Vous êtes sur la page 1sur 42

Accord de Marrakech

and DOHA ROUND


Sommaire:
Historique de l’Accord de Marrakech et naissance de l’OMC.
Activités de l’accord de Marrakech: l’OMC.
L’accord de Marrakech et l’environnement.
Travaux de l’accord de Marrakech (l’OMC).
Le Comité du commerce et de l'environnement:
• Programme de travail du CCE.
• Le mandat de Doha: libéralisation des échanges.
Règles de l’accord de Marrakech et politiques environnementales.
Questions d’actualités concernant l’accord de Marrakech-OMC- et l’environnement.
Historique de l’Accord de Marrakech et
naissance de l’OMC:

Accord de
Les années du GATT Marrakech: naissance
Avant GATT de l’OMC
(1948-1994)
(01 Janvier 1995)
L’harmonisatio
n entre
commerce et
environnement
Objectifs
.
Activités de l’accord de
Marrakech: l’OMC
Libéralisation des biens environnementaux:

• Le fait de réduire ou d'éliminer les obstacles tarifaires et non tarifaires


sur les importations de ces types de produits en fera baisser le prix et
les rendra plus accessibles.

• D'après une récente étude de la Banque mondiale sur le commerce et


les changements climatiques, l'élimination des obstacles aussi bien
tarifaires que non tarifaires sur les technologies non polluantes
pourrait entraîner une augmentation de 14 % des échanges.
• Participants
Australie; Canada; Chine;
Corée; Costa Rica; États-
Unis; Islande; Israël; Japon;
Liechtenstein; Norvège;
Nouvelle-Zélande;
Singapour; Suisse; Taipei
chinois; Turquie; Union
européenne( Quels sont les
pays??? Et l’engleterre
faisait membre??????)
• Archives sur l'Accord sur les biens environnementaux:

 Avancée des discussions dans le cadre du Dialogue sur la


pollution plastique, en vue d’un résultat pour la CM12
21 juin 2021
Objectifs:
• Développer des approches collectives pour les Membres.
• Améliorer l’assistance technique offerte aux pays en
développement, afin de soutenir les efforts déployés au niveau
mondial pour réduire les déchets plastiques.
Exemple du projet des biens environnementaux: Cas du Maroc:

Le Maroc a donné des renseignements sur sa stratégie nationale de lutter


contre la pollution marine par les plastiques, intitulée "Littoral sans
plastique", qui prévoit des initiatives visant à:
• Réduire l'utilisation des sacs en plastique.
• Elargir la responsabilité du producteur des déchets d'emballage.
• Renforcer le financement des infrastructures de recyclage.
Le DG Azevêdo se félicite des progrès
accomplis s’agissant de l’Accord sur les biens
environnementaux:
14 décembre 2015
Lundi (14 décembre), le Directeur général
Roberto Azevêdo s’est félicité de la déclaration
du Président des négociations sur l’Accord sur les
biens environnementaux concernant les “progrès
considérables” accomplis en à peine plus de 18
mois, notant que c’est une contribution
importante que la communauté du commerce
international peut apporter afin de soutenir les
efforts de lutte contre le changement climatique,
au moment où les négociateurs envisagent de se
réengager au début de 2016.
Libéralisation des services environnementaux

• Pendant le Cycle d'Uruguay, les négociations ont été axées sur les
services de voirie, les services d'enlèvement des ordures et les services
d'assainissement qui sont indiqués sous la rubrique des services
environnementaux dans la Classification sectorielle des services
(MTN.GNG/W/120).

• D'autres services environnementaux, généralement considérés comme


relevant de la catégorie “Autres”
Négociations sur l'agriculture et les produits non agricoles : 

• L'élimination des obstacles tarifaires et non tarifaires et la réduction du


soutien à l'agriculture dans les pays développés pourraient déboucher
sur une affectation plus efficace des ressources et de la production
mondiales.
• Les négociations commerciales ouvriront des possibilités
commerciales pour les pays en développement qui pourraient se
traduire par des revenus supplémentaires importants pour ces pays.
• La hausse des revenus pourrait permettre aux pays les plus pauvres de
réduire leur vulnérabilité aux effets des changements climatiques en
investissant, par exemple, dans l'irrigation.
L’accord de Marrakech et l’environnement:

L'OMC contribue à la protection et à la préservation de l'environnement par le biais


de son objectif d'ouverture commerciale, de ses règles et de son mécanisme
d'exécution, des travaux accomplis par ses divers organes et des efforts constants
déployés dans le cadre du Programme de Doha pour le développement.
Le Programme de Doha prévoit des négociations spécifiques sur le commerce et
l'environnement et certaines tâches sont assignées au Comité du commerce et de
l'environnement en session ordinaire.
Travaux de l’accord de Marrakech
(l’OMC):

 Le Comité du commerce et de l'environnement.

 Accord sur les biens environnementaux.


Le Comité du commerce et de l'environnement:

Le Comité du commerce et de l'environnement (CCE) de l'OMC a été institué par la


Décision ministérielle de 1994 sur le commerce et l'environnement.

Doté d'un vaste mandat, il a contribué à l'identification et à la compréhension des


relations entre le commerce et l'environnement, de manière à promouvoir le
développement durable.
• Programme de travail du CCE:

Le Comité du commerce et de l'environnement (CCE) a entamé ses travaux


avec un programme de travail en dix points.
Points 1 et 5:

Règles commerciales, accords environnementaux et différends


Rapports entre les règles du système commercial multilatéral et les mesures
commerciales relevant d'accords environnementaux multilatéraux (AEM), et
entre les mécanismes de règlement des différends respectifs.

Point 2:

Protection de l'environnement et système commercial


Rapports entre les politiques environnementales qui intéressent le commerce
et les mesures environnementales qui ont des effets notables sur le commerce
et les dispositions du système commercial multilatéral.
Point 3:

Qu'en est-il des taxes et autres prescriptions environnementales?

Rapports entre les dispositions du système commercial multilatéral et:

a) les impositions et taxes appliquées à des fins de protection de l'environnement;

b) les prescriptions relatives aux produits établies à des fins de protection de


l'environnement, telles que les normes et règlements techniques et les prescriptions en
matière d'emballage, d'étiquetage et de recyclage.
Point 4:

Transparence des mesures commerciales environnementales:

Une base de données sur l'environnement (BDE)  « documents WT/CTE/EDB/* » et


documents « WT/CTE/W/46, 77, 118, 143 et 195 »a été créée en 1998, pour que le
Secrétariat de l'OMC puisse recueillir et mettre à jour chaque année toutes les
mesures liées à l'environnement que les gouvernements ont notifiées à l'OMC ou
qui ont été signalées dans les examens des politiques commerciales.
Point 6:

Environnement et libéralisation du commerce:


Effet des mesures environnementales sur l'accès aux marchés, notamment pour les
pays en développement et les pays les moins avancés, et avantages
environnementaux de l'élimination des restrictions et distorsions des échanges.

Point 7
Produits interdits sur le marché intérieur
Question des exportations de produits interdits sur le marché intérieur, en particulier
les déchets dangereux.

Point 8
Propriété intellectuelle
Dispositions pertinentes de l'Accord sur les aspects des droits de propriété
intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC).
Point 9

Services
Programme de travail envisagé dans la Décision sur le commerce des services et
l'environnement.

Point 10

L'OMC et les autres organisations:


Contribution à apporter aux organes pertinents de l'OMC pour ce qui est des arrangements
appropriés concernant les relations avec les organisations intergouvernementales et les
organisations non gouvernementales (ONG).
• Le mandat de Doha:
La Déclaration de Doha (2001) contient une section relative aux travaux ordinaires
du Comité.
Elle met l'accent sur l'effet des mesures environnementales sur l'accès aux marchés,
les dispositions pertinentes de l'Accord sur la propriété intellectuelle, les
prescriptions en matière d'étiquetage à des fins environnementales, l'assistance
technique, le partage des connaissances spécialisées pour la réalisation d'examens
environnementaux au niveau national, et les aspects environnementaux des
négociations de Doha.
Le cycle de Doha démarre à la suite de la conférence de Doha ayant eu lieu du 9 au
13 novembre 2001. Il est officiellement lancé le 14 novembre 2001, le lendemain de
la conférence de Doha. Lors de cette conférence, la suppression des subventions
agricoles à l'exportation est définies.
L'essentiel des négociations de Doha portaient sur l'agriculture et sur l'amélioration de
l'accès aux marchés des pays riches pour les produits agricoles des pays en
développement (PED).
Le cycle de Doha, qui s'est conclu sur un échec, les différentes parties n'arrivant pas à
s'accorder, incluait cependant un accord sur les ADPIC (aspects des droits de
propriété intellectuelle qui touchent au commerce).

libéraliser les échanges:


Des négociations sur l'amélioration de l'accès aux marchés et sur divers autres défis à
relever pour le système commercial :
• Amélioration de l’accès aux marchés pour les pays en développement :

Agriculture : basée sur 3 axes de négociation qui ont été mis en évidence lors de la
déclaration commune de la conférence de Doha. Ces 3 axes sont : l'accès aux marchés, la
réduction des subventions à l'exportation et une réduction des mesures de soutien
interne.
Accès aux marchés pour les produits industriels.
Réduction ou élimination des crêtes tarifaires et de la progressivité des droits.
Suppression des autres obstacles non tarifaires.
• Déclaration sur l’Accord sur les ADPIC sur l'accès des pays en développement aux
médicaments.
• Environnement : réduction ou élimination des obstacles tarifaires et non tarifaires visant les
biens et services environnementaux.
Différentes parties du cycle de Doha:

On peut classer, en certains parties différentes, les états ayant négocié au sein de
l'OMC sur ces accords, et n'ayant d'ailleurs pas réussi à trouver un accord:
Les États-Unis ; l'Union européenne ; le Groupe de Cairns (les gros pays
agricoles: Brésil, Argentine, Australie, l'Inde; en tout, 18 pays réunissant 1/4 de
la production agricole mondiale) et les pays du Tiers-monde y compris G20 et G33
(ou, selon la nomenclature contemporaine, les pays les moins avancés (PMA) et
les pays en voie de développement, PVD).
L'échec des négociations tient en premier lieu à l'incapacité pour Washington de
s'accorder avec Bruxelles, Brasilia, Buenos Aires et autres gros pays agricoles,
ayant tout à gagner à une libéralisation du marché agricole.
Peu avant la conférence de Cancún, l'Union européenne, le Canada et les États-Unis
se sont mis d'accord sur une proposition commune. À la suite de cette proposition
un groupe de pays en développement propose une contre-proposition demandant
une réduction bien plus importantes des subventions à l'agriculture notamment des
pays développés. Et un autre groupe de pays en développement, notamment de pays
africains et caribéen, propose lui une moindre réduction des droits de douane en
général que les 2 autres propositions.
Critiques de cycle de Doha:

La FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l'agriculture) a


déclaré en août 2006 que « l’effondrement des négociations commerciales
internationales du cycle de Doha [était] essentiellement dû à une tentative des pays
riches, des corporations et des puissants lobbies d’accaparer des avantages sur
les marchés agricoles », regrettant en outre que les négociations se soient
focalisées sur « le commerce libre, plutôt que sur le commerce équitable ».
Règles de l’accord de Marrakech et politiques environnementales
• Différends concernant l'environnement — GATT/Accord de
Marrakech:

Au titre du GATT (1948-1994), six procédures de groupes spéciaux


comprenant un examen de mesures relatives à l'environnement ou de
mesures relatives à la santé des personnes prises au titre de l'article XX ont
été menées à leur terme. Trois des six rapports n'ont pas encore été
adoptés.
En 1995, la procédure de règlement des différends de l’accord de
Marrakech a remplacé celle du GATT. Depuis lors, trois procédures ont été
menées à leur terme.
À l’accord de Marrakech :
1. Communautés européennes — Mesures affectant l'amiante et les produits en co
ntenant
: L'interdiction , par la France, des importations d'amiante et de produits en contenant,
confirmant quel les Membres de l’accord de Marrakech peuvent assurer le niveau de
protection de la santé et de la sécurité des personnes qu'ils jugent approprié.
2. États-Unis – Prohibition à l'importation de certaines crevettes et de certains
produits à base de crevettes: l'affaire “crevettes-tortues”. Protection de la santé et
la vie des personnes et des animaux et assurer la préservation des végétaux prendre des
mesures de conservation des ressources épuisables.
3. États-Unis – Normes concernant l'essence nouvelle et ancienne formules: Les
États-Unis avaient le droit d'adopter les normes les plus élevées possibles pour protéger
la qualité de l'air dans leur pays dès lors que cela n'établissait pas de discrimination à
l'encontre des importations étrangères.
• Au titre du GATT   :

1. États-Unis – Taxes sur les automobiles, décision non adoptée, rapport distribué le 11 octobre 1994.
Plainte déposée par l'Union européenne.
 
2. États-Unis – Restrictions à l'importation de thon, affaire "thons-dauphins II", décision non
adoptée, rapport distribué le 16 juin 1994. Plainte déposée par les États-Unis.
  
3. États-Unis – Restrictions à l'importation de thon, affaire "thons-dauphins I", décision non
adoptée, rapport distribué le 3 septembre 1991. Plainte déposée par le Mexique, etc.
4. Thaïlande – Restrictions à l'importation et taxes intérieures touchant les cigarettes, décision
adoptée le 7 novembre 1990. Plainte déposée par les États-Unis.
  
5. Canada – Mesures affectant l'exportation de harengs et de saumons non préparés, décision
adoptée le 22 mars 1988. Plainte déposée par les États-Unis.
  
6. États-Unis – Interdiction des importations de thons et de produits du thon en provenance du
Canada,
décision adoptée le 22 février 1982. Plainte déposée par le Canada.
Questions d’actualités concernant l’accord de Marrakech-
OMC- et l’environnement
L’accord de Marrakech-OMC- et changement climatique:

Le changement climatique:

• Le commerce et la politique commerciale peuvent et doivent faire


partie des instruments d'action pour la réalisation d'objectifs
climatiques communs au niveau de l'urgence climatique.
• Le commerce joue un rôle essentiel dans la transition vers une
économie mondiale sobre en carbone et une société plus verte et plus
durable.
Role of the WTO:

The issue of climate change, per se, is not found expressly in the WTO
agreements. However, the goals of sustainable development and
environmental protection are central to the WTO, as captured in the
preamble to its founding charter, the Marrakesh Agreement. The WTO
gives members the opportunity to hold open and informed dialogue on
trade and climate change, to discuss related measures and to share
knowledge and experiences. Trade and climate change policies can
contribute towards climate action while at the same time ensuring
opportunities for economic growth and diversification.
Actual news of climat change:

• L’OMC publie des notes d’information sur le commerce, le climat et les questions
connexes parallèlement aux discussions en cours à la COP26
3 novembre 2021
Le Secrétariat de l’OMC a publié cinq notes d’information sur le commerce, le climat et les
questions connexes en soutien aux efforts visant à mobiliser la politique commerciale
comme élément de solution pour un plan d’action efficace et juste en faveur du climat.
L’accord de Marrakech-OMC- et économie verte:

• Veiller à ce que ces mesures ne constituent pas une forme


de protectionnisme déguisé.
• Examine les efforts faits par l’accord de Marrakech-OMC
pour aider les pays en développement à tirer pleinement
avantage de leur participation au commerce international.
• La contribution que l'aboutissement du Cycle de Doha
pourrait apporter au développement durable.
L’accord de Marrakech-OMC- et développement durable:

Les règles de l’accord de Marrakech visent à soutenir le droit des Membres de l’OMC afin
d’atteindre l’objectif de la protection de l’environnement.
Ainsi, Le développement durable fait partie des objectifs du Cycle de Doha, dernier en date
des cycles de négociations multilatéraux destinés à ouvrir davantage le commerce mondial.
Les négociations peuvent aider à éliminer les mesures qui ont des effets de distorsion des
échanges et qui portent atteinte à l’environnement, et à élargir l’accès aux biens et services
environnementaux en réduisant leur coût.

La contribution du commerce
aux principaux objectifs de
développement durable:
Exemple du projet de développement durable: Cas du Royaume-Uni:

Le Royaume-Uni a présenté ses activités visant à rendre les chaînes


d'approvisionnement plus durables, notamment son travail en tant que co-
organisateur du dialogue sur la forêt, l'agriculture et le commerce des produits de
base tenu dans le cadre de la COP26 en vue de renforcer la collaboration entre
consommateurs et producteurs pour prévenir la déforestation.
Nouvelles concernant l’accord de Marrakech-OMC- et les Objectifs de
développement durable:

Il est fondamental de maintenir l’ouverture du commerce dans le


contexte de la crise liée à la COVID-19 pour atteindre les ODD et
assurer la reprise économique
13 juillet 2020
Dans un rapport présenté au Forum politique de haut niveau des
Nations Unies qui s’est tenu du 7 au 16 juillet, le Secrétariat de
l’OMC souligne que les politiques commerciale, budgétaire et
monétaire sont essentielles pour soutenir le développement
durable au niveau mondial et pour atteindre les Objectifs de
développement durable (ODD) des Nations Unies. Selon le rapport,
dans le contexte de la crise liée à la COVID-19, il sera fondamental
de maintenir l’ouverture du commerce et de favoriser un
environnement économique favorable pour stimuler les
investissements renouvelés nécessaires à la réalisation des ODD.
• Les Membres de l’OMC se préparent à intensifier les
négociations sur les subventions à la pêche en 2020
6 décembre 2019
À la réunion du Groupe de négociation sur les règles qui
s’est tenue du 4 au 6 décembre, les Membres de l’OMC
sont convenus d’un programme de travail visant à
intensifier les négociations sur les subventions à la pêche
en janvier-mai 2020, dans le but de parvenir à un accord
d’ici à juin, à la 12ème Conférence ministérielle. Les
Membres ont aussi reçu des documents de travail et de
nouvelles propositions à étudier avant la reprise des
discussions en janvier.
Bibliographie:
• https://www.investopedia.com/terms/g/gatt.asp
• https://en.wikipedia.org/wiki/Marrakech_Accords
• https://www.wto.org/french/tratop_f/envir_f/climate_intro_f.htm
• https://www.wto.org/french/news_f/archive_f/clim_arc_f.htm
• https://www.wto.org/french/res_f/publications_f/rio20_f.htm
• https://www.wto.org/french/thewto_f/coher_f/sdgs_f/sdgs_f.htm
• https://www.wto.org/french/news_f/archive_f/sdgs_arc_f.htm
• https://www.wto.org/french/tratop_f/envir_f/envir_f.htm
• https://www.wto.org/french/news_f/archive_f/envir_arc_f.htm
• https://www.wto.org/french/tratop_f/envir_f/wrk_committee_f.htm
• https://www.wto.org/french/tratop_f/envir_f/ega_f.htm
• https://www.wto.org/french/tratop_f/envir_f/edis00_f.htm
• https://www.wto.org/french/tratop_f/envir_f/envir_ta_f.htm

Vous aimerez peut-être aussi