçoit donc en général que la fraction des
dividendes nets d'impôt.

Exemple:

soit une entreprise qui verse un dividende de 10 euros et dont le cours de bourse est
de 200 euros, le rendement global sera égal à 10 / 200 = 5%.
• Mesure de l’importance de dividende
 Le taux de croissance du dividende (g)
Le taux de croissance du dividende permet d’estimer les revenus qui pourront être
perçus par les actionnaires dans les années à venir

Exemple

Taux de croissance du dividende sur 2 années :

 taux de croissance N+1/N = 16 200 € /15 000 € = +1,08 %

 taux de croissance N+2/N+1 = 17 500 € / 16 200 € = +1,08 %

Sur une période de 2 années, le taux moyen de croissance est de +8 %.


Chapitre II : Théories de la politique de dividende

la thèse de la la théorie du
neutralité signal

la thèse du La théorie
non de l’agence
neutralité
Politique de dividende : la thèse de neutralité

La théorie de Modigliani et Miller (1961)


 la thèse de la neutralité de Modigliani et Miller (1961)

 Montrent que la politique des dividendes n'a aucun impact sur la valeur de la
société et sur son coût de capital. Dans la mesure où les investisseurs disposent de
la possibilité d'acheter et de vendre les actions d'une société sur un marché, pour
obtenir les résultats qu'ils désirent, la rentabilité espérée est indépendante de la
façon dont les sociétés payent les dividendes et effectuent les émissions d'actions.
Politique de dividende : la thèse de non neutralité

La théorie de Gordon et Shapiro


Politique de dividende : la thèse de non neutralité

Hypothèse 1 Hypothèse 2 Hypothèse 3


• Les investisseurs
• Unique source de
financement • Entreprise retient opèrent dans un
marché parfait
possible pour une proportion caractérisé par
l’entreprise est la constante de ses l’absence de taxes et
rétention des bénéfices pour de coûts de
action . transactions.
bénéfices .
Politique de dividende : la thèse de non neutralité

Gordon

Formule
d’évaluation
des actions

Shapiro
Politique de dividende : la thèse de non neutralité

Cette formule développée par Gordon et Shapiro


(1956)

Suppose implicitement que les actionnaires ne sont


pas indifférents entre gain en capital ou en
dividendes.

Les dividendes sont toujours préférés par les


actionnaires dans la mesure où ils contribuent à
dissiper l'incertitude.
Relation d’agence = Contrat

Délègue un droit décisionnel

Le principal L’agent

Asymétrie d’information

Aléa moral

Couts
d’agence
Relation d’agence = Contrat

Propriétaire
s Dirigeants
Délèguent la conduite
des activités de
l’entreprise
Espèrent une Poursuivent
maximisation leurs propres
des dividendes intérêts

•Actionnaires aux AG
•Stock options
•Actionnariat salarie
•Part variable des
salaires des dirigeants
la théorie de l’agence

La théorie de l’agence est une thèse qui cherche à optimiser la gestion des
conflits d’intérets entre les différents partenaires de l’entreprise dés qu’il y a
relation d’agence et considère la firme comme un ensemble d’acteurs dont
les objectifs peuvent ne pas converger
La politique de dividende dans le cadre de la politique
d’agence

La politique des
dividendes comme
source de conflits La politique des
dividendes et résolution
des problèmes d’agence
Théorie de signalisation

 Fondée sur le concept d’asymétrie d’information.

 Présente une explication séduisante.

 Considère le dividende comme l’un des moyens de la


communication les plus importants entre l’entreprise et
le marché.
Trois modèles ont été abordées dans ce contexte :

Modèle de signalisation de Modèle de signalisation de


Bhattacharya John et Williams Modèle de signalisation de
miller et Rock
• les dividendes signalent les flux de • le dividende actuel révèle en
grande partie des informations • les dividendes ne constituent pas un
liquidités futurs de l’entreprise
sur le bénéfice courant. simple résidu mais plutôt un élément
dans un contexte d’information crucial qui donne une information
imparfaite. • suggèrent que les dividendes
signalent une sous-évaluation de nette et claire sur les gains futurs de la
• Les investisseurs pensent qu'une
la valeur actuelle de la firme. firme.
augmentation inattendue du
dividende est un signal favorable et
crédible.
Chapitre III : la relation entre les dividendes et la
valeur de l’entreprise
• Considère que les dividendes sont neutres quant à la valeur de la firme
Première • Affirme que les actionnaires sont indifférents entre bénéficier du versement de
dividendes ou bénéficier d’une appréciation des cours des actions qu’ils
école détiennent,

• Estime que le versement de dividendes entraîne une destruction de valeur (pour


les actionnaires parce qu’ils sont taxés à un taux plus élevé que celui sur les plus-
Deuxièm values.)
e école • Suggère que les actionnaires dans la plupart des entreprises considèrent que les
dividendes sont moins attractifs que leur équivalent en plus-values.

• Suppose que le versement de dividendes peut conduire à l’augmentation de la valeur


Troisième de la firme.
• Montre que l’augmentation de dividendes peut servir de signal positif aux marchés
école financiers et permettre à une entreprise de modifier sa structure financière dans le
temps.
CAS PRATIQUE : POLITIQUE DE DESTRIBUTION DE
DIVIDENDES DE MAROC TELECOM
PRÉSENTATION DU GROUPE
MAROC TELECOM EN BREF

Un acteur majeur pour le


développement économique et
social dans 10 pays en Afrique
Dans un
environnement
marqué
par de profondes
transformations et
un contexte concurrentiel
intense, le groupe Maroc
Telecom enregistre une
progression soutenue
de ses principaux
indicateurs de
performance
un monde nouveau vous appelle

Actionnaires

Etisalat  53 %

État marocain 22%

Divers actionnaire 19,16%

Auto-détention 0,0256 %
Historique de dividendes :

Année Dividende ordinaire Date de détachement Date de paiement

2017 6,48 25/05/2018 05/06/2018


2016 6,36 24/05/2017 02/06/2017
2015 6,36 24/05/2016 02/06/2016
2014 6,90 22/05/2015 02/06/2015
2013 6,00 23/05/2014 03/06/2014
2012 7,40 23/05/2013 23/06/2013
2011 9,26 22/05/2012 31/05/2012
2010 10,58 20/05/2011 31/05/2011
2009 10,31 24/05/2010 02/06/2010
2008 10,83 25/05/2009 03/06/2009
2007 9,20 19/05/2008 28/05/2008
2006 7,88 15/05/2007 15/05/2007
2005 6,96 02/02/2006 02/05/2006
2004 5,00 04/05/2005 04/05/2055
La distribution des dividendes en (2015, 2016, 2017) :

En million (dh) 2015 2016 2017


Dividendes distribués par les filiales à leurs
actionnaires minoritaires
Total (a) 1089 1118 918
Dividendes distribués par Maroc Telecom à
ses actionnaires (b)
Etat Marocain 1820 1677 1677
Société de participation dans les 3215 2963 2953
télécommunications (SPT)
Autres 1031 949 950
Total (b) 6065 5590 5591

Total dividendes (a)+(b) 7154 6708 6509


Les indicateurs financiers :
REMARQUES :
• Le Pay out est très élève (taux de distribution de dividendes), ce qui démontre que Maroc Telecom opte une

politique de distribution de la totalité de ses bénéfices à ses actionnaires et ces derniers constituent une priorité

pour elle.

• Le rendement du dividende Yield qui mesure la rentabilité de l’action a connu une légère augmentation par

rapport à 2016 (de 4,48%à 4,84%).

• En tant qu’investisseur vous comptez générer des espèces à partir de vos investissements ce ratio est utile

pour investir dans des actions ayant un rendement de dividende relativement élevé ou stable.

• Toujours concernant le Yield, ce ratio vous permettrez de savoir combien de dividende vous gênerez pour

chaque Dirham investi. Dans notre cas en 2018, les actionnaires vont gagner 4.84% sur leurs actions sous

forme de dividendes.
conclusion

Vous aimerez peut-être aussi