Vous êtes sur la page 1sur 75

Mesures et Instrumentation en mécanique

des fluides – 3A FETES

olivier.boiron@centrale-marseille.fr
Sommaire
Introduction - Définitions
Caractéristiques & performances d’un
système de mesure
Mesures de pression
Mesures de vitesse
Mesurer comment?
Une mesure c’est:
Une valeur numérique associée à une grandeur physique
Une unité
Une incertitude
Mesure=Valeur vraie + Erreur absolue

Erreur aléatoire + Erreur systématique


Mesurer avec quelles erreurs?
Erreur aléatoire:
(NF X 07-001 3.12): Composante de l’erreur absolue de mesure qui,
lors de plusieurs mesurages du même mesurande, varie d’une façon
imprévisible.
On diminue l’erreur aléatoire en répétant les mesures

Erreur systématique:
(NF X 07-001 3.13): Composante de l’erreur absolue de mesure qui,
lors de plusieurs mesurages du même mesurande, reste constante ou
varie de façon prévisible.

On diminue l’erreur systématique en apportant des corrections


Mesurer quoi?

Une grandeur physique?


Mesure directe assez exceptionnelle
On mesure son action sur un corps d’épreuve
Exemple: membrane de capteur de pression,
Jauge de contrainte, traînée de particules…
Définitions
Capteur
(transducteur
Réponse Action de la grandeur
piézo.)
q(t) mesurée ou mesurande
(charge (ici la pression p(x,t))
électrique)
Corps d’épreuve
(cristal piézo)

Conditionneur U(t) % p(x,t)


(ampli. de charge)
Les différents types de capteur
Capteur actif: capteur dont la réponse est:
U(t), e(t), q(t), i(t)

Capteur passif: capteur dont la réponse est


Z(t), L(t), C(t)
Conditionneurs
Si le capteur est passif il faut un conditionneur pour
accéder à sa réponse.
Conditionneurs potentiométriques ou oscillateurs

Montage potentiométrique Capteur alimenté par une source


de courant
Capteurs passifs (suite)
Montages en pont

Montages
oscillateurs
Caractéristiques du capteur
Précision
Résolution
Sensibilité
Linéarité
Rapidité (temps de réponse)
Stabilité
Reproductibilité
Coût et temps de mise en oeuvre
Précision
Qualité d’un appareil à délivrer une mesure la plus proche
possible de la mesure vraie. Elle se décline en:

Fidélité:
Qualité d’un appareillage de mesure dont les
erreurs aléatoires sont faibles
Justesse

Qualité d’un appareillage de mesure dont les


erreurs systématiques sont faibles
Précision (suite)
Mesure bidon:
Mesure fidèle
Ni juste, ni fidèle
mais pas juste

Mesure juste
mais pas fidèle
Bonne mesure

La précision est souvent globalisée par les constructeurs et est


donnée en % de l’étendue de mesure (E.M.) ou en % de la lecture
Exemple manomètre différentiel Furness FC016 100mm H20:
précision: 1% de la lecture.
Résolution
Capacité d’un appareillage à discerner deux mesures
distinctes
Exemple manomètre différentiel Furness FC016 100mm
H20: résolution: 1 digit (affichage numérique)
Carte d’acquisition: on parle alors de pas de quantification
Sensibilité
La sensibilité est définie comme le rapport de la variation
s de la réponse du capteur à la variation e du mesurande
qui lui à donné naissance
 s   s 
S (ei )      
 e ei  e ei
L’unité de S dépend du capteur!!!
Exemple: capteur de pression Validyne DP15:
S =1mmHg/mV/V
Influence de la tension
d’alimentation du capteur
Sensibilité (suite)
Sensibilité en régime statique: le mesurande a un
comportement stationnaire ou quasi stationnaire.
Sensibilité en régime dynamique: le mesurande a un
comportement instationnaire.

Exemple: e t   e0   en cos nt   n  Ce n’est pas la


n 1  même définition
La réponse vaut: s  t   s0   sn cos nt   n  qu’en statique !
n 1
sn
et la sensibilité à la fréquence fn=n/2 : S  f n  
en
Sensibilité d’un système du 1er ordre
Capteur dont le comportement est celui d’un système
différentiel du premier ordre càd dont la réponse s’exprime
par l’E.D.: ds t 
A  Bs  t   e t 
dt
Pour un mesurande e  t   e 1 e i t

La réponse vaut: s t   s1e


i  t   

e1 1  f 
avec: s1  et    arctg 
B 1 f 
fc
2
 fc 
B
et: fc  appelée fréquence de coupure
2A
Sensibilité d’un système du 1er ordre (suite)
s 1 1
La sensibilité est donnée par: S f   
e B
 
2
1 f
fc

Atténuation
20db/décade

Déphasage
de -/2

Sensibilité d'un système du 1er Déphasage d'un système


ordre du 1er ordre
Sensibilité d’un système du 2ième ordre
Les variations de la réponse sont données par:
d 2 s t  ds t 
A B  Cs  t   e t 
dt 2 dt
Fréquence
On obtient en posant: propre

e t   e1e it et s t   s1e i  t   C


f0  1 B
2 
A 2 C. A
e1 1  2 
s1     arctg 
C
1    
f 2
f0
2
 4 2
 
f 2
f0


f0
f
1    
f 2
f0

 Coefficient
d’amortissement
Sensibilité d’un système du 2ième ordre (suite)

La sensibilité est donnée par:


1
S( f ) 
C 1    
f 2
f0
2
 4 2  
f 2
f0

Sensibilité d'un système du 2ième Déphasage d'un système du


ordre 2ième ordre
Linéarité
C’est la capacité qu’à le capteur à délivrer une réponse
proportionnelle au mesurande.

La sensibilité n’est pas une fonction du mesurande


Problème car elle dépend généralement de la fréquence du
signal  bande passante du capteur
Bande passante = plage de mesure dans laquelle S(f)=Cte
Etalonnage du capteur
Temps de réponse
Pour du transitoire mieux vaut discuter en termes de temps de réponse
qu’en termes de bande passante

1er ordre
Système du premier ordre
A 1
 
B fc
Système du deuxième ordre:
C  0  2f 0
0  =0
A =1
=2

Réponse à un échelon du
mesurande
Résolution spatiale
De même que le temps de réponse doit être adapté à la
dynamique du mesurande, les dimensions du capteur
doivent être comparables aux dimensions caractéristiques
des phénomènes mesurés.
Exemple éclt. turbulent: taille des + petites structures
porteuses d’Ec d’agitation donnée par la micro échelle de
Taylor:
u 2 u3 
 15 2    Ret  En soufflerie  de l’ordre de 0.1mm
 12

  
Résolution spatiale (suite)

Hypothèse d’additivé des signaux sur la « surface


sensible » du capteur:
e (x, t )   e(x ', t )K ( x  x ', t )dx'

K est la réponse percutionnelle du capteur


Exemple: capteur surfacique parfait:
K=S-1 si xAire_sensible
K=0 si xAire_sensible
1
e (x, t )  
S Capteur
e( x ', t )dx'
Adaptation au système de mesure
Un capteur (actif ou passif) + conditionneur est électriquement
équivalent à un générateur constitué d’une source+impédance interne
Zc.
Connection à une carte d’acquisition ou un oscillo. attention aux
points suivants:
Si le capteur + son
conditionneur génère
une f.e.m., le système
de mesure va se
comporter comme une
impédance chargeant
le capteur. Intérêt d’avoir Zi>>Zc
Z (plusieurs M en pratique)
vm  ec i

Zi  Zc
Adaptation au système de mesure (suite)

Le capteur est source de courant


(photodiode, photomultiplicateur,..):
Zc Il faut Zi<<Zc
im  ic
Zi  Z c
Convertisseur courant-tension
Vm petit

Le capteur est source de charge


(capteur piézo,…)

Ampli de charge
Tension indépendante de la capacité
du capteur
Mesures de pression
Prises pariétales de pression:

Influence géométrie

Trop grand  recirculation


Trop petit  effet visqueux sur le
tps de réponse
Mesures de pression (suite)

Influence de la compressibilité
Mesures de pression (suite)
Sondes de pression statique
La + simple: le tube de Prandtl mais influence de:
La forme du nez
L’inclinaison

La distance de la prise de
pression au bord d’attaque

Support théorique (théorie des


éclts potentiels)
Mesures de pression (suite)
Prises de pression totale (ou d’arrêt)
Peu sensibles à la direction de l’écoulement
Présence de parois (couche limite)
Attention en écoulement fortement compressible (ondes de choc)

Ligne sonique
1
   1
p1  2 M 12  (  1)  M>1
 M1>1 p1 p01
p02     1   1  M 2   M<1


  2 1 
 P02
Mesures de pression (suite)
Sondes directionnelles
Précision de l’ordre du degré
Mesures de pression (suite)
Capteur à membrane
Le corps d’épreuve est une membrane généralement métallique

p(x,t)


 
3 1   p pR 4
2
f 0  0.47
e E
R 16 Ee3 R2   1  2 

L’augmentation du rapport R/e diminue la fréquence propre et donc la


bande passante
Compromis temps de réponse/contraintes admissibles à trouver
Nombreux procédés de conversion de la flèche en grandeur mesurable
Engrenage+aiguille
Jauges diffusées
Variation de capacité
Lecture optique….
Mesures de pression (suite)
Exemple de procédé de conversion: le capteur à variation de
reluctance
dI N2 e
Va   L L 
dt  S
Excellente précision
Nécessite une alim. en alternatif
Assez sensible au bruit électromagnétique
ambiant
Mesures de pression (suite)
Validyne DP15 spécifications
Ranges:+/-0.08 to +/-3200 psid
Accuracy: +/-0.25% FS include non-linearity, hysteresis, and non-repeatability
Overpressure: 200% FS , to 4Kpsi
Line Pressure: 3200 psig
Output: +/-35 mV/V, nominal
Inductance: 20 mH, each coil
Zero Balance: Within +/-5 mV/V
Excitation: 5Vrms, 3KHz to 5khz
Pressure Media: Liquids and Gases compatible with 410 SST
Temperature Range: 0 to 165 deg F, standard, -65 to +250 deg F, extended
Temp Effect on Zero: 1% FS/100 deg F, typical
Temp Effect on Span: 2%/100 deg F, typical
Pressure Connection: 1/8 inch female NPT
Electrical Connection: PT02A-10-6P Bendix or equal
Mesures de pression (suite)

Capteur piézoélectrique
Principe
Effet piézo=apparition d’une polarisation électrique
dans certains diélectriques anisotropes sous l’action
d’une contrainte mécanique
Cristal taillé et métallisation sous vide
de deux faces pour constituer deux armatures
électriques
Bande passante élevée
Nécessite un ampli de charge
Mesures uniquement en dynamique
Mesures de pression (suite)
Liaison prise de pression-capteur: « tubing »
p1 p2
p3

Problématique: la réponse du capteur est-elle influencée par la conduite de


liaison?
Un modèle simple: la colonne rigide (fluide incompressible)
dU  Cf
Dans la conduite:  p1  p2      4  w avec  w  U 2
dt d 2
dU  U 2
 p1  p2      32 2 U   (1)
dt d 2

Perte de charge linéique Perte de charge singulière


Mesures de pression (suite)
Liaison prise de pression-capteur: « tubing »
Dans le corps du capteur: conservation de la masse
 d 2 d ( V )  d 2  dV V  dp
U  Adiabatisme  U   
4 dt 4  dp  p  dt
t
1  V 
p  p3  p2   USdt (2) Cst (capteur linéaire)  
C t0   p0 
t
p1 dU S
(1) et (2)


dt
 C1U  C2U 2  
 C t0
Udt

 d 2U dU S
    C1  C 2U   U 0
 dt dt  C
 U 0 à t  t0
 dU p
  1
 dt 
Mesures de pression (suite)
Liaison prise de pression-capteur: « tubing »

Effets visqueux
Mesures de vitesse
Vélocimétrie laser Doppler
Inventé par Yeh & Cummins en 1964
Mesure de la vitesse instantanée dans les gaz
et les liquides
Mesures 3D
Technique non-intrusive (technique optique)
Mesure absolue (pas d’étalonnage)
Très bonne précision
Very high spatial resolution due to small
measurement volume
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
Principe: Diffusion de la lumière par des particules advectées par
le fluide
On considère une particule sphérique
k1
se déplaçant à la vitesse V V
de taille submicronique illuminée
par une source laser de fréquence f.
Compte tenu de son mouvement
la particule perçoit une fréquence

f V.k1
fP = » f -
æ V.k1 ö÷ 2p
çç1 + ÷
çè w ø÷
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
Un observateur placé dans la direction u
reçoit de la particule de la lumière
diffusée à la fréquence:
k1
fP  V. u  V
fR   f P 1  
 V. u   c 
1  
 c 
V . u V. k 1
Soit: f R  f  f  u
c 2

Problème:
Dépend de la direction
d’observation
Nécessite un appareillage dont
la dynamique permet d’aller mesurer
(fR-f) dans f (càd qques dizaines de MHz dans 1014Hz)
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
On superpose une deuxième source cohérente k1
V V
de même fréquence.
L’observateur reçoit alors de la particule:
V. u V . k 1 V . u V. k 2
f R1  f  f  et f R 2  f  f  u
c 2 c 2
Un détecteur photoélectrique sera sensible
k2
à l’énergie contenue dans une onde battant
à la fréquence fR1+fR2 (en pratique pas mesurable)
et à l’énergie d’une onde battant à fR1-fR2 soit:

k1  k 2 2 sin  2
f  f D  f R1  f R 2  .V  V
2 
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
k1  k 2 2 sin  2
f  f D  f R1  f R 2  .V  V
2 

La fréquence du signal reçu est indépendante de la direction d’observation


f=f(,,V)
Le signal reçu ne peut provenir que des particules passant par la zone de
croisement des deux faisceaux ou volume de mesure
Nécessité d’avoir deux sources cohérentes entre elles
On mesure le module de la vitesse dans la direction  à la bissectrice des
deux faisceaux mais le sens reste indéterminé
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
Flow
Transmitting Receiving optics
Laser optics with detector

HeNe Beamsplitter Gas Achrom. Lens


Ar-Ion (Freq. Shift) Liquid Spatial Filter
Nd:Yag Achrom. Lens Particle Photomultiplier
Diode Photodiode

Signal Signal
PC
processing conditioner

Spectrum analyser Amplifier


Correlator Filter
Counter, Tracker
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
Optique d’émission:
Lame séparatrice LS
Lentille achromatique
Laser Lentille
Options:
Cellule de Bragg
Petites vitesses Cellule de
Mesure le sens Bragg
Expandeurs D E

Volume de mesure +
petit
Densité de puissance D 
disponible au point de
croisement + grande DL F
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
 Z
L’intensité lumineuse a une DL
distribution gaussienne dans F Y
les 3 directions dans le vol. de
mesure. X
1 Intensité
lumineuse
0 1/e 2
Les dimensions du volume de z
mesure sont données à 1/e2

x Z
Volume de
mesure
y X Y
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
Le volume de mesure a sensiblement la forme d’un ellipsoïde

4Fλ
dz = z
q
pED L sin

2
4Fλ  Z
dy =
pEDL

x
X

Plus la focale est courte et l’écartement entre les faisceaux grands plus le
vol. de mesure est petit.
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
Diffusion avant
Optique de réception
Optique
Fibre Multimode Lentilles
Filtre interférentiel
Fibre
Détecteur
Multimode Photomultiplicateur
Photomultiplicateur
Photodiode

Filtre
Interférentiel
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler fB40 MHz
Piezoelectric
Mesure du sens de la vitesse
transducer
On décale la fréquence d’une fL
des sources laser d’une wave front
valeur connue fB fL + fB
r 
Le décalage Doppler vaut Lase
alors:
Absorber
fB k1  k 2
f  f D  f R 2  f R1  f B  V. u  .V
c 2
2 sin  2 Cellule de Bragg
fD  fB  V

Suivant le signe de V on
observe alors une fréquence
+grande ou +petite que fB
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
Mesure 3D
On utilise 3 longueurs d’onde 
Généralement laser Ar
=514.5, 488 et 476.5nm
Système intégré avec transmission par fibre

Attention à la coïncidence
des 3 vol. de mesures
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler 120
90
60

Les problèmes… 150 30

Les particules
180 0
Figure de diffusion
Elles ne diffusent pas la lumière de
210 330
manière identique dans toutes les
directions. Diffusion privilégiée vers 240
270
300

l’avant. Mais tout de même +pratique


d’utiliser un montage en rétrodiffusion Diffusion de Mie pour une
particule sphérique de
Temps de réponse: les particules sont diamètre de l’ordre de 
advectées par le fluide:
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
Les problèmes…
Les particules
Particules Fluide Diamètre dp (µm)

  fc=1kHz fc=10kHz



dU p 18 U p  U 

 2 Huile de
dt dp p Air 2.6 0.8
silicone

Système du 1er ordre TiO2 Air 1.3 0.4

MgO Flamme 2.6 0.8


air/méthane
(1800K)
1
 d p2  p  TiO2 Plasma d’O2 3.2 0.2
fc  
 18  (2800K)
 
Mesures de vitesse (suite)
Vélocimétrie laser Doppler
Les problèmes…
Le rapport S/B
Bruit inhérent au procédé de
photodétection
Bruit électronique du préampli de
détection
Bruit optique (laser émettant sur plusieurs
modes)
Lumière diffusée par des particules non
calibrées (poussière,), passage simultané de
plusieurs particules, ….
Réflexions parasites
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV)
Principe assez simple:
Tomographie laser d’écoulements ensemencés par des traceurs
Enregistrement sur support numérique ou argentique de la position
des traceurs à deux instants différents
Calcul du vecteur vitesse instantané (direction, sens et module)
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV) (suite)
Tomographie laser – Double exposition
Association d’un Laser CW (généralement un argon ionisé
=514.5nm), d’un cristal acousto-optique et d’une lentille cylindrique
fB

fL
fL + fB

ase r CW
L

Laser pulsé (généralement un YAG doublé =514nm) ou si la


fréquence de répétition n’est pas suffisante synchronisation de deux
lasers pulsés (double-pulse)
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV) (suite)
Ensemencement
Des particules de tailles microniques entraînées par l’écoulement
traverse le plan laser (épaisseur du plan de l’ordre de 0.2-0.5mm) et
rediffusent de la lumière dans tout l’espace.
Dans l’air on utilise généralement des générateurs de fumée.
(bricolage avec de l’encens, vapeurs d’huiles brûlées, mélange
amonia+acide sulfurique, atomisation de mélanges eau+glycérine,
etc)
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV) (suite)
Ensemencement
Dans l’eau c’est plus compliqué à cause de la flottabilité des
particules. Attention au choix! (et au portefeuille)

MSF PSP HSG S-HSG FPP


Micro Spherical Polyamid Hollow Glass Silver coated Fluorescent
Feathers Spheres Hollow Glass Polymer
Spheres Particles
Mean 2.7, 10, 30, 50, 5, 20, 50 10 10 10, 30, 75
diameters 75, 100
Size +/- 10% 1 - 10 micron 2 - 20 micron 2 - 20 micron 1- 20 micron
distribution 5 - 35 micron 20 - 40 micron
30 - 70 micron 50 - 100 micron
Particle perfect non-spherical, spherical spherical spherical
shape spherical but round
Density 1.03 1.03 1.1 1.2 1.5
Refractive 1.7 1.5 1.52 1.68
index
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV) (suite)
Enregistrement image
Deux techniques
Une seule image exposée deux fois consécutivement (de moins en
moins utilisé) (technique à double exposition)
Deux images consécutives
Caméra CCD + carte d’acquisition + traitement numérique
Appareil photo+Support
argentique+traitement optique
Quel que soit le type de support
problème d’étalonnage du au
grandissement de l’objectif de prise
de vue
correspondance pixel/distance réelle
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV) (suite)
Calcul du déplacement des particules  corrélateur
Beaucoup trop de particules
pour pouvoir les discerner
les unes des autres sans
ambiguïté.

Traitement statistique par


autocorrélation (technique à
une seule image) ou par
intercorrélation (technique à
deux images) sur des
Image en double exposition portions de l’image ou
cellules d’interrogation
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV) (suite)
Cellule d’interrogation: on effectue un découpage de(s) image(s)
initiale(s) puis on calcule pour chacunes d’elles la fonction
auto(inter) corrélation

Taille donnée en pixel.


Généralement 64X64pixels
ou 128x128

Image en double exposition


Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV) (suite)
Autocorrélation
C   ,     I ( x, y ) I ( x   , y   )dxdy


 Le calcul de la vitesse des particules


OO2  se ramène à la mesure de la distance
OO1 entre le pic de zéro et l’un des deux
pics de déplacement.
  
OO1  OO2   VP t
En pratique C(,) se calcule par
 FFT en utilisant le théorème de
 Plancherel:
A*B=TF -1(TF(A).TF(B))
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV) (suite)
Autocorrélation

Problème: avec la technique d’autocorrélation on ne détermine pas le sens


du vecteur vitesse.

• Intercorrélation Un seul pic de déplacement


Deux images:

C   ,     I1 ( x, y ) I 2 ( x   , y   )dxdy


 
OO1  VP t
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV) (suite)
Amélioration de la qualité des images - Fenêtre de pondération
Traitement bien connu pour éviter les phénomènes de rebond du à
des calculs sur des signaux à durée finie:
Lorsque l’on observe un processus physique on observe en fait non
pas le signal s(t) mais s (t ).
 (t ) (signaux à durée finie)
T

Problème quand on calcule un spectre car on calcule en fait:


sin   T 
TF  s (t ). T (t )   TF ( s ) * TF ( T )  TF ( s) * T
 T
Présence de rebonds cycliques que l’on peut atténuer en utilisant des
fenêtres de pondérations: on calcule le spectre sur s(t).f(t) avec f(t)
fenêtre de pondération.
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV) (suite)
Amélioration de la qualité des images - Fenêtre de pondération
Fenêtre (temporelle) de Hanning:

f (t )  0.5  1  cos Tt  si t  T


0 si t  T

Fenêtre de Laplace-Gauss:
 Tt 
2 2
 2
f  t  e  T
(t )
 valeur (correspond physiquement à un écart type) pour laquelle on
tronque la courbe de Laplace-Gauss
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV) (suite)
Amélioration de la qualité des images - Fenêtre de pondération

No windowing Gaussian window (-1) Gaussian window (-2)


Peak 1/Peak 0 = 0.37 Peak 1/Peak 0 = 0.38 Peak 1/Peak 0 = 0.40
Peak 1/Peak 2 = 1.63 Peak 1/Peak 2 = 2.28 Peak 1/Peak 2 = 2.96
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV)

Target
Y Probe area
volume
X Imaging
optics
Z
Light
Double sheet
pulsed t
S
laser S’
Cylindrical lens
Image frame
from pulse 1 Vector map
Interrogation area

Correlator
Image frame 2 Data
analysis

d IA
Data storage
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV)
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV)
Vitesse Intensité de Turbulence Source acoustique
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV)

1 ventricule00400.STD
80

70

Vorticity
15.6532

60
10.5472

Y mm
5.44127
50
0.335321

-4.77063
40
-9.87658

30

20

20 30 40 50 60 70 80 90
X mm
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV)
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV)
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV)

Rouet
Volute

Pale
Laser

Camera 2
Flux d’air Camera 1
Fig1 : Montage expérimental.
Mesures de vitesse
Particle Image Velocimetry (PIV)
Mesures de température, concentration, pH

PLIF Planar Laser Induced Fluorescence


Utilisation de colorants, ou fluorochromes, dilués dans un
solvant optiquement transparent
Non invasif
Couplage possible avec la PIV
PLIF
Etat fondamental S1

h
10-15 s
h

10-10 - 10-7 s

Etat fondamental S0 Décalage de Stokes

Chromophore générique
PLIF
Intensité émise dépend de T et de c
Rhodamine 6G (concentration)
Rhodamine B (température)

Vous aimerez peut-être aussi