Vous êtes sur la page 1sur 22

PERSONNES

IMPOSABLES/ NON IMPOSABLES/


PRINCIPE DE LA TERRITORIALITE
DE LA TVA
Licence 3
ISEG
Dakar, Février 2020
Animé par ALIOUNE B. MBENGUE
Diplômé d’expertise comptable
Professeur Associé
Exemple TVA par option:
A vend à B assujetti A vend à B non assujetti
PHT : 10.000 PHT: 10.000
TVA: 1.800 TVA : 1.800
TTC: 11.800 TTC : 11.800

B vend à C assujetti B vend à C assujetti


PR : 10.000 PR: 11.800
Marge: 2.000 Marge: 2.000
PVHT : 12.000 TTC : 13.800
TVA: 2.160
TTC: 14.160
B) Les Personnes imposables à la TVA
L’application de la TVA est fonction de la personne qui effectue l’opération ou
assujetti
Aux termes des dispositions de l’article 354 du CGI, toute personne qui exerce de
manière indépendante et quel qu’en soit le lieu, une activité économique, quels
que soient les buts poursuivis ou les résultats attendus.
Est considérée comme activité économique, toute activité de production, de
commerce ou de prestation de services, ainsi toutes les opérations annexes qui y
sont liées, y compris les activités extractives et celles des professions libérales ou
assimilées.
Les personnes ou organismes de droit public, ne sont pas assujettis à la TVA pour
les activités réalisées, en tant qu’autorités publiques. Toutesfois, ils demeurent
assujettis, lorsqu’ils exercent des activités industrielles et commerciales, et que
celles-ci sont réalisées, suivant des moyens et des méthodes, comparables à ceux
qui seraient utilisés, par des personnes physiques ou morales de droit privé.
 
Exples :
1. les producteurs
Les producteurs directs qui fabriquent des biens ou leur font subir des façons pour la
fabrication ou pour la présentation commerciale.
Les producteurs indirects : ils effectuent des actes de production et font assurer la
présentation commerciale par autrui.
2 . les commerçants revendeurs en l’état
3. les importateurs
4. les prestataires de services ; ils réalisent des opérations imposables.
5. les assujettis volontaires ou redevables optionnels
6. les autres assujettis : on compte
Les personnes physiques ou morales agissant pour le compte de tiers non-résidents
lorsqu’ils sont procurés des moyens de réaliser des opérations imposables.
Les personnes ayant été autorisées à recevoir des biens et services en franchise de
taxe et pour lesquelles les conditions de franchise n’ont pas été réunies.
C) Territorialités de la tva
 Le champ d’application de la TVA est limitée dans l’espace.
Le droit fiscal est d’application territoriale surtout en matière d’impôt indirect. En
effet, ne peuvent être imposées au Sénégal que les affaires faites ou réputées faites
au Sénégal. Par Sénégal, il faut entendre le territoire douanier du Sénégal y
compris les eaux territoriales, c’est-à-dire, sur le territoire ou la législation
Sénégalaise est applicable.
Il y a lieu de noter que les conventions internationales portent généralement sur les
impôts directs. Ce n’est que dans de rares cas que la fiscalité indirecte est concernée
par des dispositions conventionnelles comme par exemple la convention de
Vienne sur les privilèges et immunités diplomatiques (voir exonération).
Sont réputées affaires faites au Sénégal: les ventes ou livraisons au Sénégal et les
prestations de services au Sénégal.
1– Lieu de livraison des biens meubles corporels et des travaux immobiliers
 Les livraisons de biens meubles corporels et des travaux immobiliers sont réputées
faites au Sénégal lorsque lesdits biens ou travaux y sont livrés, c'est-à-dire lorsque le
transfert de propriété est fait sur le territoire du Sénégal.
 Le lieu d’imposition d’une livraison de biens est situé, à l’endroit ou le bien
se trouve, au moment de la livraison;
Exple: le Sénégal est le lieu d’imposition d’une livraison de biens, lorsque le
bien est situé au Sénégal au moment de sa livraison.
 En cas de livraison de gaz, d’électricité, de chaleur, de froid ou de choses

similaires, le lieu d’imposition est situé au Sénégal , lorsque ces biens sont
livrés au Sénégal;
 En cas d’expédition ou de transport d’un bien, le lieu d’imposition de la

livraison de biens est situé, à l’endroit ou le bien se trouve, au moment du


départ de l’expédition, ou du transport à destination de l’acquéreur;
 Lorsque le lieu de départ de l’expédition, ou du transport du bien se trouve

dans un pays tiers, le lieu d’imposition de la livraison effectuée par


l’importateur est situé au Sénégal, lorsque le bien est importé au Sénégal;
 Si le bien fait l’objet, d’une installation ou montage, par le fournisseur ou

pour son compte, le lieu d’imposition est situé, à l’endroit ou est effectué
l’installation ou le montage.
Pour les livraisons à soi-même, le lieu d’imposition à la TVA est celui de la 1 ère
utilisation. Les livraisons à soi-même sont taxables au Sénégal lorsqu’elles portent
sur des biens ou travaux immobiliers situés au Sénégal lors de leur 1ère utilisation.
La définition fiscale de la vente en tant que livraison est plus large que celle fournie
par le droit privé en ce sens qu’elle comprenne les opérations faites sous forme
d’échanges ou sous toute autre forme de transfert de propriété.
2– Lieu d’accomplissement des prestations de services
La localisation des prestations de services est faite au moyen de deux critères essentiels
:
- le critère du lieu d’utilisation ou d’exploitation ;
- le critère du lieu de situation du bénéficiaire de la prestation ou de son
ordonnateur (loi 2004-12 du 06 février 2004).
 
NB : les services exécutés à l’étranger mais utilisés au Sénégal sont taxables tandis
que les services exécutés au Sénégal et utilisés à l’étranger sont exemptés.
D/ Les Opérations non Imposables.
 
Parmi les opérations non imposables, on distingue généralement les exonérations
des exemptions.
 
Une opération exonérée est une opération qui entre dans le champ
d’application de la TVA, non recherchée cependant en paiement de celle-ci
pour des raisons économiques, sociales, administratives ou techniques.
Une opération exemptée de TVA est une opération exclue du champ
d’application. Sont concernées par l’exemption, pour le moment, les
activités agricoles et salariées.
 
D1) Les Exemptions.
 Elles concernent les opérations situées hors du champ d’application. Il s’agit
selon l’article 352 CGI des opérations ou activités agricoles et des activités
salariées au sens du Code du Travail.
 
D2) les opérations exonérées de TVA (article 361)
Ce sont les opérations incluses dans le champ d’application mais qui échappent à la
taxation du fait de la loi. Il existe quatre catégories d’exonérations :
 L’exonération d’ordre économique : exportations par exemple
L’exonération d’ordre social : médicaments, transport public, hospitalisations, livres

L’exonération d’ordre administratif : les établissements administratifs et publics
L’exonération d’ordre technique ou fiscal : opérations bancaires, mutation
d’immeubles...
D 2- 1) les exonérations d’ordre économique
 Les exportations directes de produits ou de marchandises par l’exportateur- même.
Les opérations assimilées à l’exportation sont: 
a- Les opérations portant sur des bâtiments de mer
Les ventes, réparations, transformations portant sur les bâtiments de mer non affectés
à la Marine Nationale (les bateaux de plaisance et les bateaux effectuant le cabotage
sont exclus de cette exonération).
Les livraisons, transformations, entretiens, affrètements, location de
bateaux destinés à la pêche ou à une activité industrielle ou commerciale
exercée en haute mer (et toute affaire relative à leur exploitation).
b- Les opérations portant sur les aéronefs
Les livraisons, transformations, réparations, entretiens et location
d’aéronefs utilisés par les compagnies effectuant essentiellement le trafic
international rémunéré.
Les ventes sous régime suspensif de taxe c-à-d que la taxe est suspendue
tant qu’il n’y a pas de mise à la consommation. On peut citer :
Le régime de l’entrepôt
Le régime de l’admission temporaire
Le transit
Le transbordement
Le régime de l’usine exercée
Le régime de l’entrepôt industriel
Les affaires réalisées avec les représentations diplomatiques sont exonérées de TVA à
condition que
L’opération soit réalisée dans le cadre du fonctionnement de la mission
Les biens ou services soient destinés aux locaux de la mission
les exportations de services par les télé- services.
Télé-services : services effectués à distance, en dehors de l’endroit où le travail est
attendu, aux moyens de communications électroniques, informatiques, télématiques
et à partir d’un réseau comportant au moins 200 positions de travail actives et
permanentes.
 Les autres exonérations
Les livraisons en régime franc sont exonérées de TVA à l’exception de l’eau et des
véhicules non considérés comme moyens de manutention interne.
Les opérations de ventes et prestations de services faites en direction des entreprises
bénéficiant d’un régime Franc ne sont pas soumises à la TVA. Le régime Franc est
octroyé aux entreprises bénéficiant du statut de la zone franche Industrielle de
Dakar, du statut des points Francs ou du statut de l’entreprise Franche
d’exportation.
Le statut de la zone Franche Industrielle de Dakar a été mis en œuvre par la
loi n° 74-06 et avait pour but de créer une aire géographique dans
laquelle les produits sont mis en œuvre pour être exportés. Face aux
difficultés de fonctionnement de ce régime d’incitation, il a été
institué le statut des points Francs en 1991 permettant à une entreprise
installée en dehors de la zone Franche de bénéficier du statut de la zone
Franche.
La loi 95-35 du 29 décembre 1995 a institué le régime de
l’entreprise Franche d’exportation et abroger le statut de la zone
Franche et des points Francs. Désormais, seules les entreprises qui
exportent 80 % de leur production bénéficient du régime franc

Les services liés aux exportations non taxables. L’exonération des services
directement à l’exportation emporte droit à déduction de la TVA.
Les opérations de crédit bail ou de financement islamique portant sur des
biens dont la livraison est exonérée par la loi.
D 2- 2) les exonérations d’ordre social. Sont exonérés de
TVA :
 
1 – L’exonération portant sur des biens de 1ère nécessité
Les livraisons de biens et produits alimentaires non transformés et de 1 ère nécessité sont
exonérées de TVA. La liste des dits biens est fournie par l’arrêté n° 007809 du 19
septembre 2001 du ministre de l’économie et des finances. Les biens de 1ère nécessité telle
que retenue par l’arrêté sont les suivants :
- les arachides,
- les céréales,
- les légumes frais,

 
- le poisson à l’état frais, congelé, surgelé à l’exclusion des mollusques et crustacés ;
- les œufs en coquille,
- la pomme de terre, les oignons et autres racines et tubercules.
2 – L’exonération dans le domaine de la santé
a- Les soins médicaux et paramédicaux
Sont exonérés de TVA les prestations de soins faites dans les établissements publics
ou privés y compris le transport de blessés. Les prestations visées
concourent à l’établissement de diagnostics médicaux, aux traitements des malades
et d’une manière générale à tous les soins pratiqués aux malades.
Ces prestations, pour être exonérées, doivent être faites par les membres des
professions médicales et paramédicales titulaires de diplômes.
Toutefois, les frais de séjour dans les établissements privés qui sont facturés au
malade en tant que supplément aux soins tels que l’hébergement, la nourriture, les
boissons, le blanchissage du linge de maison et de toute autre prestation
hôtelière ne sont pas exonérés. Sont également exonérés les opérations
effectuées par les laboratoires d’analyse.
b- Les produits pharmaceutiques et le matériel médical spécialisé
L’annexe 2, nouveau su CGI fournit la liste des produits pharmaceutiques ainsi que le
matériel médical spécialisé pour les activités médicales. Cette liste reprend
exactement celle établie par la directive n° 6/2002/CM/UEMOA du 22/09/2002
(voir JO. Loi n° 2004-12 du 06/02/04).
3 – L’exonération portant sur le logement
Les locations d’immeubles nus à usage exclusif d’habitation sont exonérées de TVA. A
contrario, les locations autres que d’habitation ou meublées sont imposables.
4 – L’exonération portant sur le transport public de voyageurs
Les prestations de transport public des personnes ne sont pas soumises à la
TVA lorsqu’elles sont effectuées par des transporteurs patentés, reconnus
comme tels et pratiquant des tarifs homologués par l’autorité publique.
Par tolérance, le transport dit touristique est assimilé à un transport public de
voyageurs.

 
5 – L’exonération dans le domaine de l’enseignement
Sont exonérées de TVA les prestations de services réalisées dans le cadre de
l’enseignement scolaire ou universitaire par des établissements publics ou privés ou
par des organismes similaires d’enseignement. Les prestations visées sont celles
entrant dans des programmes homologués par le département chargé de
l’enseignement.
6 – L’exonération de la tranche sociale d’eau et d’électricité
La consommation domestique d’eau et d’électricité est exonérée de TVA lorsqu’elle ne dépasse pas les limites
fixées par l’arrêté n° 007809 du 19 septembre 2001 qui définit la tranche sociale non soumise à la TVA.
a – Tranche sociale pour la consommation d’eau
L’exonération porte sur les livraisons d’eau dont le volume est inférieur ou égal à 40 m 3 par bimestre (60 jours).
b – Tranche sociale pour la consommation
L’exonération porte :
- sur les deux premières tranches de la consommation d’électricité en usage domestique générale (UDG) ;
- sur l’intégralité de la consommation en usage domestique spécial (UDS).
L’UDG correspond à un abonnement avec usage d’appareils électroménagers.
L’UDS correspond à la consommation des ménagesn’ayant aucun appareil électroménager, ayant
un éclairage sommaire au moyen de quelques foyers lumineux et dont la consommation ne dépasse pas 20 KW
par heure.
7 – L’exonération portant sur la presse et la culture
Les opérations de ventes, d’importations, d’impression, de composition, d’édition de journaux, périodiques,
livres sont exonérées de TVA lorsqu’elles portent sur des informations présentant le caractère
d’intérêt général à l’exclusion des recettes publicitaires.
 
 
Une revue de mode ou se bornant uniquement à publier des programmes de chaînes de radio ou de télé ne bénéficie
pas de l’exonération. Le papier journal servant à la fabrication de ces livres, périodiques, journaux est également
exonéré de TVA.
Les ventes d’œuvre d’art par leur auteur sont exonérées de TVA lorsque ces dites œuvres sont originales.
D 2- 3) les exonérations d’ordre administratif
 
Les ventes faites par les administrations publiques
Les prestations de services administratifs au profit de tiers sont assimilées à des
biens non marchands.
 Ces exonérations portent sur des opérations de livraison ou de prestation de
services faites par l'État, les collectivités publics et les établissements publics
ne poursuivant pas un but lucratif et ne jouissant pas de l’autonomie
financière. On peut notamment citer sur ce registre la vente de timbres fiscaux
au profit du budget de l'État et de timbres postes pour affranchissement faite
par la société nationale de poste.
Il y a lieu de préciser que lorsqu’une entreprise publique effectue des opérations
similaires à celles des entreprises privées et dans les mêmes conditions, la TVA
est due, tel est le cas par exemple de la SENELEC. Il en est de même des
opérations de livraison ou de prestation de services faites par des entreprises
publiques ou des sociétés nationales bénéficiant de l’autonomie financière.
D 2- 4) les exonérations d’ordre technique et fiscal (pour éviter la double imposition)
Il s’agit d’exonération mises en œuvre pour éviter des superpositions
fiscales. L’exonération en matière de TVA est également couplée à une autre catégorie
d’impôts. C’est donc pour des raisons strictement fiscales que ces exonérations sont
prévues.
1 – L’exonération portant sur les mutations d’immeubles et de fonds de commerce Les
mutations d’immeubles, de droits réels immobiliers et les mutations de fonds de
commerce sont exonérées de TVA lorsqu’elles sont soumises à la formalité de
l’enregistrement.
Toutefois, ne sont pas concernées par l’exonération les opérations de même nature
effectuées par des marchands de biens ou par des entreprises de crédit-bail. Le
marchant de biens est une personne physique ou morale qui intervient dans la
négociation des biens immobiliers en tant qu’acheteur ou vendeur ou en tant
qu’intermédiaire entre acquéreur et vendeur.
2 – L’exonération portant sur les activités bancaires
Les activités des banques et établissements financiers sont soumises à la taxe sur les
opérations bancaires en ce qui concerne les intérêts et commissions reçues. Ces dites
commissions et ces intérêts perçus par les banques et établissements financiers ont été
exonérées de TVA pour ne privilégier que la taxation à la TAF.
3 – L’exonération portant sur les produits des assurances
Les commissions d’assurance, de co-assurance, de réassurance y compris
celles réalisées par les courtiers sont exonérées de TVA du fait qu’elles sont
soumises à la taxe sur les conventions d’assurance (TCA) assimilée à un droit
d’enregistrement.
4 – L’exonération portant sur les produits des jeux
Les produits des jeux sont soumis au prélèvement progressif prévu par la loi n°
66-54 du
03 juin 1966. De ce fait, les produits des jeux ont été exonérés de TVA.
L’exonération de
TVA s’étend également au produit de la vente des billets de la loterie nationale.
5 - L’exonération portant sur les importations et reventes en l’état de produits
destinés à des personnes publiques
Tous produits et marchandise exonérés de droit d’entrée parce que destinés à
l'État, aux collectivités publiques, aux établissements publics sont également
exonérés de TVA à l’importation et lorsqu’ils sont revendus en l’état aux dites
personnes.
APPLICATION DE FISCALITE INDIRECTE
Pour chacune des opérations ci-dessous, il vous est demandé d’analyser au regard de la
TVA.
– Vente d’un véhicule de marque « Mercedes » par la société Sénégalaise de l’Automobile à
Dakar à un client établi à Saint-Louis du Sénégal suivant la facture ci-après :
Prix : 27.000.000 HT
Acompte versé : 8.000.000 F
Remise accordée : 15 % sur le prix HT
Pose plaque numérologique : 90.000 F
– Construction par les ouvriers de l’entreprise de BTP « CSE » d’un hangar destiné à servir
de parking aux véhicules utilitaires de l’entreprise. Coût des travaux : 6.000.000 F.
– Entretien par la société de matériel médical « MM » d’une machine vendue à la Clinique
privée « Santé PLUS » sise à Thiès (Sénégal) dans les conditions suivantes :
Frais de déplacement Dakar – Saint-Louis : 300.000
Frais d’intervention : 500.000
– Monsieur Alioune FALL est expert en gestion dont le cabinet est sis à Dakar. Son chiffre
d’affaires du mois de Juin 2017 s’établit comme suit :
Animation à Libreville d’un séminaire de formation pour le compte des cadres de la direction
de la « Société Gabonaise d’Exploitation Pétrolière » pour un coût de 10.000.000 F
Mise en place du plan de relance de la « Société Béninoise de Transport Routiers » pour
un coût de 5.000.000 F
– Le restaurant « La Galette » a adressé à la Compagnie Cameroun Airlines une facture
d’un montant de 300.000 HTVA représentant les frais de restauration au cours du mois
de Juin 2017 des agents de l’agence de cette compagnie sise à la place de
l’Indépendance, Dakar.
– Construction par l’entreprise « CDE » d’un immeuble à Dakar pour le compte d’un
commerçant malien installé à Bamako. Cet immeuble est destiné à des locations nues à
usage exclusif d’habitation. Montant facture CDE : 60.000.000 F HTVA.
– Réparation d’une machine figurant dans les comptes « Immobilisations » de la SOBOA
par les ouvriers de l’entreprise : coût des réparations : 1.000.000.
– Echange entre la CFAO et SERA deux concessionnaires dakarois de véhicules d’un lot
de pièces détachées TOYOTA ayant une valeur de 10.000.000 F contre un stock
RENAULT de 13.000.000 F
– Vente par la société SUNEOR d’huile alimentaire à des commerçants dakarois selon les
conditions ci-après : Prix : 7.000.000 HTVA, emballages consignés de 100.000 HT,
remise de 10 %. Le transport effectué par SUNEOR a été facturé : 30.000 HTVA.
– Entretien d’une machine vendue à la société « Afric Azote » qui est un point franc. Coût
de l’entretien : 300.000 F
– Travaux d’ameublement et de décoration par la société « Amelle » sise à
Dakar de l’hôtel « BEAU RIVAGE » sis à Banjul (GAMBIE) et appartenant à
un opérateur sénégalais. Montant des travaux : 4.000.000 F
– Ventes d’emballages à la Sté PARK DAVIS installée à Dakar pour un montant
de 8.000.000 F.
– Ventes de tables-bancs à des écoles privées situées à Dakar : 1.200.000 F.
– Versement par la société SONATEL d’une somme de 500.000 à M. Issa FALL
comptable admis à la retraite, représentant sa rémunération mensuelle
conformément au nouveau contrat de prestations de services passé avec ladite
société.
– Vente d’un car destiné au transport public de personnes pour un montant de
25.000.000 HT par la société RENAULT concessionnaire dakarois de
véhicules.
– Le journal « THIOF » est un hebdomadaire sénégalais vendu à 1.000 F
l’exemplaire. La société « LBN » éditrice a vendu 5.000 exemplaires en
Février 2008 et facturé au titre de la publicité au cours du même mois à la
LONASE 3.000.000 F

Vous aimerez peut-être aussi