Vous êtes sur la page 1sur 19

Instruments financiers et

Marchés financiers

Pr YAHYAOUI Taoufiq
2021
Epargne & Investissement
Différence entre épargne et investissement
• Epargne = Part du revenu non affectée à la consommation, déposée dans des comptes
bancaires courants ou employée à court terme (instruments financiers, comptes à termes,….).
L’épargne est une conservation de liquidités pour des besoins d’utilisation à court terme
(imprévus, voyages, achats de meubles, etc.).
• Investissement représente la partie du revenu mobilisée à long terme. L’investissement porte
sur des actifs dont les revenus sont appréciés sur le long terme : Biens immobiliers, actions et
parts sociales...L’investissement a pour objectif de faire fructifier et augmenter la valeur de
l’épargne, en vue de réaliser des objectifs à long terme (retraite, études des enfants, achats
de logement, etc.).
La liquidité
• La liquidité d’un actif mesure la vitesse de sa transformation en monnaie. La notion de
liquidité est la principale différence entre les produits d’épargne et ceux de l’investissement.
L’épargne est considérée comme liquidité dans la mesure où vous pouvez récupérer votre
argent à tout moment et sans perte de valeur. Si, par exemple, vous avez un compte
d’épargne dans une banque de la place, vous pouvez retirer à tout moment cette épargne
sans problème et sans perte de valeur. L’investissement en valeurs mobilières ou fonds
d’investissement collectifs OPCVM est également liquide. Vous pouvez toujours vendre vos
investissements en instruments financiers à travers les intermédiaires financiers. La
différence avec l’épargne, c’est la probabilité de perte de valeur à la vente.
Critères de choix des produits d’épargne ?

• Horizon de placement ;
• Rémunération (fixe ou variable) ;
• Fiscalité ;
• Disponibilité et liquidité du placement ;
• Complexité du placement ;
• Divers frais qui greffent le placement.
L’action
• Titre de propriété représentatif d’une fraction de capital d’une entreprise donnant droit à des dividendes et à d’autres droits.
• Dividendes: Revenu annuel des actionnaires. Les dividendes sont issus des bénéfices de l’entreprise, qui rémunère ses
actionnaires en distribuant une partie de ses bénéfices.
• Les entreprises qui émettent des actions sont demandeurs de capitaux, et les personnes morales ou physiques qui
investissent dans l’achat de ces actions sont des offreurs de capitaux.
• Si vous achetez une action, vous achetez une partie de la société plutôt que de lui prêter de l'argent.
Les actions sont actuellement représentées par une simple inscription en compte en votre nom (le propriétaire) auprès d’un
établissement agréé chargé de tenir les comptes, à savoir : le dépositaire.
-Modes de détention des actions :
• Actions au porteur : Nom du propriétaire est connu de l’intermédiaire financier mais n’est pas communiqué à la société
émettrice.
• Actions nominatives : Nom du propriétaire est connu de la société émettrice. Ceci facilite la communication entre les deux
parties.
-Droits des actions :
• Droit aux dividendes : chaque personne qui dispose d’une action bénéficie d’un dividende. Le montant des dividendes est
voté par l’assemblée générale. Les dividendes ne sont qu’une partie du bénéfice net de l’entreprise qui est distribuée aux
actionnaires.
• Droit à l’information : Tout actionnaire a droit à l’information sur les résultats et la vie de l’entreprise. Il ne doit en aucun cas
se faire refuser la possibilité de consulter les documents financiers de la société et toute autre information jugée non
confidentielle.
• Droit de vote : Vous pouvez voter en assemblée générale concernant les décisions prises par l’entreprise. Le droit de vote est
proportionnel au nombre d’actions que vous détenez.
• Droit à une partie de l’actif net de l’entreprise : Si l’entreprise dans laquelle vous avez investi en actions se trouve en faillite,
vous avez droit à une partie de son patrimoine après que ses dettes soient honorées, et ce en fonction du nombre d’actions
que vous détenez.
PLAN D’EPARGNE EN ACTIONS

PEA
PEA = contrat d’épargne qui permet moyennant des cotisations périodiques et/ou libres de constituer une
épargne à investir dans des actions et / ou dans des OPCVM actions, tout en bénéficiant, après une période
donnée, d’une exonération d’impôts sur les dividendes et plus-values.
• PEA créé par la loi de finances 2011 au Maroc, est un cadre juridique qui permet de faire fructifier un portefeuille
d’actions ou de fonds (OPCVM actions).
• Dispositif permet d’exonérer les revenus et profits de capitaux mobiliers résultants de souscription dans des PEA,
et ce à condition que le total des montants investis ne dépasse pas 2 millions de dirhams, et qu’ils soient conservés
avec leurs profits dans le PEA pendant une durée minimale de 5 ans à compter du jour de la souscription.
• PEA doit être constitué par :
-des actions et des certificats d’investissements cotés à la bourse des valeurs du Maroc et émis par les sociétés
de droit marocain, ainsi que les droits d’attribution et de souscription y afférents ;
-des titres d’OPCVM actions.
• Durée idéale :
Pour bénéficier de l’exonération d’impôts, vous ne devez pas effectuer de retrait avant cinq ans. Mais, tant que
vous restez dans le PEA, vous pouvez librement «arbitrer», c’est-à-dire acheter et revendre des actions autant que
vous voulez.
• Avant cinq ans, le retrait est possible, mais votre demande entraînera la fermeture du PEA. Celle-ci peut
s’effectuer, soit par la vente des actions, soit, sans vente, par transfert sur un compte titres.
• À partir de cinq années de détention de votre PEA, vous pouvez retirer tout ou partie de votre argent. Ce retrait
est considéré comme une cession exonérée d’impôt.
• Fiscalité :
Après cinq ans, les plus values et revenus générés sont exonérés d’impôts.
Obligation
• Les obligations sont des titres négociables permettant à l'entreprise d'obtenir des fonds pendant une
durée déterminée et entraînant l'obligation de payer un intérêt (coupon) et de rembourser le
principal selon des modalités de l’émission (à l’échéance ou par amortissement).
• Les obligations peuvent faire l’objet d’une cotation en bourse, ce qui permettrait à l’investisseur de
revendre ses obligations avant leur échéance ou d’acheter de nouvelles obligations sur le marché.
• Les principales caractéristiques des obligations :
• La valeur nominale ou faciale représente une fraction du montant de l'emprunt obligataire et est
identique pour tous les titres relevant d'une même émission. Par ailleurs, la valeur nominale sert de
base au calcul des intérêts ;
• Le prix d'émission est le prix payé par le souscripteur. On parle d'une émission « au pair » si les
obligations sont émises à la valeur nominale. Par ailleurs, les obligations peuvent être émises en
dessous du pair, la différence avec la valeur nominale constituant une prime appelée « prime
d’émission». Il arrive également que l'émission se fasse au-dessus du pair ;
• Les obligations sont remboursées soit au pair (à la valeur nominale) soit à un prix supérieur fixe ou
variable (prime de remboursement) ;
• La durée de vie de l'emprunt obligataire est le temps compris entre la date de jouissance, date à
laquelle les intérêts commencent à courir, et le dernier flux en capital ;
• La maturité est la période allant de la date d’observation jusqu'au dernier remboursement. Au
moment de l'émission, la durée de vie de l’emprunt obligataire et sa maturité sont identiques ;
Marché obligataire
• Marché de moyen et long terme. Plus la durée de vie de l’emprunt est longue, plus le risque attaché à l’obligation est élevé.
• Date de règlement est le jour où le souscripteur verse à l’émetteur le prix de l’obligation.
• Date de jouissance est la date à partir de laquelle les intérêts commencent à courir. Les dates de jouissance et de règlement ne
sont pas forcément simultanées.
• Taux : Plusieurs notions de taux sont utilisées pour les emprunts obligataires : le taux nominal ou taux facial et le taux actuariel :
• Le taux nominal est le taux à appliquer à la valeur nominale afin de calculer le montant des intérêts que l'emprunteur versera aux
porteurs des obligations. Ce taux peut être :
* Fixe et inchangé pendant toute la durée de vie de l'obligation et ce, quelle que soit l'évolution ultérieure des taux sur le
marché ;
* Variable. Dans ce cas, le coupon de l'obligation est alors sujet à fluctuation. Les modalités du calcul annuel du taux sont
indiquées dans les modalités de l'émission qui précise deux caractéristiques principales : le marché de référence, pour identifier le
taux à appliquer, et la période de référence pour observer l'évolution de ce taux ;
• Le taux de rendement actuariel égalise le prix d'un actif financier et la valeur des flux futurs de paiements qui lui sont attachés.
• D'autres variables caractérisent ces placements. Pour une variation donnée du taux d'intérêt sur le marché :
• Plus la maturité est grande, plus la variation du prix des obligations est forte. Ce mécanisme est appelé «effet maturité». Il s’agit
d’une prise en compte de l'influence du temps 
• Plus l’intérêt versé (coupon) est faible, plus la variation des prix est forte. Ce mécanisme est appelé « effet coupon » ;
• Une obligation ne présente pas la même variation de prix en valeur globale à la baisse et à la hausse. La première est inférieure à
la seconde, c'est ce que l'on appelle « l'effet asymétrie ».
• Le prix des obligations, au fur et à mesure que l'on s'approche de l'échéance, tend vers le prix de remboursement (sauf en cas de
défaut de l’émetteur en matière de paiement du coupon ou de remboursement du capital).
Modes de remboursement des obligations
• Le remboursement peut se réaliser selon différentes modalités prévues dans
le contrat d'émission et dans la note d’information :
• Le remboursement in fine : l’émission obligataire prévoit le remboursement
en totalité à l'échéance. Dans ce cas, la séquence des flux n'est faite que du
paiement des intérêts, sauf la dernière, à laquelle se rajoute le
remboursement du capital (appelé le principal) ;
• Le remboursement constant du capital : dans ce cas, la base de calcul des
intérêts diminue au fur et à mesure des amortissements, l'annuité sera
dégressive
• Le remboursement progressif du capital (annuité constante) : la part du
capital remboursé suit une progression géométrique, tandis que la part des
intérêts diminuera au fur et à mesure.
• Sauf stipulation contraire, un émetteur ne peut pas imposer un
remboursement anticipé des obligations émises. Dans la pratique, les
émetteurs s'interdisent un remboursement anticipé mais se réservent la
faculté du rachat sur le marché secondaire, laquelle leur est librement
ouverte. Lorsque les obligations sont cotées et si la modalité de rachat a été
prévue dans le contrat d'émission et dans la note d’information, les sociétés
ont la possibilité d'effectuer ce rachat. Ces rachats étant sans conséquences
pour un souscripteur qui désirerait garder ses titres jusqu’à l’échéance
normale et sans incidence sur le calendrier de l’amortissement normal.
Principaux types d'obligations
• Les obligations subordonnées :
Une obligation subordonnée est une obligation remboursée en dernier lieu en cas de liquidation de la société et ce, après remboursement
des tous les créanciers privilégiés et chirographaires (ne détenant aucun privilège) mais aussi les détenteurs des obligations ordinaires.
• Les obligations convertibles en actions :
Il s’agit d’obligations qui donnent à leur détenteur la possibilité, mais non l'obligation, de convertir sa ou ses créances en un ou plusieurs
titres de propriété représentés par une ou plusieurs actions.
• Les obligations remboursables en actions :
Il s’agit d’obligations qui à leur échéance seront obligatoirement (ou facultativement suivant les conditions du contrat d'émission)  
remboursées en actions de la société émettrice selon une parité définie dans le contrat d’émission.
• Les obligations zéro coupon :
Les obligations à coupon zéro sont des obligations qui ne paient pas d'intérêt pendant toute leur durée de vie et qui sont remboursées in
fine. L'absence de rendement pendant la durée de vie du titre est compensée par un prix d'émission d'autant plus bas (par rapport au pair)
que le taux d'intérêt qu'on veut servir est élevé et que l'échéance est éloignée.
• Les obligations à taux fixe :
Produisent des intérêts fixes pendant toute la durée de l’emprunt.
• Les obligations à taux flottant :
Elles ont un coupon (Montant des intérêts) dont la valeur n’est pas connue au moment de l’émission. L’entreprise qui émet l’obligation
(Emetteur), fixe juste le mode de calcul par rapport à un taux de référence.
Le taux flottant peut être variable ou révisable. Les obligations à taux révisable ont un coupon dont la valeur est connue au début de chaque
période d’échéance (période précédent la date de remboursement des intérêts), tandis que les obligations à taux variable ont un coupon
dont la valeur n’est déterminée que la veille de la date d’échéance. Au Maroc, les obligations à taux flottant existantes et appelées, dans le
jargon financier, à taux variable sont en fait des obligations à taux révisable.

La détention d’une obligation présente 2 types de risque :


• le risque de défaut : appelé encore risque de crédit ou risque de l’émetteur. Il représente la capacité de l’émetteur à honorer ses
engagements (paiement des intérêts et remboursement du capital) ;
• le risque de taux : c’est le risque relié à une variation des taux d’intérêt sur le marché. Toutefois, si vous détenez l’obligation jusqu’à
l’échéance ce risque est nul.
OPCVM
Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) est un organisme financier qui a pour vocation : La collecte de l’épargne auprès
des investisseurs pour la placer dans des valeurs mobilières selon des critères bien défini. Ainsi, cela permet de constituer un portefeuille de
valeurs mobilières.
OPCVM permettent donc à tout investisseur de se constituer un portefeuille de titres, qui est géré de manière optimale par des professionnels du
domaine.
Catégories d’OPCVM :

• OPCVM Actions : Sont constitués majoritairement d’actions des sociétés cotées en Bourse ou équivalent.
• OPCVM Obligataires : Sont constitués majoritairement de titres de créances à moyen et long terme. Ils ne peuvent contenir plus de 10% en actions
ou équivalents.
• OPCVM Monétaires : Sont constitués essentiellement d’instruments du marché monétaire. Ils ne contiennent pas d’actions ou équivalents.
• OPCVM Contractuels : Portent contractuellement sur un résultat concret exprimé en terme de performance et/ou de garantie du montant investi
par le souscripteur.
• OPCVM diversifiés : sont constitués d’actions (ou équivalents) et de titres de créances et ne doivent appartenir à aucune catégorie citée ci-dessus.
Types d’OPCVM :
OPCVM existent sous deux formes juridiques distinctes :
• SICAV : Société d’Investissement à Capital Variable est une société anonyme. Tout investisseur qui souscrit à une action, devient actionnaire et
possède le droit d’exprimer son avis sur la gestion lors des assemblées générales.
• FCP : Fonds Commun de Placement : Copropriété des valeurs mobilières qui n’a pas de personnalité morale. Sa gestion est assurée par un
établissement de gestion de FCP agissant au nom des porteurs.
Fonctionnement :
• FCP et SICAV sont gérés par des établissements de gestion ; les SICAV ont la possibilité de s'autogérer.
• SICAV et les établissements de gestion de FCP peuvent déléguer leur gestion à des établissements délégataires de gestion.
• Pour la conservation des actifs de l'OPCVM ainsi que pour le contrôle de la régularité des décisions de gestion, les SICAV et les FCP font appel à un
organisme dépositaire qui doit être unique et distinct de la société de gestion.
Contrôle de l'OPCVM :
• L'Autorité Marocaine du Marché des Capitaux  s'assure du respect par l'OPCVM ou par son établissement de gestion et par l'établissement
dépositaire des dispositions légales et réglementaires en vigueur.
• C'est ainsi que l'autorité contrôle les OPCVM sur la base de documents périodiques que ceux-ci sont tenus de lui communiquer. Par ailleurs, il
effectue régulièrement des inspections auprès de ces organismes.
Investissement en OPCVM
Ce type de produits offre un mélange entre les différents produits existants sur le marché, ce qui permet d’amortir le choc en cas
de baisse du cours de l’un des produits.
Avant d’investir dans un produit de gestion collective, il est recommandé de savoir les principales caractéristiques juridiques,
financières et de fonctionnement de l'OPCVM notamment :
• La forme juridique de l'OPCVM ;
• L'établissement gestionnaire ;
• Le gestionnaire par délégation d'OPCVM (s'il y a lieu) ;
• Le dépositaire ;
• Le commissaire aux comptes ;
• Les orientations des placements ;
• Les modalités de souscription et de rachat ;
• Les commissions maximales de souscription et de rachat ;
• Les frais de gestion.
Selon les informations recueillies, on peut choisir quel type d’OPCVM répondra le plus au besoin et à l’horizon de placement.
Après l'émission de ses titres, l'OPCVM doit mettre à la disposition de ses porteurs de parts ou actionnaires, ses statuts si c'est
une SICAV, son règlement de gestion si c'est un FCP, ses rapports annuels et semestriels ainsi que l'inventaire trimestriel des
actifs qu'il détient en portefeuille.
Les actions de SICAV et parts de FCP peuvent être commercialisées par :
• Les banques ;
• Les Sociétés de gestion
• Les Sociétés de bourse ;
• La caisse de dépôt et de gestion ;
Les actions ou parts d'OPCVM peuvent être souscrites, à tout moment, auprès des réseaux de commercialisation.
Les souscriptions sont effectuées à un prix appelé valeur liquidative et calculé périodiquement.
La périodicité de calcul de la valeur liquidative peut être soit quotidienne, soit hebdomadaire dans la majorité des cas.
Les produits de gestion collective sont composés de différents types de produits, ce qui mène à un portefeuille diversifié.
FPCT : Fonds de Placement Collectifs en Titrisation
• FPCT est une copropriété, n’ayant pas la personnalité morale, qui a pour objet exclusif d’acquérir
des créances d’un ou plusieurs établissements initiateurs, au moyen de l’émission de parts ou de
titres de créances. Les flux d’intérêt et de remboursement sur ces créances sont alors perçus par
le FPCT qui les reverse aux investisseurs acquéreurs des parts ou titres de créances qu’il a émis.
• Les titres émis par un FPCT (parts y compris les certificats de sukuk, actions et titres de créances)
sont assimilés à des valeurs mobilières. Les parts y compris les certificats de Sukuk représentent
des droits de copropriété sur la totalité ou partie des actifs du FPCT. Quant aux titres de créances,
ils peuvent être de deux sortes : des billets de trésorerie ou des obligations.
• Les investisseurs ne peuvent demander le rachat des parts ou le remboursement des titres de
créances qu’ils détiennent par le FPCT émetteur.
• Les créances pouvant être acquises par un FPCT sont :
-les créances :
*des établissements de crédit et organismes assimilés
*des établissements publics, sociétés d’Etat et filiales publiques
*des personnes morales délégataires ou titulaires de licences d’exploitation de services publics
*des entreprises régies par le code des assurances
*assorties de sûretés hypothécaires et détenues par des organismes autres que ceux précités.
-les titres de créances représentant un droit de créance sur l’entité qui les a émis.
OPCC : Organismes de Placement Collectif en Capital
• Un OPCC est un fonds d’investissement, ayant pour objet le
financement de PME, principalement marocaines et non
cotées, à travers l’acquisition de titres de capital, l’acquisition
de titres de créances (convertibles ou non en titres de capital)
et l’octroi d’avances en compte courant d’associés.
• Un OPCC est géré par une société de gestion et est détenu
collectivement, sous forme de parts ou d’actions, par des
investisseurs.
• On distingue deux formes juridiques d’OPCC :

+ Le Fonds Placement Collectif en Capital (FPCC) qui n’a pas la


personnalité morale et qui est une copropriété d’actifs
émettant des parts ;
+ La Société de Placement Collectif en Capital (SPCC) qui est une
société par actions.
OPCI : Organisme de Placement Collectif Immobilier
• Un Organisme de Placement Collectif Immobilier (OPCI) est un véhicule
d’investissement réglementé dont l’objet principal est l’acquisition ou la
construction d’immeubles exclusivement en vue de leur location.
• Ce véhicule d’investissement permet à des investisseurs de toutes natures
(personnes physiques, personnes morales, investisseurs qualifiés, etc.)
d’avoir accès au marché immobilier à travers l’acquisition de parts ou
d’actions d’un OPCI détenant directement ou indirectement des actifs
immobiliers.
Les OPCI peuvent être classés en deux catégories :
• les OPCI ouverts au grand public
• les OPCI à règles de fonctionnement allégées (OPCI-RFA) réservés aux
investisseurs qualifiés. 
Les OPCI peuvent prendre deux formes juridiques :
• les FPI (Fonds de Placement Immobilier) ; 
• les SPI (Société de Placement Immobilier).
Marché financier ?
• Un lieu d’échange entre acheteurs et vendeurs. De plus, comme dans n'importe quel marché, les prix de vente et
d'achat sont déterminés par le niveau de l'offre et de la demande. Cet échange concerne des produits ou
instruments financiers.
• Les vendeurs ou agents à besoin de liquidités, dits agents à besoin de financement, sont généralement des
entreprises ou l’Etat à la recherche de liquidités pour financer leurs projets de développement.
• Les acheteurs ou agents disposant d’un excédent de liquidités, dits agents à capacité de financement, sont
généralement des épargnants ou des investisseurs qui souhaitent investir dans les projets des entreprises ou de
l’Etat en prêtant de l’argent ou en devenant associés.
• Dans ce marché, les investisseurs contribuent au financement de l’Etat et des entreprises par le placement de leur
épargne. Les instruments financiers qui contractualisent cet investissement sont appelés titres ou valeurs
mobilières.
• L’échange des titres se fait de gré à gré, c'est à dire, par entente direct ou sur un lieu   organisé connu sous
l’appellation Bourse ou Bourse des valeurs. La Bourse des Valeurs est un marché réglementé et structuré sur lequel
sont négociées les valeurs mobilières. La gestion de ce marché est confiée à une société privée en vertu d'un cahier
des charges, appelée Société Gestionnaire de la Bourse de Casablanca. Elle est notamment chargée d'organiser les
séances de cotation, administrer le processus d'introduction en Bourse et apporter la garantie de bonne fin des
opérations.
• Le marché financier permet aux entreprises, à l'Etat et aux épargnants d'augmenter leur utilité.
• Les épargnants ont la possibilité d'investir dans des instruments financiers et donc, ils peuvent reporter leur
consommation tout en obtenant une rémunération pour ce report et faire fructifier leur épargne.
• Les entreprises ont un meilleur accès aux capitaux disponibles et peuvent investir dans des actifs productifs.
• L'Etat peut mieux gérer son déficit à travers l'endettement interne.
Organisation du marché financier
• Dans tout marché, il y a le neuf et l’occasion. Le marché du neuf, de création de valeurs ou titres, est appelé marché primaire. Le marché de
l’occasion ou d’échange de valeurs ou titres déjà créés est appelé marché secondaire.
• Les entreprises ou l’état créent les titres, on parle de création ou d’émission, et les mettent en vente à travers les intermédiaires financiers
soit de gré à gré soit sur le marché boursier.
• La Bourse est un marché centralisé et dirigé par les ordres. Les prix se fixent par confrontation des ordres via un système électronique
centralisé. Dans ce marché, les intermédiaires exclusifs sont les sociétés de bourse. Les sociétés de bourse sont agréées par décision du
président de l'AMMC après avis du comité d'agrément créé à cet effet.
• Le marché boursier est caractérisé par un encadrement des cours via le principe de réservation. Les titres sont dématérialisés, une simple
inscription en compte avec un régime de dépositaire central. Le dénouement ou réalisation des transactions est sécurisé et automatisé avec
un système de garantie de bonne fin des transactions.
• Le marché boursier est structuré selon trois filières :
• - Filière de l'inscription (marché primaire) :
• Il s’agit de l’admission d’une société dans l’un des huit compartiments de la Bourse dont 5 dans le marché Principal et 3 dans le marché
alternatif.
• C'est une phase de diffusion et de placement de titres. Elle est caractérisée par une centralisation des souscriptions, allocation des titres par
catégorie d'investisseurs et fixation du cours de première cotation.
• - Filière de négociation (marché secondaire) :
• Lors de cette phase, le rôle de la Société Gestionnaire consiste en l'organisation et la surveillance du marché, l'enregistrement des
transactions, la centralisation des offres publiques, la gestion des opérations sur titres et le calcul des indices.
• Le marché secondaire est organisé en:
• un Marché Central, où sont confrontés l’ensemble des ordres de vente et d’achat pour une valeur mobilière inscrite à la cote de la Bourse
des Valeurs ;
• un Marché de Blocs où peuvent être négociées par entente directe (de gré à gré) les opérations sur des valeurs mobilières inscrites à la cote
et qui portent sur des quantités supérieures ou égales à la taille minimum de blocs selon des conditions de cours issues du Marché Central.
• - Filière de dénouement :
• C'est la phase du règlement espèce contre livraison de titres. L'intervention de la Société Gestionnaire consiste en la gestion des risques et la
garantie de bonne fin des opérations, c'est à dire les acheteurs seront livrés et les vendeurs payés à date déterminée.
Marché monétaire
• Le marché monétaire est un marché financier où s’échangent des titres de
courte durée contre des liquidités. Il est réservé aux institutions financières et
entreprises qui peuvent prêter ou emprunter des liquidités sur des durées
très courtes.
• Le marché monétaire est organisé en un marché interbancaire réservé aux
banques et un marché de titres de créances réservé aux investisseurs :
• Le marché interbancaire est le marché où les banques prêtent et empruntent
des liquidités à très court terme sans création de titres en contrepartie
(emprunt à blanc). La durée la plus fréquente est le jour le jour. Les prêts et
emprunts garantis par des titres sont connus sous le terme pension. La
pension consiste en un transfert simultané, entre deux parties, de titres
contre une certaine somme d’argent, avec l’engagement des deux parties de
procéder au transfert inverse à une date ultérieure.
• Le marché des titres de créances négociables TCN est un marché où les
établissements de crédit empruntent par la création de Certificats de Dépôt
CD ou Bons des Sociétés de Financement BSF, et les entreprises par la
création de Billet de Trésorerie. Ce sont des titres de durées courtes ou
moyennes.
• Les transactions sur ce marché se font de gré à gré.
Marché obligataire
• Le marché obligataire est un marché financier où les
entreprises peuvent emprunter des liquidités par création de
titres de dette connu sous le terme obligations. C’est le
marché où sont émises, vendues et achetées les obligations.
• Une obligation est une part d’un emprunt donnant droit à la
perception d’un intérêt. Le prêteur récupère son capital
lorsque l’obligation arrive à son échéance.
• En tant qu'un instrument de placement, l'achat des
obligations permet aux investisseurs particuliers de devenir
créanciers de grandes entreprises nationales ou de l'Etat.
• Les obligations cotées sont échangées au niveau de la Bourse.
Les obligations non cotées sont échangées de gré à gré à
travers les intermédiaires financiers.
• Les obligations d'Etat ou Bons du Trésor ne sont pas cotées
en Bourse. Leur placement se fait à travers des intermédiaires
financiers appelés intermédiaires en valeurs du Trésor IVT.
Marché actions
• Le marché actions est un marché financier où sont vendues et achetées des actions de
différents types d’entreprises.
• Les actions sont des titres de propriété représentatifs d’une fraction du capital de
l’entreprise qui confèrent certains droits à leur détenteur.
• En tant qu'instrument de placement, l'achat des actions permet aux investisseurs
particuliers de devenir les associés des plus grandes entreprises privées présentes sur le
marché.
• Le marché actions est composé d'actions cotées et d'actions non cotées. Les actions
cotées peuvent être vendues ou achetées en Bourse. Les actions non cotées peuvent
être achetées et vendues de gré à gré à travers un intermédiaire financier.
• La Bourse des valeurs comprend un marché principal et un marché alternatif :
• Le marché Principal : il s’agit du marché actions où sont échangées les actions des
grandes entreprises et comprend cinq compartiments : « Principal A », « Principal B », «
Principal C », « Principal D » et « Principal E » (réservé aux investisseurs qualifiés).
• Le marché alternatif : il s’agit du marché actions où sont échangées les actions des
petites et moyennes entreprises (PME) et comprend trois compartiments : « Alternatif
A », « Alternatif B » et « Alternatif C » (réservé aux investisseurs qualifiés). Ce marché
alternatif est régi par des conditions allégées.

Vous aimerez peut-être aussi