Vous êtes sur la page 1sur 73

Anatomie et cytologie pathologiques (ACP)

Introduction, Généralités
OBJECTIFS, MATERIEL, METHODES

Pr Benserai, Dr Amrani
CHU Tizi Ouzou
• Définition
Sommaire
• Buts
• Matériel étudié
• Technique standard
– Examen extemporané
– Histochimie
– ImmunoHistoChimie ,Immunofluorescence
– Microscopie électronique
– biologie moléculaire
• Déontologie
• Conclusion
Introduction

• L'anatomie Pathologique (ou pathologie):


– Est une spécialité médicale qui posséde une
identité particulière au carrefour de la clinique ,
de l’imagerie et de la biologie
– Ne peut être exercée que par des médecins
qualifiés en ACP
Objectifs: place de l ’ACP dans la
médecine actuelle
• Anatomie et cytologie pathologiques
– (anglo-saxons: pathology)

• Discipline médicale qui étudie les "lésions" =


altérations visibles des structures normales
(organe,tissu, cellule, constituant cellulaire)
survenant au cours des maladies.
Objectifs: place de l ’ACP dans la
médecine actuelle
• Lésions = signes des maladies, comme les
signes cliniques
• Lésion élémentaire: altération morphologique
d ’une structure (cellules, tissus…)
• Ensemble lésionnel: association différentes
lésions élémentaires
• Techniques basées essentiellement sur
morphologie macroscopique et microscopique
Objectifs: place de l ’ACP dans la
médecine actuelle

•Techniques basées
essentiellement sur
morphologie:
– Macroscopique
– Microscopique
• L'anatomie Pathologique (ou pathologie):
– étudie les lésions associées ou provoquées par les
maladies sur les organes, tissus ou cellules,

– Utilise des techniques basées sur la morphologie:


• Macroscopique
• Microscopique
• Ultrastruturale
Démarche de l’anatomie pathologique

C’est la corrélation anatomo-clinique


Types de matériel étudié
• La qualité des prélèvements conditionne la qualité
de l'étude anatomopathologique
• Cytologies , biopsies, biopsies exérèses, pièces
opératoires provenant des services:
– Cliniques
– D’imagerie
– Du bloc opératoire
• L'état frais  Acheminement sans délai vers le
service d‘Anatomie pathologique.
• Fixés: l'acheminement peut être moins rapide.
Enregistrement
• Lorsqu'un prélèvement parvient au laboratoire, il est enregistré et reçoit un
numéro d’identification qui sera retranscrit sur les blocs et les lames qui
seront examinées au microscope après le traitement technique du
prélèvement.
• Chaque prélèvement doit être accompagné d'une fiche de renseignements
remplie par le médecin prescripteur qui doit mentionner :
– L 'identité du patient
– Le siège, la date et la nature du prélèvement (biopsie ou exérèse).
– Les circonstances cliniques et para cliniques
– Les hypothèses diagnostiques.
– L'aspect macroscopique ou endoscopique des lésions (un compte-rendu opératoire peut
être utilement joint) ;
– Imagerie , en particulier pour les tumeurs osseuses.
– les antécédents pathologiques du patient
– L e nom et coordonnées du médecin prescripteur et du préleveur
Matériel étudié
Cytologie
Cytologie
• Type de prélèvements
– Raclage (FC)
– Aspiration (bronchique)
– Desquamation (ascite, pleural, urines)
– Apposition (ganglion)
– Cytoponction à l’aiguille fine
FCU: coloration Papanicoulaou
(thyroide, sein, ganglion, masse tumorale …)
• Fixation :
– Séchage à l’air
– Cytospray
• Coloration selon la méthode de fixation
– May-Grunwald-Giemsa (MGG)
– Papanicoulaou
Cytoponction: coloration MGG
Cytoponction à l’aiguille fine
Ganglion
histopathologiques
Biopsies
Biopsies
Pièces opératoires
Autopsies
Techniques standards d'anatomie pathologique
Étapes techniques
1 – Fixation
2 – Macroscopie
3 – Mise en circulation
4 – Inclusion en paraffine
5 – Confection de coupes
6 – Étalement
7 – Coloration de routine (HES)
8 – Interprétation

les différentes étapes sont fondamentales pour assurer


une bonne interprétation histologique aboutissant à un
compte rendu anatomo-pathologique précis
Techniques standards d'anatomie pathologique
Étapes techniques
1 - Fixation
• Indispensable: conservation de la
morphologie cellulaire,
• Immédiate ou au moins très rapidement
après l'obtention du prélèvement.
• Nature du fixateur:
– Formol tamponné 10%
• Quantité: Biopsie exérèse
– 10 fois le volume de la pièce
• Durée de fixation:
– Biopsies : 4 à 6 h
– Pièces opératoires. 24 h au moins à 48h
Biopsie
Techniques standards d'anatomie pathologique
Étapes techniques
2 - Macroscopie
– Biopsies :
• Nombre
• Taille des fragments ,
• Mise en cassettes en totalité.
Techniques standards d'anatomie pathologique
Étapes techniques
2 - Macroscopie
– Les pièces opératoires sont:
– Mesurées
– Pesées
– Orientées
– Décrites :
– il est utile de noter la taille, l'aspect et la consistance des lésions
tumorales ainsi que leur rapport avec le tissu sain avoisinant et les
limites d'exérèse.
Techniques standards d'anatomie pathologique
Étapes techniques
2 - Macroscopie

Échantillonnage
Orientation des prélèvements
Techniques standards d'anatomie pathologique
Étapes techniques
2 - Macroscopie
Mise en cassettes

• Echantillonnage
pertinent des lésions,
du tissu avoisinant,
des limites d'exérèse.
Techniques standards d'anatomie pathologique
Étapes techniques
3 -Mise en circulation des prélèvements
• Déshydratation:
6 bains d’alcool à des
concentrations
progressives

• Eclaircissement:
Remplacement de l’alcool
par le xylène ou toluène

• Imprégnation en paraffine
Appareil à circulation
Techniques standards d'anatomie pathologique

Étapes techniques

4 - Inclusion en paraffine
Techniques standards d'anatomie pathologique
Étapes techniques

4 - Inclusion en paraffine

• Les tissus sont inclus dans du paraplast qui est un


mélange de paraffine purifiée et de polymères plastiques
5 - Confection de coupe au microtome

• Le bloc de paraffine contenant le tissu est coupé en


fins rubans de 3 à 5 µm.
6 - Étalement sur lames
• Plusieurs coupes tissulaires
sont étalées sur lames .
• Les lames sont alors séchées
afin d'assurer une bonne
adhésion des tissus à la lame
avant la coloration.
7 -Coloration standard HES
(Hématoxyline-Eosine-Safran)

• L'hématoxylinenoyaux en
bleu
• L’éosine cytoplasme en
rose
• le safran  les fibres
collagènes en jaune.
Appareil automatique à coloration

Coloration manuelle
8 - Analyse des coupes
au microscope optique

• Cette seule coloration permet le


diagnostic de la grande majorité
des lésions tumorales et non
tumorales.

• Dans environ 20% des cas, des


analyses spécialisées:
– Colorations histochimiques
spéciales,
– Immunohistochimie sont
nécessaires.
Techniques particulières
Examen extemporané
L’ examen extemporané
• Per opératoire
• Rapide
• Prélèvement à l’état frais
• Coupe en congélation (cryostat)
• Indications:
• Orienter le diagnostic
• Évaluer les limites d’exérèse
• Modification de l'acte
chirurgical (élargissement
d'une exérèse, vérification
de la qualité d'un greffon...).
Cryostat
L’ examen extemporané

Microtome
intégré

Mise sur plot


Congélation rapide dans un cryostat. Etalement de la coupe congelée sur la lame.
Coupe dans un cryostat

Coloration rapide
- Bleu de toluidine
- Hématoxyline - Eosine +/
Examen Extemporané
EX: Lésion Mammaire

1 3
2

1 - Pièce fraiche
2 - Étude macroscopique impérative
3 - Prélèvement orienté de la lésion mis à congeler
4 - coloration rapide au bleu de toluidine
4
Histochimie
« colorations spéciales »
Les colorations spéciales: Intérêts
• Mise en évidence de:
• Substances endogènes ou exogènes cellulaires (glycogène,
mucus, pigments…) ou de la matrice extracellulaire
(collagènes, fibres élastiques, amylose...)
• Structures tissulaires normales ou pathologiques
• Microorganismes (bactéries, parasites, champignons)
• Suspectées par le pathologiste lors de son analyse
initiale sur les coupes de technique standard.
• Une nouvelle lame est nécessaire pour chaque coloration
• Chaque coloration spéciale a un protocole technique
propre utilisant des substances chimiques très variées.
Acide Périodique de Schiff
PAS

• Met en évidence:
• Les mucines neutres
• Glycogène
• Membranes basales
• les filaments et spores Glandes salivaires
mycéliens.

Filaments mycéliens
et spores

Colore en rose la membrane basale


du glomérule rénal
Bleu Alcian

• Révèle les mucines acides

HE

Coloration des cellules caliciformes intestinales


Trichrome de Masson
• Colore les fibres de collagène

En Vert par le vert lumière En bleu par le bleu d’aniline


La Réticuline
(Sel d’argent)

• Marque les fibres


réticuliniques en noir
Coloration argentique des membranes basales d’un
glomérule rénal
• Permet de préciser
l'architecture des tumeurs
(exemple : architecture
folliculaire).

Coloration argentique des membranes basales d’un


glomérule rénal
Orceine

Fibres élastique en brun


Coloration de Perls

• Colore le fer en bleu


Coloration Fontana

Peau normale Fontana


pigments mélaniques couche basale Les mélanocytes sont colorés en noir.
Granulations noires dans les cellules de
l'assise basale.
Rouge Congo

• Marque en rouge orangé


les dépôts d'amylose.

• Biréfringence rouge-verte
en lumière polarisée.
OIL-RED O

Coloration au oil-red O sur tissu frais congelé :


Mise en évidence de triglycérides (gouttelettes rouges) dans le
cytoplasme d'hépatocytes
COLORATION DE ZIEHL-Nielsen

Colore en rouge les mycobactéries

Mycobactéries colorées en rouge


dans une tuberculose de la moelle
hématopoïétique
Place de l’immunohistochimie
L'examen Immuno-Histochimique
(IHC)
• Consiste à révéler sur coupe
histologique, par réaction
antigène-anticorps, la
présence de récepteurs
antigéniques
– Cytoplasmiques.
– Membranaires,
– Intranucléaires ,

1 - Antigène 2 - Anticorps 1
3 - Anticorps 2, 4 - Complexe Avidine-biotine-péroxydase
 
IHC

• Indications essentielles en cancérologie


– Diagnostic
– Recherche de cancer primitif
– Recherche de facteurs pronostiques
– Recherche de facteurs prédictifs de la
réponse aux traitements.
Lymphome
Diagnostic

Expression membranaire au CD20


Cancer du sein: Traitement anti-hormonal

Récepteurs ostrogéniques nucléaires Récepteur à la progestérone

Recherche de l'oncogène c-erb-B2


(Traitement par trastuzumab )
Intérêt de l’immunohistochimie
Immunofluorescence
• Technique permettant sur coupe, la détection
d’antigène spécifique à l’aide d’un anticorps
spécifique.
• Révélation par un agent fluorescent

Dépôt linéaire de complément

Pemphigoide bulleuse
Microscopie électronique
•Repère certains micro-organismes et les détails de l’architecture cellulaire et
tissulaire.
•Nécessite une fixation rapide et particulière (glutaraldéhyde), suivie d’une
inclusion en résine et de coupes semi-fines et ultrafines .
•Moins utilisée (en raison du développement de l’IHC et de biologie moléculaire
comme l’hybridation in situ).

LIPOFUSCHINES
Biologie Moléculaire
Biologie moléculaire

• Technique émergente
• Se base sur extrait cellulaire et tissulaire
• Installation des plateformes en Algérie plateforme
• Institution de la thérapie ciblée
• Les cibles sont : ADN, ARN
Techniques de biologie moléculaire

• C’est un ensemble de technique dont le


recours n’est nécessaire que dans des cas
particuliers.
• En raison du matériel onéreux qu’elle requiert,
ces techniques ne peuvent être réalisées que
dans des laboratoires spécialisés.
• Certaines de ces techniques sont réalisées dans
un but de recherche.
Hybridation In Situ: Exemple de technique FISH
Permet la détection de séquences d’ADN spécifiques,
à l’aide d’une sonde ADN double brin détectés grâce à
un marqueur Fluorescent

FISH

Amplification du gène Her2: spots rouges+++


Biologie Moléculaire « FISH »
Expression
Gene expression arraysgénique en Microarray

Permet de classer un
ensemble de tumeurs
selon leur gravité et leur
pronostic en fonction des
gènes qu’elles expriment

Classification moléculaire des


LMNH B diffus à grandes
cellules
Compte rendu Anatomopathologique
 L’examen microscopique des lames histologiques est réalisé

par les médecins à partir des coupes colorées à l’H.E.S

 Cet examen permet de confirmer le siège des prélèvements


et la détection des altérations pathologiques (lésions)
malformatives, inflammatoires, précancéreuses ou
cancéreuses.

La synthèse des données


Cliniques ,
Macroscopiques
Microscopiques
Permettra un diagnostic anatomo-pathologique fiable qui
sera reporté sur un compte-rendu signé par le ou les
pathologistes ayant pris en charge les prélèvements.
Archivage

Lames Blocs inclus en paraffine


Déontologie

• L’anatomo-pathologiste (et l’ensemble du personnel


de son service) est tenu au secret médical.

• Il ne communique les résultats d’un examen qu’au


médecin prescripteur
Buts

• Contribuer à l'élaboration du diagnostic

• Apporter des éléments utiles pour préciser le


pronostic,

• Évaluer l'effet des thérapeutiques 

Vous aimerez peut-être aussi