Vous êtes sur la page 1sur 27

Association Izdihar

Association des Opérateurs Economiques de la Zone Industrielle


de Sidi Bernoussi-Zenata

Atelier sur :
« Analysis of Public & Private Risk Coverage and Financing
Instruments Related to the CDM »
Asmâa TAZI, Directeur Général
Vendredi 24 octobre 2003, EST – SALE
Sommaire de la Présentation

 Présentation de IZDIHAR

 La zone industrielle Sidi-Bernoussi –Zenata

 Problématique des projets MDP

 Besoin d’une ZI pilote pour des financements de projets MDP

 Conclusion
Notre Structure

L’Association IZDIHAR, représente les opérateurs


économiques de la zone industrielle Sidi-Bernoussi
Zénata, elle s’étend sur une superficie de 400 ha. Elle a
été créée le 29 septembre 1997, à l’initiative des chefs
d’entreprises de la zone industrielle, afin de faire face aux
difficultés de la zone ;

mauvais état des infrastructures;


services publics insuffisants;
présence de bidonvilles;
forte pollution locale.
Notre Structure
La Zone Industrielle Sidi Bernoussi Zenata (SIBEZE, à
Casablanca, véritable poumon économique du Maroc, est
l'une des plus anciennes et le parc industriel le plus
important du Maroc. La zone compte plus de 500 unités
industrielles de différentes tailles et intervenant dans
plusieurs secteurs industriels :
20%
Textile et cuir
40%
Chimie

10% Agro-industrie

Mécanique et électrique
30%
Ces unités, qui emploient environ 50 000 personnes, génèrent un
chiffre d'affaire de l’ordre de 25 milliards de MAD par an.
Notre Rôle
 Grouper et défendre les intérêts des opérateurs économiques des
zones industrielles de la Préfecture de Sidi-Bernoussi-Zenata ;
 Constituer une interface de liaison et un pool de lobbying face aux
pouvoirs publics ;
 Contribuer au développement de relations de confraternité entre les
membres, opérateurs de la zone et faciliter leurs rapports ;
 Point focal pour la mobilisation de financements pour des projets
de développement industriel durable au profit des industriels de la
zone;
 Faciliter toute action permettant l’animation culturelle au profit de
l’ensemble des membres de l’association et de leur personnel
(Formation, Séminaires, débats).
Nos Objectifs
L’amélioration des infrastructures urbaines de la zone
industrielle (voiries, signalisation, éclairage public,
assainissement, transport en commun, gestion des
déchets);

La mise à niveau énergétique et environnementale des


entreprises de la zone;

La résorption des poches de bidonvilles;

L’introduction d’un système de gouvernance au niveau


de la zone industrielle.
Notre Approche

L’approche de IZDIHAR repose


sur une démarche intégrée,
impliquant les bénéficiaires et les
autorités de tutelle, appuyée sur
une analyse fine des besoins.
Cette approche est
pluridisciplinaire, elle se base sur
Le concept de développement durable et prend en
considération l’aspect l’aspect social, économique et
environnemental de chaque action.
PRINCIPE DES 3R

Réduire

Réutiliser

Recycler
Notre Approche

Différente d’une approche purement


centrée sur le transfert de technologies, la
méthodologie d’IZDIHAR sera axée aussi
sur le transfert de savoir-faire.

IZDIHAR n’apportera en aucun cas des


solutions clef en main à des problèmes
spécifiques, elle formera ses membres à
la manière de trouver les solutions les
mieux adaptées à leurs problèmes.
Notre expérience nous conduit à considérer l’assistance des opérateurs privés de la
zone et le renforcement du partenariat public-privé, comme une des conditions de
durabilité et de réussite de nos actions.
Nos Services
 Information et formation des différents acteurs de la zone industrielle ;
 Assistance aux industriels dans la mise en place de Système de
Management intégré Qualité, Hygiène, Santé, Sécurité, et
Environnement ;
 Formation aux nouvelles techniques et technologies de gestion
environnementale;
 Montage technique des projets environnementaux;
 Etudes du potentiel d’économies d’eau et d’énergie : potentiel
technique, économique et commercial ;
 Assistance à la mise en œuvre de programmes d’économies d’énergie ;
 Accompagnement dans la réalisation d’audits environnementaux ;
 Montage financier de projets environnementaux et recherche de
financement.
• Les industries agro-alimentaires
comptent 1.600 établissements
industriels (26% de l’ensemble des
unités industrielles) produisent près de
45 milliards de DHS: 35% de la
production des industries de
transformation.

• Le secteur réalise un chiffre d’affaires à


l’export d’environ 6 milliards de DHS:
18% de nos exportations industrielle.

• Emploient plus de 100.000 personnes


(22% de l’effectif globale) et dégage une
valeur ajoutée de l’ordre de 15 milliards
de DHS (34% du PIBN industriel).
• Les industries de la Chimie et Parachimie
emploient 120 000 personnes, représentant 22 %
de l’ensemble des emplois du secteur industriel
national.

• Le secteur est composé de 1460 entreprises


ventilées comme suit: Chimie pure 188,
Caoutchouc plastique 274, fabrication d’autres
produits minéraux non métallique 541, travail du
Bois et fabrication d’articles en bois 364, et enfin
industries du papiers et du carton 93 entreprises.

• La production annuelle est de 48 milliards de DH,


soit 32 % de la production globale des industries.
Il réalise un chiffre d’affaires à l’export d’environ
11 milliards de DHS: 24% de nos exportations
industrielle.
• Les activités polluantes de l’industrie chimique et parachimique sont concentrées essentiellement dans deux régions
économiques : la wilaya de Casablanca, représentée à hauteur de 39 % et Doukkala-Abda qui contribue pour 29 % à la
valeur de la production totale. Les branches d’activité qui présentent le plus fort taux d’émission de polluants sont
récapitulées comme suit :
» Pâte à papier de papier et de carton
» Imprimerie et édition
» Produits à chimie organique et minérale
» Articles divers en céramique
» Peintures, vernis et laque
» Produits pharmaceutiques

• la répartition des contributions des différentes activités, il ressort que celles qui génèrent le plus de pollution organique sont :
– la fabrication de la pâte à papier (1711) avec 36 % du flux global généré,
– l’industrie chimique à base organique (2511) avec 25 %
– les savons et produits de toilette (18 %).

A elles seules, ces trois activités participent à hauteur de 81 % de


la charge de DCO engendrée par le secteur.
• Depuis l’an 2000, la production du secteur s’est
stabilisée autours de 140 000 à 141 000 tonnes et Traitement m3/tonne
s’estime à une valeur avoisinant 24 000 millions
de dirhams/An.
Dégraissage laine 20 – 40
• Ce secteur se positionne en troisième rang dans
l’échiquier des secteurs stratégiques nationaux
avec + 16 % de la valeur de la production
industrielle Marocaine, avec une valeur ajoutée au Finition et teinture de 70 – 200
niveau de l’industrie marocaine de 17,8%. laine
• 44 % des exportations nationales émanent de ce Finition coton et tissus 100
secteur. La part des produits confectionnés était de
81 % des exportations de tout le secteur. synthétique

• la Wilaya de Casablanca accueille le 2/3 des unités


de textile, se qui représente 74,5% de la valeur de Teinture et impression 70
la production des activités polluantes du secteur.
de tricots
SITUATION ACTUELLE
DIVERSES EMISSIONS
ATMOSPHERIQUES NON
EPUREES

MATIERE PREMIERE PRODUITS FINIS


ADDITIFS
ENERGIE
USINE DECHETS SOLIDES
BRUTS
DECHARGE
BOUE ET EAUX NON
CONTROLEE
USEES NON EPUREES
NATURE

OUED OU
EAUX
SOUTERRAINES
LIXIVIATS
SITUATION FUTURE
EMISSIONS EPUREES

GAZ POLLUES

FILTRE

MATIERE PREMIERE
PRODUITS FINIS
ADDITIFS USINE
ENERGIE Moderne DECHETS
SOLIDES
STATION
DE TRI DECHARGE
CONTROLEE
BOUE ET EAUX
USEES NON EPUREES IRRIGATION RECYCLAGE

STATION DE
PRETRAITEMENT STEP OUED OU
EAUX
SOUTERRAINES
PROCESSUS DE CERTIFICATION
CLIENTS

Début CER
1. Conception
PRODUCTEURS
Montage financier

2. Valider la conception
Enregistrer le projet 3. Suivi CER
Contrôle

4. Vérification
Certification
AUTORITE NATIONALE
COMITE EXECUTIF
Problématique
•Rapide analyse de sensibilité par rapport aux alternatives de
mode de financement et leurs conséquences sur l’additionnalité
des projets
•Manque de ressources financières pour l’accès à des outils plus
sophistiqués
•Parfois un manque de familiarité des petits entrepreneurs avec
l’analyse financière Banquiers Élus
Associations locaux

Assureur Parties Personnel


intéressées
Clients
Riverains Administrations
Questions
Questionsmajeures
majeurespour
pourétablir
établirles
lesbaselines
baselines??

1ère dimension : Le TEMPS (Phases)


Surveillance de l’environnement
Détection, analyse et formulation des problèmes
Définition des objectifs
Conception des programmes
Règlements, normes / Projets
Décision, Exécution/Application, Actualisation

2ème dimension : LES ACTEURS (QUI ?)


Initiative, impulsion, animation des actions
Financement (Qui paye  ?, Investissment, fonctionnement, etc,…)
Coordination, pilotage
Contrôle immédiat et différé (Suivi dans le temps et dans l’espace)

3ème dimension : La Démocratie (Pouvoir Politique / Equité Sociale)


Participation (Qui participe ? Quand et Comment ?
Bénéfices et inconvénients (Pour qui et Combien ?)

 
Gestion Ecologique ds l‘E/se

INPUT Extraction des


OUTPUT
matières premières
Matières Energie de précombustion Produits
premières Production des produits
intermédiaires
Emissions
Production du produit
Energie
Distribution
Déchets
Phase d‘utilisation
Auxilliaires Traitement des déchets
Energie
tous les transports inclus

Système du berceau
aux portes de l‘usine
Système du berceau à la tombe
Three Scenarios of CER Price

600

• Le projet MDP est un projet 500

400
High Price
économiquement rentable,

$/tonne
300 Low Price
Constant Price
environnementalement addition- 200

100

nable et dublicable. 0
2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045
Year

Une meilleure allocation et pérennité des RN conditionne la


continuité de l’activité industrielle; l’état « zéro »
Impact sur l’environnement
10 Après-ou pendant projet
GES
2 Avant projet
Matières premières
Nécessité d’un cadre référent pour
l’évaluation transparente de projets de

données requises Standardisation


Paramètres généraux
contexte du projet
calculs internes
Paramètres financiers
schémas d’investissement ENVIRONMENTAL

4 scenarios RESULTATS
RESULTATS
Engineering
FINANCIER VAN
efficacités, économies d’énergie TRI
Reduction CO2

Analyse de
Niveau de référence
sensibilité
état hors projet
Conclusions
– LE MDP EST DESTINE A CRÉER UN MARCHE INTERNATIONAL DE
CARBONE

– LE MDP EST UNE OPPORTUNITE D’AFFAIRE ASSUJETTIE A UN


PARTENARIAT FORCE PUBLIC-PRIVE

– LE MDP EST UN INSTRUMENT DESTINE A CHANGER


PROGRESSIVEMENT LES INVESTISSEMENTS « CLASSIQUES » EN
« INVESTISSEMENTS VERTS »

– EN GENERAL, LE MDP « SUIT ET ORIENTE » MAIS NE


CONDITIONNE PAS LA DECISION D’INVESTISSEMENT

– DEVELOPPEMENT DE 2 OU 3 PROJETS SELON LES STANDARDS


INTERNATIONAUX DU MDP: conception, montage financier,
validation et certification des CER, vente.
PROJETS PROPOSES

PRINCIPE:
LEARNING BY DOING

• Projet de « mise à niveau énergie-environnement


de la zone industrielle SIBEZE »

• Projet « Réduction des GES émanant du


Transport et amélioration de l’offre du transport
du personnel dans la ZI »
Bénéfices pour IZDIHAR
• Petits projets: formule standard de soumission, Courbe
d’apprentissage. Grand projets: permet une pré-étude de faisabilité
standard et transparente, additionnalité
• Réduit la complexité, le coût et la subjectivité dans l’estimation
financière et environnementale (évite la multiplication d’approches
différentes)
• Moins de risque pour à la fois les développeurs de projets et les
N e t P r e s e n t V a lu e [ m illio n U S $ ]

entités en charge du MDP. Et Analyse de sensibilité rapide


250
m o st fav o rable baselin e, 5
200 [US$ /t o n CO2 ]
m o st fav o rable baselin e, 2 0
[US$ /t o n CO2 ]
150 less fav o rable baselin e, 5
[US$ /t o n CO2 ]
less fav o rable baselin e, 2 0
100 [US$ /t o n CO2 ]

50

-50
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6
Nos Partenaires
Agence Française de
Développement

La Banque Mondiale

Fonds Hassan II pour le développement


économique et social

Programme d’Appui aux Associations


Professionnelles (P.A.A.P)

Vous aimerez peut-être aussi