Vous êtes sur la page 1sur 124

Création d’entreprise

Par : S.BRINETTE

souad.brinette@iae-aix.com
Objectifs

Susciter des envies, provoquer le déclic du « pourquoi


pas moi, un jour ? » ;

Sensibilisation à l'acte d'entreprendre et à la prise de


risque.

Prendre conscience des différentes dimensions dans


l’élaboration d’un projet de création.

2
Plan
1. L’idée du projet

2. Le marché – les clients – le produit

3. Les moyens à mettre en œuvre

4. L’organisation humaine

5. Le montage financier

6. Le montage juridique

Construire le plan d’affaires de sa


création d’entreprise 3
1. L’idée du projet

Introduction

L’idée de création est le fondement de la création d’entreprise.

L’idée n’est pas forcément nouvelle.

L’idée est inséparable du projet personnel du créateur.

Une présentation claire de l’idée du projet est un élément


important du plan d’affaires.

4
1. L’idée du projet

La notion de plan d’affaires (business plan)

Document de plusieurs pages qui décrit l'ensemble du


projet d'une entreprise : activité, marché,
technologie, marketing, ressources humaines et plus
précisément les dépenses programmées et les
ressources envisagées à court et moyen terme.

L’objectif est de rendre un document synthétique,


facile à lire (tableaux de synthèse, schémas),
argumenté par des annexes.

5
1. L’idée du projet

1.1. Où et comment trouver l’idée de création ?


1.2. Typologie des idées
1.3. La cohérence homme / projet / motivation
1.4. Présentation de l’idée

6
1. L’idée du projet

1.1. Où et comment trouver l’idée de création ?

Le milieu de travail


L’observation de la vie quotidienne
L’observation de la vie économique
L’idée des autres
- observer (copier?) une idée existante
- associés

7
1. L’idée du projet
1.1. Où et comment trouver l’idée de création ?
Quelques exemples
 Le Tetra Pak : c’est en regardant sa femme remplir des boyaux de
chair à saucisse que le Dr Ruben Rausing a inventé ce mode de
fonctionnement.

 James Dyson (PDG de Dyson) observe les objets du quotidien et les


améliore : « mon inspiration, qui se nourrit de mes insatisfactions, ne
risque pas de tarir »

 Les lingettes : c’est en voyant un infirmier nettoyer le sol avec un


tissu fixé au bout d’un balai qu’un ingénieur de la société japonaise Kao
a eu l’idée de créer la lingette aseptisée.
Un concept repris notamment par Procter & Gamble pour ses lingettes
Swiffer.

8
1. L’idée du projet

1.2. Typologie des idées

a) L’innovation technique

b) Les applications nouvelles de techniques connues

c) L’opportunité pure

d) L’activité connue

e) Autres…
9
1. L’idée du projet
1.2. Typologie des idées

a) L’innovation technique

Exemples :
- système intelligent d’assistance au stationnement en créneau
- système de correction de défaut d’appareils photo numériques

b) L’application nouvelle de techniques connues

Exemples :
- utilisation du laser pour la découpe de tissu
- construction d’un bateau en coque aluminium

10
1. L’idée du projet
1.2.Typologie des idées

c) L’opportunité pure

Exemples :
- vous êtes sollicité(e) pour construire un site Internet
-votre réseau relationnel est susceptible de vous confier une mission

d) L’activité connue

Exemples :
- projet de société d’ingénierie pour des étudiants en mécanique

11
1. L’idée du projet

1.2.Typologie des idées

a) L’activité industrielle

b) L’activité de négoce
c) L’activité de service

d) L’activité agricole

e) L’activité mixte

12
1. L’idée du projet

1.3. La cohérence homme / projet / motivation

Mon idée est-elle cohérente avec mes motivations ?

Mon idée est-elle cohérente avec mes atouts et mes


capacités personnels ?

Mon idée est-elle cohérente avec mes objectifs


financiers ?

13
1. L’idée du projet
1.3. La cohérence homme / projet / motivation

Compatibilité de l’idée avec vos motivations et valeurs


 Rémunération (sacrifice ? ; variable ? …)
 Intérêt de la fonction

 Relationnel / affectif. Esprit d’équipe ?

 Pouvoir / Responsabilités (en avoir ? ; partager ?…)

 Le social

 Créativité / Innovation

 Curiosité intellectuelle / Goût d’apprendre

 Changement / Variété des tâches

 Indépendance / Liberté / Autonomie

14
1. L’idée du projet
1.3. La cohérence homme / projet / motivation
Comptabilité de l’idée avec vos atouts et vos capacités personnels

 Mes compétences

 Mes connaissances et relations utiles (réseau)

 Mon expérience professionnelle

 Mon apport personnel

15
1. L’idée du projet
1.3. La cohérence homme / projet / motivation
Compatibilité de l’idée avec vos objectifs financiers
- L’entreprise créée a des besoins financiers propres et des
exigences
- Le créateur a également ses propres besoins financiers et
exigences qui sont différents de ceux de l’entreprise et pourtant
qui proviennent de l’entreprise.

Exemple :
Le chiffre d'affaires s'est élevé à 500, les charges à 300. Le surplus
disponible est donc de 200. La bonne marche de l'entreprise nécessite
à la fin de l'année un investissement de 100 (acquisition nouvelle
machine, achat d'un second ordinateur…). Il reste donc une disponibilité
de 100 pour le créateur.
Quelle est la situation problématique pour l’entreprise ?
16
1. L’idée du projet

1.4. Présentation de l’idée

Utilité : besoins auxquels


le projet répond

Caractéristiques du Usage, mode de


produit ou du service fonctionnement

IDÉE
Les « moins » Les « plus »

Avantages concurrentiels

17
1. L’idée du projet
Conclusion

La phase d’avant création est le moment idéal pour


enrichir votre idée : l’effervescence du montage de
projet sera moins propice.

Une présentation claire de l’idée du projet est un


élément important du plan d'affaires.

Toute idée, aussi séduisante soit-elle, devra


répondre à un besoin et être susceptible
d’intéresser des clients.

18
2. Les clients – le marché

2.1. Mon idée répond-t-elle à un besoin? 

2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre


suffisant de clients?

2.3. Quelle stratégie mettre en œuvre pour attirer


ces clients? 

2.4. Quel est le CA prévisionnel ? »

19
2. Les clients – le marché
2.1. Mon idée répond-elle à un besoin? 

•Survie : besoins physiologiques :


faim, soif, sommeil, …
•Sécurité : besoins de sécurité :
protection morale et physique…
•Socialisation : besoins de
socialisation : amitié, affection,
échange…
•Estime : besoins d’estime : respect
de soi, considération, prestige…
•Accomplissement : besoins
d’accomplissement : réalisation
personnelle…

20
2. Les clients – le marché

2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre


suffisant de clients?

A. Définir avec précision le marché visé

B. Mener sa propre étude de marché

21
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant de
clients?
A. Définir avec précision le marché visé

Définition du marché

« Le marché peut se définir comme l’ensemble des produits


ou services que l’entreprise commercialise au contact de ses
concurrents, à l’intérieur d’un espace concurrentiel donné. »

22
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant de
clients?
A. Définir avec précision le marché visé
Quelles sont les caractéristiques de notre marché ?

Taille du marché

Tendance du marché

Caractéristiques de la demande

Type de clientèle

Caractéristiques de l’offre
23
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant de
clients?
A. Définir avec précision le marché visé
Quelles sont les caractéristiques de la clientèle ?

Caractéristiques formelles

Niveau de consommation

Critères d’achat de la clientèle, besoins de la clientèle

24
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant de
clients?
A. Définir avec précision le marché visé
Quels sont les facteurs clés de réussite sur ce marché ?

Le facteur prix

Le réseau de distribution

La communication avec votre marché

Le service après-vente

La rapidité des interventions

L’emplacement
…/… 25
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant de
clients?
A. Définir avec précision le marché visé

Comment évolue le marché?

Mon produit ou service est-il un créneau d’avenir ?

Courbe de vie du marché ?

Les entreprises sur ce secteur sont-elles rentables ?

Les entreprises sur ce secteur embauchent-elles ?

Connaît-on la croissance du marché ces dernières années ?


26
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant de
clients?
A. Définir avec précision le marché visé

Quelles sont les caractéristiques de la concurrence ?

Analyse quantitative

Analyse qualitative

27
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant
de clients?
B. Mener sa propre étude de marché

La recherche d’informations sur le marché

Sources documentaires : organismes et syndicats


professionnels, grandes bibliothèques, sites Internet…
Prospectus publicitaires et annonces parues dans la
presse émanant de la concurrence
Salons, foires, expositions, conférences…
Interviews de professionnels
Observation directe sur le terrain des concurrents ou
des comportements de consommation.

28
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant
de clients?
B. Mener sa propre étude de marché

Analyse des contraintes liées au projet

• Existe-t-il un marché ( local, national, européen…) ?

• Existe-t-il une barrière de protection crédible


(brevet d’invention déposé) pour cette idée ?

29
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant
de clients?
B. Mener sa propre étude de marché
Analyse des contraintes liées au projet
Contraintes propres au produit ou à la prestation

• Exemples :
Vous envisagez :
- Vendre un produit issu d’un effet de mode
Courte durée d’exploitation économique de ce produit
- Activité autour d’un produit dangereux ou à forte nuisance
Réactions spontanément hostiles du voisinage, des mouvements de
protection de l’environnement ou d’associations de consommateurs
pouvant paralyser le projet
- Fabriquer un produit de luxe
Coût de création d’une marque 30
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant
de clients?
B. Mener sa propre étude de marché

Analyse des contraintes liées au projet


Contraintes de marché

• Exemples :
Votre marché est
- à créer
Prévoir des frais de communication importants
Évaluer le temps de réaction des clients face à une « innovation »
- Très encombré
prévoir des moyens qui permettront de se démarquer de la
concurrence.
- Dominé par des grands groupes
Réfléchir aux moyens à envisager pour vous confronter avec eux 31
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant
de clients?
B. Mener sa propre étude de marché
Analyse des contraintes liées au projet

Contraintes de moyens

• Exemples :
Votre activité est caractérisée par :

- Difficultés d’approvisionnement
Nécessité de constituer des stocks importants

- Difficultés de recrutement de personnel compétent


Temps et coût à consacrer à la mise en place de vos équipes
32
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant
de clients?
B. Mener sa propre étude de marché

Analyse des contraintes liées au projet


Contraintes légales

• Exemples :
Votre activité est :

- Réglementée
L’expérience professionnelle ou du diplôme requis ?
Autorisations exigées ?

- En cours de réglementation
Informations fiables sur les éventuelles conséquences de cette
réglementation sur l’exercice de votre activité.

33
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant
de clients?
B. Mener sa propre étude de marché

 Que va-t-on vendre et pourquoi ?


 A qui vendre ?
 A quel besoin correspond le produit ou service ?
 Comment vendre ?
 Quels sont les concurrents ?
 Quels sont les moments propices à l’achat du produit
ou du service ?
 Où implanter l'entreprise ?
 A combien pouvez-vous estimer votre chiffre
d’affaires prévisionnel ? 34
2. Les clients – le marché
2.2. Est-elle susceptible d’intéresser un nombre suffisant
de clients?
B. Mener sa propre étude de marché

Les caractéristiques du
produit ou service

Les facteurs clés de réussite Décision de


poursuivre
La concurrence le projet
L’importance du marché

Les contraintes

35
2. Les clients – le marché
2.3. Définir une stratégie commerciale

Segmentation du marché

Sur quels types de clients mon action va-t-elle porter ?

La segmentation de votre marché doit vous permettre :

. De quantifier de manière plus précise votre demande potentielle


. De préciser les données du marché (concurrence, prix,…) pour
chaque segment
. De cibler les segments que vous voulez toucher

36
2. Les clients – le marché
 

2.3. Définir une stratégie commerciale

Définir un positionnement (Mix marketing - 4 P)

 Produit
Les produits/services proposés sont-ils l'élément dominant pour atteindre la clientèle ?

 Prix
Les prix proposés sont-ils l'élément dominant pour atteindre la clientèle ?

 Place (distribution)
Le choix d'un type de distribution et de vente est-il l'élément dominant pour atteindre la
clientèle ?

 Promotion / publicité
La publicité est-il l'élément dominant pour atteindre la clientèle ?
37
2. Les clients – le marché

2.4. Elaborer les prévisions de CA

L’horizon en temps des hypothèses du plan d'affaires

3 ans, dans l’idéal.

les hypothèses de chiffre d’affaires annuel sont le plus souvent


mensualisées.

38
2. Les clients – le marché

2.4. Elaborer les prévisions de CA


Le chiffrage du chiffre d’affaires prévisionnel

Quantité x prix de vente

Nombre de clients x panier moyen

Taux horaire x nombre d’heures

La crédibilité du plan d'affaires dépend de la crédibilité des hypothèses


de ventes.

39
2. Les clients – le marché

Conclusion

Une étude de marché permet de réduire les


incertitudes le plus possible.
Le contenu d’une étude de marché n’est valable qu’à
un moment donné.
Une étude déjà réalisée par ailleurs ne correspondra
jamais exactement à un autre projet.
Recourir aux conseils de gens de terrain et de
professionnels.

40
2. Les clients – le marché
Grille descriptive du marché

1. Caractéristiques
Le produits / Usage, mode de fonctionnement
les services
Besoins auxquels le produit répond

Les "plus"
Les "moins"
Les avantages concurrentiels

2. Taille (nombre de clients)


Le marché Tendance (hausse, baisse, stagnation)

Caractéristiques de la demande

Type de clientèle
41
Caractéristiques de l'offre
2. Les clients – le marché
Grille descriptive du marché

3. Prix
Les facteurs clés Produit
de réussite
Distribution
Promo
Autres

4. Nombre
La concurrence Taille
CA
Concurrents indirects
42
1. L’idée du projet

2. Les clients – le marché

3. Les moyens à mettre en œuvre


3. Les moyens à mettre en œuvre

3.1. Les investissements ;

3.2. Les achats ;

3.3. Le stock de départ ;

3.4. Les charges financières ;

3.5. Les impôts et taxes.

44
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.1. Les investissements

Prévoir le montant des investissements de départ

Les investissements sont les achats destinés à servir


durablement à l’entreprise (plus d’un an).

45
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.1. Les investissements

46
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.1. Les investissements

47
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.1. Les investissements

Prévoir le montant des dotations aux amortissements

les investissements donnent lieu chaque année au calcul des


dotations aux amortissements qui reflètent la dépréciation
annuelle de la valeur du bien.
les investissements sont amortis sur une durée égale à la
durée de vie prévisible du bien.

48
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.1. Les investissements

Prévoir le montant des dotations aux amortissements

les investissements sont amortis sur une durée égale


à la durée de vie prévisible du bien.
49
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.1. Les investissements


Prévoir le montant des dotations aux amortissements

L’amortissement est la constatation comptable de la


dépréciation irréversible d’un bien.

 Amortissement linéaire
L'amortissement linéaire est une méthode d'amortissement à
annuités constantes.
 Amortissement dégressif
L'amortissement dégressif est une méthode qui permet de
constater une dépréciation plus forte au cours des premières
années de la durée de vie du bien. 50
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.1. Les investissements

Prévoir le montant des dotations aux amortissements


Méthodologie de calcul de l’amortissement linéaire :
1) détermination du taux
Le taux d’amortissement est égal à : 100% / nombre d’années
d’amortissement.
2) calcul des annuités d’amortissement
L’amortissement linéaire se fait au prorata temporis, c'est-à-dire il se
calcule en jours à partir de la date de mise en service de
l’immobilisation.
Annuité d’amortissement
=
la valeur d’origine constante * taux * nombre de jours/360
51
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.1. Les investissements

Prévoir le montant des dotations aux amortissements

3) présentation du tableau d’amortissement

52
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.1. Les investissements

Prévoir le montant des dotations aux amortissements


Exercice d’application : Amortissement linéaire
Soit un investissement de 100 000€ HT réalisé le 01/01/N et amorti
sur une durée de 5 ans en mode linéaire.
- Présenter le tableau d’amortissement

Exercice d’application : Amortissement linéaire


Le 01/02/N, achat d’un matériel à 100 000 HT, amortissable sur 5
ans en mode linéaire.
Le 01/04/N, mise en service de ce matériel.
- Présenter le tableau d’amortissement. 53
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.1. Les investissements
Prévoir le montant des dotations aux amortissements
Méthodologie de calcul de l’amortissement dégressif :
1) détermination du taux
Taux = taux linéaire * coefficient.
1,25  3 à 4 ans / 1,75  de 5 à 6 ans / 2,25  pour > 6 ans
2) calcul des annuités d’amortissement
Le calcul se fait à partir du premier jour du mois d'acquisition du bien et non à
partir de sa date de mise en service.

La première annuité = la valeur d’origine x taux d’amortissement dégressif


Les autres annuités = la valeur nette comptable x taux d’amortissement dégressif.
3) présentation du tableau d’amortissement

54
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.1. Les investissements

Prévoir le montant des dotations aux amortissements

Exercice d’application : Amortissement dégressif


Soit un investissement de 5 000DH HT réalisé le 15/04/N et
amorti sur une durée de 5 ans en mode dégressif (coefficient fiscal
1,75).
- Présenter le tableau d’amortissement

55
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

A. Prévoir les achats de matières premières : activité industrielle

rencontrer les fournisseurs et demander des devis


fournisseurs

prévoir le coût de revient du produit fini

fixer le prix de vente

vérifier le réalisme du prix de vente final : concurrence,


pouvoir d’achat des clients, rentabilité de l’entreprise.

56
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

B. Prévoir les achats de marchandises : activité négoce

rencontrer les fournisseurs et demander des devis


fournisseurs,

évaluer les achats de marchandises en % du chiffre


d’affaires,

fixer le prix de vente,

valider le réalisme du prix de vente final.

57
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

C. Prévoir les achats de frais généraux administratifs

lister l’ensemble des dépenses courantes engagées par


l’entreprise,

évaluer par devis l’ensemble de ces dépenses.

58
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

D. Prévoir le coût de revient

 Notions de prix et de coût


 Les différents coûts
 Les différentes charges
 L’enchainement des calculs des coûts
 La régulation des flux par les stocks
 Méthodes de calcul des coûts

59
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

Notions de prix et de coût

Le terme de prix ne devrait être utilisé que pour les


relations de l’entreprise avec l’extérieur.

Le coût est une somme de charges ; il est donc propre à


l’entreprise.

60
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

Les différents coûts

Moment de calcul

Champ
Contenu d’application

61
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

Les différents coûts

- Selon le moment de calcul

Coûts constatés Calculés en fin de période sur la base des


ou réels charges de la comptabilité générale

Coûts préétablis Calculés avant le début de la période sur


ou prévus la base des estimations

62
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

Les différents coûts

- Selon le contenu du coût

Calculés en tenant compte de la totalité


Coûts complets
des charges de la période

Coûts partiels Calculés en tenant compte d’une partie


des charges de cette période

63
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

Les différents coûts

- Selon le champ d’application du coût (ou objet)

Par fonction : Production, approvisionnement…


Par moyen d’exploitation : installation…
Par type de clientèle…

64
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

Les différentes charges

Charges

Charges directes Charges indirectes

Charges fixes Charges variables Charges fixes Charges variables

65
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats
L’enchainement des calculs des coûts
Coût d’achat Approvisionnement
Sortie Stockage

Coût de production Production

Sortie Stockage

Coût de distribution Distribution

Coût de revient

66
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats
La régulation des flux par les stocks

- Evaluation des sorties


 Le coût unitaire moyen pondéré (CUMP)

 Premier entré, premier sorti (First in, First out)

 Dernier entré, premier sorti (Last in, first out)

67
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats
La régulation des flux par les stocks

- Evaluation des entrées

L’évaluation se fait :

- au coût d’achat pour les matières ou produits achetés à


l’extérieur,

- au coût de production pour les produits semi-finis ou


finis.

68
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

Méthodes de calcul des coûts


La méthode des coûts complets

La méthode des coûts partiels

La méthode de l’imputation rationnelle des charges fixes

La méthode du coût marginal

La méthode ABC

69
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats
La méthode des coûts complets
Les coûts complets

Coûts complets Incorporation de la totalité des


traditionnels charges de la comptabilité générale

Coûts complets Retraitement des charges de la


économiques comptabilité générale

Charges de la comptabilité générale

-Charges non incorporables


+ Charges supplétives
= Charges incorporables
70
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats
La méthode des coûts complets

Que prend-on en compte ?

Charges directes
Ce sont celles qui ne concernent qu’un seul coût. Leur
incorporation dans les coûts ne pose aucun problème : on dit
qu’on les affecte.

Charges indirectes
Elles concernent plusieurs coûts et il est donc nécessaire de
les répartir : on dit qu’on les impute.

71
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

La méthode des coûts complets

La répartition des charges indirectes

• La répartition primaire
• La répartition secondaire

72
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

La méthode des coûts complets


La répartition primaire
On divise l’entreprise en sections ou centres d’analyse constituant
des ensembles relativement homogènes.

La répartition secondaire
Les charges des centres auxiliaires sont réparties vers les autres
centres en fonction des services rendus.
-Après la répartition secondaire, seuls subsistent les centres
principaux.
-Lorsque les centres auxiliaires se rendent mutuellement des
services on calcule les prestations réciproques.
73
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

La méthode des coûts complets

Les prestations réciproques


Répartitions des charges indirectes (fixes et variables)
Coûts complets d’achats et fiches de stock des matières
Coûts complets de production et fiches de stock des produits Coût de revient
Coûts complets de distribution (Coût complet)

Chiffre d’affaires
- Coût de revient
= Résultat analytique
74
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

La méthode des coûts partiels

Les coûts partiels

Seules les charges variables sont


Le coût variable retenues

Seules les charges imputables aux


Le coût spécifique produits sans ambiguité sont retenues

75
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

La méthode des coûts partiels


1. La méthode des coûts variables

Les prestations réciproques


Répartitions des charges indirectes (variables)
Coûts variables d’achats et fiches de stock des matières
Coûts variables de production et fiches de stock des produits Coût de revient

Coûts variables de distribution (Coût variable)

Chiffre d’affaires
- Coût de revient (Coût variable)
= Résultat analytique (Marge sur CV)
76
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats
La méthode des coûts partiels
2. La méthode des coûts spécifiques
Les prestations réciproques
Répartitions des charges indirectes (variables)
Coûts spécifiques d’achats et fiches de stock des matières
Coûts spécifiques de production et fiches de stock des produits Coût de revient
Coûts spécifiques de distribution (Coût spécifique)

Chiffre d’affaires
- Coût de revient (Coût variable)
= Marge sur Coût Variable
-Charges fixes directes
77
= Marge sur coût spécifique
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats
La méthode de l’imputation rationnelle des charges fixes

Les charges retenues


Les charges variables directes et indirectes ;

Les charges fixes qui tiennent compte d’un coefficient de


l’activité réalisée rapportée à l’activité normale.

Coût de sous-activité

Boni du suractivité
78
78
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats

La méthode ABC des coûts par activités

La méthode ABA permet une gestion transversale des processus.

Démarche générale

Découper l'entreprise et son activité générale en activités élémentaires.

 Associer chaque activité élémentaire à une unité de consommation de ressources


ou inducteur de coût.

79
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.2. Les achats
La méthode du coût marginal
Définition
- Le coût marginal est le coût de la dernière tranche de production, de la
dernière unité produite.
Coût marginal = (coût n +1) - (coût n)
-Le coût marginal permet de déterminer si la production d’une unité
supplémentaire est rentable pour l’entreprise.

- Le coût marginal comporte les charges variables unitaires et


éventuellement le supplément de charges fixes nécessaires à la
production de l’unité supplémentaire.
80
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.3. Le stock de départ


l’activité négoce (achat-revente sans
transformation) demande généralement un stock de
départ qui devra être financé.

le montant de ce stock devra être évalué et détaillé


dans le plan d'affaires.

81
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.3. Le stock de départ

82
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.4. Les charges financières

Précision sur les intérêts sur emprunts


Ils peuvent apparaître si :

vous souscrivez un emprunt au démarrage

Ils dépendent :

de la durée de l’emprunt
du taux d’intérêt de l’emprunt

83
3. Les moyens à mettre en œuvre

3.4. Les charges financières


Les différents types d’emprunt

Emprunts à annuités variables

Emprunts à annuités constantes

Les emprunts in fine

Emprunts à annuités constantes et amortissement différé

84
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.4. Les charges financières
Emprunt à annuités variables / constantes

L’emprunteur est astreint à payer (ou rembourser)


périodiquement, une somme, appelée Annuité au prêteur.
Annuité

Intérêt Amortissement
Intérêts décroissants Intérêts décroissants
Amortissements constants Amortissements croissants

Annuité variable Annuité constante


85
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.4. Les charges financières

Emprunts à annuités variables


Tableau d’amortissement

86
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.4. Les charges financières

Emprunts à annuités variables

Exercice d’application : Emprunt à amortissements constants

Construisez le tableau d’amortissement d’un emprunt de


100.000€ au taux de 6,5%, remboursable en 5
amortissements constants et de durée de vie 5 ans.

87
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.4. Les charges financières

Emprunts à annuités constantes

Calcul de l’annuité constante

D0  a1 (1  i) 1  a2 (1  i) 2  ...  a p (1  i)  p  ...  an (1  i)  n

D0  a[(1  i) 1  (1  i) 2  ...  (1  i)  p  ...  (1  i )  n ]

a[1  (1  i )  n ] i
D0  a  D0 
i 1  (1  i )  n
88
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.4. Les charges financières

Emprunts à annuités constantes

Exercice d’application : Emprunt à annuités constantes

Construisez le tableau d’amortissement d’un emprunt de


100.000€ au taux de 6,5%, remboursable par annuités
constantes et de durée de vie 5 ans.

89
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.4. Les charges financières

Emprunts in fine

Les emprunts in fine sont remboursés en totalité à la fin de


l’opération. En revanche les intérêts sont versés à la fin de
chaque période.

90
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.4. Les charges financières

Emprunts in fine

Exercice d’application : les emprunts in fine

Construisez le tableau d’amortissement d’un emprunt de


100.000€ au taux de 6,5%, remboursable in fine et de
durée de vie 5 ans.

91
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.4. Les charges financières

Emprunts à annuités constantes et amortissement différé

Il existe deux formules d’emprunt à amortissement différé :

1) Pendant quelques périodes, l’emprunteur ne paie que l’intérêt du


capital emprunté. Cette formule est souvent utilisée pour les
crédits d’équipement accordés aux entreprises.

2) Pendant la période de différé de remboursement, l’emprunteur


ne verse rien.

92
3. Les moyens à mettre en œuvre
3.4. Les charges financières

Emprunts à annuités constantes et amortissement différé

Exercice d’application : Emprunts à annuités constantes et


amortissement différé

Construisez le tableau d’amortissement d’un emprunt de


100.000€ au taux de 6% avec un différé de 3 ans puis des
annuités constantes pendant 5 ans.

93
4. L’organisation humaine du projet

Objectifs

Déterminer la taille humaine de la société au


démarrage

Chiffrer la masse salariale des trois premières années


d’activité

94
4. L’organisation humaine du projet

4.1. La taille humaine du projet

a) Au lancement du projet

Le taille humaine du projet va dépendre du contexte


du projet, et notamment des facteurs suivants :
compétences requises par le projet,

taille du projet et implication des porteurs,


capital de départ.

95
4. L’organisation humaine du projet

4.1. La taille humaine du projet

b) l’évolution des ressources humaines

La montée en charge du projet en terme de chiffre


d’affaires pourra générer :
 des embauches lors des premières années,

 des frais de personnel supplémentaires,

96
4. L’organisation humaine du projet

4.2. Définir la procédure de recrutement

97
4. L’organisation humaine du projet
4.2. Définir la procédure de recrutement
Exemple de procédure :

Publication de l’offre

1ère sélection sur CV

Entretien d’embauche et mise en situation

Choix du candidat

98
4. L’organisation humaine du projet

4.3. Etablir des fiches de postes

99
4. L’organisation humaine du projet
4.4. Définir la masse salariale des trois premières années

Les salaires sont fixés en fonction des objectives


suivantes :

 Responsabilité du poste

 Expérience professionnelle et formation requises

 Ancienneté

 Charge physique et nerveuse

100
4. L’organisation humaine du projet
4.4. Définir la masse salariale des trois premières années

Le salaire du (ou des ) dirigeant(s)

Le salaire du créateur sera une variable d’ajustement importante du


plan d'affaires : il s’agit d’une somme :
- devant récompenser le créateur pour ses efforts et ses
risques,

- sans pénaliser la capacité bénéficiaire de l’entreprise.

101
4. L’organisation humaine du projet

4.4. Définir la masse salariale des trois premières années

Le calcul de la masse salariale

Masse salariale annuelle d’un salarié

Nombre de mois de présence x salaire de base x

(1 + Taux de charges patronales)

102
4. L’organisation humaine du projet
4.4. Définir la masse salariale des trois premières années

103
4. L’organisation humaine du projet
4.4. Définir la masse salariale des trois premières années
L’embauche de collaborateurs
Il conviendra de déterminer :

- déterminer les dates prévisionnelles d’embauche,

-déterminer le montant de masse salariale de chaque


embauche.

- établir les fiches de postes

104
5.Le Montage financier

Objectifs :

Synthétiser les hypothèses retenues pour s’assurer


de l’équilibre du projet.

Présenter les hypothèses d’exploitation du projet


et son compte de résultat prévisionnel.

Déterminer le besoin de financement de départ du


projet et son bilan prévisionnel.

105
5. Le montage financier
5.1. Les associés / Répartition du capital

106
5. Le montage financier
5.2. Besoin de financement initial

Les besoins de départ de l’entreprise


Les besoins en investissements
Les besoins en fonds de roulement

107
5. Le montage financier

5.3. Les ressources futures de l’entreprise

1. Les apports nouveaux du créateur

2. La richesse dégagée

3. Les nouveaux apports extérieurs

108
5. Le montage financier

5.4. La présentation du compte de résultat prévisionnel

Le bénéfice ou la perte de l’entreprise (appelé résultat) est égal à


la différence entre ses produits et ses charges :

RESULTAT = PRODUITS - CHARGES

109
5. Le montage financier
5.4. La présentation du compte de résultat prévisionnel

Les objectifs du compte de résultat

reprend et synthétise l’ensemble des hypothèses,

permet de s’assurer de l’équilibre du projet,

permet de mesurer l’impact d’une modification des hypothèses.

110
5. Le montage financier
5.4. La présentation du compte de résultat prévisionnel

N+1 N+2 N+3


CHIFFRE D’AFFAIRES
- Coût d’achat des produits vendus
= MARGE BRUTE
- Frais généraux
= VALEUR AJOUTEE
- Masse salariale
- Dirigeant
- Salariés
- Dotation aux amortissements
- Impôts et taxes
= RESULTAT D’EXPLOITATION
- Intérêts sur emprunts
= RESULTAT AVANT IS
- Impôt sur les sociétés
= RESULTAT NET 111
5. Le montage financier

5.5. La présentation du bilan prévisionnel

L’enjeu du bilan prévisionnel (notamment du bilan de l’année 0)


est de s’assurer que les besoins de départ sont bien couverts par
les ressources potentielles du créateur.

BESOINS = RESSOURCES

112
5. Le montage financier

5.5. La présentation du bilan prévisionnel

ACTIF (Emplois) PASSIF (Ressources)


IMMOBILISATIONS CAPITAUX PROPRES
- Machines - Capital social

- Equipement - Résultat et réserves

ACTIF CIRCULANT DETTES


- Stocks

- Créances clients

TRESORERIE

TOTAL ACTIF TOTAL PASSIF

113
5. Le montage financier

5.6. La présentation du plan de financement

Le plan de financement permet de vérifier si la


structure financière de la nouvelle entreprise se
maintient et même s’améliore malgré que de nouveaux
besoins durables de financement apparaissent dans le
temps.

Une bonne structure financière est une des


conditions de longue vie pour les nouvelles
entreprises.

114
6. Le montage juridique

6.1. Le choix de la structure juridique

Le nombre de porteurs de projet


La répartition du pouvoir entre les porteurs
La taille du projet
La volonté des porteurs d’attirer des partenaires au capital

115
6. Le montage juridique

6.1. Le choix de la structure juridique

La forme juridique peut appartenir :

 A la famille des sociétés de capitaux

 A la famille des sociétés de personnes

 A la famille des associations

116
1. Société Anonyme (S.A.)

a) Actionnaires
Nombre : 5 minimum
Responsabilité des associés : Limitée à leurs apports

b) Capital  
300.000 DH minimum sans appel public à l’épargne
3.000.000 DH avec appel public à l’épargne
Libéré au moins du quart, le reste dans un délai maximum de 3 ans 

c) La gérance
Deux modes de gestion :
-      Le conseil de surveillance et le directoire
-      Le conseil d’administration composé d’au moins 3 administrateurs et
au maximum de 12 administrateurs
117
2. Société à responsabilité limitée (S.A.R.L.)
a) Associé(s)
- Nombre : 2 ou 1 minimum ; 50 maximum
- Responsabilité des associés : limitée aux apports

b) Capital
- 10.000 DH minimum.

c) La gérance
Un ou plusieurs gérants choisis parmi les associés ou personnes
tierces étrangères à la société.

118
3. Société en commandite par action (S.C.A.)

a) Associé(s)
Nombre d’associés commanditaires : 3 minimum
Responsabilité :
Indéfinie et solidaire des associés commandités
Limitée aux apports des associés commanditaires

b) Capital
300.000 DH minimum sans appel public à l’épargne
3.000.000 DH avec appel public à l’épargne.
Libéré au moins du quart, le reste dans un délai maximum de 3 ans. 
c) La gérance
Le ou les premiers gérants sont désignés par les statuts.
Au cours de l’exercice de la société, les gérants sont désignés par
l’assemblée générale ordinaire des actionnaires avec accord de tous les
commandités, sauf clause contraire des statuts.

119
4. Société en nom collectif 
a)Associé(s) :
Nombre : 2 minimum et doivent tous les deux être commerçants 
Responsabilité : Indéfinie et solidaire des associés 
b) La gérance
Assurée par un ou plusieurs gérants nommés par les statuts

 
5. Société en commandite simple
Société constituée entre les commanditaires apporteurs de fonds
(responsables à hauteur de leurs apports) et les commandités seuls
gérants et solidairement responsables de leur gestion.
Les commandités ont la qualité de commerçant.
 
6. Société en participation
Société occulte qui n’a pas de personnalité morale. Si les associés
agissent, conjointement, la responsabilité s’étend à tous les associés
sauf convention contraire.
120
6. Le montage juridique

6.2 Lancement de l’activité


1-Certificat négatif
Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale
(OMPIC)

2-Etablissement des statuts


Cabinet juridique : fiduciaires, notaires, avocats, experts
comptables, etc.

3-Etablissement des actes d’apport


Cabinet juridique : fiduciaires, notaires, avocats, experts
comptables, etc.

121
6. Le montage juridique

6.2 Lancement de l’activité

4-Blocage du montant du capital libéré


Banque

5-Publication au journal d’annonces légales et au bulletin officiel

6-Dépôt des actes de création de société et formalités


d’enregistrement
Direction Régionale des Impôts

122
6. Le montage juridique

6.2 Lancement de l’activité

7-Inscription à la patente
Direction Régionale des Impôts

8-Immatriculation au registre de commerce


Tribunal de Commerce

9-Affiliation à la CNSS
Caisse Nationale de la Sécurité sociale

10-Déclaration d’existence à l’inspection du travail


Inspection du travail

123
6. Le montage juridique

6.3. Conclusion : à qui s’adresser ?

Les centres régionaux d’investissement (CRI)

124

Vous aimerez peut-être aussi