Vous êtes sur la page 1sur 45

m 

   
 

R 
 


 

Saoussen Bouhlel,
Zouhaier EL-Hechmi
Hôpital Razi La Mannouba
O  
 !"

#
iatiente dǯAlois
Alzheimer sur
laquelle il
décrivit pour la
première fois la
maladie
dǯAlzheimer
á 
ë La maladie dǯAlzheimer (MA) est la 1ère cause de démence
chez les personnes âgées (iA): ½ 
ë ½
dans le monde
ë Ñ 
    
ë    

   (étude
EURODEM et iAQUID)
Ȉ   ½  
Ȉ ½ ½ 
Ȉ   
Ȉ     
á  
  !" # —  
  
  
  
ë "  
  

$  

ë " 
  
ë  ½  
ë  





$  
   
ë   %  
         
  
  

á 
ë Îtude Hajem faite en 2001 auprès dǯun sous échantillon
482 iA>65 ans vivant sà domicile répartis sur
lǯensemble du pays
ë 18 iA atteintes de démence: ½
ë 0.3% des iA de 65-74 ans
ë 16.3% des iA ϑ 85 ans
ë Îtiologies: Alzheimer ++
á 
ë Maladie invalidante avec dégradation intellectuelle
et physique lente et inévitable
ë 10 ans entre le diagnostic et le décès
ë Coût financier++
ë Îpuisement des aidants ++
ë Intérêt dǯune bonne iEC
á 

i 
 


 O   


O  O
i 
  

mm préventifs

mm ralentissant mm mm
médicamenteux symptomatiques
la progression

mm étiopathogénique
(en évaluation)
a       i
ë Connaître lǯensemble des traitements en cours
ë Connaître le poids: prudence renforcée si i 45kg
ë Îvaluer la fonction rénale
ë Surveiller lǯétat dǯhydratation
ë irendre en compte la dénutrition
ë Repérer les situations à risque: fièvre,
déshydratation, dénutrition, polypathologie,
polymédication
m$%  "
&'O()
Ë á &    '
  
ù tt substitutif de la déplétion cholinergique
ùBloque la dégradation enzymatique de lǯacétylcholine
ùEffets positifs MA légère à modérée (MMS 10-26)
ùEffet sur le déclin cognitif à partir du 3ème mois
ùDevient significatif à partir du 6ème mois
ùAmélioration de lǯapathie, anxiété, hallucinations,
agitation, dépression
ùNǯaméliorent pas lǯaccomplissement des activités
(alimentation, habillage)
m$%  "
&'O()
Ë á &    '
  
ùBien rappeler au patient et à sa famille quǯil ne faut pas
attendre une amélioration franche de lǯévolution de la
maladie
ùRalentissent temporairement lǯévolution et la perte des
capacités
ùAmélioration de la qualité de vie du patient et des
aidants
ùmaux de répondeurs significatifs 10-27%
ùLǯarrêt du mm entraîne la perte du gain cognitif
m$%  "
&'O()

á &    '


  


 (Aricept®) cp 5 et 10 mg
1 prise/j: 5mg pdt 4-6 sem puis 10mg/j
2. a    (Exelon®) gel 1.5, 3 et 4.5 mg 2 prises/j:
1.5mg×2, puis 3mg×2, 4.5mg×2, 6mg×2
Ë Efficacité comparable
Ë En cas dǯintolérance de lǯun remplacer par lǯautre
Ë irescription initiale réservée au spécialiste (psy, neuro)
Ë Renouvellement, adaptation des doses par le médecin
traitant
m$%  "
&'O()
á &    '
  
Ë Efficacité sur les troubles de la cognition
ù à court terme ++
ù à long terme ±
Ë Bonne tolérance
Ë EI:
ù BD, mrb digestifs (nausées, diarrhées, vomissements)
ù Agitation, cauchemars (Aricept: prise matinale)
ù Amaigrissement
ù Crampes, rhinorrhée
ù Crises convulsives
m$%  "
&'O()
    
Ë Mémantine (Ebixa®) sol buvable gtt, cp 10mg
ù antagoniste des Rp NMDA
ù AMM: MA modérée à sévère ( MMS 15)
ù efficacité se maintien 12 mois
ù iosologie: 10mg×2/j
1ère sem: 5mg/j
2ème sem: 10mg/j
3ème sem: 15mg/j
4ème sem: 20mg/j
Ë ias dǯEI> placébo
ù Hallucinations, confusions, vertiges, céphalées, fatigue
ù rares: vomissements, anxiété, hypertonie, infection urinaire
m$%  "
&'O()

Association     !  #


+

!  #
Ë MA modérément sévère
Ë ilus efficace sur la non émergence de
troubles du comportement p/p Donépézil
seul
m$%  "
&'O()

Ë Réévaluation annuelle des bénéfices


thérapeutiques par un psychiatre,
neurologue ou gériatre
Ë Collaboration entre médecin traitant et
spécialiste
m$%  " 
$)% 

Ë Existe au moins un chez 90% atteints de MA


Ë Agitation, agressivité, déambulation, Réaction
dǯopposition, symptômes psychotiques dans
10-50%
Ë Retentissement important
Ë Sont les symptômes les plus envahissants et les
plus difficiles à gérer pour les aidants
Ë Apparaissent plus tard au cours de lǯévolution
m$% 
 " 
$)% 

Ë mm médicamenteux prescrits après


évaluation bénéfices/risques pour une
période limitée et réevalué
Ë Lǯéfficacité des psychotropes chez
patients atteints MA est aléatoire
R    

$ $
Ë maux élevé dǯeffets extrapyramidaux
Ë irescrire de faible doses
Ë iour une brève durée
Ë Halopéridol (Haldol®) 2-5mg
Ë Chlorpromazine (largactil ®) 25-75mg
R    

$ '$>
Ë Largement utilisés
Ë Mieux tolérés
Ë Risque dǯAVC ischémique
Ë a 
 ( Risperdal®, Raxidone®)
1-2mg/j
Ë D    (Zyprexa®, Vaincor®)
5-10mg/j
R    
mraitement des symptômes dépressifs:
Ë á  $
  (effet
anticholinergique)
Ë á a efficaces, bien tolérés, prescrire
faible posologie
Ë " (2 séances par semaine)
R     
Ë Utilisation limitée car risque dǯaggravation
des troubles cognitifs, de confusion,
dǯagitation paradoxale, dysarthrie
Ë irescrire de faibles doses au besoin
Ë Courte durée de prescription
Ë Méprobamate (Equanil®): efficacité
comparable
R    
Ë mraitement de lǯinsomnie nocturne
Ë Zolpidem (Stilnox®)
Ë Zopiclone (Imovane®)
R  
  
Ë O e as rescrire és la 1ère crise (f es crises
sy t ati es ai es)
Ë Il fa t e ré étiti es crises
Ë Éviter le P é ar ital (Gar é al®) I: sé ati ,
sté r se
Ë ar a azé i e (Te ret l®)
Ë la tri i e( a ictal®) a éli re t lǯa itati et lǯ stilité
Ë Ga a e ti e ( e r ti ®)
Ë al r ate e s i ( é a i e®)
Ë é ter ar e fai le se, ré ire les s l ies,
s rveilla ce étr ite
m       
 
ë  
' (    
& 
L-Deprenyl (Sélégeline®), Vit E, Vit C,
inkgo-biloba (manakan®)
Ȉ) 
     
  $
ùlargement prescrits
ùefficacité non démontrée
ùNootropyl®, Vastarel®, iraxilène®, Vasobral®
m   
 




    
á   
&  

Intérêt non
encore
concluant
m   
 

contrôler

Hyper Hyper
HmA diabète Homocystéinémie
cholestérolémie
m     


ë mraiter les pathologies chroniques associées
ë Corriger les déficits sensoriels
ë mraiter les pathologies intercurrentes
pouvant aggraver les troubles cognitifs
(déshydratation, infections urinaires,
bronchiquesǥ)
ë iathologies lourdes (néoplasies,
réanimation): ni acharnement
thérapeutique, ni abondon thérapeutique
m    
  
ë R  

  

 
 
ùséances individuelles avec orthophoniste ou
en groupe en hôpital de jour
ùEffet de bien être pour le patient
ùSentiment de soulagement et de
déculpabilisation pour les proches
m    
  
ë    : ergothérapie
ù Atelier dǯexpression artistique
ù Musicothérapie
ù Contact avec les animaux de compagnie
permettent une diminution des troubles
comportementaux et dépressifs
       
ë ÿamille: support fondamental pour le MA
ë Charge lourde au niveau:
 D&*+: soins dǯhygiène, habillage, prise de
médicaments, ménage, achats, cuisine, trb
comportement (déambulations diurnes et
nocturnesǥ), pallier aux « bêtises », pb financiers,
manque de temps pour soi même
 &*+: réactions émotionnelles, relations
familiales
retentissement '

$, '$ et 
 
       
ë Risque élevé de décompensation somatique,
épuisement physique, fatigabilité
ë Risque augmenté de pathologie cardiovasculaire et
cancéreuse
ë Baisse de la résistance immunitaire: défaut de
réponse à la vaccination antigrippale, augmentation
des pathologies respiratoires, délai de cicatrisation
plus long
ë Détresse psychologique: fq accrue de trb anxieux, de
dépression (3x)
   
       
ë Aides concrètes, régulières ou ponctuelles
délivrées par des professionnels des
services dǯaide et de soins à domicile pour
la perte dǯautonomie du patient
ë Aide financière et juridique
ë Hébergement temporaire du MA dans des
centres dǯaccueil de jour /nuit
       
ë 
'
 +
ù brochures informatives sur MA, son
évolution, le malade, sa prise en charge
ù programme de formation éducative pour
les familles
       
ë Conseils concernant la santé somatique de
lǯaidant
ë Soins médicaux: dépressions, maladie
somatiques négligées
ë Réunions dǯéchanges et dǯentre aide
ë roupes de paroles
ë Soutien psychologique pour atténuer la
charge ressentie
       

    


 
 qui permettront de:
ù Mieux organiser lǯaide aux aidants
ù Mettre en œuvre des programmes
spécifiques de soutien
ù Matérialiser une unité référente pour les
patients
i)
    %

ë Aménagement du domicile (gaz, escalier,
produits ménager)
ë Soins infirmiers à domicile: toilette,
habillage, prise médicamenteuse
(intervention dǯun tiers est mieux acceptée
par le malade)
ë Aide ménagère
ë Hôpital de jour
i)
La protection des biens: 

ë   

* $
« le plus complet prévu pour les personnes
ayant besoin dǯêtre représentées dǯune
manière continue dans les actes de la vie
civile »
ë risque de manipulations
ë conflits dans lǯentourage
i)
D   
ë ± lǯinitiative de la famille (conjoint, descendants,
collatéraux)
ë Juge des tutelles (tribunal de 1ère instance)
ë ÿournir un certificat médical simple, rédigé par le
médecin traitant, attestant la nécessité dǯune mesure
de protection
ë Îtablissement par un psychiatre dǯun rapport
dǯexpertise détaillé, attestant lǯaltération des facultés
mentales et concluant à la nécessité dǯêtre
« représenté dǯune façon continue dans les actes de
la vie civile »
i)


ë Conjoint
sinon
ë Descendants
ë Autre personne désignée par le juge de
tutelles
ë iersonnalité morale substituant le malade et
le représentant dans tous les actes de la vie
civile
i)
ë
 dǯéventuels signes de    
« une violence qui se caractérise par tout acte ou
omission portant atteinte à la vie, à lǯintégrité
corporelle ou à la liberté, ou compromet
gravement le développement de la personnalité
et/ou nuit à la sécurité financière ».
ùihysique (brutalité, absorption forcée de
psychotropes, omission volontaire/non
dǯalimentation, hygiène, soins médicauxǥ)
ùisychologique
ùfinancière
i)
ë La    
ùActeur: membre de la famille ou
professionnel soignant
ùConséquence de lǯintolérance ou
épuisement de la famille
ùCode pénal munisien: cǯest une violence
aggravée 1-5 ans de prison
  
ë Ñ  $  ,  :
ùUn dépistage précoce le la maladie
ùUn control des pathologies associées
ùUn tt par les anticholinéstérasiques
centraux (stades léger à modéré )
permettant une   & 
et
une  $ .
  
ù""'

'
 $ 
&
 %+ &


 :
R: trb comportementaux et psychotiques
"
!áa # symptômes dépressifs
±Somnifères
±BZD ( prudence)
  
ù
 : aide au maintien à domicile
ùisychothérapie
ù" si besoin
ùDétection dǯune maltraitance
ùAide aux aidants