Vous êtes sur la page 1sur 15

COMPTE RENDU

CONVERTISSEUR
Définition thyristor
 Le thyristor (ou "Diode
commandée") est un semi-
conducteur de structure PNPN (P
étant un semi-conducteur Positif
et N négatif) assimilable à un
ensemble de trois jonctions ; il
constitue un interrupteur
unidirectionnel à fermeture
commandée (voir la diode). Outre
l'anode A et la cathode K, il est
muni d'une électrode de
déblocage ou gâchette.
Modes de fonctionnement
 Si la tension v à ses bornes est négative, le thyristor est bloqué ; il n'est
parcouru que par un faible courant inverse. Il faut veiller à ne pas
dépasser la tension inverse maximale (risque de détérioration).
 Si la tension devient positive, le thyristor reste bloqué ; il n'est parcouru
que par un faible courant de fuite direct. Il faut veiller à ne pas dépasser la
tension directe blocable à courant de gâchette nul (toujours risque de
détérioration).
 Si la tension v est positive, et que l’on fait passer une impulsion de courant
dans la gâchette, le thyristor s'amorce et devient passant. Il faut veiller à
ce que la durée de l'impulsion soit suffisante pour que le courant dans le
thyristor soit supérieur au courant d'accrochage.

Quand il est conducteur, le thyristor se comporte comme une diode.


Seule sa chute de tension directe est un peu plus forte.
 Il ne se bloque que lorsque le courant direct s'annule. (En réalité, il se
bloque lorsque le courant qui le traverse devient inférieur à une valeur
limite appelée courant de maintien). Après l'amorçage, la gâchette a perdu
son pouvoir de contrôle
Caractéristique statique

 Lors de l'étude des redresseurs à thyristors, on


utilise la caractéristique schématisé suivante.
Elle comprend trois grandes parties :
 OA, tension négative, thyristor bloqué
 OB, tension positive, thyristor bloqué, pas
d'impulsion sur la gâchette
 OC, après l'envoi d'une impulsion alors que v
est positive, le thyristor est passant
 Voici la description plus précise
des différentes parties :
 1 : Avalanche, ou tension de
claquage négative
 2 : Courant inverse
 3 : Courant de fuite direct
 4 : Tension d'amorçage
(claquage positive) directe
 5 : Courant de maintien
 6 : Courant de conduction
 On remarquera que, selon
l'importance du courant de
gâchette, la valeur de la tension
directe pour laquelle se produit
le déclenchement est différente.
. Principales caractéristiques limites
Le fonctionnement est un peu spécifique. Pour l'amorcer (laisser passer le
courant entre l'anode et la cathode), deux conditions sont possibles :
Tension anode-cathode supérieure à une tension spécifique dépendant du

modèle. Un thyristor peut donc démarrer sans tension de contrôle.


Courant de gâchette supérieur à une valeur spécifique.
Une fois amorcé, le courant anode - cathode doit rester supérieur à une

valeur dite d'accrochage pour maintenir la conduction.


Pour l’utilisation d'un thyristor dans un redresseur, il faut s'assurer que
Le courant direct ne s'établit pas trop rapidement échauffements locaux

détruisent le composant.
La tension directe appliquée au thyristor bloqué ne croit pas trop

rapidement sinon il s'amorce sans impulsion de déblocage.


Après le blocage, une tension positive n’est pas appliquée à ses bornes

avant un intervalle de temps suffisant, sinon il se réamorce sans impulsion


de gâchette. Cet intervalle est appelé temps de blocage.
Le Redresseur
 Un redresseur, également
appelé convertisseur
alternatif/continu, est un
convertisseur destiné à
alimenter une charge qui
nécessite de l'être par une
tension ou un courant
continu à partir d'une source
alternative. L'alimentation
est, la plupart du temps, un
générateur de tension.
 1 .Les redresseurs non commandés, essentiellement réalisés à partir
de diodes, sont utilisés lorsque la tension de sortie n'a pas besoin d'être
ajustée.

 2 .Les redresseurs commandés dont la tension de sortie peut-être


variable comportent des thyristors ou des ensembles de diodes et de 
thyristors. Du fait de leur importante puissance massique . ces
redresseurs sont toujours utilisés en forte puissance et lorsqu'il est
nécessaire de réguler ou de faire varier les grandeurs électriques en
sortie. En faible et moyenne puissance, les redresseurs commandés à 
thyristors sont en voie d'obsolescence et sont avantageusement
remplacés par la « mise en cascade » d'un redresseur commandé ou non
et d'un convertisseur continu-continu. 
Dans les petites puissances, la commande d'un transistor à effet de
champ ou d'un IGBT est plus simple que celle d'un thyristor, d'autre part,
les fréquences de fonctionnement des hacheurs, qui sont aujourd'hui du
domaine des 200 kHz, permettent de diminuer considérablement la taille
des composants de filtrage . 
Redresseurs monophasés
 En monophasé, on distingue :

 1.les redresseurs simple alternance :


 dans le sens direct, ils admettent les tensions
positives et annulent les tensions négatives. Une
simple diode en série avec la charge suffit à réaliser
cette opération ;
 2.les redresseurs double alternance :
 ils commutent de manière à transformer les tensions
négatives en tensions positives. 
 =>  Redressement mono alternance :

 Ce type de redressement permet de supprimer


l'alternance négative d'un signal en conservant
l'alternance positive. La tension de sortie du
convertisseur ressemble à la courbe ci-contre où
la courbe du haut représente la tension d'entrée et
celle du bas la tension en sortie du redresseur . La
tension redressée a alors la même fréquence que
la tension d'entrée.

                  
 Il existe deux types de redresseurs simple alternance :
                  
 1..les redresseurs non commandés,

 constitué d'une diode en série avec la charge, avec lesquels il est impossible
de faire varier les grandeurs électriques en sortie du convertisseur
 2..les redresseurs commandés,

 constitué d'un thyristor en série avec la charge, qui permettent de faire


varier les grandeurs électriques en sortie du convertisseur, notamment les
valeurs moyennes de la tension aux bornes de la charge et du courant la
traversant
 La sortie redressée de ces convertisseurs dépend fortement de la charge.

     
 => Redresseurs non
commandés :
 Ce type de redresseur est
réalisé en mettant
simplement une diode en
série avec la charge
comme le montre le
schéma ci-dessous
 Le principe des redresseurs simple alternance non
commandés est basée sur les propriétés des diodes. En effet,
la diode se bloquant lorsque la tension à ses bornes est
négative, elle supprime les alternances négatives du signal
d'entrée. Pendant les alternances positives, elle se comporte
comme un court-circuit et n'altère donc pas le signal
d'entrée. La diode joue ainsi le rôle de filtre qui laisse passer
les tensions positives et coupe les tensions négatives. Il faut
faire attention à la chute de tension de la diode puisqu'elle
n'est passante que lorsque sa tension de seuil est présente à
ses bornes (de l'ordre de 0,6 V ou 0,7 V).

 Ce type de redresseur est qualifié de " non commandé"  car


il est impossible de faire varier les grandeurs en sortie du
convertisseur.
 Redresseurs
 commandés :
 Ce type de redresseur est
réalisé en remplaçant la
diode du redresseur
simple alternance non
commandé par un
thyristor comme le
montre le schéma ci-
dessous. 
 le pic WINTER est caractérisé par un courant
de gâchette. Cette caractéristique est mise à
profit pour faire varier les grandeurs électriques
de sortie et ainsi régler les valeurs moyennes de
la tension aux bornes de la charge et du courant
la traversant. En effet, on utilise des
commandes électroniques introduisant un retard
à l'amorçage du thyristor. 
 Cette capacité à faire varier les valeurs des
grandeurs de sortie a donné le qualificatif "
commandé " à ce type de redresseur.

Vous aimerez peut-être aussi