Vous êtes sur la page 1sur 103

Dr L.

Belfaquir
Définition:
 Respiration décrit 2 phénomènes différents mais
intimement liés:
 Respiration cellulaire

 Fonction respiratoire
 La respiration cellulaire =mécanisme qui abouti à la
production de l’énergie
 La fonction respiratoire =processus au cours duquel:
-l’oxygène nécessaire à la respiration cellulaire est
absorbé de l’atmosphère dans le système vasculaire
sanguin
-dioxyde de carbone (CO²) éliminé dans
l’atmosphère
 L’appareil respiratoire comprend deux parties:

-Voies respiratoires supérieures, situées au dessus

de la glotte

-Appareil bronchopulmonaire
Cavité nasale

Pharynx
Cavité buccale
Trachée
Larynx
Carina
Bronche primaire droite

Poumon droit

5
Fosses nasales
 Ce sont deux cavités décrivant deux

couloirs parallèles, à direction

antéropostérieurs creusés dans le

massif facial et protégés par l’auvent

de la pyramide nasale

 Leur orifice antérieur est la narine :

garni de poil= un 1er filtre grossier

 L’orifice postérieur débouche dans

le pharynx appelé : choane


 Ces cavités sont limitées:
 En dedans: par une cloison
cartilagineuse en avant (septum) et
osseuse en arrière (vomer et
ethmoïde)
 En dehors: par une paroi
osseuse complexe fomée par
le maxillaire et l’ethmoide où
sont implantés 3 lamelles
osseuses fines : LES
CORNETS (superieur, moyen,
inférieur) limitant enttre eux
des méats
 En haut: par le sphénoide et
l’ethmoide
 En bas: par la voûte du palais
Rapports externes:
cornets

Cloisons nasales et
parois des fosses
nasales
 Les différentes parois des fosses nasales sont tapissées par
2 types de muqueuses organisée:
 Une muqueuse supérieure: olfactive contenant des cellules
d’odorat (nerf olfactif)

 Une muqueuse inférieure: respiratoire contenant des

cellules à mucus et un épithélium cilié (filtrage et


conditionnement)
 Dans les fosses nasales
débouchent:
 les cavités creusées

dans les os voisins


appelées Sinus : frontal,
sphénoidal et
maxillaire,et les cellules
ethmoidales
 Les conduits lacrymaux
 Il s’agit d’un carrefour aérodigestif
C’est un conduit communiquant :
 d’une part la bouche et
l’œsophage
 D’autre part, les fosses nasales
et le larynx
 On lui décrit 3 étages:
 Étage superieur ou Rhino-
pharynx ou s’ouvre les choanes
et la trompe d’Eustache
 Étage moyen ou oropharynx où
s’ouvre la cavité buccale
 Étage inférieur laryngopharynx
communiquant avec
l’œsophage et présentant
l’orifice supérieur du larynx
VUE POST APRES
OUVERTURE DU
PHARYNX
 Tube creux intercalé
entre le pharynx et la
trachée
 C’est l’organe de la
phonation
 Formé par un squelette ostéo-cartilagineux comprenant:
 L’os hyoide (en haut)
 Des cartilages épais et résistants:
 Cartilage thyroïde
 Cartilage cricoïde et arytenoide au dessous et dessus.
 Cartilage épiglotique en arrière formant le couvercle du larynx
 Ces éléments sont unis entre eux et aux organes voisins par des
ligaments et des muscles innervés par le nerf recurrent (branche
du X)
 Les cordes vocales: ce sont des
saillies internes de la
muqueuse laryngée en
nombres de 2
 Les muscles du larynx
(tenseurs, dilatateurs et
constricteurs) permettent les
mouvements des cordes
vocales
ACTIONS DES
MUSCLES DU LARYNX
Fonctions du larynx

*C’est l’organe essentiel de phonation:


Passage d’air à travers la cavité laryngée

Vibration des cordes vocales inférieurs

Production d’un son (son glottique)


*Déglutition
*Respiration
Il comprend:
 les voies aériennes sous-glottiques
 les poumons
VOIES AÉRIENNES SOUS GLOTTIQUES:

-Trachée
- Les bronches
souches
- Les Bronches
intrapulmonaires
 La trachée est un long tuyau
en forme de cylindre
d'environ 10 à 12cm,
s'étendant du
cartilage cricoïde (cou)
jusqu'à sa bifurcation en deux
bronches ou carène ( thorax).

 16 à 20 anneaux cartilagineux
incomplets empilés unis par
un tissu fibro-élastique:
structure qui permet la
dilation pendant l’inspiration
et le relâchement pendant
l’expiration
 La muqueuse tapissant la partie

interne de la trachée est faite

d’un épithelium prismatique

stratifié renfermant des cellules

à mucus et des cellules à cils

vibratiles (role protecteur)


Il existe une bronche principale droite et
une à gauche (tronc souche droit et
tronc souche gauche).
Elles naissent de la carène (bifurcation
trachée), se dirigent en dehors et en
bas et atteignent le poumon au niveau
du hile accompagnées des vaisseaux
 La bronche droite est plus
verticale, plus courte et plus
grosse que la gauche
 Les troncs souches se divisent
pour donner des bronches
lobaires:
 3 bronches lobaires pour les 3
lobes du poumon droit
 2 bronches lobaires pour le 2
lobes du poumon gauche
LES BRONCHES
 Les bronches lobaires se divisent en
bronches segmentaires correspondant
à la systématisation du parenchyme
pulmonaire (segment apical, dorsal,
ventral,….)
 chaque bronche segmentaire se divise
en petites bronches: les bronchioles.
 La paroi des bronchioles est formée
par une tunique externe
fibromusculaire et par une muqueuse
sans cartilage.
Remarques

-A la surface de la trachée, des bronches et bronchioles existe


un épithélium cilié.
- Il s’agit d’un système formé de cils qui battent de manière
synchronisé dans une couche liquidienne revêtue d’une couche
de mucus visco-élastique fonctionnant sous forme d’un
appareil muco-ciliaire :
-représente la première barrière de défense de
l’appareil respiratoire
-permet d’éliminer hors des V.A les particules inhalées
Remarques

- les altérations de cette barrière facilitent la stase des micro-

organismes et l’encombrement bronchique

-certaines affections héréditaires des structures ciliées se

manifestent par des infections respiratoires à répétition

-intérêt des médicaments et de la kinésithérapie pour suppléer

le déficit mucociliaire
Bronche normale

Bronche inflammée

Bronchoconstriction

37
Débits
Bronche normale

Bronche inflammée

Bronchoconstriction

38
LES POUMONS

- Au nombre de 2
- Contenus dans la cage
thoracique
- Situés dans les parties
droite et gauche de la cage
thoracique.
 Région anatomique située au niveau du
thorax. Ses rôles principaux sont de
maintenir en place et protéger certains
organes vitaux et structures viscérales

 La cage thoracique est constituée par


plusieurs os:
- Le rachis thoracique (12 vertèbres dorsales).
- Les côtes (12 paires, soit 24 côtes).
- Le sternum
 Contient :

- Les poumons latéralement.


-Le médiastin (espace situé entre les deux
poumons et contenant entre autres le coeur,
l'oesophage, la trachée, des nerfs, des
vaisseaux lymphatiques et sanguins)
TOPOGRAPHIE
DES POUMONS
VUE
ANTERIEURE
TOPOGRAPHIE
DES POUMONS
VUE
POSTERIEURE
LES POUMONS

- Les 2 poumons sont séparés par le médiastin


- Liés aux voies respiratoires supérieures par trachée,
bronches souches, grosses bronches extra-pulmonaires.
- Voies aériennes, les vaisseaux sanguins abordent le poumon
au niveau de hile.
MEDIASTIN

-espace situé entre


les deux poumons

-contient entre
autres le coeur,
l'oesophage, la
trachée, des nerfs,
des vaisseaux
lymphatiques et
sanguins)
CONTINUITE
AVEC LES
VAS
LES POUMONS

 Forme de pyramide
triangulaire
 Poumon droit(650-700g)
plus volumineux que le
gauche(550-600g).
 Poumon droit+ Poumon
gauche =5l d’air
au repos
LES POUMONS
LES POUMONS
LES POUMONS
 La plèvre
Les poumons sont entourés par
une structure fibreuse :
la plèvre viscérale se
réfléchit au niveau du hile,
tapisse la cage thoracique
donnant la Plèvre pariétale.
- Ces deux feuillets limitent
une cavité virtuelle ou espace
pleural.
  La plèvre

51
Pneumothorax : décollement des deux feuillets
 Poumon se « dégonfle »

52
Pneumothorax : décollement des deux feuillets
 Poumon se « dégonfle »

53
LES POUMONS

 Poumon est divisé en lobes, segments, lobules et


acini.
 Lobes: Au nombre de 5 avec une certaine
indépendance anatomique, physiologique et
pathologique.
 Les lobes sont séparés par des scissures tapissées
par la plèvre viscérale.
LES POUMONS
Poumon droit:

-subdivisé en 3 lobes par 2 scissures:


 Lobe supérieur( segment apical,
ventral, dorsal)

 Lobe moyen(lateral,médial)

 Lobe inférieur(apical/nelson, médial,


ventobasal,laterobasal et posterobasal)
LES POUMONS
Poumon gauche:

subdivisé en 2 lobes par une


scissure :
-Lobe supérieur(culmen: segment
apical+ ventral+ dorsal et lingula:
lateral + médial)

-Lobe inférieur(apical/nelson,
médial, ventobasal, laterobasal et
posterobasal)
LES POUMONS

 Segments : Chaque lobe est divisé en


segments
 Lobules : Le plus petit territoire de
parenchyme pulmonaire enveloppé
par une cloison conjonctive ou
septum perilobulaire.
 Acini : territoire desservi par
bronchiole terminale. Unité
fonctionnelle du poumon.
LES POUMONS
 Poumon comporte trois composantes de base:

- L’air.

- Le sang.

- Les tissus : Parois des voies aériennes, parois des vaisseaux


sanguins et interstitium pulmonaire. Ces tissus permettent

 le maintien de l’air et du sang qui entrent et sortent du poumon de façon


rythmique de se maintenir dans leurs compartiments respectifs.
 Le déroulement des échanges gazeux (d’O2 et de CO2 ) ou hématose qui se
passent dans parties distales du poumon : Alvéoles et capillaires.
LES POUMOUNS
Voies aériennes intra- Pulmonaires

 Structure variable au fur et à mesure qu’on


progresse vers les dernières générations
 Bronches (de la 2eme à la 10eme):
 Armature fibro-cartilagineuse
 Muqueuse de type respiratoire (glandulaires + muscle lisse)
 Bronchioles (11eme à la 20eme):
 Pas de cartilage

 Pas de glandes

 Muscle lisse+++ (bronchomotricité)

 Canaux alvéolaires ( de la 20eme à la 22eme


 Structures bronchioles avec quelques alvéoles

 Sacs alvéolaires 23ème et dernière generation


 Que des alvéoles
LES POUMONS
Alvéole et barrière alvéolo-capillaire

 Alvéoles : petites évaginations en


forme de poche, localisées sur la
paroi des bronchioles respiratoires,
des canaux et des sacs alvéolaires.
 Il y a environ 21 alvéoles par canal
ou sac alvéolaire, soit à peu prés
300 millions alvéoles au total.
300 millions d’alvéoles
Surface alvéolaire : 140 m2
Alvéoles

Bronchioles
respiratoires
Bronchiole
terminale

Sacs
alvéolaires
LES POUMONS
Alvéole et barrière alvéolo-capillaire

 On note un réseau capillaire de type


continu, entouré d’une lame basale et de
disposition péri-alvéolaire.
 Composé de pneumocytes I et II juxtaposés
et recouverts de surfactant
 Surfactant alvéolaire: c’est un Film à action
tensio-active empêchant le collapsus des
alvéoles au cours de l’expiration fait de
lipides et de protéines produite par le
pneumocyte II et tapissant la surface de
l’épithélium alvéolaire.
Membrane alvéolo-capillaire vue en coupe

Endothélium
hématie capillaire

Épithélium
alvéolaire

alvéole

64
 La cage thoracique
 La plèvre
 Les muscles respiratoires
LES MUSCLES RESPIRATOIRES

 Ce sont les muscles qui impriment à


la cage thoracique les mouvements
d’inspiration et d’expiration
 Sont divisés selon leur action en
inspiratoires et expiratoires
Les muscles de l’inspiration

Accessoires

Principaux
Les muscles de l’expiration:

N’interviennent que
dans l’expiration forcée!!!
Trois fonctions principales :

- Épuration des voies aériennes= défense


- Ventilation pulmonaire
- Hématose=échange gazeux.
A- Epuration=mécanismes de défense des voies
respiratoires.

Les divers polluants de l’air inspiré sont arrêtés


par les voies aériennes et n’arrivent pas dans
les alvéoles.
1- Voies aériennes de conduction:

- L’appareil muco-ciliaire : A la surface de la


trachée, des bronches et bronchioles existe
un épithélium cilié. Les cils sont organisés
en un « tapis muqueux »

- Ig sécrétoires: Sécrétion par l’appareil


lymphoïde bronchique, IgA surtout et IgM.
2- Poumon profond :

- Macrophages alvéolaires: principale fonction


phagocytose des particules échappées à
l’appareil muco-ciliaire.

- Ig d’origine sérique ou locale.

- Lymphocytes - Plasmocytes.

- Monocytes (diapédèse).
B- Hématose

1-Définition:

Enrichissement du sang en O² + son

appauvrissement en CO2 au niveau des

poumon à travers la membrane alvéolo-

capillaire
2-Membrane alvéolo-capillaire:

o 70m² 140m²

o Épaisseur < 0,5u

o Composition:

-surfactant
-Épithélium alvéolaire.
-parois capillaire.
-Plasma sanguin.
-Parois du globule rouge.
3-Transport et échange du CO2 et de l'O2
CO2 CO O2
CO 2
POUMON
2 O 2

H2O + CO2
CO2 dissout O2 dissout
dans plasma H2CO3 HCO3- + H+ dans plasma

H2O + CO2
H+ + HbO2 HHb

H2CO3 HCO3- + H+ Globule rouge


Anhydrase Cl-
carbonique

HCO3- Cl-
Plasma sanguin
79
 L'épaisseur de la membrane

80
ARTERES

VEINES

81
Artère pulmonaire
Veine pulmonaire

CO2

Circulation O2
pulmonaire

Cœur gauche
Cœur droit
Circulation
systémique

muscle

82
4-Facteurs de diffusion:

1-nature du gaz : solubilité/masse moléculaire

CO² est 20 fois plus diffusible que l’O²


2-surface des alvéoles ventilées et perfusées

3-temps de contact air/sang

4-gradient de pression
-principale fonction du poumon

-phénomène cyclique faisant alterner


l’inspiration et l’expiration
a- Muscles ventilatoires:

Muscles inspiratoires:
 Diaphragme: principal muscle+++
 Intercostaux externes

En pathologie: paralysie diaphragmaique


 Muscles inspiratoires accessoires: inspiration
forcée
Dentelés-scalènes- S.C.M(tirage surtout chez
l’enfant)
Contraction du diaphragme :
Au repos le diaphragme est relâché volume thoracique augmente

86
Muscles expiratoires:

-Phénomène passif
-expiration forcée:
 Intercostaux internes
 Musculature abdominale
   Expiration

Relaxation du diaphragme :
volume thoracique diminue
88
89
90
b-Parois thoracique:

 Cotes et sternum
 Rachis

 En pathologie: fracture de côte déformation….

c- Poumons
d- Plèvre:

-rôle: transmet au poumon les mouvements de la


cage thoracique

e- Conduits bronchiques:
conduction, réchauffement, épuration et
humidification du flux aérien
La ventilation pulmonaire est assurée par les
modifications alternées du volume du thorax sous
l’influence des muscles respiratoires:

a-Inspiration:
-Temps actif
-diaphragme+++
-sous contrôle nerveux
b- Expiration :

-temps passif/ plus long que l’inspiration

-assuré par énergie élastique de l’appareil


ventilatoire accumulée au cours de l’inspiration

-expiration forcée: temps actif


 Cycle respiratoire = inspiration + expiration

 Adulte en bonne santé = 12 à 15 fois / min

 Exploration spirométrique = mesure des volumes


d’air mobilisés par les mouvements respiratoires
La courbe obtenue : temps/volume (millilitres)

6000

5000
Volume de réserve Capacité
inspiratoire 3100 ml Inspiratoire
4000 Capacité 3600 ml
Vitale
4800 ml
3000
Volume courant 500 ml

2000 Volume de réserve


expiratoire 1200 ml Capacité
résiduelle
1000 Fonctionnelle
Volume résiduel 2400 ml
1200 ml
96
Volume 500 Quantité d'air inspirée ou expirée à
courant ml chaque respiration au repos
(VC, VT)
4800 Quantité maximale d'air qui peut être
Capacité vitale ml expirée après un effort inspiratoire
(CV) maximal

Volume de 3100 Quantité d'air qui peut être inspirée


réserve ml avec un effort après une inspiration
inspiratoire courante
(VRI)
Volume de 1200 Quantité d'air qui peut être expirée
réserve ml avec un effort après une expiration
expiratoire courante
(VRE)
Volume 1200 Quantité d'air qui reste dans les
résiduel (VR) ml poumons après une expiration
forcée
97
Capacité 3600 Quantité maximale d'air qui peut être
inspiratoire ml inspirée après une expiration
(CI) normale CI = Vc + VRI
Capacité 2400 Volume d'air qui reste dans les
résiduelle ml poumons après une expiration
fonctionnelle courante : CRF = VR + VRE
(CRF)
Capacité 6000 Quantité maximale d'air contenue
pulmonaire ml dans les poumons après une
totale (CPT) inspiration maximale : CPT = VC +
VRI + VRE + VR

98
 Etayer un diagnostic d’asthme, de bronchite
chronique…

 Faire un diagnostic de gravité

 Evaluer l’évolution de la maladie et l’efficacité du


traitement
VEMS : volume maximal expiré pendant la
première seconde d’une expiration forcée
Début de l’expiration Début de l’expiration

1 sec 1 sec

VEMS = 1,53 l
(45% de CV)

VEMS =4,03 l
(84% de CV)

Normal Obstruction (asthme)


100
c- Evolution de la pression intra-pulmonaire au
cours du cycle ventilatoire

 Les volumes sont déplacés par différence de


préssion:

-au repos : P°Alv=P° Atmosph


-Inspiration: P°Alv>P°Atmosph
-Expiration: P°Alv<P°Atmosph
Poumon=organe principal de la respiration

Mais aussi rôle important d’épuration et de

protection de l’organisme vis-à-vis de

l’environnement avec lequel il est en contact aérien

permanent

Vous aimerez peut-être aussi