Vous êtes sur la page 1sur 22

Cours magistral

Management II

Semestre 2 : Economie et Gestion

Assuré par : Professeur H. LECHHEB

Année universitaire: 2020- 2021


Objectifs du Management II


Définir le processus de management

Expliquer le rôle du manager

Analyser les différents styles de direction

Comprendre les différentes écoles de pensée en management
Plan du cours
Partie I : Concept du management 
1- Définitions du management
2- L’entreprise et son environnement
Partie II : Principes du management, rôles du manager et
styles de direction
1- Processus du management
2- Rôles du manager
3- Styles de direction
Partie III :Ecoles de pensée en management
Définition de l’entreprise


« L’entreprise est une unité économique autonome disposant
de moyens humains et matériels qu’elle combine en vue de
produire des biens et services destinés à la vente . »
( G.BRESSY et C.KONKUYT ,2000)
Définition de l’entreprise (suite)
L’entreprise est à la fois :

- Une organisation technique : elle produit des biens et services à partir d’une combinaison de

moyens ;

- Une organisation économique : la création et la répartition de la valeur est une finalité

centrale de l’entreprise ;

- Une organisation sociale : une cellule sociale et humaine, l’entreprise est composée de 3

acteurs principaux : Apporteurs de capitaux ,Dirigeants et Salariés.


Evolution de la notion entreprise

1- L’entreprise «  boîte noire »

Les théoriciens de l’entreprise capitaliste (XIXème siècle)
n’ont pas pris en compte immédiatement l’élément humain
dans l’organisation de l’entreprise. La théorie économique
néoclassique considère la firme comme une « boîte noire »
c’est un acteur dont les objectifs (maximisation du profit) et
les contraintes (capacités technologiques) sont des données.
Evolution de la notion entreprise ( suite )
2- L’entreprise est une organisation

L’entreprise est une organisation mettant en œuvres différents moyens dans le


but de produire et commercialiser des biens et services.
L’entreprise devient une réalité humaine parce qu’elle regroupe un ensemble
d’individus disposant d’une autonomie de décision selon se place dans la
hiérarchie de l’entreprise. Elle n’est plus une « boîte noire » mais une structure
sociale, elle devient une organisation. Ce terme désigne un ensemble de
personnes regroupées en vue d’attendre certains buts. Il faut donc des structures
des procédures, de communication et de contrôle pour coordonner les tâches et
le travail des individus.
Evolution de la notion entreprise ( suite )

3- L’entreprise est un système

L’étude de l’entreprise comme étant un système est


l’approche systémique. Elle repose sur la notion de
système. Celui-ci a été défini en 1951 par Ludwig Von
Bertalanffy comme « un ensemble d’éléments en
interaction ».
Fonctions de l’entreprise
On peut définir la fonction comme un assemblage de
personnes et de moyens de spécialités similaires
effectuant des services ou des opérations complexes
(tâches) de même nature et qui visent le même objectif
dont la réalisation est nécessaire à la vie de
l’entreprise.
Fonctions de l’entreprise ( suite )
C’est Fayol qui s’est intéressé le premier vers 1910 à un regroupement des activités essentielles

en fonctions. Il distinguait les six fonctions :


1- Administrative: prévoir, organiser, commander, coordonner, contrôler
( P.O.C.C.C).
2- Commerciale: (acheter et vendre)
3- Technique:  (produire et transformer)
4- Financière: (rechercher et gérer les capitaux)
5- Comptable: (enregistrer les données comptables)
6- Sécurité:  (protéger les biens et les personnes, GRH, entretien et
maintenance)
Structures de l’entreprise
Toute organisation nécessite une structure. La répartition en
fonctions et services au sein d’une entreprise apparaît dans le
cadre de cette structure. (Selon Mintzberg, la structure d’une
organisation peut être définie comme la "somme totale des
moyens employés pour diviser le travail entre des tâches
distinctes et pour ensuite assurer la coordination entre ces
tâches.")
Types de structures

1. La structure hiérarchique :
C’est la structure de type militaire, préconisée par Fayol. Elle se présente sous une forme
pyramidale. La hiérarchie est constituée par "la série des chefs" et la voie hiérarchique est le
chemin que suivent les communications passant par tous les degrés.

Les principes de la structure hiérarchique :


- Chaque salarié ne dépend que d'un seul supérieur hiérarchique.
- Chaque individu est responsable de tous ceux qui sont placés au-dessous de lui.
- Chacun des exécutants ne connaît qu'un seul chef.
- Chaque chef de service n'est responsable que de ce qui se passe dans son service et n'a d'autorité
que dans son service.
Types de structures ( suite )
2. La structure fonctionnelle :

Contemporain de Fayol, Taylor critiqua la structure hiérarchique. En effet dans ce


schéma un subordonné dépend d’un seul chef pour la totalité, de son activité. Ce
supérieur doit donc avoir des connaissances très étendues, excédant fréquemment la
capacité d’un seul homme. Taylor proposa donc l’adoption d’une structure
fonctionnelle dans laquelle chaque subordonné dépend de plusieurs chefs, chacun d’eux
ayant une autorité limitée à sa spécialité appelée autorité fonctionnelle.
Types de structures ( suite )
3. La structure staff and line ( ou hiérarchico-fonctionnelle) :

Cette structure est un système qui cherche à cumuler les avantages et à éliminer les
inconvénients du modèle hiérarchique et de la structure fonctionnelle. C’est pourquoi
qu’elle est souvent connue en France sous le nom de structure hiérarchico-fonctionnelle.

Elle repose sur deux principes :

- l’unité de commandement : le pouvoir appartient à des chefs hiérarchiques qui sont


en "Line" (lignes hiérarchiques) et qui disposent d’une autorité générale.

- la spécialisation : des responsables qui conseillent, mais qui ne décident pas. Ils
observent et sont au "staff" (état-major).
Types de structures ( suite )
4. La structure divisionnelle :

Alors que la structure fonctionnelle s'adapte assez bien aux entreprises


qui ne fabriquent qu'un seul type de produits ou tout au moins des
produits différents mais pouvant être fabriqués à partir des mêmes
matières premières, la structure divisionnelle s'adapte mieux aux
entreprises de grande taille dont la production est très diversifiée. Les
activités de chaque fonction apparaissent en effet beaucoup trop
disparates pour adopter une structure fonctionnelle, on préfère alors une
structure par produits ou structure divisionnelle.
Types de structures ( suite )
5. La structure matricielle :

Cette structure a été décrite par Jay Galbraith en 1970. Pour cet auteur, l’accroissement du volume
des informations qu’une organisation doit traiter pour prendre des décisions, conditionne
l’évolution de sa structure. Généralement, dit-il, les organisations se structurent à partir des
fonctions. Or une telle structure se trouve vite dépassée parce qu’elle ne tient pas compte de la
stratégie (produits ou projets). Aussi propose-t-il un schéma structurel qui développe des relations
latérales privilégiant la stratégie mise en place. Les relations latérales (collaboration) sont celles
qui se développent entre les différents chefs du projet (ou produit) et les différentes directions.

La structure matricielle repose sur :


- des unités fonctionnelles qui disposent du matériel, du personnel et qui sont au service des
unités divisionnelles.
- des unités divisionnelles qui s’intéressent à la réalisation d’une tâche déterminée (produit,
activité, projet…) en faisant appel à l’assistance des unités fonctionnelles.
Une structure matricielle repose sur le principe de dualité au niveau
du contrôle et de la gestion. La structure de l’entreprise se fait selon
deux niveaux - opérationnel et fonctionnel - et le découpage de
l’activité se fait selon deux critères - la fonction et le projet. Ainsi,
chaque salarié a  2 supérieurs hiérarchiques : un chef de projet
désigné selon les tâches à accomplir, et un responsable
permanent. L’activité au sein de l’entreprise se fait donc par
groupes de projets.
Les deux responsables des dimensions ne Elle combine le découpage par fonction et
peuvent être subordonnés l'un à l'autre : par division.
Ils sont rattachés directement à la direction Chaque individu a 2 supérieurs, un chef de
générale et bénéficient des mêmes projet évoluant en fonction des besoins et
prérogatives vis-à-vis des unités qui un supérieur permanent.
composent le reste de la structure.

Elle se justifie quand, dans une


organisation, deux ou plusieurs
dimensions (produit, marché,
client...) sont considérées comme
d'une importance stratégique
équivalente.

Vous aimerez peut-être aussi