Vous êtes sur la page 1sur 65

1- Notions sur les risques électriques

1.1. Définitions :

-L’électrisation :

-L’électrocution :

1
L’électrisation : désigne les différentes
manifestations dues au passage du courant
électriques à travers le corps humain.
Cette dénomination englobe donc tous les
accidents provoqués par un contact électrique
sans préjuger de leur évolution

L’électrocution : Ce terme ne s’emploie que


pour les électrisations suivies à plus ou moins
long terme de décès.
2
-La fulguration ou foudroiement 

-L’arc électrique 

3
• La fulguration ou foudroiement : c’est une décharge
très brève de courant continu, de très haut voltage (10
millions de volt) et de haute intensité (500. 000
Ampères) . Il s’agit d’un phénomène naturel constitué
par la foudre.
• L’arc électrique : est un amorçage à distance entre
deux conducteurs ou un conducteur de haute tension
et la victime, le passage de courant est le plus souvent
superficiel et rarement profond. Il se produit par une
tension supérieure à 1000 volt (souvent 10 000 volt)
et une distance 3 à 5 cm.
• La température de l’arc atteignant facilement 2000 à
3000°C.
4
2.1. Accidents dus à l’électricité industrielle :

2.2. Les accidents dus à l’électricité naturelle

5
2.1. Accidents dus à l’électricité industrielle :

2.1.1. Les accidents provoqués par les


courants de basse tension

2.1.2 Les accidents provoqués par les


courants de haute tension

6
2.1. Accidents dus à l’électricité industrielle :

2.1.1. Les accidents provoqués par les courants de


basse tension
* Les accidents domestiques :
* Les accidents de travail :
* Les suicides : rares

7
•* Les accidents domestiques : courant 220 volt : les principales victimes
sont les enfants et les bricoleurs imprudents. La manipulation
d’appareils électriques défectueux en particulier dans la salle de bain
est à l’origine de la majorité des accidents.

* Les accidents de travail :380 volt : de distribution professionnelle


pour les ateliers et les hôpitaux.

* Les suicides : rares se traduisant souvent par des brûlures graves.

* Les crimes : très rares.

8
2.1.2 Les accidents provoqués par les courants
de haute tension

* Les accidents professionnels :

* Les meurtres légaux :

9
• 2.1.2 Les accidents provoqués par les courants de haute tension
• * Les accidents professionnels : les professionnels de l’é , les
conducteurs à haute tension étant situés hors de portée de la
population , les accidents rencontrés avec deux type de conducteur
concernant surtout les monteurs de réseaux aériens de distribution
et les ouvriers des centrales, des transformateurs et des centres de
répartition.
• Cependant, certaines personnes peuvent entrer en contact de façon
accidentelle ou par imprudence avec un conducteur à haute tension :
jeux d’enfants ou d’adolescents escaladant les pylônes d’électricité
de haute tension, le contact se fait parfois par l’intermédiaires d’une
tige métallique.
• * Les meurtres légaux :
• Certains états américains exécutent les condamnés à mort par le
courant électrique.
• Ces électrocutions se font sur une chaise électrique. Une électrode
étant appliquée au niveau du mollet et l’autre au niveau du front. Un
courant de 1300V est administré jusqu’à ce que la mort s’ensuive. 10
2.2. Les accidents dus à l’électricité naturelle

2.2.1 La foudre :
tension: 10 millions de volts
intensité: 1/2million d’amp.

2.2.2 Les animaux marins :


poissons électrogènes: gymnote

11
• 2.2. Les accidents dus à l’électricité naturelle
• 2.2.1 La foudre : est de loin la forme d’électricité naturelle la plus
dangereuse.
• En quelques millisecondes, un éclair décharge un courant de 500000
Ampères sous une tension de 10 millions de volts.
• Ce phénomène entraîne un échauffement brutal de l’air qui peut passer à
30 000°C en une microseconde et provoquer une explosion sur le trajet de
la foudre.
• Les victimes sont des ouvriers travaillant sur des toits ou des personnes
utilisant le téléphone dans les cabines téléphoniques, par temps d’orage.
• Les animaux marins : poissons électrogènes. Ils possèdent des organes
électriques pouvant être à l’origine d’accidents : c’est le cas de gymnote
(poisson osseux pourvu de deux appareils électriques, la tête fonctionne
comme un pôle positif, la queue comme un pôle négatif). Les décharges
produites sont assez violentes et peuvent paralyser de gros animaux dont
ils se servent pour se nourrir. Même si cette décharge est insuffisante pour
provoquer un arrêt cardiorespiratoire. Chez un être humain, elle produit
une vive douleur et parfois une syncope qui peut entraîner la noyade du
baigneur.
12
3.2. Les facteurs déterminant la gravité des lésions
électriques sont :
3.2.1 Intensité
3.2.2 Résistance électrique
3.2.3 Fréquence
3.2.4 Tension électrique
3.2.5 Trajet du courant électrique
3.2.6 Temps de contact

13
3.2.1 L’intensité

L’intensité (I) est exprimée en Ampère (A) Elle


correspond à la quantité du courant électrique
traversant le corps par unité de temps (en une
seconde ) : c’est par conséquent un débit.

14
Les effets du passage du courant alternatif

risque électrique - 15 -
Enseignement technique
3.2.2. La résistance

La résistance (R) des tissus exprimée en ohm (Ώ) ,


correspond à l’impédance en matière de courant
alternatif.

La résistance corporelle est la somme:


-de la résistance cutanée: 50 000 Ώ
-de la résistance interne : 500 Ώ.

16
•3.2.2. La résistance
• La résistance (R) des tissus exprimée en ohm (Ώ) ,
correspond à l’impédance en matière de courant
alternatif.
•C’est un ensemble complexe qui s’oppose à l’entrée, à
la progression et à la sortie du courant à travers les
tissus du corps humain.
•La résistance corporelle est la somme de la résistance
cutanée (50 000 Ώ) et de la résistance interne (500 Ώ).

17
3.2.2. La résistance

La résistance cutanée:
-peau sèche et calleuse : 50.000 Ώ.
-peau humide et fine: 1000 Ώ

18
3.2.3 La fréquence :

L’énergie électrique est délivrée sous des fréquences à 50 /60 Hz.

Lorsque la fréquence s’élève, les seuils physiologiques


augmentent pour finir par disparaître et ne laisser que des
effets thermiques.
Le courant peut être continu, c’est le cas de la foudre

19
3.2.4 La tension (U) :

différence de potentiel exprimée en volt


(V) existant entre l’entrée et la sortie du
courant.
le seul paramètre connu car constant.

20
• 3.2.4 La tension (U) : différence de potentiel exprimée en volt

(V) existant entre l’entrée et la sortie du courant.

• La tension jour un rôle majeur dans la gravité des brûlures

électrothermiques dues au passage de l’électricité.

• Les basses tensions donnent peu de lésions cutanées de

brûlures et sont classiquement à l’origine d’accidents

cardiaques immédiats sévères, alors que les lésions par haute

tension (> 1000V) sont à l’origine de lésions cutané musculaires

à type de brûlures profondes et insuffisance rénale.


• (Les ampères tuent et les volts brûlent.)

21
3.2.4 La tension :

Les basses tensions (< 1000V):

accidents cardiaques immédiats


sévères.

22
3.2.4 La tension (U) :

Les hautes tensions (> 1000V):

lésions cutané musculaires à type de brûlures


profondes et insuffisance rénale.

23
3.2.5 Le trajet du courant électrique

-Le trajet est responsable de symptômes


différents selon les organes traversés et les
courants concernés 

24
•3.2.5 Le trajet du courant électrique
•Le trajet est responsable de symptômes différents selon les organes
traversés et les courants concernés :
•-le passage par la tête peut entraîner des lésions cérébrales ;
•-le passage par les membres supérieurs peut entraîner la mort .
•-le passage entre les deux membres inférieurs peut entraîner des lésions
sévères au niveau des membres inférieurs ;
•-l’enfant qui suce une prise, les lésions graves sont localisées à la langue
et à la bouche ;
•-l’enfant mettant deux doigts dans une prise de courant présente des
brûlures localisées profondes et invalidantes.

25
3.2.6 Le temps de contact

Toute prolongation du passage de courant


tend à accroître ses conséquences.

26
• 3.2.6 Le temps de contact
• Toute prolongation du passage de courant tend à accroître ses
conséquences.
• En effet, d’une part les effets s’ajoutent, et d’autre part on assiste à
une augmentation progressive de l’intensité.
• Plus ce temps s’allonge, plus le risque d’asphyxie par tétanisation
diaphragmatique avec anoxie cellulaire secondaire .
• L’allongement du temps de contact majore l’effet thermique.
• La quantité de chaleur dégagée dans l’organisme est directement
proportionnelle au temps de contact.
• Loi d’Ohm : U = RI → I = U/R
• Q : quantité de chaleur libérée en Joule
• R : résistance en Ohms
• I : intensité du courant en Ampère
• P : puissance exprimée en Walt

27
4.1. Les manifestations mettant en jeu le
pronostic vital :

-détresse respiratoire
-détresse circulatoire 
-détresse neurologique

28
• La détresse respiratoire
Les origines de la détresse respiratoire sont :

-Le traumatisme thoracique


-Le traumatisme médullaire cervical
-L’inhalation de fumées
• La détresse circulatoire : Les origines de la
détresse circulatoire sont :
- les troubles du rythme, les troubles de conduction
-Intoxications par les fumées
- L’hypovolémie : hémorragie

La détresse neurologique

Les origines de la détresse neurologique sont :


- atteinte cérébrale par le courant
- le traumatisme crânien
- le bat débit cérébral
5-Traitement

6.1 Prise en charge sur le lieu de l’accident


* Prise en charge par l’entourage:

- couper le courant sans toucher le corps de la


victime ;
- appel a la permanence sonelgaz pour les
hautes tensions car il y a risque de sur accident ;

30
5-Traitement

6.1 Prise en charge sur le lieu de l’accident


* Prise en charge par l’entourage:

- mobiliser la victime avec prudence en raison


des lésions associées ;
- si malade conscient, mais anxieux, il faut le
surveiller jusqu’à l’arrivée de l’équipe
médicalisée

31
5-Traitement

6.1 Prise en charge sur le lieu de l’accident


* Prise en charge par l’entourage:

- si le malade est en état de mort apparente, il


faut commencer la réanimation artificielle
Cette réanimation est poursuivie jusqu’à
l’arrivée de Secours
5-Traitement

6.1 Prise en charge sur le lieu de l’accident


* La prise en charge par l’équipe de Secours :
- immobilisation du rachis cervical par
minerve ;
- si malade conscient : surveillance au cours
du transport ;
5-Traitement

6.1 Prise en charge sur le lieu de l’accident


* La prise en charge par l’équipe de Secours :
- pratiquer un DSA ;
-remplissage vasculaire : Lactate Ringer, Sérum
Glucosé pour prévenir l’hypovolémie.
5-Traitement

6.1 Prise en charge sur le lieu de l’accident


* La prise en charge par l’équipe du secours :
-si malade en état de mort apparente :
poursuivre la réanimation, assistance
ventilatoire, massage cardiaque externe,
défibrillation

35
DEFINITIONS RELATIVES AUX OUVRAGES

On appelle ouvrage électrique un ensemble


 de matériels,
 d’appareillages,
 de canalisation
 et d’installations

Assurant la production, le transport, la


transformation, la distribution et l’utilisation de
l’énergie électrique
36
OUVRAGE DE PRODUCTION

Cela concerne l’ensemble des matériels électriques :

 Machines tournantes,
 Appareillage,
 Canalisations
 et Postes de Transformation
destinés à produire de l’énergie électrique

37
INSTALLATION ELECTRIQUE

On appelle installation électrique l’ensemble des


matériels qui transforment, et distribuent au moyen
de canalisations fixes, l’énergie électrique, d’une façon
globale et permanente aux divers équipements qui
l’utilisent localement.

38
CANALISATION ELECTRIQUE

Ce terme désigne l’ensemble constitué par un ou


plusieurs conducteurs électriques, nus ou isolés, aériens
ou souterrains, et les éléments assurant leur fixation et
leur protection mécanique, si elle existe.

39
DOMAINE DE TENSION
VALEUR DE LA TENSION NOMINALE
DOMAINES DE
TENSION COURANT COURANT CONTINU
ALTERNATIF
TRES BASSE TENSION
TBT
Un < 50 V Un < 120 V
BASSE
TENSION BTA 50 <Un <500 120 <Un <750
BT
BTB 500 <Un <1000 750 <Un <1500
HAUTE
TENSION HTA 1000 <Un <50 000 1500 <Un <75 000
HT
HTB Un >50 000 Un >75 000 40
6– Prévention

La prévention repose sur le respect et


l’amélioration des normes de fabrication et
d’installation, sur l’utilisation de systèmes de
protection. Elle repose aussi et surtout sur
l’éducation du plus grand nombre concernant le
risque électrique et sur l’apprentissage des
gestes élémentaires de survie.

41
Distance Limite de Voisinage
Les distances limites de voisinage permettent de définir
les zones des travaux et d’interventions dits au « voisinage »
(DLV)
Ces distances sont déterminées en fonction de la tension.

Elles tiennent compte des risques de contact ou d’amorçage


avec des pièces nues sous tension

Elles ne tiennent pas compte des risques éventuels dus aux


phénomènes d’induction auxquels peuvent être soumis des
ouvrages hors tension. 42
Si « d » représente la distance entre opérateur et pièce
nue sous tension, on définit alors les différents types de
travaux:
Tension en KV Distance limite de Voisinage (DLV)en m
0,05 < Un < 1 0,30
1 < Un < 50 2,00
50 < Un < 250 3,00
Un > 250 4,00

43
Zone de Travail

C’est l’espace défini par le chef de travaux, dans lequel peut


évoluer le personnel placé sous son autorité.

Cette zone doit être délimitée matériellement dans tous les


plans où cette délimitation est nécessaire pour la protection du
personnel.

La zone de travail est constituée par une surface au sol et


une hauteur disponible.

44
Cette notion de volume prend toute sa valeur
quand il est nécessaire de limiter le champ d’activité
du personnel occupant un poste de travail en
hauteur et notamment lorsque les éléments de
charpente sont susceptibles de constituer un chemin
vers des installations sous tension.

45
Le chef de travaux exerce également une
vigilance particulière en cas d’utilisation d’engins
de levage ou de manipulation de matériels de
grande dimensions.

46
Constitution

La délimitation de la zone de travail, dressée à une


distance suffisante des installations sous tension, est
constituée par :

Un balisage interdisant le passage au sol et en


hauteur l’accès aux installations sous tension.

47
AU SOL :

Il entoure une surface à l’intérieur de


laquelle se trouvent le (ou les) appareil(s)
consigné(s) ou la partie de l’installation
consignée, où vont âtre effectués les travaux.

EN HAUTEUR :
Il empêche tous les déplacements vers les
installations sous tension.
48
LOCAUX D’ACCES RESERVES AUX
ELECTRICIENS

Il faut entendre par là, tout volume ordinairement


fermé et pouvant contenir des pièces nues sous
tension.

Les supports de lignes aériennes pouvant comporter


des pièces nues sous tension sont à assimiler à des
locaux d’accès réservé aux électriciens.
49
Les mesures de protection
Les mesures de protection contre les
contacts directs
• éloignement des pièces nues sous tension
– protection collective
• obstacles
– protection collective
• isolation
– protection intrinsèque
Les mesures de protection contre les
contacts directs

• éloignement des
pièces nues sous
tension
Les mesures de protection contre les
contacts directs

• par isolation
Les mesures de protection contre les
contacts directs

• par obstacles
Les mesures de protection contre les
contacts indirects

• par coupure automatique


• par l’emploi de matériel de classe 2
• par séparation de circuit
Coupure automatique

NON ! Clac OUI !


Disjoncteur Disjoncteur
différentiel

TERRE
Outillages et matériel de protection
individuel et collectif

risque électrique - 57 -
Enseignement technique
Équipements de protection individuel
GANTS

• risques au niveau des mains


• protection contre les contacts directs

N'utiliser que les gants adaptés à la


tension des installations ou des
équipements sur lesquels sont
effectués les travaux ou
interventions.
Équipements de protection
individuel
GANTS

• Ne pas utiliser de gants


présentant des déchirures ou
des trous, même petits.
– Les vérifier avant chaque emploi.
– Remettre les gants dans des boîtes
ou sachets de protection.
Équipements de protection individuel
GANTS

• gants de manutention :
indispensables dans tous les
travaux où il y a risque de
piqûre, coupure, choc,
coincements...
Équipements de protection individuel
Lunettes
• Risques au niveau des yeux
– Ultraviolets
– Projections de particules
• (conforme au fascicule S 77-100)
• Les masques anti-UV (ultraviolet) doivent être portés
obligatoirement :
– lors des travaux ou interventions au voisinage
– lors des étapes sous tension des interventions
– lors des opérations de contrôle, essais, mesurages
– lors de la mise en place des dispositifs de mise à la terre et
en court-circuit.
Équipements de protection individuel
casque

– il doit être conforme à la norme :NF S 72-202


– il doit être porté dans les zones où il y a risques
:
• de chute d'objet (matériaux)
• de choc à la tête (obstacle à hauteur d'homme)
• de chute de hauteur (plus de 3 mètres)
• de contact électrique au niveau de la tête
LE MATÉRIEL DE PROTECTION
COLLECTIVE
• Le tapis ou le tabouret isolant:
– NF C 18-420
• Le vérificateur d'absence de tension:
– NF C 18-510 et NF C 18-311
Tapis isolant

• Attention à la tension nominale des


ouvrages !
• L’isolation par rapport au sol doit
être assurée.
Vérificateur d’absence de tension
• Les vérificateurs d'absence de tension
et détecteurs unipolaires doivent
répondre aux prescriptions des
normes en vigueur (NF C 18-310 et NF
C 18-311).
• Les appareils de mesurage ne doivent
pas être utilisés à cet usage, pas plus
que les vérificateurs d'absence de
tension ne peuvent être considérés
comme des appareils de mesurage.
• Ils peuvent être du type lumineux ou
du type sonore, mais dans tous les cas
ils doivent être adaptés à la tension
des installations sur lesquelles ils sont
utilisés.

Vous aimerez peut-être aussi