Vous êtes sur la page 1sur 27

Cours de bactériologie

Antibiotiques et antibiorésistance

Préparé par

Pr. TATSADJIEU N.L.


Dr. SOKAMTE T.A.

Laboratoire de microbiologie - ENSAI


I. Définition

Antibiotique = agent chimiothérapeuthique,


généralement d’origine microbienne, capable de tuer
des micro-organismes ou d’inhiber leur croissance.

Antibiotiques Antiseptiques
Substances naturelle ou Produits chimiques
synthétiques
Cible bactérienne spécifique Action physico-chimique non
spécifique
Toxicité sélective pour les Toxicité pour les cellules
cellules procaryotes eucaryotes et procaryotes
II. Caractéristiques des antibiotiques

II.1. Toxicité sélective

Toxicité sélective → activité toxique sur le micro-organisme


pathogène, pas sur l’hôte
II. Caractéristiques des antibiotiques

II.2. Spectre d’activité

A. Les antibiotiques a spectre étroit: dont l’activité n’est


limité qu’a un groupe bactérien. Ex : Isoniazide actif que
chez les mycobactéries

B. Les antibiotiques a spectre large: actif chez un certain


nombre de bactéries Gram + et Gram – (ex l’amoxicilline)

C. Les antibiotiques a spectre étendu (très large) : actif


chez un très grand nombre de bactéries incluant les Gram
+ et Gram – aérobies et anaérobies ex : moxifloxacine
II. Caractéristiques des antibiotiques

II.3. Effets indésirables des antibiotiques

A. Les réactions allergiques : d’intensité variable allant


jusqu’au choc anaphylactique

B. Toxicité organique : ex : toxicité neurologique des


aminosides, toxicité médullaire des phénicolés , toxicité
rénale des polymixines.

C. Toxicité sur le microbiote normal (flore normale): la


perturbation de la flore normale par un antibiotique
favorise la prolifération d’agent étranger potentiellement
pathogènes ex : champignons
III. Classification des antibiotiques
III.1. Origine

A. Antibiotiques naturels = synthétisés par des micro-organismes

1) Bactéries
• Strepromyces sp : amphotéricine B, chloramphénicol,
érythromycine, kanamycine, néimycine, nystatine,
rifampine, streptomycine, tétracyclines
• Micromonospora sp. : gentamycine
• Bacillus sp. : bacitracine, polymyxines

2) Mycètes
• Penicillium sp. : griséofulvine, pénicilline
• Cephalosporium sp. : céphalosporines

B. Antibiotiques synthétiques : sulfamides, triméthoprime,


chloramphénicol, ciprofloxacine, isoniazide, dapsone

C. Antibiotiques semi-synthétiques : addition de groupes chimiques


aux antibiotiques naturels
III. Classification des antibiotiques

III.2. Structure chimique


III. Classification des antibiotiques

III.3. Mécanismes d’action


IV. Conditions d’activité des antibiotiques

• Atteindre la cible

- membrane externe des gram


- paroi
- membrane cytoplasmique

• Persister à des concentrations


suffisantes

Reconnaître la cible
V. Détermination du niveau d’activité des ATB

A. Méthode des disques

Principe : Dépôt d’un disque de cellulose imprégné d’une quantité


connue d’antibiotique sur une boite de Petri préalablement inoculée
avec la bactérie cible

→ Plus le diamètre du halo d’inhibition est grand, plus le micro-


organisme est sensible

Méthode par diffusion (Antibiogramme)

→ Classe thérapeutique : Sensible, Intermédiaire, & Résistante


V. Détermination du niveau d’activité des ATB

B. Méthode des dilutions

Principe : Inoculation de l’organisme cible dans un milieu de culture


contenant des concentrations décroissantes d’antibiotiques + témoin

→ CMI = concentration la plus faible sans croissance visible à l’œil nu

→ CMB = concentration la plus faible sans croissance après


repiquage en milieu sans antibiotique

Méthode par dilution en milieu liquide (Antibiogramme)


V. Détermination du niveau d’activité des ATB

Notion de bactéricidie

→ ATB bactériostatique = inhibe réversiblement la


croissance de la bactérie cible (CMB et CMI sont très
différents)

→ ATB bactéricide = tue la bactérie cible (CMB et CMI


sont très proches)

Exple : bétalactamines, aminosides,


fluoroquinolones
 Infections sévères, patients immunodéprimés
VI. Mécanismes et transmission des résistances :
Définition

Une bactérie est considérée comme résistante quand elle


tolère des concentrations en antibiotique très supérieures
à celles d'une majorité de souches de la même espèce.
VII. Mécanismes et transmission des résistances :
Types de résistance

• Résistance naturelle (=intrinsèque) prévisible


Ex : vancomycine ne peut pas passer par les porines de E. coli

• Résistance acquise imprévisible


résulte d’une modification génétique (mutation
ou acquisition de gènes) d’une souche sensible

14
VII. Mécanismes et transmission des résistances :
Types de résistance
VII. Mécanismes et transmission des résistances :
Types de résistance

• Résistance unique
Résistance à un seul antibiotique

• Résistance à une classe d’antibiotique (le


plus fréquent)
Résistance à tous les antibiotiques de la classe

• Résistance multiple
Résistances à des antibiotiques de différentes classes
VII. Mécanismes et transmission des résistances :
Types de résistance

• Résistance multiple
• Résistance croisée (cross-resistance):
un seul mécanisme de résistance explique la
résistance à plusieurs familles d’antibiotiques.
• Ex: multi-drug efflux pumps (mex genes) peuvent causer des
resistances croisées à une grande variété de composés
hétérogènes dont les AB
• Gène cfr

• Co-résistance: plusieurs gènes coexistent


dans la même bactérie et confèrent une
résistance à différentes familles d’antibiotiques
VII. Mécanismes et transmission des résistances :
Mécanismes

18
VII. Mécanismes et transmission des résistances :
Mécanismes

1- Inactivation enzymatique
• Ex: bêtalactamines et bêtalactamases
• Ex : aminoside et acétylases, phosphorylases
VII. Mécanismes et transmission des résistances :
Mécanismes

2- Modification de la cible de l'antibiotique


• méthylation d'une adénine dans l'ARN de la sous-unité
23S du ribosome
• Ex :macrolides - lincosamides - streptogramines
• Nouvelle protéine (penicillin binding-protein)
• ex: R à la méthicilline SARM/MRSA
VII. Mécanismes et transmission des résistances :
Mécanismes

4- Diminution de la pénétration des


antibiotiques

• Diminution de la perméabilité (Entrée diminuée)


• modification ou absence de synthèse des porines
(canaux de la membrane externe)
VII. Mécanismes et transmission des résistances :
Mécanismes

4- Diminution de la pénétration des


antibiotiques

• Mécanisme d'efflux (Sortie augmentée)


• Surexpression de pompes à efflux (peu spécifiques)
• ex: tétracyclines, quinolones, chloramphenicol
VIII. Mécanismes et transmission des résistances :
Supports génétiques de la résistance

1. Mutation chromosomique spontanée

2. Acquisition de nouveau matériel génétique

23
VIII. Mécanismes et transmission des résistances :
Supports génétiques de la résistance

1- Mutations

• Souvent, mutation ponctuelle

• Processus spontané (<10-8), survenant pendant la


réplication

• Stable, héréditaire et transmission verticale

• Généralement, résistance à une seule famille.


• Généralement non influencées par l’antibiotique

24
VIII. Mécanismes et transmission des résistances :
Supports génétiques de la résistance

Possibilité pour certains antibiotiques (fluoroquinolones)


d’augmenter le taux de mutations
L’exposition à des concentrations sub-létales d’antibiotique
entraîne un stress bactérien qui déclenche une réponse du
système SOS ce qui peut augmenter les erreurs de réplication

25
VIII. Mécanismes et transmission des résistances :
Supports génétiques de la résistance

2-Acquisition d’éléments génétiques

• Transmission d’un élément génétique mobile d’une bactérie


donneuse à une bactérie receveuse = Transmission
horizontale

• Possibilité d’acquisition de résistances multiples

• Instable et réversible

26
VIII. Mécanismes et transmission des résistances :
Transmission des gènes de résistance

• conjugaison
• transduction
• transformation

Vous aimerez peut-être aussi