Vous êtes sur la page 1sur 75

STRUCTURE ET

MÉTABOLISME DES
GLUCIDES
Dr. Messaadia A.
Aperçu général du programme
 Unité Fondamentale
 Crédits : 08

 Coefficient : 03
Biochimie
 Qu’est ce que la biochimie ?
 Quels est son objectif
 Quels sont ses domaines d’application ?
LIAISONS CHIMIQUES
Structure et métabolisme
Définition &Importance biologique
 Définition : Unité de base  sucre simple = ose = monosaccharide
Molécules organiques (C, H,O), dont le carbone est porteurs de
fonctions (alcools (I et II, carbonyles et par fois acide ou aminée).

 Rôle énergétique
-40 à 50% des calories apportées par l’alimentation humaine sont des glucides.
-Ils ont un rôle de réserve énergétique dans le foie et les muscles (glycogène).

 Rôle structural
-éléments de protection et de reconnaissance
-éléments de réserve de Vx (amidon) et Ax (glycogène)
-Constituants de molécules fondamentales
Classification
Structure et propriétés des oses
Les oses
 formule brute CnH2nOn n: varie de 3 à 8
 n-1: carbones portent une fonction alcool (primaire ou secondaire)
 Un seul carbone porte une fonction carbonyle (cétone ou aldéhyde)
 fonction réductrice
 chaines carbonées non ramifiées

Des aldéhydes ou des


cétones polyhydroxylées
Structure linéaire « projection de Fisher »

 La chaîne carbonée est désignée par un trait vertical, la fonction la plus oxydé est
dirigée vers le haut, la plus réduite vers le bas alors que seul l’alcool secondaire
est désigné par un trait horizontal dirigé vers la droite ou vers la gauche

c
Nomenclature
 La fonction la plus oxydé aura l’indice le plus faible

Rq: La fonction carbonyle est portée par le C1 (aldoses) et C2


(cétose)
Configuration absolue
 L’appartenance à la série D ou L pour un ose à n C est déterminé par
la configuration de l’avant dernier carbone

-Série D  OH du C subterminal est à droite


-Série L  OH du C subterminal est à gauche

 Les glucides naturels sont de la série D


Structure cyclique

Forme furane Forme pyrane


Aldoses : C1-C4 Aldoses : C1-C5
Cétoses : C2-C5 Cétoses : C2-C6
Mécanisme de cyclisation

Carbone hémiacétal
Carbone hémicétal
Nomenclature d’une forme
cyclique
Anomérie +serie+ nom de l’ose+forme du cycle+caractère de réduction

α D tables de pyrane ose


filiation
β L des oses furane oside

Comment faire ??!!


Isomérie/chiralité

 Notion de carbone asymétrique: Carbone qui porte quatre


substituant différents = chiral C
*

 Il existe 05 types d’isomères/stérioisomères


-Enantiomères
-Epimères
-Diastérioisomères
-Isomère de fonction (glucose/fructose)
-Anomères/structure cyclique
Enantiomères
 Deux structures identiques : L’une est l’image de l’autre
dans un miroir.
Epimères
 Deux structures identiques qui ne diffèrent que par la position d’un
seul OH du même carbone
Diastéréoisomères
 Ce sont des isomères de configuration qui ne sont pas
énantiomères.
Anomères
 Deux structures cycliques qui ne diffèrent que par la
position du OH anomérique (hémiacétalique)
Application

3
6

1 2
Pour calculer le nombre de stérioisomère

Nbr de C*
N=2 n

?
Propriétés physiques

 Pouvoir rotatoire = activité optique


Une molécule possédant un ou plusieurs C* dévie le plan de la lumière
polarisée.
Elle peut être à droite (dextrogyre +) ou à gauche (lévogyre -)
Conditions
Pour qu’une molécule soit optiquement active 03 conditions
doivent se réaliser à la fois

 Possède au moins un carbone asymétrique


 Ne possède pas un axe de symétrie
 Ne s’agit pas d’un mélange racémique
Equation calcul/ loi de BIOT

α : Pouvoir rotatoire en °.ml/dm. g


α : Angle de rotation en degré
α = α / CxL C : Concentration en g/ml
L : Longueur du tube (cuve) en dm

Rq
-Le pouvoir rotatoire d’un mélange de substances est la somme des
pouvoirs rotatoires de chaque substance.
-La série D ou L de Fischer ne préjuge en rien du caractère
dextrogyre (+) ou lévogyre (-) de la molécule. Ainsi, le D(+) glucose
est bien dextrogyre (= +52°), mais le D(-) fructose, lui, est fortement
lévogyre (= -92,4°). C'est d'ailleurs de là que leur viennent leurs
anciens noms de dextrose et de lévulose, respectivement.
Propriétés physiques
 Mutarotation
Les oses, et en particulier les hexoses et les pentoses ne se trouvent pratiquement
pas dans la nature sous la forme proposée par Fischer. Il s’établit un équilibre entre
la forme linéaire et deux structures cycliques, par exemple pour le D- Glucose :
Propriétés chimiques
 Réduction

NaBH4
NaBH4
Propriétés chimiques
 Oxydation douce  donne des acides aldoniques

Glucose Acide gluconique


Propriétés chimiques

 Oxydation forte: Donne des acides aldariques.


Propriétés chimiques
 Oxydation forte avec protection du C1: produit des acides alduroniques
Propriétés chimiques
 Méthylation par action du  Méthylation par l’iodure de
méthanol CH3OH méthyle CH3I
Les principaux dérivés d’oses

 Le désoxyribose
Les principaux dérivés d’oses
 Les formes phosphorylées du glucose

 Les osamines
Les principaux dérivés d’oses
 L’acide sialique

 L’acide ascorbique
Structure et propriétés des osides
Définition
 Ce sont des polymères, qui sont associés avec d'autres sucres
(Holosides) soient avec d'autres molécules (hétérosides).

 Ces macromolécules sont de taille modeste (oligosides) ou de


grand taille (3000 motifs) de polyholosides.

 La liaison entre deux motifs est appelée liaison glycosidique


(liaison osidique).
Les oligoholosides (2 à 10 unités)
Le saccharose
C’est le diholoside le plus répandu,
 il est non réducteur.
 C'est le sucre de canne à sucre et de la betterave.
 Il est formé de Glucose et Fructose.
 L’hydrolyse est réalisable en milieu acide dilué,
par une invertase.
 La nomenclature officielle :

α-D-glucopyranosyl (1-2) β-D-fructofuranoside


osido
Les oligoholosides (2 à 10 unités)
Le maltose
 Produit intermédiaire de la digestion des polyosides : amidon ou glycogène.
 C’est un diholoside réducteur.
 Formé de 02 unité de glucose liés ensemble par une liaison α (1-4)
 Nomenclature officielle: α-D-glucopyranosyl (1-4) D-glucopyranose
osido
Les oligoholosides (2 à 10 unités)
Le lactose
 C'est le glucide du lait, on ne le trouve nulle part ailleurs.
 Son goût est assez peu sucré.
 Formé d’une unité de galactose et une unité de glucose comme suit :
Les polyholosides
 Ce sont des polymères de masse très élevée résultant de
la condensation d'un grand nombre de molécules d'oses.

 On distingue les polyosides homogènes (formés du


même ose) et les polyosides hétérogènes caractérisés
par l'alternance régulière de 2 ou 3 oses différents ou
dérivés d'oses.
Polyholosides homogènes
Le glycogène:
 Il se trouve essentiellement dans les cellules hépatiques et dans les cellules
musculaires.
C'est un polymère de résidus de glucose liés entre eux par des liaisons α (1-4) et d'iso
maltoses α (1-6).
Métabolisme des glucides
Régulation de la glycémie
Transport du glucose
Transporteurs

 GLUT 1: associé aux membranes plasmiques des globules rouges et des


cellules de l’endothélium de la BHE (barièrre hémato-encéphalique).
 GLUT 2: dans le foie et les cellules β des îlots de langerhans, ainsi que
dans l‘hypothalamus et la membrane basolatérale de l‘intestin grêle et des
tubules rénaux permettant l'absorption des sucres simples (glucose,
fructose et galactose).
 GLUT 3: neurones (spécifique au glucose)
 GLUT 4: cellules musculaire striées et des adipocytes,
 GLUT 5: permettant le transport du fructose situé au niveau apical de
l’épithélium de l’intestin grêle (entérocytes) et des spermatozoïdes.
Catabolisme glucidique
 Il correspond à la dégradation des molécules de
glucose permettant la formation de molécules
riches en énergie.
La glycolyse (ou voie d’Embden-
Meyerhof)

La glycolyse est la première chaîne du


catabolisme des glucides, elle
s’effectue dans le cytosol par des
enzymes solubles et en anaérobie (sans
apport d’oxygène).
La glycolyse a différents rôles

 la synthèse de molécule riche en énergie,


 la formation de pyruvate qui aura plusieurs

destinées
Bilan énergétique
La destinée de pyruvate

Lactate Alcool
déshydrogénase déshydrogénase
Cycle de Krebs
 Le cycle de Krebs (ou cycle tricarboxylique ou cycle de l’acide citrique) est la plateforme
énergétique de la cellule, continuant le catabolisme des glucides après la glycolyse.

 Il se réalise dans la matrice mitochondriale (elle contient toute les enzymes nécessaire) et se
fait exclusivement en aérobie.

 Conversation du pyruvate en acétyl CoA: Il s'agit d'une réaction irréversible qui engage


le pyruvate dans le cycle de Krebs pour être entièrement oxydé par la chaîne respiratoire ou
converti en citrate et migrer dans le cytoplasme afin d'être utilisé dans d’autres voies
métaboliques.
Les différentes étapes du cycle de krebs
déshydrogénation

condensation
réhydratation

isomérisation
déshydrog
énation

déshydro
génation

Décarboxylation oxydative Décarboxylation non oxydative


Bilan du cycle du citrate
Le cycle a différents rôles

 la dégradation du substrat (ACoA) en CO2 grâce à l’oxygène,


 la prise en charge d’hydrogène et d’électrons riches en énergie
par les FAD et les NAD+,
 la production d’énergie sous forme d’ATP.
Phosphorylation oxydative
La phosphorylation oxydative est la dernière étape du catabolisme et le point où la
majeure partie de l’énergie métabolique est libérée.
Dans ce processus, des molécules de NADH et de FADH2 transfèrent les électrons
qu’elles ont acquis au cours de l’oxydation des molécules alimentaires à l’oxygène
moléculaire O2 par un ensemble de complexe associés en une chaîne respiratoire.
Dans les cellules eucaryotes, cette chaîne de transport d’électrons ou chaîne
respiratoire est située au niveau de la membrane mitochondriale interne :
-la NADH-déshydrogénase oxyde NADH en NAD ; H+ et 2é sont transmis au
cytochrome Q ou ubiquinone
-le cytochrome Q les transfères ensuite à un complexe enzymatique, les cytochromes b-
c1 qui à son tour, les cède au cytochrome C
-le cytochrome oxydase cède les électrons à l’O2 qui est alors réduit en H2O (via des
catalases).
Le passage d’é d’un transporteur à un autre libère de l’énergie à chaque étape. Une
partie de cette énergie est exploitée pour pomper des protons hors du compartiment
matriciel.
Un gradient électrochimique de protons est ainsi engendré à travers la membrane
mitochondriale interne. Ce gradient à son tour, entraîne un reflux de protons par
l’intermédiaire d’un complexe enzymatique particulier (F0-F1) permettant à l’enzyme
(ATP synthétase) d’additionner un groupement phosphate à l’ADP et formant ainsi de
l’ATP dans la matrice mitochondrial.
Bilan énergétique de l’oxydation complète d’une
molécule de glucose
La voies des pentoses phosphates
 Appelé également voie du 6 phosphogluconate ou voie de
DICKENS HORECKER
 Se déroule dans toutes les cellules, en parallèle à la glycolyse
mais ne produit pas de ATP
 Formation de ribose 5-phosphate indispensable à la
biosynthèse des acides nucléiques
 Formation de NADPH.H+ pour les réactions de biosynthèse
d’acides gras, cholestérol et hormones stéroïdes ainsi qu’à la
réduction du glutathion des GR.
Métabolisme des réserves
Glycogénogénèse
Glycogénolyse
Glycogénogenèse/Le glycogène
 Polyoside homogène, est la principale forme de mise en réserve des glucides chez les
animaux,
 Dans l’ensemble, le corps humain peut emmagasiner environ 400 g de glucose (jusqu’à 50000
unités de glucose), essentiellement sous forme de glycogène.
 Le glycogène est présent dans le cytosol sous forme de granules qui contiennent les enzymes
qui catalysent sa synthèse, sa dégradation et sa régulation.
 Toutes les cellules de l’organisme ont la faculté de synthétiser et de dégrader du glycogène,
mais leur capacité de stockage est limitée.
 Deux tissus seulement ont des réserves importantes dans l’organisme :

• Le foie qui sert à alimenter en permanence le sang en glucose et indirectement les organes qui
consomment obligatoirement du glucose à savoir le cerveau et les globules rouges. Le foie
possède la plus forte concentration de glycogène dans l’organisme (100mg/gde foie)
• Les muscles qui ne stockent le glycogène que pour leur fonctionnement.
Etapes réactionnelles
Glycogénolyse Étapes réactionnelles

 Phosphorolyse du glycogène catalysée par la glycogène


phosphorylase qui :
-coupe la liaison α (1-4) à partir de l’extrémité non réductrice
-fixe sur le C1 du glucose libéré, un groupement phosphate apporté par
l’ATP, en donnant du G1P.
-la phosphorolyse est répétée jusqu’à la rencontre de 4 résidus glycosyls
sur chaque chaine avant la liaison α (1-6).
-la structure résiduelle dont l’action des phosphorylases est ainsi limitée
par des branchements est appelée dextrine limite, résistant à l’action plus
poussée de la phosphorylase.
 Action de la glycosyl transférase :
-Intervient sur la dextrine limite en enlevant sur chaque chaine un
oligoside formé de 3 résidus de glucose pour aller allonger une autre
chaine de la dextrine limite permettant ainsi la reprise de la
phosphorolyse sur cette chaine.
-Après l’action de cette enzyme, il demeure à la place de la chaine
latérale un glucose lié par la liaison α (1-6).

 Action de l’enzyme débranchante (ou α (1-6) glucosidase):


-hydrolyse les résidus de glucose reliés par la liaison α (1-6) et libère les
molécules de glucose.
-après l’action de ces 3 enzymes le glycogène libère essentiellement du
G1P (par phosphorolyse) et une faible quantité de glucose (par
hydrolyse).
-le G1P est isomérisé en G6P par la phosphoglucomutase.
Remarque
Le G6P peut entrer dans la glycolyse (foie, muscle).
l’objectif de la dégradation du glycogène hépatique est avant
tout le maintien de la glycémie. Pour cela seul le foie possède la
glucose 6 phosphatase permettant l’hydrolyse du G6P en
glucose et la libération de ce dernier dans le sang. Les deux
réactions catalysées sont les suivantes :

Glucose 1P Glucose6P (Phosphoglucomutase)


Glucose 6P + H2O Glucose + Pi (Glucose 6 phosphatase)
Néoglucogenèse
 Terme utilisé pour décrire tous les mécanismes et toutes les voies
responsables de la conversion des substances non glucidiques en glucose
ou en glycogène.

 Les principaux substrats de la néoglucogenèse sont:


-les acides aminés glucoformateurs
-lactate
-glycérol

 les tissus impliqués sont:


-le foie
-le rein Renferment l’ensemble des enzymes nécessaires
-l’intestin

Vous aimerez peut-être aussi