Vous êtes sur la page 1sur 31

Les clés pour bien réaliser son

Analyse Méthodique des Risques

Laurent LIERMAN
Ingénieur chargé d’affaires
11 rue Paul Dubrule – CS 50446
59814 LESQUIN CEDEX
Tél: 06.14.38.22.12
Plan:

• L’analyse Méthodique des Risques (AMR)

• Méthodologie de gestion des risques: HACCP

• Les clés pour bien réaliser son AMR


Management du risque
Système de Management
Définir
objectifs
sécurité

Identifier
les dangers
puis les risques
Estimer /
quantifier
Évaluer /
les risques
Hiérarchiser
les risques
Négocier les
priorités Réduire / Supprimer
les Risques
Plan d’action
Prévent° / Protect°
Transférer
les Risques
résiduels,
financiert ou
contractuelt
Risque et Danger
Danger :
Source potentielle de dommage

Risque :
Combinaison de la probabilité d’un événement et de ses conséquences

DANGER CIBLE
ENERGIE INDIVIDUS / MATERIELS
Mise en présence

SITUATION DANGEREUSE
Survenance

RISQUE
Analyse du Risque
ou « Identification et Estimation du Risque »

Identification du risque :
Processus permettant de trouver, lister et caractériser les éléments du
risque.

Estimation du risque :
Processus utilisé pour affecter des valeurs à la probabilité et aux
conséquences d’un risque.

En pratique, ces étapes sont mises en œuvre à partir d’une part de la


capitalisation d’expérience des accidents et d’autre part des groupes de
travail composés de personnes compétentes.
Evaluation du Risque

En pratique, on définit les priorités de chaque risque en


fonction d’une échelle définie au préalable. On l’appelle
aussi la grille de criticité.
Responsabilité de l’exploitant

Exploitant: Ses objectifs sont fixés par le


législateur
– Maîtriser les risques de développement de
legionella pneumophila dans l’installation
avec pour limites
1000 UFC/l et 100.000 UFC/l
– Appliquer les différentes préconisations
réglementaires de gestion des risques
(Exemple de méthode de gestion : HACCP)
– HACCP qui comprend 7 étapes dont la 1° est
une analyse de risque
Responsabilité du traiteur d’eau

Traiteur d’eau: Ses objectifs sont fixés par l’exploitant


– Maîtriser les risques de développement bactérien
dans l’eau par la mise en place d’un traitement
adapté aux caractéristiques de l’installation
– Assister l’exploitant dans la définition des
indicateurs de suivi adapté et du plan de surveillance
– Participation à l’élaboration de l’analyse de risque
HACCP

Pour l’administration et pour les industriels


exploitants de TAR, la méthode HACCP est
une méthode de gestion de risque qui
comprend notamment une étape d’analyse
de risque

HACCP  méthodologie qui permet de


mettre en place un processus d’amélioration
continue
Méthodologie
de Gestion des risques
pour TAR

HACCP
La méthode HACCP : 7 étapes
• 1 : Identifier les sources
de risque
a. Identifier les facteurs de
risque (ou les points
sensibles)
b. Estimer Gravité /
Probabilité des facteurs de
risque
c. Identifier les mesures de
maîtrise des facteurs de
risque
• 2 : Déterminer les points
critiques
a. Décider des facteurs de
risque qui devront être
maîtrisés
3: Etablir des limites
critiques
Etablir les limites à respecter
pour assurer la maîtrise des
points critiques
Exemple : dureté maxi de
l’eau à respecter
4 : Etablir un système de
surveillance
Etablir un système de
surveillance visant à vérifier
que les seuils critiques sont
bien respectés
Exemple : (tests, campagne
de mesure, observations
programmés)
5: Etablir des options
correctives
Etablir les actions
correctives à mettre en
œuvre lorsque la
surveillance révèle qu’un
point critique n’est pas
maîtrisé
Exemple : seuil dépassé
6 : Vérifier et valider le bon
fonctionnement de la méthode.
Etablir des procédures d’auto-
contrôle, incluant des tests et des
procédures complémentaires afin
de confirmer que le processus
d’amélioration continue fonctionne
efficacement
Exemple : audit interne,
vérification périodique
7 : Créer un système
documentaire
Etablir un système
documentaire d’enregistrement de
l’ensemble du processus
Exemple : enregistrement des
auto-contrôles, mode d’exploitation et
d’archivage des analyses
bactério, …
Identification des facteurs de risque
Thèmes à analyser Critères à prendre en compte dans l’analyse
de chacun des thèmes
Implantation Hydrauliques :
(Localisation vis-à-vis des populations sensibles, (Vitesses, débits…)
vis-à-vis des autres sources polluantes, vents Milieu et environnement de l’installation :
dominants, analyse de l’environnement) (condition d’accessibilité aux équipements, locaux
à proximité, signalétique autour de l’équipement,
Aménagement / Conception
…)
(Accès aux différentes parties de l’installation, ,
Matériaux :
choix des matériaux, des types d’équipements,
(Nature, compatibilité avec les produits utilisés en
emplacement des équipements)
nettoyage, désinfection…)
Exploitation et modalités de gestion Main d’œuvre :
Gestion des différents modes de fonctionnement (Personnel intervenant sur l’installation lors de la
(fonctionnement intermittents, exceptionnels) / pose des équipements, son exploitation, les
gestion hydraulique travaux ponctuels oui encore les analyses
Gestion des arrêts et démarrages d’eau…)
(Définition des temps d’arrêts, Arrêt ventilation Traitement d’eau :
ou arrêt circulation d’eau, Vidanges ou non) (pompes d’injection des produits de traitements,
appareils de mesure en place…)
Maintenance Indicateurs :
Maintenance préventive ou curative, planification (critères permettant de vérifier que les opérations
des tâches, formation des personnels de pose, d’entretien, de maintenance, de
intervenants surveillance des équipements sont bien réalisées)
Surveillance
Observations de terrain, analyses
physicochimiques et bactériologiques
La gravité du facteur de risque

- Forte : le facteur de risque contribue directement à la prolifération


ou à la dispersion des légionelles ou à la contamination du personnel
et/ou le facteur est une non conformité réglementaire.
 
- Moyenne : le facteur de risque peut générer des paramètres
favorisant la prolifération ou la dispersion des légionelles.

- Faible : le facteur de risque contribue peu à la prolifération ou à la


dispersion des légionelle.
La gravité du facteur de risque
 
  Facteurs contribuant directement au
 
 
développement ou à la dispersion des
FORTE légionelles :
Par exemple :
- présence de tartre
- présence de corrosion
- stagnation de l’eau ou faible vitesse de
circulation
- présence de microorganismes hôtes
(amibes, autres protozoaires, algues,
…) libres ou dans un biofilm
- variation des paramètres de
fonctionnement (débit eau/air, pression
au niveau des distributeurs d’eau)
- présence de biofilm
La gravité du facteur de risque
 
 
Paramètres pouvant générer un facteur contribuant au
  développement ou à la dispersion des légionelles :
MOYENNE Par exemple :
- dysfonctionnement des adoucisseurs engendrant la mise
en circulation d’une eau dure et donc des dépôt de tartre
- mauvaise qualité de l’eau d’appoint contenant beaucoup
de matières en suspension ceci générant des
perturbations au niveau des traitements d’eau …

 
 
Paramètres contribuant peu ou pas au développement
et à la dispersion des légionelles :
Par exemple :
- qualité des eaux usées rejetées
- absence d’entretien des clapets anti-retours présents sur
FAIBLE le circuit d’eau
La fréquence d’apparition du facteur de risque

- Forte : le facteur de risque est constamment présent (défaut de


conception, de surveillance, d’entretien ou de formation par exemple)
et/ou est une non conformité réglementaire.

- Moyenne : le facteur de risque peut parfois apparaître sur


l’installation (défaut d’interprétation des résultats, erreurs humaines
de manipulation d’un produit, etc…

- Faible : le facteur de risque n’apparaît que rarement, dans des


conditions exceptionnelles de fonctionnement de l’installation
(apparition d’un bras mort fonctionnel lors de l’arrêt d’un
adoucisseur).
Tableau de criticité
L’importance du facteur de risque
en pratique

- Criticité majeure :
Facteur de risque contribuant directement à la prolifération
OU Facteur de risque contribuant indirectement à la
prolifération mais présent constamment

- Criticité notable :
Facteur de risque contribuant indirectement à la prolifération
ET présent uniquement épisodiquement ou rarement

- Criticité mineure :
Facteur de risque contribuant peu à la prolifération de la
legionella
Analyse du Risque
Les nouvelles exigences réglementaires

Quand doit on faire son AMR?:


•A la mise en service de son installation
•Si 3 dépassements consécutifs de 1000 UFC/l
•Si dépassement de 100 000 UFC/l (dans les 15 jours)
•Si modification de la stratégie de traitement
•Si modification notable de l’installation
•Et dans tous les cas:
Si DC  Révision tous les deux ans
Si E  Révision annuelle
Quelques clés pour réussir son AMR

•Etablir un groupe de travail opérationnel:


•L’exploitant ou le nommément désigné
•HSE
•La production
•La maintenance
•Le traiteur d’eau
•Organisme ou intervenant extérieur (pour le
pilotage)
Quelques clés pour réussir son AMR

L’AMR est l’outil idéal pour engager des


modifications techniques ou organisationnelles.

L’AMR ne doit pas devenir un outil pour compiler


les modifications réalisées au cours de l’année
Quelques clés pour réussir son AMR

L’AMR doit être le faire-valoir des actions


engagées qu’elles soient préventives ou
correctives.
Le but n’est pas d’éliminer les risques mais de
justifier la maitrise du risque.
Ne pas hésiter à faire évoluer le principe de
cotation afin de gagner en finesse.
Analyse du Risque
Un exemple

F: Fréquence
G: Gravité
C: Criticité
Quelques clés pour réussir son AMR
L’AMR est le siège de la rédaction du système
documentaire:
* Plan d’entretien / maintenance
* Plan de surveillance (définition des
indicateurs et des seuils d’action)
*Rédaction des procédures et modes
opératoires
*Planification des actions correctives
Eviter les doublons dans la rédaction et
l’archivage des systèmes documentaires
Quelques clés pour réussir son AMR

L’AMR est un outil de valorisation des actions


engagées et de communication vis-à-vis :
* de la direction
* du personnel
* de l’administration compétente
Quelques clés pour réussir son AMR

L’AMR permet la maitrise du Process et des


situations d’urgence:
* Peut on arrêter la ventilation des TARs?
* Peut on arrêter la circulation d’eau?
* Calcul du timing optimal pour arrêter
l’installation en cas de dépassement du seuil de
100 000 UFC/l sans mettre en danger le
personnel et l’outil de production
Merci de votre attention

Vous aimerez peut-être aussi