Vous êtes sur la page 1sur 49

Nouveau Système comptable financier

LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES


(IAS 38)

1
Définition

Une immobilisation incorporelle est un actif identifiable,


non monétaire et immatériel, contrôlé et utilisé par
l’entité dans le cadre de ses activités ordinaires (par
ex., fonds commerciaux acquis, marques acquises,
logiciels informatiques ou autres licences
d’exploitation)

2
Rappel de la définition d’un Actif

Un actif est une ressource contrôlée par l’entreprise


ayant une valeur économique positive pour
l’entreprise, c’est-à-dire une ressource que
l’entreprise contrôle du fait d’événements passés et
dont elle attend des avantages économiques futurs.

L’avantage économique futur représentatif d’un actif


est le potentiel qu’à cet actif de contribuer,
directement ou indirectement, à des flux nets de
trésorerie au bénéfice de l’entreprise.

3
Règles générales

Conformément à la règle générale d’évaluation des


actifs, une immobilisation incorporelle est
comptabilisée en actif :

 s’il est probable que des avantages économiques


futurs associés à cet actif iront à l’entité ; et
 si le coût de l’actif peut être évalué de façon fiable.

4
Evaluation initiale
Le coût d’acquisition

Les immobilisations sont comptabilisées à leur coût


directement attribuable, incluant l’ensemble des
coûts d’acquisition et de mise en place, les taxes
payées, et autres charges directes.

Exemple : les droits de douane, les frais de livraison et


de manutention initiaux, les frais d’installation, les
honoraires de professionnels tels que les ingénieurs
informatiques.

5
Evaluation initiale

Le coût d’acquisition

Sont exclus du coût d'acquisition les frais généraux non


et administratifs affectables et les frais de formation.

6
Evaluation initiale

Le coût de production

Le coût de production d’une immobilisation produite par


l’entité pour elle-même inclut le coût des matériaux
(consommables), la main d’œuvre, et les autres
charges directes et indirectes de production qui
peuvent être directement rattachées à
l’immobilisation.

7
Evaluation initiale

Les coûts d’emprunt

Les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à


l’acquisition ou la production d’un actif exigeant une
longue période de préparation (plus de 12 mois)
avant d’être utilisé ou vendu peuvent être incorporés
dans le coût de cet actif.

8
Evaluation initiale

Le compte 20 « Immobilisations incorporelles » peut être


subdivisé de la manière suivante :
 203 « Frais de développement immobilisables » ;
 204 « Logiciels informatiques et assimilés » ;
 205 « Concessions et droits similaires, brevets,
licences, marques » ;
 207 « Ecart d’acquisition – Goodwill » ;
 208 « Autres immobilisations incorporelles ».

9
Frais de recherche et de
développement

Le Système Comptable et Financier (SCF) distingue des


immobilisations incorporelles le traitement des frais de
recherche et des frais de développement.

10
Frais de recherche
Les dépenses de recherche constituent des charges à
comptabiliser lorsqu’elles sont encourues.

Elles ne sont jamais immobilisées.

La norme IAS 38 définit la recherche comme « une


investigation originale et programmée en vue
d ’acquérir une compréhension et des
connaissances scientifiques ou techniques
nouvelles »

11
Frais de développement

La norme IAS 38 définit le développement comme


« l ’application des résultats de la recherche ou
d ’autres connaissances à un plan où un modèle en
vue de la production des matériaux, dispositifs,
procédés, systèmes ou services nouveaux ou
substantiellement améliorés, avant le commencement
de leur production commerciale ou de leur utilisation ».
Critère de capitalisation des frais de développement:

12
Frais de développement

Critère de capitalisation des frais de développement:


 la faisabilité technique, l’intention et la capacité de la
société à terminer l’immobilisation pour qu’elle soit
disponible à l’utilisation ou à la vente ;
 de quelle façon l’immobilisation va générer des bénéfices
futurs probables (existence d’un marché ou d’un besoin
interne) ;
 disponibilité des ressources pour terminer le
développement et utiliser ou vendre le bien ;
 sa capacité à mesurer de manière fiable les dépenses liées
au bien dans sa phase de développement.

13
Frais de développement

Des dépenses de développement constituent une


immobilisation incorporelle uniquement si :

 ces dépenses se rapportent à des opérations


spécifiques à venir ayant de sérieuses chances de
rentabilité globale ;
 l’entité a l’intention et la capacité technique, financière
d’achever les opérations liées à ces dépenses de
développement et de les utiliser ou de les vendre ;
 ces dépenses peuvent être évaluées de façon fiable.

14
Frais de développement
Les frais de développement ne sont activés qu’à partir de
la date où les conditions d’activation sont réunies.

Les frais de développement comptabilisés en charges


avant cette date ne pourront pas être activées.

15
Frais de recherche développement
Phase Conceptuelle 1- Etude préalable

2- Analyse fonctionnelle (appelée


parfois conception générale de
l’application)

3- Analyse organique (appelée


aussi conception détaillée de
l’application)

Phase de Production 4- Programmation

5- Tests et jeux d’essais


Phase de Mise à la disposition de 6- Documentation destinée à une
l’utilisateur et de suivi utilisation interne

7- Formation de l’utilisateur

8- Suivi de logiciel (souvent


dénommé maintenance)
16
Frais de développement
Les frais de développement sont inscrits à l’actif après leur
enregistrement initial dans les comptes de charge par
nature de la période :

Écriture lors de l’engagement des dépenses


60 Charges par nature relatives à un projet de devlpt X
512 Banque X

Écriture de reconnaissance à l’actif du projet de


développement
203 Frais de développement immobilisables X
73 Production immobilisée d’actifs incorporels X

17
Logiciels informatiques et
assimilés
Ils sont enregistrés de la manière suivante :

 le coût d’acquisition des logiciels


204 Logiciels informatiques et assimilés X
404 Fournisseurs d’immobilisation X
512 ou Banque

 le coût de production des logiciels créés


204 Logiciels informatiques et assimilés X
73 Production immobilisée d’actifs incorporels X

18
Exemple
Le 01/10/N, une entreprise a acquis un logiciel comptable
au prix de 700 000 DA, elle a souscrit un contrat
d’envoi systématique des mises à jour du logiciel.
La société reçoit une mise à jour courant décembre au
prix de 10 000 DA.
L’entreprise a engagé des frais de recherches et de
développement qui se décompose de la manière
suivante :
 Frais de recherche : 500 000 DA entre le 01/02/N et le
01/07/N ; et
 Frais de développement : 800 000 DA entre le 10/07/N
et le 01/10/N.
Quels sont les frais immobilisables ? Les enregistrer.
19
Exemple
Les frais immobilisables sont l’acquisition du logiciel et les
frais de développement :
1/10/N
204 Logiciels informatiques et assimilés 700
404 Fournisseurs d’immobilisation 700

1/10/N
203 Frais de développement immobilisables 800
73 Production immobilisée 800

Les frais de recherche ne sont jamais activés (on les passe


en charge).
Les frais de mise à jour ne répondent pas à la définition des
actifs (pas d’augmentation des avantages économiques
futurs).
20
Dépenses ultérieures

Les dépenses ultérieures relatives à des immobilisations


incorporelles sont comptabilisées en charge de
l’exercice au cours duquel elles sont encourues si
elles maintiennent le niveau de performance de l’actif.

21
Dépenses ultérieures

Si elles augmentent la valeur comptable des actifs, c’est-


à-dire quand il est probable que des avantages
économiques futurs, supérieurs au niveau original
de performance, iront à l’entité, elles sont
comptabilisées en immobilisations et ajoutées à la
valeur comptable de l’actif.

22
Amortissements

L’amortissement correspond à la consommation des


avantages économiques liés à un actif incorporel est
comptabilisé en charge .

23
Amortissements
On distingue les immobilisations incorporelles dont la
durée d’utilité est indéfinie et celles dont la durée
d’utilité est définie.

Pour les immobilisations incorporelles dont la durée de


vie est indéfinie, il n’y a pas d’amortissement.

Pour les immobilisations incorporelles dont la durée de


vie est définie, il y aura constatation d’un
amortissement sur la durée d’utilité.

24
Amortissements
Pour déterminer la durée d ’utilité d ’une immobilisation
incorporelle, il faut considérer plusieurs facteurs, notamment :

 la durée du contrôle sur l’actif et les limitations juridiques telles


que les dates d’expiration des contrats de locations liés ;
 les cycles de vie caractéristiques de l ’actif et les informations
concernant l ’estimation des durées d ’utilité de types similaires
d’actifs qui sont utilisés de façon similaire ;
 l’obsolescence technique, technologique ;
 la stabilité du secteur d’activité dans lequel l’actif est utilisé et
l’évolution de la demande pour les produits ou services générés
par l’actif.

25
Amortissements

La durée d’utilité d’une immobilisation incorporelle est


présumée ne pas dépasser 20 ans.

Dans le cas d’un amortissement sur une durée plus


longue ou d’une absence d’amortissement, des
informations spécifiques sont fournies dans l’annexe
aux états financiers.

26
Amortissements

Les amortissements des immobilisations sont enregistrés:

681 Dotations aux amortissements, provisions, pertes de X


valeur – actifs non courants
280 Amortissements des immobilisations incorporelles X

27
Pertes de valeur

L’immobilisation à durée de vie indéfinie (non


amortissable) fera l’objet d’un test de dépréciation
annuel obligatoire pour comparer la valeur recouvrable
à la VNC qui pourra conduire à la constatation d’une
provision pour dépréciation.

28
Pertes de valeur

Une entité apprécie à chaque date de clôture s’il


existe un quelconque indice interne ou externe
montrant qu’une immobilisation incorporelle à durée
d’utilité définie a pu perdre de la valeur.

S’il existe un tel indice, l’entité estime la valeur


recouvrable de l’actif.

29
Pertes de valeur

Lors de la constatation de perte de valeur :

681 Dotations aux amortissements, provisions et pertes de X


valeur – Actifs non courants
290 Pertes de valeur sur immobilisations incorporelles X

30
Pertes de valeur
Le compte de perte de valeur est réajusté à la fin de
chaque exercice:

 si le montant de la perte de valeur a augmenté :


681 Dotations aux amortissements, provisions et pertes de X
valeur – Actifs non courants
290 Pertes de valeur sur immobilisations incorporelles X

 si le montant de la perte de valeur a diminué ou est


annulé :
290 Pertes de valeur sur immobilisations incorporelles X
781 Reprises d’exploitation sur pertes de valeur et X
provisions – actifs non courants

31
Pertes de valeur

Exemple

Une entreprise a acquis une immobilisation Incorporelle le


01/01/N pour 20 000 000 DA.
Cet actif est amortissable sur 10 ans en linéaire.
Au 31/12/N+1, la valeur recouvrable de l’actif est de
15 000 000 DA.
Au 31/12/N+5, la valeur recouvrable est de 8 500 000 DA.
Enregistrer les écritures au 31/12/N, au 31/12/N+1, au
31/12/N+2 et au 31/12/N+5.

32
Pertes de valeur
Exemple

Au 31/12/N et N+1, constatation de l’amortissement :


20 000 000 / 10 ans = 2 000 000.
VNC au 31/12/N+1 = 20 000 000 – (2 000 000 x 2) =
16 000 000.
Valeur recouvrable au 31/12/N+1 : 15 000 000.
Constatation d’une perte de valeur =
16 000 000 – 15 000 000 = 1 000 000.
A partir du 31/12/N+2, les dotations seront égales à :
15 000 000 / 8 ans = 1 875 000.
33
Pertes de valeur
Exemple
Ecriture au 31/12/N :
681 Dotations aux amortissements, prov. et pertes de 2 000
valeurs – actifs non courants
2805 Amortissement de l’actif incorporel 2 000
20 000 000 / 10 = 2 000 000

Ecriture au 31/12/N+1 :
681 Dotations aux amortissements, prov. et pertes de 2 000
valeurs – actifs non courants
2805 Amortissement de l’actif incorporel 2 000
681 Dotations aux amortissements, prov. et pertes de 1 000
valeurs – actifs non courants
2905 Pertes de valeur sur l’actif incorporel 1 000
(20 000 000 – 4 000 000) – 15 000 000
34
Pertes de valeur

Exemple
Ecriture au 31/12/N+2 à N+5 :
681 Dotations aux amortissements, prov. et pertes de 1 875
valeurs – actifs non courants
2805 Amortissement de l’actif incorporel 1 875

35
Pertes de valeur
Exemple

Au 31/12/N+5, les amortissements cumulés sont de :


11 500 000 (2 000 000 x 2 + 1 875 000 x 4).
la VNC est égale à :
20 000 000 – 11 500 000 – 1 000 000 = 7 500 000.
La valeur recouvrable au 31/12/N+5 est égale à
8 500 000. Il faudra faire une reprise.

36
Pertes de valeur
Exemple

Le VNC après reprise ne doit pas dépasser la VNC hors


dépréciation.
VNC hors dépréciation :
20 000 000 – (2 000 000 x 6) = 8 000 000
Si nous reprenons la totalité de la perte de valeur, la VNC
(8 500 000) sera supérieure à la VNC hors dépréciation
(8 000 000).
Donc on ne peut reprendre que :
8 000 000 – 7 500 000 = 500 000.

37
Pertes de valeur
Exemple

Ecritures au 31/12/N+5 :
2905 Pertes de valeur sur installation 500
781 Reprises d’exploitation sur pertes de 500
valeur et provision – actifs non courants

38
Sortie d’immobilisations

Une immobilisation incorporelle est éliminée du bilan lors


de sa sortie de l’entreprise ou lorsque l’actif est hors
d’usage de façon permanente et que l’entité n’attend
plus aucun avantage économique futur ni de son
utilisation ni de sa sortie ultérieure.

39
Sortie d’immobilisations

Les profits et les pertes provenant de la mise hors


service ou de la sortie d’une immobilisation
incorporelle sont déterminés par différence entre les
produits de sortie nets estimés et la valeur
comptable de l’actif ;
Ces profits ou pertes sont comptabilisés en produits ou
en charges opérationnelles dans le compte de
résultat

40
Sortie d’immobilisations
Exemple

Une entreprise a acheté, le 01/01/N, un logiciel pour une


valeur de 70 000 DA, amortissable en linéaire sur 5
ans.
La société décide de revendre le logiciel le 01/01/N+3
pour une valeur de 30 000 DA.

Enregistrer l’écriture de cession.

41
Sortie d’immobilisations
Exemple

Amortissements pratiqués au 01/01/N+3 :


(70 000 / 5) x 3 = 42 000
VNC : 70 000 – 42 000 = 28 000
Prix de cession : 30 000

01/01/N+3
2804 Amortissements du logiciel 42 000
512 Banque 30 000
204 Logiciel 70 000
752 Plus values sur sorties d’actifs 2 000
immobilisés non financiers

42
Réévaluation

Une immobilisation incorporelle ayant fait l’objet d’une


comptabilisation initiale sur la base de son coût
(traitement de référence) peut également être
comptabilisée postérieurement à sa comptabilisation
initiale sur la base de son montant réévalué
(traitement alternatif), aux mêmes conditions que les
immobilisations corporelles.

43
La réévaluation

Lorsque la valeur comptable d’un actif augmente à la


suite d’une réévaluation, l’augmentation est créditée
directement en capitaux propres sous le libellé écart
de réévaluation :
2 Immobilisations X
28 Amortissements des immobilisations X
105 Ecart de réévaluation X

44
La réévaluation
Lorsque la réévaluation d’un actif fait apparaître une
perte de valeur (réévaluation négative), cette perte de
valeur est imputée en priorité sur l’écart de
réévaluation antérieurement comptabilisé en capitaux
propres au titre de ce même actif
105 Ecart de réévaluation X
2 Immobilisations X

Si la perte de valeur est supérieure à l’écart de


réévaluation enregistré précédemment en capitaux
propres, l’excédent sera passé en perte de valeur :
681 Dotations aux amortissements, provisions et X
pertes de valeur
29 Pertes de valeur sur immobilisations X

45
Réévaluation

Cependant ce traitement n’est autorisé que si la juste


valeur de l’immobilisation incorporelle peut être
déterminée par référence à un marché actif.

Néanmoins, de nombreux incorporelles n’ont pas de


marché actif. il est donc difficile de justifier d’une juste
valeur de réévaluation.

Dans ce cas, la réévaluation n’est pas possible.

46
Informations à fournir

Selon la norme IAS 38, l’annexe doit comporter pour chaque


catégorie d’actif incorporel en distinguant ceux générés en
interne de ceux acquis :
 Les méthodes comptables (base de valorisation, méthode,
durée, montant d’amortissement ainsi que leur affectation sur les
différentes catégories d’actifs) ;
 Le montant des frais de recherche et développement
comptabilisés en charge ;
 Le suivi des valorisations et de la dépréciation des actifs (valeur
brute ouverture et clôture, suivi des affectations de charges
postérieures sur la valeur à l’actif, cumul d’amortissement
ouverture et clôture) ;
 Le suivi des opérations de réévaluation (date, montant des
réévaluations par catégorie d’actif, suivi de l’écart de
réévaluation).

47
Informations à fournir
Des informations précédemment demandées sont à fournir de
façon spécifique
 Pour toute immobilisation faisant l’objet d’un amortissement sur une
durée supérieure à 20 ans, donnée en garantie, acquise à l’aide
d’une subvention.
Des informations précédemment demandées sont à fournir de
façon spécifique pour les immobilisations incorporelles
réévaluées on doit fournir par catégorie d’immobilisations
incorporelles :
 La date à laquelle la réévaluation a été effectuée ;
 La valeur comptable des immobilisations incorporelles réévaluées ;
 La valeur comptable si on avait utilisé le traitement de référence ;
 Le montant de l’écart de réévaluation et les changements
intervenus.

48
Informations à fournir
 Pour les dépenses de recherches et développement on doit
indiquer le montant global des dépenses de recherches et
développements comptabilisées en charges de l’exercice

 Les dépenses de développement comptabilisées en charges ne


devront pas faire l’objet d’une activation dans le premier bilan
d’ouverture en normes IFRS-IAS sauf si l’entreprise peut
démontrer qu’il existait au moment où les dépenses ont été
engagées un système de suivi et une documentation ce qui
entraînerait l’obligation de reconnaître les immobilisations
incorporelles générées en interne dans le bilan d’ouverture.

49

Vous aimerez peut-être aussi