Vous êtes sur la page 1sur 97

UNIVERSITE MOHAMMED I

FACULTE DES SCIENCES OUJDA


DEPARTEMENT DE BIOLOGIE

Master Ingénierie Horticole et Paysagère

INSECTES RAVAGEURS DES CULTURES


(ENTOMOLOGIE)

Présenté par : IDELSSE Mohamed


ANATOMIE GÉNÉRALE DES INSECTES

2
LES INSECTES: NUTRITION
1) Les végétariens.
- parties souterraines: racine, tubercules, bulbes…
- Les feuilles.
- Les Tiges.
- Le tronc et les branches.
- Les bourgeons.
- Les fleurs.
- Les fruits et graines.
- Les Mycophages.

2) La symbiose. 3
LES INSECTES: NUTRITION
3) Les Carnivores.
- Les prédateurs.
- Les parasites et parasitoïdes.
-
4) Autres régimes.
- Les omnivores.
- Les détritivores.
- Les nécrophages.
- Les coprophages.
- Les commensaux.
- Divers: miellat, ruches, denrées alimentaires. 4
LES INSECTES: LOCOMOTION

1) La Marche.
2) Le Saut.
3) La Réptation.
4) La Nage.
5) Le Vol.

5
6
7
8
LES ANTENNES
Les antennes sont munies de nombreux récepteurs
sensoriels
 Récepteurs olfactifs

 Récepteurs sensibles à l’humidité

 Récepteurs auditifs (chez les moustiques)

 Récepteurs permettant d’évaluer la vitesse du vent (chez


certaines mouches)
 Peuvent servir, par leur contact, à communiquer

(fourmis, abeilles)

9
LES YEUX
 Yeux composés formés d’unités : les ommatidies

10
LES YEUX

11
PIÈCES BUCCALES

12
LES CYCLES DE VIE

13
FORMES LARVAIRES :

Campodéiforme Scarabéiforme Élatériforme


Vermiforme
(Carabidae, coccinellidae, (Scarabaeidae) (Elateridae
(Curculionidae)
Chrysomelidae, etc.) Tenebrionidae)

14
FORMES LARVAIRES
Campodéiformes

Éruciformes

Vermiformes
15

Scarabéiformes Elatériformes
NYMPHES

16
O / HÉMIPTÈRES
 Presque tous les auteurs regroupent maintenant les
Hémiptères et les Homoptères dans le même Ordre

Hémiptères
O. HÉMIPTÈRES proprement
dits

S.O. Hétéroptères
S.O. Auchenorrhyncha
S.O. Sternorhyncha
Homoptère
s 18
HOMOPTÈRES

4 ailes membraneuses
Ailes antérieures souvent
colorées

Pièces buccales comme celles des


Hémiptères (piqueur / suceur) 19
Monde : 32 000 espèces
Tous phytophages
2 Sous-Ordres Antennes courtes
Tarses à 3 articles
Rostre à l’arrière de la tête
Actifs libres et sauteurs

S.O. Auchenorrhyncha
Sternorrhyncha
S.O. Sternorrhyncha

Aucheno : cou, gorge Auchenorrhyncha


Rhyncha : bec, rostre
Antennes généralement longues
Tarses à 1 ou 2 articles
Rostre semble prendre naissance entre les coxae
20
Illustration : antérieurs
Richard Lewington, 2001 Souvent immobiles et sédentaires
S.O. Auchenorrhyncha

F. Cicadidae

F. Membracidae

F. Cercopidae

F. Cicadellidae

Super-F. Fulgoroidea

21
F.
F. Cicadidae
Cicadidae (Cigales)
(Cigales) Seul le mâle chante.
Adulte se nourrit de sève; larve se
3 espèces au Québec nourrit dans le sol de la sève brute
des racines.
Stade larvaire souvent très long
(2 à 3 ans au Québec, certaines
espèces américaines peuvent
atteindre 17 ans).
Femelle pond dans les jeunes tiges
des arbres ( mort de la tige).

22
Tibicen canicularis Harr.
Cigale caniculaire
S.O. Sternorrhyncha
Sterno : poitrine
Rhyncha : bec, rostre

F. Psyllidae

F. Aleyrodidae

F. Aphididae

Super-F. Coccoidea

23
F.
F. Psyllidae
Psyllidae (Psylles)
(Psylles)

24
Longues 2 à 5 mm de long
Tarse à 2 articles
antennes
Glycaspis sp.

Les larves, immobiles, se


couvrent d’une substance
cireuse. Elles excrètent par
l’anus une partie des sucres de
la sève dont elles se nourrissent.
Les fourmis se nourrissent de 25

ce miellat.
F.
F. Aleyrodidae
Aleyrodidae (Aleurodes
(Aleurodes ou
ou Mouches
Mouches blanches)
blanches)

Très petits (2 - 3 mm)


Ailes recouvertes d’une poudre blanche
Pestes des cultures
26
A, Adulte. B, Œufs. C-E Larves
F, dernier stade larvaire
27
Adultes

Larves
28
F.
F. Aphididae
Aphididae (Pucerons)
(Pucerons)

Longues antennes

Caractérisés par la présence de 2


cornicules sur l’abdomen

29
Suceurs de sève (feuilles ou tiges) ; pestes
des cultures.
Cycles vitaux souvent complexes avec de
nombreuses générations annuelles.
Certaines générations aptères.
Femelle pond des œufs produits par voie
sexuée
OU
produit par parthénogenèse des larves
toutes formées (permet une multiplication
très rapide de la population)

30
La diète faite de sève est très riche en glucides et pauvre
en autres éléments nutritifs.
Les pucerons rejettent par l’anus une partie des excès de
glucides qu’ils absorbent : le miellat.
L’accumulation de miellat sur les feuilles favorise le
développement de moisissures noires causant la fumagine.
Les feuilles ou les fruits se couvrent alors d’une pellicule
collante noirâtre. Sur les feuilles, ce dépôt bloque
la lumière et réduit la photosynthèse.
31
Certaines espèces de fourmis se nourrissent du miellat sécrété par les
pucerons. Souvent ces fourmis protègent les pucerons contre leurs
32
nombreux prédateurs.
Super-Famille
Super-Famille Coccoidea
Coccoidea (Cochenilles)
(Cochenilles)

F. Coccidae
F. Diaspididae
F. Pseudococcidae
F. Kermidae

Seul
Seul le
le premier
premier stade
stade larvaire
larvaire présente
présente des
des antennes
antennes et
et des
des
pattes
pattes permettant
permettant le le déplacement.
déplacement.
Ces
Ces appendices
appendices disparaissent
disparaissent àà la
la mue
mue suivante.
suivante.
Le
Le corps
corps sese couvre
couvre d’une
d’une sécrétion
sécrétion de
de cire
cire ou
ou de
de résine
résine
pouvant
pouvant même
même former,
former, avec
avec l’exosquelette
l’exosquelette des
des mues,
mues, une
une
carapace
carapace séparée
séparée du du corps.
corps.
Seuls
Seuls les
les mâles
mâles présentent
présentent unun stade
stade ailé
ailé (souvent
(souvent une
une seule
seule
paire
paire d’ailes).
d’ailes). Ils
Ils n’ont
n’ont pas
pas de
de pièces
pièces buccale
buccale etet donc
donc ils
ils ne
ne se
33 se
nourrissent
nourrissent pas.
pas.
Attaque des arbres et arbustes forestiers, fruitiers et ornementaux.
‘les feuilles, les tiges ou les racines’ 34
Premier stade larvaire Autres stades larvaires

35

Galles Mâle adulte


Chrysomphalus dictyospermi
Pseudococcus citri

Inglisia vitrea Cochenille 36


37
Pseudococcus calceolariae
Lecanium
Une peste dans les serres

38
Pou de San José
Quadraspidiotus perniciosus
Une peste des arbres fruitiers.
Apparu en Californie en 1880, il agrandit son
aire de distribution depuis ce temps.

39
40
Cochenille virgule du pommier
Lepidosaphes ulmi L.
COLÉOPTÈRES
Il y a plus d’espèces de
Ordre le plus vaste : Coléoptères connues
que d’espèces de
plantes

• Constituent 40% des espèces d’insectes connues


(~ 300 000 espèces décrites dans le monde dont
plus de 6000 au Canada)
• 30% des espèces animales de la planète
• Présents dans presque tous les milieux (sauf
marins)
• La majorité sont herbivores, mais on trouve aussi
de nombreux prédateurs, des détritivores, des
nécrophages et mêmes quelques espèces parasites

42
•Pièces buccales de type broyeur avec
mandibules bien développées
•Holométaboles : peuvent passer l’hiver
sous forme d’œuf, de larve de nymphe ou
d’adulte

Dessin : Pierre Veilleux,


Insectarium de Montréal
43
Ailes antérieures sclérifiées Koleos = étui, fourreau
= élytres Ptera = ailes
Ne participent pas au vol

Ailes postérieures membraneuses;


repliées sous les élytres.
Se déploient pour le vol.

Goliathus goliathus

Taille variant de 0,5 mm à


plus de 10 cm

44
Titanus giganteus
F. SCARABEIDAE (Scarabés,
Scarabés, Hannetons, Cétoines)
Hannetons, Cétoines

Trois derniers articles


des antennes en forme
de lamelles

Hanneton
(barbeau, june beetle)
45
Polyphylla decemlineata
Sous-F. Melolonthinae

Larve souvent appelée


« ver blanc »
Phyllophaga sp.
Vit dans le sol où elle se 46
nourrit de racines.
Cycle de vie
du Hanneton commun
Phyllophaga anxia (LeC.)
47
(June Beetle)
F. CURCULIONIDAE (Charançons
Charançons)

Famille la plus vaste des Coléoptères

antennes coudées
pièces buccales à
l’extrémité d’un
rostre plus ou
moins allongé

Tarses à 4 articles 48
(en apparence)
Charançon du maïs
Sitophilus zeamais

Calandre des grains 49


Charançon du riz Sitophilus granarius
Sitophilus orizae
2
F. Buprestidae
Le capnode noir
 Nom scientifique: Capondis tenebrioni

 Biologie du ravageur :

 Les femelles apparues en mai vivent de 2 à 4 mois,


 Les femelles de juillet-août ont une longévité de près de 15 mois (hibernation),
 Le développement embryonnaire dure 10 à 20 jours (T°),
 Le stade larvaire dure 10 à 12 mois,
 La nymphose : dure ≈ 1 mois. 50
Le capnode noir « Capondis tenebrionis »

 Dégâts :

Les larves attaquent les racines des arbres


provoquent:
 La mort des jeunes arbres,
 L’affaiblissement des arbres âgés,
 L’exsudation de gomme important au niveau du
tronc et des branches.

51
F. CHRYSOMELIDAE (Chrysomèles
Chrysomèles)

4e plus grande famille de Coléoptères

52
Tarses 5-5-5, mais en
apparence 4-4-4
Cassidinae

Charidiotella purpurata  Boh.


La Casside orangée (5mm)

53
26
F. Scarabeidae

La cétoine
 Nom scientifique: Epicometis hirta

 Biologie du ravageur :

 La cétoine s’active du printemps au début d’automne,


 La larve se développe dans le bois mort des souches,
 Elle passe 3 stades larvaires qui s’étalent sur 1 à 2 ans.

 Dégâts :

 La cétoine dévore complètement l’intérieur de la fleur. 54


LÉPIDOPTÈRES
Holométaboles
adulte Généralement une génération par
(imago) an.
Diapause (période de froid)
souvent obligatoire, le plus
souvent au stade de chrysalide,
mais parfois au stade larvaire ou
à l’état d’œuf.
oeufs Certaines espèces sont
migratrices.

nymphe
(chrysalide)
larve (chenille)
56
Cycle de la Spongieuse
(Lymantria dispar ; Lymantriidae)
Larve éruciforme (chenille)

10
10 segments
segments
33 segments
segments abdominaux
abdominaux
thoraciques
thoraciques

tête
tête

55 paires
paires de
de fausses
fausses pattes
pattes
(parfois
(parfois moins)
moins) munies
munies de
de
crochets
crochets
66 ocelles
ocelles 33 paires
paires de
de pattes
pattes
thoraciques
thoraciques
57
Beaucoup de chenilles possèdent des glandes à soie (= glandes
salivaires modifiées)

Enrouleuse de feuille

Beaucoup de
chenilles font leur
nymphose dans un
cocon de soie, mais
la plupart n’en font 58
pas.
Larves (chenilles) phytophages; la
plupart sont défoliatrices

Peuvent aussi attaquer


les tiges, les fruits, le
bois ou même la laine
ou la cire d’abeille
59
Plusieurs petites espèces creusent des galeries entre
les deux épidermes des feuilles (= mineuses) 60
Corps et ailes des adultes couverts d’écailles

61
Antennes longues,
parfois plumeuses

62
Pièces buccales de type « suceur-lécheur » Trompe enroulée
(proboscis) formée de la fusion des maxilles

Pièces buccales parfois


Aspirent nectar des vestigiales ou absentes (ne se 63
fleurs nourrissent pas au stade
adulte)
64
Palpes labiaux souvent très
développés
Pas de mandibules
65
Anciennement divisés en deux sous-ordres :
• S.O. Rhopalocères : papillons de jour (Butterflies)
• S.O. Hétérocères : papillons de nuit (Moths)

= division arbitraire (abandonnée par la plupart des auteurs), mais


encore utilisée pour des raisons de commodité.

Les plus petits sont aussi parfois


regroupés sous l’appellation Les familles se distinguent surtout par66
« microlépidoptères » la nervation des ailes.
4
F.Cossidae

Le cossus gâte-bois
 Nom scientifique: Cossus cossus

 Biologie du ravageur :

 La femelle ponde dans les infractuosités des écorces (oviscapte puissant),


 Le développement embryonnaire dure 12 à 15 jours,
 La chenille vit dans des galeries qu'elle creuse sous l'écorce,
 La chenille construit un cocon en particules de bois et se nymphose,
 Le stade nymphal dure ≈ 1 mois,
 Une fois accomplie la mue imaginale, l'adulte sort, entraînant souvent derrière
67

lui l'exuvie.
5

Le cossus gâte-bois «Cossus cossus»

 Dégâts :

 La chenille pénètre très profondément dans le


bois et peut même forer le cœur de l'arbre,
 Il s'attaque le plus souvent aux vieux sujets
décrépis ou blessés dans lesquels la sève circule
mal.

68
F. Noctuidae
Ailes antérieures de
nombreux adultes portent
des taches rondes ou
réniformes.
Ailes postérieures souvent
jaunes ou rouges avec
bandes noires (genre
Catocala)

La plus grande famille


de lépidoptères (plus de
2700 espèces en
Antennes Amérique du Nord.
filiformes Nocturnes
69
Chenilles de certaines espèces vivent
dans le sol (vers gris) et s’attaquent au
collet des jeunes plantes (d’où leur
nom anglais de Cutworm )

70
F. Pieridae (Piérides, Coliades)

Papillons pâles, généralement


jaunes à jaune pâle, parfois
blancs.

On retrouve souvent une tache


noire sur l’aile antérieure et
rouge sur la postérieure.

Colias eurytheme Bvd.


Coliade de la luzerne
71
F. Pyralidae (Pyrale)

Ostrinia nubilalis
Pyrale du maïs
(espèce introduite d’Europe vers 1917)

Papillons plutôt petits et délicats.


Nombreuses espèces très nuisibles.
Certaines espèces infestent les matières
alimentaires (grain, farine). Certaines se
nourrissent même de cire d’abeille. 72
DIPTÈRES
GÉNÉRALITÉS SUR LES DIPTÈRES
 Les Diptères comptent plus de 100 000 espèces
réparties dans le monde entier. Leur taille varie de 1
mm à 5 cm environ
 À l'exception d'une seule espèce marine, Pontomya
pacifica, tous les Diptères adultes sont terrestres.
 Ils sont généralement diurnes.
 Certains sont floricoles, d'autres se nourrissent de
matières organiques en décomposition, d'autres encore
sont prédateurs d'insectes ou hématophages (dont les
glossines, taons, moustiques).
74
TETE DES DIPTERES

75
76
 Ordre d'Insectes holométaboles caractérisés, à l'état
adulte, par la possession d'une seule paire d'ailes
fonctionnelles (la seconde étant modifiée en organes
stabilisateurs et sensoriels = Balancier
 L’autre aile est très veinée, très développée. Elle
permet un vol rapide et long.
 L'ordre des Diptères rassemble environ 120 familles
réparties en trois sous-ordres: les Brachycères, les
Nématocères et les Cyclorrhaphes.
 Larves => apodes et se déplacent au moyen de
formations secondaires (papilles, pseudopodes, etc.)
77
F. Agromyzidae

 Oviscapte des femelles en forme


de tube sclérifié
 Ailes larges

 1 fracture sur la nervure costale

 Larves mineuses des feuilles

78
BIOLOGIE DES MINEUSES
 Les mineuses sont des mouches luisantes, de
petite taille (2-3 mm), noires et jaunes qui
pondent leurs oeufs dans le limbe.
 Elles pondent leurs oeufs dans les feuilles en
laissant sur celles-ci des piqûres facilement
observables.
 Après 2-3 jours d’incubation, les oeufs
éclosent.
 Les larves creusent alors les galeries
caractéristiques dans les tissus foliaires.
 Puis, elles taillent une ouverture semi-
circulaire dans les tissus et tombent au sol
pour amorcer leur pupaison.

 il peut y avoir plusieurs générations par


année.
 Des dommages graves aux feuilles peuvent
nuire à la photosynthèse et entraîner une
altération de l’aspect des légumes et des
plantes ornementales. 79
 Il y’a quatre grandes espèces de mineuses qui peuvent s’attaquer
aux légumes et aux plantes ornementales. L’identification de ces
espèces est difficile.
 Les quatre principales espèces sont la mineuse américaine,
Liriomyza trifolii (Burgess), la mineuse sinuante du chou,
Lyriomyza brassicae (Riley), la mineuse maraîchère,
Liriomyza sativae (Blanchard) et la mineuse sud-américaine,
Liriomyza huidobrensis

80

Liriomyza sativae Liriomyza huidobren Liriomyza trifolii


sis
F. Psilidae

 Forme allongée et de teinte


sombre
 Oviscapte des femelles non
sclérifié
 Nervure costale avec une
fracture au niveau de
l’extrémité de la sous costale
 Larves dans carottes, choux
et bettraves
81
F. Cecidomyiidae)

 Antennes annelées et
nervation très réduite
 Pattes longues

 Déformation ou galles sur


plantes attaquées ( les
gallicoles)
 Parasitoïde du puceron
(Aphidoletes aphidimyza )

82
F. Tephritidae
Ceratitis capitata :

 Mouche méditerranéenne des fruits


 attaque plus de 200 espèces de fruits
des régions méditerranéennes; 5 mms ;
 larve blanc-jaunâtre de 7-8 mms;
 2 à 8 générations par an;; pupes
hibernant dans le sol;
 attaque pêches, abricots, poires,nèfles,
pommes, oranges, tomates, figues,
bananes...
 Les larves s'enfoncent en minant les
fruits jusqu'au noyau (10 à 30 larves
dans 1 fruit)
Male - femelle

83
"Mouche des cerises" ("ver
de la cerise")
Rhagoletis cerasi :

 4mms,
 presque entièrement noir avec
écusson jaune;
 ailes ornées de bandes brunes;
 larve blanc-ivoire de 5 mms : 1
larve par fruit;
 1 génération par an;
 la pupe hiberne dans le sol

84
"Mouche de l'olive"
Dacus oleae :

 5 mms, teinte brun-foncé,


 tête plus claire, ailes avec 1 tache
brune à l'extrémité;
 larve blanchâtre de 7 mms;
 1 larve par fruit,
 la pupe hiberne dans le sol,
 3 générations par an;

85
THYSANOPTERES
Insectes ptérygotes néométaboles
« à ailes frangées »
 + 850 GENRES + 5000 ESPECES
 PRINCIPAUX CONSTITUANTS:

THRIPS: 250 Especes Frankliniella : 160 Especes

87
  Thysanopteres:
- Insectes allonges ailes
- Polyphages
- Taille: 1 à 2 mm
- Piqueurs-suceurs
- Stades de développement:
* Stade œuf
*2 Stades larvaires

* Stade nymphal
* Stade adulte 88
Femelles parthenogeniques vivent 40 j
NB: se nourrissent pendant
six jours avant ponte
50 à 300 œufs par mois
Larves hibernent dans le sol
Nymphes aptères
Adultes actifs

Particularités des Thysanoptères:


1 espèce de Thrips 1plante donnée
Les thrips volent avec le vent
Les thrips : vecteurs de virus

89
90
CYCLE BIOLOGIQUE DU THRIPS
FACTEURS DE DÉVELOPPEMENT
 Conditions favorables:
- conditions chaudes et sèches (plus la
température est proche de 25-30°C, plus le cycle est
court).
- fertilisants riches en azote
- croissance rapide de pousses tendres
- Les plantes stressées hydriquement
- Le vent facteur de dissémination
 Conditions défavorables:

- Température : basse 4-6°C


élevée +35°C 91

- Absence de vent
EXEMPLE DE DÉVELOPPEMENT

Thrips tabaci:   Plus petit insecte ailé (1 mm).


Espèce quasiment parthénogénique
Cycle de 15 à 18 jours (été)

11 à 12 générations par an
femelles fécondées hivernent à l'abri
La nymphose a lieu au sol.
Stade adulte de 22 à 25 j

92
à gauche Thrips tabaci (Thripidae)
à droite Frankliniella occidentalis
THRIPS DES PLANTES ORNEMENTALES

Thrips dans le "coeur" d'une inflorescence de Leucanthème ("marguerite")

93
THRIPS DES PLANTES ORNEMENTALE
Thrips du Gerbera

Thrips du glaïeul

Hibiscus (T. simplex)

94
THRIPS ET PLANTES ORNEMENTALES

Dégâts de Frankliniella occidentalis sur fleur de pâquerette

Dégâts de Dendrothrips ornatus


sur feuille de troène

95
DEGATS SPECIFIQUES
 Piqûres : nuisances sur l’esthétiques.
 Présence de taches, rayures ou des cicatrices

 Présence de nécroses brunes sur feuilles

 Sur grappes: entrainent la coulure

 Pousses: deviennent rabougries, et déformées

 Transmission de virus redoutables

96
97

Vous aimerez peut-être aussi