Vous êtes sur la page 1sur 74

APPAREIL

URINAIRE
GENERALITES

Il est situé dans la cavité rétro-péritonéale et


sous péritonéale, de part et d’autre du rachis.

Il est divisé en deux parties :


- le haut appareil
- le bas appareil
Aorte abdominale Veine cave inférieure

Glande surrénale droite Glande surrénale gauche


Rein droit
HAUT Rein gauche
Artère rénale
APPAREIL Veine rénale
Bassinet
Uretère droit
Uretère gauche

Artère (et veine) iliaques communes

Artère (et veine) iliaques internes


vessie
BAS
APPAREIL
Urètre
LES REINS
Morphologie interne

Ils sont entourés par 3 couches :

- externe : capsule rénale

- moyenne : capsule adipeuse

- interne : tissu conjonctif fibreux


Le hile s’ouvre dans le sinus
rénal.

La paroi du sinus est garnie


de papilles rénales.

Le sommet des papilles est percé


par des canaux collecteurs.

Le rein est multi lobé.

Chaque lobe est une masse


pyramidale (pyramides de
Malpighi)
 Le tissu fonctionnel du rein
se compose en 2 parties :

- Zone corticale
périphérique qui forme les
colonnes de Bertin entre
chaque pyramide.

- Zone médullaire qui


comporte les pyramides de
Malpighi.
La vascularisation rénale

Le rein est organe très vascularisé :

1700 l de sang /jour et / rein

900 l de plasma / jour


Les artères

Le sang arrive dans le hile par l’intermédiaire de


l’artère rénale issue de l’aorte.

Elle se divise en 3 branches nommées artères


inter-lobaires qui remontent dans chaque
colonne de Bertin à la base de la pyramide de
Malpighi.
 L’artère inter lobaire se poursuit ensuite par
l’artère arquée puis par l’artère radiale
(elles sont terminales).
De nombreuses artérioles afférentes
naissent de chaque artère inter lobaire.
Chaque néphron reçoit une artériole
afférente  pénétrant dans la capsule de
Bowman et se terminant par un peloton de
capillaires anastomosés qui forment le
glomérule d’où sort l’artère éfférente.
Artère éfférente

Artère
afférente

Schéma du glomérule
Les veines

La veine rénale permet de ramener le sang à la


veine cave. Elle se divise en veines inter lobaires,
puis en veines arquées et radiales.
Le système veineux est parallèle au système
artériel.
L’unité fonctionnelle du rein : le néphron

Le parenchyme rénal est constitué de néphrons


collés les uns aux autres (environ 1 million/rein).

Le néphron se situe pour une partie dans la zone


corticale et pour l’autre partie dans la zone
médullaire.
Localisation des
néphrons au sein
du parenchyme
rénal
 Chaque néphron se compose d’un corpuscule de Malpighi qui
est formé par le glomérule (peloton vasculaire) et de la capsule
de Bowmann (membrane semi perméable)

Capsule de
Bowmann

glomérule
 Le rôle essentiel du néphron est la filtration.

 Le glomérule se prolonge par le tube contourné


proximal puis par l’anse de Henlé et le tube
contourné distal et se termine par le tube
collecteur de Bellini.
Zone corticale
Capsule de Bowmann
Zone médullaire glomérule Artériole afférente

Artériole
éfférente

Artère rénale

Artériole
éfférente
Veine rénale

uretère

Hile rénal Artériole afférente

Tube contourné proximal


Capsule de Bowmann

Branche descendante Tube contourné distal


De l’anse de Henlé
Tube collecteur de Bellini

Anse de Henlé

Branche ascendante de l’anse de


Henlé
LES DIFFERENTES
FONCTIONS DU REIN
Elaboration de l’urine

Maintien de l’équilibre hydro-électrolytique

Maintien de l’équilibre acido-basique

Elimination des déchets et toxiques


 La filtration glomérulaire

La capsule de Bowmann joue un rôle de filtre.


Elle laisse passer tous les éléments du sang suffisamment
petits exceptés les éléments figurés (les globules) et les
grosses molécules comme les protéines.
Elle est sous l’influence de la pression sanguine.

de la TA < 60 mmHG = de la filtration = anurie si


persistante.

de la TA dans les voies excretrices (obstacle)entrave


la filtration.
Compte tenu du débit sanguin la filtration
glomérulaire est de l’ordre de 120 ml/mn soit 180 l /24 h.

A ce stade l’urine primitive est formée.


Cette urine va être réabsorbée quasiment en totalité au
niveau du tube collecteur de Bellini puisque l’urine
définitive n’est environ que de 1,5 l/ 24 H.

La composition de l’urine primitive se rapproche de la


composition du plasma (eau, glucose sodium, potassium,
chlorures, urée et bicarbonates) a l’exception des
protéines.
 La réabsorption tubulaire

Elle permet d’ajuster la composition sanguine.


La réabsorption est sélective selon les
substances et varie selon les besoins de
l’organisme.
Elle s’effectue tout au long du néphron mais
différemment selon les segments.
Il existe deux mécanismes :

- processus passifs : mouvements d’eau


et de solutés : diffusion du plus vers le
moins concentré.
- processus actif : interventions de
gradient de concentration avec dépense
d’énergie
 La sécrétion tubulaire

Certains éléments cellulaires tels que le


potassium, l’ammonium, l’hydrogène, l’acide
urique, la créatinine (en petite quantité) sont
éliminés par sécréction des cellules tubulaires
elles mêmes.

Le potassium est filtré mais entièrement réabsorbé au


niveau du tube proximal et éliminé par sécrétion au
niveau du tube distal (en échange d’un ion sodium
réabsorbé).
Une augmentation ou un déficit de potassium induit des
troubles graves de la contraction musculaire et de la
conduction cardiaque.

L’aldostérone (hormone secrétée par les


surrénales) stimule la sécrétion des ions K+ car elle ↑ la
réabsorption des ions Na+.

La sécrétion d’aldostérone dépend des variations du


volume plasmatique et de la pression sanguine (SRA).
L’aldostérone a une action hypertensive.
 Certains éléments exogènes (certains
antibiotiques) sont également éliminés par
sécrétion.
 Ex : rifampicine (ttt anti tuberculeux) =
coloration orange des urines.
L’eau est le sodium sont repris par les
capillaires et retournent en grande partie dans la
circulation sanguine.
La concentration ou la dilution de l’urine
s’effectue au niveau du tube collecteur.

Le volume de l’urine excrété : 1,5 l / j

L’urine définitive est formée au niveau du tube


distal.
La régulation de la sécrétion urinaire dépend
de trois facteurs :
→ La pression artérielle

→ Les influences hormonales

→ L’alimentation et les boissons


 Composition de l’urine pour 1 l :

→ 950 g d’eau
→ 50 g de matières dissoutes dont 30 g de
matières organiques (urée, acide urique,
créatinine) et 20 g de sels minéraux
(sodium, potassium, calcium, chlorures).
Les déchets azotés (urée, acide urique) de
l’urine dégagent au contact de l’air un gaz
ammoniaqué.
Maintien de l’équilibre hydro-électrolytique

 Homéostasie : constance du milieu intérieur


(concentration ionique et équilibre acido-
basique)

Cet équilibre est sous l’influence d’une


hormone l’ ADH (hormone anti-diurétique/ ou
vasopressine) qui est sécrétée par les
cellules hypothalamiques.
Elle a une action sur la perméabilité à l’eau
du tube collecteur.
Sécrétion ADH

Tube distal + collecteur

=
réabsorption d’eau
Si absence ADH

Tube distal + collecteur

Excrétion eau +++ = ↑ du volume d’urine


Volémie

Sécrétion ADH

Réabsorption d’eau

Volume urinaire = urines diluées


Volémie

Sécrétion ADH

Réabsorption d’eau

Volume urinaire = urines concentrées


L’augmentation ou la diminution de l’eau
circulante induit une baisse ou augmentation
de l’osmolarité du milieu extra-cellulaire.
- Au niveau du tube proximal :

. 85 % du sodium est réabsorbé l’eau le suit


dans les mêmes proportions pour maintenir
l’équilibre osmotique. (transfert passif)
La réabsorption du chlore suit celle du
sodium (99% du chlore est réabsorbé).
- Au niveau de l’anse de Henlé

La branche descendante est perméable à l’eau


alors que la branche ascendante est imperméable.

Elle réabsorbe le sodium par un processus actif


↑ pression osmotique du tissu interstitiel par le
passage de l’ion Na+.

L’augmentation de la pression va permettre une


réabsorption de l’eau par phénomène passif.
- Au niveau du tube distal

Le sodium est réabsorbé par échange avec


les ions K+ ou les ions H+ (hydrogène)

Un régime désodé ou une hypovolémie par


déshydratation = sécrétion d’aldostérone =
↑ réabsorption de Na = ↑ perte ions K+
Maintien de l’équilibre acide base

Il a pour but de permettre la concentration des


ions H+ libres dans l’organisme.

Cette concentration est exprimée par le pH

Le pH du sang artériel est compris :

6,8 acidose 7,4 +/- 0,03 alcalose +7,8


Il existe 2 types d’ions H+

- volatils : provenant du métabolisme cellulaire


et éliminés par les poumons

- fixes : provenant aussi du métabolisme


cellulaire mais apportés par l’alimentation,
éliminés par le rein.
Les ions H+ sont échangés contre les ions Na+
au niveau du tube distal.
Le mécanisme est le suivant :

- échanges des ions H+ avec Na+


- réabsorption des bicarbonates
- sécrétion d’ions ammoniums (élimination des
acides sous forme de sels d’ammonium)
L’acidose correspond à une concentration
plasmatique en ions H+ élevée.

L’alcalose correspond à une concentration


plasmatique en ion H+ diminuée.

Le système tampon (élimination pulmonaire et


urinaire) peut associé indifféremment
avec un acide ou une base dans le but d’atténuer
l’acidité ou l’alcalinité d’une solution donnée.
Aldostérone

ADH

Na +
SCHEMA
DU
NEPHRON
La créatinine

Elle est totalement filtrée sans être réabsorbée.


Elle est le produit de dégradation de la créatine
provenant de l’organisme (les muscles) et
l’alimentation.
La clairance (ou clearance) de la créatinine est
un examen fiable pour évaluer la fonction
rénale.
Une clairance de la créatinine basse =
insuffisance rénale (normale : 80/120 ml/min/1m² 73°)
La créatinémie est un bon marqueur.
Urée

Produit final de la dégradation par le foie des


acides aminés contenus par les protéines
d’origine alimentaire.
Elle est filtrée au niveau du glomérule et
partiellement réabsorbée au niveau du tube.

urémie = insuffisance rénale

une excrétion +++ de l’urée dans l’urine =


diabète, fièvre, intoxications (arsenic)
Acide urique

Produit de dégradation finale des prurines


(exogènes ou endogènes (usure des tissus).

Filtré au niveau du glomérule, sécrétée et


réabsorbée en au niveau du tube distal.
Cette filtration permet un taux sang acceptable
pour l’organisme.
La fonction endocrine du rein

La rénine

L’érytropoiétine (EPO)

Vitamine D

Prostaglandines
LA RENINE

Enzyme produite par les cellules de l’appareil juxta


glomérulaire, situé dans la zone corticale du rein.
elle a une action sur la pression artérielle.
On parlera du système rénine angiotensine.

C’est un système hormonal qui maintient l’équilibre


entre les ions Na+ et l’H2O (homéostasie
hydrosodée)
RENINE ANGIOTENSINOGENE
(ENZYME DU FOIE)
ENZYME DU REIN

ENZYME DE
CONVERSION
ANGIOTENSINOGENE I
(ENZYME DES
POUMONS)

ANGIOTENSINOGENE II

↑ SECRETION ALDOSTERONE
Volume plasmatique
=
Pression sanguine
=
Sécrétion rénine
=
Angiotensinogène II
=
Aldostérone
=
Réabsorption tubulaire Na+
=
Natrémie
=
Excrétion urinaire de Na +
Rétro-contrôles négatifs

+ la concentration en angiotensine II augmente


plus la concentration en rénine diminue.

La rétention de l’eau et du sodium par


l’aldostérone.

L’augmentation de la pression artérielle au


niveau de l’appareil juxta glomérulaire du rein
va inhiber la formation de rénine.
Erythropoiétine (EPO)

C’est une hormone glyco-peptidique


produit par le rein qui permet la stimulation
de la fabrication des hématies dans la
moelle osseuse.
Elle est indispensable à la maturation et à
la prolifération des hématies.
Sa sécrétion est déclenchée par l’hypoxie.
Sécrétion de la forme active de la vitamine D

La vitamine D (forme active) produite par le


rein permet :
- au niveau de l’intestin de stimuler
l’absorption du calcium.

- au niveau de l’os, elle favorise l’action de la


parathormone

- au niveau du rein, elle diminue l’excrétion du


calcium
Les prostaglandines

Elles ont au niveau du rein une action


vasodilatatrice et hypotensive.
LES VOIES URINAIRES
C’est l’ensemble des canaux excréteurs
que l’urine emprunte à partir des reins
jusqu’au milieu extérieur.
Elles sont composées :
- Les calices
- Le bassinet
- L’uretère
- La vessie
- L’urètre
 Les calices
Les petits calices sont situés au sommet de
chaque pyramide de Malpighi. Ils se
rassemblent pour former les grands calices.

● Le bassinet
Il est formé par la réunion des grands calices.
Il a un rôle de réservoir et peut se contracter
pour faire progresser l’urine dans les uretères.
Les uretères :

Ce sont des conduits musculo-membraneux.


Ils mesurent environ 25 cm de long et 5 mm de
Ǿ.
Ils vont du bassinet et s’abouchent à la vessie
La vessie

C’est un réservoir musculaire qui a la


propriété de se distendre.

Elle est tapissée sur sa surface externe par une


paroi musculeuse (détrusor) et sa paroi interne
est une muqueuse.

Sa capacité est de 2 à 3 l.

Le besoin d’uriner se fait ressentir à partir


de 300 ml.
L’urètre

C’est un conduit qui permet le transport de l’urine vers


l’extérieur. Il comporte un sphincter strié (motricité
volontaire) à son origine.
Il va de la vessie au méat urinaire.
Chez l’homme il mesure 20 à 25 cm et a deux
fonctions distinctes : transport de l’urine et
transport du liquide spermatique. Le méat urinaire
est situé à l’extrémité du gland.
Chez la femme, il mesure 3-4 cm. Le méat urinaire
est situé au dessus de l’orifice du vagin.
PHYSIOLOGIE DE
L’ELIMINATION URINAIRE
 La formation de l’urine est continue.

 Du bassinet, elle passe par l’uretère qui


l’amène à la vessie où elle s’accumule.

 Elle est évacuée périodiquement par


l’urètre : c’est la miction (vidange vésicale
qui permet l’évacuation de l’urine).
Schéma du trajet de l’urine
 Progression de l’urine

1ère étape :
le péristaltisme des uretères permet la
progression de l’urine.
L’orifice vésical des uretères a le rôle du valve
anti reflux.
2ème étape :
L’urine arrive dans la vessie.
La distension de la vessie se fait par un
phénomène passif par l’écoulement constant.
Le sphincter interne de la vessie est contrôlé
par le système nerveux végétatif. (contrôle
involontaire).
Le sphincter externe est contrôlé par le cortex
cérébral (contrôle volontaire)
3ème étape :

Le remplissage de la vessie provoque sa


distension . A partir de 300 ml le besoin d’uriner
se fait ressentir.
Le système parasympathique assure la miction
est le résultat de la combinaison entre
la contraction du muscle vésical (détrusor) et
du relâchement du sphincter de l’urètre.
A l’inverse, le système sympathique assure le
remplissage vésical en relâchant et assouplissant
la vessie et en fermant le sphincter lisse.

L’intégrité de l’innervation de la vessie est


nécessaire pour que la miction soit normale
Classification des affections des reins
et des voies urinaires
pyelonéphrite

glomérulonéphrite

… hydronéphrose

tumeur
kyste

Tumeur du bassinet

tuberculose
cystite

Tumeur de vessie

calcul

bilharziose

Vous aimerez peut-être aussi