Vous êtes sur la page 1sur 35

L’APPAREIL DE FORAGE(RIG)

• Rôle : Accomplir dans les meilleures conditions techniques et de sécurité, la


réalisation d’un puits reliant le gisement à la surface.

• Classification : Deux caractéristiques relativement liées interviennent dans la


classification d’un appareil de forage :
– La capacité de profondeur de forage maximale
– La puissance au treuil
La règle du pouce donne d’une manière pragmatique :
« Pour 100 feet de forage, il faut 10hp de puissance au treuil »
D’ou :
– Appareil léger 4921’ – 6561’ (1500m – 2000m) 650 HP
– Appareil moyen 11482’ (3500m) 1300 HP
– Appareil lourd 19685’ (6000m) 2000 HP
– Appareil super lourd 26246’ – 32805’ (8000m – 1000m) 3000 HP
L’APPAREIL DE FORAGE (RIG)
L’appareil de forage peut être décrit sous forme de deux
catégories de matériel :
– Le matériel de surface :
Cette catégorie est répartie en plusieurs groupes mettant en œuvre l’outil de forage
et assurant la sécurité du puits, ce sont :
• Les équipements de puissance,
• Les équipements de levage,
• Les équipements de rotation,
• Les équipements de pompage et de circulation,
• Les équipements de sécurité.
– Le matériel de fond :
Cette partie regroupe l’ensemble de la garniture de forage (drill stem) :
• Outil de forage (rock bit)
• Masses tiges (drill collars)
• Tiges de forage (drill pipes)
• Équipements auxilliaires
• Raccords divers
L’APPAREIL DE FORAGE (RIG)

Le matériel de surface :
– Les équipements de puissance :
- Moteurs diesel groupe de force
- Génératrices
- Moteurs diesel groupe électrogène
- Alternateurs
- Compresseurs
Ils fournissent l’énergie nécessaire au fonctionnement de la sonde.
L’APPAREIL DE FORAGE (RIG)
– Les équipements de levage: Ils permettent :
- Le contrôle du poids sur l’outil (WOB)
- Les changements d’outils (manœuvres de garnitures)
- La descente des colonnes de casing (tubages)
- Les levées et descentes du mât (DTM)
Ils sont principalement composés de :
- La structure de la tour de levage (mât et ossature )
- Les moufles fixe et mobile(crown and travelling blocks)
- Le crochet de levage (Hook)
- Le treuil de forage (Draw works)
- Le câble de forage (Drilling line)
- Réa
Les équipements de rotation : Ils sont principalement composés de :
- La table de rotation (rotary table)
- Des fourrures (bushings)
- Du carré d’entraînements (kelly drive bushing)
- De la tige d’entraînements (kelly)
- Du raccord d’usure de la kelly (kelly saver sub)
- De la tête d’injection (swivel)
Ils assurent la rotation de l’outil de forage (RB) par l’intermédiaire du train de sonde.
L’APPAREIL DE FORAGE (RIG)
– Les équipements de pompage et de circulation : Ils sont principalement composés de :
- Bacs à boue (mud tanks) + équipements
- Mixeurs
- Agitateurs (hélico mélangeurs)
- Mitrailleuses de fond et de surface (agitateurs hydrauliques)
- Tamis vibrants (shake shakers )
- Dessableurs
- Déssilteurs
- Mud cleaner
- Centrifugeuses
- Dégazeur
- Les clay-ejectors
- Les goulottes
- Les pompe à boue (mud pumps ) + accessoires
- Amortisseurs de pulsation
- Soupapes de décharge (ou de sécurité )
- Les conduites d’aspirations et vannes
- Le flexible d’injection
Ces équipements assurent la fabrication , la pompage et la circulations ainsi que le traitement
mécanique des fluides de forage .
L’APPAREIL DE FORAGE (RIG)
– Les équipements de sécurité : Les équipements de sécurité assurent la sécurité
du puits en cas de venue et sont constitués de :
- La tête de puits
- L’accumulateur de pression
- Le manifold de duses
- Les vannes de sécurité ( Gray valve, kelly valve lower et upper, drop in check
valve,)
• Le matériel de fond :
Cette partie regroupe l’ensemble de la garniture de forage (drill stem)
- Outil de forage (Rock bit) RB
- Masses tiges (Drill collars)
- Tiges de forage (Drill - pipes)
- Équipements auxiliaires
- Raccords divers
Le matériel de surface
– Les équipements de puissance (force motrice) :
Sur un appareil de forage, la force motrice assure les fonctions levage, rotation,
pompage, éclairage et auxiliaires.
La force motrice est constituée d'un ensemble de génératrices ou d’alternateurs
entraînés par des moteurs diesel. Dans ce dernier cas, le courant alternatif produit
est redressé avant alimentation des moteurs à courant continu.

Système AC-DC : Les diesels entraînent des génératrices à courant continu


produisant du courant continu pour alimenter les moteurs à courant continu
d’entraînement des machines (treuil, table de rotation et pompes de forage),
dans ce cas un groupe électrogène est nécessaire pour fournir le courant
alternatif qui servira pour les accessoires et l’éclairage.

Système AC-AC : Les diesels entraînent des alternateurs qui produisent du courant
alternatif, une partie du courant produit sera redressée (transformée en courant
continu) dans la centrale SCR pour alimenter les moteurs à courant continu
d’entraînement des machines (treuil, table de rotation et pompes de forage), le
reste du courant alternatif servira pour les accessoires et l’éclairage. Un groupe
électrogène de secours (emergency engine) servira en cas de problème sur les
groupes de force d’assurer l’éclairage et certaines fonctions accessoires.
Le matériel de surface
– Les équipements de levage:
- La structure de la tour de levage (mât et ossature ) :
Rôle
La mât de forage permet :
- La manœuvre de remontée et descente du train de sonde.
- Le stockage du train de sonde après sa remontée.
- La descente des colonnes de casing.
Différents types
Ils peuvent être du type qui ne se démontent pas pour le déménagement [moving] mais
se rabattent sur camion ou remorque, ce sont généralement des mâts télescopiques avec
haubans conçus pour les forages de faible et moyenne profondeur ou pour le work over;
ou de celui qui se démontent en un petit nombre de tronçons (généralement 4 à 5)
identiques aux anciens derricks
Caractéristiques des mâts
Hauteur : mesurée entre le plancher et le bas de la passerelle du moufle fixe.
Capacité API : c'est la capacité maximale au crochet, pour un mouflage donné,
 en l'absence de gerbage et du vent.
La relation entre la capacité API et celle au crochet est donnée par la formule suivante :
Cc = ( CAPI - P ) x N / ( N + 4 )
Avec : Cc = capacité au crochet, CAPI = capacité API
N = nombre de brins P = poids du mât + moufle fixe
La capacité réduite au crochet, elle, tient compte du gerbage et du vent et s'exprime en
pourcentage de la capacité API.
Le matériel de surface
- Les moufles fixe et mobile(crown and travelling blocks):

Les moufles fixe et mobile sont des ensembles de poulies à gorges, de grand
diamètre, en acier moulé tournant indépendamment les unes des autres sur un
arbre par l’intermédiaire de roulements à rouleaux ou à billes. Les moufles fixes et
mobile forment avec le treuil et le réa : Le mécanisme de levage ou palan de
levage
Définitions :
- Le mouflage est l’ensemble des différentes boucles de câble de forage intercalées
entre le treuil et le point fixe et reliant les moufles fixe et mobile.
- Faire le mouflage est le travail qui consiste à installer dans le mât de façon à
pouvoir déplacer le moufle mobile à l’aide du treuil.
- Le démouflage est l’opération inverse, c'est-à-dire qui consiste à enlever le câble.
- On dit qu’un mouflage est à 4, 3, 8 ,10 ou 12 brins lorsque le nombre de boucles
est de : 2,3,4,5 ou 6 .
- Le nombre de brins du mouflage peut varier de 4 à 14.
- Le brin actif (mobile) est le câble qui relie le tambour de treuil au moufle fixe.
- Le brin mort est le câble qui relie le moufle fixe au réa.
Buts du mouflage :
- Démultiplier la charge.
- Démultiplier la vitesse.
Le matériel de surface
- Le crochet de levage (Hook) :
Il est suspendu directement au moufle mobile ou intégré à celui-ci. Il comprend le
« crochet » proprement dit, sur lequel vient reposer pendant le forage l’anse de
la tête à injection et deux latérales pour la suspension des bras d’élévateur
utilisés en manœuvres (Links).

Il comporte un système amortisseur (ressort) qui limite les chocs à la reprise de la


charge aux dégagements et facilite le vissage des connexions.

Un système de roulement à brilles permet la rotation du crochet autour de son axe


sans entraîner le moufle mobile . Un système de verrouillage (actionné
manuellement avec une perche spéciale) limite en partie cette rotation
Le matériel de surface
- Le treuil de forage (Drawworks)
Définitions & rôles
Le treuil de forage est l’organe principal de la sonde; par sa capacité il caractérise
le rig en indiquant la profondeur de forage que peut atteindre l’appareil de forage).
Le treuil regroupe un ensemble d’éléments mécaniques et assure plusieurs fonctions :
- Les manœuvres de remontée et de descente (levage) du train de sonde à des
vitesses rapides et en toute sécurité, ce qui constitue sa principale utilisation.
- L’entraînement de la table de rotation quand celle-ci n’est pas entraînée par un
moteur indépendant .
- les vissages et dévisages du train de sonde ainsi que les opérations de curage.
Différentes parties mécaniques
– Le tambour de manœuvre :
Monté sur l’arbre principal de treuil, le tambour de manœuvre permet l’enroulement et
le déroulement du câble de forage suivant que l’on remonte ou descende le train de
sonde. Il peut être lisse mais plus généralement cannelé, ce qui permet un
enroulement correct et réduit le risque d’écrasement du câble.
Des deux côtés du tambour figurent des rouleaux qui évitent l’usure par frottement du
câble sur les joues du tambour.
Le matériel de surface
– Le frein principal : Il est mécanique à bandes de type auto-serreur.
Description : Il est constitué de deux bandes métalliques circulaires équipées
de garnitures (patins) reliées aux bandes par des boulons à têtes fraisées.
Ces bandes sont reliées par une barre d’équilibrage qui répartit les forces entre
les deux bandes et réduit ainsi l’usure des patins.
Chaque bande enveloppe une jante de grand diamètre rivetée sur la joue du
tambour.
La surface de ces jantes est généralement cémentée afin de résister à l’usure.
Une circulation d’eau à l’intérieur des jantes dissipe la chaleur dégagée.
Le matériel de surface
- Le câble de forage (Drilling line)
Constitution
L’élément de base d’un câble est le fil d’acier calibré , c'est-à-dire ayant un diamètre bien constant.
Un certain nombre de fils torsadés ensemble donnent un toron. Plusieurs torons enroulés
ensemble en hélice autour d’une âme centrale constituent le câble.
Le fil d’acier
Dans la constitution du toron , donc également du câble , peuvent entrer des fils de même diamètre
mais plus généralement de diamètres différents .Un câble est plus ou moins souple, suivant
qu’il est formé de fils plus ou moins fins. Il résiste d’autant mieux à l’usure par frottements que
les fils de la couche extérieure sont d’un diamètre plus grand. Les fils d’un câble sont parfois
galvanisés quand, pour des utilisations, on veut les protéger contre la corrosion (haubans).
L’âme Centrale
Elle peut être métallique ou textile. Une âme métallique donne une résistance plus élevée au
câble .Une âme textile (en chanvre ou sisal) lui donne plus de souplesse et sert de réservoir à
graisse pour les fils.
Les torons
Il existe plusieurs types de torons :
- Torons ordinaires
Tous les fils du toron sont de même diamètre et chaque couche de fils a six de plus que la
précédente.
- Toron seal
Toutes les couches ont le même nombre de fils ou au moins les deux couches extérieures.
- Toron Warrington
Le nombre de fils sur chaque couche est le double de la précédente. La couche extérieure
comporte des fils de remplissage.
- Toron filler
Les couches internes ont des fils de remplissage.
Le matériel de surface
Sens de toronnage et de câblage
Les fils dans un toron (ou les toron dans le câble) peuvent être torsadés dans un sens
ou dans le sens opposé.
Caractéristiques de désignation
Dimensions nominales
Elle s’exprime en mm ou en pouces et elle est représentée par le diamètre intérieur d’une
bague qui entourerait exactement l’ensemble des torons ou par la distance reliant
extérieurement deux torons opposés.
Le type de câble
Le type de câblage est indiqué par deux nombres:
- Le premier donne le nombre de torons.
- Le deuxième donne le nombre de fils dans le toron. Exemples 6x7, 6x19.
– Le type de l’âme
- Métallique
- Textile
– Le sens de câblage et de tournage
- Normal à droite ou normale à gauche
- Lang à droite ou lang à gauche
– Le nuance d’acier
- Supérieure
- Ordinaire
- Douce
– La charge de rupture effective
Elle s’exprime en tonnes et dépend de la nuance d’acier utilisée
Exemple : câble de forage 1’’1/4 : 58T, 1’’1/8 : 48T, 1’’ : 38T
Le matériel de surface
– Le poids unitaire
Il s’exprime en kg/m
– La longueur
Elle s’exprime en mètres

Les câbles couramment utilisés sur les chantiers de forage sont :


- Câble de forage 1’’, 1’’1/8 ,1’’1/4,1’’3/8
- Câble de retenue des clés 5/8’’
- Câble de suspension des clés 3/8’’
- Câble de tirage des clés 1/2’’
- Câble de levage des mats 1’’1/2 et plus

- Le point fixe (Réa)


- C’est le point d’ancrage du câble de forage (brin mort)
- Il mesure la tension du câble. (Lecture sur MARTIN DECKER)
- Il permet l’introduction dans le système d’une certaine longueur de câble neuf afin de
déplacer les points d’usure sur les poulies des moufles .Cette opération de filage
suivie par la suite d’une coupe permet la longévité du câble.
Le matériel de surface
- Le Crown-o-matic :
C’est un dispositif de sécurité, le Crown-o-matic permet le freinage automatique du treuil
vers le haut pour éviter le bloc à bloc.
- Le twin stop :
C’est un dispositif de sécurité, qui permet le freinage automatique du treuil vers le haut et
vers le bas.

- Le frein auxiliaire :
La capacité de freinage du système à bandes n’est pas suffisante lorsque les plus lourdes
charges sont descendues dans le puits.
C’est pourquoi sur tous les appareils de forage il est adjoint un autre frein dit «  auxiliaire »
ou ralentisseur de charge destiné à absorber la plus grande partie de l’énergie.
Positionné dans le prolongement de l’arbre tambour de manœuvre, il est accouplé à ce
dernier par un embrayage à clabot ou à denture (ou pneumatique).
Le frein auxiliaire peut être :
• Hydraulique de type parkers burg.
• Electro-magnétique de type El-magco.
Le matériel de surface
• Le frein électromagnétique : Du point de vue forme et disposition , il ressemble au
frein hydraulique, mais son fonctionnement est électrique.
Ce frein comprend un stator muni de bobines et un rotor.
Ces bobines sont alimentées d’un courant continu à travers un rhéostat qui fait varier
l’intensité de freinage et deviennent des aimants créant un champ magnétique. Le
rotor en tournant dans ce champ devient le siége des courants de FOUCAULT.
Ainsi, il se crée une force de freinage entre les bobines et le rotor.
Cette force de freinage varie proportionnément à l’intensité du courant contrôlé par le
rhéostat et commandé par le maître sondeur
A l’intérieur de ce frein, circule une eau qui dissipe la chaleur produite. Ne doit pas être
utilisé en forage, mais seulement en manœuvre.
- L’arbre tambour de curage et les cabestans:
Le tambour d curage et des cabestans sont montés sur un même arbre situé à la partie
haute du treuil.
Le matériel de surface
• Le tambour de curage : De conception sensible identique au tambour de
manœuvre, il est utilisé pour les opérations spéciales dans puits.

• Les cabestans : Il est constitué d’un tambour coulissant et d’une poupée clavetée
sur l’arbre. La rotation du tambour est obtenue par un embrayage pneumatique qui
plaque le tambour sur un disque de friction.

Les cabestans ont deux fonctions :


• Le vissage et dévissage du train de sonde à l’aide des clés.
• La manutention des charges sur plancher et alentours.
Le matériel de surface
- La boite de vitesses :
Intégrée au treuil ou positionnée sur la première section de la transmission (arrière de
treuil ) , la boite de vitesse permet pour des vitesses de rotation données des
moteurs, d’entraîner les différents arbres du treuil à des vitesses. Les équipements
de levage diverses et dans les deux sens.
- Les embrayages : On distingue deux type d’embrayages :
• Embrayages mécaniques.
• Embrayages pneumatiques
Le matériel de surface
 LES EQUIPEMENTS DE POMPAGE DE CIRCULATION
- Les pompes à boue (mud pumps): Élément principal du circuit, la pompe à boue est une
pompe alternative à pistons.
Entraînée par un moteur Diesel ou des moteurs électriques, elle aspire la boue des bassins et la
refoule dans le puits.
Elle doit être assez puissante pour vaincre tous les frottements du fluide depuis l’injection
jusqu’au retour en surface.
Constitution : une pompe a boue se compose de deux parties :
La partie mécanique : sert à transformer le mouvement de rotation reçue par la
transmission (moteur) en un mouvement alternatif communiqué aux pistons.
La partie hydraulique : C’est le logement des pièces d’usure. Elle comprend deux ou trois
« corps » (selon le type de pompe) dans lesquels sont montées des chemises.

Dans chaque chemise se déplace (mouvement alternatif) un piston relié par une tige de
piston à la partie mécanique.
Ce piston aspire le fluide par la conduite d’aspiration et clapet d’aspiration puis le refoule
dans le circuit à travers le clapet de refoulement.
Le matériel de surface
• L’amortisseur de pulsation:
Une pompe à boue fournit un débit instantané irrégulier, ce qui oblige l’installation sur la
colonne de refoulement d’un amortisseur de pulsation qui « régule » le débit et évite
les chocs et coups de bélier dans les canalisations.
Il est constitué d’un corps en acier moulé à l’intérieur duquel on trouve une membrane en
caoutchouc synthétique préchargée d’azote.
• Soupape de sécurité :
Une pompe à boue doit être équipée d’une soupape dite de sécurité appelée également
soupape de décharge ou de limitation de pression qui est tarée selon le chemisage
de la pompe.
A une pression limite, la soupape s’ouvre (se déclenche) et laisse passer la boue vers les
bacs à travers une conduite de décharge, se qui évite ainsi les accidents.
Le matériel de surface
- Les bacs à boue (mud tanks) :
Une installation de forage, on distingue :
• Les bacs de circulation : Ce sont des bassins métalliques dans lesquels la boue peut
être fabriquée, maintenue en agitation, aspirée par les pompes de forage et peut y
revenir par la goulotte. Leur volume varie de 15 à 50 m3 selon l’installation.
• Les bacs de réserve :
* Ils permettent soit de maintenir une boue neuve en attente, soit de stocker une boue
déjà utilisée.
* Ils sont munis d’un système d’aspiration et d’agitation.
* Leur volume est généralement supérieur à celui des bacs de circulation (50 m3 ).
• Les bacs de décantation :
Ils sont souvent limités aux bacs situés sous ou immédiatement après les tamis vibrants.
Leur volume est voisin de celui des bacs de circulation. Ils sont séparés en deux
compartiments dont l’un, le plus des tamis, et fréquemment équipé en sablière.
Ils ne possèdent pas de système d’aspiration ni d’agitation. C’est dans ces bacs que la boue
dépose les particules moins grosses passées à travers les tamis vibrants.
Le matériel de surface
• Les bacs de traitement :
Ils sont destinés à la fabrication de solutions traitantes, de bouchons de colmatants etc.
Ils sont munis d’un circuit de mixing permettant la fabrication et l’agitation. Leur volume
est généralement supérieur à 15 m3
La tête d’injection (Swivel) :
Elle constitue la liaison entre la garniture de forage qui tourne et le reste de l’installation
qui reste fixe.
Elle permet l’injection des boues de forage dans le train de tiges et supporte le poids de
l’ensemble de la garniture.
Elle comporte une partie fixe qui reçoit à sa base une butée à rouleaux coniques de
grande capacité. Elle est munie d’une anse de grande dimension permettant de la
suspendre au crochet du moufle mobile.
La partie tournante alésée se raccorde à la tige d’entraînement par un filetage à gauche.
La partie fixe et le col de cygne sur lequel vient se visser le flexible d’injection sont réunis
par un tube d’usure s’engageant dans un presse-étoupe qui assure l’étanchéité
(wash-pipe)
Le matériel de surface
- Les moyens de fabrication et de traitements mécaniques de la boue de forage

– Les tamis vibrants (Shale shakers)


Les tamis vibrants dont le rôle est de séparer les déblais de la boue comportent un ou deux
châssis portant des toiles métalliques spéciales.
Ces châssis sont montés sur un bâti par l’intermédiaire de ressorts ou de tampons de
caoutchouc .
La boue sortant du puits est distribuée sur les toiles par une goulotte de réparation.
Le passage de la boue à travers les toiles est rendu possible par une vibration rapide
imprimée au châssis.
Cette vibration est obtenue à l’aide d ‘un arbre balourd monté sur deux paliers solidaires du
châssis.
Les vibrations éliminent les cuttings de l’ordre de 70µ et plus.
– Les dessableurs
Ce sont des hydro cyclones utilisés soit seuls,soit groupés en batteries de 2,4,ou 8 cônes
accouplés au circuit basse ou haute pression de mixing ou montés indépendamment du
circuit.
Leur rôle est d’éliminer les particules solides de la boue ayant pu s’infiltrer à travers les tamis
vibrants et qui sont de l’ordre de 80µ.
Le matériel de surface
– Les dessilteurs
Ils ne différent des dessableurs que par leur pouvoir de séparation accru (et par leur
diamètre).
Les dégazeurs
Lors du passage dans le puits,la boue peut se changer de fluides gazeux venant des
formations.
Il est indispensable de débarrasser la boue du gaz qu’elle contient car une boue gazée
diminue de densité et ne peut donc offrir une résistance aux pressions venant du puits.
L’opération de dégazage est assurée par les dé gazeurs.
– Les centrifugeuses :
Ce sont des appareils conçus pour récupérer la baryte et éliminer les impuretés tout en
diminuant la densité de la boue.
– Les clay-jectors
Ils éliminent les solides légers de la boue en circulation ainsi que les contaminants
chimiques tout en conservant la baryte.
On peut les utilisés pour traiter la boue en réserve, récupérer la baryte et la réutiliser à
l’alourdissement de la boue en circulation.
Le matériel de surface
– Les mixers (mélangeurs hydrauliques) :
L’addition des produits pulvérulents de boue se fait dans un entonnoir surmontant un
collecteur dans lequel un jet de boue circule.
Les produits secs, amenés par sacs à cadence élevée, se trouvent entraînés par le jet
de la boue dû à la duse du collecteur sous l’effet d’une pompe centrifuge entraînée
par un moteur électrique.
– Les agitateurs à hélices (hélico-mélangeur)
Ce sont des mélangeurs à palettes qui, actionnés chacun par un moteur électrique,
brassent la boue dans les bacs pour la maintenir toujours homogène.
– Les mitrailleuses (agitateurs hydrauliques) :
– Les mitrailleuses de fond orientables.
Reliées aux pompes par une canalisation, elles permettent, grâce à leur fixation
articulée, de diriger un jet de boue violent dans les diverses parties du bac pour
éviter le phénomène de sédimentation.
– Les mitrailleuses de surface : De même conception que les précédentes,
elles permettent un balayage important des bacs.
Elles sont commandées manuellement.
Le matériel de surface
 LES EQUIPEMENTS DE ROTATION
- Table de rotation (Rotary table) :
Rôle:
La table de rotation a deux rôles :
En cours de manœuvre elle supporte le poids du train de sonde par l’intermédiaire de coins
coniques de retenue (cales).
En cours de forage ,elle tourne (à droite c’est à dire dans le sens des aiguilles d’une montre
et fait tourner le train de sonde par l’intermédiaire d’une fourrure à passage carré,du
carré d’entraînement et de la tige d’entraînement.
- Les fourrures (bushings) :
La partie tournante de la table transmet le mouvement de rotation au carré d’entraînement
par l’intermédiaire de la fourrure principale (Master bushings)
Un jeu de deux fourrures coniques et interchangeables relie la fourrure principale aux coins
de la retenue (slips) pendant la manœuvre et l’ajout de simple.
- Le carré d’entraînement (kelly bushing) :
Il assure la liaison entre la fourrure principale et la tige d’entraînement et entraîne en rotation
la garniture tout en déplaçant de haut en bas la tige d’entraînement
Il comporte un corps en acier moulé s’adaptant dans la fourrure principale dans le quel sont
montés quatre (généralement) ou six rouleaux axés horizontalement..
Ces rouleaux sont interchangeables selon le diamètre et la forme de la tige d’entraînement.
Le matériel de surface
 Le matériel du Plancher
- Les clés de forage
Ce sont des clés spéciales à mâchoires interchangeables utilisées pour le blocage et le
déblocage des drill-pipes,des drill-collars des casings,des tubings etc.
Les plus employées sont les clés américaines de marque: BJ(BYRON JACKSON) et
WW(WEB WILSON).
Description
Une clé de manœuvre se compose essentiellement d’un bras de suspension ,d’un levier ou
manche au bout duquel sont articulées des mâchoires .
La clé fait prise sur la tige ou le tube par l’intermédiaire de peignes insérés dans les rainures
des mâchoires et maintenus par des goupilles.
Une vis de réglage permet l’équilibrage en bonne position. Les mâchoires sont
interchangeables pour l’adaptation sur différents diamètres.
Les clés de manœuvre sont suspendues dans le mât à un câble dit de suspension et un
contre poids.
Elles doivent être retenues par des câbles dits de retenue ou sécurité
- La clé automatique : Équipée de moteur hydraulique ou pneumatique, elle permet le
vissage et le dévissage des tiges de forage sans utiliser la chaîne d’où gain de temps et
sécurité des mains.
Remarque : L’utilisation de la chaîne est interdite depuis 1981.
Le matériel de surface
- Les coins de retenue ou cales (SLIPS)
Définition et rôle : Ils servent à maintenir la garniture dans la table de rotation quand on ne se
sert plus du moufle en manoeuvre ou en ajout de simple.
Description : Ils sont constitués de deux ou trois ou plusieurs parties coniques assemblées par
charnières et comportant des rainures où sont enfilés des peignes. Ils comportent en
général trois poignées pour la manipulation.
Remarque : Il existe plusieurs modèles et dans chaque modèle plusieurs types selon le
diamètre et la capacité.
- Le collier de sécurité ( SAFETY-CLAMP).
Description et rôle : Pour certaines manœuvres de pièces complètement cylindriques, (drill-
collars, carottier) il est nécessaire de prendre des précautions pour que celles-ci ne
puissent pas glisser à travers les cales.
Ce risque est surtout à craindre quand la colonne à supporter est de faible poids car, dans ce
cas les cales n’appuient pas fortement contre la tubulaire manipulé. On est donc amené
avant de décrocher l’élévateur, à placer sur le corps du drill-collar ou du tube à quelques
cm au dessus des cales, le collier de sécurité.
Celui-ci est constitué de plusieurs éléments assemblés par charnières qui portent de petits
coins (peignes) poussés normalement vers le haut par un ressort intérieur.
On le ferme en vissant et bloquant son écrou à l’aide d’une clé spéciale.
On peut ajouter ou enlever des éléments suivant de diamètre du tubulaire à supporter.
Le matériel de surface
- Les élévateurs :
Pour saisir rapidement (en manœuvre) les tiges de forage, les drill-collars, les casings,
les tubings etc. on se sert d’élévateurs.
Différents types :
• On distingue deux grandes catégories d’élévateurs :
- Élévateurs à ouverture centrale.
- Élévateurs à ouverture latérale.

Dans chaque catégorie, on trouve plusieurs types suivant leur capacité et la nature des
tubes qu’ils peuvent saisir.

- Le kelly spinner :
c’est un dispositif semblable dans son principe à une clé automatique. Il sert au vissage de la
tige d’entraînement sur la tige de manœuvre dans le mouse hole et sur les tiges qui sont
dans le puits.

On évite ainsi l’usage de la chaîne de vissage d’où, gain de temps et sécurité des mains.
Le kelly spinner est placé à la base de la tête d’injection et est entraîné par un moteur
hydraulique ou pneumatique.
Le matériel de surface
Le treuil à air :
Définition et rôle : C’est un dispositif à commande pneumatique, solidement fixé
au plancher et assurant la manutention des charges ( outils, DP, DC ET TC)
Les têtes de levage :
Définition et rôle : Pour soulever une tige de forage, un drill-collar, un outil de
forage au treuil à air (cabestant) ou parfois même au moufle, il est recommandé
d’utiliser des têtes de levage.
Utilisation :
• Leur filetage doit être du même type et même dimension que celui du tubulaire à
soulever.
• Nettoyer, graisser, visser et bloqué suffisamment à la main.
• Leur éviter les chocs.
• Les ranger soigneusement après utilisation
Le matériel de surface
- Table de tubage ou casing spider
Pour la manutention des colonnes à manchons légères à moyennement lourdes ,on
utilise généralement des élévateurs à porte à ouverture latérale ( side-door élévators)
et quelques fois pour les colonnes dépassant pas 7 ,, , des élévateurs à ouverture
centrale (center-latch élévators) .
Pour les colonnes lourde ou les colonnes sans manchons on emploi des élévateurs à
coins

Remarque: T = 0,907 Tonnes- Force

BJ et VARCO, fabricant des élévateurs à coins pouvant être utilisés comme


élévateurs ou table de tubage.

Ces élévateurs (slips élévators spider) existant en 5 catégories:


175 T; 350 T; 500T; 750T; 1000 T; ( Une tonne = 0.907 Tonne-force)
Chaque modèle permet de couvrir une gamme importante de diamètre en utilisant des
jeux de coins appropriés.
De 2,, 3/8 à 7 5/8 ; De 4 ½ à 13 3/8 ; De 4 ½ à 10 ¾ ; De 11 ¾ à 20 ,, et plus .
Le matériel de fond
- La garniture de forage :
Définition
La garniture de forage ,plus communément appelé train de sonde ,est l’ensemble des équipements
suspendus au crochet du moufle mobile par l’intermédiaire de la tête d’injection.
Selon l’opération à réaliser , donc selon la composition du Botton Hole Assembly ( BHA), on distingue
plusieurs types de trains de sonde:
- Train de forage ou garniture de forage
- Train d’alésage
- Train de repêchage
- Train de surforage
- Train de test

Composition
Le train le plus simple destiné au forage comprend à partir du fond :
– L’outil de forage ou ROCK_ BIT (RB) ou trépan
– Le raccord porte – outil
– Les masses – tie ou Drill_collars ( DC)
– Des tiges de forage ou DRILL –PIPES (DP)
– La tige d’entraînement ou KELLY
Le matériel de fond
• Remarque
Parfois pour des raisons diverses en rapport avec la travail à effectuer, aux
opérations spéciales à réaliser ou aux risques auxquels on est exposé,on est
amené à ajouter certains équipements supplémentaires tel que :

– Des aléseurs
– Des stabilisateurs
– Un Shock-Sub ou Shock absorber
– Des coulisses de battage
– Des raccords divers
– Des protecteurs de tiges et de tubage

Vous aimerez peut-être aussi